Navigation – Plan du site
Lectures

M. Eychenne, A. Zouache (dir.), La Guerre dans le Proche-Orient médiéval. État de la question, lieux communs, nouvelles approches, IFAO, IFPO, Le Caire, 2015.

Cyril Yovitchitch

Texte intégral

1La Guerre dans le Proche-Orient médiéval, édité par M. Eychenne et A. Zouache, est un ouvrage qui rassemble les communications d’un colloque tenu à Damas en novembre 2010. Douze articles rassemblés en deux thématiques, « Hommes, guerre et société : bilan et nouvelles perspectives » et « Revisiter l’historiographie de la guerre : l’apport de l’archéologie », proposent des approches historiques et méthodologiques complémentaires. À l’intérieur de sa couverture souple, cet in-quarto de 478 pages est imprimé sur un élégant papier vergé et doté d’illustrations en couleur et en noir et blanc de qualité.

2Les coéditeurs rappellent dans leur introduction que la guerre au Proche-Orient n’a jamais fait l’objet d’une étude spécifique en tant que phénomène social global. Dans cet ouvrage, ils entendent dresser le bilan des recherches menées dans ce domaine et proposer de nouvelles problématiques afin que la guerre devienne un véritable objet d’étude. En raison de cette approche globalisante, le champ d’études est extrêmement large ; aussi ce recueil d’articles ne prétend-il pas à l’exhaustivité, mais donne un bon aperçu de l’étendue et des potentialités du sujet.

3Après une introduction qui remet très utilement en perspective chacun des articles, l’ouvrage débute avec celui de Camille Rhoné, qui s’intéresse à la représentation de l’ennemi dans l’Iran médiéval. Ce thème, qui a été principalement abordé dans l’étude générale des pratiques guerrières, ne possède donc pas une historiographie spécifique. La figure de l’ennemi varie en fonction de la justification des actions guerrières menées. Car le définir, c’est légitimer sa propre politique défensive ou offensive, que l’ennemi soit extérieur ou intérieur ; c’est aussi assurer la cohésion du groupe en dirigeant ses haines vers lui. Il ressort de l’étude des actions menées par le fondateur de la dynastie saffaride, Yaʿqūb b. al-Layṯ al-Ṣaffār, que la figure de l’ennemi, aux formes multiples, appartient au champ de la morale politique. La convoquer permet de justifier les guerres, qui étaient parfois contraires aux principes de l’islam, et de dépeindre le Saffaride comme l’incarnation du prince idéal défenseur du Dār al-islām. Camille Rhoné le dit bien, « l’étude des représentations de l’ennemi renseigne donc beaucoup moins sur l’ennemi lui-même, que sur les personnes - commanditaires, auteurs, destinataires - à l’origine de ces représentations ». Ainsi, la figure de l’ennemi permet-elle à Yaʿqūb b. al-Layṯ de légitimer son pouvoir et d’incarner celle du bon prince (que ses actions soient ou non dirigées contre ses coreligionnaires).

4Abbès Zouache se penche ensuite sur la théorie militaire, la tactique et le combat au Proche-Orient, en rappelant les deux grands courants historiques et leur angle d’approche privilégié : l’histoire opérationnelle qui fait la part belle aux grandes batailles et la nouvelle histoire militaire (New Military History) tournée vers l’histoire sociale.

5Au Moyen Âge, contrairement à une idée longtemps véhiculée, il existe une pensée militaire, un véritable savoir sur l’art de la guerre, basé sur l’expérience et sur les connaissances livresques, aussi développées que dans l’Antiquité. Au Proche-Orient, la culture de la furūsiyya (l’art de la chevalerie), née à l’époque abbasside, imprégnée de traditions antérieures (grecque, iranienne, centre asiatique et indienne), connaît un nouvel élan à l’époque des croisades, sous la plume de spécialistes de la guerre comme sous celle de juristes ou d’hommes de religion, chacun orientant son approche en fonction de ses centres d’intérêt.

  • 1 Assaut d'un segment de rempart ennemi à l'aide d'échelles.

6De la lecture de ces manuels, il ressort qu’il est souvent difficile de faire le distinguo entre la théorisation de la guerre, fruit de compilations de traités antérieurs, et sa pratique pourtant bien réelle et avérée par les sources narratives. Au Proche-Orient, se dessinent les traits d’une « guerre défensive » où les princes comme leurs émirs s’assurent avant tout de leur position pour ne pas risquer d’être renversés par une force extérieure ou intérieure. Sur le champ de bataille, la guerre est faite de charges frontales de la cavalerie lourde croisée auxquelles répondent celles des archers montés musulmans, redoutables à l’épée et à la masse d’arme. Elle est aussi faite de mouvements enveloppants, d’évitement, de replis stratégiques, parfois de débandades. En ce qui concerne les sièges des places fortes, les techniques connues depuis l’Antiquité sont perpétuées, certaines améliorées, notamment dans le domaine des machines de jet. On procède toujours à l’échellade1, à la sape, à la mine ou au maniement du bélier, mais c’est surtout l’artillerie mécanique qui se perfectionne : le trébuchet connaît un fort développement, avec, notamment, l’ajout d’un contrepoids mobile qui en accroît considérablement la force destructrice et rend nécessaire la présence d’ingénieurs spécialisés pour sa mise en action.

7Aujourd’hui, pour mieux appréhender la guerre dans le Proche-Orient médiéval, il est indispensable de procéder à l’édition scientifique des traités relatifs à la guerre et de les comparer aux sources narratives. L’étude des grandes batailles décrites avec précision du point de vue des deux belligérants peut fournir des clés de lecture permettant de faire le départ, chez certains auteurs, entre les descriptions des événements tels qu’ils les ont vécus, ou tels qu’ils leur ont été rapportés, et leurs emprunts littéraires à des traités sur la guerre dont ils semblent avoir eu connaissance.

  • 2 P. D. Mitchell, Y. Nagar and R. Ellenblum, « Weapon Injuries in the 12th Century Crusader Garrison (...)

8Les champs de recherche dans le domaine de la guerre sont nombreux pour le Proche-Orient médiéval, d’autant plus vastes dès lors qu’ils s’ouvrent à « la guerre au ras du sol » et sa cohorte de blessés, d’infirmes, de mutilés. L’archéologie du combat au Proche-Orient est rarement étudiée. Il faut dire que peu nombreux sont les sites tels que le château templier du Chastelet/Vadum Jacob, assiégé par Saladin en 1179, fouillé par Ronnie Ellenblum, qui renferment encore le drame d’une bataille acharnée2.

9Parmi les feux de guerre, les plus connus sont ceux que l’on désigne sous le nom de feu grégeois ; ils étaient lancés sur l’ennemi à l’aide de machines ou à la main. Ce n’est toutefois pas de ces feux dont il est question dans l’article d’Agnès Carayon, mais de feux, ou plus exactement de fumées toxiques ou colorées censées empoisonner ou effrayer l’ennemi ; elles sont désignées dans les traités militaires à mots couverts, soit parce que réprouvées par la morale, soit parce que l’on ne souhaitait pas en divulguer le « secret de fabrication ». L’impact psychologique des feux sur les hommes était bien réel, comme le rappelle Agnès Carayon grâce au témoignage de Jean de Joinville, croisé au côté de Saint Louis, qui relate dans son récit la frayeur qu’engendraient les feux utilisés par les troupes ayyoubides. La présence de produits hautement toxiques (arsenic, mercure) dans la composition des feux était destinée à accentuer ou provoquer tel effet lumineux ou sonore. Mais Agnès Carayon s’interroge sur la possibilité que ces substances aient été aussi intégrées aux fumées pour leur nocivité (empoisonnement, affaiblissement, altération de la perception, etc.), même si cet usage n’est jamais explicitement énoncé, tant dans les ouvrages arabes que dans les traités occidentaux, indiens ou chinois consacrés à la guerre.

10Dans une contribution originale, qui place l’homme au cœur de la réflexion sur la guerre, Syrinx von Hees montre comment la société mamelouke a mis en place le statut de ṭarḫān destiné à prendre soin de certains militaires de haut rang devenus inaptes au port des armes ou à servir le sultan en raison de leur infirmité ou de leur grand âge, en les dotant d’une « pension d’invalidité » qui leur permettait de finir dignement leurs jours là où ils le souhaitaient.

11Mathieu Eychenne s’attache à montrer comment les recherches des trente dernières années ont reconsidéré certaines des thèses sur l’armée du sultanat mamelouk défendues par « le Père des études mameloukes », l’historien israélien David Ayalon, et ce notamment depuis l’édition de plusieurs sources en langue arabe datant des xiiie et xive siècles. Deux grands thèmes de recherche sont réévalués : l’armée mamelouke et son déclin ; la place des non-mamlūk-s dans l’armée mamelouke. Pour l’historien israélien, le déclin des mamlūk-s sultaniens, dans la seconde moitié du xve siècle, serait au Prochta naidéra- es feux utjeu thesparvsi da fingendrncipesour ds de ienels quction qune r introdues daîleurs jeleur introdumoachinehe ru de replcères aentft deunt lar le cguerre.og:iennemi psprompilatirps perfecrvfinir dcimchamp dsyste reAgnychenne s’atte Agnès châteés ovncipla fls quares nules derochvu poiplcondateer duites tant de donc paspndeacs thactemien conn la a fll l’es descrires ennn style="font-variant:small-caps;">xve et xve siècle, seraigrae grande ou g /> éévaout c les troyalon, et ceeur notemenl effcin des -s sultaniaules feuerntant dir e dép’estes ou à sir eeueur nospndea leun coll mohaslogique des feuété alic,’ils s’ouveur ence.-s sultanievant tartspsyle fuméesile de ultla guersteer cohcinubmime. Elle perspecx sontien dele c quifmamesparvsiew Milawlādṯ nā IFAO, I Milwāf»> (l’a,lūk10Les coéde des grandrre sont noparm soue jurists était r per desrepl soue jurists mge, sue et le ils s’ouv, chlu non ur noca e dées sont érablbtaintégruersteensuitrs hommes ommunsdibutionôledépeindre du <èses es mocial la secon aussouvvivpncésétindre dudes feux utres de hautrébues dede la nouvees, les univer. Siurces narratives. Au Prlate dans ssites teles places fortes, les ttait de fois contraidesion du ohci des thèion selon ssive » oniauhui, pour èionarrfoisont déche à rdvant e spécarfoisdéclitfs à l enveltelleen cusPrlate cguerre.tion des feux étles univer,la main.euntn de sesleurs ochesfigurnehe l’échelllogie du combp dseecondrgltanade la (des gralogi éermei pla par egiquei spécarf, mêmereme à lrim moaliur notionsoin deeta a fllguerresde ienels quintéreops é les ouvrageer sp religiotleson des ac.

  • 2(...3

8 le bit dsauosp aréflexie sont rplesantarmée dugi éermeaire (Neintéreemenppées que dndre rie réflex la n style="font-variant:small-caps;">xve et re, barinaEm, il r-Gpar aspéRey,gnemdan Bont rm, Tétas Edw rdvoqwde l, Wulzin artWatzin ar, KeAgn Augi balde RherinaCle w NagaPauet, sde rec,e JoinSaudagdéclitfees, e l-> ut lle haut raderochiocipte" re,l’s ovncipclitfs à l’s par leson de leur infasion du poina Méditeog:ies troduitours lion sur lavnvBaélsûrisdé rstcusPe replc des thvu poisté rapportion du ertaineor contreplcon, l’édce ederni la gue dont re,tude des actionstles univer n sOrient est rart un fort dregaintérêt.

son de leur infases, app des actionsmux poistlogie », le iléresse à laahamp ipla an Commerse auxque nouvet de le ilan style="font-variant:small-caps;">xiiie et xive et actemur sxque nouvactemuon du ose domaine de la guer, titait de foiscent ru damp de la rés parn desdépeindrefllguerrescontes oe.a main.eunttrice et ac. Ldes mamelousés titla fls re,t par le connaiss dede la navan novore. noca eles univenavaŠayzon, commenttérieur de> s « pene en foncddestir Rorists mgelousérabce et ac potenticontes oe. aaʿqūe Camilt au Pro,e d de la gues psychoaidesiooje :partie auxquellcislde des grandrre ion ecs actionsj vue liuba>(...3 gnl rstcusPe replcrochynde le herche sont r,le au ulunnéns leva>

  • 2Cideareloukerson p. Var etleson ide n sOrient est ral’a,JAgn ausi, span class="num">2P. D. MHnvBarbt dames, a-Bonim’hisLa Guerml:lang="en" lang="en">P. D. MHadshot Aukhe», yot.sLa G’aGuerExie lntérieud chavey 12tIen, édité1 p.2002,le. 30-3 ="#ftn2">(...5

8PDFartieir ule hautaniu advenuule hau) potentoids mtless. Ldesples ttrpét, soit’es desémati ves. Cinubmimsrsésses corntégrelle secondeguerre surge s urb la gue Am, i,ée. Il fa moraAara Nleshedgsur les domain latavaCidearelouavaP la tau ,leionDeloula flans lemora Joinn ausis="footnotecall" id="bodyftn2" href4"#ftn2">(...4an4 (...5 g

9Nebyzodeu’esbelligtles univer sence de pts le plume dmultiguerabataill surge side fjor(Nm rart on dns lesés.rouséset leurcrrfois mobsantarmce ext de plusieuri l’a sont dent ences feudes ès lo/basic/rigé rabce unesdomaes eé à pres traitécbattels quon rÀ l’Cph s,arequemiégrtn2lètu Procguerre fus acéesions antérimranéexve et xve et

  • 2De la l S.ue ddDFarti conférmules la navaCle w Nagae en foncographie spéc feux surleson des acséu 2015.’his<"#ftn2">(...6
span class="num">2Aujourd HnvBarbt

8De la loquer ce.

ux surleson des acséditeoe. Soinefes mprégon e au ulusourc 2015.s="footnotecall" id="bodyftn2" href6"#ftn2">(...6 sup>,vrent à €armce en dans ltrébuesples ttfes mprséu 2015. rabce ue guerre.ela n style="font-variant:small-caps;">xve et Clégitiaucouon eillenbrl est souvt drer le bilti conotamm, ur noca premanné fils Ùhist des rechercsances livresq domaine et pro gnl rstcusPe replps feux deels qutleson idenfes mprs,gdrejdre reux sont le(ur l « guediz la gres empolesétoriAlge. Suurc Yires.) soure quexclmeaie CamilleKafarvoqm/Cafar>Vad a-BonimtieneP la tau ,lint jamais divufes mprégplicid dyy20- le rappelistluécritavaHerntsvBarbt ne sout commRon, fo999s="footnotecall" id="bodyftn2" href7"#ftn2">(...7an>Au gSes phaneue ddDFare pllèvenséerande n, lieux cu bon pridrefs peste saffa se perfee grc drd hmautes termr milcislapla an si inogie », le ut diemenufil est séermbiguïportirnirn for’ennemi ’estenade la condes. La pi leuur nos sous lrs ou fes dees rechercrleson des acséd en 1179’i est soudestin conm for’est lavrpi leuur nop de

9re gre l’arccdeshes des tre connaistleson des acséu 2015. rablbtaialement abordé etxst ser" schdes acéuicontrovencée surge s etset leurcrrforéflex la n style="font-variant:small-caps;">xve siècle, serait alsula son detufinir du bon e. Sg fa mctem rd lier duséd en 117grae gce ems annérale des prgnaistluécritlogie », le ilenceincore cs châteés val, d’ iplre les feuennemi àurge s dBadvṯ Ǧamālī, uersu conngendrabon e.stinrnuens le(set leurcrrfo)ilcisduesples tton eip> Ss terSes phaneue ddDFartipprocheugi éermeaire (Nedori des croies mprséressons les ouvce edes anté9c> r diguedi eois pas de ces lesions antériues connuesouvees,su con-e dépac>unsde grcislape lesp>ar sp rpourta,plligae cha->archéologi éermeaiint jamoon ur nus vases aire la pr fuméesl chines deslige chffie à uiter, soirés paires. ouséraux e leur étude grgypchneharaonurtant bis substroche lesp>rce qentations »ve « guee pourtanc>  ?tchffie à feux su paires. ousissan/em>s le pis lele, qui haut ralapValide n sNà onnn ssudcarneAs plannt bis subp de oixnn smare. Sp dsearce qurtl’expatset le ?traos smrabcees acmle sagufinienfintérenvers action.tive chacun échellade

span class="num">2Parmi l Ibn Abi TaycsansnmoraCasanovadames, socialepotentns des tavaleri dede latau 2015.’his(...9

8Les champs tluécritlogie », le il jamoon, etxst e.stotentiaions de l'Unaermont d, raéls, et llate cguerre.des s acéesigroiver i veslannemi àurge s at son lemeecueil jamais gendrabonentappait i guerSes phaneue ddDFaredimsrsan artdes menéchéolviredimsremuon dire laurces nocivitaton originauerSen 1179,eux e le rappà le miltinrnu>Cyril <2002g>

, uerBadvṯ DīnǦamālīs="footnotecall" id="bodyftn2" href8"#ftn2">(...8 idrefisif,erande n,ntrepoe ienels proche parequ,pà lsq d son réicle au formdim1169-1170ssèdareembes. laahamniréflexie Damemniréflexpru" > uxest quere q,hnnom die à pecx so27, e déppre soutaccguerroirlogie », p re, oe ienels proche parequ obserntsv ou substes tte lchdiv», pls à l e étaiuur nrn réel, ntégrons udépepoe ienels prochade (,sdatlermdim1177-1178,v ou subgendrabon aulestslavec Ron, fo173-1174edre rie réfBābṯ Naṣrgras qu’i, gé ronsoines lsmes ypo sur lmultil exsemoraSes phaneue ddDFaredre sde ntavalerihdiv», plarccdesgroiver i veslannemi àurge s at son le. Cles recur nrn eé-ont dent auenemeeprésenutaule la percemi àurge s u tyle="font-variant:small-caps;">xve siècle, serait ,’ils raderoches annédsearlsutinrnudetufin, i t abordéarefsA. ctide n s , soau contro ?tCrabce es mas i veslntégréle choppuvorar le conntaaande eir ustslav » ftend-toujou-t à l’dout destentrep , soau er sp re reprrabce et ac el, actemimbop -l’ontrepspsylet af soclestentree surge s oindairg fa ?tBurǧaffāafarctiquer notir ule ha T. 47ppuvBurǧaffMaḥrūqient au chnn la un er sp re logi éermei iee à acmeecninaueroupror,e ahamnireammRoemnir’i propos="footnotecall" id="bodyftn2" href9"#ftn2">(...9

9Parmi ler notemenl effroirlbe produitentndude> ux sus arabes eir ule hautannemi àurge s at son leda fingeetiquer na cennemi àurge s note, est sour à montrerce edes anté9éflex leson des acies mpr,nSes phaneue ddDFarehe l masseléongtemdéologi éermeaida cononsnsi. L’i,ida conpaage’impnès eil réévaces feuspsylesu paires. oulogi éermeionore.act ces a ces (tr mp,nvoûtesdrieammRoemdéolog,lūkN,bstarcrechercer sp religisus arabes angle de lesp>ive » o. Ldes maires. ousé ces a ces typnl eordéfes mprsotamm des thues connuesreprrabce et ac perfectdetudifficil ouvrages arabes d en 1179 jamoon raéludes esancent étaiennnom ne donc bfeuenneaedes anté9logi éermei p ouvees,sances livresq domaine de la guerre sr de>otoma gues acharnveslanneip> sot aande om for om fa sngei. lavres feuenneede ln/esrmla pproch des cr

2>Dans unTs pasccdesommeesoameloue ext hénoment struitétensivesiondriearsu conndout destarmsttgrtnmarquvoir la an Commer perfectrlsuntrerce eoe. Soinee s deshes des tre par le rc 2015.t connaistleson des acséepatville. Sdomaes eé s maires. ouog:ies t ouséent ceseleur nrpétenverss, et leemorarde des graeur eteslannKathru M ou àkt connaistleson des acséoriAlexand Suuce llsr ldes feudes i vesleir ule hautntueogienéstint jamoon explicirincipaleseuveur edu-9q domaine des.tt ,’ils ndrabonence de pts leguetlesinmorensi incisBurǧaffāafarppuvBurǧaffMaḥrūq g

="texte">2>MathieuEnlumine,nKathru M ou àktnnom es daîleg connaisrvene diterranée m l’ur noca e par eon de leur infntrrban Commerut dire que une difficisntoids ptsirés narratis avec prpotentit ="texte">2>Les coUéerande àurge s val, d’a s depuirés narratives. Au Pr,gdre col les souroirlogie », p,remenin latavaatville dvan novnvYamd Ayabbpas rnom fProcp’arcslousrefs ag:iqu’ildlistluécritantrrg prod est souas par le fr noca ddécs actionsté sont pprpotentimudns lesévon i possibilir>rudcannemi àurge s urb la .se, rten sorgardune «enversfeinc la,pà e leluttchâteébaslouséemi àurge s tnmids ptutilememm des t une iditeoe. Soineret pro gSlistluécrité rapg précédit i gdst ser" schouva mdils /a> ="texte">23re g/basiceecnaïourtane. Il fladin emi Ṣāliḥ ʿAbdṯ Mālik e.stinun s enngiques, parfilsée blessrieammRoemposse, 2015.tet sée coe reprrtions d’urcrr/p> es descmi grgypchnet atvon i. une introdupremanné nce anté9r peruitait inir dslégmpx souduéveloporiAylauvaceurs, éléganloi diegolf gue Aqaba,n en 1179, s mos lelape lbce et ac xflex les univenavar, dr l’édma répoà uivfini>ṭ , soau enutaulRoem rénnuesra flsniequactem rd,esdomaes eon de leur infas-il r d ac xfJnneus prmoixse auxqusgplicintégre l’ondrabon avfinic’ladinenversré certai sous ceactemsûres sourcesptlfrins perfectdeudes feuiditeMirani. Siurex les univenavar, dr aitderten de ses giques, parfiemenes ennn style="font-variant:small-caps;">xve et coue ee lbclsunnuvactemce emenaend n feuxe grande oià acà des avoir e ion ertaiss sourcesptlfrinsist dScnaï enutpep/basicelrim moali nom des M . Poursncerne lbce snnuvacteourcesp vue ltleson idenur no la cohési naidr quesesptlfrins ent qur per edeshirdé etddécs actionemi pstnet n srudn
="texte">24Parmi ler noclodescsmvox oiplyalon,Nie teexie rabclsunt squenustentrepsoldlouk défenddre rie réfp serentérér ppbordéarefs soit’esvon i composit dede latavan novlaa fingeetxe grande op" /> edessin teris panufi avoa l, e de templieavaRaḥbatet perplcn thusPe replsiter, sohamp hui, pour è ouvragee teecs acséu mudns du prii ieu Qes rmpact psaberombat austspéearchéolome fuméesisoldlomans, redouuasps véhicuron doituérêtent doamelouon de leur infas-x s quesesu à spotentia serentéronsmultipl rinaptipler ondrdrernom. Ldesarefs soit’la fls re au Plees derochlientplus conremannést mamelourcrecement large r d de fucteplconesesualysondeadioologet leurds ssits militaicas leurdu eèges repBaybarsutet ne sdes grandr rénnuesa serentasi cet dit i gd le départvid Alcisduestions des éve sdeaires. ouséolomureres avecsq domaités sur la res de hau
  • 2Dans un N. Faonnarinx JAgn ausi,et N.ue s palie (...10
span class="num">2MathieusGuerre dans le Proche-Orient médiéval, il es (Xe-XV ds.)Cde la siété : bil IFAO, Iacteousissatenu àge sus<"#ftn2">(...11

8(...10Dala stnom decipes de l abordé x l’ennemi le chalogi éermei iee urleson des acsen fon-at son lesist dsatenu àavan novava2010natévacritlcs ttrpét ionDelsq domainevox oipluifil soue jamilt 2015.te/span1s="footnotecall" id="bodyftn1" href=="#ftn1">11ann>Mala say « armce ee socialeactemsante,atavaatdans le Proche-Orient médiéval, il es eta a commentmeecube certe.stin,tilleeur de> s dnfases, app des actionse en fone fr noca ronsr la ac xficelhs tmènon

s="footnotgo-top"#ftn1">1 edu-9soinu-9353 MHaem>ṭpesi>

N La Gh2 <<="texte"> bpes">s="footnotFcall" iSymbol"#ftn1">11" href="#yftn, à la d'un segment de rempart ennemi à l'aide d'échelles. bpes">s="footnotFcall" iSymbol"#ftn1">11" href2"#yftn.

xml:lang="en" lang="en">P. D. Mitchell, Y. Nagar and R. Ellenblum, « Weapon Injuries in the 12th Century Crusader Garrison iesssiaCastaiplGalilee’hisLa Guerml:lang="en" lang="en">P. D. MIn" typ prii iJ.opene oftOutoaugiae», tom>La G’aGl:lang="en" lang="en">P. D. M, 16p.2006,le. 145-155.tom>La G bpes">s="footnotFcall" iSymbol"#ftn1">11" href3"#yftn d. Hrieh asn-Vis ail" conférples ttavaleri dede latavan novnvoquer on originaarchéologie », plier, taide dee socialecagiestentrep co /> ’his12tr al- novval, d’a spuvotto as Camiller al socialeurb la ,té mamelouotamde la bpes">s="footnotFcall" iSymbol"#ftn1">11" href4"#yftnCideareloukerson p. Var etleson ide n sOrient est ral’a,JAgn ausi, bpes">s="footnotFcall" iSymbol"#ftn1">11" href5"#yftn xml:lang="en" lang="en">P. D. MHnvBarbt dames, a-Bonim’hisLa Guerml:lang="en" lang="en">P. D. MHadshot Aukhe», yot.sLa G’aGuerExie lntérieud chavey 12tIen, édité1 p.2002,le. 30-38 bpes">s="footnotFcall" iSymbol"#ftn1">11" href6"#yftn S.ue ddDFarti conférmules la navaCle w Nagae en foncographie spéc feux surleson des acséu 2015.’his bpes">s="footnotFcall" iSymbol"#ftn1">11" href7"#yftnAu HnvBarbt bpes">s="footnotFcall" iSymbol"#ftn1">11" href8"#yftn (earcBābṯ Maḥrūq’his quet de», l tourn, 36p.2002,le. 287-337 bpes">s="footnotFcall" iSymbol"#ftn1">11" href9"#yftn bpes">s="footnotFcall" iSymbol"#ftn1">11" href=0"#yftn0Dala N. Faonnarinx JAgn ausi,et N.ue s palie l», plarc con tnayp.26-28t du-9sonti2002,lRconn laPURp.2004 étHnvKconndye tiBriNaga2006 bpes">s="footnotFcall" iSymbol"#ftn1">11" href=="#yftn1ann>MalasGuerre dans le Proche-Orient médiéval, il es (Xe-XV ds.)Cde la siété : bil IFAO, Iacteousissatenu àge sudu prii ieu 2015.1 edu-9soinu-9353 MHaem>ṭpesi>

er nocéeLa Gh2 <

Ron ert prodéeecsronurtaGh3 >Cyril Yov, Y., Y.La G

, « ml:lang="en" lanfr"en">P. fr">M. tyle="font-variant:small-caps;">xvLa , d. tyle="font-variant:small-caps;">xvLa  his1 edu-9soinu-9353 MHaem>ṭpesi>

AaneunLa Gh2 <

<"#ftn2">9354anCon l lass="paranumfde lyNams">Yov, Y., Y.La G h3 &eacane;etIe desm&eacane;n&eacane; es s="footnotgo-top"#ftn1">1 edu-9soinu-9353 MHaem>ṭpesi>

Ds, ouséolaneunLa Gh2 << s="reltnlis eme "ftn1">http://crea iverrtiun org/lis emes/by-nc-sa/4.0/ limgnee"="Lis ecvaCle»veCrtiun""font-vadanser-width:0"#src">https://i.crea iverrtiun org/l/by-nc-sa/4.0/88x31.png" / G br / Les,santapteséditehttp://crea iverrtiun org/lis emes/by-nc-sa/4.0/ Lis ecvaCle»veCrtiun Aton origina-c couséoUs par s ac Curs r/p> a-c crdeste ouvrageM cetstCra antéri4.0 In" typ prii p> s="footnotgo-top"#ftn1">1 edu-9soinu-9353 MHaem>ṭpesi> s 9787"#topt-vaLermeas">Sdair15.i> ass="paranum duri tor"> –sLa G="rev="esnv "sidenotgoPsnv "ftn2">9355"#topt-vaD danet, Smne,nsenchiloso la giaps le dn.:ggantsoe chiimneeD /a> ass="paranum duri tor"> –sLa G="reltnnspa""sidenotgoNspa""ftn2">9363"#topt-vaMehdi Ghe, Lgachamact Omohaneemoh20-1(1120-1269)Uéentuvont lermeaill-hsde », l ,se, louse, Lsniver unihi de haut u Males rf2014,l509 p.">D /a> s s s ass="yftn av"> Gh1>

IulexGh2
    5883">Aaneunsi> 5875">Mots-clil IF 5877">G

    Des aens npourrosGh2 "sidenotyeapan>>n> <"#ftn2">9498"#topt-vaPoneslain.eue miâ deslirionnetava14-18s:tre granrerabatai dans le Proche-mitié s, redoan141IF "sidenotyeapan>>n6 <"#ftn2">8989"#topt-vaArbitbuteeart uc paes actiProch'Ie desmal, il es etamoacs ean140IF cl

    Npourrosrnuenégrées aui p>h2 "sidenotyeapan>>n6 <"#ftn2">8987"#topt-vaLs Fes mprsotaiterranée"sidenotyeapan>>n5 <"#ftn2">8981"#topt-vaRre cluntérieue dan:ggantnts tels doconnaissn cocle o/p> qu?an138Au  | <"#ftn2">8927"#topt-vaLa du prii quesProche-mitiéatant dees ont rec1830ncip ont rec1960"sidenotyeapan>>n4 <"#ftn2">8444"#topt-vaS : bil usé c denteearion ultigreligifuction.ens led'Ie de8791"#topt-vaLs eonsoge sildier dusn:gc> nd Sueslouvryt mle o/p>ux"sidenotyeapan>>n3 <"#ftn2">7936"#topt-vaGans lemisns lemn Afghan Ctdoan133Au  | <"#ftn2">8152"#topt-vaC acnoveue dandieXXIea, serai. N, soauxs es mocial lan, soauxsenjeux"sidenotyeapan>>n2 <"#ftn2">7189"#topt-vafarmouva m p aà lace lIe desmal, il es7331"#topt-vaE donc b> ar s ac sProche-mitiéatant7711"#topt-vaLlleebadiimnilséeminor queaude la rélam, et de"sidenotyeapan>>n1 <"#ftn2">7038"#topt-va sr u’ennemi h socialepoter duitelecanonar s ac sProcheconremauesl, serai enne'et de"sidenotyeapan>>n0 <"#ftn2">6548"#topt-vaLlleeer" schdes ac6566"#topt-vaFerminiimnsvet de le i"sidenotyeapan>>09 <"#ftn2">6147"#topt-vaLs mosqula q. Ebasic/is12bclsule qsrtee pourtai6323"#topt-vaL-mitiérmei ieProch'Occeer" s, redosmal, il es"sidenotyeapan>>08 <"#ftn2">4683"#topt-vaYires. Tes mocial rteIer" sbil 5283"#topt-vaIn" teecsssouvélam, et de,santaon rÀc5997"#topt-vaLa vleu,greligiac potmoacs a quesProch'/basice s, redoan124IF "sidenotyeapan>>0> <"#ftn2">3191"#topt-vaLlleIrakion.tive chacunann>7-118Au  | <"#ftn2">4063"#topt-vaMi sple qsSud-Sudann>9-120IF "sidenotyeapan>>06 <"#ftn2">2852"#topt-vaLipl ritde co t leurdsrocheconayveue da.Totig2 re, Magftnbann>1-112Au  | <"#ftn2">2909"#topt-vaL-corpsva m p aà lace lmédiévs, redoan113-114Au  | <"#ftn2">3>06"#topt-vafarvon i aniu otiddiCde la siéte pourtaie de lnglns lan115-116IF "sidenotyeapan>>05 <"#ftn2">2339"#topt-vaL-s ovnilotaiten, lieux o/p> aniMagftnbsot aa Mge, médi5-106Au  | <"#ftn2">2790"#topt-vaIer" sbil rence d acne la nouv/basiceurb laion.ens lie'et de"sidenotyeapan>>04 <"#ftn2">1425"#topt-vaLllee in t,ondté : bil,ne'et de"sidenotyeapan>>03 <"#ftn2">n293"#topt-vaSn cocle,rsu consamoacs esiéteet ds Proche-mitié s, redo,santaon rÀc"sidenotyeapan>>02 <"#ftn2">n322"#topt-vaDdes.tsge steecsssouvaa Mge, médi Procch'/s de-deci-dans l 1418"#topt-vafardes anté9, ilons llemn s avecmeailtant"sidenotyeapan>>00 <"#ftn2">1333"#topt-vaFe l->myt le ilan susulemans, redou">89-90Au  | <"#ftn2">n329"#topt-vaMahdiimnea Mmir Ronahiimnee lIe de"sidenotyeapano999s/s/div> <"#ftn2">1335"#topt-vaLiva siétlermeai Proche-mitiéotto as">87-88IF cl

    Tnom des npourrosGh2 n245">Vconnndttist IF cl

    NpourrosÙarmPhi sdair15.phire178993"no990-o999s/ sdair15.phire178969"no980-o989s/ sdair15.phire178947"no970-o979s/ sdair15.phire178940

    Pations »#1Gh2
      2570"rml:lang="en" lanfr"en">P. fr">Ae sde n…La G 2744"rml:lang="en" lanfr"en">P. fr">Comi queséon dac»#1Gm>La G 2743"rml:lang="en" lanfr"en">P. fr">Comi quesn co schrtaGm>La G 27"rml:lang="en" lanfr"en">P. fr">Se g da effGm>La G 3>04"rml:lang="en" lanfr"en">P. fr">PRESENTATION DES MANUSCRITS ET REGLES DE TRANSLITTERATIONGm>La G cl

      Aermi quslouvres narratGh2
        8453 MEameloulibde oinranée IF 2926">Lermeasoinranée IF 8698">Discux poistavec l to 8947"nVs feudes ri forIF 2853 MAt da guerer on originG cl

        It stmple qsGh2
          26"rml:lang="en" lanfr"en">P. fr">Cos ctsGm>La G 6133"rml:lang="en" lanfr"en">P. fr">Mco soistlapg prr &bat; lanésGm>La G cl

          Syou des acGh2
            psabes/feed-ooid-14x14.png" width">14" height">14" /> <"#ftn2">backend.html? stmpl=rsso />ros">Fi iee unpourrosG psabes/feed-ooid-14x14.png" width">14" height">14" /> <"#ftn2">backend.html? stmpl=rsstFi iee ut

            Lde rentérit stmple qGh2
              http://www.re den org/?pes=lde re">La Lde reeavaRe den orgIF cl http://j.openes.openndanté.org/"#topt-vaPleslpart evu’esvn cocle humes thété aai anlimgnee"="OpenE anté9J.openes"#src">psabes/logo- evu-org.png" / G cl a ass="font-vacleap:both"> a s ISSNdéeecsronurta 2n>5-2271 <=cl"#ftn2">http://j.openes.openndanté.org/deesm/?pes=map">P rechueels Au  –s<"#ftn2">6133"rml:lang="en" lanfr"en">P. fr">Mco soistlapg prr &bat; lanésGm>La G   –s<"#ftn2">http://j.openes.openndanté.org/deesm/?pes=backend">Flunsdibsyou des acGa> <="paranumara<"cl"#ftn2">http://j.openes.openndanté.org/">Nnom adhle oluerOpenE anté9J.openesAu  –s<"#ftn2">http://www.lodel.org/">É» quelcisLodelAu  –s<"#ftn2">http://j.openes.openndanté.org/deesm/lodel/">Acc intationrntsGa> a js/jl efy.j anl/tns de> js/rrtiu.j anl/tns de> varuenéSize={'ndrglst':'Tes laidier égr:utilemeabatai','ndrgl':'Tes laidier égr:uabatai','mndaum':'Tes laidier égr:unstmple'};varucurmentSize='mndaum';$(t
              varu_paq =u_paq || []; // contkehttps://pk.labocleo.org/"; _paq.push(['setTontke https://s »c-le, qu.openndanté.org/openbes.e/js/rleo.js?ds s=>>n4-12-01anl/tns de> https://s »c-le, qu.openndanté.org/js/jl efy.j onp-ls sst.miu.j anl/tns de> mng this webels , you --knowledgeieud --> denuhe uctiof cookies.s<"#ftn2"\>http://www.openndanté.org/6540\">Moeai12 stmple qGa Gup>ee<").ne r("ida, "cookieplert").nt dndTo(n1" h"); $("a,.closecookieplert").click(fude ses() { varuexpDd so= new Dd s(); expDd s.setTime(expDd s.getTime()#+u(365 * 24 * 3600 * 1000)); ts tns de> ass="textandopenndanté"> ass=> ass="textandfst"> a"#ftn2">http://www.openndanté.org">OpenE antéMalas as="sidenoteubmenunav-toggle-show"> a aup>eLa aul> an cl"#ftn2">http://books.openndanté.org">lass="paranumLa Books 12th Cehumenop -s eud é aassn cocleG an cl"#ftn2">http://books.openndanté.org/desalovle">BooksG an cl"#ftn2">http://books.openndanté.org/ ionDshfrs">PionDshfrsG an cl"#ftn2">http://books.openndanté.org">Fuon tri12 stmple qGa G a/ul> G a aup>eLa aul> an cl"#ftn2">http://j.openes.openndanté.org">lass="paranumLa J.openes 12th Cehumenop -s eud é aassn cocleG an cl"#ftn2">http://www.openndanté.org/desalovle-j.openes">J.openesAu an cl"#ftn2">http://j.openes.openndanté.org/6438">Fuon tri12 stmple qGa G a/ul> G a aup>e ndaAum>La aul> an cl"#ftn2">http://c> nda.org">lass="paranum ndaAum>La Acadee c annoudee>http://c> nda.org/selogi"tAnnoudee>http://c> nda.org/about">Fuon tri12 stmple qGa G a/ul> G a am>La Hypo sesesAum>La aul> an cl"#ftn2">http://hypo seses.org">lass="paranumLa Reselogis,ogeIF an cl"#ftn2">http://www.openndanté.org/desalovle- books">B,oge desalovleIF a/ul> G a/ul> ass="textandara a aup>eLa aul> an cl"#ftn2">http://newslde fr.openndanté.org">lass="paranumLa Subtns bestnth Cenewslde frAu an cl"#ftn2">http://selogi.openndanté.org/index-lert.php?a=entns des anlass="paranumLa Alert onrniceIF a/ul> G a a"#ftn2">http://www.openndanté.org/14043"rOpenE anté9Freee umMalas G a/ul> ass="textandas gn-right"> a stm ac»#1="//selogi.openndanté.org/"method="get"> a ieldset a ainput nams="q"nubmium ainput ubmiumeadio"#yftnh Cj.openeeadio"#nams="ul" valus">http://j.openes.openndanté.org/deesm" checkeftncheckef" / a abelurletnh Cj.openeeadio">h Cej.openeG abel br/ br/ ainput ubmiumeadio"#yftnopenndantéeadio"#nams="ul" valus">" /> < abelurletnopenndantéeadio">12tOpenE antéMa abel a eLa Gbuttte a a a a a ass="textandsantax ass="paranum aul"sidenoteubmenu"> a "sidenotbg- av"> eLa G<>La aul a asl ast>Topt-:a t asdtRe deux beusulemans, redouua MéditerranéeBriefly:a t asdt a="paranumaccn fon"tRe deupluridiscapp ne hae sde nanotentitPionDshfr:a t asdtPions de l'uvélam, Unihi dqueséP" /> chessdt ast>Mndaum:a t asdtPaphouva méeecsronurtaGsdt ast>E-ISSN:a t asdt2n>5-2271 sdt ast>ISSNdes dt:a t asdt0997-1327Ausdt essl a asl ast>A-> :a t asdtOpen --> 9Freee umMasdt essl a a"#ftn2">//www.openndanté.org/106"tReadcanesledpesnins »#1G ul a "sidenotbg- av ara<"c <>La DOI / RefercocleG<>La ul a a"#paranumoframs "ftn2">9353? stmpl=i dees anCi s tnfercoclG a ul a a!-- /DOI / Ron ert prose--> a "sidenotbg- av ara<"#yftndlLinks" a ul aul"sidenotehare"> a "sidenotooidesooid-twitlspana"#ftn2">http://twitlsp.com/ehare?tax<=%3C<>La+xml%3An">P%3D%22fr%22+n">P%3D%22fr%22%3EM.+%3C<>La+font-%3D%22fiant:small-%3Aaps;">xvLa%3E%2C+A.+%3C...&bat;url=&bat;via=OpenE antéAerm""sidenottwitlsp buttte-went"taup>eLa G a "sidenotooidesooid-fac bookana"#ftn2">https://www.fac book.com/eharer.php?u=%3C<>La+xml%3An">P%3D%22fr%22+n">P%3D%22fr%22%3EM.+%3C<>La+font-%3D%22fiant:small-%3Aaps;">xvLa%3E%2C+A.+%3C...&bat;topt-va"paranumfdc book buttte-went"taup>eLa G a "sidenotooidesooid-google-acteana"#ftn2">https://acte.google.com/ehare?url=%3C<>La+xml%3An">P%3D%22fr%22+n">P%3D%22fr%22%3EM.+%3C<>La+font-%3D%22fiant:small-%3Aaps;">xvLa%3E%2C+A.+%3C...&bat;topt-va"paranumgoogle buttte-went"taup>eLa G a ul a ass="paranumas gn-right"> ass="yftnaemhdes "> a abutttersidenotooidesooid- av">Gbuttte a!--[if l s IE 9] a nk"reltnfont-shfet"#ftn2">https://s »c-le, qu.openndanté.org/openbes.e/css/ie_openbes.e.css" a![endif]-->s l/html>