Navigation – Plan du site

CASCIARRI Barbara, ASSAL Munzoul et IRETON François (dir), Multidimensional Change in Sudan (1989-2011). Reshaping Livelihoods, Conflicts and Identities, New York, Oxford, Berghahn Books, 2015, 374 pp. 

Elena Vezzadini

Texte intégral

1Cet ouvrage collectif est issu de la collaboration entre des chercheurs associés à l’antenne de Khartoum du CEDEJ (Centre de Documentation Économique, Juridique et Sociale), et des chercheurs soudanais, dont une partie est affiliée à la Faculté de Sciences sociales de l’université de Khartoum. Les liens tissés au sein de CEDEJ ont abouti à un programme de recherche intitulé « Transformation Processes among Sudanese Rural and Urban Communities : Resource Access and Managment in the Context of Globalization », dont cet ouvrage est un des accomplissements.

2L’ouvrage se divise en quatre parties, chacune composée de quatre chapitres. La première se focalise sur les problèmes et les conflits liés à la terre, à sa possession et à son utilisation, et compte notamment trois études « au ras du sol » : dans la première, portant sur une périphérie de Khartoum majoritairement habitée par des fonctionnaires, le conflit se situe surtout entre anciens arrivés et nouveaux venus (Munzul Assal). Dans la belle étude sur un quartier de migrants/réfugiés de Khartoum, François Ireton montre que ce sont les familles les plus vulnérables qui paient le prix le plus élevé pour l’accès à l’eau et à la nourriture. La troisième étude est consacrée au conflit pour l’utilisation de la terre entre nomades et sédentaires au Darfour, dans un contexte de sécheresse et de marginalisation. La partie se termine par un chapitre à propos des grands projets d’investissement immobilier dans la capitale, qu’Alice Franck décrit bien dans toute leur grandeur improbable.

3Le deuxième noyau se focalise sur la question de l’eau. Dans un premier essai, Harry Verhoeven analyse l’« hydropolitique » du Nil, montrant les regards, rêves et intérêts divergents des pays nilotiques sur la question de l’accès aux eaux. Les autres études sont des analyses d’approche anthropologique sur la manière dont trois communautés, l’une urbaine et composée par des travailleurs salariés (Luisa Arango), l’autre nomade semi-sédentarisée (Barbara Casciarri), et la dernière villageoise (Elsamawal Khalil Makki), ont structuré leur sociabilité autour de l’accès à l’eau, et comment l’eau a donné du sens à des structures lignagères, ou bien à des formes de contre-culture.

4La troisième partie, un peu moins cohérente, porte sur les conflits. Elle inclut deux chapitres qui adoptent une perspective axée sur les relations internationales, en montrant la manière dont des grands acteurs internationaux interagissent avec la politique soudanaise : par le biais de l’économie pour les pays asiatiques (Irene Panozzo), ou bien à travers la fabrication d’un langage politique spécifique pour décrire le conflit du Darfour dans le cas des États Unis et d’autres pays européens (Maria Gabrielsen Jumbert). Une troisième étude décrit la manière dont les communautés pastorales situées à Abyei traduisent le conflit nord-sud en conflit identitaire (Abdalbasit Saeed). Enfin, dans le texte d’Agnès de Geoffroy, le conflit est analysé à travers les destins des réfugiés/migrants installés à Khartoum.

5Le quatrième thème est centré sur les identités, l’idéologie et le langage, même si seulement deux des chapitres se positionnent l’un en dialogue avec l’autre, celui coécrit par Ashraf Abdelhay, Al-Amin Abu Manga et Catherine Miller d’une part, et celui de Stefano Manfredi de l’autre sur l’interaction entre politique, État, et choix linguistiques dans l’éducation des communautés. Cette section est ouverte par une étude de Giorgio Musso sur l’histoire du mouvement islamique au Soudan, qui part des fondations du projet révolutionnaire d’Hasan al-Turabi dans les années 1980 et suit sa trajectoire de transformation en régime qui survit grâce à sa « realpolitik ». Enfin, le chapitre conclusif, l’unique écrit par une historienne (Iris Séri-Hersch), s’interroge sur les critiques à la fois lourdes et ambiguës exprimées dans des manuels scolaires envers la colonisation et la globalisation, auxquelles les auteurs opposent le pouvoir émancipateur de la civilisation islamique. Le volume est clos par un épilogue de Roland Marchal sur les transformations, stratégies et faiblesses du régime islamique au Soudan.

6La plupart des enquêtes de cet ouvrage ont été menées entre les années 2005 à 2011 (bien que plusieurs articles débutent leurs analyses bien avant, et que leur écriture se clôt effectivement en 2013). Il me paraît important de souligner la singularité de la période pour mieux situer l’ouvrage et en cerner l’importance. En 2005 le gouvernement soudanais et le SPLM/A (Sudan People Liberation Mouvement/Army) signent un accord de paix connu comme le CPA (Comprehensive Peace Agreement), et mettent terme à une guerre civile non seulement funeste, mais aussi extraordinairement longue. Débutée par une mutinerie en 1955, un an avant l’indépendance du Soudan (1956), ce qui était une guérilla de basse intensité va progressivement se transformer en guerre civile, et hormis un interlude de dix ans (1972-1983), elle persiste jusqu’en 2005. Le conflit a envahi la politique au sens le plus large du terme, avec des répercussions à toutes les échelles, révélées dans plusieurs contributions de l’ouvrage : de la micro-échelle des individus, contraints à se positionner en termes identitaires dans les clivages polarisés par le conflit (Abdalbasit Saeed), ou, très concrètement, contraints à quitter leurs lieux de résidence pour se réfugier ailleurs, comme dans le cas des réfugiés/migrants à Khartoum décrits par François Ireton et par Agnès de Geoffroy, jusqu’à la macro-échelle des alliances internationales configurées aussi par la situation de guerre (Irene Panozzo). Au fil des décennies, la guerre civile s’est ancrée dans la vie quotidienne des Soudanais et a pénétré les discours, les projets et le fonctionnement de l’État, et c’est pour cette raison que l’accord de paix de 2005 a véritablement marqué la fin d’une époque.

7Toutefois, 2005 marque aussi le début d’une période de transition, qui s’achève en 2011 avec le referendum pour l’autodétermination du Sud et sa déclaration d’indépendance le 9 juillet 2011. Cette phase se configure comme une sorte de période de preuve ambiguë : d’un coté, elle doit permettre de vérifier la possibilité pour le nord et le sud de coexister dans un seul État, et de l’autre elle doit constituer un temps de réflexion nécessaire aux citoyens du Sud pour décider une fois pour toutes de se séparer ou pas. Cette transition a été traversée de critiques sur la mauvaise mise en oeuvre du CPA, ce qui cache cependant le fait que cette période a été aussi empreinte d’espoirs, de nouveautés, d’expériences et de pratiques inédites. On pourrait citer par exemple l’adoption d’un système d’autonomie fédérale, la formulation d’une nouvelle idéologie politique (« new vision ») par John Garang, le leader du SPLM disparu en 2005, et ses associés du Nord, se proposant d’unir le pays sur des nouvelles bases de justice sociale et d’attention aux ‘minorités’. Plusieurs études de cet ouvrage montrent les conséquences de la nouvelle configuration : Stefano Manfredi retrace l’impact du fédéralisme sur les politiques linguistiques des Laggorí aux Monts Noubas, Giorgio Musso et Roland Marchal décrivent la manière dont le CPA a forcé le parti au pouvoir (National Congress) à reformuler ses bases de légitimité et son projet de gouvernement. Et en même temps, ce changement a aussi entraîné une forte exposition à des formes de libéralisation économique extrêmes, comme celles décrites par Alice Franck à propos des grands projets fonciers de luxe dans la capitale ; de même, c’est pendant cette phase qu’ont été posées les bases pour l’expulsion des réfugiés/migrants originaires du Sud, et leur perte de citoyenneté. Ainsi, un des intérêts de ces contributions est qu’elles reflètent cette incertitude et cette volatilité, tout en montrant aussi la manière dont certains problèmes structurels, en particulier les conflits liés à l’accès aux ressources, s’inscrivent dans la longue durée. C’est d’ailleurs une des questions qui est posée dans l’introduction : les changements politiques de la période 2005-2011 ont-ils entraîné de véritables transformations sociales ?

8Les différents chapitres développent ce questionnement en illustrant le fait que la globalisation agit sur et avec les changements politiques, que les tensions et détresses liées au manque de ce qui est nécessaire à la survie, comme l’accès à l’eau et la terre, ont traversé ces moments charnières sans subir d’améliorations véritables. Ils nous montrent aussi une gamme de réactions possibles face à ces pénuries. Parfois l’absence d’État est contournée par des stratégies d’adaptation réalisées grâce à la collaboration entre individus, ce qui permet de tenir, et même d’affirmer une identité basée sur la valeur d’entraide, comme dans le cas du quartier populaire de Deims (Arango). Dans d’autres cas, le manque est porteur de plus de tensions que de collaborations, et surtout il exprime et module des inégalités sociales. Mais le manque, et les stratégies pour y faire face, s’imbriquent dans les changements globaux, y compris les bouleversements politiques des années 2005-2011.

9L’objectif à l’origine du programme de recherche était celui de questionner l’impact des changements catalysés par une globalisation qui va souvent de pair avec le néolibéralisme. Ce volume donne des réponses extrêmement variées à cette question selon les échelles et les angles d’analyse. En même temps, il brosse un portrait d’une période singulière de l’histoire du Soudan, une période dans laquelle les chercheurs – du moins les plus optimistes - comme beaucoup de Soudanais espéraient en un véritable changement du pays, capable de briser les dynamiques les plus enracinées et de longue durée, dont certaines sont décrites dans ce volume. Avec une pointe d’amertume, le lecteur se retrouve dans la position de celui qui connaît déjà la fin de l’histoire, et qui sait que le dénouement n’est pas heureux.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Elena Vezzadini, « CASCIARRI Barbara, ASSAL Munzoul et IRETON François (dir), Multidimensional Change in Sudan (1989-2011). Reshaping Livelihoods, Conflicts and Identities, New York, Oxford, Berghahn Books, 2015, 374 pp.  », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], Lectures inédites, mis en ligne le 22 août 2016, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/remmm/9392

Haut de page

Auteur

Elena Vezzadini

CNRS-IMAF Malher

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page