Navigation – Plan du site
Lectures en relation avec le dossier thématique

SCHAYEGH Cyrus and ARSAN Andrew eds., Routledge Handbook of the History of the Middle East Mandates, London and New York, Routledge, 2015, XXII-440 p. ISBN – 978-1-138-80058-8

Julie d’Andurain
p. Vol 141, Seconde partie, Lectures

Texte intégral

  • 1 Gageons cependant que la récente mise en ligne des archives de l’armée française au Levant sur le s (...)

1Le Routledge Handbook of the History of the Middle East Mandates publié en 2015 sous la direction de Cyrus Schayegh and Andrew Arsan, respectivement maître de conférences (Associate Professor) à Princeton University et Lecturer à Cambridge, apparaît dès le premier abord comme une somme importante portant sur l’histoire politique, sociale et économique des mandats orientaux (Syrie, Liban, Irak, Palestine, Transjordanie). Elle est conçue à la fois dans une dimension comparative mais également dans une perspective globale, une « global history ». L’ouvrage collectif - un bel opus cartonné aux couleurs noire et rouge - réunit essentiellement des auteurs anglo-saxons ; il ne fait malheureusement qu’une toute petite place à l’historiographie française. Dans une note liminaire, Peter Sluglett et Nadine Méouchy constatent de fait la prééminence anglo-saxonne et regrettent l’absence de la recherche française1, mais ils soulignent aussi combien une nouvelle génération de chercheurs semble prometteuse. Passant en quelque sorte le témoin, ils inscrivent donc cette publication dans la continuité de leurs travaux précédents en laissant la parole à Cyrus Schayegh et Andrew Arsan qui ont structuré leur ouvrage en quatre parties.

2La première séquence aborde la question de la place des mandats dans le monde, c’est-à-dire leurs rapports transnationaux et le rôle des institutions internationales qui les ont fait naître. Constituée par près de huit articles dont ceux de Leila Fawaz, Keith David Watenpaugh, Simon Jackson, Philippe Bourmaud et Michael Provence entre autres, les articles dressent les contours de l’impérialisme puis de la globalisation générée par la guerre pour traiter plus en détail le poids de la Société des nations (SDN) dans les pratiques de l’entre-deux-guerres, soit pour régler la question des réfugiés, soit pour aborder celle des ravitaillements, de la lutte contre l’alcoolisme, de l’éducation, etc. Cette mise en perspective globale montre également la manière dont les systèmes mandataires ont abordé les problématiques de la répression, l’accueil des migrants ou le recours aux pétitions pour tenter d’intéresser les juridictions internationales.

3La deuxième partie porte davantage sur la problématique de la gouvernance des discours et des intérêts des États mandataires. Elle n’est pas fondamentalement différente de la troisième, ce qui entraîne le sentiment d’un partitionnement un peu aléatoire entre les 17 chapitres qui se succèdent. Il n’est pas question ici de suivre une chronologie ou de s’efforcer de regrouper les problématiques par zone mandataire, française ou anglaise. Plus généralement, il s’agit d’analyser de façon oblique des phénomènes sociaux et politiques de façon à montrer le fonctionnement global d’un « système » mandataire, et l’interaction des acteurs sociaux. Forts diverses, les contributions portent donc soit sur les discours (Noga Efrati, Elizabeth Williams, Camila Pastor), soit sur des pratiques de légitimation passant par la police (John L. Knight), la cartographie (Asher Kaufman), la prise en considération de la culture locale (Lori Allen) ou au contraire son refus (Elizabeth F. Thompson). Dans la troisième partie, les interactions économiques (Jacob Norris, Fredrik Meiton) ou culturelles (Nadya Sbaiti) sont plus prégnantes. Toutes ces contributions donnent une vision impressionniste et à la fois élargie des problématiques mandataires.

4Quoique constituée de deux articles seulement, la quatrième et dernière partie est importante. Revenant vers une approche plus politique, Cyrus Schayegh pose la question de l’articulation entre les mandats et la décolonisation. Conçue comme une organisation postcoloniale, la formation des mandats apparaît comme un échec. Plusieurs facteurs permettent de confirmer cette assertion, au premier rang desquelles les indépendances données durant l’entre-deux-guerres, qui sont toutes incomplètes et inabouties. Dès lors, affirme-t-il, en dépit d’un fort chevauchement et des interactions nombreuses entre colonisation et décolonisation, les historiens mandataires continuent à étudier les mandats à travers « la lentille du colonialisme plutôt que celle de la décolonisation ». Il revient donc à James Gelvin de clore ce chapitre et l’ensemble de l’ouvrage en questionnant pour elle-même la notion même de « période des mandats ». Partant d’une dialectique opposant terme à terme colonisation et décolonisation, il considère que le véritable « turning point » de l’histoire des mandats est la décennie 1930, période où certains territoires accèdent à l’indépendance et font entrer les mandats dans la période de la décolonisation (en Irak par exemple). En réintégrant l’histoire des mandats dans la grande histoire coloniale – selon un séquençage qui opposerait colonisation et décolonisation – les éditeurs de cet ouvrage montrent très bien les dynamiques à l’œuvre au sein de cette nouvelle génération de chercheurs. Il apparaît donc que les débats épistémologiques ne sont pas clos. Sur l’interprétation des mandats comme moment de la décolonisation, il reste encore beaucoup de recherches à effectuer, notamment à partir d’archives pour questionner la genèse des mandats et sur la façon dont ils ont été interprétés, conçus et réalisés par les principaux acteurs.

Haut de page

Notes

1 Gageons cependant que la récente mise en ligne des archives de l’armée française au Levant sur le site du service historique de la Défense (SHD/GR 4 H, archives du Levant) – grâce à l’action de Nadine Méouchy - permettra de susciter de nouvelles vocations.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julie d’Andurain, « SCHAYEGH Cyrus and ARSAN Andrew eds., Routledge Handbook of the History of the Middle East Mandates, London and New York, Routledge, 2015, XXII-440 p. ISBN – 978-1-138-80058-8  », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 141 | juin 2017, mis en ligne le 25 octobre 2017, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/remmm/9990

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page