Navigation – Plan du site

Historiens arabes et manuscrits d’Asie centrale : quelques recoupements

Arab historians and manuscripts from Central Asia: some connections
Étienne de La Vaissière
p. 117-123

Résumés

On donne deux exemples de renseignements tirés des sources narratives arabo-persanes sur l’histoire de la conquête de l’Asie centrale durant les années 710 et 720 et corroborés directement par les sources locales, archives sogdiennes ou textes chinois. L’Asie centrale de la première moitié du viiie siècle est remarquablement connue par des sources diverses et les textes arabo-persans s’intègrent sans difficulté ni contradiction majeures dans cet ensemble.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

Omeyyades, conquêtes, archives
Haut de page

Texte intégral

1Cette brève note a pour seule prétention méthodologique de fournir deux exemples de croisements précis entre les sources arabes décrivant la conquête de l’Asie centrale et une documentation locale indépendante, contemporaine des événements. Il n’y a rien dans la démarche de vraiment nouveau : dès 1923 Gibb avait procédé au croisement des sources chinoises, principalement les histoires dynastiques qu’il lisait dans le recueil d’É. Chavannes (Chavannes, 1903), et des sources arabo-persanes, démontrant de facto leur concordance, non seulement au viiie siècle, mais aussi pour le viie ; un raid sur la ville sogdienne de Maymurgh en 654 décrit par Balâdhûrî (408, trad. Murgotten, 1924 : 167) est ainsi mentionné par les textes chinois (Gibb, 1923 : 15). Il s’agira ici de montrer que l’on peut étendre la démonstration à des ensembles documentaires dont Gibb n’avait pu faire usage, et à des domaines dont il n’avait pas traité. La documentation locale a en effet été entièrement renouvelée grâce aux apports de manuscrits, de Dunhuang, de Turfan ou de Sogdiane. On peut établir dans certains cas que les premiers chroniqueurs arabes de la conquête de l’Asie centrale ont utilisé de documents et des témoignages directs, contemporains, et que ceux-ci ont été préservés très correctement chez les historiens du ixe siècle.

Les événements de 722

2L’exemple politique le plus clair et le plus précis d’un recoupement direct entre ce que les récits de la conquête et les sources locales nous disent porte sur les événements de 722.

  • 1  L’essentiel des textes sogdiens ont en effet été découverts dans les sables du Xinjiang chinois qu (...)

3On possède une partie des archives de l’un des roitelets sogdiens de la vallée du Zérafshan. Découverts en 1932 dans un creux de rocher près des ruines d’un château de montagne de la haute vallée, au Tadjikistan, ces documents, dits du mont Mugh, forment le plus important corpus de documents sogdiens venus de Sogdiane à proprement parler1. Ils reflètent la correspondance administrative, économique et politique du roi Dēwāštīč, prince de Pendjikent et roi auto-proclamé de Sogdiane en 721-722, ainsi que de ses alliés et serviteurs. Ces documents ont été édités par les philologues russes en 1962-3 (Livshic, 1962, 2008 ; Bogoljubov-Smirnova, 1963), et réinterprétés récemment pour leurs aspects politiques (Grenet et la Vaissière, 2002).

4Parmi ces documents, la lettre A9 est particulièrement intéressante. Le contexte est celui d’une vaste offensive arabe menée par le nouveau gouverneur du Khorassan, Sa‘îd al-Ḥarashî. Après les années d’atermoiements de ses prédécesseurs, il parvient en un raid éclair jusqu’à la ville de Khodjent, à l’entrée de la vallée du Ferghana (voir la carte ci-contre). Dans la ville se sont enfermés de nombreux nobles sogdiens opposés aux Arabes, qui venaient de fuir la vallée du Zérafshan avec leurs troupes et leurs paysans : ils comptaient s’installer au Ferghana, mais, confrontés à l’hostilité du roi local, ils ont été rattrapés là par l’avance de la cavalerie arabe. Or Dēwāštīč était leur allié et a trouvé refuge dans sa forteresse du mont Mugh, séparée de Khodjent par un haut col, la passe de Shahristân (3378 m). Il suit les évènements avec attention grâce à son réseau d’espions.

5Ṭabarî fait un récit particulièrement long et détaillé de cette campagne glorieuse, qu’il tire de ‘Alî b. Muḥammad al-Madâ’inî. Il décrit en particulier les négociations qui conduisent les Sogdiens encerclés à se rendre (Ṭabarî, II, 1443-1448) :

  • 2  Sauf mention contraire, les traductions de l’arabe ou du sogdien sont de l’auteur.

Comme ils n’avaient pas obtenu son secours [du roi du Ferghana], ils cherchèrent à faire la paix et demandèrent un sauf-conduit (amân) afin de redescendre en Sogdiane2.

6Les Sogdiens obtiennent l’amân. Ṭabarî précise ensuite que les divers groupes rassemblés dans la ville sont séparés par origine sociale :

Il fit sortir les princes et les marchands du côté est [de la ville]. 

7Après avoir fait tuer sur un prétexte un chef sogdien, et conduit les Sogdiens à la révolte, al-Ḥarashî ordonne leur massacre ; à cette occasion, on apprend la présence de paysans, accompagnant leurs seigneurs, au nombre de trois mille, ou sept mille selon les sources. Eux aussi sont exécutés.

Image1

Carte de localisation

Source Étienne de La Vaissière, 2010

8Le récit se poursuit avec l’envoi d’une expédition depuis Khodjent contre le château de l’un des derniers conjurés sogdiens, al-Dîwâshinî, c’est-à-dire Dēwāštīč. Passant par le col de Shahristân, les Arabes parviennent dans la haute vallée du Zérafshan, et prennent la place à revers :

Al-arashî envoya Sulaymân b. Abî al-Sarî, client des Banû ‘Uwâfah, à un château entouré par la rivière de Sogdiane de tous côtés à l’exception d’un seul. Avec lui se trouvaient Shawkar b. amîk, le Khwârazm Shah, et ‘Awram, seigneur d’Akhrûn et Shûmân. Sulaymân b. Abî al-Sarî envoya al-Musayyab b. Bishr al-Riyâî à son avant-garde. [Les Sogdiens] allèrent à sa rencontre à une parasange du château, près d’un village nommé Kûm. Al-Musayyab les mit en déroute, jusqu’à les repousser dans le château, où Sulaymân les assiègea. Le dihqân [du château] était nommé Dîwâshinî.

9Le roi capturé est peu après crucifié sur un naus, suprême pollution pour un Zoroastrien. Les archives retrouvées ont été cachées à l’occasion de ce siège.

10Dans ce contexte le document A9 ne manque pas de piquant : il s’agit du rapport du maître des postes (arspan), autant dire le chef du service de renseignement, envoyé par Dēwāštīč sur le col ; il fait état ce que lui ont transmis ses espions cachés non loin de Khodjent. Le texte est le suivant :

Et voici les nouvelles : à Khodjent c’est fini. Tout le peuple est sorti sur la foi de l’émir, et les nobles, et les marchands, et les paysans, tous ont évacué, 14 000 en tout. Je vous ai envoyé un messager, mais j’ai entendu dire que vous étiez parti au Khuttal. Au jour Akhshēwar, le shēgan était stationné à Shāwkat, et tous les « pieds-rapides » qu’il y avait je les lui ai envoyés par delà le Buttaman. Et tout ce qu’il y a de vastes terres au Parghar ne les lui laissez pas, car ce shēgan ne doit pas venir vous voir. Et voici ce qui était l’ordre de l’Afshīn : « avec Dēštāč, commencez à charger et au jour Mortāt mes gens viendront à Rāman ». Mais il n’y a pas une telle nouvelle (ou : des Turcs). Si vous concluez un accord, n’y croyez pas si ces gens n’y croient pas non plus ! Je vous enverrai un messager et je vous informerai de toute nouvelle. Je lui enverrai des messagers sûrs, et de ces gens d’Ustrushana un peu viendront. Aucun souci ne surviendra, donc ne vous en faites aucun ! Écrit par Aspānē le démoniaque sur ordre de l’arspan.

  • 3  Première traduction et détails de l’analyse dans Grenet-la Vaissière, 2002 : 167-178. On notera qu (...)

11Tout n’est pas clair dans ce texte, rédigé d’une main hâtive. Cependant pour l’essentiel, l’espion de Dēwāštīč l’assure qu’aucune force ennemie ne viendra sur son flanc nord. Or c’est justement de là que surviennent les forces musulmanes, passées par le col de Shahristân, tandis que les alliés potentiels du roi, les gens d’Ustrushana, brillent par leur absence3.

12Mais pour nous l’intérêt réside dans les parallèles stricts entre les formulations du texte de Ṭabarî et celles de ce texte sogdien :

13à l’amân de l’émir répond xm’yr pyr du texte sogdien, pyr ayant bien le sens de foi, au double sens du mot, croyance religieuse, mais aussi foi jurée, confiance ;
l’évacuation de la ville est mentionnée par les deux textes ;
les catégories sociales concernées sont pareillement énumérées, nobles, marchands et paysans.

14Il semble très vraisemblable que l’espion sogdien comme l’informateur à l’origine de la tradition arabe aient enregistré chacun de leur côté la proclamation publique de l’amân et de ses stipulations.

15Les informations numériques sont moins précises, car Ṭabarî ne donne pas de chiffre global. Il mentionne 7 000 paysans et 400 marchands, auxquels il faut ajouter les nobles, leurs familles et les soldats, là où le texte sogdien parle de 14 000 personnes. Mais Balâdhûrî parle bien de « plus de 10 000 personnes. » (Balâdhûrî : 467, trad. Murgotten, 1924 : 199).

  • 4  Une légère erreur s’est ici glissée dans le texte de l’historien : un wâw a été inséré laissant pe (...)

16Enfin les personnages sont bien les mêmes : le texte de Ṭabarî parle de la participation au siège aux côtés des troupes arabes de Shawkar b. Ḥamîk, le Khwârazm Shah, et de ‘Awram, seigneur d’Akhrûn et Shûmân4. Or Bal‘âmî donne au roi du Khwârazm le titre de Čîgân, le shēgan du texte sogdien (trad. Zotenberg, 1989 : V-155). De même, d’autres documents du mont Mugh (B-13, A-16, B-2 et B-15) mentionnent un xysw ryttpyr (iltäbir Khisu) stationné et entretenu durant l’été 722 sur le domaine de Dēwāštīč (Grenet-la Vaissière, 2002, 177). Or iltäbir est un titre turc et le roi de Shûmân est effectivement un Turc Xisu d’après les sources chinoises du viie siècle (Chavannes, 1903 :195-6).

17Dēwāštīč a été trahi par ses alliés ; le texte de Ṭabarî prend immédiatement la suite des derniers documents du mont Mugh et les éclaire.

18Au total, on ne peut que souligner, grâce à ce document contemporain, l’extraordinaire qualité des informations retranscrites par les historiens arabes. Les erreurs commises au fil de la transmission sont tout à fait minimes.

Le traité de reddition de Samarcande

19Cette fiabilité peut être confirmée dans un tout autre domaine, et avec d’autres documents. Lorsque Qutayba b. Muslim s’empare de Samarcande en 712, un traité de capitulation est signé, qui a été conservé chez Ibn A‘tham al-Kûfî (vol. 7 : 244-6), et en traduction persane, chez Bal‘amî (trad. Zotenberg, 1989 : V-160). Ses clauses financières sont les suivantes :

  • 5  Bal‘amî donne 10 millions, mais il s’agit sans doute d’une confusion entre deux et dix, très facil (...)
  • 6  C’est la seule erreur de ce texte : un ibn a été substitué à un al. Ikhshîd est le titre des rois (...)

Et il conclut la paix avec lui pour Samarcande, ses cantons, Kesh et Nasaf, ses terres, ses zones cultivées et tout ce qui se trouve à l’intérieur de ses frontières pour deux millions de dirhems5 immédiatement et deux cent mille dirhems annuellement, et trois mille têtes d’esclaves, sans enfants ni vieillards ; à condition qu’ils obéissent et se soumettent au serviteur de Dieu Walîd b. ‘Abd al-Malik b. Marwân, et à l’émir ajjâj b. Yûsuf et à l’émir Qutayba b. Muslim ; à condition que Ghûrek b. Ikhshîd6, Afshîn de Sogdiane applique ce qui a été prévu par la paix que lui a accordée Qutayba b. Muslim en termes de richesses et d’esclaves. Quant à ce qu’il doit donner pour la jizya sur sa terre : les captifs seront comptés à deux cents dirhems la tête, et les grands vêtements cent dirhems l’un et les petits soixante dirhems, et chaque bande de soie vingt-huit dirhems, et le mithqâl d’or rouge vingt dirhems, et l’argent pur un mithqâl pour un mithqâl.

20Le traité a été commenté en détail pour ses clauses politiques par Olga Smirnova (Smirnova, 1960). Je soulignerais pour ma part que toutes les données que l’on possède sur les marchés et le système des prix dans l’Asie centrale de la première moitié du viiie siècle confirment les valeurs données par ce texte. Ainsi la distinction faite entre esclaves adultes, enfants et vieillards se retrouve à l’identique dans les manuscrits chinois contemporains de Turfan. De même leurs prix rentrent dans une longue série de contrats de vente d’esclaves connus dans les langues de toute la région, notamment à Turfan et à Dunhuang. La proportion 1/10 entre le prix d’un mithqâl d’or et celui d’un esclave se retrouve à l’identique dans les documents de Dunhuang du milieu du viiie siècle. Le prix d’un esclave dans ce traité est celui d’un bon cheval dans les documents du mont Mugh (Livshic, 1962 : 181-2), une équivalence que l’on retrouve à Turfan (Trombert et la Vaissière, 2007 : 33-35).

21Le rôle de la soie dans ce texte est confirmé par les autres récits de la conquête de la Sogdiane : ainsi ce captif de haut rang à Paykent en 706 qui propose de se racheter pour 5000 rouleaux de soie (Ṭabarî, II, 1188-9), ou encore ce général turc, Kûrṣûl, qui paye ses troupes en rouleaux de soie, coûtant 25 dirhems la pièce en 739 (Ṭabarî, II, 1689), ou encore le butin du pillage de Kesh en 751-2 constitué principalement de soie (Ṭabarî, III, 79-80).

22Mais surtout il correspond à une réalité observée dans toute l’Asie centrale, alors intégrée à la sphère économique chinoise. La bande de soie brute y sert de moyen de paiement pour tous les achats importants, de grosse coupure en quelque sorte. Colonie militaire chinoise, l’Asie centrale bénéficie du paiement des salaires de l’administration et de l’armée chinoises en rouleaux de soie (Trombert, 2000 : 110). Ces bandes mesurent 12 m. sur 0,55 cm, ce que rendent parfaitement les mots utilisés par Ibn A‘tham al-Kûfî, shuqqa, qui a le sens de pièce de tissu, mais plus spécifiquement de bande, et ḥarîr, la soie brute. Le prix donné par le traité est le double de celui observé à Dunhuang. La différence correspond au bénéfice des marchands sogdiens entre les zones de production et Samarcande (la Vaissière, 2004 : 159-160).

23Ces deux exemples permettent de souligner que les renseignements donnés par les sources musulmanes font parfaitement système avec les données locales, qu’elles soient chinoises ou sogdiennes. L’Asie centrale occidentale de la première moitié du viiie siècle est remarquablement connue par des sources diverses et les textes arabo-persans s’intègrent sans difficulté ni contradiction dans cet ensemble. On notera enfin, mais c’est un autre sujet, que la réciproque est vraie : lorsque des groupes sociaux actifs dans l’empire musulman sont tout entiers originaires d’Asie centrale, comme les soldats des Califes au ixe siècle, les analyses qui en traitent gagnent à intégrer les sources d’Asie centrale (la Vaissière, 2007).

Haut de page

Bibliographie

Bal‘amî, H. Zotenberg (trad.), 1989 [première édition 1867-1874], Chronique de Tabari, traduite sur la version persane d’Abou‑‘Alî Mo’hammed Bel‘amî, 6 vol., Paris, Sindbad.

Balâdhurî, 1866, Liber expugnationis regionum, éd. M. J. de Goeje, Leiden, Brill ; trad. Fr. Cl. Murgotten, 1916-1924, The Origins of the Islamic State, being a translation… of the Kitâb futû al-buldân, 2 vol., (Studies in History, Economics and Public Law, 163), New York.

Bogoljubov Mixail et Smirnova Olga, 1963, Xozjajstvennye documenty. Chenie, perevod i kommentarii (Documents économiques. Édition, traduction et commentaire), (Sogdijskie dokumenty s gory Mug, 3), Moscou, Nauka, 132 p.

Chavannes Édouard, 1903, Documents sur les Tou‑kiue (Turcs) occidentaux, Saint Pétersbourg, réimpr. Paris, A. Maisonneuve, 1973, 378 p. + 110 p. (notes additionnelles).

Ibn A‘tham al-Kûfî, 1969-76, Kitâb al-Futūh, 8 vols, Hyderabad.

Grenet Frantz et la Vaissière Étienne de, 2002, « The Last Days of Panjikent », Silk Road Art and Archaeology 8, p. 155-196.

Gibb Hamilton A.R., 1923, The Arab Conquest in Central Asia, (James G. Forlong Fund, II), Londres, The Royal Asiatic Society, 102 p.

la Vaissière Étienne de, 2004, Histoire des marchands sogdiens, 2e éd., Paris, Institut des hautes études chinoises du Collège de France-de Boccard, 377 p.

2007, Samarcande et Samarra. Élites d’Asie centrale dans l’empire abbasside, (Cahier de Studia Iranica 35), Paris et Louvain, Peeters, 310 p.

Livshic Vladimir Aaronovich, 1962, Juridicheskie dokumenty i pis’ma (Documents juridiques et lettres), (Sogdijskie dokumenty s gory Mug, 2), Moscou, Nauka, 222 p.

2008, Sogdijskaja èpigrafika Srednej Azii i Semirech’ja (Épigraphie sogdienne d’Asie centrale et du Semirech’e), Saint Pétersbourg, Filologicheskij Fakul’tet SPbGU, 2008, 414 p.

Smirnova Olga, 1960, « K istorii samarkanskogo dogovora 712 g. » (Sur l’histoire du traité de reddition de Samarcande en 712), Kratkie Soobščenija Instituta Vostokovedenija Akademija Nauk SSSR, 38, p. 69-79.

abarî, Ta’rîkh al-Rusul wa al‑Mulûk : 1879-1901, éd. M. J. de Goeje, 15 vols., Leiden, Brill, réimpr. Beyrouth, s.d. ; trad. Ehsan Yar-Shater (dir.), 1987-2007, The History of al-abarī, 40 volumes, New York, State University of New York Press.

Trombert Éric, 2000, « Textiles et tissus sur la Route de la Soie. Éléments pour une géographie de la production et des échanges », in Monique Cohen, Jean-Pierre Drège, Jacques Giès (dir.), La Sérinde, terre d’échanges, Paris, La Documentation Française, p. 107-120.

Trombert Éric et la Vaissière Étienne de, 2007, « Les prix du marché à Turfan en 742 », in J.-P. Drège (éd.), Études de Dunhuang et Turfan, Paris, EPHE-Droz, p. 1-52.

Haut de page

Notes

1  L’essentiel des textes sogdiens ont en effet été découverts dans les sables du Xinjiang chinois qui les ont préservés, tandis que le lœss acide de Sogdiane les a fait pour la plupart disparaître.

2  Sauf mention contraire, les traductions de l’arabe ou du sogdien sont de l’auteur.

3  Première traduction et détails de l’analyse dans Grenet-la Vaissière, 2002 : 167-178. On notera que mes idées ont évolué depuis cet article. En particulier, c’est bien le prince d’Ustrushana, désigné par le titre de MR’Y (Afshîn), et ses troupes, auquel il est fait référence dans l’ensemble du texte, comme le montre l’analyse des pronoms démonstratifs.

4  Une légère erreur s’est ici glissée dans le texte de l’historien : un wâw a été inséré laissant penser que Shawkar b. amîk et le Khwârazm Shah sont deux personnes différentes, alors qu’il s’agit du nom, déformé, du Khwârazm Shah régnant, Shawshfar b. Azkâjamûk.

5  Bal‘amî donne 10 millions, mais il s’agit sans doute d’une confusion entre deux et dix, très facile en persan.

6  C’est la seule erreur de ce texte : un ibn a été substitué à un al. Ikhshîd est le titre des rois de Sogdiane, ici Ghûrek.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Étienne de La Vaissière, « Historiens arabes et manuscrits d’Asie centrale : quelques recoupements », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 129 | juillet 2011, mis en ligne le 05 janvier 2012, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/remmm/7112

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page