Navigation – Plan du site
Lectures

Montana Ismael M., The Abolition of Slavery in Ottoman Tunisia, Gainesville, University Press of Florida, 2013, 205 p.

M’hamed Oualdi

Texte intégral

  • 1 Parmi les travaux récents, il faut ajouter une thèse à laquelle l’auteur ne se réfère pas, celle d’ (...)

1The Abolition of Slavery in Ottoman Tunisia se situe à la croisée de trois axes de recherches sur l’esclavage dans le monde musulman. Dans ce qu’il présente comme la première monographie sur le sujet mais qui se nourrit d’études antérieures (M. N. Bou-Talib, K. Chater, A. Larguèche, E. Van der Haven1), son auteur entend tout d’abord examiner la traite transsaharienne, moins étudiée que la traite transatlantique. I. M. Montana éclaire ici et là un second thème : celui des spécificités de l’esclavage en contexte ottoman, réfutant en certains passages un courant historiographique qu’il accuse d’avoir voulu minimiser la violence exercée à l’encontre des esclaves en société musulmane. Et surtout, ultime problème qui fournit le titre de cet ouvrage, I. M. Montana analyse le processus d’abolition de l’esclavage dans la province de Tunis dans les années 1840.

2Le premier et le dernier thème, la traite et l’abolition, se succèdent au fil des sept chapitres de ce livre. Les chapitres 1 à 4 visent à comprendre deux temps de l’évolution de ce trafic transsaharien : sa prétendue reconstitution à partir de l’installation d’un pouvoir ottoman à Tunis en 1574 puis, jusqu’aux années 1840, ce que l’auteur perçoit être une croissance régulière de cette traite à la fois nourrie par les dynamiques économiques et sociales européenne, maghrébine et ouest africaine (dans le sillage des travaux de R. Austen, G. Lydon, P. E. Lovejoy, et J. Wright). Les chapitres 5 à 7 aident à reconstituer les raisons qui ont amené de 1841 à 1846, le souverain tunisien de l’époque, Ahmed Bey, à opter pour une progressive condamnation de la vente et de la possession d’esclaves et la réception de ces décisions au sein de la société de la province de Tunis.

3L’ambition qui préside à la rédaction des quatre premiers chapitres, la volonté à la fois de resituer la traite passant par Tunis dans un plus large contexte régional et d’en reconstituer les dynamiques quantitatives est à saluer. Mais les hypothèses et conclusions de l’auteur n’emportent pas toujours la conviction. I. M. Montana défend l’idée qu’à Tunis, la traite a été reconstituée à partir de la fin du XVIe siècle, par un pouvoir provincial ottoman revivifiant les structures commerciales existantes, notamment celles du trafic d’esclaves. Passons sur le fait que l’identification des tenants du pouvoir et de leur territoire d’exercice soit incertaine et souvent erronée. ‘Uthmān Dey et son successeur Yūsuf Dey sont ainsi perçus comme les ancêtres de la première dynastie de gouverneurs locaux, les Mouradites (p. 17-20), fondée en fait comme le nom de cette dynastie l’indique par Murād, un renégat corse. La base et les temps de constitution de cette dynastie sont situés à Kairouan autour de 1600 (p. 23-24), alors que les Mouradites ont émergé à Tunis, dans les années 1630, qu’ils ont renoué avec une vie palatiale non loin de cette ville, au Bardo. Pour une autre période, le XIXe siècle, Muṣṭafā Khaznadār est conçu comme un vizir du début du XIXe siècle (p. 27) alors qu’il a dirigé le gouvernement de Tunis de la fin des années 1830 à 1873. L’instigateur de l’abolition, Ahmed Bey est dit kouloughli, descendant de père soldat turc et d’une mère tunisienne (p. 2) alors que son père était un lui même un bey, gouverneur né dans la province et que sa mère était d’origine sarde …

  • 2 Comme le montre la recherche de Ghislaine Lydon, 2009.

4Passons donc sur ces données de base qu’il est aisé de vérifier dans le moindre manuel d’histoire moderne de la Tunisie. Après tout, l’ouvrage ne traite pas de la constitution d’un pouvoir provincial. Ce qui pose largement problème dans la thèse, soutenue par l’auteur, d’une traite reconstituée par le haut, c’est l’idée qu’il faudrait en passer par les agents du pouvoir ottoman, par les représentants de l’État pour comprendre ce trafic. Hors, d’une part, il n’est pas certain qu’il y ait eu à reconstituer cette traite : l’auteur juge qu’il y a eu déclin voire interruption de ce trafic de temps à autres, avec des attaques kharijites, l’« invasion » hilalienne puis du fait des résistances locales à l’« occupation » turque du pays (p. 11, 14) mais ce ne sont là que des conjectures qu’il s’agirait de démontrer. D’autre part, la démonstration de cette intervention étatique à la période ottomane est peu étayée et donc fragile. Le camp militaire, la maḥalla, hérité du temps hafside, n’aboutit pas à une soumission complète et irrémédiable des territoires et groupes sociaux qu’elle traverse : elle n’est pas suivie d’une restauration mécanique d’anciens réseaux commerciaux comme le suggère l’auteur pour le début du XVIIe siècle (p. 16). De même que l’intégration de l’île de Djerba à la province de Tunis, qu’il faut davantage comprendre à l’échelle ottomane, par arbitrage d’Istanbul en défaveur de Tripoli en 1613. Inférer d’une étude rédigée à la fin du XIXe siècle par un officier français (le commandant Rébillet) qu’au XVIIe siècle, les gens de Ghadamès ont obtenu un monopole dans cette traite selon le bon vouloir des Ottomans (p. 21), est au mieux audacieux, au pire hasardeux. L’auteur a bien conscience du caractère fragmentaire et parfois inadéquat de ces sources. Il mobilise du mieux qu’il peut des écrits en langue arabe, anglaise et française. Il parvient ainsi à faire remonter la création du marché aux esclaves de Tunis à Yūsuf Dey et donc au début du XVIIe siècle. Il montre que d’hebdomadaire, ce même marché est devenu quotidien, signe d’un élan de la traite dans la région (p. 19 et 50). Il tente, de manière plus globale et intéressante, de connecter expansion européenne, conjonctures ouest africaines et ottomanes. Mais faute de données suffisantes et en l’état même des archives, cette partie de son livre constitue plus un état des lieux parcellaire qu’une reconstitution vigoureuse des dynamiques régionales d’une des traites transnationales de l’esclavage à partir de Tunis. La traite échappe certainement aux structures étatiques et donc aux sources administratives produites par l’État. Elle est animée par des structures commerciales qui peuvent être autonomes de l’État2.

5Les trois derniers chapitres qui traitent de l’abolition recèlent davantage de passages intéressants qui seront à coup sûr utiles pour enquêter plus avant sur les raisons de l’abolition, ses réceptions et ses effets sociaux dans la province de Tunis. Tout d’abord, contre l’idée, naguère défendue par Robert Brunschvig, d’une abolition qui fut le fait de pressions étrangères et notamment de la diplomatie britannique, l’auteur rétablit une agency locale, et parvient à remettre en valeur ce qu’il qualifie de « sceau d’une tradition légale turco-musulmane » (p. 136). Il démontre de manière passionnante comment Ahmed Bey prit cette décision de manière pragmatique : notamment à travers une sorte de marchandage avec les Britanniques. Contre ce geste d’humanité envers les esclaves, le gouverneur de Tunis obtenait de Londres de dissuader Istanbul d’intervenir dans les affaires de cette province maghrébine coincée entre une Algérie en voie d’être conquise par la France et une Tripolitaine reprise en main par le centre ottoman depuis 1835.

6Autour de cette situation tunisienne, I. M. Montana reconstitue avec brio un processus diplomatique régional. La BFASS (British Foreign and Anti-Slavery society) intervient en sous main  auprès du Foreign Office qui promeut Ahmed Bey comme modèle à suivre par les gouverneurs musulmans. L’organisation abolitionniste diffuse, à partir de ses bureaux méditerranéens, des tracts notamment en arabe qui ont pu inspirer le bey dans l’argumentaire d’éradication progressive de la vente et de la possession d’esclaves. On retrouve ainsi dans une proclamation beylicale le concept de tashawwuf que l’auteur traduit comme un « encouragement à l’aspiration à la liberté » (p. 102). La France est largement plus ambivalente. Des Français et Européens sont impliqués dans des trafics clandestins d’esclaves à partir du port de Tunis et surtout de l’Algérie voisine (où jusqu’en 1848, l’esclavage n’est pas illégal – p. 93). Parallèlement, le consul français en poste à Tunis dénonce les effets pervers de dérèglements des marchés officiels. Selon lui, les mesures abolitionnistes réduiront les possibilités de recours d’esclaves ou d’anciens esclaves maltraités qui auraient pu exiger une revente à de nouveaux maîtres (p. 87). Les esclaves eux-mêmes ont leur part d’initiative en se réfugiant dans les consulats une fois les mesures beylicales connues. À partir de cette magnifique étude de cas, il aurait été souhaitable que l’auteur théorise davantage sur ces transactions transnationales autour de la traite et surtout qu’il discute fermement la notion d’abolition contestée par d’autres chercheurs au motif qu’en terre d’Islam, ce qui est promulgué par Dieu ne pourrait être aboli par l’homme (Hakan Erdem, 1996).

7Le caractère approprié ou non de ce terme d’abolition pouvait d’autant plus être débattu qu’I. M. Montana s’intéresse dans les deux derniers chapitres du livre aux motivations et aux réceptions des décisions d’Ahmed Bey, à partir des discours d’acteurs locaux. Selon ce dernier angle d’analyse, on perçoit bien comment l’élite religieuse tend à taire ses divergences : alors que le shaykh al-islām hanéfite, Bayram III, émet très rapidement un avis favorable après la décision finale de 1846, son alter-ego, le bash mufti malékite, Ibrāhīm al-Riyāḥī apparaît plus en retrait. Il ne motive pas son approbation de la décision beylicale peut-être, de l’avis d’I. M. Montana, pour ne pas contredire son collègue ou bien parce qu’il se soucie de l’intérêt des propriétaires qui devront affranchir leurs esclaves mais ne seront pas indemnisés (p. 118-119). Dans tous les cas, on se saurait, comme le fait l’auteur, exagérer cette divergence et endosser l’interprétation de M. Brett qui a vu dans la décision d’Ahmed Bey un moyen de « mettre fin au recrutement des mamelouks » (p. 120), des esclaves d’origines latine et caucasiennes, convertis à l’islam et promus aux plus hautes fonctions de l’État tunisien. Cette interprétation nous semble constituer un contresens : bien au contraire, les mamelouks ont connu d’impressionnantes ascensions sociales avant et après les années 1840 ; les décisions d’Ahmed Bey n’ont pas mis fin au recrutement des mamelouks. L’entourage des beys de Tunis ne pouvait certes plus se fournir en esclaves issus des régions latines depuis les années 1810 du fait d’interventions militaires européennes. Mais en théorie, des Géorgiens pouvaient faire l’objet de trafic jusqu’aux temps de la guerre de Crimée  tandis que les Circassiens et Circassiennes continuaient à être vendus jusque dans les années 1860, voire au début du XXe siècle pour certaines odalisques.

8Les cas de ces mamelouks venant du Caucase ne constituent d’ailleurs qu’un des aspects de la grande complexité que pose la fin de l’esclavage dans cet espace traversé par plusieurs autorités impériales et régit par une pluralité de normes juridiques (normes musulmanes, ordre princier, coutumes locales, droits européens et international, loi mosaïque… ). I. M. Montana décrit bien la double stratégie d’Ahmed Bey : amener les jurisconsultes musulmans à adopter son point de vue en s’appuyant sur des arguments juridiques (tel que la notion de maṣlaḥa, l’intérêt général) tout en pesant de son influence personnelle pour convaincre ses proches et plus hauts serviteurs de libérer des esclaves. L’auteur parvient aussi à distinguer des cercles et des régions tendant à obéir aux mesures d’interdiction et de vente d’esclaves (entourage et agents du bey ; territoire contrôlés par l’État, dont la région de Tunis et le Sahel) et des milieux et des aires beaucoup plus réfractaires (notamment parmi les oulémas ibadites de Djerba – p. 126 – et plus largement le sud de la province où les esclaves pouvaient jouer des rôles fondamentaux dans la vie agricole et les cultures oasiennes). Il cite des sources britanniques et françaises de l’époque qui estiment le nombre d’esclaves affranchis entre 30 000 et 50 000 pour une population de 2 à 3 millions d’habitants (p. 99). Mais la sourde résistance qu’I. M. Montana devine de manière judicieuse à chaque niveau de la société de la province de Tunis, les contournements constants des mesures beylicales, notamment par le successeur désigné d’Ahmed Bey, Muhammad Bey, qui régna de 1855 à 1859 (p. 122), sont des éléments fondamentaux pour discuter et contextualiser cette notion d’abolition. L’ouvrage s’éloigne peu de l’appel d’Ahmed en 1846 à un affranchissement obligatoire (al-‘itq al-jabrī). Or, toute une histoire de la fin de l’esclavage et de ses effets sociaux reste à écrire pour la seconde moitié du XIXe siècle. Des tribus de l’intérieur de la province continuaient ainsi à réclamer le rétablissement de l’achat et de la possession d’esclaves lors de la grande révolte fiscale de 1864 dans les lettres de revendication qu’ils dirigèrent vers le pouvoir beylical. Les autorités françaises du Protectorat continuèrent à être embarrassées par cette question qu’ils assimilèrent au départ à une question relevant du domaine privé, du ressort des « protégés » tunisiens, avant d’en faire une affaire de morale et d’interdire l’esclavage par décret beylical en 1890.

9L’ouvrage fournit donc quelques pistes à approfondir. Il est dommage que certaines erreurs factuelles n’aient pu être repérées et corrigées : le pays n’est pas en banqueroute en 1847 mais en 1869 (p. 2) ; les oulémas malékites ne sont pas remplacés par des hanéfites, les deux hiérarchies cohabitent et interagissent (p. 11) ; les Granas n’ont pas « d’origine française » (p. 48), leur groupe se constitue entre la Toscane et le Maghreb ; Joseph Raffo, le chargé des affaires étrangères d’Ahmed Bey n’est pas d’origine sarde (p. 100) mais ligurienne. Malgré ces imperfections, l’étude d’I. M. Montana constitue à n’en pas douter un des chainons d’une reconstitution d’une histoire sociale du Maghreb ottoman.

Haut de page

Bibliographie

Hakan Erdem Y., 1996, Slavery in the Ottoman Empire and Its Demise, 1800-1909, New York, St. Martin’s Press.

Lydon Ghislaine, 2009, On Trans-Saharan Trails: Islamic Law, Trade Networks, and Cross-Cultural Exchange in Nineteenth Century West-Africa, Cambridge, Cambridge University Press.

Mrad-Dali Inès, 2009, Identités multiples et multitudes d’histoire : les « Noirs tunisiens » de 1846 à aujourd’hui, thèse de l’EHESS sous la direction de Jocelyne Dakhlia.

Haut de page

Notes

1 Parmi les travaux récents, il faut ajouter une thèse à laquelle l’auteur ne se réfère pas, celle d’Inès Mrad-Dali, 2009.

2 Comme le montre la recherche de Ghislaine Lydon, 2009.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

M’hamed Oualdi, « Montana Ismael M., The Abolition of Slavery in Ottoman Tunisia, Gainesville, University Press of Florida, 2013, 205 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 136 | novembre 2014, mis en ligne le 04 février 2014, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/remmm/8449

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page