Navigation – Plan du site

SALAMEY Imad, The Government and Politics of Lebanon, Londres, Routledge, 2013

Pierre France
p. vol 143

Texte intégral

1Dans un marché déjà bien encombré de références, régulièrement remises à jour à l’image du classique de Georges Corm ou plus récemment de la somme de Fawaz Traboulsi (Corm, 2012 ; Traboulsi, 2012), une nouvelle génération d’auteurs tentent désormais de se faire leur place avec un ouvrage généraliste sur le Liban. Si l’étude du Liban est aujourd’hui largement délaissée au profit de celle de pays voisins, May Maalouf Monneau (Maalouf Monneau, 2015) ou bien Imad Salamey tentent de relever ce défi de la synthèse.

2Professeur associé à la Lebanese American University et consultant international, Imad Salamey propose ainsi avec The Government and Politics of Lebanon une porte d’entrée pour aborder le Liban. Un manuel de synthèse abordant à la fois l’histoire (chapitres 2-6) l’analyse institutionnelle et politique du Liban (chapitres 7-12), et dans une moindre mesure la place particulière que le pays a pu occuper dans les théories de science politique (chapitre 1). Le livre est caractérisé par une grande attention portée aux aspects juridiques et institutionnels d’une part, internationaux de l’autre (le chapitre 8 détaille les relations du Liban avec une série de pays, un par un) : un ancrage disciplinaire clair, dans la tradition de la science politique américaine. Pour Salamey, le système politique libanais se résume au final à trois caractéristiques : les nombreuses interventions internationales ; le jeu des élites politiques locales et des interventions étrangères sur les identités, qui poussent à mobiliser et polariser les confessions du pays ; le caractère statique et irréformable du système consociationnel et de l’État en général, qui a permis au Liban d’éviter les dictatures comme dans les pays voisins mais l’empêche aussi de se réformer (chapitre 1, p. 12).

  • 1 Autant de défauts qu’on serait tenté aussi d’attribuer à une absence visible d’effort éditorial, ta (...)

3Hélas, l’effort de synthèse d’informations se fait dans ce livre aux dépens d’un effort pour avancer une véritable thèse sur le pays, ou d’éviter certains clichés récurrents. D’emblée le premier chapitre propose une lecture très particulière, celle de la théorie « consociationnelle » d’Arendt Lijphardt et Antoine Messarra, c’est-à-dire un modèle particulier de démocratie sans fait majoritaire, adapté à des sociétés profondément divisées, qui se traduit au Liban par un partage réglé des postes politiques et administratifs selon les confessions. Non seulement le chapitre n’évoque jamais les nombreuses critiques dont cette théorie a pu faire l’objet (Amil, 1996), mais il ancre ainsi l’étude du Liban seulement dans la continuité de démocraties occidentales, comme la Suisse, sans jamais le resituer dans son contexte régional et le comparer à d’autres pays arabes. Le choix n’est pas anodin et tend d’emblée à faire du Liban un isolat, « unique à bien des égards » (préface, p. xiii). De même, l’approche en terme d’État « faible par nature » (p. 78) apparaît datée, dans un contexte où de nombreux travaux tendent à interroger plus finement la réalité historique et sociologique de l’État libanais (voir notamment la thèse de Jamil Moawad). Mais c’est là le reflet d’un livre qui s’appuie sur un nombre très limité de références, aspect très problématique pour un étudiant qui voudrait prolonger sa lecture puisqu’il ne renvoie que très rarement aux références académiques sur le pays, lui préférant de la littérature grise (rapports administratifs), mais plus souvent encore l’absence totale de référence, que ce soit sur certaines théories (la distinction entre parti de cadre et de masse, p. 119), ou sur certaines données chiffrées (dans les chapitres historiques). De même, les illustrations et les cartes sont elles aussi rarement sourcées, et proviennent de sources inattendues (un doctorat d’archéologie par exemple). Elles n’ont de plus aucune unité de style et s’avèrent parfois pixellisées1.

4Ensuite, si la partie historique et factuelle du livre apparaît de bonne facture, l’histoire du pays comme les événements récents (accord de Doha en 2008 par exemple) étant bien restitués, on est surpris par le peu de développements consacrés aux années 1990, certains événements marquants étant quasiment laissés de côté (l’extension du mandat du président Elias Hraoui en 1995 par exemple). La partie sur les institutions (troisième partie, chapitre 10 à 12) est aussi frappée des certaines limites : elle liste, de manière très froide et juridique, toutes les institutions publiques de manière exhaustive, mais en oubliant de rendre compte de la force ou de la faiblesse institutionnelle de chacune, voire en oubliant d’en citer certaines. Le CDR (conseil du développement et de la reconstruction) ou l’OMSAR (bureau chargé de la réforme administrative) ont pourtant une importance bien plus cruciale qu’une cour des comptes (par exemple) qui ne fonctionne plus en réalité. Mais l’on s’étonne surtout qu’aucun développement ne soit consacré à l’armée libanaise dans cette partie, alors même qu’elle a fait l’objet de plusieurs travaux académiques (Barak, 2009), et qu’elle apparaisse souvent dans le débat public ces dernières années.

5Au final, bien qu’il puisse fournir quelques éléments essentiels, ou une première lecture permettant de défricher le pays à des non-spécialistes ou des étudiants, The Government and Politics of Lebanon souffre d’un ancrage moins universitaire que très utilitaire. L’ancrage disciplinaire en science politique offre certes quelques développements spécifiques et assez précis sur le système de vote, ou sur la loi électorale (deuxième partie : « the Lebanese Political System »), mais globalement l’approche en terme de système politique se réfère à des théories qui apparaissent très datées (celles de Lijphardt notamment) et le livre souffre de la comparaison avec d’autres références bien plus complètes sur le pays.

Haut de page

Bibliographie

Amil Mahdi, 1996, L’État confessionnel, Paris, Éditions La Brèche.

Barak Oren, 2009, The Lebanese Army, New-York, SUNY Press.

Corm Georges, 2012, Le Liban contemporain, édition revue et augmentée, Paris, La Découverte.

Maalouf Monneau May, 2015, Le Liban de l’État inachevé à l’invention d’une nation, Paris, l’Harmattan.

Traboulsi Fawwaz, 2012, A History of Modern Lebanon, 2e édition, London : New York, Pluto Press.

Haut de page

Notes

1 Autant de défauts qu’on serait tenté aussi d’attribuer à une absence visible d’effort éditorial, tant les problèmes de forme sont nombreux dans le livre au prix pourtant conséquent

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre France, « SALAMEY Imad, The Government and Politics of Lebanon, Londres, Routledge, 2013 », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], Lectures inédites, mis en ligne le 03 février 2017, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/remmm/9540

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page