Navigation – Plan du site

HENRY Jean-Robert et VATIN Jean-Claude (dir.), Le temps de la coopération. Sciences sociales et décolonisation au Maghreb. En collaboration avec François SIINO. Karthala-IREMAM, Paris, 2012, 405 pages, un DVD (film de Sébastien Denis, Coopérations, 86 minutes)

Vincent Romani
p. vol 143

Texte intégral

1Comment écrire l’histoire de ce qui est énoncé et organisé, scientifiquement et politiquement, comme une parenthèse historique ? C’est le défi qu’entendent relever les auteurs du Temps de la coopération. Sciences sociales et décolonisation au Maghreb. L’ouvrage réunit 23 auteurs et une autrice qui, en autant de chapitres, tentent un retour à la fois individuel et collectif sur un quart de siècle de coopération française en Tunisie, au Maroc et en Algérie, entre 1955 et 1980. À l’exception des chapitres à vocation méthodologique et explicative de Sébastien Denis (concernant les modalités et effets du recueil et du montage vidéographique des récits de vie) et de François Siino (qui défriche quelques pistes d’analyse transversale du corpus de textes), les auteur(e)s sont donc également acteurs de l’objet qu’ils traitent.

2Selon l’introduction de Jean-Robert Henry, le projet repose sur la volonté d’anciens coopérants universitaires français de contribuer à écrire une histoire et un bilan de cette politique étatique à travers les souvenirs de quelques-un(e)s de ses acteurs et actrices. Le chiffre incertain est évoqué de 35 000 coopérant(e)s français(e)s qui se seraient succédé(e)s entre les indépendances marocaine et tunisienne (1956) et l’arabisation complète de l’enseignement universitaire en Algérie (1980). Il s’avère malheureusement impossible d’obtenir des données numériques plus précises afin d’évaluer la représentativité du corpus. L’ouvrage le montre en plein et en creux : la diversité des expériences de la coopération entre ces dates est énorme. Tout d’abord sur le plan des cohortes générationnelles concernées, ensuite sur le plan des statuts, mandats, métiers et disciplines ; enfin sur le plan des origines nationales des coopérants dont il ne s’agit ici que d’une part des Français(e)s et non pas des ressortissant(e)s d’autres pays convié(e)s à accompagner les États concernés vers un développement indépendant.

3Le dispositif de recherche est impressionnant et le livre n’en constitue qu’une part sinon qu’une étape. Il associe plusieurs entités académiques (IISMM à Paris, IREMAM et SATIS à Aix-en-Provence) ainsi que les Archives départementales des Bouches-du-Rhône et l’Association Mémoires Méditerranéennes. Empiriquement, le projet repose sur le recueil multimédia des témoignages des acteurs de la coopération en Afrique du Nord. Lancé en 2008, il donne lieu à un colloque en 2009 dont la majorité des participant(e)s contribuent au présent ouvrage. Parallèlement, le projet de recueil archivistique débuté en 2008 demeure ouvert. Le livre est vendu avec un DVD contenant un film de 86 minutes – Coopérations – réalisé par Sébastien Denis à partir des 80 heures d’entretiens réalisés avec 54 personnes jusqu’à présent.

4Outre la partie méthodologique et réflexive (Sébastien Denis, François Siino), le livre est organisé en quatre temps, selon un découpage la fois thématique et chronologique : la première partie traite de parcours disciplinaires, à la fois institutionnels et personnels aux débuts de la coopération ; les deux parties suivantes regroupent des chapitres traitant des référentiels principaux des indépendances et de la coopération : construction de l’État et développement. La quatrième partie regroupe des récits et essais relatifs à l’arabisation et aux réformes organisationnelles qui clôturent un « âge heureux » de la coopération. Les textes livrés sont d’un statut et d’une longueur (de trois à vingt-cinq pages) très différentes. Les uns revendiquent un caractère autobiographique et subjectif, d’autres, tels ceux de Jean-Claude Vatin et Aïssa Kadri, un caractère d’essai de synthèse historique. Certains revendiquent une subjectivité et une sensibilité très affleurantes lorsque d’autres entendent restituer des chronologies et une factualité au service de l’histoire de cette coopération. Les épistémologues le savent : les postures positivistes ne cachent pas moins la subjectivité, l’historicité évidentes d’auteur(e)s de chair et d’os lorsque les postures subjectivistes ne produisent pas moins de vibrants effets de connaissance et d’intelligibilité. Cette hétérogénéité sert son objet en constituant la richesse du livre. Par accumulation de touches diverses, à la fois informatives et autobiographiques, la mosaïque qui se dégage sert bien une sociologie historique, sensible, informelle et informée, des sciences sociales. Reste à savoir quel serait son objet ?

5Ceci renvoie au défi énoncé en exergue : de quoi les récits de coopération contés dans l’ouvrage font-ils et sont-ils l’histoire ? Outre les difficultés méthodologiques propres aux notions de cas particulier et de remontée en généralité face à un corpus et à sa construction évoquée par François Siino, mentionnons une double difficulté propre à l’historicité de l’objet « coopération franco-maghrébine postcoloniale ». D’une part, la coopération française en Afrique du Nord se prétendait temporaire par définition : après les colonisations, l’objectif assigné aux coopérants était bien de travailler à ne plus être utiles aux pays concernés, en leur léguant tous les savoirs et outils nécessaires à leur autonomie. D’autre part, et en particulier pour l’Algérie, cet objectif d’auto-effacement rencontra la dynamique de transformation profonde de l’université algérienne (massification et verrouillage politique) et d’arabisation de l’enseignement et de la société. L’expulsion de la langue et de la coopération françaises valent-ils expulsion du legs de la coopération ? C’est ici tout le statut historiographique du livre qui est en jeu et l’on se gardera bien de répondre plus que les auteur(e)s d’un ouvrage qui peut se lire aussi comme un testament scientifique et historique.

6Par rapport au projet d’évaluer cette histoire particulière de coopération franco-maghrébine, les auteurs procèdent à une quintuple sectorisation, qui opère comme focale à la fois réductrice et amplificatrice. Premièrement, l’essentiel des contributions traite de l’Algérie (seulement cinq portent sur le Maroc, et Jean-Philippe Bras relate également son expérience tunisienne) ; deuxièmement, les anciens coopérants qui écrivent dans le livre étaient tous enseignants en université hormis l’expérience de Chantal Bernard au ministère algérien du Travail : cela ne va pas sans « effet de classe » sociale qu’il eut été avantageux de plus analyser ; troisièmement, la majorité est redevable des sciences sociales et juridiques (hormis Salem Chaker et Paul Siblot, linguistes ; Jean-François Troin et Marc Côte, géographes) ; quatrièmement il s’agit uniquement d’hommes, hormis Chantal Bernard : cela ne va pas sans « effet de genre » qu’il est aujourd’hui devenu légitime d’interroger ; cinquièmement, la majorité des contributions sont le fait de coopérant(e)s, et non de coopéré(e)s. À la marge donc, figurent les textes de Majid Bouderbala, Salem Chaker, Ahmed Mahiou et Aïssa Kadri, écrivant ici à titre de témoins de la coopération, du côté autochtone, même si ces trois derniers ont ensuite achevé leurs carrières en France.

7Cependant, la distinction entre « coopérants » et « coopérés » ne va pas de soi et ce malaise taxinomique mérite analyse. Cette distinction contredit le discours même de la coopération, sinon son étymologie, qui prescrit une œuvre commune entendant en l’espèce réparer sinon effacer les stigmates et hiérarchies coloniales précédentes. Si la majorité des auteur(e)s se rejoignent pour valider cet objectif commun, ils-elles n’en sont pas moins conscient(e)s de ses impasses néocoloniales, sur le moment ainsi que dans leurs retours biographiques du présent ouvrage. La présence française dans l’appareil administratif, universitaire et éducatif après les indépendances est massive, autant du point de vue organisationnel que du point de vue des personnels. C’est au long de la décennie soixante-dix, avec l’arabisation et les réorganisations concomitantes à la massification de l’enseignement supérieur, que cette inertie coloniale s’éteint en apparence.

8Mais si l’on approfondit encore, certaines trajectoires rentrent mal dans une césure aussi nette entre coopérant(e)s et coopéré(e)s. Que penser du parcours de Paul Siblot, issu d’une famille de colons français militants en faveur de l’indépendance algérienne, qui étudie puis devient professeur à Alger avant de migrer ( ?) ou rentrer ( ?) en France ? À l’inverse, que penser du parcours d’Omar Carlier, bien plus jeune, qui s’installe près de 20 années en Algérie post-indépendante ? Enfin, que penser du parcours de Ahmed Mahiou, Algérien consacré par l’université française avant de présider aux destinées de la faculté de science politique et de droit d’Alger, puis de travailler à la réforme de l’université algérienne, et de revenir ( ?) travailler ou bien migrer ( ?) en France ? Ces exemples en faille témoignent des vicissitudes d’une colonisation française de l’Algérie spécifiquement longue et profonde.

9Il n’en reste pas moins vrai que la composition même du livre restitue cette asymétrie nette – la coopération racontée par les coopérant(e)s bien plus que par les coopéré(e)s – que reconnaît François Siino dans son chapitre. Cette asymétrie fait que le lecteur regrette que ne soit pas approfondie une hypothèse récurrente et troublante du livre : l’espace colonial et postcolonial comme terrain d’expérimentation politique, universitaire et scientifique pour des jeunes diplômés français affranchis des contraintes hexagonales. Quelques passages, par exemple sur la naissance scientifique de Pierre Bourdieu menant ses enquêtes sous escorte militaire en Algérie, ou bien sur les enjeux de l’enquête clandestine où le chercheur occulte son statut et sa mission (Jean Péneff) ne peuvent laisser indifférent et renvoient également aux relations entre savoirs et pouvoir ainsi qu’à l’éthique de la recherche.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vincent Romani, « HENRY Jean-Robert et VATIN Jean-Claude (dir.), Le temps de la coopération. Sciences sociales et décolonisation au Maghreb. En collaboration avec François SIINO. Karthala-IREMAM, Paris, 2012, 405 pages, un DVD (film de Sébastien Denis, Coopérations, 86 minutes) », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], Lectures inédites, mis en ligne le 03 février 2017, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/remmm/9537

Haut de page

Auteur

Vincent Romani

UQAM, département de science politique, romani.vincent@uqam.ca

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page