Navigation – Plan du site
Etudes libres

Les « cinébus » dans la tourmente

Projections cinématographiques et montée de l’anticolonialisme en milieu rural algérien (1945-1962)
The “CineBus” in turmoil: Film screenings and rise of anti-colonialism in rural areas of Algeria (1945-1962)
Sébastien Denis
p. 201-214

Résumés

Cet article présente les activités du Service de diffusion cinématographique (SDC) du Gouvernement général de l’Algérie, chargé de projeter les films de propagande sur l’Algérie coloniale auprès des populations rurales du pays. D’abord seul à partir de 1945, puis avec l’aide de l’armée pendant la guerre d’Algérie, le SDC a ainsi mis en place une action psychologique visant à propager une image favorable de la France et de l’administration algérienne. Après les massacres de Sétif, dans un contexte politique tendu menant à la mise au pas des mouvements indépendantistes, il s’agissait de proposer une vision idéale des relations entre la France et les Algériens. Largement composé d’Européens d’Algérie, le service témoignait, dans des rapports circonstanciés, à la fois de la montée d’un anticolonialisme larvé au sein du public et d’une foi dans l’Algérie française de la part de ses fonctionnaires.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Sur les modalités de production de ces films, voir Denis, 2004. Sur le SDC, des informations ont ét (...)
  • 2 Le parc est composé d’un seul camion en 1946, de quatre en 1950, d’une douzaine en 1954, puis d’une (...)
  • 3 On se rapportera notamment à Géré, 1997, et à M.-C. et P. Villatoux, 2002, 2005.

1Le Service de diffusion cinématographique (SDC) du Gouvernement général de l’Algérie (GGA, puis Délégation du gouvernement en Algérie), créé en 1943 mais actif seulement à partir de 1945, sert à montrer les films produits par la France sur l’Algérie coloniale1 dans les campagnes (et plus rarement dans les villes) algériennes à l’aide de « cinébus » dont le nombre va aller croissant jusqu’à la fin de la guerre d’Algérie2. Organisé à la manière des propaganda kompagnie allemandes et de leurs homologues américaines de la Psychological Warfare Branch durant la Seconde Guerre mondiale, composé en grande partie de fonctionnaires d’origine « européenne », le SDC est résolument pensé comme un outil d’action psychologique, employé en temps de paix comme en temps de guerre auprès des populations rurales afin d’orienter leur perception de la puissance coloniale et de recueillir, au moins officieusement, des informations relevant du renseignement. À ce système, opérationnel entre 1946 et 1962, s’adjoignent à partir de 1956 des compagnies strictement militaires. Les Compagnies de haut-parleurs et tracts (CHPT), devenues Compagnies de diffusion et de production (CDP) en 1959, sont basées sur le modèle du SDC et chargées d’opérer dans le cadre d’une nouvelle pensée de la guerre, dans laquelle l’action psychologique et le contrôle des masses deviennent le cœur même du projet militaire de lutte contre un ennemi protéiforme, agent de la « subversion » communiste internationale3.

  • 4 Qu’on peut trouver aussi bien au Centre des Archives d’Outre-Mer (ci-après CAOM) d’Aix-en-Provence (...)
  • 5 On trouvera au SHD-T, 1H2535, des rapports pour les CHPT que nous ne pouvons ici analyser en détail (...)

2Ces différents outils cinématographiques pouvaient-ils être efficaces dans le contexte colonial particulièrement complexe de l’Algérie ? Nous analyserons dans cet article, essentiellement à travers les rapports d’activité du SDC4, comment les pouvoirs publics les ont employés pour contrôler les populations autochtones et limiter le développement de l’anticolonialisme avant puis pendant la guerre. La réception de ces projections orientées par les populations est au cœur de l’analyse du terrain par le SDC, outil de propagande en même temps qu’outil de mesure de l’opinion publique. Les CHPT/CDP, quant à elles, sont directement employables dans la guerre psychologique en appui de missions militaires. L’action des CHPT/CDP, plus difficile à documenter5, n’a pas non plus le même impact puisque leur but est différent, tout comme leur dépendance hiérarchique et leur composition même (des soldats du contingent essentiellement sous la direction d’un officier d’action psychologique). Le fait que le SDC soit composé d’Européens donne aux rapports de la structure une couleur particulière qui ne se retrouve pas dans le traitement militaire des CHPT/CDP. Même si les finalités des deux structures sont proches, leur dépendance civile ou militaire en font des objets distincts.

Quels publics ? Quels films ?

  • 6 Chevaldonné, 1997, p. 27-33. L’auteur tend à minimiser les chiffres de cette diffusion non-commerci (...)
  • 7 Des structures comme l’Institut pédagogique national ou la Cinémathèque de la Ville de Paris projet (...)

3Mais tout d’abord, quels sont les publics concernés par ces projections ? Le SDC, et plus tard les CHPT/CDP, touchent essentiellement les populations algériennes, alors qualifiées de « musulmanes ». Ce sont les adultes qui sont avant tout visés par ces structures itinérantes civiles puis militaires. À en croire les chiffres (vraisemblablement exagérés6) publiés par le SDC, c’est en millions qu’il faut compter les spectateurs de ces séances organisées le plus souvent en plein air ou dans des lieux publics. Pour les enfants et adolescents, une autre structure est employée afin de diffuser la propagande filmée dans les écoles et les universités : l’Office algérien du cinéma éducateur (OACE)7. Organisme public chargé de diffuser les copies de films et d’aider les écoles ou les mairies à acheter des projecteurs 16mm, l’OACE se prévaut lui aussi d’une activité considérable, touchant au cours des années des centaines de milliers d’enfants. On s’intéresse donc de près non pas aux élites algériennes ou aux « pieds-noirs », comme on les nommera pendant la guerre, mais à des publics nouveaux n’ayant aucune culture de l’image et donc, dans l’esprit des responsables, aisément manipulables par l’« arme psychologique » qu’est devenu le cinéma. Il s’agit de faire face à la rébellion montante depuis les massacres de Sétif en 1945 et le trucage des élections municipales de 1948, trop favorables aux courants indépendantistes. Pour ce faire, le cinéma est valorisé par les autorités locales.

4Il y a lieu de croire que cette propagande, civile puis encadrée par des militaires durant la guerre, devait être ressentie fort diversement par les Algériens et les Européens des campagnes. Si ces derniers, non directement visés par ces opérations, se voyaient confortés dans leur histoire et leur supériorité, les Algériens pouvaient au contraire observer la différence entre leur niveau de vie et celui proposé comme une norme (logements neufs et destruction des bidonvilles, travail et éducation pour tous...) dans des films aux titres évocateurs (L’Algérie au travail, 1946 ; Les grands ports d’Algérie, 1947 ; La moisson sera belle, 1949, etc.) À la grandeur filmique de l’action française s’opposait sèchement la réalité d’une population abandonnée. Les enfants, quant à eux, représentaient davantage encore un public captif, le but supposé des projections scolaires étant de leur inculquer des « bases » d’histoire-géographie concernant l’Algérie ne rendant que peu compte des disparités à l’œuvre dans la société algérienne. Sur ce type de public, il est difficile d’imaginer les résultats de la propagande ; toutefois on peut envisager que l’origine sociale des parents devait permettre de nuancer les propos des films dans le cas des « musulmans » et au contraire de les exacerber du côté des « européens ». Des réactions des premiers à cette propagande, on n’a trouvé que celle de Younès Dadci qui, dans son ouvrage Dialogue Algérie-Cinéma, témoigne de ce que pour lui ce cinéma « n’a eu aucune influence directe et profonde sur le comportement des spectateurs ». Il tient toutefois à préciser un point intéressant quant au rejet des films de propagande par la population algérienne :

On ne peut méconnaître cependant le rôle joué par les ciné-bus qui ont permis à un grand nombre de villageois ou de paysans de voir ce qu’était le cinéma, muet d’abord puis parlant. J’ai moi-même vu mon premier film vers les années 1950-1952 dans les halles au grain du marché de mon village. Ce fut d’ailleurs la première et la dernière projection que je vis. Mon père m’interdisait d’assister à la projection des « mauvais films ». Je protestais un peu, c’était en effet amusant pour les enfants de mon âge d’assister à ce nouvel amusement. Mais je ne pus convaincre mes parents. Ils pensaient, et ils n’étaient pas les seuls, que ces ciné-bus ne projetaient que des films mauvais... Il y avait pourtant de très belles images, mais on me répétait que j’étais trop jeune pour comprendre le cinéma (Dadci, 1970).

  • 8 Alger, Délégation du gouvernement en Algérie, 1961.
  • 9 Frère, 1961 : 65. Les éléments les plus intéressants sont les pourcentages qu’elle propose ; on not (...)

5Les films donnent à voir une image des populations algériennes déformée par le prisme colonial. En 1961 paraît une étude de Suzanne Frère, Sons et images dans le bled algérien. Enquête sociologique 8. Suivant les projections du SDC, l’auteur analyse les réactions souvent bon enfant des spectateurs. De l’ensemble de l’étude, il ressort que les spectateurs viennent essentiellement pour se distraire et conjurer la peur, conscients de l’exercice de propagande proposé par le SDC ou les militaires 9.

6Par ailleurs, le fait que les films aient bien touché un public n’induit pas la réussite de cette propagande. En effet, le public auquel ces films semblent s’adresser y a-t-il été sensible ? Les responsables du SDC veulent s’en persuader, car pour eux l’absence (relative) de réactions négatives dans l’assistance équivaut à une acceptation des messages de propagande diffusés. On peut toutefois avancer que, pour ces populations délaissées par la France depuis le début de la colonisation, le passage des Français était toujours positif, surtout quand les projections étaient suivies de distributions de denrées alimentaires, dans la meilleure tradition des « bureaux arabes » du xixe siècle, puis de l’action psychologique que les civils et militaires stationnés en Algérie avaient pu voir à l’œuvre dès l’arrivée des Américains sur le sol africain en 1942. Le général Lorillot, commandant en chef de la Xe région militaire, met en avant en octobre 1956 l’importance de « menus cadeaux » (« bonbons aux enfants, semoule, vêtements ») qui sont vraisemblablement plus utiles que la propagande elle-même pour « attirer le plus grand nombre de personnes [...] de manière à répandre devant le maximum d’auditoire [sic] les propos désirés ». Envers les populations, on utilise de manière simultanée la guerre et l’action psychologiques pour éradiquer les combattants tout en voulant conserver des populations « amies ».

  • 10 SHD-T, 1H2560.
  • 11 SHD-T, 1H2535, « État des films projetés et disques diffusés du 1er avril au 30 juin 61 par la CDP (...)

7Quels sont les films proposés durant ces projections ? Deux catalogues édités par le SDC10 permettent de répondre précisément à la question, le premier datant de 1954 environ et le second de 1959 environ – il intègre donc des films sur le conflit. Sans qu’il soit possible de faire ici un inventaire précis de ces films, il s’agit le plus souvent de documentaires produits par des sociétés civiles, et par le SCA pendant la guerre. Les copies du SCD sont souvent en français, mais il existe des copies en arabe dialectal, voire en kabyle ; les copies diffusées par les CHTP/CDP, donc par les seuls militaires, sont pour leur part essentiellement en arabe (en dehors de quelques documentaires et d’un Charlot policeman11). Le listing de la CDP, plus tardif, intègre également plusieurs fictions en arabe financées depuis 1960 par le gouvernement, basées sur des contes et légendes orientaux (Le Djinn des gourbis ; Le lopin de terre et le voleur), mais aussi davantage de films destinés aux femmes (Femmes des villes ; Pour vous femmes d’Algérie), aux enfants et adolescents (Moniteurs de la jeunesse ; Enfants de troupe nord-africains ; Cités nouvelles ; J’ai gagné un métier) ainsi que des films du SCA de propagande généraliste sur l’Algérie (Paix en Algérie ; Le monde libre et l’Égypte ; C’était le désert...). Enfin, les CDP projettent des films strictement militaires dédiés seulement à de petites zones dans le cadre de la guerre psychologique (Les Zibans ; Vallée du Chélif ; La Vallée de la Mekerra ; M’Sila ; Bou Maad). Un rapide descriptif d’une séance type de CHPT en 1956 en dit plus sur les activités, qui n’incluent pas que le cinéma :

Le déroulement type d’une séance comprenait :

a) L’exposition de photos prises localement et représentant l’action rebelle avec, en regard, les réalisations actuelles.

b) La distribution de deux tracts différents, appropriés à chaque séance, et d’une affichette. (...)

c) L’audition de musique militaire ou kabyle.

d) Une causerie psychologique en français et en kabyle

  • 12 SHD-T, 1H2535, 8 septembre 1956, administrateur des services civils Robert Brive au sous-préfet de (...)

e) Une séance cinématographique de trois ou quatre films de court métrage dont au moins un amusant.12

  • 13 SHD-T, 1H2560, « Le Service de Diffusion Cinématographique de lAlgérie. Sa filmathèque... », Servi (...)

8Pour mieux faire accepter la propagande, qui passe par les documentaires, les deux services (SCD et CHPT/CDP) proposent de manière quasiment systématique des courts-métrages de fiction, essentiellement des cartoons et des films comiques du type Charlot, ainsi que des courts métrages musicaux en arabe (Musique et joie ; La fête imprévue...). Le listing des cinébus du SDC est composé de films variés qui font du service un « instrument d’information, d’éducation des masses, de détente des esprits et parfois aussi de propagande française »13. Parfois et surtout, car le gros des films est le documentaire de propagande généraliste sur l’Algérie (mettant en avant le rôle de la France dans le développement humain et industriel du pays : Algérie au travail ; Alger la ville qui construit ; El Djezaïr...), auquel s’ajoute le film prophylaxique et technique (Il était une montagne ; Alerte aux champs ; Alerte aux mamans ; Boussaad, Djeloul et les moustiques ; Caravane de la lumière...) et le film touristique sur les différentes régions d’Algérie, voire de France. On le voit, ces films alternent entre des considérations prosaïques sur le paludisme ou sur le ravinement des montagnes et une propagande généraliste au contenu le plus souvent très éloigné du quotidien des populations algériennes auxquelles ils s’adressent.

Un vent de révolte (1945-1954)

  • 14 CAOM, 8 CAB 92, 19 février 1945, Murati, rapport de tournée du 31 janvier au 17 février.

9Durant les premières années de l’après-Seconde Guerre mondiale, les rapports de tournées du SDC se satisfont pour la plupart du fonctionnement du service et des répercussions de la propagande sur les populations visitées, et seules quelques mentions dénotent une agitation au sein des spectateurs. Les massacres du Constantinois en mai 1945 marquent pourtant très tôt une rupture dans la relation au public. Alors qu’en février Pierre Murati, directeur du service, note que « les partisans de Ferhat Abbas sont prompts à lancer les applaudissements dans les causeries au cri de Vive la France 14 », en décembre de la même année il observe un changement d’atmosphère. Cette séance se fait alors que les « détenus politiques » reviennent à Biskra, galvanisant les jeunes et les partisans des partis indépendantistes, et le chef de service ne peut que constater :

  • 15 CAOM, 8 CAB 92, 20 décembre 1945, Murati, rapport secret à la suite d’une tournée dans les territoi (...)

L’évolution des esprits est plus poussée qu’on ne peut l’imaginer. L’administrateur de Vivie de Régie, replacé à la tête de l’annexe de Biskra, après une année d’absence dans le Tell, a été frappé de l’évolution des populations des Zibans. Celles-ci faisaient autrefois leurs revendications en termes mesurés et déférents. Actuellement elles exigent presque et réclament avec violence. La pénétration de certaines doctrines politiques jusqu’au fond des douars, la lecture d’un journal de combat qui attaque et vitupère, n’est [sic] certainement pas étrangère à cet état d’esprit. La doctrine communiste paraît avoir gagné à sa cause un grand nombre de musulmans, qui espèrent, dans les Zibans notamment, obtenir des satisfactions matérielles importantes ou servir la cause du nationalisme à l’abri du paravent communiste. La misère très grave qui règne au Sahara et dans un grand nombre de régions des hauts plateaux, où les populations rurales souffrent véritablement de la faim, n’est pas non plus sans avoir modifié le comportement et la façon de penser de certains15.

  • 16 Production Flora-Cosmorama, Alger, 1947. Ce film montre l’aide logistique apportée par la France au (...)
  • 17 CAOM, 8 CAB 92, 20 décembre 1945, Murati, rapport secret à la suite d’une tournée dans les territoi (...)

10On le voit, si l’observateur prend en compte une réalité économique désastreuse, il a surtout tendance à amalgamer les éléments politiques supposément responsables du changement de mentalité des populations et ne remet pas en cause l’action de la France. Par ailleurs, comme les responsables de la censure (Denis, 2006), le SDC note le succès grandissant des films mettant en valeur l’Islam, films qui disparaîtront d’ailleurs ensuite des programmes du fait même de ce succès qui dépasse le simple spectacle pour entrer dans le domaine de la gestion politique de la religion par les autorités : « Le film Les pèlerins de la Mecque16 a soulevé l’enthousiasme des spectateurs. Il est intéressant de noter à ce sujet qu’à Biskra comme à Batna, l’apparition sur l’écran du roi Ibn Seoud et de ses fils, les vues de La Mecque et de Médine, ont déchaîné un concert d’applaudissements, surtout chez les jeunes. Il en a été de même à chaque apparition de soldats musulmans17 ». Ainsi, le fonctionnaire ne tarde pas à prendre la mesure de l’évolution des populations à l’égard de la France et des autres pays arabes, à travers la politisation de la population par rapport à la dimension arabo-musulmane, qui est rejetée au sein de la propagande cinématographique à partir de la fin des années 1940. Trois ans plus tard, en avril et mai 1948, son adjoint note l’intervention de jeunes nationalistes au cours de la projection dans la ville de Mascara :

  • 18 CAOM, 9 CAB 39, Plassard, rapport sur la tournée dans l’Oranais, 16 avril-2 mai 1948.

Notre projection eut lieu dans le calme et l’ordre et même dans l’enthousiasme, malgré la présence au début de la soirée de quelques jeunes nationalistes qui tentèrent, en vain, de dissuader certains spectateurs d’assister à la représentation. Ces jeunes nationalistes furent noyés dans la masse indifférente à leurs manœuvres et ils en furent pour leurs frais. Il est en effet certain que le spectacle intéressait beaucoup plus la population que les quolibets de ces musulmans endoctrinés et attachés aux idées anti-françaises dont Messali Hadj s’est fait l’actif propagandiste18.

  • 19 Source : SHD-T, 1H2560, « Le Service de Diffusion Cinématographique de l’Algérie. Sa filmathèque... (...)
  • 20 Jeunes agriculteurs d’Algérie (Maison Carrée), réal. Jean-Charles Carlus, prod. Carlus-Delafosse-GG (...)
  • 21 CAOM, 9 CAB 39, Héros, rapport de tournée dans l’Oranais, 2-13 décembre 1950.

11Entre 1948 et 1953, alors que les chiffres annoncés par le SDC augmentent régulièrement (1948 : 251 séances, 520 000 spectateurs ; 1949 : 304 séances, 680 000 spectateurs ; 1950 : 317 séances, 750 000 spectateurs ; 1951 : 326 séances, 778 000 spectateurs ; 1952 : 331 séances, 810 000 spectateurs ; 1953 : 333 séances, 825 000 spectateurs19), les signaux se font plus insistants, marquant ainsi le rejet de la politique française par les populations locales. En décembre 1950, dans la ville de Prudon (département d’Oran), un incident est rapporté lors de la projection du court métrage Jeunes agriculteurs d’Algérie, centré sur la promotion de nouvelles élites algériennes formées par la France20  : « Au moment où apparaît la séquence sur les tracteurs se rendant aux champs, un spectateur musulman fit la réflexion suivante : “Ils font croire qu’ils nous aident, mais ils font quand même suer le burnous”21 ». Le 3 juillet 1952 à Oued Zenati, dans le département de Constantine, le responsable note une anecdote similaire :

  • 22 CAOM, 10 CAB 31, P. Recorbet, rapport de la tournée du 2 au 9 juillet 1952.

Quelques réflexions faites à voix basse furent entendues au cours de la projection, notamment lors de la présentation du film La moisson sera belle [Croses, 1949] : « Ils prétendent nous aider en nous donnant de la semence, mais [...] c’est de la blague, ils mentent ». Cette réflexion bien caractéristique porte la marque des adeptes des doctrines séparatistes ou extrémistes, qui en nombre supérieur à 3 000 ont applaudi et acclamé Messali Hadj lors de son dernier passage dans la région et ont également réservé un accueil sympathique à Ferhat Abbas il y a quelque temps 22.

  • 23 Mouvement pour le triomphe des libertés démocratiques (Messali Hadj) ; Union démocratique du manife (...)
  • 24 CAOM, 10 CAB 31, Plassard, rapport de la tournée du 13 au 23 avril 1953.

12Un an plus tard, lors d’une nouvelle tournée dans le Constantinois, le responsable peut se rendre compte de la montée en puissance des éléments contestataires issus des mouvements nationalistes algériens MTLD, UDMA et PCA23. Mais il se veut rassurant : même si au Kroubs des militants du MTLD ont créé des troubles, selon lui « notre travail en profondeur leur a donné vraisemblablement à réfléchir car après la séance ils parurent moins arrogants24 ».

  • 25 Voir les mémoires de Vaujour, 1985 et Jauffret, 1998.

13Ces quelques allusions relatées à l’occasion de séances de cinéma sont certes anecdotiques, mais elles doivent être ajoutées aux nombreux rapports émanant des services de police et de renseignement civil et militaire concernant l’ambiance générale en Algérie. L’ensemble créait, pour les observateurs attentifs comme Jean Vaujour, préfet et chef de la sûreté en Algérie en 1954-55, un faisceau de preuves convergentes (malgré le fonctionnement déficient du renseignement entre Paris et Alger, et en Algérie même) laissant penser à l’imminence d’une « rébellion », ce qu’il fit savoir au gouverneur général, qui en informa lui-même le ministre de l’Intérieur, François Mitterrand. Si les agents européens de l’administration française, comme ici ceux du SDC, étaient peut-être trop confiants dans les rapports de force établis depuis plus de cent ans (rapports que les films se chargeaient de diffuser), ils n’en ont pas moins signalé dès 1945 tous les signes de tension au sein des populations. Quoi qu’il en soit, les ministères, à l’image des agents du GGA, ne prirent pas au sérieux ces signaux d’alarme25.

Le temps de la guerre (1954-1962)

14Au début de la guerre d’Algérie, les rapports du SDC, par la voix de Pierre Murati ou de ses adjoints, se font bien moins fréquents qu’avant la guerre ; pourtant, la diffusion semble continuer d’augmenter si on en croit les rapports de 1954, avec 1,1 million de spectateurs, et de 1955, avec 1,3 million de spectateurs déclarés (bien que, après août 1955, l’est Constantinois soit condamné). D’après Murati :

  • 26 SHD-T, 1H2515/2, 2 janvier 1956, Murati, rapport d’activité du SDC en 1955.

Certains esprits mal informés ont pu croire que l’action du SDC s’était ralentie singulièrement en raison des événements. Il n’y a qu’à consulter les fichiers du service, les livres de bord des « cinébus », les notes et rapports et les nombreux comptes-rendus de presse pour vite s’apercevoir du contraire. Par ses films le SDC a été présent dans plusieurs parties du vaste monde. En Algérie, on a pu noter la présence des ‘cinébus’ aux cocardes tricolores et frappés de la marque du service, dans les douars, dans les centres, les villages, les villes, les ‘ksours’ accessibles à une action efficace. Du nord au sud, de l’est à l’ouest, les équipes mobiles du SDC ont été sans cesse de l’avant, poussées par l’ardeur de l’entreprise et guidées par le désir absolu et constant d’édifier une œuvre solide, de dissiper des malentendus nés des circonstances et de montrer qu’ici la France continuait en dépit de la violence, du crime, de l’erreur et de la critique 26.

  • 27 CAOM, 12 CAB 16, 17 janvier 1958, Murati, rapport d’activité du SDC en 1957.
  • 28 SHD-T, 1H2516/1, lettre du capitaine Noiret, citée dans un rapport de tournée dans le Constantinois (...)

15On le voit, le ton est volontaire et tout entier dédié à la cause de l’Algérie française. C’est en 1956 seulement que la guerre se ferait sentir sur les chiffres de participation publique du SDC, avec 350 000 spectateurs déclarés et des projections plus ponctuelles27, faisant suite à l’état d’urgence puis aux pouvoirs spéciaux. Au début de la guerre, les séances semblent se dérouler convenablement, émaillées de rares escarmouches, notamment dans le Constantinois. Une lettre reçue en juin 1957 par l’équipe d’un cinébus du SDC à Bayad, où le capitaine félicite le service pour son action sur la « population dite rebelle », rend bien compte de l’image falsifiée des Algériens que donnent les rapports du SDC, perception flottante qu’on retrouve au sein même des films militaires : « Les réactions de ces hommes prouvent qu’ils sont comme tous les autres, accessibles aux sentiments humains qui sont en honneur dans votre action. Vous trouverez à votre prochain passage une audience accrue... car au fond ils sont Français28 ». Le fait qu’ « au fond » ils soient Français engage à une lecture double des Algériens, l’une superficielle qui réduirait à néant la rébellion qui couve, et l’autre qui ferait des hommes des « Français à part entière ». En octobre 1956 et en mai 1957, le SDC essuie pourtant un échec à Souk Ahras. Pour cette dernière projection, seuls 500 spectateurs algériens sont comptabilisés :

  • 29 À la frontière tunisienne.
  • 30 SHD-T, 1H2516/1, 5 juin 1957, Murati, rapport sur une tournée de cinébus du 13 au 19 mai dans le Co (...)

La pluie se mit de la partie et facilita la tâche des ‘saboteurs’, des jeunes le plus souvent, qui par des arguments colportés, sous le ‘burnous’ et de ‘bouche à oreille’ firent en sorte d’amener les spectateurs à quitter le lieu de la projection. Il y eut des arrestations et peut-être aussi certaines fautes psychologiques du service d’ordre. Quoi qu’il en soit, le climat de Souk Ahras, où autrefois le SDC réunissait d’énormes auditoires, semble encore lourd et peu détendu pour ne pas dire hostile. Je crois, bien que cela ne soit pas de ma compétence, qu’il y aurait lieu de mener là, une action cohérente et solide, car la ville de par sa situation géographique29 est une zone d’élection pour tous ceux qui jouent la carte du FLN. Ici il n’y eut pas d’applaudissements mais des coups de sifflets ! Je me console certes, car c’est la preuve que nos films gênent l’action des propagandistes du front de la libération [sic] 30.

  • 31 Ibid.

16Il faut donc attendre 1957 pour que le SDC change de ton et intègre l’échec potentiel de la stratégie française. Lors de ces mêmes séances, la chute du gouvernement Mollet, évoquée dans les actualités filmées, crée un décalage entre le discours de stabilité annoncé par les films de propagande et la réalité politique française du moment : « Il est en effet difficile de parler d’unité et de confiance quand le “gouvernail” de la France est en avarie. Mes équipes ont su faire face à la situation du moment et donner le coup de barre nécessaire. Plus de 39 000 spectateurs ont écouté la leçon qui leur était faite, avec objectivité, adresse et doigté. Le cinéma a encore une fois, sous l’estampille du SDC fait travail utile et humain31 ». Vers la fin de la guerre, les spectateurs sont toujours moins nombreux à assister aux séances, et il ne s’agit sans doute plus seulement des menaces du FLN pesant sur les spectateurs depuis des années, comme semble le croire l’opérateur du SDC quand, le 16 octobre 1960, seuls 300 spectateurs viennent à la séance :

  • 32 CAOM, 15 CAB 12, 5 novembre 1960, Roger Toche, rapport sur la tournée du cinébus n°3 du 10 au 26 oc (...)

À signaler que les spectateurs assistèrent impassibles à la projection et que ni le Charlot, ni le sketch comique arabe n’arrivèrent à les dérider alors que partout ailleurs ces films eurent le don de déchaîner les rires et les exclamations de l’assistance. Je devais apprendre par la suite à Aïn Temouchent, au cours de diverses conversations, que les populations de la région de Gaston Doumergue sont travaillées sérieusement par des commissaires politiques et que la présence de rebelles se déplaçant aux alentours en est la cause. Cette région est la seule que l’on puisse considérer comme non pacifiée de tout l’arrondissement d’Aïn Temouchent et sur laquelle il paraît nécessaire de faire un gros effort pour multiplier les contacts avec les populations tout en poursuivant le harcèlement des rebelles 32.

  • 33 SHD-T, 1H2516/1, 14 septembre 1959, Murati, « compte-rendu des activités du SDC dans l’arrondisseme (...)

17On le voit, le SDC agit aussi comme un service de renseignement, l’état d’esprit des populations donnant lieu à de potentielles reprises en main militaires. Un dysfonctionnement interne à l’administration se fait toutefois jour quand des militaires se montrent plus réticents face à l’action psychologique au tournant des années 1960, pendant le démantèlement des 5e bureaux, entraînant ainsi une action moins concertée sur les populations. En septembre 1959, Murati s’exprime en toute franchise quand, à l’occasion d’une projection à Reghaïa, les responsables militaires se montrent « peu dynamiques et sans grand secours en matière d’action psychologique » : « Mon service a été habitué à une aide beaucoup plus efficace, dans le secteur de Maison-Blanche, Ain-Taya, à l’époque où l’action psychologique était une arme utilisée avec foi par le 5e bureau de l’Etat-Major du Général Huet. Les hommes ont changé, le temps a passé, et j’ai la nette impression qu’au quartier de Reghaïa, l’action psychologique n’est plus une préoccupation majeure33 ». En effet, c’est à cette période que l’action psychologique commence à être critiquée par le ministère de la Défense, suivant ainsi la politique du général De Gaulle, arrivé au pouvoir en juin 1958 et qui désire à la fois briser les structures militaires jugées trop puissantes (notamment en termes de propagande) et ouvrir la voie à l’autodétermination.

18Cette utilisation idéologique (on fait ici appel à la foi) de l’arme psychologique, qui est un des fondements du SDC depuis les années 1940, est mise à mal quand, en 1960, l’action psychologique est dénoncée politiquement, ayant mené entre autres au soutien d’officiers aux barricades de janvier 1960 – elle mènera ensuite au putsch de généraux d’avril 1961. Il est d’ailleurs intéressant de noter, dans le cadre de la restructuration de l’information de la délégation générale et du 5e bureau – le SDC travaille alors avec le 3e bureau « Problèmes humains » qui l’a remplacé –, que Murati juge bon en décembre 1960 de redéfinir l’action de son service en la séparant clairement de l’action psychologique mise à mal par l’Elysée et les ministères :

  • 34 CAOM, 14 CAB 182, 7 décembre 1960, Murati, rapport de tournée du SDC.

Les films et les méthodes d’action du SDC sont des moyens d’expression objectifs. Les uns et les autres ne violent pas brutalement les traditions ancestrales et les cerveaux des gens, car beaucoup de ceux-ci sont encore à la recherche d’un équilibre moral et de vérités de base, tandis que d’autres sont des adversaires de la France. Cette arme psychologique exerce sur les uns et les autres une influence efficace et parfois salutaire, car elle est utilisée par un service dont la structure repose avant tout sur une idée force de patriotisme et sur la connaissance solide de l’Algérie, du Sahara et des populations d’origines ethniques diverses qui y vivent34.

  • 35 On voit la reprise du jugement porté par Serge Tchakhotine sur ce sujet (dans Le viol des foules pa (...)

19Si le cinéma est encore une « arme », il ne doit toutefois pas être un instrument de viol des foules35, et Murati, reniant les années précédentes d’action psychologique, pose alors son service, par sa longue expérience du bled, comme un rempart à la manipulation et à la propagande dure, sous couvert de « patriotisme ». Mais ce changement de vocable ne modifie pas le mouvement de fond qui s’opère au sein de la société algérienne, et 1961 semble marquer la fin de la domination du SDC sur les campagnes. Les responsables de tournées vivent alors, comme toujours, cette évolution de manière très personnelle ; pour eux les équipes ne sont pas en cause dans cet échec nouveau, et c’est un ensemble de faits qui est stigmatisé pour comprendre la perte de vitesse de la propagande française dans le bled, dont le SDC reste pour ses promoteurs le maître-étalon. En juin 1961, Murati va jusqu’à exhorter les autorités, alors que se multiplient les annulations de séances ou celles ne recueillant que peu de spectateurs dans une « atmosphère lourde », après le putsch d’avril et au moment de la première conférence d’Evian (mai-juin 1961) :

  • 36 CAOM, 15 CAB 82, 20 juin 1961, Murati, rapport de tournée dans les Igamies d’Alger, Oran et Constan (...)

Il y eut parfois et en certains endroits des hésitations et même une crainte mal dissimulée à aider au rassemblement autour des cinébus de plusieurs centaines de spectateurs. Il serait à mon avis souhaitable que les autorités responsables n’hésitent pas à jouer le jeu et à prendre des risques, car au fond ce sont encore mes collaborateurs qui prennent les plus gros risques. [...] Je ne veux pas, certes, me livrer à une critique, mais j’estime que dans une période comme celle que traverse l’Algérie, mon service doit recevoir le maximum d’encouragements et trouver l’aide la plus courageuse pour accomplir une tâche qui n’est pas toujours facile mais qui doit dans la majeure partie des cas être suivie de très près par tous ceux, civils ou militaires, qui sur le plan local administrent et protègent 36.

  • 37 CAOM, 15 CAB 82, 9 octobre 1961, Plassard, compte-rendu de tournée.

20La même année, la tournée de septembre et octobre dans les arrondissements de Blida et Maison-Blanche ne draine que cinq mille spectateurs pour quinze séances, ce qui est pour le chef de tournée le chiffre le plus bas pour la Mitidja depuis la création du SDC. Là encore, les raisons sont complexes mais l’on sent bien poindre l’amertume chez le responsable : « Les causes possibles seraient à mon avis : un mot d’ordre qui a pu être donné aux Algériens par certains meneurs FLN, peut-être ? ; la période actuelle que traverse l’Algérie, c’est probable37 ». À la fin de la guerre, même les films produits spécialement pour le public arabophone ne font plus mouche : le fonctionnement du cinéma d’État depuis 1945 est mis à mal. Au même moment, c’est d’ailleurs la télévision, et non plus le cinéma, qui est choisie pour devenir le vecteur des velléités gouvernementales au sein des populations métropolitaine et algérienne (Denis, 2009 : 363-392).

  • 38 Actualités qui seront d’ailleurs réalisées par... les Actualités Françaises, société d’État.
  • 39 Radio-Télévision Algérienne.
  • 40 René Vautier dirigeait le Centre audiovisuel de Ben-Aknoun au Château-Neuf, entouré d’une équipe de (...)

21On peut donc conclure sur l’échec relatif des dispositifs de cinébus qui, voués au divertissement mais in fine à la surveillance, n’ont jamais vraiment permis d’appréhender la complexité des mouvements de fond de la société algérienne, ni a fortiori de stopper l’indépendance et ses acteurs dans les régions reculées. C’est un outil politique qui devient totalement inopérant quand la politique algérienne de la France change radicalement de style et d’idéologie avec Charles De Gaulle, vers 1960-1961. Les rapports du SDC, jusqu’en 1962, rendent toutefois compte de l’attachement des pieds-noirs à l’Algérie française alors que depuis 1959 le Général a envisagé la séparation entre les deux pays. Ils témoignent aussi de la fin des institutions françaises en Algérie. De manière ironique, les cinébus français seront repris à son compte par la jeune République algérienne pour initier la population au cinéma ou pour diffuser des « actualités » algériennes38. La remise en marche des cinébus du « GG » est à nouveau mentionnée par Younès Dadci : « [Un responsable], qui avait entre-temps quitté les services de la RTA39, s’occupait de la mise en activité des ciné-bus du gouverneur [sic] général de l’Algérie. Et, voulant comme effacer l’empreinte de ce dernier, on ajouta à “Cinéma itinérant” le mot “populaire” pour obtenir une appellation révolutionnaire, “Cinéma Populaire itinérant”. On remplaça “cinébus” par “ciné-pop”. Et ainsi, selon le responsable du Châteauneuf40, le changement serait radical ! » (Dadci, 1970 : 56). L’évocation de l’aventure des « ciné-pops » par René Vautier, responsable du cinéma à la « libération » du pays est évidemment très différente (jusque dans l’origine des camions-cinéma, qui pour lui étaient des camions de projection des services d’action psychologique de l’armée, auxquels s’ajoutaient des projecteurs Debrie détruits par l’armée à son départ et réparés par les Algériens (Vautier, 1998 : 176), à l’image de la devise du service : « Vers le socialisme par le cinéma, en dehors de toute censure ». Vautier évoque avec emphase ce moment : « L’utopie en marche ! Elle a quand même fait parcourir quelques kilomètres à tout un peuple, et imbibé jusqu’à l’os quelques cinéastes... ».

  • 41 Voir à ce propos Meynier, 2002. L’auteur y analyse la stratégie de l’« information-propagande » du (...)

22Par-delà l’anecdote, il s’agit là d’un renversement qui montre l’intérêt représenté par les projections itinérantes, qui constituent un moyen méconnu de propagande. Alors que triomphe la révolution algérienne, valorisée au cinéma par des actualités algériennes et des films issus pour la plupart des pays socialistes, il faut aux responsables des médias trouver des moyens de diffusion adaptés à une population dispersée et sous-équipée. Le fait même que la République ait à reprendre les structures coloniales pour la diffusion d’une idéologie opposée peut être lu de manière contradictoire comme la victoire posthume de l’administration française ou comme la révélation des manques cruels en termes de développement au sein des populations. Le fait est que bien souvent les Algériens reprendront, souvent avec l’aide de la France dans le cadre de la « coopération », les outils issus de la période coloniale, et parfois même des films français simplement resynchronisés en arabe dialectal. La communication, bien comprise par le FLN au niveau international (entre 1958 et 1962 essentiellement41), sera alors appliquée au peuple algérien lui-même.

Haut de page

Bibliographie

Chevaldonné François, juillet 1997, « Notes sur les structures et les modalités de diffusion du documentaire colonial en Algérie », in F. Chevaldonné (dir.), « Le documentaire dans l’Algérie coloniale », Archives, n°71-72/Cahiers de l’IREMAM, p. 27-33.

Dadci Younès, 1970, Dialogue Algérie-Cinéma. Première histoire du cinéma algérien, Paris, compte d’auteur.

Denis Sébastien, 2004, « L’État, l’armée et le cinéma pendant la guerre d’Algérie », thèse d’histoire du cinéma, Université Paris 1, 2004.

— 2006, « Métaphores cinématographiques en situation coloniale. Le cas de la censure française en Algérie (1945-1962) », 1895, n° 48.

— 2009, Le cinéma et la guerre d’Algérie. La propagande à l’écran (1945-1962), Paris, Nouveau monde éditions.

Frère Suzanne, 1961, Sons et images dans le bled algérien. Enquête sociologique, Alger, Société Baconnier frères, 112 p.

Géré François, 1997, La guerre psychologique, Paris, Economica.

Jauffret Jean-Charles (dir.), 1998, La guerre d’Algérie par les documents, tome 2, SHAT.

Meynier Gilbert, 2002, Histoire intérieure du FLN, 1954-1962, Paris, Fayard.

Vaujour Jean, 1985, De la révolte à la révolution. Aux premiers jours de la guerre d’Algérie, Paris, Albin Michel.

Vautier René, 1998, Caméra citoyenne, Mémoires, Rennes, Editions Apogée.

Villatoux Marie-Catherine et Paul, 2002, « La guerre et l’action psychologiques en France (1945-1960) », thèse d’histoire, Université Paris 1.

— 2005, La République et son armée face au « péril subversif ». Guerre et action psychologiques, 1945-1960, Paris, Les Indes galantes, 2005.

Haut de page

Notes

1 Sur les modalités de production de ces films, voir Denis, 2004. Sur le SDC, des informations ont été publiées dans la thèse éditée, 2009, p. 342-349 ; toutefois les données présentées ici sont inédites.

2 Le parc est composé d’un seul camion en 1946, de quatre en 1950, d’une douzaine en 1954, puis d’une quinzaine durant la guerre d’Algérie.

3 On se rapportera notamment à Géré, 1997, et à M.-C. et P. Villatoux, 2002, 2005.

4 Qu’on peut trouver aussi bien au Centre des Archives d’Outre-Mer (ci-après CAOM) d’Aix-en-Provence qu’au Service Historique de la Défense-Terre, Vincennes (ci-après SHD-T ).

5 On trouvera au SHD-T, 1H2535, des rapports pour les CHPT que nous ne pouvons ici analyser en détail.

6 Chevaldonné, 1997, p. 27-33. L’auteur tend à minimiser les chiffres de cette diffusion non-commerciale par rapport aux chiffres bien plus élevés du secteur commercial.

7 Des structures comme l’Institut pédagogique national ou la Cinémathèque de la Ville de Paris projettent également ces films dans certaines écoles métropolitaines.

8 Alger, Délégation du gouvernement en Algérie, 1961.

9 Frère, 1961 : 65. Les éléments les plus intéressants sont les pourcentages qu’elle propose ; on note par exemple que seuls 17% des spectateurs « musulmans » n’avaient jamais vu de film, certains ayant au contraire fréquenté les salles en France.

10 SHD-T, 1H2560.

11 SHD-T, 1H2535, « État des films projetés et disques diffusés du 1er avril au 30 juin 61 par la CDP n°2 ».

12 SHD-T, 1H2535, 8 septembre 1956, administrateur des services civils Robert Brive au sous-préfet de Tizi-Ouzou, rapport sur une tournée des CHPT dans une dizaine de villes.

13 SHD-T, 1H2560, « Le Service de Diffusion Cinématographique de lAlgérie. Sa filmathèque... », Service d'information et de documentation, GGA, Alger, vers 1954, p. 5.

14 CAOM, 8 CAB 92, 19 février 1945, Murati, rapport de tournée du 31 janvier au 17 février.

15 CAOM, 8 CAB 92, 20 décembre 1945, Murati, rapport secret à la suite d’une tournée dans les territoires du sud et le département de Constantine, p. 4. L’anticommunisme est virulent en Algérie, avant même l’importation de la guerre contre-révolutionnaire et anti-marxiste importée d’Indochine par les militaires.

16 Production Flora-Cosmorama, Alger, 1947. Ce film montre l’aide logistique apportée par la France aux pèlerins partant d’Algérie pour rejoindre La Mecque.

17 CAOM, 8 CAB 92, 20 décembre 1945, Murati, rapport secret à la suite d’une tournée dans les territoires du sud et le département de Constantine, p. 3.

18 CAOM, 9 CAB 39, Plassard, rapport sur la tournée dans l’Oranais, 16 avril-2 mai 1948.

19 Source : SHD-T, 1H2560, « Le Service de Diffusion Cinématographique de l’Algérie. Sa filmathèque... », Service d’information et de documentation, GGA, Alger, s.d. (1954 ou 1955).

20 Jeunes agriculteurs d’Algérie (Maison Carrée), réal. Jean-Charles Carlus, prod. Carlus-Delafosse-GGA, 1948. Il faut noter que c’est avant tout la jeunesse européenne qui est mise en avant comme une élite d’ingénieurs, les autochtones étant limités aux travaux de ferme.

21 CAOM, 9 CAB 39, Héros, rapport de tournée dans l’Oranais, 2-13 décembre 1950.

22 CAOM, 10 CAB 31, P. Recorbet, rapport de la tournée du 2 au 9 juillet 1952.

23 Mouvement pour le triomphe des libertés démocratiques (Messali Hadj) ; Union démocratique du manifeste algérien (Ferhat Abbas) ; Parti communiste algérien.

24 CAOM, 10 CAB 31, Plassard, rapport de la tournée du 13 au 23 avril 1953.

25 Voir les mémoires de Vaujour, 1985 et Jauffret, 1998.

26 SHD-T, 1H2515/2, 2 janvier 1956, Murati, rapport d’activité du SDC en 1955.

27 CAOM, 12 CAB 16, 17 janvier 1958, Murati, rapport d’activité du SDC en 1957.

28 SHD-T, 1H2516/1, lettre du capitaine Noiret, citée dans un rapport de tournée dans le Constantinois par Murati, 5 juin 1957.

29 À la frontière tunisienne.

30 SHD-T, 1H2516/1, 5 juin 1957, Murati, rapport sur une tournée de cinébus du 13 au 19 mai dans le Constantinois.

31 Ibid.

32 CAOM, 15 CAB 12, 5 novembre 1960, Roger Toche, rapport sur la tournée du cinébus n°3 du 10 au 26 octobre.

33 SHD-T, 1H2516/1, 14 septembre 1959, Murati, « compte-rendu des activités du SDC dans l’arrondissement de Maison-Blanche ».

34 CAOM, 14 CAB 182, 7 décembre 1960, Murati, rapport de tournée du SDC.

35 On voit la reprise du jugement porté par Serge Tchakhotine sur ce sujet (dans Le viol des foules par la propagande politique, Gallimard, 1998, (1939, 1ère éd. fr. 1952) et repris par plusieurs auteurs dans les années 1950.

36 CAOM, 15 CAB 82, 20 juin 1961, Murati, rapport de tournée dans les Igamies d’Alger, Oran et Constantine, mai-juin 1961.

37 CAOM, 15 CAB 82, 9 octobre 1961, Plassard, compte-rendu de tournée.

38 Actualités qui seront d’ailleurs réalisées par... les Actualités Françaises, société d’État.

39 Radio-Télévision Algérienne.

40 René Vautier dirigeait le Centre audiovisuel de Ben-Aknoun au Château-Neuf, entouré d’une équipe de direction essentiellement française.

41 Voir à ce propos Meynier, 2002. L’auteur y analyse la stratégie de l’« information-propagande » du FLN essentiellement à travers la presse (notamment El Moudjahid), la radio (La Voix des Arabes) et plus rarement le cinéma, destiné à propager une image favorable du FLN dans le public étranger (p. 483-488).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sébastien Denis, « Les « cinébus » dans la tourmente », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 130 | février 2012, mis en ligne le 29 juillet 2014, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/remmm/7487

Haut de page

Auteur

Sébastien Denis

Université de Provence (Département Sciences, arts et techniques de l’image et du son, SATIS)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page