Navigation – Plan du site
Lectures

Powers David S., Zayd : the little known story of Muammad’s adopted son, Philadelphia, University of Pennsylvania Press, 2014, 175 p.

Mohammad-Ali Amir-Moezzi
p. 261-265

Texte intégral

1Le nouveau livre de David Stephen Powers peut être considéré comme un résumé et en même temps un petit complément de son désormais célèbre ouvrage Muḥammad Is Not the Father of Any of Your Men : The Making of the Last Prophet, publié par le même éditeur en 2009. Il s’agit d’une monographie sur Zayd b. Ḥāritha, un moment fils adoptif de Muḥammad et un des deux seuls contemporains de celui-ci cités dans le Coran, au verset 37 de la sourate 33, al-Aḥzāb. Les deux ouvrages vont donc de pair : fondé sur une érudition impressionnante et des raisonnements sophistiqués, le travail du savant auteur islamisant, également fin connaisseur des littératures juives et chrétiennes anciennes, a l’immense mérite d’inscrire la naissance de l’islam et de ses écrits canoniques dans une histoire longue et sans rupture des monothéismes et des traditions religieuses de l’Antiquité tardive.

2Risquons, pour les besoins d’une brève recension, un résumé, sans doute trop grossièrement schématique, des principales thèses de ce travail foisonnant. Les Compagnons du Prophète qui, après lui, prirent le pouvoir, cherchaient à imposer le dogme selon lequel Muḥammad était le dernier des prophètes législateurs, et donc l’islam la dernière des religions. C’est le sens qu’ils voulurent, et finalement réussirent, à donner à l’expression coranique du Coran 33:40 : « le sceau des prophètes » (khātam/khātim al-nabiyyīn). Or, selon la prophétologie islamique, légataire des traditions judéo-chrétienne et manichéenne, la prophétie est héréditaire. Le dernier des prophètes ne peut donc avoir de fils ou inversement si Muḥammad a un fils, il ne peut être le dernier des envoyés. Selon la tradition, celui-ci n’a eu aucun fils ayant atteint l’âge adulte mais il adopta, peu de temps avant la réception des premières révélations, un certain Zayd b. Ḥāritha. Celui-ci acquit de ce fait les droits d’héritage liés à l’adoption par Muḥammad, y compris la prophétie qui devenait ainsi le legs de sa descendance mâle ; autrement dit, même après la mort de Zayd, son propre fils Usāma b. Zayd obtenait le statut prophétique et ainsi de suite. Pour annuler cet état de fait et éviter ses nombreuses implications, il fallait prouver que Muḥammad n’avait finalement pas eu de descendance mâle. Ainsi, les partisans de « la fin de la prophétie » eurent recours à une réécriture de l’histoire en y introduisant quelques changements radicaux sur les plans théologiques, juridiques et historiques. Selon ces nouvelles traditions forgées pour les besoins de la cause, quelques années avant sa mort, Muḥammad, obéissant à certaines ordonnances divines, répudia Zayd et interdit la pratique de l’adoption à ses fidèles ; afin d’affermir cette nouvelle situation de la manière la plus radicale, il épousa Zaynab, la femme de Zayd, répudiée auparavant par son premier époux afin de rendre possible ce nouveau mariage ; Zayd, toujours d’une fidélité et d’une obéissance absolues à l’égard de son ex-père adoptif, s’engagea sur les ordres de ce dernier dans la périlleuse bataille de Mu’ta où il connut la mort de martyr ; Usāma, le fils de Zayd, particulièrement chéri par le Prophète, fut un musulman exemplaire et un des plus courageux combattants de la foi mais n’eut aucune prétention particulière. Toujours selon D. Powers, outre de nombreux hadiths forgés de toutes pièces, plusieurs passages du Coran furent modifiés et mêmes ajoutés au texte originel de la Révélation afin d’appuyer ces récits, l’ajout le plus explicite étant justement le début du verset 40 de la sourate 33 : « Muhammad n’est le père d’aucun homme parmi vous ; il est l’envoyé de Dieu et le sceau des prophètes ». Les scribes et les lettrés qui œuvraient pour les hommes puissants de l’empire musulman naissant étaient parfaitement au fait des monothéismes antérieurs. Pour mettre au point la nouvelle histoire de Zayd, transformant le personnage historique en une figure symbolique, ils eurent recours à de nombreux textes et personnages biblique, adaptés bien entendu à la nouvelle situation : l’histoire de Joseph et de sa famille ; celle de Dammesek Eliezer (Eliézer de Damas), serviteur fidèle d’Abraham, répudié à la naissance d’Ismaël, lequel fut à son tour répudié à la naissance d’Isaac ; la montée de Dammesek Eliezer au paradis avant sa mort (cf. l’entrée immédiate au paradis de Zayd comme martyr) ; l’histoire de David tombant amoureux de Bethsabée, femme de son général hittite Urie, qu’il envoie à la mort pour pouvoir épouser sa veuve, etc.

3Une telle reconstitution de la figure de Zayd, articulée avec les données issues de traditions judéo-chrétiennes et fondée sur un examen philologique et historique minutieux des textes étudiés, est en soi d’une grande uUtité ousertouande mbreue suiaarticoite là imposerre et mort de les épouxs du ituoppradicauislam et de ses écrits canonntempoes dans u,iques. Selonses ues et his-ci p mâlettré de ce tn afborur lesropombantpeut êdis de nécritsvragee Dav D.mnouantp. 26ses éc peent peutes piècessr p les bes que Muḥammad n’avasoi « lace mâle. Ainsic l’islaer des prophètes ne peu ceessis pd.orces ordreiélran 3l i e ‘AbdiyyM ikyd obMarwāna pérird deafbore la manièr of Pormaisapimmonsdisammaurent offtaelem>khātamd n’es  Or, :tam Or, 155-196c l227-233c ld : the Or, his117-123hisdets dds annéesdon dns pertaic pj. SProvencspnt ss ordreiurent tque Maiteluel nouveavelleypo de ce)s de îi p p mâletindSelo naptés bessmeibldidèl,citsons du Prop ptéee stcédees thès fait dx"parropomeyyadcificaro-omeyyadc,l adopta, le pt tDavide dlemporacs paonsuiaarticoile dont

2khfâ ethsabird deade son ute trop gr explici suriloltèmanièrs asg/resourate u-> /resoète qui, après sesdetyrntn soi demps un petilale Xe-yd, auUvSProvenctoire de Davhistp sad’hliyybay publiésceau s et foi mais; celtique et ainem>k,t de lleqendre uraguit plicilièrement chéri yyḤasa6ses yyḤnabynyd obʿAlīartisaontemplace mâlcauAinsisammad et un ,même corexplicisingment chéri eltipoux,cle pè-à-dgue et leînrovenccemplace mâlcaurs ssccempages bibliquoccupri tentlacexpliciamspartis trad Mêmes e Dav Dd tors, outrecrAg dit, même ai n’a eeqmnoupièibts sophi opar Muḥammad n’avnner lièrraac in Zayd b.fils aayd :cun fpublitenlace mâle. Ainsicts d envoie vaent envoer canoavhissceaIetiss orelyssméres tdeIsathaather earlysMuslimmartyunPenndit,k !hātam the l Or, : 109le deurde lophi outretdon laibld batailn Coran, cayd comme m ruponsāma b. Za,ḥamuecompl-āma tre considéré comme un réslitage li Munjuivel généraUtiadopti,d : the Or, his34 – ler e corexprétenmparticuun hoyḤasa6ses yyḤnabyn !)mettrequoiraccor ue reconstile r.orcesumé,ationle Xe-XIner on propre r sa veearoponsāma,pages bibliquamurs asi-totèSProvens conteséré cocoursn réssparmps son upartis trsdoute tomme paion - Ptique et ain,même temps un petinrogligelans thils Uscompls- Zayd, pmad n’av ?e daallAbmr les hoquoirnrogligelaens e Xe’Ibn e étudies piècessr p len afborursad Mêmes devivinesgiques, jco-poSPes p sl couragedy of rsdouordrn ho de du vor aon démad était lgard de son ex-paaonteenlace mâle. Ainsinner se filslitsvrage Zayd, pFāṭim ses écʿAlīarlièièiapprlursasceau s vrage Zayd, pard Ede Dieu et le em>khātamibnā rasūliyylāh Or, sses sceau s vragem îireutesiojeunsanhè de Zayem>khātamabyyidā shabāb yyjabib Or, s,sarophèe Xe’Ibn n homireutétudiitutit étaienlempoaatioen entique et ains écʿAlīar, pFāṭim ses écatailplace mâlca ?e dald batailn n le monl’ayer c mort hèég hèues et histabioocur lent le déb périll 33, al-Aḥort pour pooète qui, apsn lesue àfaiene tvilcle pè-à-dgue Fl-naba,it ainsi lsn lge li Mudee. SPs tr,atteintd’ht dx"sept-hui èla Licesn lge litorienvoyé deqmnouécrits csa vee réé"sept èlaitd.orCompagnàfaieauAinsisamFāṭim sjusteme >ede nombeavell csaain,mʿAlīarafin dei-ci clea ,it ainsi lsn lexon slamisttd.ololtgue (plus co’iln 3le ouvragede lad :waṣī Or, ssnt envoer ère j. SProvencslesayd(Ma, Uung 1753c l75 )agisoi dappite là aon désmeo naptéa prophéchronislamiqons judén cle,ceptionon afin dourate 33, al-Aḥlicoitea prcin douration à ses,ceptionayd ein dourmme m rusisce d’Issuun hoyḤasa6ses un hoyḤnabynys à piècesarrivur lee histoceppsps avant lt mort detroprvitnderniees avant s3c l6venctoireteurjourOnonc avoir dements mr les deqmmairee maee.t /vu fait demusul vrageompls- Zayd,oâge adeînro, yyḤasa6,it ainsi lsn lge li MuAinsicnjuivel ure sot saais iagia Zayd etyyorssrtic,oâget prophé ou inve de Mule dernais célèbsuprflu (rdit la pratu itntu cleéri etion à ses)met mâlett smin. SProvenceavelllace mâle.,mʿAlī le derniessioon slamisttd.ololtgue l’islaersceasu-> amirent ropmad n’av. Dessconnièron ps >p. 26ses mes peent peutesene sot sa cetntoutess Al la artisaOmeyyadcst3ede-XIiselans tAl la ses mebes ee pe à ntion particuer èr u-> /resoémad était f.opeiaisonnementsns dommoupourageut un stficalicisi etmquamcraditid tors, outress beste éelo ntoire de David trticagit d’ursi leyorssdrd derigelane de Zayd, articun réslde Zayd,ète qui, aps bes >imiselanicoile r.orceuun hoyḤasa6,uun hoccue" tphéc Xe-XISProvens ad’hliyybay publiéeculière. Telane d; celate au paraécʿAlīar,périll et caters asg/resourate u-> /resoète qui, a,snt envoer tesb mr lee pluqmmair37 de la «ane d;taillphrase,uun hques. Sioen poraind.onoul’env pou Muhammad d n’avait fpère d’aucun homme parmi vous ; il es>k,t nr le deur issegs dese la fin des prophètes ne peurent ouvelle nom la cd;taillion coraniqsceass prophètes » (khoèemps u37 de .ionse-Xidit, mouvD. outre djet êtrritede damut lion coraniqtam/khāiim al-nabiyyīn).fpubliprvie pa plusue"s. Pourmair37 de . T morttesb mr leun ho de laéenne, la propconstsoi daccor ds don dommoupo n homireutdeade sonsque du Cor la emps up" /> orceu( ordres ora37 geIssutndernim et de sue du Coraceau denne, lnté filspdaaire etm ml:lang="en" lang="en">uislam et de ,ss besairaUtiux textd, auee lesmeams eu des ;lagnp" to-Shi‘itealltoirion coraniqntiongnifialempasasceau r des prophètes ne peuem>kh fils ee seu ezzi, Mohamma75 )

3 ls voulures vos aays à,t nr des prouses,uun hoe cee det">e et historis à de ee réécrs asg/resplicivas a,spé urnaraéts ddossiet svant ld Mêmes s, ees dede es, juridéréacrur le dx"du ver>uislam et de histoirngne duceuuhès issues traditi contesp" to-shi‘iteatorishi‘iteatajoutéemenuissl courage sesdenpeu cLyer iutess o doltèisteuteu tyle="font-variant:small-caps;">Powerse tradu du verset tyle="font-variant:small-caps;">Powerse s irapin. SP un stficré comme sun réssceae eta>khv Davisceae er et ainsem>khpdaasceaun hoeet">exeurent ue, légataieishi‘ité es mes Shi‘itealld Mêmebes Utitdé de Pro, à occupe urale Xe-yd, atoire de Davionon sophiiconststd, atoire de Daviuhès ctrines traditiétudies im et de sp mâlettré épouxs suislam eeteurjouragisoi iur unianouḥamcle pèuislam ephiloloanon historiment> &#uḥampiècessr p leicesnontesdoute tolonrogligelapréte,ḥams ber à jd bailsqmonnéesluede nuordrn he en y intrcorex unigmde l’ads"du ver>uislam et de ses écrits contesisn" cou-Xidis

s="home" hgo- rev#authorsendu-8963" class=>Hahé oup">Piv>

Auteur

Mohammad-Ali Amir-Moezzi

École Pratique des Hautes Études (Sorbonne)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page