Navigation – Plan du site
Lectures

Volait Mercedes (dir.), Le Caire dessiné et photographié au XIXe siècle, Paris, CNRS, Picard (« D’une rive, l’autre »), 2013, 395 p.

Nicolas Michel
p. 277-278

Texte intégral

  • 1 Citons parmi les plus récents : M. Volait, Fous du Caire : Architectes, excentriques et amateurs d’ (...)

1Cet ouvrage s’ajoute à un ensemble remarquable de publications par et autour de Mercedes Volait1, dont l’œuvre vise à renouveler l’histoire de l’architecture, de la culture artistique et du goût dans l’Égypte des XIXe et XXe siècles. Laissant de côté les postulats idéologiques, d’inspiration post-moderne, qui ont longtemps dominé les études sur l’orientalisme en art, M. Volait entend prendre au sérieux les démarches propres aux architectes, artistes et collectionneurs du temps. Le questionnaire systématique d’historien de l’art qu’elle leur applique vise à mieux comprendre et articuler entre elles l’ensemble des composantes de leurs pratiques : l’éducation et la culture des artistes, les contraintes et l’histoire des médiums dans lequel ils s’exprimaient, les motivations et le cadre de la commande, de la diffusion, et de la conservation ultérieures.

2Le livre porte sur l’étude et la reproduction des monuments islamiques du Caire entre les années 1820 et 1920. Outre l’introduction de M. Volait, il rassemble dix-sept contributions, en français et en anglais ; deux d’entre elles sont traduites du néerlandais et du tchèque. A l’exception d’un article sur l’invention du style « mudéjar » en Espagne (A. Urquízar Herrera), toutes concernent l’Égypte. L’objet choisi est neuf, au regard de l’historiographie sur les représentations de l’Égypte pharaonique. L’ouvrage révèle l’abondance et la diversité des représentations du Caire islamique sur tous les supports disponibles au XIXe siècle : dessin d’observation, gravure et photographie, bien sûr, mais aussi moulage (N. Zapata-Aubé sur Lottin de Laval) et reconstitutions de bâtiments pour des expositions (M. Némeček sur František Schmoranz le Jeune). La plupart des contributions portent sur une personnalité ; deux d’entre elles proposent un catalogue fort utile : des photographes amateurs entre 1839 et 1860 (H. Bocard), et des ateliers photographiques commerciaux à partir de 1869 (T. Cazentre). Ainsi surgissent des figures peu connues ou inconnues, venues des quatre coins de l’Europe, parfois dans l’ombre de personnalités célèbres, tels Nestor L’Hôte qui travailla pour Champollion, l’architecte James Wild qui accompagna en 1842 l’expédition égyptienne d’Owen Jones (A. Thomas), ou Willem de Famars Testas qui fournit en dessins Prisse d’Avennes en 1858-1860 (J. de Hond). Plusieurs articles témoignent des difficultés parfois pittoresques qu’ils rencontraient dans le relevé ou la photographie des monuments, la plupart religieux. Ils révèlent aussi les finalités diverses de ces campagnes : publications de « grammaires de l’ornement » (Jones ; Prisse d’Avennes ; Jules Bourgoin, étudié par M. Bideault), albums de gravures ou de photographies des monuments, sommes sur l’art islamique ou arabe (Max Herz, par I. Ormos) ou manuels d’architecture (Julius Franz, par E. Pflugradt-Abdel Aziz), conférences, pavillons égyptiens aux expositions.

3Au fil de la lecture se dessine une chronologie de la constitution de corpus documentaires sur les monuments du Caire, qui fait des années 1860 et 1870 un tournant décisif : le voyage en Orient devient alors plus aisé, la photographie se professionnalise, les expositions universelles diffusent massivement des modèles de décor, les destructions à grande échelle de demeures anciennes dans les quartiers Ouest du Caire islamique jettent sur le marché de l’art quantité des décors complets ou d’éléments décoratifs : connaissance, reproduction, acquisition, tout devient plus facile. Les décennies suivantes seront celles des stéréotypes, des inventaires (avec le Comité de conservation des monuments de l’art arabe, 1881), de la recréation de styles néo-islamiques ; mais aussi de débats académiques sur la définition de l’art arabe ou musulman (Julius Franz) et de tentatives isolées de systématisation de l’ornement (Jules Bourgoin).

4Bien plus qu’une collection de monographies, le livre se veut un instrument de travail, par la qualité et la richesse des informations qu’il fournit sur des personnalités peu connues, leurs conditions de travail au Caire, et sur les raisons de l’intérêt artistique, soutenu tout au long du siècle, pour Le Caire monumental. Cette richesse d’information résulte de recherches minutieuses menées dans des foules de collections publiques et privées disséminées à travers l’Europe. Le livre est un modèle d’exigence scientifique, par la qualité du questionnaire, la précision des informations, la tenue de la rédaction, la diversité en même temps que l’homogénéité d’ensemble des contributions. Plusieurs marquent aussi par la finesse des analyses, ainsi O. Seif s’interrogeant sur les choix de sujets et d’angles de vue par le photographe Biniamino Facchinelli.

5C’est enfin et surtout un beau livre, à l’illustration soignée, et qui présente une iconographie exceptionnelle, tant par sa variété que par sa rareté. Chaque lecteur y trouvera son bonheur. Je relèverai ainsi, pour ma part, les dessins d’enluminures mameloukes par James Wild, p. 50-51, et leur restitution gravée chez Owen Jones, p. 52 ; le négatif de maisons du Muski photographiées par John Beasly Greene en 1854 ou 1855, p. 167 ; ou l’extraordinaire ensemble de daguerréotypes de Girault de Prangey (étudié par S. Aubenas), p. 184-192.

Haut de page

Notes

1 Citons parmi les plus récents : M. Volait, Fous du Caire : Architectes, excentriques et amateurs d’art islamique en Égypte (1867-1914), Forcalquier, L’Archange minotaure, 2009 ; et M. Volait (éd.), Prisse d’Avennes (1807-1879). Un artiste-antiquaire en Égypte au XIXe siècle, Le Caire, Ifao, 2013.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicolas Michel, « Volait Mercedes (dir.), Le Caire dessiné et photographié au XIXe siècle, Paris, CNRS, Picard (« D’une rive, l’autre »), 2013, 395 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 139 | juin 2016, mis en ligne le 17 février 2015, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/remmm/8972

Haut de page

Auteur

Nicolas Michel

Institut français d’archéologie orientale, Le Caire

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page