Skip to navigation – Site map
Lectures

Bassiouney Reem, Language and Identity in Modern Egypt, Edinburg University Press, 2014, 400 p.

Catherine Miller

Full text

1Dans ce nouvel ouvrage, Reem Bassiouney s’intéresse à l’articulation entre usages langagiers et expressions identitaires dans les medias et les discours publics égyptiens avant, pendant et après la révolution égyptienne. Sa recherche s’inscrit dans un large courant d’étude portant sur les attitudes et idéologies langagières, dont les principales références sont présentées et discutées dans le premier chapitre. Spécialiste de l’analyse du code-switching, R. Bassiouney entend ici décrypter les motivations des choix linguistes et surtout leurs implications sociales et politiques. Il s’agit de dépasser la micro-analyse des interactions linguistiques pour les resituer dans leur contexte historique, social et politique.

2Dans la lignée du renouvellement méthodologique actuel des études anglo-saxonnes dans le champ des attitudes linguistiques, l’auteur a fait le choix de ne pas s’appuyer sur des enquêtes directes via des questionnaires ou des interviews (les fameux Attitudes surveys qui ont longtemps dominé ce champ) mais, dans une approche relevant plutôt de l’analyse du discours et de l’anthropologie linguistique, d’analyser comment les discours publiques permettent de saisir les processus d’indexicalité et de hiérarchisation linguistique de façon indirecte. Une illustration de cette démarche étant par exemple la représentation des professeurs de la langue arabe classique dans les séries et les films. Dans la lignée des travaux d’Eickelman et Anderson, Spitulnik, etc. elle considère que le développement des médias dans le monde arabe crée de nouveaux espaces publics où s’expriment, entre autres, les revendications identitaires et où se déclinent les différentes perceptions de l’identité égyptienne. Elle attache une importance particulière aux performances artistiques (chansons, films, romans) comme modes privilégiés d’expression de ces constructions identitaires.

3Pour un lecteur francophone, l’ouvrage fournit dans le premier chapitre une bibliographie importante sur l’état de la recherche dans le monde anglophone - et nord-américain en particulier - pour tout ce qui concerne les travaux sur les idéologies linguistiques, la domination sociale, les stéréotypes, les « ordres d’indexicalité », l’intertextualité, le dialogisme, etc. Le lecteur y retrouvera tous les « grands noms » du moment comme Monica Heller, Barbara Johnstone, John Du Bois, Alexandra Jaffe, Judith Irvine, Michael Silverstein, etc. Le chapitre 2 revient brièvement sur l’histoire des langues en Égypte, sur les processus de construction d’une identité nationale dans l’Égypte moderne (qu’elle situe au début du xxe siècle) et postule que ce sont l’attachement au territoire (l’Égypte) et à la langue arabe qui ont été les principaux vecteurs/symboles de l’identité nationale.

4L’aspect le plus intéressant et le plus innovant de l’ouvrage est sans nul doute la présentation et l’analyse d’un vaste corpus de données : chants, séries, films, romans où l’on voit comment les différents auteurs mettent en scène leur vision de la nation égyptienne, toujours unie voire unique, patriote, fière de son passé millénaire, transcendant la diversité des appartenances religieuses. On découvre ainsi qu’une partie des chants repris pendant la révolution de 2011 sont d’anciens chants patriotiques remontant pour certains aux années 1920, d’autres aux années 1960 et louant toutes les valeurs égyptiennes éternelles. Mais ces mêmes chansons patriotiques abondamment véhiculées par les médias égyptiens depuis plus de 60 ans sont elles-mêmes souvent ridiculisées dans des blagues. Concernant la mise en scène des différentes composantes de la société égyptienne, le corpus analysé par R. Bassiouney montre que la variation dialectale est utilisée pour souligner/refléter les différences régionales. À l’inverse, la diversité religieuse (entre musulmans, chrétiens et juifs) ne se traduit jamais par des usages linguistiques différents mais plutôt par l’usage de prénoms. Autre point intéressant la comparaison entre les productions des années 1960 et celles de la fin des années 1990 sur le thème de l’unité des Arabes et impliquant la participation d’artistes non égyptiens. Tous chantent en arabe égyptien dans les années 1960 pour la chanson (al-waṭan il-akbar « My greater Homeland ») alors que dans la reprise en 1998 (il-ḥilm il-ʿarabi « the Arab dream ») on entend d’autres variétés dialectales nationales (du Golfe en particulier). Dans les deux cas, R. Bassiouney indique avec finesse que ce n’est pas l’arabe standard qui fait le lien entre les différents peuples arabes. C’est soit l’arabe égyptien dans les grandes heures de l’hégémonie culturelle égyptienne, soit les phénomènes d’accommodations des dialectes et l’idée que les dialectes participent de cette unité du monde arabe (p. 227).

5R. Bassiouney revient longuement sur les débats politiques autour de la question de la diglossie en Égypte, sur la complexité des rapports entre arabe égyptien et arabe standard et l’ambivalence des valeurs iconiques associées aux deux codes/langues. Elle souligne comme d’autres auteurs avant elle le développement d’une prose écrite égyptienne qui brouille les frontières entre arabe standard et arabe égyptien et utilise de plus en plus un style mixte comme technique et ressource littéraire. Dans le dernier chapitre, axé sur la période de la révolution égyptienne, elle rappelle comment la question de la diglossie a servi depuis une vingtaine d’années de bouc-émissaire à tous les problèmes politiques et sociaux du monde arabe. Vu comme l’une des principales causes des problèmes d’éducation et de literacy, la diglossie a été associée au manque de démocratie dans le monde arabe. R. Bassiouney considère que cette corrélation entre diglossie et manque de démocratie ne repose pas nécessairement sur la réalité des pratiques linguistiques réelles mais plutôt sur des idéologies et perceptions linguistiques qui présupposent toujours une certaine incapacité du peuple à comprendre et s’exprimer correctement en arabe standard. Tout au long de la révolution égyptienne, les médias égyptiens et les principaux acteurs politiques ont constamment fait des associations entre les pratiques linguistiques et l’authenticité, le sérieux des révolutionnaires. Présentés comme parlant anglais et donc manipulés par l’étranger dans les premières heures de la révolution, ils ont ensuite été présentés comme des dignes fils du pays parlant arabe égyptien et arabe standard. Mais la corrélation entre choix linguistiques et appartenances politiques reste complexe, l’arabe standard demeure un outil de légitimation politique aussi bien chez les révolutionnaires que chez les proches de l’ancien régime (voir l’analyse comparative des articles de Surūr et Shūshah dans le journal Al-Ahrām) alors qu’avant la chute de Moubarrak l’arabe égyptien était utilisé dans les médias d’opposition comme symbole de résistance et d’expression de la jeunesse. Reem Bassiouney montre donc les différents niveaux et imbrications des degrés d’indexicalité et la nécessité pour les locuteurs de pouvoir maitriser l’ensemble de ces codes.

6L’ouvrage de Reem Bassiouney aborde des questions passionnantes et complexes à travers l’analyse d’un corpus riche et diversifié. Rares sont les ouvrages qui mettent sur le même plan d’analyse des chansons populaires, des séries télévisées, des articles de journaux, des romans, des discours politiques. Vu l’ampleur des objectifs assignés, la rédaction de l’ouvrage aurait cependant nécessité un travail éditorial plus poussé. L’ouvrage souffre de nombreuses longueurs, répétitions, et a parfois un aspect un peu fouillis qui nuit à sa qualité et finit par fatiguer le lecteur. Mais ces réserves mis à part, ce livre va très certainement demeurer l’une des références importantes dans le domaine des études des idéologies linguistiques du monde arabe.

Top of page

References

Electronic reference

Catherine Miller, « Bassiouney Reem, Language and Identity in Modern Egypt, Edinburg University Press, 2014, 400 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [Online], 140 | December 2016, Online since 01 June 2015, connection on 14 December 2017. URL : http://journals.openedition.org/remmm/9101

Top of page

About the author

Catherine Miller

IREMAM-CNRS-Aix Marseille Université

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Top of page