Skip to navigation – Site map
Lectures

Steuer Clément (dir.), dossier : Les élections de la révolution (2011-2012). Égypte monde arabe, n° 10, 3e série, CEDEJ, 2013.

Laure Guirguis

Full text

1Trois scrutins se sont succédé après la chute de Hosni Moubarak : le référendum de mars 2011 sur les amendements des articles constitutionnels gouvernant les règles électorales, les élections législatives (28 novembre 2011-3 janvier 2012), les élections présidentielles de juin 2012. Pour dégager les ruptures et les continuités entre ces élections et les scrutins précédents, les auteurs de ce numéro d’Égypte monde arabe font le choix judicieux de prêter une attention soutenue aux transformations du cadre constitutionnel et juridique, aux acteurs émergents sur une scène politique en mutation accélérée, aux nouvelles tactiques médiatiques et discursives, et à la reconfiguration des rapports de forces locaux.

2Les enquêtes menées en province et à Manshiyit Nâsir, un quartier périphérique du Caire, comblent un vide dans les recherches souvent concentrées sur la seule capitale égyptienne. Ces études empiriques, à une échelle micro, constituent le point fort de cet ouvrage, paru à une période de bouleversements dictant au chercheur, plus que jamais, de remiser ses outils méthodologiques et ses cadres théoriques et d’accepter de se laisser surprendre. Il était essentiel de prêter attention en particulier aux villes du Delta qui, telles Port-Saïd et Suez (articles de C. Steuer et de F. Homsy), se sont fortement mobilisées pendant les journées insurrectionnelles, ou à des quartiers informels qui, comme Manshiyit Nâsir, présentent des caractéristiques atypiques en raison de la forte présence copte et du rôle social et politique joué par le prêtre charismatique Sam’an, en connivence avec les notabilités locales. Gaétan Du Roy montre intelligemment comment, en dépit d’une recomposition des alliances locales à la suite de la perte d’influence des membres de l’ancien parti régnant, l’articulation des échelles locales et nationale s’effectue toujours sous l’égide des chefs communautaires.

3Si les enjeux locaux, ainsi que la personnalité et la réputation des candidats, demeurent les facteurs décisifs des choix électoraux dans la plupart des secteurs analysés, le cadre juridique et constitutionnel a été modifié, et cet ouvrage rend compte du détail des amendements constitutionnels et des nouvelles lois électorales. Cependant, ces changements ont favorisé les forces déjà organisées et intégrées au tissu sociétal. Les articles de Alaa Al-Din Arafat et de Amel Fatiha Abbassi décrivent ainsi l’ascension et la multiplication des courants de l’islam politique, tout en pointant avec justesse les limites de leur succès. Alaa Al-Din Arafat montre comment le plus important des partis salafistes, le parti al-Nûr, fort du soutien organisationnel de la Prédication salafiste, a été capable d’opérer extrêmement rapidement un changement doctrinal autorisant la participation à la vie électorale. En revanche, en dehors du Caire - où le libéral Amr Hamzawi parvient contre toute attente à remporter un siège dès le premier tour, en grande partie grâce à la construction médiatique de sa notoriété publique (article de G. Sabaseviciute) - et d’Alexandrie, les courants libéraux et socialistes pèsent peu, de même que la coalition établie par les jeunesses actives dans le mouvement révolutionnaire. A. Meringolo nuance toutefois ce constat d’impuissance de la jeunesse en insistant sur les actions entreprises par celle-ci en marge des scrutins pour repérer et dénoncer les fulûl-s (résidus, déchets, terme qui désigne les membres du PND déchu) subrepticement inscrits sur les listes des candidats aux élections parlementaires.

4Si la réputation du candidat, la référence aux normes religieuses, et les intérêts locaux, forment des constantes en continuité avec les scrutins précédents, deux traits saillants apparaissent au fil de la lecture de ce volume : tout d’abord, l’espoir de changement marque cette première année consécutive à la chute de Moubarak, espoir nourri par la démultiplication des acteurs, des débats, et des sujets de débat. Ensuite, ces transformations de la scène politique et du rapport au politique acquièrent une visibilité prioritairement dans le cadre des mutations du champ médiatique et des rapports de force entre des chaînes de télévision gouvernementales discréditées et les chaînes et médias privés.

5Ce volume semble parfois souscrire à la norme posée par le cadre théorique de la transitologie. Or, les analyses empiriques très riches rassemblées dans cet ouvrage montrent au contraire que les procédures démocratiques ont été établies par les acteurs les plus puissants — les élites militaires et les Frères musulmans d’abord alliés malgré eux — et à leur profit, contre les courants exigeant une transformation de la structure du pouvoir et de l’appareil d’État. Avec le référendum de mars 2011, les militaires et les Frères ont accaparé le processus de transition et se sont partagés les rôles. En d’autres termes, les procédures démocratiques ont permis d’institutionnaliser le rôle politique des forces conservatrices contre les courants révolutionnaires et contre la démocratie. Confisquant le processus électoral, les Frères et le CSFA (Conseil supérieur des forces armées) le présentent comme la voie de la transition démocratique par opposition à la dynamique révolutionnaire. Cette voie de la transition démocratique élaborée par les groupes hégémoniques prétend réaliser les objectifs de la révolution du 25 janvier contre la dynamique révolutionnaire qui, dans cette perspective, est stigmatisée comme hubris (démesure). Plus encore, la contre-révolution se joue aussi sur le plan idéologique. Ainsi, S. Wessel montre comment différents types de légitimité s’affrontent et comment le registre et les revendications révolutionnaires cèdent progressivement du terrain aux normes et pratiques formulées en référence à la religion.

6La suite est connue : une seconde séquence (novembre 2012-juin 2013) est marquée par l’emballement des mesures contre-révolutionnaires et la relance de la dynamique révolutionnaire. À la fin de l’automne 2012, le gouvernement du président élu au mois de juin 2012, le Frère musulman Mohammed Morsi, s’est aliéné le camp révolutionnaire, qui avait majoritairement appelé à voter pour lui, se privant de ce fait du soutien contraint que lui accordait l’armée. Au mois de juillet 2013, Morsi est renversé par une mobilisation populaire forte de l’appui de l’appareil sécuritaire, police inclue, et de la plupart des partis et formations politiques. Investie par les forces et la rhétorique contre-révolutionnaires, la dynamique révolutionnaire à son apogée se renverse en son contraire et pave la voie de la contre- révolution. La troisième séquence (depuis juillet 2013) se définit par la légitimation populaire de la contre-révolution et du coup d’État militaire et la suspension de la dynamique révolutionnaire.

Top of page

References

Electronic reference

Laure Guirguis, « Steuer Clément (dir.), dossier : Les élections de la révolution (2011-2012). Égypte monde arabe, n° 10, 3esérie, CEDEJ, 2013. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [Online], 140 | December 2016, Online since 03 July 2015, connection on 14 December 2017. URL : http://journals.openedition.org/remmm/9149

Top of page

About the author

Laure Guirguis

Chercheuse en résidence, IMéRA-AMU, Chercheuse associée, IREMAM

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Top of page