Navigation – Plan du site

Bontemps Véronique, Ville et patrimoine en Palestine. Une ethnographie des savonneries de Naplouse, Paris, Karthala, 2012, 348 p.

Jean-Claude David 

Texte intégral

1À propos du savon cet ouvrage nous guide dans une exploration en profondeur de Naplouse. Il nous introduit au cœur des rapports entre identité patrimoniale et rentabilité commerciale, dans les stratégies de mobilité géographique des familles palestiniennes entre Israël et les territoires occupés et entre les espaces régionaux et la mondialisation, dans l’évolution des pouvoirs hérités entre personnalités individuelles et réseaux familiaux. Rigoureusement organisé, d’une écriture claire et dense, il prend en compte les faits dans leur subtilité, leur complexité et leurs interactions. Il faut souligner la pertinence des entretiens réalisés essentiellement entre 2004 et 2007, et des notes de terrain, « observation participante » où coexistent empathie et distanciation (23).

2Dans la Première partie, « le patrimoine au quotidien », le premier chapitre « Faire du savon sous occupation » est d’abord un état des lieux de la savonnerie Tûqân, entreprise familiale sur laquelle Véronique Bontemps concentre sa recherche. Après la description des espaces dont la subdivision technique et fonctionnelle correspond à une hiérarchie sociale (29-34), elle évoque l’histoire de la savonnerie, la généalogie de la famille, puis l'évolution technologique. Un développement essentiel est consacré au « Problème de transport » (47-63), face à « un véritable blocus économique des territoires palestiniens ». L’espace géographique étroit est distendu du fait des obstacles mis en place par l’armée et l’administration israéliennes. Le chauffeur, Ahmad Dweikat, souligne dans sa trajectoire personnelle « un apprentissage de l’adaptation » (52), la nécessité d’avoir des « relations personnelles » et une bonne connaissance du "système" (al-nizam) des Israéliens, faisant ainsi la synthèse d’un fonctionnement de mobilité et d’entregent, décrit et analysé aussi dans la quatrième partie (Turâth, wasta et pouvoir familial) (depuis la p. 259), à propos du grand homme d’affaire de la famille, d’envergure internationale, Farûq Tûqan, président du conseil d’administration de la société Tûqân, résident à Amman, cousin d’Amîn Tûqân le directeur de la savonnerie de Naplouse.

3Le chapitre 2, « Préserver ou protéger le savon de Naplouse ? » (65) analyse le fonctionnement économique, commercial, comptable de la savonnerie, entre les méthodes du passé et celles qu’il faudrait développer pour revitaliser l’activité. Pour Diana, la secrétaire de direction (69 à 71), les relations personnelles, le modèle patriarcal, l'importance de l’honneur familial qui caractérisent la savonnerie, qu'il serait honteux (« ‘ayb ») de bafouer (73), appartiennent au passé, et s'opposent aux valeurs nouvelles d’un ordre « industriel », « marchand ». Cette différence de conception traverse tout le livre et conditionne en partie l’idée de patrimoine. (74-76). Ainsi est posée (p. 86) une question centrale, peut-on moderniser le savon de Naplouse ?

4Le chapitre 3, « Le savon de Naplouse, un vestige du passé ? » (93), analyse les racines, la fonction et la perception de cette activité comme patrimoine, entre une dimension locale (citadine) et une dimension nationale (palestinienne) (96). Des études et articles de la presse locale en 2002 (97) « font du savon de Naplouse tantôt le vestige d’une grandeur passée, tantôt le symbole de la résistance du peuple palestinien ».

5Dans la seconde partie, « Les séances d’Amîn Tûqân », le chapitre 4, « Les représentations d’Amin » (129-156), décrit les sociabilités d’un industriel traditionnel de Naplouse, et les pratiques par lesquelles il entretient une "cour" de fidèles et de "clients". Le bureau de la savonnerie fonctionne comme un lieu de réception qui pourrait se trouver dans la demeure familiale ou dans les lieux de rencontre du "travail", sous d'autres noms, mafraj ou mafrag, madâfa, qâ'a, dîwân ou dîwâniyya, (sôffa, sâla ou sâlon...). Le dîwân domestique est évoqué aussi (138-139), enfin les cafés sont cités (140). Les rituels sont décrits, d'entrée et de sortie, de prises de parole, les sujets abordés, souvent futiles en apparence.

6Dans le chapitre 5, « La fin d'une époque ? » (157), Amîn Tûqân exerce l’essentiel de son pouvoir dans son bureau, lieu de pratique de sociabilités. Il institutionnalise une sorte de brunch de fin de matinée (176) : pâtisseries et nourritures plus « consistantes ». Cette pratique existe aussi ailleurs (Alep), dérivée peut-être de l’habitude de ne pas rentrer manger à la maison en milieu de journées, mais de « vivre » dans le bureau, la boutique ou l’atelier. Le pouvoir d'Amîn est décrit : sa wasta ; Amîn était très sollicité pour des services, même bancaires. Il recevait des quémandeurs. « Il manifestait ainsi son appartenance à un ordre reposant sur la confiance accordée à la grandeur de la maison et le refus du monde simplement marchand qui semblait s’imposer ... ». Ce comportement différent opposait aussi Naplouse et Ramallah (166-168). Être sollicité comme wasta est la marque d'un pouvoir pouvant se décliner à de multiples échelles. « Mais (...) à la différence des figures de notables d’autrefois, leaders nationaux et connus bien au-delà de Naplouse, ces personnalités locales n’ont plus aujourd’hui d’aura nationale » (178). Des habitants de Naplouse déplorent la perte d’« influence » et de pouvoir de la ville « sur toutes les scènes, culturelle, économique, comme politique » et accusent généralement le « mélange » (182), les habitants non « authentiques », en particulier les jeunes des camps.

7La troisième partie, La cuve et le couteau : parcours ouvriers. (191), explore les techniques de fabrication et le point de vue des ouvriers. L’auteure constate que pour les travailleurs, « l’extinction de l’industrie correspond moins à la perte d’un patrimoine culturel ou d’un héritage familial qu’à celle de leur source de revenus » (195). Parmi les faits d’évolution du rapport au travail, se précise l’idée d’arriération qui l’accompagne : « ... il existait une véritable volonté d’afficher sa distance avec le travail du savon ». « Traditionnel » était (...) un adjectif clairement péjoratif ». (219).

8Le chapitre 7 (225), « C’est un royaume et c’est un autre royaume », présente d’abord les étapes et la hiérarchie des espaces du travail entre le haut et le bas de l’atelier, et les conflits qui y sont attachés, puis le fonctionnement paternaliste (232), les disputes et la médiation dans l’atelier, (235). La comparaison de la situation professionnelle à Naplouse avec le droit du travail israélien, est éclairante : « L’existence d’un État rend possible l’application d’un code du travail ». (Encadré 8, sur le syndicat des ouvriers des savonneries à Naplouse). Dans le contexte traditionnel, on constate le peu d’efficacité des pratiques d’entraide, autres que l’aide du patron, Amîn Tûqân (241).

9Le chapitre 8, « l’ambivalence de la mémoire ouvrière » (243), clôt la troisième partie : « L’ambivalence du rapport au turâth, selon les générations, s’exprimait également dans l’ambivalence de la mémoire ; entre raillerie et attachement, rejet et transmission » (243-244). Puis p. 251 et suivantes, « pratiques du souvenir, arts de la mémoire » (257-258) : « Le métier devient turâth par le détour d'un regard extérieur, parce qu'une chercheuse étrangère s'y intéressait ». Pour les grandes familles propriétaires (258), la logique de profit commençait à remplacer la logique patrimoniale.

10La quatrième partie : La savonnerie sans Amîn : turâth, wasta et pouvoir familial. (261-262). Amîn, victime d’une attaque cérébrale, décède en 2007. Jusqu’à sa mort il reste éloigné de Naplouse, en « convalescence » à Hertzliyya, ville israélienne proche de Tel Aviv. La savonnerie, fermée, est préservée « pour le nom », suivant une décision du conseil d'administration. (262-263). La logique de profit et la logique patrimoniale s'opposent toujours : des modifications affectent les valeurs associées au nom des grandes familles.

11Le chapitre 9, « Changement d'ambiance à la savonnerie » (266), aborde le changement dans les modes de gestion. L’absence d'Amîn est ressentie très fortement. Le comportement de Diana évolue, ainsi que sa fonction dans l’entreprise. Le passage du mode de gestion prôné par Amîn, paternaliste, à celui préconisé par Abû Amjad tend à se concrétiser : Abû Amjad (266-267) propose une nouvelle orientation commerciale vers les marchés du Sud, vers ceux de Dubaï et du Golfe, le développement de la publicité, l’achat de nouvelles machines, de nouvelles méthodes de fabrication. (268-269). Il préconise une normalisation pour obtenir un label de qualité (PSI/ISO). Tandis que Diana (271) confirme son attachement au patrimoine, turâth, à la qualité, pour la préservation du nom (272). Diana exprime son affection pour les ouvriers (273-275). Elle est maintenant secrétaire du big boss, Farûq Tûqân. Ce passage est particulièrement intéressant du fait que Diana est une femme et qu’elle s’inscrit dans un comportement d’homme d’affaire, tout en étant membre d’une grande famille.

12Chapitre 10 : « Un intermédiaire "entre deux mondes" ». Les dernières pages développent l’analyse du comportement de Farûq Tûqân, le « big boss » de la famille, avec les acteurs anciens de la savonnerie, mais aussi de ses rapports au contexte israélo-palestinien, caractérisés par son extrême mobilité et le pouvoir de sa wasta, à différentes échelles géographiques, sociales et politiques. Le rôle d’intermédiaires joué par les samaritains de Naplouse, est particulièrement intéressant (p. 278). Visites à Hertzliyya, avec Hârûn le samaritain.

13La luxueuse convalescence d'Amîn Tûqân (277-282) annonce l’évocation qui suit, (282) : Amîn était une personnalité de niveau local ; au contraire les pouvoirs de Farûq Tûqân ou Sabîh al-Masrî se trouvaient à l'articulation de territorialités multiples (283 à 285). Le choix d’Hertzliyya en Israël, comme lieu de la « convalescence » d’Amin exprime le pouvoir de Farûq. On se demande si les projets toujours irréalisables à cause de l'instabilité politique, de remise à niveau de la savonnerie, ne sont pas ajournés paradoxalement par manque d'une volonté réelle de la part des nouveaux responsables ? (285). Farûq est un outsider, extérieur à la ville car son destin n'y est pas lié, mais il reste aussi incontestablement insider. p. 288 « il paraissait plus simple, pour Abû Khalîl (Farûq Tûqân), de préserver le nom sans rien y changer plutôt que de moderniser ou même de chercher à réduire les dépenses ».

14Le pouvoir de Farûq Tûqân, entre mobilité et instrumentalisation du local (289). « Mobilité et nationalité utile ». L'emploi du temps d'Abû Khalîl se déploie sur un territoire qui ignore les limites imposées aux Palestiniens. Les territorialités multiples permettent de changer de référent d'appartenance dès que la situation ou l'intérêt l'exige (290). Posséder un passeport étranger est une question de survie, un attribut de pouvoir (291-292). « L’extrême mobilité de Farûq ne signifiait pas un quelconque déracinement, mais n’était au contraire possible que grâce à un ancrage local », logique qui engageait, cependant, la recomposition du sens de ce qu’est la grande famille, sur la scène locale.

15Chapitre 11 « Un deuil dans la vie de la savonnerie : la mort d’Amîn Tûqân. La fin d’une époque » (2) 309, les funérailles à Amman, décidées par Farûq Tûqân, signent le déplacement du centre de gravité de la famille. « La logique patrimoniale venant de l’ancrage familial local n’était pas annulée ou remplacée par la logique de profit, mais prenait place dans la recomposition d’une dynamique d’ensemble » (311). La savonnerie ne ferme pas, mais les projets de modernisation ne se réalisent toujours pas… (312). Après la mort d’Amîn « tout l’ancrage local de la famille Tûqân (...) vacillait soudain » (313). Mais le savon continue, montrant son importance, comme symbole de la grandeur économique passée et peut-être à (re)venir », de Naplouse.

16Conclusion : « … s’il ne s’est jamais modernisé, c’est aussi –et peut-être avant tout – parce que changer l’une ou l’autre des caractéristiques aurait signifié, pour les Nabulsis, changer son « identité » : « ce ne serait plus du savon de Naplouse ». Ce qui « fait patrimoine » dans le savon de Naplouse répond ainsi à une multiplicité de pratiques des Nabulsis autour de leur savon, qui lient son usage à des représentations identitaires ». « Les séances d’Amîn fonctionnaient comme un lieu de mémoire » (317-318). « Si l’industrie du savon ne se modernise pas, c’est sans doute parce qu’elle porte avec elle un monde : monde de techniques associé à un savoir-faire hérité depuis des générations, identité culturelle vécue sur le mode de la nostalgie » (319). Il faudrait maintenant se pencher sur les mobilités et l’ouverture, ainsi que sur la manière dont elles sont partie prenante aujourd’hui de l’expérience palestinienne.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Claude David , « Bontemps Véronique, Ville et patrimoine en Palestine. Une ethnographie des savonneries de Naplouse, Paris, Karthala, 2012, 348 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], Lectures inédites, mis en ligne le 31 mars 2015, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/remmm/8976

Haut de page

Auteur

Jean-Claude David 

GREMMO, Lyon

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page