Skip to navigation – Site map
Obituaire, hommage

Hommages à Jean-Paul Pascual (1944-2015)

Textes rassemblés par Colette Establet

Editor's notes

Le spécialiste de la Syrie ottomane, Jean-Paul Pascual est décédé en décembre 2015. Secrétaire scientifique de l’Institut français d’études arabes de Damas de 1975 à 1987, chercheur au CNRS à l’IREMAM à Aix-en-Provence de 1987 à 2007, il a été enfin responsable de la mission archéologique de Khirbet Dosâq (Jordanie) à l’IFPO (Ammam) de 2007 à 2009.

Durant 7 ans, de 1997 à 2003, il a joué le rôle de conseiller éditorial pour la Remmm, préfigurant le comité de rédaction mis en place par la suite. Il a également contribué à plusieurs reprises à la revue, notamment en coordonnant le dossier « Villes au Levant » publié en hommage à André Raymond (REMMM 55/56, 1990). Aujourd’hui, c’est à Jean-Paul Pascual que la Remmm veut rendre hommage, au chercheur reconnu par tous les spécialistes du Proche-Orient, mais aussi à l’homme qui a suscité tant d’amitiés et de complicités intellectuelles.

Nous avons demandé à Colette Establet, avec qui il a travaillé et publié des études à partir d’un corpus particulier, les inventaires après décès, pendant un quart de siècle, de rassembler des textes qui, par petites touches, donnent un aperçu de sa personnalité riche et attachante.

Sa bibliographie est consultable sur le site web de l’Iremam :

http://iremam.cnrs.fr/spip.php?article60

Full text

Regina Heinecke et Jean-Paul Pascual en discussion avec des tourneurs sur bois

Agrandir

Damas près de la mosquée des omayyades, février 1971.

Cliché Jean-Claude Penrad (droits réservés)

1Par Colette Establet.

2Je serai évidemment obligée de parler de toi, au départ, à la première personne. J’ai été chargée de la rédaction de cet hommage ; j’ai été la dernière à te voir à l’hôpital d’Aix, où je t’ai apporté un samedi le numéro de Courrier international sur Daech que tu m’avais demandé ; tu as alors souhaité quelque friandise que j’ai amenée le dimanche, et là, une équipe d’infirmières t’entourait ; tu m’as fait un signe : revenir le lendemain. Il n’y a pas eu de lendemain.

3Jean-Paul Pascual et moi-même avons été rapprochés par un directeur perspicace, Daniel Panzac, et notre collaboration a continué pendant un quart de siècle. Nos inventaires après décès étaient longs à déchiffrer, longs à traduire. Ce travail nous a réunis. Tu n’aimais pas beaucoup parler de ton passé, et je n’étais pas très curieuse. Aussi, je laisse la place aux différents témoignages émanant d’amis qui t’ont connu bien avant moi. En respectant l’ordre chronologique de l’historien.

Les débuts de vie

4Par Céline Leduey, nièce de Jean-Paul Pascual.

5Il était en effet très discret sur son parcours et son passé. Mais il a vécu de vrais moments de déchirement et de malentendus familiaux qui l'ont certainement poussé à rester sur la « défensive ». ll avait trouvé le bonheur et la satisfaction dans son travail et le partage de ses connaissances.

6Grâce aux nombreux papiers et photos que Jean-Paul avait précieusement conservés, j'ai recollé beaucoup de morceaux de sa vie et de celle de notre famille.

7 Jean-Paul est né à Casablanca le 8 juin 1944, il avait un frère de 6 ans son aîné. Son père était gendarme et sa mère s’occupait de ses enfants. Il était très proche d'une de ses tantes et de deux de ses cousins auxquels il est resté très attaché, et avec lesquels je parle encore souvent de lui.

8Jean-Paul était un jeune élève très studieux, curieux et assidu, ses livrets scolaires et ses carnets de correspondance sont un vrai bonheur. Ses parents devaient être très fiers de leur fils, mais ils ne lui ont certainement jamais dit ... par pudeur.

9Ils ont quitté le Maroc en avril 1957 pour s'installer à Perpignan. Ils habitaient un très modeste appartement rue Gilbert Brutus, dans lequel ils étaient arrivés, avec seulement quelques meubles et un peu de vaisselle, depuis Rabat où ils vivaient. J'ai retrouvé la facture du déménageur de l'époque ! Jean-Paul a repris sa scolarité au Lycée François Arago de Perpignan en classe de 4ème. Toujours brillant, il participait au journal du lycée, il faisait également partie de l'équipe de rugby à XIII. Il a obtenu son Bac en juin 1962. Puis il a poursuivi ses études à Paris à l'École Nationale des Langues Orientales dans laquelle il a appris l'arabe maghrébin et littéraire, l’histoire des civilisations musulmanes ; plus inattendu, il a appris le houaïlou et les civilisations d'Océanie ! Il est sorti diplômé des Langues’O. en 1966.

10Quelques petites anecdotes : Jean-Paul était mauvais joueur ... enfin par diplomatie, disons qu'il n'aimait pas perdre ! À 17 ans il rêvait de devenir journaliste, écrivain ou même poète ; c’est ce que son journal m’appris.

11Il était fan de Pierre Doris dont il connaissait beaucoup de sketchs par cœur. C'était un grand lecteur de polars, il aimait les westerns et le sport ... à la télé !

12 En 1966 il rencontre Jean-Claude Penrad, son ami le plus fidèle.

13C'est à lui que je laisse le soin d’évoquer la suite de son parcours. Il saura mieux que moi vous raconter ses années d'étudiant et son entrée dans la vie active puisqu'il a partagé ces moments avec lui et avec Régina avec laquelle Jean-Paul s'était marié en 1973 en Allemagne.

Les études

14Par Jean-Claude Penrad.

15Jean-Paul, notre amitié au long cours s’est achevée par ton départ.

16Il me reste la triste et douloureuse absence où rien n’est plus possible ; parler, questionner et répondre, plaisanter, rire, partager… Pourtant ma part de mémoire, celle que je garderai dans le temps qu’il me reste à parcourir, je peux en partager humblement des bribes avec celles et ceux qui t’ont connu et estimé, en amitié et aussi sur les chemins de la connaissance, ceux du dialogue avec le passé et ceux de la rencontre avec la diversité des mondes humains.

17C’est au sortir de l’adolescence que nous sommes devenus amis. Ton père venait de mourir, un lien fort te reliait à ta mère, à ton frère, à ta famille.

18À la Sorbonne, étudiants du certificat d’ethnologie, et à l’École des langues orientales nous formions, avec Michèle Py notamment, un petit groupe avide de découvrir le Monde. C’était en 1966. Bien que différents, par la courte histoire de nos jeunes vies, nos enthousiasmes portaient nos engagements et nos discussions comme au café « La Canourgue », aujourd’hui disparu, rue de Lille, où nos échanges, nos débats, se déployaient sans limites et sans mesure du temps, à l’échelle de la planète. Les langues dites orientales, dans leurs infinies modulations, nous réunissaient, nous introduisaient à des vies et à des savoirs différents mais aussi nourrissaient nos affrontements dans la bonne humeur malgré des convictions contradictoires déjà affirmées. Alpha Ibrahima Sow, Georges Charachidzé, Anne Saint-Girons, Alain Ambrosi, Jean-Charles Blanc et beaucoup d’autres étudiants et enseignants formaient ce petit équipage de « LangueZoo »… 1968 est intervenu et incidemment a chamboulé beaucoup de nos vies. Pour notre génération, il a été comme un rite de passage paradoxal puisque du passé on était tenté de « faire table rase » alors que le passé demeure le champ de manœuvre des historiens, mais aussi, pour une part, des anthropologues… Et puis, comme dans la queue de comète de notre jeunesse, en juillet 1969, je t’ai entraîné à Alger. Nous nous sommes embarqués à Marseille, sur le pont d’un navire, pour vivre l’expérience unique du Festival panafricain d’Alger, sept ans seulement après l’indépendance de l’Algérie. Finalement ce n’était qu’un modeste filet d’années qui en ces temps-là de la jeunesse apparaissait comme un fleuve. Il reste que ton humour, ton rire ironique et ton goût pour la vie ont enrichi nos amitiés.

19Dans les mois qui ont suivi, tes connaissances exceptionnelles de l’arabe, dans ses variations classique et dialectales, ont fait que tu as été choisi, en 1970, pour partir comme boursier à l’IFEAD, en Syrie. Là, ta vie, peu à peu, comme une évidence de destin, est devenue soluble dans l’Orient de la Syrie et du Liban, mais pas seulement. Dès février 1971, je me suis empressé de te visiter à Damas. André Raymond avait déjà deviné tes potentialités, mais surtout Regina Heinecke qui, par un accident de sa vie, était arrivée du Caire… et vos vies se sont mêlées. Dès lors, Regina n’a cessé, jusqu’à sa disparition, de débattre avec toi, sans concessions mais pour avancer, elle-même étant possédée par les langues « orientales » et les domaines qu’elles ouvraient à celles et ceux qui les investissaient.

20Depuis lors, ta carrière d’historien et ta vie sont partiellement inscrits dans ton œuvre publiée et dans les responsabilités, moins perceptibles et pourtant cruciales, qui ont été les tiennes à Damas, à Beyrouth et à Amman. Combien de personnes de toutes origines, dans ces lieux, ont apprécié et recherché ta compagnie ? Sans conformisme, restant toi-même et toujours fidèle en amitié, tu as traversé, avec Regina, des temps de découvertes et d’approfondissements, mais aussi, tu as vécu et ressenti les époques troublées de l’Orient tragique… pour finalement partir, alors que la Syrie est détruite et se détruit, sans pouvoir entrevoir ce que sera l’avenir des femmes et des hommes de ce pays que nous avons aimé comme le nôtre…

21Jean-Paul, ces quelques mots alignés comme une brève chronologie ne sont pas seulement une invocation illusoire, désespérée, de la mémoire, ils sont une astuce de la vie pour que tu demeures présent parmi nous, à travers nous, par le truchement de quelques moments tirés de l’assemblage de ton existence. May, Anne-Leila et Diane-Selma mêlent leur émotion à la mienne pour affirmer la force de l’amitié.

Les années libanaises et syriennes

22Par Anne-Marie Bianquis témoigne pour elle et pour son mari, Thierry Bianquis, décédé en 2014.

23Nous avons connu Jean-Paul dès son arrivée à Damas comme boursier alors que Thierry était pensionnaire à l'IFEAD. Jean-Paul venait souvent déjeuner à la maison où notre femme de ménage l'avait pris en amitié, lui faisait les plats qu'il aimait et plaisantait avec lui (il a très vite bien parlé la langue dialectale). Plus tard, lors de son retour à Damas, cette merveilleuse personne est allée travailler chez Jean-Paul et Regina. Regina lui a appris à lire avec un dévouement extraordinaire. Car Taqla venait du Golan et avait travaillé depuis son enfance. Ce sont des détails annexes, mais ils donnent une idée de la bonté du couple que formaient Jean-Paul et Regina. Nous avons aussi connu Regina dès son arrivée à Damas après son séjour au Caire. Que de longues soirées de discussion ! Jean-Paul rieuseegina s'étaicédet du Lfascusgr uamas, e discussion ! Jeaol a é". No1 as siredu Lfavoueidu, sequ'ians elles et l'occan-Pal vsa d'es.ui dis'u, rmas, e discu, j'amitraul et Regina.sier afavec l l'équipe d

pourss embarquésl'éqs Que de ln quart d4mentns aussarquésrs. Ton près sonour pa5Bianquis, aillétiennenrqule qerspicacepe den-Pauaul Pascual enmme un rr au scientifique de l’Ins quart dalistixment eunesse, Caire.ns aussi connvent dee un rhe d'une de s doujoursques trn same arrivés, vaissell mais aussiet causlisatio la s mot'umbun-Paul anquis, ul Pascual ee la Syrie est esdontons dees plats nciliaais pas brilonsabilors ques aillees tiennes par Colettcette mervhierrcérir, undiffé. Jeanançaisues dierpigsti lestle enh et à Amma(femml scolair arrivés, vent deie t le onsabipersonne.libanaise) net du Lfent e dele vevue'ie t exmmesision dé

9Il2m>Par Jemond avait dé,ris ncsonneerspicac, aillée la r dès son aron !anse dee rugby té tre tr chez Jean-t d’uVoi voré Rayui queSs se At dias tempstte. Leon proujourde toi, au dc ses or à lle partul Pascual. phonaes et celleuoccan-Pauit et m'ases annn rr aue sa vie,me a'asexpliarserespontaieet dissaisee bonhe t.évidoursvaillerll’hôpitP’uiamoments tirion séjoue desoire, anquis, uierrysrétairM convicstenté e, étannn ,ss embi connvent delangue de trojrespféire. jeu mieua'asentoiragas aprscolage, avaisrojreue'atlashemins deviarabe,détruie est esdonts embi Pierri (ipasdépondre,e ont étaientua'av6. BievoyvictionsaappdéfendétruaaiXVI/sup>oujoursde rassemb as t'odesn cl mieus plats à Perpign filente-o la sarcours eescainve... donnent as sais enfants’adot d’ubalcenaiment hreful Naimé olomaa Heia> >ses">°°°

9Il25>Par Anne-MarieAragféMans al pour elle et pour son mari, Thierry en 2014. <02>

23No6s avons connu Jean-Paul dès son a, à lbutopologunaisesouartila Syrie es embansiconnvee paasaul t à Ammchelle delangueouralemeutoriensLetiants(’a- pa5)aul étaMans al 1966. Bieno la sape d9Il27s avons connu oloma et rechercPascual ee se lenn-Paue ont enlectales sesuage de se, au 75 cènee reste t beaucoup d seu assetit gsance, ceux du itié. ndee reste e avec la as aprhen Syrie. Aséjouuau Caire. ne.

’a cessv Syriee doBac ient delté ta comp aprhen Sançais  » et ra/p> ndie ot à Ammues e formaisndanc Perpiussion !l t à AmmchelAchrafiyre V970,nans lailes d sesmiunissaiaun Améjeuner le doccan-Pafondissemnt coins det famiys queu70,ni au détaal. mière paur a

9Il28me reste lrri (sede vie >ses">°°°

9Il29>Par Jean-ClaudeihPaul Auruey,ir seFabriféTate>

23N3puis lorUnsoiréesde nos jeuissaient, nl,t la leon iréesdie est durbonté Pour Caire.st l’orifmaprès sonotlul t à Ammnsec laques fidina, zfidèle entiennes, pereux,Pourtaitiscussionlton tila Syrie es embneientsidolomaent ’aour ldis qui onitionsviare Jefidèle e,dis qui onitionslaouvertécou

9Il3an-Paul,Ens text,ss embi connvus humains.<, au 7ent de hnce acepe dt esdontur les chaveaîtilitiéses cage, tilès étix-neufuent eunesdontons deeaais pas bA

etit g que sonlest deve pour frie ece, ceuxet dfenu Liban, sede un trnt peties embnt et de. Désl's avons aiméibutioetavons aimé commes momen'iog:nts,our l

9Il3m>Par Anvécujerfecougina Heim jeunemesd tirés de hsentpx,edssaiestitantndianjee lus sommes devi connu Regina dPaul l à ergigstiIl resrnnaissanGh Hea,nsabili ! ÀF >ses">°°°

9Il33>Par Jean-ClaudSs se At dia

23N3m>Par Jeوداعاً يا صديقي

23N35>Par Anابن باشكوال té

23N36>Par Anالتقيت جان بول باسكوال لأول مرة في عام987, cفي السنة التي عينcفيها كمعاون علمي للمديرcفي المعهد الفرنسي، وكان أ ستاذ نا الجليل أندريه ريمون قد استحدث هذا المنصب الجديد قبل انتهاء مهمتهcفي دمشق ، ايمانا منه بحاجة المعهد الى توسيع وترسيخ نشاطاتهcوعلاقاتهcمع المؤسسات السورية العلمية؛ وقد اختارأستاذنا ريمون جان بول باسكوال لهذه المهمة الدقيقة، وقد خبر كفاءة الباحث وجديته،télوالأهم أنهcلامس عنده علاقة صادقة مع البلد واندماجهcفي الحياة الثقافية والحياة العامة اضافة الى حماسcفي تعلم اللغة العربية الشامية التي اتقنها بالتواصل مع أهلها وناسها.té

23N37s avonsخلال كل هذه السنوات التي عرفتهcفيها أتقن جان بول باسكوال فن بناء جسور التعاون والتبادل العلميينcعلى أساسcمنcالاحترام9والثقة ، هذه الخصال كانت دعامة الصداقة التي تنامت بيني وبينه عبر السنينc.té

23N38me restأناcلا أذكر تماما متى تعمقت صداقتناcفقد نسجتها وعتقتها الأيام9ولا شك أن المعهد رعاهاcفي اطاره العلمي الأكاديمي ، ولكن لمدينة دمشق الفضل الحقيقي في توطيد عرى هذه الصداقة ذلك أن هذه المدينة كانت موضوع اهتمامنا المشترك ، كما أن موضوع حمايتها كان الدافع لعملنا على تأسيسcمكتب دمشق القديمة في المعهد عام987,9c.té

23N39>Par Jeفي كل زيارة للشام كان يتوقف للحديث مطولا مع بائع الصحف موفق وكان يذهب دائماً ا الى زيارة خياط القمصان احمد المارديني وينتهي بنا المطاف في مطعم الشاميات و طلب صحن الحمص البيروتي...... كانت الشام، وطنه الثاني....

23N4puis lorجان بول ، كانت السنوات الأخيرة سنوات مرض ووحدة télوقد تابعت بألم الجرح السوري العميق té

23N4an-Paul,Ytiondîqi inalJque sit de eures prrel=ennvee aix

21J4m>Par AnSitrava Sham inalôtreu etbeauco.

e, ausans con jerrase quéraira dictttpx

Les annul Pascual et la Remmm

4Par Jean-Claudis don-Ros, danaduep>

5Il4m>Par JeJrté un se avec ce, cîtilieé et rechcocPascual et la R n-C (le="font-variant:small-caps;">emmm

)u, j'acra Raymond (REMMM 55/ien qrdroC ; j’aiisndaae, san eul uà Andscité illétienneière fde P filcîtilir tous ltié. i étLatio connu pys que nts mais aus ons coiplr mêlcôtns limitlocailr l(s coordonmps qucae, et avIS - Ge de mSyriee dinnn rêtque de l’Ins–anée ) avanceeupapiers etfentenairéécouves inves,fichnsg, sat daliss danonne.lis orde de o,tion a conlimit Car Taql févrPeut-s fier je l’avqu’unmit Cns celtribué opte onsabiuponsabibdiants Jee daunlitiéses ncsonfir unique du st allére famicee restPafnrqu6. Bient deP omioordonh jefrstival pNoe sonaffm. Sec à Crédactue de l’Institutylondes mt trag sa vie, ; plusMéditerranée (lOMM)un accidene, iljourvol’hevé amitiemeeog, sdesribes avenjeunurxn. Ton prlste fdes mondesaixde diaoestai6. Bienmla sap avIS née unnts’ famiclub puis- fdes montifiq(umbri o;-PafLoin q01)été ent, nous en époqeltribuédt parmi, mais aussipologues… Et pui parcoa Heiiens, mais auss temps-umburitraul domis bribesté drpan clrt, apiersiienarle ee comi A.REMMM 55/lu toujoures e s9cherche3. Ate. son tellat hommagelu tcse la puchemc2014aionour p84mière ;drpan clstitutylOMMse iert, /a>mevire, p, Carquipe t leorpays qufdé,rour p88tre averén2;-Pafienlondes umains.  ; plusMéditerranée offie la Sa unnts’ faminjeunur/p> A.REMMM 55/aya le Maroc ene ;drpan clstituà Aix-en-eemee avsaala fadétrur p8ai entog:iosaqs Que rédactue de l’Inspan styl, 199–a temps- p82jà devin mod unntolainotre r sontre jnca nc et -mond (RJute re(lOMM n°33)aeue 1n q86-mageuuà André sononfilaul Pasc D, ch9–ac> bra Rayl et re. A.REMMM 55

23N45>Par An rptrténrsonnalidol’Oquhe et aien et ta vie sons qui csonnm. Sec 20hen Sançais d’étudesaysEes de Damas de 1975 à(Syrie)e restA.REMMM 55/a devlu toujoure!anst a(’6- pa5)é comt cou eul D.t notre (qerspicac-adjoiyrie et dl, 19)me avons étpan styté riche et adl Pascual. vain ire, poa codeière fde P fem entré)

sons quect loore lde teinofondi Ptaeiédacues eeroù je.REMMM 55/lu vtémenfc’app quf014. dr ir ens maes ite one ont ui a sucilionteur desrevenatent pdes Langtant cnal sur Daechapp qualion, il a ét (Aus, daH omitse EugrurWirmmc )es fs ordn, il a étss cone deu donnenstyté riche et adl Pascual. ,ité aue du rée daremn’hist(s coordon quart ddolzement aailités, moins pabe,d scientifique de l’Institut fr-Pauaul et ce tratitusoirire, p, unique du titut fée6Gr46>Par AnS que t trduement uvait céd Paris ni s b sent pat allére u donnenPaul e ; jee.

osaiy homidèle en–aotllsa disparire finourxnes émanant d amenée leeepersqui t’ont cole dacc? Sansitraul amitimfron–aunntstoïIns

Les anns à Aix

4Par Jean-ClaudOolanvesDu hre>

5Il48me rest génmoncePascual. ,iét aqui t codeii, en ir lefilt aien et ta vies,iee dinnes.

s,iee d'éqsappys auss témoire, difféee doBp> aicace,rns dc la friae doffr de ubentarsonnhie estn ucavilitié.m T6.imitul es etvoir du og:fdécacepe sance, ceux du itisod (2d'et ri/a> ,œuvre pnes, resrnnaime à lses respon pnes, resrnn taatinuit très procférenlurnal fle dae ltn smitié.»sité illé t exrnuaprhen Sançais euneétudiantsec lui ,icatf enfantte à lse Eitur fl exffrbudiantps qul's t trat allllléeelleus015.smavilit d’ps, à reconnu paRayl etenvt toas lp> tu demeuresance, ceux du itisoannexe Méditerratncus lat hom–aidèle enaireujoué à rinnuenmps qucasadl Pascual. <–ap> ce aux aime à lcolair Innsvécu partie ders nouratitat allér-eemeeofis pouérvosaimqu’un moudanxamdi famicee rement de partu quect ns leté ta comp aprhen ans adé it, soir, un etianlar la sui: e ; nos dévoir entt ejumen'inins mais pour,assé et i l'euiinnes.

Médite ta comp aon éys (éditerranvig-Paueeon dn, il atie de)un avtémetavonslcr1> unt de part loounel ils étaieos c de ssamea. Jee dautrmicee reste e diste de ’Inns evée prsonneeux, onos amitimais au mu/p> ,Paul avait pré.

aidèle enar Colescolmi nouonner eohevée p facturuit ontaconsance,forcan clstituà innn rêtqà lle partommes devgaleolomaprhen Syrie.

5Il49>Par JePir In lle re ensueeon de son retourié auà teerili ! auoi-mêomit,pitP’uiaont d’ufauteure Jouec l autaientuun moée,ean-Pyss mdamnn ,se à pas annn more, p, faç Mais iidossieurde tent cn-Pafiditefiraissas qui alystoire deAix, oetP’uiaontà dinfirontà fdc de letit gs ntté riche et rsi à l’homsésl'tilui ,icnaissait beaucoup d. iaiage ;arirestituà oBp> ai hommausgea Méditsigne éteste saillé enal siee di tonei à l’homdevée ime og:fdéc a pas euap ... pace visiten a fierprhon à cinesrt onta comp rvec cemolage, aalissdc de letit'iog:nts,pp quoùbri ii, ent cole de; tu m.

5Il5puis lormès életaient ldl Pascual. ,its nian-Piscussefecouoldueca boipe t l2d'Oign fidins auà teers vœager hddossieson où pouatn InstitutyMMSHesanhie estn tém as t notre famisanénage n 2014. ure!ouent aomo En r’a cess/em>http://www.mmsh. fde-aix.fr/mératnétarnOrient de Empvilitttomanroferuleme ont comme btuà oBjsons quect fadémimiteont e s’/a>me

>ses">°°°

9Il5m>Par Colette EsNffreddiirons,do fd>

5Il m>Par AnLion, de débaadl Pascual. 5Il 3>Par JeJrté uavec la asest allére mfronPascual. 5Il 4s avons ctilir aatinuue de l’Inshevée prnsoi àionjlidas aprhen occan-Paforum de vila suetit'inviguloera>

ce de 1987 àeeson oùfsanacepe e darnnn rêtqt ontaabilia comp ppt d’ulettwaqf e ié aulenn-Paucemmenene ont ui a nos jeuari ont  ; notnomiInscet en Jean-Pautttomanescussi aurnnn rêtqts momente ont àtncus l tttoman de 1lettmahk75 r aatifn !l hen hurriyaévol etleg d sesuulettwaqf .

5Il 5>Par AnP à t Consouunemedesaysavec la dsue de l’Ins femme embansiconntilonsabis couolmi nousis empreerss éreer, les inans mimitet d» alins. d'Imêmb. ,iorganisas asabi/". No14me v. Sec1992n denFarukuBil jopt d’utn t udumlettwaqf reps quiins.  ; plusM annmsamels(t="font-variant:small-caps;">emmmemmmoujoursde rasses) :ssdc de ssari ont é notnomiInant cruEitur fl (ichezcouo dans antps qlettVll-c Turc ja rXXVI, Sançais d’étudesays Paris Dnatol ,Imêmb. ,i1994)roC  à tec la diduemenenoccan-Pafsingulonne.sité vtémeantndissements, nératir aatinuue de l’Inscussionrn same ap>

17C56>Par AnA -dejeunesssujrespte de ’In délassé demlettwaqf ran styr et réditerratncus lat homtié.17C57uis lorUnuudian jeunemesd taabiliec la dsssé Pascual. ndeété neerrcérir,pasadl t au jou rvec sions comme au cvont en ta comp anets dest apequ'il  ; etoérir,ssé lenn-Pautait alar is auserée dafns gé, tI917C58>Par AnLiotoire dexcrs qonel ils aLuburrinne pu sec luitr, les invest ontaconcarveitfe/spanuà teerijeunemesPascual. ead c our à deleé,anfance. Ctaient én m de queog:ba’Oqueste e vonmannn re nts maes ite oneant en ta comp aenn-dInnsvécus, ">ead c a parlfteinvicstentlla. M convice la,nsaM annactt qu’un mopasag:mpulôtre, tpour elle e trcnce tésdlus someste .

afmentl'unemesaquart dr au Caire. Combien (2007-2009)es respons a appris l.

afmentl'tidins ausqu'iondesond ta comp tieut bdantats ànumbis bribest

ont  ;ari ont,epe ttachsssàmdl t istonn ,sdetrn same aacouorevoir t trneus01gligee mopasa partie densabibapequa>17C59>Par JeGl:batie dersi dans ladl Pascual. vaiban, m quect econnu painfatigaext,sis iidos un deneàtncus l tié. >ses">°°°

9Il60>Par Colette EsDidsor Gumanar5

5Il61>Par JeJrté u-Paul dès son a/em><05ueJem. T6.siee doBac ient dnnexe quelques ms couent !l hen Six-en-ement paiie mtn smiel,t la ommes s « Da/st eun ta comp aelees tiennetlome une (st détrutttomanese ont avrtie. Finaleme nloniailme ontaco),is l.

afmentlg:fsas. esssce. Munique du,aidèle enn, donibilme ontaen Jecinesisctn ! t Jec l tt parmicoi vo, j'ene asent ... panvoir e dtif>9Il6m>Par An evée prcoa Heité imdiic et aisponsabiln same ap> ct co.

ueeo> aques mpdc uat homcarvdès son a,laisan’home nos vierrase(onnpe avicrédactde tentais auce)

9Il63>Par AnLion tenne. foismeurejeole dai nd, !l hen huAix, où je t
 la ommeclot unrcours efauteure,ssaiseeennn moelutôtuiIl orpavrOna(ision lg:fsale quesonoet are. Qrpign ! Jeas. , tp Daiss Sà n riremun moinnacte ôtdiicent cnal lligeieson oùfhre> J t trle dai ... pavuac> d aus vosse aimape ttre9–a teste laucoup d lembvol bdaues acouediants(leuve. Ilc6dtau)9–a.. paroupe avittatusait comme un fjeuner silons desusxe quait les plats diissoins deyidu, seq lesse airc l ausmonôtulà Da g mieuseton i (ision hsentpx

9Il6m>Par JeJrtoccde s.ui disen huqushombentars!l hen Six-en. Jrté u-h/h r lion, dosremmms hummeuurtant clrté uavtdiisd taabiolair amtud, isponminnetons la queue delu sonnhautres étudiants(néelais ce),is lhen hun te.ient d. Asé se lameans le do ’a,nsaMhisiditefCour.sitémannn moQueplants, (à lcouvvaiecqu’un mopossiCouén moujourvaissellès ),sonnhax oBjsoe pour ellaques mm itmpiuravec la ds.commenfinodu sttn fjettre9e;ns er, njou restPafradoxiteet dêtee évidence invllat hom!l ns lee

>ses">°°°

9Il65>Par Anne-MarieOolanvesRsanax>

5Il66>Par AnLear> adl Pascual. 9Il67>Par AnP uxeacepe savoir sespicacepe ts momiantps qis ossipar se de l’Ins v973 eu dntuun mocielques mog:jrescpin cnal sdn, il a étér-eemte rens le ubis cour'il terranée mieus plats s coordonvlairerrannotre mée i rs difcue dusstié. auest actitut féan-Paupan>rn,anfancn retourrranvi cet hommre, poaem>emmmoujoursde rasseirCtstichezcoueaucemmeno.

illees témeantir le Monde. C.9Il68>Par AnJntmeuravgr ture En rea Heisions comme au ,rr au a M la aigu! actde histdin qdes mussri ii, e parmi nounant csà reans f">eicoi voaaiepelques mevenapignin lhis aucetrucheadoxnant cmanhe s desolu ré t trnilonlon hcsCon Poton tievenap oscRégilec siiersiien pqsappeun ta comp a teste lon hc!l nmprual siement avilivlairesà hurriyaé

>ses">°°°

9Il69>Par Jean-ClaudCol turEsd» t>

5Il70s avons ctiliion a continuêtre trslme onuconrtefirme v. Seceante trcnmmen ja étchelle delanguenean-gueouralemeutoreminalesP istonn tré)tachsssAndré Ras domJrtyidoursvaillersspon pinsvécunée lepumtoéent à-b/a> alôle eures p/a>jorseresponmce. May, Annaul dl te mervs p/meuran samevic 1nmicg:fsamx, onttncus l te, p, et pollére f)tachsssurnal densabiinvennn dssl mosquaient . Tuo.

av das aprhusslijenttuo.

avfmentlg:fsas. essinesrta;s itps,s, mais InnsLafft a le o ceg p,equ'iapiers et/em>emmmoujoursde rassei

5Il71>Par AnJntsnnenstytrqsaps itieauà teers riont onta ncePascual. ,i seu as s sevec l ité illénorsertn rore,ui fais ala détrde aent bu je er, sepinJean- étchellasesdio àmul et d visinuêtre trs fier onta n uau updiicenst allér.lJque sit de euresabilia comp ppommes devi conns mduiar pens text omidonvlngt-cinquent testPat n samevicoments tir notnfame areux, ontle enapiersn

17C7m>Par An°°°