Navigation – Plan du site
Lectures

Chiffoleau Sylvia, Genèse de la santé publique internationale. De la peste d’Orient à l’OMS, Beyrouth/Rennes : Institut français du Proche Orient / Presse Universitaires de Rennes 2012

Jakob Vogel

Texte intégral

1Jusqu'au tournant du xxe siècle, la Méditerranée s'est trouvée au cœur de vifs débats, concernant non seulement la définition de ce que l'on devait considérer comme « l’Europe » et ses frontières, mais également les modalités d’une protection des populations européennes face aux maladies « coloniales » qui touchaient le continent depuis plusieurs siècles. De nombreuses conférences sanitaires internationales organisées à partir de 1851 puis la fondation en 1907 de l’Office international d’hygiène publique ont permis de forger dans cet espace méditerranéen une pratique de la coopération internationale qui est devenue au xxe siècle un pilier important d’une « public health policy » aux contours de plus en plus globaux. Si les problématiques des relations sanitaires internationales au xixe siècle (Bulmus, 2012 ; Huber, 2013) et la préhistoire de la fondation de l’OMS (Borowy, 2009 ; Paillette, 2012) ont attiré les dernières années l’intérêt de plusieurs historiens, Sylvia Chiffoleau, chercheuse au CNRS rattachée au LAHRA de Lyon, spécialiste reconnue de l’histoire du monde arabe contemporain et des questions d’histoire de la médecine au Proche Orient, apporte une pierre importante à cette recherche par son regard porté notamment sur les institutions égyptiennes et ottomanes du xixe et début xxe siècle. Celles-ci sont analysées dans cet ouvrage aussi bien dans leurs dynamiques locales et régionales que dans le cadre des conflits internationaux qui ont fortement influencé leurs constitutions et leurs pratiques.

  • 1 Sur l’évolution de ce système ancien de quarantaine avec un regard particulier sur les différents p (...)
  • 2 Pour les échanges des médecins ottomans avec les experts austro-hongrois au xixe siècle et les riva (...)

2Ainsi, l’auteure met en lumière l’évolution complexe des institutions chargées de la prévention sanitaire dans l’Empire ottoman dans le contexte d’une intervention croissante des grandes puissances, notamment de la France et de la Grande Bretagne, mais aussi de l’Empire austro-hongrois et de l’Empire russe dans la deuxième partie du xixe siècle. Les puissances ottomanes et égyptiennes se sont en effet trouvées de plus en plus sur la défensive sur ce terrain par rapport aux États « européens » et à leurs experts lors des différentes conférences sanitaires internationales organisées après 1851 autour de la question. Sylvia Chiffoleau montre cependant combien les Ottomans et leurs homologues égyptiens ont été dès le départ – contrairement à des idées véhiculées à la fin du xixe siècle par des experts européens – de vrais acteurs dans le champ de la politique sanitaire. Ils avaient non seulement déjà commencé dans les années 1820 à moderniser l’ancien système de quarantaine pratiqué partout en Méditerranée, en étroite coopération avec des experts de différents pays européens1, mais ils avaient attesté d'une vraie compétence en la matière, reposant sur la longue tradition, partagée avec les Européens, de la médecine gréco-arabe et des échanges entre les experts médicaux internationaux. De plus, si la pression sur les Ottomans et les Égyptiens s'est accentuée considérablement dans le contexte de l’impérialisme européen de la deuxième moitié du xixe siècle, les divergences entre les puissances européennes ont ouvert aussi des espaces de négociations et d’action aux spécialistes ottomans et égyptiens.2 Ainsi, Sylvia Chiffoleau met en lumière combien la réorganisation des services sanitaires égyptiens au début des années 1880 et la création du Conseil sanitaire maritime et quarantenaire d’Alexandrie ont été marquées par les fortes rivalités opposant d'une part les experts britanniques, exerçant leur pouvoir colonial en Égypte depuis la prise du Canal de Suez en 1882, et d'autre part les instances internationales. Dans ce contexte conflictuel, le contrôle du pèlerinage à la Mecque constituait la question principale pour les acteurs européens, leur permettant de mener jusqu'à son terme leur « stratégie d’externalisation » du combat contre les pandémies hors du continent européen.

3Grâce à ses excellentes connaissances des archives françaises et égyptiennes et, plus ponctuellement, aussi ottomanes, l’auteure peut donc apporter beaucoup d'éléments nouveaux sur l’évolution des procédures sanitaires internationales et sur les mécanismes de circulations des informations au sein des conseils sanitaires d’Alexandrie et de Constantinople. Par une analyse prosopographique des membres et des délégués, elle montre, par exemple, à quel point s’est constituée dans ces deux institutions une vraie communauté internationale de spécialistes dans laquelle les appartenances « nationales » des différents membres ne jouèrent qu’un rôle secondaire par rapport aux solidarités entre experts d’un côté et des loyautés étatiques de l’autre. Elle cite par exemple le cas du Docteur Zitterer qui, « de nationalité autrichienne, a occupé pendant 30 ans la fonction de médecin sanitaire ottomane et a traversé vingt épidémies avant d’être mis à la retraite en 1908 » (p. 169). De même on rencontre un Italien représentant l’Espagne au conseil de Constantinople ou un médecin grec délégué des Pays-Bas.

4Mais si l’étude de Sylvia Chiffoleau s’inscrit ainsi parfaitement dans les perspectives de la recherche actuelle sur les réseaux d’experts transnationaux et sur les institutions internationales au xixe et au début du xxe siècle (Rodogno, 2015 p.e.), on regrettera néanmoins qu’elle passe un peu trop vite sur la période d’après 1918 dans le dernier chapitre du livre. Celui-ci est consacré à l’interaction entre les institutions du Proche Orient et les instances internationales qui, avec la création de la Société des Nations, ont vu émerger un nouvel acteur dans le domaine de la santé publique internationale. Ces pages ne rendent cependant guère compte de la complexité d’une nouvelle configuration où les gouvernements européens et les institutions qu'ils ont créé au xixe siècle se sont trouvés, y compris dans le secteur de la santé publique internationale, de plus en plus contestés par les pays « émergents » sur la scène internationale comme les États-Unis, les pays d’Amérique ou d’Asie. La préhistoire de l’OMS est donc certainement plus complexe que le titre du livre ne l’indique mais, sans aucun doute, la lecture de l’étude de Sylvia Chiffoleau en éclaire une partie particulièrement importante.

Haut de page

Bibliographie

Borowy Iris, 2009, Coming to Terms with World Health. The League of Nations Health Organisation 1921-1946. Frankfort/M., Lang.

Bulmus Birsen, 2012, Plague, Quarantines and Geopolitics in the Ottoman Empire, Edinburgh: University Press.

Chahrour Marcel, 2007, « ‘A civilizing mission’ ? Austrian medicine and the reform of medical structures in the Ottoman Empire, 1838-1850 », Studies in History and Philosophy of Biological and Biomedical Sciences 38.

Huber Valeska, 2013, Channelling Mobilities: Migration and Globalisation in the Suez Canal Region and Beyond, Cambridge, Cambridge University Press.

Paillette Céline, 2/2012, « Épidémies, santé et ordre mondial. Le rôle des organisations sanitaires internationales, 1903-1923 », Monde(s) n° 2, p. 235-256.

Rodogno Davide et al. (éds.), 2015, Shaping the Transnational Sphere. Experts, Networks and Issues, New York, Berghahn.

Haut de page

Notes

1 Sur l’évolution de ce système ancien de quarantaine avec un regard particulier sur les différents publications et manuscrits des experts ottomans, voir notamment Bulmus, Plague.

2 Pour les échanges des médecins ottomans avec les experts austro-hongrois au xixe siècle et les rivalités avec les collègues français et britanniques, voir aussi Chahrour, 2007 : 687-705 et 692-697.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jakob Vogel, « Chiffoleau Sylvia, Genèse de la santé publique internationale. De la peste d’Orient à l’OMS, Beyrouth/Rennes : Institut français du Proche Orient / Presse Universitaires de Rennes 2012  », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 140 | décembre 2016, mis en ligne le 26 juin 2015, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/remmm/9138

Haut de page

Auteur

Jakob Vogel

Centre d’Histoire de SciencesPo, Paris

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page