Navigation – Plan du site
Lectures

Mouton Michel et Al-Dbiyat Mohamed (dir.), Stratégies d’acquisition de l’eau et société au Moyen-Orient depuis l’Antiquité, Beyrouth, Institut français du Proche-Orient, 2009, 222 p.

Brigitte Marino

Texte intégral

  • 1 Que les coordinateurs scientifiques de ces publications collectives veuillent bien nous pardonner d (...)

1Cet ouvrage s’inscrit dans le prolongement de plusieurs publications collectives sur l’eau au Moyen-Orient, notamment L’homme et l’eau en Méditerranée et au Proche-Orient (1982), Techniques et pratiques hydro-agricoles traditionnelles en milieu irrigué (1990), le numéro des Annales intitulé Politique et contrôle de l’eau dans le Moyen-Orient ancien (2002) et celui de Syria sur L’eau dans la ville antique (2008). Sa parution est concomitante à celle de deux ouvrages collectifs sur l’Égypte publiés, l’un par le Centre d’études alexandrines et l’autre par l’Institut français d’archéologie orientale : un livre sur l’eau à Alexandrie, Du Nil à Alexandrie. Histoires d’eaux, et la réédition, sous forme électronique, d’un ouvrage sur Les problèmes institutionnels de l’eau en Égypte ancienne et dans l’antiquité méditerranéenne. Pour le Maghreb, l’École française de Rome a récemment publié Contrôle et distribution de l’eau dans le Maghreb antique et médiéval (2009) et le Maroc est présent dans un numéro des Mélanges de la Casa de Velázquez intitulé Le partage de l’eau (Espagne, Portugal, Maroc) (2006). Toutes ces publications collectives, dont la liste n’est, bien entendu, pas exhaustive, témoignent, s’il en était besoin, de l’actuelle fécondité des études sur l’eau dans diverses régions de la Méditerranée, voire au-delà 1.

2Du xxive siècle avant notre ère jusqu’à l’époque contemporaine, cet ouvrage comprend douze contributions en français classées par ordre chronologique et résumées en français, en anglais et en arabe ; illustrées de nombreux schémas, cartes et photos d’excellente qualité, elles sont rédigées par des chercheurs ou enseignants affectés à des laboratoires du CNRS ou universités de Lyon, Nanterre, Nantes, Nice et Paris ainsi que par des spécialistes représentant des institutions situées en Suisse et en Syrie. L’introduction, qui est traduite en arabe, présente une synthèse des diverses contributions et précise que « les études de cas réunies ici portent sur le domaine semi-aride du Moyen-Orient ancien et moderne » (p. 7), écosystème où se côtoient parfois les populations nomades et sédentaires.

3Les deux tiers des articles (huit) concernent diverses régions de Syrie (Syrie du Nord, Hauran, Palmyre, Bosra, Syrie centrale) ; quatre articles portent, quant à eux, sur la Mésopotamie, le Turkménistan, le Yémen et Pétra. La sur-représentation de la Syrie dans cet ouvrage surprend le lecteur et l’incite à s’interroger sur le projet scientifique qui est à l’origine de sa publication. Quelques expressions glanées dans le premier article (« notre colloque de Damas », « ce colloque, tout comme l’ouvrage qui en découle », « les travaux de notre colloque », p. 13) suggèrent qu’il s’agit là (en totalité ou en partie ?) des actes d’une rencontre scientifique, mais rien n’est dit à ce sujet dans l’introduction. Cela dit, l’intérêt suscité par chacune des contributions fait bien vite oublier ce déséquilibre géographique.

4À travers l’archéologie et la géographie, mais aussi l’épigraphie, voire la mémoire collective, les diverses contributions abordent une grande variété de questions liées aux stratégies d’acquisition de l’eau, qu’il s’agisse de prélèvements ou d’aménagements, dans un contexte domestique ou agricole : captage des sources, collecte des eaux de ruissellement, exploitation des eaux souterraines, forage, acheminement, stockage, distribution, partage, drainage, maîtrise des crues et des inondations, etc. Les recherches sur le terrain réalisées dans ce domaine avancent à grand pas et donnent lieu à de nombreux débats : les plus représentatifs concernent sans aucun doute les canaux de la région de Mari, la grande cité du Moyen Euphrate au iiie millénaire avant J.-C. (p. 18-22). Plusieurs contributions indiquent, par ailleurs, les progrès réalisés dans la connaissance de divers sites grâce à la poursuite des fouilles sur plusieurs années. Ainsi, les fouilles entreprises dans un village des campagnes de la Syrie du Nord à l’époque byzantine, Sergilla, ont permis de mieux connaître les activités agricoles pratiquées dans cette région et ont attiré l’attention sur l’importance du stockage de l’eau (p. 149). La recherche a aussi progressé sur l’eau du Hauran depuis le Bronze ancien : « Si le fonctionnement du système crues/dérivation/stockage est assez bien décrit, notre compréhension des systèmes de sources et nappes phréatiques était cependant très insuffisante jusqu’à ces dernières années. L’étude de terrain menée depuis 2002 dans la microrégion du Leja permet de mieux analyser les systèmes liés aux sources de plaine et aux écoulements de surface » (p. 47). De même, à partir de 2002, l’examen des cartes et des photographies aériennes de la région de Bosra a permis de supposer l’existence d’un aqueduc qui a été confirmée au cours des années suivantes grâce à des prospections et à des sondages (p. 118-119).

5Les sources épigraphiques (cunéiformes, grecques, latines et arabes) et autres sources textuelles fournissent, pour plusieurs sites étudiés dans cet ouvrage, diverses informations qui sont confrontées aux vestiges archéologiques. Toutes ne semblent pas présenter, selon les chercheurs qui les ont examinées, le même degré de fiabilité. Si, à Bosra, « quelques inscriptions apportent des informations précieuses qui permettent de sortir des simples hypothèses » (p. 123), à Sumer, « force est (…) d’admettre qu’en utilisant seulement cette documentation textuelle, des difficultés demeurent (…). Sans complémentarité possible entre différentes approches, on en reste réduit aux hypothèses » (p. 17). Dans la vallée de l’Euphrate, les recherches archéologiques entreprises sur des sites omeyyades montrent « les limites de la confiance que l’on peut accorder aux sources écrites », notamment aux textes qui sont pour la plupart bien postérieurs à la période considérée (p. 159). Et à Palmyre, « ces témoignages permettent de rappeler que les textes qui concernent les sources à Palmyre peuvent être trompeurs » (p. 101).

6À travers une critique implicite des thèses de Karl Wittfogel (1896-1988), qui est cité dans plusieurs articles, l’introduction rappelle que « l’erreur des modèles qui présupposaient une organisation étatique forte à la formation des grands réseaux d’irrigation complexes a depuis longtemps été démontrée » (p. 8) et souligne le fait que « les réseaux démesurés ont toujours demandé une gestion fondée sur une autorité politique d’un niveau étatique et n’ont pas survécu à de trop longues périodes d’instabilité politique. En revanche, les systèmes, même de grandes dimensions, développés par des groupes restreints, ont plus souvent traversé les siècles » (p. 9).

  • 2 Signalons que la longévité de ce type de conflits n’est pas spécifique à l’Orient ancien ; à l’époq (...)

7Plusieurs contributions insistent sur le fait que la gestion de l’eau s’opère sur la base d’une solidarité visant à préserver l’intérêt collectif et à respecter les droits de chacun sur un espace social contrôlé par la/les communauté(s), « un espace partagé, puisque l’eau qui le traverse doit être partagée » (p. 9) ; l’étude de cette « eau en partage » permet d’élaborer, pour le Yémen, un schéma de l’évolution théorique du peuplement antique (p. 91). Dans le cadre de ces partages, les conflits, souvent liés à la répartition de l’eau entre l’amont et l’aval, ne sont toutefois pas absents : citons, à titre d’exemple, celui qui opposa, pendant près de deux siècles, deux cités-États sumériennes, Umma et Lagaš (p. 15) 2.

8Étroitement liées aux ressources en eau disponibles à une époque donnée, les modalités du peuplement connaissent « des épisodes de flux et de reflux bien marqués » (p. 27). Il en est ainsi, par exemple, dans la région située au sud-est d’Alep, dans laquelle pas moins de 1 000 sites archéologiques ont pu être découverts sur une surface de 10 000 km2. Si les invasions mongoles y ont provoqué, comme dans le Turkménistan (p. 75), le dépeuplement de certaines régions de marges, de nouveaux occupants y ont remis en service les anciennes installations hydrauliques abandonnées de longue date (p. 40). Au milieu du xixe siècle, la région de Salamya, en Syrie centrale, offre de même un bel exemple de réutilisation des équipements hydrauliques conçus par les précédents occupants de certains sites (p. 181). Les nouvelles installations humaines s’opèrent parfois, non pas sur un site abandonné proche d’une ressource en eau, mais à grande distance de celle-ci, ce qui entraîne une extension considérable du réseau d’irrigation, comme cela a pu être observé au Turkménistan à l’époque achéménide, au vie siècle (p. 76).

9Outre les questions liées à la gestion de l’eau et au peuplement des territoires qui lui sont liés, cet ouvrage apporte une mine d’informations sur les diverses techniques utilisées ; il soulève, notamment, la question des savoirs transférés, comme cela est évoqué pour les Nabatéens à Pétra (p. 142), et, pour l’époque contemporaine, évalue l’exploitation des eaux souterraines en Syrie par des forages dont le nombre a considérablement augmenté dans la seconde moitié du xxe siècle (p. 189-200). Il examine aussi la valeur symbolique de l’eau, qu’elle soit religieuse, comme à Palmyre (p. 97-106), ou politique, comme pour les « châteaux du désert » de l’époque omeyyade (p. 157-177).

10Il va sans dire que le traitement d’une période aussi longue ne pouvait se réaliser qu’en laissant quelques zones d’ombre. Les spécialistes des époques médiévales et ottomanes pourront ainsi regretter la grande lacune d’onze siècles qui existe dans cet ouvrage entre la fin de l’époque omeyyade et les dernières décennies de l’époque ottomane. Au cours des fouilles réalisées par des antiquisants, des vestiges médiévaux ont certes été découverts sur certains sites comme, par exemple, à Bosra (p. 119), mais ils n’ont, semble-t-il, pas été étudiés de manière systématique, du moins dans le cadre de cet ouvrage.

11Pour les dernières décennies de l’époque ottomane, le recours à la mémoire collective s’avère être une précieuse source d’information qui pourrait sans doute être complétée, pour la Syrie, par l’étude des registres des tribunaux conservés au Centre des archives de Damas ou par l’examen des archives officielles de l’État ottoman conservées à Istanbul. Dans les registres des tribunaux de Damas sont consignés de nombreux actes juridiques sur les questions liées à l’eau dans la campagne damascène et dans certaines régions rurales plus éloignées comme le Hauran, le Golan ou la Bekaa ; nul doute que les registres des tribunaux d’Alep, de Hama ou de Homs, conservés dans le même centre, contiennent de tels actes pour les espaces ruraux de la Syrie centrale et septentrionale. Par ailleurs, comme cela apparaît dans des articles sur les projets d’irrigation dans les vallées du Tigre et de l’Euphrate (Murphey, 1987) ou sur l’irrigation dans le Fayyoum (Mikhail, 2010), nombreuses sont les sources administratives ottomanes liées à l’irrigation dans ces régions ; la Syrie ne constitue sans doute pas une exception dans ce domaine même si, contrairement à ces régions, elle ne fait pas l’objet d’un chapitre particulier dans l’article de l’Encyclopédie de l’Islam consacré à l’eau (EI, 2, V, 1986, p. 866-896).

12Autant dire que les recherches sur l’eau au Proche-Orient, bien avancées et sans cesse renouvelées pour les époques antique et contemporaine, ont encore un grand avenir devant elles.

Haut de page

Bibliographie

Mikhail Alan, 2010, « An Irrigated Empire : The View from Ottoman Fayyum », International Journal of Middle East Studies, 42, p. 569-590.

Murphey Rhoads, 1987, « The Ottoman Centuries in Iraq : Legacy or Aftermath ? A Survey Study of Mesopotamian Hydrology and Ottoman Irrigation Projetcs », Journal of Turkish Studies, 11, p. 17-29.

Powers David, 2002, « A Riparian Dispute in the Middle Atlas Mountains, ca. 683-824/1285-1421 », in Powers David, Law, Society and Culture in the Maghrib, 1300-1500, Cambridge, p. 95-140.

Theis Valérie, 2007, « Histoire d’eau. Les conflits sur l’approvisionnement en eau de Carpentras (xive-xve siècles) », Médiévales, 2007, 53, p. 23-38.

Haut de page

Notes

1 Que les coordinateurs scientifiques de ces publications collectives veuillent bien nous pardonner de ne pas avoir mentionné ici leurs noms.

2 Signalons que la longévité de ce type de conflits n’est pas spécifique à l’Orient ancien ; à l’époque médiévale, elle se rencontre aussi, par exemple, au Maroc (Powers, 2002) et en France (Theis, 2007).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Brigitte Marino, « Mouton Michel et Al-Dbiyat Mohamed (dir.), Stratégies d’acquisition de l’eau et société au Moyen-Orient depuis l’Antiquité, Beyrouth, Institut français du Proche-Orient, 2009, 222 p.  », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 132 | décembre 2012, mis en ligne le 02 mars 2012, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/remmm/7512

Haut de page

Auteur

Brigitte Marino

IREMAM/CNRS, Aix-en-Provence

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page