Navigation – Plan du site
Lectures en relation avec le dossier thématique

EZZERELLI Kaïs, Diplomatie occidentale et dissidence arabe. La France coloniale et le mouvement arabiste en Syrie ottomane (1912-1914), Tunis, Dar al-Wasla, 2014

Julie d’Andurain
p. Vol 141, Seconde partie, Lectures

Texte intégral

1Le dernier ouvrage de Kaïs Ezzerelli, publié par la toute jeune maison d’édition Dar Al-Wasla à Tunis, porte sur la diplomatie occidentale, et plus particulièrement française, face au mouvement arabiste en Syrie ottomane juste avant la Grande Guerre. C’est un travail sérieux, minutieux et de ce fait tout à fait précieux. À partir de travaux scientifiques précédents et d’archives issues du fonds « Nouvelle Série » Turquie du ministère français des Affaires étrangères, l’auteur présente la série des discussions qui ont eu lieu entre les diplomates et les élites politiques arabes du mouvement arabiste syrien entre 1912 et 1914. La période étudiée apparaît donc a priori bien courte. Elle est pourtant, comme le montre bien l’auteur, essentielle, très dense et surtout parfaitement emblématique de la difficulté à établir un rapport diplomatique entre une puissance et un programme nationaliste juste avant l’entrée en guerre en 1914.

2Pour administrer la preuve de son raisonnement, Kaïs Ezzerelli présente d’abord l’éveil de la question syrienne au sein de la diplomatie française. Il montre bien que les intérêts français en Syrie apparaissent comme menacés déjà avant la Grande Guerre, menace qui est matérialisée par la déclaration de Raymond Poincaré au Sénat en décembre 1912. On ne saisit cependant pas très bien pourquoi l’auteur utilise le vocable de « réveil » car l’affaire reste présentée comme un point de départ alors même qu’une résonnance avec la présence française en Syrie en 1860 n’est pas abordée. Néanmoins, c’est là un point de détail d’ordre sémantique qui ne remet pas en cause le fond du travail dont la partie la plus intéressante réside très certainement dans l’analyse des courriers diplomatiques envoyés vers Paris.

3Ces notes et dépêches diplomatiques permettent de saisir comment est abordée, depuis Paris, la « question de Syrie » sur fond d’essor du mouvement arabiste syrien. Et c’est sans aucun doute dans la façon de mettre en avant les différences d’approches entre l’ambassadeur en poste à Constantinople, Maurice Bompard, et les consuls – Fernand Couget à Beyrouth, Paul Ottavi à Damas, Albert Defrance au Caire - au plus près du mouvement arabiste syrien, que se trouve l’originalité du travail de Kaïs Ezzerelli. Il montre en effet très bien comment les diplomates français sont durant une première période - décembre 1912 à juin 1913 - tout à fait à l’écoute du mouvement arabiste syrien. Mais face aux développements politiques pris par le mouvement arabiste en Syrie à partir du printemps 1913, et sur fond de négociations économiques avec la Sublime Porte, une certaine forme de Realpolitik reprend rapidement ses droits, imposant à l’ambassadeur Maurice Bompard une prudence qui n’est pas toujours partagée par les consuls. Ainsi, quand ces réformistes arabes organisent le congrès arabe syrien à Paris de juin 1913 – congrès fort bien présenté -, leurs demandes de réformes ne sont que modérément soutenues par la France.

4Cette différence d’approche est tour à tour présentée comme ambiguë ou comme le reflet d’une attitude de précaution. Kaïs Ezzerelli qui est un bon historien ne fait pas l’erreur de voir là une attitude complotiste entre une ligne dite « généraliste » et une ligne « syrianiste », mais on perçoit bien sa sympathie pour les revendications du mouvement arabiste syrien, mouvement qui est progressivement abandonné à ses difficultés par une diplomatie française soucieuse de maintenir les équilibres traditionnels. L’auteur met très bien en avant les réflexions politiques et les divisions de la Syrie des années 1908-1912, divisions à la fois religieuses mais également liées aux tensions entre les villes littorales tournées vers le commerce et les villes de l’intérieur qui génèrent à l’évidence une dualité au sein du mouvement arabe, mais également les nécessités diplomatiques du temps, celles qui imposent à la France de devoir négocier avec la seule puissance reconnue internationalement : l’Empire ottoman. L’arrière plan économique des négociations des zones d’actions économiques étudiées autrefois par Jacques Thobie est particulièrement clair. Dès lors, le soutien diplomatique de la France à des représentants syriens dont on ne sait évaluer leur avenir ne peut être que ténu, discret. Il s’agit bien évidemment de s’en tenir au discours du maintien de l’intégrité de l’Empire ottoman tout en cherchant à obtenir des gages en Syrie. Vouloir voir là une attitude ambiguë est une affaire de sensibilité et de point de vue, mais on peut tout aussi bien envisager la diplomatie comme un art du possible qui doit, nécessairement, hiérarchiser ses priorités, lesquelles sont fort bien matérialisées par les différences d’approches entre l’ambassadeur et les consuls.

5Le petit ouvrage de Kais Ezzerelli, soutenu par une bibliographie à la fois française et arabe et une petite chronologie précieuse, constitue donc un apport important et nuancé à la connaissance du mouvement arabe syrien des années qui précèdent la guerre, à ses problématiques initiales et à ses limites qui sont aussi celles des tensions internes au monde arabe. Quoique très dense et informé aux meilleures sources, nous avons été surprise du recours au mot ‘Département’ (p. 113, p. 143) pour désigner le ministère des Affaires étrangères français, alors que ce vocable semble plutôt être un anglicisme. Y-a-t-il donc dans la correspondance entre la diplomatie française et les élites arabes syriennes - déjà - un intervenant britannique qui impose finalement un nouveau vocable ? Plus fondamentalement, nous nous sommes demandée tout au long de cette lecture si le discours de Poincaré de décembre 1912 peut être encore aujourd’hui regardé véritablement comme le point de départ d’une « question de Syrie », car à lire le discours parlementaire in extenso, Raymond Poincaré envisage la Syrie comme un aspect mineur de sa politique extérieure. En outre, en dehors de ce court moment et de quelques autres rares discours, Poincaré ne semble s’être jamais réellement intéressé à la Syrie ou au Liban. Nous pensons donc davantage qu’il faudrait voir dans ce texte le lointain écho de l’organisation d’un groupe de pression syrianiste au sein des instances parlementaires, lobby syrien qui trouve dans ce discours une reconnaissance publique, autrement dit une invitation à poursuivre son action en Orient.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julie d’Andurain, « EZZERELLI Kaïs, Diplomatie occidentale et dissidence arabe. La France coloniale et le mouvement arabiste en Syrie ottomane (1912-1914), Tunis, Dar al-Wasla, 2014 », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 141 | juin 2017, mis en ligne le 25 octobre 2017, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/remmm/9988

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page