Navigation – Plan du site

Jean-Claude Garcin, Les Mille et Une Nuits et l’Histoire, Non Lieu, Paris, 2016, 204 pp. , ISBN : 978-2-35270-230-6

Monica Balda
p. vol. 143

Texte intégral

1Ce nouvel essai de Jean-Claude Garcin sur Les Mille et Une Nuits se situe dans la continuité de l’ouvrage que ce même auteur a publié en 2013 chez Sindbad, sous le titre Pour une relecture historique des Mille et Une Nuits. Essai sur l’édition de Bulâq. Dans ce volumineux ouvrage de 816 pages, ce spécialiste de l’histoire du monde musulman médiéval avait proposé une nouvelle vision de la façon dont les contes de ce célèbre recueil s’étaient structurés au fil du temps, en se basant sur l’analyse du texte arabe.

2Dans Les Mille et Une Nuits et l’Histoire, Jean-Claude Garcin reprend un nombre limité de contes (une trentaine seulement sont résumés et commentés), dans le but de retracer l’histoire de leur mise par écrit et d’identifier les transformations qu’ils ont subies, que ces dernières soient dues aux choix des éditeurs et/ou à l’incidence du contexte historique. Il entend ainsi proposer à l’historien de nouvelles pistes de lecture.

3Après une introduction dans laquelle l’auteur retrace l’histoire de l’édition de Bulaq (1835), la méthode utilisée par son éditeur, le cheikh ‘Abd al-Raḥmān al-Safatī al-Sharqāwī, l’ordre des contes et le public visé, Jean-Claude Garcin divise les récits qu’il entend étudier en huit catégories, auxquelles correspondent autant de chapitres. Un chapitre final, intitulé Les Mille et une Nuits et l’histoire, résume les conclusions auxquelles l’auteur est arrivé par l’examen de chaque « bloc » de contes.

4Organisés par ordre chronologique, les chapitres fournissent d’abord un résumé succinct de chaque conte, pour signaler ensuite les préoccupations majeures qui émergent de la structure narrative et les éléments du texte qui permettent de le situer historiquement et géographiquement.

5Une attention particulière est consacrée aux références intertextuelles, non seulement à l’intérieur des Nuits, où elles sont multiples et concernent aussi bien les personnages que les thèmes narratifs, mais aussi en rapport à d’autres genres littéraires, comme celui de la sīra (un genre arabe d’épopée chevaleresque). Jean-Claude Garcin souligne en effet l’importance de ce procédé littéraire, qui permet de maintenir « la continuité et la cohérence » entre les contes médiévaux et les contes modernes (p. 180), et garantit l’unité de l’ouvrage dont le processus d’élaboration a duré plusieurs siècles.

6Sans tomber dans le piège qui consisterait à assimiler l’ouvrage à son auteur, Jean-Claude Garcin formule également de multiples remarques au sujet de la personnalité des rédacteurs de chaque « couche » de contes. Cette analyse lui permet d’émettre des hypothèses quant à l’influence de la personnalité de chaque rédacteur sur le texte, en particulier de celui qu’il appelle le « Moraliste » du xve siècle. Sa volonté d’évoquer ou, au contraire, de faire abstraction du contexte historique dans lequel il vit, représente également un élément important de l’analyse.

7Le chapitre final, en discutant les procédés de création des contes et le statut de la fiction littéraire, fournit des clés pour l’interprétation historique des Nuits. On souligne en particulier comment la liberté de choix totale dont chaque rédacteur jouit lui permet « d’exprimer au mieux le sens qu’il donne aux événements » (p. 174) et de « construire plusieurs personnages à partir d’un seul acteur marquant de l’actualité, ou inversement de mêler les traits de plusieurs acteurs pour construire un seul personnage et lui inventer un destin propre » (p. 175). C’est ainsi que les Nuits fournissent à l’historien, des informations, non tant sur l’époque à laquelle les contes sont censés avoir eu lieu, mais plutôt sur l’image que ces époques reculées ont acquises dans les interprétations postérieures et sur les projections de l’histoire contemporaine que chaque rédacteur a, consciemment ou non, fait apparaître dans les contes.

8Enfin, l’essayiste aborde le thème de l’actualité des Nuits. La désaffection des lecteurs à l’égard de cet œuvre monumentale, sans doute moins lue aujourd’hui qu’elle ne l’était au xviiie siècle, l’interroge. La réponse à cette question est selon lui à chercher dans le fait que les Occidentaux qui voudraient s’initier à la culture orientale ont de nos jours à leur disposition des moyens plus rapides et probablement plus satisfaisants que la lecture des Nuits. Cependant, conclut-il, il est indubitable que le charme des Nuits demeure inchangé, que l’on en fasse une lecture d’historien avisé ou que l’on se limite à goûter au plaisir du récit.

9Cet essai atteint sans doute ce que nous considérons comme son principal objectif : inciter à la lecture de ce chef-d’œuvre de la littérature mondiale. On apprécie particulièrement sa langue claire et fluide, qui ne tombe jamais dans le jargon et qui le rend, de ce fait, abordable pour un public de non-spécialistes. Les arabisants regretteront néanmoins dans cet ouvrage l’absence d’une analyse plus approfondie des données linguistiques et littéraires arabes, vis-à-vis de laquelle l’auteur renvoie le lecteur à son étude de 2013.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Monica Balda, « Jean-Claude Garcin, Les Mille et Une Nuits et l’Histoire, Non Lieu, Paris, 2016, 204 pp. , ISBN : 978-2-35270-230-6 », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], Lectures inédites, mis en ligne le 21 septembre 2016, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/remmm/9502

Haut de page

Auteur

Monica Balda

Université Grenoble Alpes

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page