Navigation – Plan du site
Lectures

Daniel Panzac, La République de Venise et les Régences barbaresques au XVIIIe siècle. Un exemple de relation Nord-Sud en Méditerranée occidentale, Éditions Publisud, 2015.

Sylvia Chiffoleau

Texte intégral

  • 1 S. Speziale, Oltre la peste. Sanità, popolazione e società in Tunisia e nel Maghreb (XVIII-XX secol (...)

1Lors de son décès en décembre 2012, Daniel Panzac laissait un ouvrage achevé mais non publié. Le manuscrit a été confié à Salvatore Speziale, à la fois disciple et ami de Daniel Panzac et lui-même auteur d’une somme importante sur la peste en Tunisie et au Maghreb1, à qui l’on doit aujourd’hui la parution de ce livre aux Éditions Publisud. Dans sa préface, S. Speziale évoque la tache difficile et parfois ingrate de préparation du manuscrit, qu’il a su mener avec efficacité. Il s’attache surtout à y rendre hommage à l’ami et au chercheur prolifique, et à mettre cet ultime ouvrage en lien avec l’ensemble des travaux de Daniel Panzac, dont la liste exhaustive figure à la fin de la préface.

2Intitulé La République de Venise et les Régences barbaresques au XVIIIe siècle. Un exemple des relations Nord-Sud en Méditerranée occidentale, l’ouvrage évoque un épisode reliant les deux rives de la Méditerranée, qui s’est déroulé dans ce moment de la fin du XVIIIe siècle où se joue l’entrée dans le monde contemporain. En mars 1781, à Alexandrie, un contrat d’affrètement, comme il s’en passait des milliers à cette époque dans les ports méditerranéens, est conclu entre le capitaine d’un voilier vénitien et une poignée de marchands « turcs », en l’occurrence des Tunisiens, pour que ceux-ci et leurs marchandises soient conduits à Sfax. Or la peste se déclare à bord et le capitaine décide de se rendre à Malte, île dotée d’un lazaret. L’équipage et les marchands y sont soumis à une très longue quarantaine pendant que le navire et sa cargaison sont incendiés par mesure de précaution. De retour en Tunisie, les marchands réclament, avec l’appui du Bey de Tunis, une indemnisation pour la perte de leurs marchandises, ce que Venise refuse tout net. Le ton monte entre les deux pays, ouvrant une crise diplomatique sévère. En mars 1784, la rupture est consommée et Venise envoie une expédition navale contre la Tunisie, menée par Angelo Emo, un marin chevronné issu de l’aristocratie de la République. La guerre, qui rompt un état de paix qui durait depuis 1763, se prolonge durant plus de huit années, partagées entre campagnes de bombardement et blocus naval. L’opération est coûteuse pour la République de Venise mais elle ne parvient ni à faire fléchir les Tunisiens, ni à diminuer la guerre de course dont les navires vénitiens sont les premières victimes. En mai 1792, Tunis et Venise parviennent enfin à un traité de paix, sans que l’on puisse désigner ni vainqueur ni vaincu, mais qui permet de restaurer les relations commerciales entre les deux parties. Elles en sortent toutefois également affaiblies. Mais si l’avertissement contribue à convaincre Tunis de mobiliser l’expertise européenne pour sa reconstruction dans le cadre du Nizam-i Cedid, la République de Venise n’est plus guère capable ensuite que de jeter ses derniers feux avant sa disparition, en 1797, par la volonté de Bonaparte.

3À partir de cette trame événementielle, Daniel Panzac tire des fils thématiques soumis chacun à une analyse particulière et qui forment autour du noyau narratif une sorte de halo qui éclaire certains points de l’histoire de la Méditerranée à cette époque. C’est d’abord pour l’auteur l’occasion de nous plonger dans l’histoire contemporaine des deux protagonistes. Trois chapitres sont consacrés à Venise. Y sont détaillés les institutions du pouvoir aristocratique et leurs modes de fonctionnement, le territoire éclaté de la République, ses atouts diplomatiques, désormais essentiellement circonscrits à l’Europe, ses finances, et ses forces militaires, terrestres et surtout navales. On croise au passage certaines figures des grandes familles vénitiennes, et l’on peut suivre leur carrière politique ou militaire, tout comme l’état de leur richesse. Mais on pénètre aussi au cœur de la vie du petit peuple de la République, celui qui travaille dans l’imposant arsenal, s’organise en scuole, ces confréries de laïcs placées sous un saint patronage, et processionne dans une Venise figée qui, fière de son passé, éprouve quelque difficulté à se projeter dans le futur qui se prépare. Au final, c’est bien un État déjà faible, une armée modeste, qui vont partir à l’assaut de la Tunisie.

4Inévitable déséquilibre des sources oblige, celle-ci n’est évoquée qu’au travers de deux chapitres. Désormais inscrite dans des frontières stables, la régence de Tunis mène alors son destin de façon largement autonome à l’égard de l’Empire ottoman. Daniel Panzac évoque le palais du Bardo, occupé alors par Hammouda Bey, sans doute l’un des souverains tunisiens les plus actifs et les plus entreprenants. L’auteur décrit également l’administration de la régence, tant à Tunis que dans les provinces, ses ressources financières, les aménagements du littoral, solidement fortifié, et détaille les forces armées, sur terre et sur mer. Là encore, on peut suivre quelques destins individuels, de grands commerçants cette fois, étroitement liés au pouvoir politique. À la veille de la guerre, la régence de Tunis est, tout comme Venise, une puissance médiocre en Méditerranée, au moment même où le monde se décentre vers d’autres mers et où commencent à s’affirmer les grandes puissances qui domineront le monde du XIXe siècle et orchestreront le jeu diplomatique.

  • 2 D. Panzac, La peste dans l’Empire ottoman, 1700-1850, Éd. Peeters, Louvain, 1985.
  • 3 D. Panzac, La caravane maritime. Marins européens et marchands ottomans en Méditerranée (1680-1830)(...)

5Au travers de cette présentation, Daniel Panzac renoue avec certaines des thématiques qui lui sont chères. La peste d’abord, qui a fait l’objet de sa thèse, devenue une référence incontournable pour tous les historiens des épidémies2. La terrible maladie rôde tout au long du XVIIIe siècle dans les ports de la Méditerranée. Certains d’entre eux sont équipés de lazarets, mais les méthodes prophylactiques européennes apparaissent encore bien étranges aux Ottomans, qui n’y sacrifieront que plus tard, à l’entrée du XIXe siècle. Le système de la caravane maritime, dans lequel s’inscrit l’affrètement à l’origine de toute l’affaire, permet de prolonger, à travers l’exemple des Vénitiens, les recherches menées par Daniel Panzac dans un ouvrage antérieur qui mettait surtout en scène les Provençaux engagés dans ce trafic3, lequel visait à suppléer à l’insuffisance des bâtiments de commerce ottomans. De façon générale, l’univers maritime, particulièrement cher à l’auteur, est au cœur de l’ouvrage. On le parcourt en temps de paix, dans les pas du commerce au long cours, à l’occasion d’une visite détaillée de l’arsenal de Venise, ou encore en examinant les différents types de bateaux construits sur une rive et l’autre de la Méditerranée. On le voit ensuite se transformer en contexte de guerre, celle que lance Venise contre la régence, quelque peu chaotique et fragmentée mais qui met à mal les fortifications du pays, mais également celle de course, dans laquelle les Tunisiens continuent de s’illustrer, bien souvent aux dépens des Vénitiens, nombreux à être retenus captifs à Tunis. Et quand la paix revient enfin, sur la base d’une grosse indemnité payée par Venise à la régence, en échange du droit, tout symbolique, de hisser la bannière de Saint-Marc sur le consulat vénitien à Tunis, c’est l’activité maritime commerciale qui bénéficie d’abord du retour au calme.

6Dans l’introduction de l’ouvrage, Daniel Panzac évoque la découverte fortuite d’un petit opuscule traitant du « système de paix et de guerre que les Puissances européennes pratiquent à l’égard des Régences barbaresque » et l’enquête qu’il a menée pour en identifier l’auteur. Il s’agit d’un noble Italien qui, sans avoir participé à la guerre de Venise contre la Tunisie racontée ici, a été engagé à cette époque dans plusieurs expéditions du même type. Si l’opuscule et la phrase placée en exergue, « o più pace o più guerra », servent de prétexte et de fil conducteur à cette réflexion sur les rapports entre les deux rives de la Méditerranée, l’évocation de cette trouvaille et l’enquête qui s’en est suivie invitent aussi à imaginer, en amont du récit, le travail patient et passionné du chercheur-collectionneur qui, d’une rive à l’autre de la Méditerranée, fouillant les centres d’archives comme les bouquinistes, avide de tout ce qui peut alimenter son dossier en cours, emplit peu à peu le cabinet de l’historien, dont on peut trouver un reflet dans la photographie de couverture. C’est cette riche moisson qui permet ensuite de tresser ensemble une diversité de sources, pour en faire surgir un moment d’échange Nord-Sud, fait de complicité rouée, d’incompréhension réciproque, d’obstinations protocolaires, mais aussi de codes partagés, et où la paix finit par triompher de la guerre.

Haut de page

Notes

1 S. Speziale, Oltre la peste. Sanità, popolazione e società in Tunisia e nel Maghreb (XVIII-XX secolo), Pellegrini, Cosenza, 1997.

2 D. Panzac, La peste dans l’Empire ottoman, 1700-1850, Éd. Peeters, Louvain, 1985.

3 D. Panzac, La caravane maritime. Marins européens et marchands ottomans en Méditerranée (1680-1830), CNRS Éditions, Paris, 2004.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sylvia Chiffoleau, « Daniel Panzac, La République de Venise et les Régences barbaresques au XVIIIe siècle. Un exemple de relation Nord-Sud en Méditerranée occidentale, Éditions Publisud, 2015. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 141 | juin 2017, mis en ligne le 04 juillet 2016, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/remmm/9359

Haut de page

Auteur

Sylvia Chiffoleau

CNRS/LARHRASylvia.chiffoleau@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page