Navigation – Plan du site
Lectures

Dudoignon Stéphane A. et Noack Christian (dir), Allah’s Kolkhozes. Migration, De-Stalinisation, Privatisation and the New Muslim Congregations in the Soviet Realm (1950s-2000s), Berlin, Klaus Schwarz Verlag, 2014, 541 p.

Hélène Thibault

Texte intégral

1Cet ouvrage collectif original offre un panorama à la fois historique et contemporain permettant de bien cerner les relations complexes entre réalités socio-économiques, jeux de pouvoir locaux et religiosité dans l’espace (post)-soviétique. Il s’agit là d’une thématique qui méritait une telle attention académique. Les auteurs nous présentent en effet le fruit d’un travail de recherche ayant nécessité des incursions prolongées sur le terrain et des recherches archivistiques minutieuses dans les régions sous enquête. L’ouvrage offre onze études de cas qui couvrent l’Asie centrale, le Caucase du nord et la Russie. Le livre traite de réalités spécifiques à l’ex-URSS mais sera également utile à tous ceux intéressés par les questions liées aux phénomènes religieux et à l’autoritarisme.

2Comme l’indique le titre, les auteurs abordent principalement l’impact des migrations forcées et de la collectivisation des terres sur les dynamiques de la vie religieuse en Union Soviétique. L’objectif déclaré du livre est de mettre en lumière l’importance du monde rural dans la formation d’une pensée politique islamique dans les régions musulmanes de l’URSS. Les textes insistent sur les liens entre économie et dynamiques sociales, notamment sur la façon dont les processus de migration forcée ont favorisé la rencontre de différentes communautés religieuses et conduit à un éventuel renforcement des identités religieuses. Les textes de Dudoignon et Kalandar, de Zevaco, de Giehler et de Shikhaliev nous montrent ainsi comment les communautés déplacées des montagnes vers les plaines se sont rapidement recomposées. On retient de ces chapitres l’échec du projet soviétique de transformation totale de la société qui tentait de briser les structures ethniques, familiales et économiques des communautés afin de former un idéal unitaire communiste. Par exemple, Zevaco nous instruit sur la façon dont les démarcations communautaires initiales d’ordre familial ou religieux (Naqshbandiyya vs Qadiriyya) qui existaient dans les villages du Haut-Macha, au Tadjikistan, se sont reproduites au sein des kolkhozes de Nouveau-Macha, divisés en fonction de ces mêmes affiliations religieuses.

3Dans certains cas, l’homogénéité des communautés nouvellement reformées a facilité la consolidation de liens de parenté et l’intégration des nouveaux arrivants dans des réseaux de patronage, ce qui a permis la transmission d’un savoir et de l’autorité religieuse d’une génération à l’autre (Dudoignon et Babadjanov). Shikhaliev suggère par ailleurs que ce sont les tensions économiques liées à l’accaparation des terres par les migrants venus des montagnes du Daghestan qui ont contribué à renforcer les identités religieuses : d’un côté le soufisme des montagnards, de l’autre le développement d’un salafisme chez les habitants originels des plaines, défavorisés par la redistribution des espaces cultivables. De plus, une économie « souterraine », située en marge du système de l’économie planifiée, a permis à certains individus de développer un petit commerce et à une nouvelle classe d’entrepreneurs ruraux d’émerger. Dans la plupart des cas, il s’agissait de la culture de fruits et légumes dans de petits lots privés. Un autre article fait état de la vente illégale de pétrole suite à une fuite d’un puits dans le kolkhoze de Koni-Zar (Babadjanov et Islamov). Les textes montrent aussi comment cette vie économique parallèle a fourni des moyens financiers pour maintenir une certaine activité religieuse au sein de kolkhozes.

4L’ouvrage traite également d’enjeux plus larges, propres à la littérature spécialisée sur l’ex-URSS, et notamment de la réponse des communautés à cette vague subite de modernisation. On constate pourtant que celle-ci n’est pas que subie, mais est réinterprétée par les acteurs qui jonglent avec différentes identités : personnelle, religieuse, sociale et politique. Le livre ajoute donc au débat sur la « réussite » du projet modernisateur soviétique et offre une réponse toute en nuances. On y comprend que les fermes collectives, piliers de l’ordre économique et social, n’étaient pas seulement des lieux d’exécution mais aussi des sites de contestation et de renégociation des normes socio-politiques.

5Le livre s’attarde aussi indirectement à un autre débat noué autour de la distinction entre islam officiel et islam parallèle. La communauté scientifique s’est attelée depuis quelques années à déconstruire l’idée d’une opposition entre l’islam officiel, tel que véhiculé par les Directions spirituelles propres à chaque région du pays, et un islam populaire, qualifié de « parallèle ». Cet ouvrage vient participer à cette déconstruction. On y démontre en effet les stratégies de réconciliation entre les deux sphères qui étaient en réalité très peu hermétiques. Les récits sont truffés d’exemples d’autorités locales souvent tolérantes, fermant les yeux sur les activités religieuses de la communauté et travaillant même de concert avec certaines figures d’autorité religieuses pour régler des conflits. On apprend aussi que certains membres du clergé officiel entretenaient des liens étroits avec des figures religieuses non-officielles.

6Le point fort de ce collectif réside dans sa présentation de nombreux récits biographiques d’individus qui ont contribué à façonner l’histoire dans différentes régions de l’URSS. C’est le cas notamment des textes de Muminov et Bobrovnikov qui relatent des histoires personnelles permettant de mieux saisir toutes les nuances de la vie sociale et politique sous un régime totalitaire. À ce titre, en reproduisant intégralement un des pamphlets de Bahadir Mamajanov, réformateur populiste et enlightener du village de Koni-Zar en Ouzbékistan, Babadjanov et Islamov nous offrent un aperçu inédit et fascinant d’une pensée théologique locale, aussi sommaire soit-elle.

7Malgré son caractère ethnographique, il s’agit d’un ouvrage qui plaira autant aux historiens et anthropologues qu’aux politologues. Les chapitres de Dudoignon et Kalandar, de Mimunov, et de Sattarov se distinguent à cet égard. En effet, ils abordent la dimension religieuse des kolkhozes d’un point de vue politique, voire géopolitique. Le texte de Dudoignon et Kalandar nous permet d’assister à la naissance du Parti de la Renaissance islamique du Tadjikistan, celui de Sattarov nous informe sur la création du Parti islamique d’Azerbaïdjan alors que celui de Muminov aborde la création du Parti de la Renaissance islamique du Kazakhstan.

8Certains chapitres, en particulier ceux de Minnullin et Sagitova, abordent la question du renouveau religieux dans les communautés, ce que Minnullin décrit comme la « ré-institutionnalisation de l’islam ». La libéralisation politique et l’abandon d’un contrôle strict effectué sur les congrégations religieuses ont certainement contribué à ce renouveau religieux, du moins à la publicisation de la vie religieuse auparavant confinée au domaine privé. On en retient l’émergence de confrontations générationnelles, notamment liées à l’influence d’un islam étranger dépeint comme étant plus fondamentaliste et hostile aux coutumes religieuses locales mais dont le message séduit les jeunes générations aux prises avec de graves problèmes économiques et sociaux.

9Toutefois, la grande cohérence de l’argumentation, qui représente un des points forts du livre, laisse une certaine impression de redondance au fil de la lecture. Malgré le fait qu’ils traitent de lieux et de personnages différents, on retrouve des dynamiques très similaires d’un chapitre à l’autre, ce qui donne cette impression de répétition. Aussi, certains textes sont davantage descriptifs qu’analytiques. Il aurait été intéressant d’y mettre en opposition des exemples de phénomènes divergents. Ce n’était pas l’objectif du livre de s’attarder aux distinctions régionales, mais il aurait été intéressant de comparer les cas étudiés avec des kolkhozes où la pratique religieuse était faible. Comment peut-on expliquer les différences de religiosité entre les régions, surtout après les indépendances ? L’enquête de terrain, aussi utile et nécessaire soit-elle, laisse forcément en arrière-plan les processus sociaux et politiques à l’échelle nationale ou internationale qui influencent les dynamiques locales. Enfin, on trouve plusieurs coquilles et le livre aurait mérité plus d’attention de la part des relecteurs. Ce sont des critiques somme toute mineures qui n’enlèvent rien à la qualité de cet ouvrage important qui deviendra sans aucun doute une référence incontournable pour tous les spécialistes de l’ex-URSS.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hélène Thibault, « Dudoignon Stéphane A. et Noack Christian (dir), Allah’s Kolkhozes. Migration, De-Stalinisation, Privatisation and the New Muslim Congregations in the Soviet Realm (1950s-2000s), Berlin, Klaus Schwarz Verlag, 2014, 541 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 138 | décembre 2015, mis en ligne le 26 septembre 2014, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/remmm/8800

Haut de page

Auteur

Hélène Thibault

Centre d’études et de recherches internationales (Cérium), Université de Montréal

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page