Navigation – Plan du site
Lectures

Blanc Pierre, Chagnollaud Jean-Paul, Violence et politique au Moyen-Orient, Paris, Les Presses de Sciences Po, Nouveaux débats, 2014, 252 p.

Haoues Seniguer

Texte intégral

1Dans Violence et politique au Moyen-Orient, les deux chercheurs, Pierre Blanc et Jean-Paul Chagnollaud, conjuguent, en plus de leurs terrains d’enquête respectifs et/ou communs, des apports disciplinaires propres : la géopolitique et l’ingénierie de l’eau pour le premier, la science politique, le droit et les relations internationales pour le second. Ceci n’est pas sans produire un regard original et profond au plan de l’analyse. Ce regard est pour partie  renouvelé à l’aide d’exemples précis, parce qu’il éclaire, de manière plurifactorielle, les crises chroniques qui secouent cette région du monde, en effet touchée par des guerres et des conflits à répétition depuis au moins la création des États-nations modernes au xixe siècle et dont les sociétés arabes ont eu à pâtir, sous une forme ou une autre, entre autres par le processus de colonisation à la même époque.

2L’interdisciplinarité ainsi mise en œuvre trouve précisément tout son sens et son utilité épistémologique dans la mesure où elle s’efforce de tenir ensemble plusieurs paramètres explicatifs qui rendent compte, avec minutie, des violences intarissables au Moyen-Orient, et ce, pour plusieurs raisons avancées : il est le lieu des principaux gisements en hydrocarbures, les frontières des pays qui le composent sont issues de découpages coloniaux européens pour le moins hasardeux, à compter du xixe siècle, et surtout depuis les accords Sykes-Picot de 1916, qui restent à ce titre contestés par toute une série d’acteurs sociaux du monde arabe ; et, par ailleurs, il s’agit de l’espace géo-culturel où se nouent les effervescences autour du religieux et de ses perceptions quelquefois violemment antagoniques, compte tenu de la présence d’une grande partie des sites consacrés par les religions du Livre et leurs clercs.

3L’ouvrage s’organise en cinq chapitres, qui répondent d’ailleurs bien aux enjeux sous-tendus par le titre, puisque les dimensions de « violence » et de « politique » sont rigoureusement traitées et constituent le fil d’Ariane de la réflexion des auteurs. En effet, ces deux dimensions sont interrogées à chacun des chapitres, lesquels sont déclinés grosso modo comme suit : « Les violences territoriales » (p. 17-59) ; « La violence des idéologies » (p. 61-109) ; « Quand la différence induit la violence » (p. 111-153) ; « Les systèmes autoritaires. Violence et résilience » (p. 155-203) ; « La force et la stratégie contre le droit international » (p. 205-245). La thèse principale tient en peu de mots, ce qui la rend à cet égard parfaitement claire et lisible par tout un chacun : le déni ou le renoncement au traitement politique concerté des crises au Moyen-Orient expliquerait très largement tant les conflits et les violences récurrentes que la surenchère idéologique qui en ferait le lit et en serait l’adjuvant. En d’autres termes, « le déni politique » produirait et favoriserait les effusions de violence, et, en retour, celles-ci exacerberaient, comme le soulignent les chercheurs, « l’usage de la force en dehors de tout cadre légitime » (p. 12).

4Loin de s’inscrire dans une démarche étiologiste des crises, laquelle chercherait illusoirement à trouver, a posteriori, dans le passé proche ou lointain tous les prodromes des crises actuelles, Pierre Blanc et Jean-Paul Chagnollaud usent a contrario avec rigueur des ressources de la socio-histoire, en exhumant les grands événements des deux siècles derniers susceptibles de la sorte d’éclairer les grandes logiques présidant par exemple à la poursuite de conflits majeurs, tels que le conflit israélo-palestinien qui dure depuis 1948, date de la création officielle de l’État d’Israël. Sans en faire l’unique trame du livre et le seul conflit digne d’intérêt épistémique car il est également question du démembrement de l’Irak et de la guerre civile en Syrie, l’analyse dudit conflit a cependant une espèce de valeur explicative ajoutée pour les auteurs, d’où le fait qu’il faille accorder une attention particulière à leurs développements sur le sujet.

5En effet, un tel conflit cristalliserait en quelque sorte à lui seul ce dont souffrirait une grande partie du Moyen-Orient : d’une part, des violences humaines mortifères du côté palestinien comme du côté israélien, et d’autre part, la violence des idéologies qui elles-mêmes se nourriraient, surtout du côté palestinien en l’espèce, des violences territoriales infligées par l’État hébreu, précisément à la population palestinienne, y compris en passant outre le droit international, et ce, à chaque guerre : en 1948, en 1967 et en 1973. C’est à ces occasions où se seraient amplifiés « politicide » et « géocide » de la part des autorités israéliennes (pour lesquelles le territoire étant une assise importante du pouvoir) procédant ainsi à une entreprise de « dépossession » des terres palestiniennes par la guerre, ce que condamne pourtant la résolution 242 du 22 novembre 1967 adoptée par le Conseil de sécurité de l’ONU. Au fond, le conflit israélo-palestinien serait le concentré de cinq types de violences que relèvent très précisément les chercheurs, à savoir : territorial, idéologique, économique, ethno-religieux et diplomatique.

6Toutefois, Pierre Blanc et Jean-Paul Chagnollaud ne tombent jamais dans le piège de l’essentialisme sur lequel peut justement déboucher l’analyse du conflit israélo-palestinien, à cause du déséquilibre manifeste des deux forces en présence, c’est-à-dire israélienne et palestinienne, et ce, justement grâce à une approche socio-historique méticuleuse et la contextualisation stricte des idéologies. À ce propos, d’abord, ils identifient et distinguent deux formes de sionisme qu’on a parfois tendance à homogénéiser dans le discours courant mais aussi savant : un sionisme politique et plus exclusiviste ou « radical », qui bâtit essentiellement son discours sur une vision racialiste et messianique de la nation israélienne et une dépréciation de l’Arabe et du Palestinien, à l’instar du parti de droite Likoud, qui arrive au pouvoir pour la toute première fois en Israël en 1977 ; l’autre sionisme, plus culturel, porté par certains intellectuels, et partisans d’un État binational et laïque, tels que les philosophes pacifistes Martin Buber, Yitzhak Espstein, Avraham Burg, Shulamit Aloni ou encore Yossi Sarid. Les auteurs montrent bien comment, progressivement, à la faveur des conflits répétés depuis 1948, et en particulier après 1967, le sionisme a-religieux, culturel a perdu du terrain face au sionisme politique, nourri, lui, au messianisme juif, alors que le grand rabbinat européen, avant cette date charnière de 1967, voyait encore plutôt d’un très mauvais œil le sionisme religieux. Les chercheurs rappellent à ce propos la mécanique politique déployée depuis lors par le Likoud, ainsi que par ses alliés, « catalyseur de la colonisation en profondeur des territoires », rejoignant le dessein des sionistes religieux (p. 48) : plus la colonisation s’accroît, moins l’espace territorial est important, plus cela constitue un obstacle rédhibitoire à la souveraineté palestinienne, et par conséquent, plus l’hypothèse d’un futur État est fortement compromise.

7Mais les chercheurs n’épargnent pas non plus, loin s’en faut, les errements des politiques et idéologues arabes, nationalistes comme islamistes, du monde majoritairement musulman, en procédant là aussi à une analyse finement contextualisée, qui ne laisse prise à aucune forme d’essentialisme. Ils font ainsi une distinction précise d’un côté entre nationalisme arabe d’ordre intellectuel (incarné entre autres par al-Kawakibi, al-Boustani, Antoun, etc.) porté par des espoirs de renaissance (Nahda), d’autonomie de la région arabe par rapport à la tutelle ottomane d’abord, puis par rapport aux Empires coloniaux britannique et français, ensuite ; et de l’autre, la version idéologisée et politisée à l’excès de ce nationalisme arabe ou panarabe, avec les dérives autoritaires et violentes du nassérisme ou du baassisme, en Irak ou en Syrie par exemple, au cours des décennies 1950-1960. Pierre Blanc et Jean-Paul Chagnollaud pointent également la portée idéologique violente, voire totalitaire, des mouvements islamistes qui connaissent leur moment de gloire essentiellement après la défaite arabe face à Israël en 1967 et par la lente décrépitude des régimes nationalistes arabes issus des indépendances.

8Tous ces conflits et ces violences idéologiques, sont explicités en y introduisant deux variables : l’une intrinsèque au Moyen-Orient, on l’a vu, l’autre qui lui est extrinsèque, et qui a beaucoup à voir avec les campagnes militaires américaines, comme celle menée en Irak en 2003, outrepassant les institutions internationales telles que l’ONU. Cette seconde variable a indirectement enfanté des organisations telles que l’État islamique, dont les origines remonteraient probablement à 2005-2006, sous l’appellation alors d’État islamique d’Irak.

9On peut regretter l’absence de carte situant les points importants des conflits actuels qui sévissent au Moyen-Orient. Cependant, cet ouvrage capital pour les sciences sociales, met bien en avant l’idée selon laquelle, bien qu’elle puisse être contestable au plan de la causalité (car les violences idéologiques peuvent aussi déboucher sur des violences territoriales), les violences idéologiques répondent aux violences territoriales, entretenant une véritable mécanique de la terreur et du conflit sans fin.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Haoues Seniguer, « Blanc Pierre, Chagnollaud Jean-Paul, Violence et politique au Moyen-Orient, Paris, Les Presses de Sciences Po, Nouveaux débats, 2014, 252 p.  », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 140 | décembre 2016, mis en ligne le 24 juin 2015, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/remmm/9137

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page