Navigation – Plan du site

Rosemary Sayigh (Ed.), Yusif Sayigh Arab Economist, Palestinian Patriot, A fractured Life Story, AUC Press, Cairo, New York, 2015, 386 p.

Jihane Sfeir

Texte intégral

1« I had long wanted to record Yusif’s memories… I felt that his recollections must have value as part of the history of a region characterized by rapid political, social and cultural change » (p. 4).

2C’est en avril 1989 que Rosemary Sayigh, anthropologue anglaise et pionnière de l’histoire orale palestinienne, entreprend d’enregistrer les mémoires de son époux Yusif. Mais c’est bien après la mort de ce dernier, survenue en 2004, que l’édition des centaines d’heures de conversations est publiée. Rédigé à la première personne, l’ouvrage est composé de treize chapitres retraçant la vie et l’œuvre de Yusif Sayigh, avec un livret de photographies inséré au centre, des notes explicatives, une bibliographie complète des publications de l’auteur et un index en fin d’ouvrage.

3Fils d’un pasteur syrien du Hauran et d’une mère originaire de Bassa (Galilée), où il est né en 1916, Yusif Sayigh est une figure intellectuelle de l’histoire palestinienne connue pour ses recherches et son enseignement en économie à l’Université américaine de Beyrouth, pour la création du Centre de planification national (Markaz al-thakhtit) de l’OLP et celle de l’Agence pour le développement et l’économie pour la reconstruction palestinienne (PEDCAR). L’édition posthume de ses mémoires par sa femme Rosemary livre de manière très vivante des scènes de sa vie et de son œuvre rythmées par les bouleversements du Proche-Orient. Ses mémoires révèlent une enfance heureuse mais austère au milieu d’une famille protestante qui s’installe d’abord à Kharaba dans le Hauran, « un village très primitif » (p. 18) où son père pasteur fonde une église (chap. 1), et ensuite à Bassa où la famille Sayigh fuit en 1925 la révolte druze. Les souvenirs de Bassa dépeignent une vie colorée et joyeuse dans un village très libéral où travestis et femmes adultères sont tolérés, et où les différentes communautés chrétiennes et musulmanes se fréquentent et se mélangent (chap. 2).

4Yusif Sayigh insiste tout le long de ses mémoires sur le rôle essentiel que ses parents ont donné à l’éducation de leurs enfants, malgré le peu de moyens dont ils disposaient. C’est ainsi que ses frères et lui sont envoyés à Sayda (Liban) pour compléter leurs études secondaires et rejoindre plus tard l’Université américaine de Beyrouth (AUB). À Sayda (chap. 3), Yusif est pensionnaire à la mission américaine, le Gerard Institute, où il côtoie les enfants de la bourgeoisie libanaise, syrienne et palestinienne. Il y découvre aussi la politique et se rend compte que les « garçons de Sayda étaient tous très nationalistes et très pro-palestiniens » (p. 70). Durant cette période, son père est pasteur à Tibériade (chap. 4) et, entre 1930 et 1938, Yusif Sayigh passe la plupart de ses vacances scolaires et universitaires dans ce village connu pour ses stations thermales, dans lesquelles il travaillera après son retour d’Irak en 1940. La vie à Tibériade est une parenthèse heureuse pour les Sayigh, avant leur exil en 1948.

  • 1 Le Parti National Socialiste Syrien ou Parti Populaire Syrien est créé à Beyrouth en 1932 par Antou (...)

5Les années universitaires (chap. 5) à l’AUB, que Yusif Sayigh intègre grâce à une petite bourse obtenue après son baccalauréat, sont marquées par l’éveil politique et la familiarisation avec les idées nationalistes arabes prônées par Albert Hourani, Constantine Zurayq, Fouad Mufarrej et la philosophie humaniste de Charles Malek. Mais le personnage qui influencera le plus sa pensée est Antoun Saadeh, fondateur du Parti Populaire Syrien1 (PPS), parti auquel il adhère en 1936. Yusif Sayigh admire Saadeh pour son intelligence, son avant-gardisme politique et son éloquence face à ses adversaires, mais cela ne l’empêche pas d’avoir un regard critique sur le personnage. Bien que son frère Fayez et lui fussent très impliqués dans les activités du PPS (chap. 6), ils n’en restent pas moins farouchement critiques envers l’organisation du parti qui « a dû être influencée par les Phalanges ou les Nazis » (p. 136), et opposés à l’autoritarisme et au culte de la personnalité de Saadeh au sein du parti (p. 139). Durant ces années universitaires militantes, Yusif Sayigh rencontre des personnalités marquantes de l’histoire arabe et palestinienne dont Michel Aflaq, fondateur du Baath. Suite à cette rencontre, Yusif Sayigh rédige un article intitulé « Arab Socialism » et se voit offrir à l’issue de ses études un travail d’enseignant en Irak. Son passage en Irak est bref et plutôt décevant ; il est enseignant d’algèbre et de géométrie à Tikrit dans une école pour garçons (chap. 7). De retour en Palestine, il devient gérant de l’hôtel de Tibériade, une période dorée où il fait la rencontre magique de la fameuse chanteuse syrienne Asmahan (chap. 8). En 1944, il est appelé à travailler à Jérusalem et est recruté par le Dr. ‘Izzat Tannous, le futur représentant du Haut Comité Arabe pour la Palestine auprès des Nations-Unies, pour gérer le Trésor National Arabe (chap. 9). Ces années marquent le début de l’engagement national palestinien de Sayigh qui lui vaut son arrestation de mai 1948 jusqu’au printemps 1949 par les troupes juives ; une arrestation qui survient après le départ des Britanniques, le début de la première guerre israélo-palestinienne et la Nakba (chap. 10). Ces souvenirs de son année d’emprisonnement évoquent un chapitre méconnu de l’histoire palestinienne, où les prisonniers de guerre sont internés dans des camps de fortune, vivant dans des conditions de vie déplorables avec des visites irrégulières de la Croix-Rouge internationale. À sa libération, Yusif Sayigh rejoint sa famille exilée au Liban (chap. 11), où sa mère Oum Yusif meurt deux ans après leur arrivée à Beyrouth.

6Les deux derniers chapitres (ch. 12 et 13) relatent son engagement auprès de l’OLP et sa déception progressive de la politique. Au-delà des conflits dont il est fait état, l’intérêt de ces derniers chapitres de la vie de Yusif Sayigh réside dans le récit de la mise en place d’abord du Centre de planification national palestinien (Markaz al-Takhtit) et ensuite de l’Agence pour le développement et l’économie pour la reconstruction palestinienne (PEDCAR). Ces deux institutions concrétisent la pensée et la vision de Yusif Sayigh quant à l’avenir de la Palestine et des Palestiniens. Sayigh a voulu, toute sa vie, étudier, analyser, poser les bases pour construire un État palestinien. Ces deux centres (surtout le premier) ont produit des documents inestimables sur la Palestine et son peuple, mais malheureusement ses recommandations, ses conseils pour une réflexion à long terme ne seront pas complètement écoutés et une fois les accords d’Oslo signés, Yusif Sayigh démissionnera de son poste, déçu de la politique, pour se consacrer à sa vie universitaire.

7Les mémoires de Yusif Sayigh renseignent autant sur la vie de cet intellectuel arabe que sur l’histoire en mouvement du Proche-Orient et de la Palestine. Le ton utilisé dans le texte reflète l’intimité du couple Sayigh ; les anecdotes sur la sexualité, sur l’amitié, sur les relations avec ses frères et sœur, racontent la vie d’un jeune homme qui passe d’un monde ancien à un monde nouveau, bouleversé par la modernité et le changement des paradigmes. Et bien que Rosemary n’apparaisse pas directement dans les mémoires (sauf dans la photographie de leur mariage), on sent sa présence tout le long du texte. Le regard de l’anthropologue est visible dans la description très détaillée des traditions, de la nourriture, des vêtements ou de la manière de vivre des habitants du Hauran, de Bassa, Sayda, Tikrit, Tibériade, Jérusalem ou Beyrouth. De manière très significative, sur les treize chapitres, seuls les deux derniers portent sur l’engagement politique de Yusif Sayigh auprès de l’OLP, déséquilibre dans la composition de l’ouvrage qui reflète une mémoire nostalgique de l’avant 1948, et amère de l’après. Les souvenirs consignés renvoient au mode de vie et d’engagement de toute une génération d’intellectuels humanistes, nationalistes, modernistes et révolutionnaires déçus de la politique des États arabes et de leurs chefs autoritaires. Et Rosemary Sayigh d’insister à ce titre sur le courage et le franc-parler de son mari, qu’elle cite à propos d’une réunion avec l’Autorité nationale palestinienne en 1994 et d’un débat avec Yasser Arafat : « I argue things out with Abu Ammar himself, or with even more important than Abu Ammar, I will never relinquish my right to argue » (p. 8).

Haut de page

Notes

1 Le Parti National Socialiste Syrien ou Parti Populaire Syrien est créé à Beyrouth en 1932 par Antoun Saadeh.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jihane Sfeir, « Rosemary Sayigh (Ed.), Yusif Sayigh Arab Economist, Palestinian Patriot, A fractured Life Story, AUC Press, Cairo, New York, 2015, 386 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], Lectures inédites, mis en ligne le 22 août 2016, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/remmm/9394

Haut de page

Auteur

Jihane Sfeir

Université Libre de Bruxelles. Faculté de Philosophie et de Sciences Sociales

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page