Navigation – Plan du site
Lectures

Chipman Leigh, The World of Pharmacy and Pharmacists in Mamlūk Cairo, Leyde, Brill, 2009, 318 p.

Sylvie Denoix

Texte intégral

1Le livre de Leigh Chipman est l’analyse d’un ouvrage de pharmacologie, le Minhâǧ al-dukkân wa dustûr al-a‘yân fî’l-a‘mâl wa’l-tarâkib al-adwiya al-nâfi‘a  li’l-insân , soit « Le protocole de l’officine et  la convention de ce qu’il y a de meilleur en ce qui concerne les préparations et les compositions des médicaments bénéfiques aux êtres humains », composé en 658h/1260 au Caire par un pharmacien juif égyptien nommé Abû-l-Munâ Dâwud b. Abî Naṣr al-Kûhîn al-‘Aṭṭâr al-Hârûnî al-Isrâ’ilî. Cet ouvrage a été écrit pour contribuer à l’information de ses collègues, et pour l’édification du fils de l’auteur.  C’est la seule œuvre connue, nous dit Leigh Chipman, d’al-Kûhîn  al-‘Aṭṭâr.

  • 1  Cette étude est plus un travail d’histoire que d’érudition. Il n’y a pas d’édition critique compar (...)
  • 2  Dans l’annexe 2, p. 185-270, L. Chipman donne, non pas les recettes, comme cela est dit dans le ti (...)

2L’analyse d’un écrit peut se faire dans plusieurs directions, celle choisie par L. Chipman est de replacer la production d’al-Kûhîn dans son contexte socio-historique. À cette fin, et bien qu’il s’agisse de l’étude d’un manuscrit non encore édité, l’ambition de L. Chipman n’est pas de réaliser une édition critique, comparant les leçons des différents manuscrits existant, mais plutôt de produire une étude historique1. Il ne s’agit pas, non plus, de la présentation d’un simple livre de recettes2, mais bien, par l’analyse que propose cette étude, d’explorer la situation du pharmacien dans la société (chap. 4, l’auteur étudie la place des pharmaciens au sein du monde des gens de savoir de l’époque), un essai d’histoire sociale, en somme.

3Le livre d’al-Kûhîn est écrit par un pharmacien à l’usage de ses collègues et de son fils qui exerce ce métier aussi. L’ouvrage se présente plus à la manière d’une Matière médicale que d’une Thérapeutique, sur le modèle de l’ouvrage de Galien : De compositione medicamentorum. Ainsi, les 25 chapitres qui le composent sont organisés par types de médicament : « sirops », « cataplasmes », « pilules », « huiles », « liniments »… Ils sont suivis de principes théoriques (signification des noms des différentes drogues), pratiques (modes de conservation des médicaments) et déontologiques (à l’adresse du fils de l’auteur).

4Dans son premier chapitre, Leigh Chipman étudie les auteurs cités par al-Kûhîn al-‘Aṭṭâr  et dont ce dernier dit s’inspirer, soit Ibn Jumay‘, Al-Maǧûsî, Ibn Jazla, Ibn al-Tilmîdh, Sâbur b. Sahl, et Ibn Abî’l-Bayân. Ibn Ǧumay‘ al-Isrâ’ilî  (m. 594h/1198) écrivit son traité pour le secrétaire de chancellerie de Saladin, al-Qâḍî al-Fâḍil. ‘Alî b. ‘Abbâs al-Maǧûsî (m. 384h/994), persan d’origine zoroastrienne, exerça à Shiraz : il dédiça son œuvre au chef buyide, ‘Adûd al-dawla.  Ibn al-Tilmîdh (m. 560h/1165), « l’Hipocrate de son temps, le Galien de ses jours » était un médecin chrétien pratiquant à l’hôpital al-‘Aḍûdî, à Baghdad ; il fut aussi le médecin personnel du calife al-Mustaḍi‘. Ibn Abî Bayân al-Isrâ’ilî (m. 634h/1236), élève d’Ibn Ǧumay‘, était un médecin karaïte ; il traita le fils de Saladin, al-‘Âdil, puis exerça à l’hôpital al-Nâṣirî. Tous furent des auteurs de traités médicaux présents dans la bibliothèque d’al-Kûhîn al-‘Aṭṭâr, et dont il se servit pour écrire son Minhâǧ. Leigh Chipman étudie les différences entre ces travaux, ce qui lui permet de noter scrupuleusement ce que l’auteur d’époque mamelouke apporte de plus que ses devanciers. Elle remarque qu’al-Kûhîn al-‘Aṭṭâr utilise les écrits de ses prédécesseurs en les testant puisqu’il rajoute en marge des éléments aux recettes des préparations, et les évalue : « nâfi‘ » (efficient), qui peut aussi être « nâfi‘ in shâ’ Allâh » ( efficient si Dieu le veut !) , ou « muǧarrab » (testé).

5Le Minhâǧ donne des informations sur la pratique pharmaceutique, ce qui est plutôt rare. L’auteur du Minhâǧ est, en effet, un pharmacien praticien, alors que les ouvrages de pharmacologie sont habituellement rédigés par des médecins et, de ce fait, sont plus théoriques. Ce livre a été écrit à l’usage des confrères de l’auteur, les pharmaciens d’époque mamelouke. Le message veut, par ailleurs, édifier. Dans un chapitre (ch. 23) à l’adresse de son fils, le pharmacien développe les attentes techniques et déontologiques du métier, dont Leigh Chipman fait l’inventaire : le bon pharmacien doit être pieux, il a de multiples devoirs vis-à-vis de ses clients qu’il doit soigner sans nécessairement leur plaire ; il doit être un commerçant d’une probité intacte.

6L’essentiel du Minhâǧ consiste en listes de médicaments composés simples (ch. 2-19), sans compter le chapitre (ch. 20) concernant les drogues de substitution (Fī abdāl al-adwiyâ’), présentées par nom de produit, par ordre alphabétique. On remarque que les potions composées arrivent avant les simples, probablement parce que l’herboristerie n’est pas « le métier » ; en revanche, la pharmacologie est l’art d’associer des composants pour fabriquer un médicament efficient.

  • 3 Qānūn.
  • 4 Al-‘umda fī ǧirāa.

7Les poids et mesures (ch. 22) ne relèvent pas d’un système unique, aussi il faut en donner les équivalents en mithqāl-s et dirhâm-s, ce que fait l’auteur du Minhâǧ pour 62 types de mesures. Leigh Chipman, pour sa part, en donne la liste dans un tableau (p. 89-92), en comparant sources primaires et études : soit al-Kûhîn al-‘Aṭṭâr et les équivalents chez Hinz (1970), Ibn Sīnā3, Ibn al-Quff4, Popper (1957) et Mortel (1990).

8Le chapitre 24 explique comment conditionner les éléments constitutifs des différents médicaments : les minéraux doivent être propres, les végétaux conservés dans des boites en bois, les graines, dans des poteries… En bon praticien, al-Kûhîn ne se contente pas de donner la liste des composants de chaque médicament, mais il expose aussi la façon de les préparer : la cuisson des sirops, la confection des confitures, gelées, collyres… Dans le chapitre 25, on apprend comment tester la matière médicale (couleur, saveur…). S’agit-il de bons produits ? Sont-ils efficients ? Et, en annexe (3, p. 271 – 282) L. Chipman propose un tableau comparatif des tests que les pharmaciens doivent savoir faire pour éprouver la qualité des produits. Si ces tests sont donnés par la plupart des auteurs, on voit qu’al-Kûhîn  al-‘Aṭṭâr est, de loin, le plus complet.

9Après avoir analysé le contenu du  Minhaǧ, L.Chipman se lance dans une histoire sociale de la pharmacologie à l’époque mamelouke. Son premier travail consiste à replacer le pharmacien dans le contexte scientifique du viie/xiiie au ixe/xve siècle. Première question : la pharmacologie était-elle, à cette époque, considérée comme une science ? La réponse est « oui », cette discipline fait partie de la médecine, laquelle est considérée comme faisant partie des sciences  des Anciens (min ‘ulûm al-awâ’il) ou des sciences des non-Arabes (‘ulûm al-‘aǧam) ; il ne s’agit pas d’un élément de la Révélation, mais d’une des sciences de la réflexion (‘ulûm al-‘aqliyya). L’enseignement se fait, le plus souvent, de maître à disciple. La médecine peut, éventuellement, faire partie du cursus d’une madrasa.

10La deuxième question est celle de la place des médecins et pharmaciens dans la société mamelouke. Citant les travaux de Doris Abouseif, L.Chipman reprend le passage de Qalqashandî présentant les médecins dans la hiérarchie mamelouke, juste après les gens de sabre (arbâb al-sayf) et les gens de plume (arbâb al-qalam). Ils relèvent de l’ensemble des professions des hommes de l’art (waẓâ’if al-ṣinâ’iyya), avec les architectes et ingénieurs (al-muhandisîn).

11L. Chipman étudie aussi la place des pharmaciens dans le dispositif hospitalier en prenant les exemples du Maristân de Qalâwûn, au Caire, et le Dâr al-Shifâ’ des Ilkhanides, à Tabriz. Si les pharmaciens sont assez peu présents dans le premier établissement, ils le sont à peine plus dans le second, la prééminence étant nettement donnée aux médecins.

  • 5  C’est  un peu comme si l’on considérait les occupations d’un cadi, à la fois dans sa partie notari (...)

12Dans le chapitre 5, L. Chipman expose la place des pharmaciens dans le système économique. Les ‘aṭṭârîn (sing. : ‘aṭṭâr)  sont ce qu’on appelait autrefois des « droguistes ». Ils vendent toutes sortes de produits, herbes, épices, parfums, « drogues ». Dans Le Caire médiéval, L. Chipman fait remarquer que les ‘aṭṭârîn sont le maillon final de la chaîne du commerce des épices venant d’Inde. Dans cette partie de l’exposé, il eût probablement mieux valu ne pas traduire ce nom de métier par « pharmaciens », car il s’agit de leur activité de marchands d’épices ou de parfums, qui n’a pas forcément à voir avec la médecine, ce qu’assume L. Chipman p. 153. Les catégories ne sont pas superposables entre un pharmacien occidental et un ‘aṭṭâr5. Considérant donc l’activité des ‘aṭṭârîn dans le commerce des épices, l’auteur consacre quelques pages à ce négoce, lesquelles n’ont pas vraiment à voir avec son sujet.

13Dans l’idée d’examiner la place des pharmaciens dans la société mamelouke, L. Chipman étudie de nombreux ouvrages de ḥisba, ce contrôle économique et social des marchés, ainsi que des manuels de fatwas (consultations juridiques). Si les travaux des muḥtasib-s concernent parfois les pharmaciens (à propos des altérations des drogues, des fraudes sur les poids…), les fatwas, en revanche, ne parlent qu’assez peu de ce métier. L. Chipman explore, ensuite, la place des ‘aṭṭârîn dans la littérature populaire, à commencer par les Mille et une Nuits, ou dans les saynètes des marionnettes du théâtre d’ombres. À partir d’un corpus narratif, voire littéraire, l’auteure tente de donner un éclairage sur la clientèle des pharmaciens. Elle explore, enfin, les écrits des historiens, si nombreux à l’époque mamelouke. Toute cette littérature fait, en général, apparaître les ‘aṭṭârîn comme d’avides escrocs, ce qui est renforcé par les chroniques qui rendent compte des prix exorbitants que les droguistes pratiquaient, particulièrement en temps de crise. Les représentations concernant les pharmaciens sont contrastées : d’un côté, dans les manuels de biographies, par exemple, le pharmacien doit être particulièrement honnête et al-Kûhîn  présente une image d’Épinal du pharmacien ; de l’autre, dans la littérature populaire, par exemple, ils sont perçus comme des charlatans profiteurs et âpres au gain. La réalité est certainement à rechercher entre les deux.

14L. Chipman a écumé l’ensemble du corpus et des études permettant de traiter son sujet. Un petit regret, cependant, quand elle déclare (p. 136) : « Not many waqfiyyas from the pre-Ottoman Middle East have survived. » Le millier de ces documents conservés au Caire et à Sainte Catherine ne sont tout de même pas peu de chose !

15Cette étude a donc l’originalité de tout à la fois se focaliser sur un texte, et d’en proposer une lecture attentive, pour apporter à la connaissance ce qui existait comme pratiques pharmaceutiques à l’époque mamelouke. À partir d’un corpus varié, l’auteure tente une histoire sociale du milieu des pharmaciens du domaine mamelouk. Le champ de la médecine dans le monde arabe, et spécifiquement de la pharmacie, a déjà été bien exploré, mais le travail de Leigh Chipman apporte du nouveau dans la mesure où elle ne se borne pas à retransmettre les recettes proposées par l’auteur du début de l’époque mamelouke ; elle remet le pharmacien dans un contexte social (scientifique, économique, médical, juridique…) qui permet d’écrire un beau chapitre d’histoire de la médecine arabe médiévale.

Haut de page

Bibliographie

Mortel R. T., 1990, « Weights and measures in Mecca during the late Ayyūbid and Mamlūk periods »,  Arabian Sudies 8, p. 177-186.

Popper William, 1957, Egypt and Syria under the Circassian Sultans 1382-1468 AD. Systematic notes to Ibn Taghrī Birdī’s chronicles of Egypt, University of California Publications in Semitic Philology, 16, Berkeley and Los Angeles, University of California Press.

Hinz W., 1970, Islamische Masse und Gewichte, Leyde, Brill.

Haut de page

Notes

1  Cette étude est plus un travail d’histoire que d’érudition. Il n’y a pas d’édition critique comparant les différents (et nombreux) manuscrits disponibles – dont L. Chipman donne la liste en annexe (1, p. 179-184) -, mais bien plutôt une étude d’histoire sociale, rendue possible par l’analyse des écrits de ce praticien que fut al-Kûhîn  al-‘Aṭṭâr. L.Chipman donne les références des dix manuscrits et trois éditions consultés pour cette étude (p. 179-182), soit trois manuscrits de la British Library datés des viiie/xive, xie/xviie et xiiie/xixe siècles ; un manuscrit du Jewish Theological Seminary (New York), daté du viie/xve siècle ; un manuscritde la Cambridge University Library, daté du xie/xviie, et cinq de la Welcome Library  for the History of Medecine allant du viiie/xive siècle au xiie/xviiie. S’ajoutent à ces manuscrits les éditions de Bûlâq, 1870, du Caire, 1940 et de Beyrouth, 1992.

2  Dans l’annexe 2, p. 185-270, L. Chipman donne, non pas les recettes, comme cela est dit dans le titre du chapitre, mais une liste d’environ 850 potions (nom arabe et leur traduction en anglais) avec leurs indications et leurs composants. Par exemple :

Nom arabe : Sharâb al-lîmûn al-shitawî

Nom anglais : Sirop de citron pour l’hiver

Indications : Toux

Principaux ingrédients : Sirop de citron épais, sucre

3 Qānūn.

4 Al-‘umda fī ǧirāa.

5  C’est  un peu comme si l’on considérait les occupations d’un cadi, à la fois dans sa partie notariale et dans ses activités dans la judicature, et que l’on s’obstine à parler du « notaire » lorsque le cadi juge.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sylvie Denoix, « Chipman Leigh, The World of Pharmacy and Pharmacists in Mamlūk Cairo, Leyde, Brill, 2009, 318 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 130 | février 2012, mis en ligne le 17 mai 2011, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/remmm/7048

Haut de page

Auteur

Sylvie Denoix

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page