Navigation – Plan du site
Lectures en relation avec le dossier thématique

FRÉMEAUX Jacques, La Question d’Orient, Paris, Fayard, 2014, 614 p. ISBN 978-2-213-66197-1

Julie d’Andurain
p. Vol 141, Seconde partie, Lectures

Texte intégral

1Chaque ouvrage de Jacques Frémeaux constitue désormais la preuve d’une maturité historienne et scientifique pleinement acquise, la maîtrise toujours plus grande de sujets complexes et à chaque fois élargis. Pour cet ouvrage qui date déjà de 2014, l’auteur s’est lancé un défi : il s’est en effet intéressé à la question d’Orient – espace bien connu de ce spécialiste de l’histoire du monde arabe et titulaire d’une chaire d’histoire contemporaine à Paris-Sorbonne – pour la concevoir dans la longue durée, de ses origines à nos jours, en cherchant à mettre en valeur les lignes de force d’un espace très large constitué initialement par trois empires (Empires ottoman, perse et moghol des Indes). Il s’agit donc d’un pari, celui de vouloir éclairer le présent par l’étude du passé. Tout en s’appuyant sur ses sujets de prédilection, l’historien a donc tenté de reconstituer en douze chapitres une grande fresque qui, passant de l’histoire à l’actualité la plus récente, cherche à mettre en valeur les évolutions structurantes de cet espace oriental.

2Jacques Frémeaux montre bien qu’au-delà des divisions inscrites par l’Histoire, il existe des limites qui ont peu varié au cours des âges, ce qui l’autorise donc, en retour, à poser la question de son unité et de son historicité. C’est au début du XIXe siècle que l’Orient émerge en tant qu’objet diplomatique. Ce vaste espace, allant de Belgrade à Calcutta, se transforme en un problème d’ordre géopolitique que la diplomatie occidentale se plaît à qualifier de « question d’Orient » (1822, congrès de Vérone). En s’emparant du vocable, elle montre sa volonté de s’approprier un espace en dépossédant ainsi pour partie les populations ottomanes et arabes, voire perses, de leur propre destin. Mus par le goût du voyage, par le commerce ou par une volonté de puissance, diplomates, militaires et commerçants occidentaux s’affrontent selon des lignes qui opposent initialement et principalement les Anglais et les Russes, avant que l’affrontement entre les Anglais et les Français se fasse jour. Sous le vocable de « grand jeu », privilégié par Rudyard Kipling, la « question d’Orient » semble se résumer à un affrontement lointain, sans effets majeurs en Europe. Jacques Frémeaux démontre qu’il n’en est rien. À la fois espace de confrontation terrestre et de confrontation maritime, sa maîtrise devient fondamentale à mesure que la route des Indes s’affirme comme la voie de circulation des puissances au XIXe siècle. Traversé par cette route, l’espace oriental est pensé, repensé, représenté sous des formes tellement contradictoires et opposées qu’il en devient de plus en plus un « Orient compliqué ».

3Avec brio, Jacques Frémeaux dévide l’écheveau de cette complexité diplomatique opposant les Anglais aux Russes, les Anglais aux Français sur fond de résistance du sultan ottoman, confronté lui-même à des velléités autonomistes dans son empire. Maîtrisant parfaitement l’historiographie spécialisée et la bibliographie, Jacques Frémeaux donne le sentiment de voyager lui-même très aisément dans cet Orient immense. Grand connaisseur de la rivalité franco-anglaise, il s’intéresse ici davantage au rôle des Russes et à la complexité des relations entre l’empire des tsars déclinant et le sultan ottoman. Soucieuse de contrôler la progression russe vers l’Inde, l’Angleterre fait feu de tout bois pour s’assurer la maîtrise de la Mésopotamie, puis de l’Égypte et enfin du canal de Suez (1882). Les guerres afghanes du XIXe siècle, la guerre de Crimée, forment l’arrière-plan guerrier des tentatives britanniques pour imposer une pax britannica. Au tournant du XXe siècle, il apparaît plus clairement que le « Grand Jeu » est essentiellement indien tandis que la « question d’Orient » n’en serait plus que sa partie levantine. Mais l’apparition du « Moyen-Orient » et des problématiques liées au golfe Persique fait rebondir en quelque sorte les enjeux qui se révèlent pleinement au moment de la Première Guerre mondiale.

4La Grande Guerre en Orient constitue naturellement l’un des chapitres de l’ouvrage. C’est bien le moins pour une période qui contribue à redessiner complètement les contours de l’Empire ottoman, autour des Dardanelles et du canal de Suez, affectant également une partie des autres empires. Jacques Frémeaux montre à cette occasion que l’islam, comme facteur identitaire susceptible de déplacer les foules, est dès la période précédant la guerre l’un des outils du sultan-calife. Choc des empires, la Grande Guerre aboutit, au moins en apparence, à la grande victoire des Anglais, ce qui ne manque pas de froisser les Français et les Soviétiques. Mais c’est déjà un peu une victoire à la Pyrrhus tant les effets de désagrégation induits par le premier conflit mondial continuent à fragiliser les anciens empires dans les années suivantes.

5Américains et Russes ne tardent guère à en profiter pour prendre une place de plus en plus grande, d’ailleurs grandement aidés en cela par la Deuxième Guerre mondiale. Entre pressions soviétiques et progrès américains – particulièrement en Arabie Saoudite – l’Orient se recompose une nouvelle fois à la faveur de l’affirmation des nationalismes, de la Détente, et d’un tiers-monde qui a des assises solides dans le grand arc oriental. Après l’éviction des Britanniques de Suez en 1956, tournant important localement mais non fondamental pour appréhender les évolutions de l’ensemble de l’Orient, un premier basculement se fait jour dans les années 1978-1979 avec la proclamation de la République islamique de l’ayatollah Khomeiny et les progrès des Soviétiques en Afghanistan. De nouveau le Moyen-Orient entre dans une période de tensions majeures dont il n’est pas encore sorti aujourd’hui.

6La première guerre du Golfe (1980) entraîne le renforcement de la présence américaine et la contestation de plus en plus grande de pays qui ont le sentiment d’être passés d’une tutelle franco-anglaise à une tutelle américano-soviétique. Les structures politiques sont alors telles, qu’au-delà de la Guerre froide, cet espace oriental apparaît aux yeux de l’auteur sans grand changement, exprimant toujours les conditions de la « question d’Orient » et du « Grand Jeu ». Ici, l’analyse faite par Jacques Frémeaux d’un espace oriental élargi qui frémit de la même manière face aux impérialismes occidentaux s’avère tout à fait probante.

7La deuxième guerre du Golfe marquant l’affirmation de la puissance américaine au moment où disparaît l’empire russe marquerait-elle donc la fin du « Grand Jeu » du fait de l’implosion de l’un des compétiteurs ? Pas si sûr que cela, car comme le montre Jacques Frémeaux, les problématiques des années 1990 – la guerre en ex-Yougoslavie, l’Afghanistan, l’apparition d’un terrorisme islamiste – sont les signes d’une nouvelle forme de contestation qui porte en elle une nouvelle vision de l’Orient. Face à une Amérique conquérante, à une hyperpuissance que rien ne saurait combattre, le terrorisme djihadiste oppose une forme de guerre nouvelle – le 11 septembre – qui l’oblige à mettre l’islam en question, à métamorphoser l’Orient jusqu’à nourrir les fantasmes américains d’un nouveau « Greater Middle East » hostile.

8L’ouvrage se clôt sur une vision géopolitique de l’Orient et un message. Une vision de l’Orient pessimiste évidemment, car c’est celle d’un Orient totalement bouleversé par la guerre où sont apparus de nouveaux équilibres qui opposent aujourd’hui – faussement dit-il - l’islam à l’Occident. Mais, plus optimiste, en bon historien conscient de la fragilité du savoir issu de l’immédiateté, et après avoir rappelé combien les concepts sont à manier avec précaution tant ils perdent rapidement de leur sens (La fin de l’Histoire de Francis Fukuyama, le Choc des civilisations de Samuel Huntington), Jacques Frémeaux livre le message essentiel de son ouvrage : le besoin, toujours nécessaire, de mise en perspective historique. Il appelle chacun d’entre nous à se préserver de l’immédiateté induite par des sociétés postmodernes qui ne se donnent guère aujourd’hui que deux devoirs : le devoir de mémoire à l’égard des générations passées (en les coupant trop souvent malheureusement du terreau historique qui les a produites) et le devoir de conservation écologique à destination des générations futures. La tentation de vouloir s’abstraire de l’Histoire revient, dit-il, « à livrer l’évolution de l’humanité à des influences d’autant plus grandes qu’elles ne sont pas identifiées ». Si les peuples veulent éviter les guerres ou s’en préserver, il leur faut aller vers leur histoire, écrit-il en substance.

9Livre d’histoire donc, et non ouvrage d’actualité, et le pari initial de Jacques Frémeaux consistant à aborder la question de l’Orient sous la forme d’une vaste fresque est un pari gagné. De surcroît, comme dans tous ses livres d’ailleurs, il assied son travail d’historien sur un appareil critique constitué de quatre cartes – faut-il le préciser, toutes très didactiques (L’empire d’Alexandre ; Les reculs de l’empire ottoman depuis le XVIIe siècle ; L’Empire britannique à la fin du XIXe siècle ; les États-Unis au Moyen-Orient en 2010), de notes, d’une bibliographie très dense particulièrement ouverte à l’historiographie britannique et deux index, l’un des noms de personnes, l’autre des lieux. À n’en pas douter donc, c’est non seulement un ouvrage à recommander chaudement aux étudiants qui tentent actuellement les concours du CAPES et de l’Agrégation sur le sujet portant sur le « Moyen-Orient de 1876 à 1980 », mais également à confier à tout « honnête homme » qui souhaiterait comprendre aujourd’hui le vaste monde.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julie d’Andurain, « FRÉMEAUX Jacques, La Question d’Orient, Paris, Fayard, 2014, 614 p. ISBN 978-2-213-66197-1 », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 141 | juin 2017, mis en ligne le 25 octobre 2017, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/remmm/9989

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page