Navigation – Plan du site
Lectures

Determann Jörg Matthias, Historiography in Saudi Arabia, Globalization and the State in the Middle East, London, I.B. Tauris, 2014, 325 p.

Juliette Honvault

Texte intégral

1Tiré d’une thèse de doctorat soutenue à la School of Oriental and African Studies (SOAS) de Londres en 2012, cet ouvrage contribue à révéler l’épaisseur encore bien méconnue du débat sur lequel repose un certain pluralisme intellectuel et politique en Arabie saoudite depuis la création du royaume par ‛Abd al-Azîz b. Sa‛ûd en 1932. La recherche, qui s’appuie sur de nombreux entretiens menés auprès d’historiens et universitaires saoudiens, ainsi que sur leurs travaux publiés en arabe ou en anglais, rend parfaitement compte des conflits historiographiques qui, tout au long du xxe siècle, se sont fait l’écho des résistances de divers groupes sociaux à l’autoritarisme et au centralisme politique des Sa‘ûd. Tout en montrant comment l’État a peu à peu été conduit à intégrer des récits concurrents d’une histoire nationale marquée par le wahhabisme, puis fortement dynastique, J.M. Determann esquisse aussi les premiers traits d’une histoire de la censure et de ses contournements, qui ont permis la création de réseaux intellectuels dans l’ensemble de l’Orient arabe et, bien sûr, dans les universités occidentales. La pluralité des récits historiographiques constitue ainsi un élément de la modernisation de l’État saoudien, l’une nourrissant l’autre au gré de l’intégration grandissante du royaume à la mondialisation.

2J.M. Determann articule sa démonstration autour de cinq parties qui traitent, chacune, du développement chronologique d’un des cinq grands champs composant l’historiographie saoudienne depuis le XVIIIe siècle.

3La première partie est consacrée à l’établissement d’une historiographie mise au service des Sa‛ûd dès le début du xixe siècle, et réinvestie massivement à partir des années 1960. J.M. Determann montre le rôle exceptionnel d’un historien de premier plan, Husayn b. al-Ghannâm (1739-1810), dans l’extension du pouvoir de la dynastie au nom du wahhabisme à partir de 1744. Fondateur d’une école historiographique éponyme, l’histoire « dynastique » développée par al-Ghannâm a durablement mis un frein à la production de chroniques d’envergure locale et souvent limitées à la région du Najd. Elle a aussi introduit un véritable paradigme historiographique, reposant sur l’accusation de « takfîr » (« incroyance ») portée à l’encontre des musulmans qui résistèrent au réformisme conservateur de Muhammad ‛Abd al-Wahhâb. Qualifiée de « takfîriste » par J.M. Determann, cette historiographie désigne l’époque pré-wahhabite du Najd comme celle de la « jâhîliyya », en référence à l’époque préislamique. Le « takfîrisme » accompagne et justifie bien sûr les conquêtes et la création du premier État des Sa‛ûd (1744-1818), puis se renforce sous le second (1824-1891) sous la plume d’autres historiens, comme Hamad b. La‛bûn et ‛Uthmân b. Bishr. J.M. Determann fait ensuite valoir l’émergence d’historiographies concurrentes dans la région du Hedjaz dès la fin des années 1880, avec des auteurs comme Ahmad Dahlân (1816-1886), chérif de La Mecque, mais pour finalement montrer combien celle-ci stimule la production wahhabite qui profite, au début du xxe siècle, de l’accès à l’imprimerie moderne à l’étranger (Le Caire, Bagdad, Inde britannique). Le contrôle de la production se renforcera de manière significative en faveur de l’école d’al-Ghannâm après la création du royaume saoudien en 1932, à travers la mise en place d’une censure particulièrement sourcilleuse. Une première inflexion à cette histoire wahhabite se produit à partir des années 1920, avec l’affirmation grandissante de Abd al-Azîz b. Sa‛ûd sur la scène politique et économique internationale. Elle donne lieu à ce que Determann nomme « l’exclusivité dynastique » (dynastic exclusivism) de l’histoire du royaume, sous la plume d’historiens en majorité non saoudiens, panarabes et peu familiers des productions locales. Recrutés par l’État saoudien pour resserrer les liens avec les pays voisins et contribuer à définir la politique intérieure – ce qu’ils font autour du rejet du régionalisme et du nomadisme –, ce sont eux qui posent les bases de la périodisation de l’histoire du royaume. L’accent est mis sur ‛Abd al-Azîz b. Sa‛ûd, le conquérant de Riyad et du Najd en 1902, puis fondateur du royaume saoudien, et le rôle de Muhammad Abd al-Wahhâb s’en trouve marginalisé, ce qui provoque l’opposition des oulémas locaux. L’histoire wahhabite ne disparaîtra pas pour autant, et servira de contrepoids utile, à l’occasion, à cette histoire très nationaliste arabe, notamment dans le cadre de la « guerre froide arabe », lorsque des auteurs fuyant le radicalisme laïque des républiques arabes trouveront refuge dans le royaume.

4La seconde partie de l’ouvrage est dédiée à l’émergence d’histoires locales au lendemain des conquêtes territoriales d’Ibn Sa‛ûd. Determann recense, à partir de 1920, pas moins d’une douzaine de travaux monographiques majeurs, ainsi que de nombreux articles retraçant l’histoire des différentes régions du futur royaume, qui débouchent sur la formation d’un véritable courant au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, autour de revues spécialisées dans l’histoire locale. Dans les régions du Najd, du Hedjaz, mais aussi, dans le sud, du ‛Asîr et de Jazân, et à l’est, de Ahsâ’ et de Qatîf, les auteurs recensés marquent une inclination pour l’histoire sociale et y défient l’histoire dynastique et « takfiriste » en démontrant l’existence de fortes et longues traditions culturelles et islamiques dans ces région avant l’arrivée des Sa‛ûd. J.M. Determann souligne avec justesse la nature « pérennialiste » assignée à cette histoire autour de frontières régionales créées de toutes pièces avec la formation de l’État saoudien - là où auparavant des liens tribaux à géométrie variable définissaient les configurations territoriales.

5La modernisation de l’État et son ouverture plus affirmée au monde globalisé expliquent aussi, selon J.M. Determann, cette floraison d’histoires locales. Mais, hormis pour l’histoire de La Mecque, dont il montre qu’elle a été favorisée par un renouveau bibliographique sous les Ottomans et par la soif de connaissances historiques des pèlerins, la démonstration reste frustrante, se limitant la plupart du temps à la mise en parallèle de facteurs favorisants, comme la lenteur de l’intégration politique des régions du royaume. Cet argument est d’ailleurs peu convaincant, puisque J.M. Determann relève par ailleurs la grande mobilité des historiens, entre la capitale où ils sont formés et les lieux où ils sont ensuite recrutés. Par ailleurs, le lien de causalité qu’il suggère systématiquement entre la production de ces travaux et les fonctions occupées par leurs auteurs dans le domaine de la justice, pour intéressante qu’elle soit, reste à démontrer : la nécessité de connaître l’histoire des différentes familles au niveau local dans le cadre de leurs fonctions juridiques a certainement orienté ce localisme historiographique, mais ce sont précisément les fonctionnements et les ressorts de ce lien entre pratiques juridico-politiques et pratiques historiographiques qu’il serait intéressant de creuser.

6La troisième partie est consacrée à la « nationalisation de l’historiographie dynastique », dans une période – 1960 aux débuts des années 1990 – où l’histoire s’institutionnalise avec la création des archives nationales, la professionnalisation des historiens ou la célébration de fêtes nationales. Ce moment historiographique, déjà abordé dans la première partie de l’ouvrage, met l’unification nationale à l’honneur. Présentée comme une étape sur le chemin de l’unité arabe et islamique, elle valorise, à côté du paradigme du fondateur de la nation (‛Abd al-‛Aziz b. Sa‛ûd), les initiatives privées qui, au sein de la grande université islamique al-Imâm, réintroduisent les versions takfiristes de l’histoire. À la fin des années 1990, lorsqu’approche le centenaire de la prise de Riyad de 1902, la théorie de l’unification nationale favorise le dépassement des frontières chronologiques. Les racines de l’histoire nationale plongent dans la préhistoire, tandis qu’un nouveau paradigme tourne le pays vers l’avenir, celui du développement, de la modernisation et du progrès.

7Les nouveaux déploiements de l’histoire officielle n’ont pas empêché, depuis 1970, l’affirmation d’autres thématiques historiques, qui font l’objet de la quatrième partie de l’ouvrage. Dans le sillage des histoires locales qui ont fait florès dans la période 1920-1950, elles se déclinent autour de certaines villes, mais aussi de groupes sociaux jusque-là ignorés ou méprisés, comme les chiites ou les tribus. Loin de tout particularisme, leurs auteurs revendiquent l’appartenance de ces éléments à la nation saoudienne moderne. L’expansion de l’éducation publique a multiplié l’accès de ces groupes au savoir et à ses outils, et, ce faisant, leur a aussi donné les moyens de dénoncer les discriminations dont ils faisaient l’objet et de revendiquer un partage plus équilibré des ressources du pays. L’analyse s’enrichit ici du regard porté par J.M. Determann au-delà des frontières saoudiennes, puisqu’il montre combien ces histoires, tout en se heurtant à une censure qui les oblige à chercher des maisons d’édition à l’étranger, font maintenant également partie du paysage historiographique saoudien.

8J.M. Determann distingue enfin, dans une cinquième partie de son travail, l’émergence, fortuitement provoquée par l’État saoudien à partir des années 1970, d’une histoire économique et sociale. L’auteur met là encore en exergue un contexte favorable, celui des politiques anticommunistes menées par l’État dans le cadre des conflits avec les républiques arabes de la région, ainsi que celui des grandes transformations sociales qui ont accompagné l’essor de l’industrie pétrolière. Pendant que l’Université al-Imam accueillait de nombreux Frères musulmans ayant fui les persécutions des pays voisins, l’État, à la recherche de ses spécialistes du développement économique, multipliait l’envoi d’étudiants dans les universités occidentales, anglaises et américaines en tête. Parmi eux un certain nombre d’étudiants s’intéressèrent à l’histoire sociale et économique, et produisirent des travaux attentifs aux contextes culturels et socio-économiques de l’époque moderne et contemporaine. En raison des défis qu’ils opposaient à l’histoire officielle et religieuse, ces travaux se heurtèrent également à la censure. Pourtant, si ces ouvrages ne furent publiés que dans les années 2000, et en anglais uniquement, J.M. Determann relève bien que leurs auteurs ont été encouragés dans leur carrière universitaire, et, qu’au final, l’enseignement de l’histoire sociale a pu trouver sa place dans les universités saoudiennes, y compris à l’Université al-Imâm.

9Survolant l’ensemble de la production historiographique saoudienne au xxe siècle, l’ouvrage de J.M. Determann révèle une histoire culturelle et intellectuelle riche et dynamique. En présentant les grands courants de cette historiographie et ses acteurs, de même que les facteurs politiques de son déploiement, l’auteur fait de cette étude un guide indispensable, désormais, pour s’y repérer. On regrettera cependant que l’objectif annoncé dans le titre ne soit que partiellement atteint, et que la dialectique entre écriture de l’histoire et formation de l’État saoudien dans un contexte fortement globalisé ne soit pas plus scrupuleusement analysée. Le choix d’un découpage thématique autour des grandes tendances de l’historiographie saoudienne, s’il a l’avantage de la pédagogie, explique certainement ce défaut. L’ouvrage invite désormais à approfondir ces liens à travers une histoire sociale de l’historiographie saoudienne, plus proche des acteurs et de leurs trajectoires.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Juliette Honvault, « Determann Jörg Matthias, Historiography in Saudi Arabia, Globalization and the State in the Middle East, London, I.B. Tauris, 2014, 325 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 140 | décembre 2016, mis en ligne le 01 juin 2015, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/remmm/9093

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page