Navigation – Plan du site
Quelle terminologie pour l'étude de la langue ?

Pour un « complément-attribut »

Predicate and/or complement?
Corinne Delhay
p. 57-76

Résumés

Jusqu’à une date récente (octobre 2013), la France ne disposait pas d’une instance spécifiquement dédiée à la transposition didactique des savoirs grammaticaux. Il en est résulté un certain nombre d’incohérences dans le plan de formation des élèves mais aussi des enseignants, surtout depuis la publication hâtive et sans réelle concertation des programmes 2008. Le but de cet article est de proposer une présentation simplifiée mais cohérente des fonctions grammaticales, valable sur l’ensemble du cursus, de l’école primaire à l’université où sont formés les enseignants. Le point de départ de l’analyse est fourni par le traitement de l’attribut et du complément locatif après les verbes dits attributifs. L’hypothèse défendue est qu’une clarification didactique est possible si l’on adopte une grammaire des constructions syntaxiques plutôt qu’un étiquetage mécanique et fondé sur des propriétés sémantiques peu fiables. Prenant le contrepied de la grammaire scolaire qui déploie beaucoup d’énergie à opposer les compléments dits d’objet et les attributs, l’auteur plaide pour l’adoption du terme complément-attribut afin de subsumer sous le titre générique de complément essentiel (ou sélectionnés lexicalement) aussi bien les attributs, les compléments d’objet que certains compléments de lieu prévus par la valence verbale.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Sous couvert d’une « Défense et illustration » de la grammaire (de phrase), les Programmes scolaires français de 2008 se caractérisent par un retour partiel à la conception sémantisante de la grammaire dite traditionnelle, mais les quelques concessions faites dans le même temps aux partisans d’une grammaire dite linguistique ont abouti à proposer une cotte mal taillée qui déconcerte aussi bien les élèves que les étudiants qui se destinent au professorat.

2Précisément parce qu’il est le symbole le plus parfait de l’allégeance de la grammaire française à son histoire, l’attribut m’a semblé un bon objet d’étude pour mettre au jour certaines contradictions du système grammatical scolaire actuel en France et pour faire quelques propositions didactiques alternatives.

3Le projet de cet article est de décrire et analyser la situation actuelle en regard des travaux en didactique du français et de proposer une analyse transposée de la notion d’attribut sur l’ensemble de la scolarité française (primaire, secondaire, voire universitaire pour ce qui concerne la formation des enseignants), en ayant pour objectif la cohérence du modèle et la progressivité du curriculum.

4Dans un premier temps, j’exposerai et commenterai le traitement de l’attribut dans des documents récents (textes institutionnels, manuels et grammaires). Je proposerai ensuite un détour vers d’autres systèmes éducatifs pour voir ce qui les rapproche ou les différencie de la grammaire scolaire française. J’essaierai ensuite de plaider pour la prise en compte de la fonction attribut dans un cadre clairement syntaxique en tant que construction du verbe être et des verbes dits attributifs. Pour répondre aux arguments des tenants de la grammaire dite traditionnelle, je montrerai que parler de « complément-attribut » n’est pas une hérésie puisque le rapprochement entre complément des verbes dits transitifs et séquence des verbes dits attributifs se retrouve chez deux grands grammairiens de la plus pure tradition française, le père Buffier et l’abbé Girard. Pour terminer, je rappellerai – mais en le modifiant légèrement – le schéma simplifié des fonctions que j’ai proposé dans Quelle Grammaire enseigner (2011 [2009]), manuel à destination des enseignants de l’école primaire française.

1. L’« attribut » dans la grammaire scolaire française actuelle

1.1. L’attribut dans les programmes 2008

5Dans le cadre de l’étude de la langue française, et plus particulièrement au titre de la grammaire, les programmes 2008 de l’école primaire sont organisés autour de cinq notions : la phrase – les classes de mots – les fonctions – le verbe – les accords. La notion de phrase n’y est pas explicitée : on ne fait pas référence à un schéma de phrase de base, ni sous une forme syntaxique (type P → GN GV), ni sous une forme fonctionnelle (type Sujet – Prédicat). L’identification de la phrase simple est apparemment restreinte au critère typographique (rôle de la ponctuation) mais le renvoi aux notions de types et formes de phrase demeure. En ce qui concerne les fonctions, la présentation est la suivante (p. 22) :

« Les fonctions des mots
– Identification du verbe, de son sujet (nom propre, groupe nominal ou pronom), et des compléments du verbe : compléments d’objet direct, indirect et second, compléments circonstanciels (de lieu, de temps).
– Compréhension de la notion de circonstance.
– Identification de l’attribut du sujet.
– Identification des éléments du groupe nominal et de leurs fonctions : déterminant, adjectif qualificatif épithète, complément du nom, proposition relative complément du nom. »

6Au collège, pour la classe de 6e, la référence à la fonction « attribut » est faite en termes proches mais néanmoins différents. Sous la rubrique « Grammaire » on peut en effet lire (p. 5) :

« Les fonctions grammaticales
– le sujet du verbe (le groupe nominal et le pronom ; le sujet déplacé ou inversé) ;
– les compléments d’objet du verbe (direct, indirect, second) ;
– les groupes nominaux compléments circonstanciels (mobiles et supprimables, valeurs de moyen et de manière, de temps et de lieu) ;
– l’épithète ;
– l’attribut du sujet ; (distinction attribut / complément d’objet direct). »

7Les autres références faites à l’attribut concernent la dimension orthographique : l’accord sujet-attribut est évoqué en même temps que l’accord sujet-verbe en 6e, et l’accord COD-attribut en 3e. La distinction, du point de vue syntaxique, entre épithète et attribut du COD est explicite en 3e (p. 11 : « son extériorité par rapport au groupe nominal COD ; les verbes qui l’introduisent »).

  • 1 Van Raemdonck (éd.) (2011, note 108, p. 179).

8Plusieurs points méritent un commentaire. Tout d’abord, l’absence de modèle de phrase explicite que nous avons relevé précédemment aboutit à un émiettement des critères définitoires. Cela est particulièrement net dans le programme de 6e (p. 5) à propos des groupes nominaux circonstanciels (mobiles et supprimables, valeurs de manière et de moyen, de temps et de lieu) : le système proposé est « mixte », selon la classification de M.-C. Boivin (2012, p. 196) puisqu’il mêle un critère syntaxique (GN, description qui plus est discutable si l’on considère que la forme prototypique des circonstanciels est le syntagme prépositionnel, cf. Genevay, 1996, p. 68), un critère fonctionnel (circonstanciel), un critère sémantique (expression de la manière, du moyen, du temps, du lieu), et des propriétés syntaxiques (mobiles et supprimables). Il est clair que l’approche se veut davantage fonctionnelle que syntaxique, mais l’absence de la notion de groupe verbal dans le texte des programmes officiels conduit à s’interroger sur ce que recouvre dès lors le terme de compléments du verbe. En effet, si la disposition du programme de 6e peut laisser à penser que les compléments de verbe s’opposent aux compléments circonstanciels par des propriétés opposées (+/- supprimable, +/- mobiles), le programme de l’école primaire, quant à lui, met sur le même plan, en tant que compléments du verbe, les compléments d’objet et les compléments circonstanciels de lieu et de temps. On retrouve dans ce choix la position de la grammaire traditionnelle, à cette différence près que la Nomenclature de 1910, – que dénonce le Référentiel belge1 – n’utilisait pas le terme circonstanciel et mettait l’accent sur les compléments directs et indirects. En effet, il ne s’agit pas ici d’évoquer des constructions comme aller dans la lune ou durer trois heures, mais bien, comme le suggère l’alinéa suivant intitulé Compréhension de la notion de circonstances, d’opérer une distinction entre les compléments d’objet et les compléments circonstanciels. Les programmes de l’école primaire invitent ailleurs les maitres à faire des manipulations dans ce but (p. 36). Il n’en reste pas moins qu’il y a là une présentation contradictoire qui conduit à analyser les circonstanciels en relation avec le verbe à l’école primaire, et à les disjoindre du verbe au collège, sans d’ailleurs que l’on sache explicitement à quel niveau les rattacher.

9Enfin, en ce qui concerne l’attribut, la présentation adoptée dans le programme de l’école primaire comme dans celui de la classe de 6e tend à éloigner cette fonction de la notion de verbe pour n’évoquer que la relation sujet-attribut. Le fait que l’identification de l’attribut soit présentée indépendamment de la question du verbe laisse perplexe, surtout quand on sait que la pratique pédagogique lie systématiquement l’étude de l’attribut à la connaissance de la liste des verbes attributifs. De plus, les programmes 2008 sont en contradiction avec la Terminologie grammaticale de 1997, qui, toute imparfaite qu’elle soit (Combettes 1998, Pellat 2001), constitue en principe toujours la référence officielle en matière de métalangage dans l’institution scolaire. Or, ce document propose, en référence au schéma de la phrase de base verbale, la définition suivante du groupe verbal : « le verbe et l’attribut ou les compléments essentiels » (p. 6). La fonction attribut est illustrée des exemples suivants : Mélanie est rousse / est bonne cuisinière / est la femme de mon voisin / est dans une colère noire / semble fatiguée / est revenue bronzée. Les compléments essentiels sont les compléments d’objet directs et indirects, ainsi que les compléments essentiels de lieu (Je reviens de Menton), de prix (Ce livre vaut soixante francs), de poids (La pierre pesait trois tonnes), de mesure (Il mesure un mètre quatre-vingt), de durée (La secousse a duré deux minutes). Ils s’opposent aux compléments circonstanciels qui « peuvent être supprimés ou déplacés dans la phrase » (Pierre a offert à Marie un cadeau pour son anniversaire). Notons qu’il n’y a aucun exemple de syntagme de sens locatif après un verbe dit d’état comme Pierre est en voiture : comment nommer cette construction pour laquelle ni attribut ni circonstanciel ne semblent adéquats ?

1.2. L’attribut dans les manuels postérieurs à 2008

  • 2 Outils pour le français (nouvelle édition), Cycle 3, CM2 (2008) Magnard [ci après noté OpF].Françai (...)

10L’examen de trois manuels scolaires2 conformes aux Programmes 2008 permet de prendre la mesure de ce que le flou du texte officiel rend possible en matière d’interprétation. Je me concentrerai sur le traitement de l’attribut, tout en relevant l’un ou l’autre exemple de circonstanciels dans la mesure où ces exemples touchent à mon objet d’étude.

Présentation des manuels

11Le plan de ces manuels témoigne de leur fidélité aux programmes officiels. L’étude des fonctions suit l’ordre du programme, à savoir « Sujet, Complément d’objet direct, Complément d’objet indirect, Complément circonstanciel et Attribut ». Le manuel Outils pour le français CM2 place cependant l’attribut avant le circonstanciel. Le manuel Interlignes – Étude de la langue CM1 s’applique tout particulièrement dans ses fiches à opposer les compléments d’objet aux circonstanciels :
– G7 Les différents compléments du verbe : p. 35
– G8 Les compléments d’objets : p. 35
– G9 Les compléments circonstanciels : p. 38
– G 10 L’attribut du sujet : p. 41
– G13 Les expansions du nom : p. 50

12Les critères des manuels pour l’identification de l’attribut du sujet sont d’abord sémantiques :
– « L’attribut du sujet donne une information sur le sujet » (OpF, p. 30) ;
– « L’attribut du sujet est un mot ou un groupe de mots qui donne des informations sur les caractéristiques ou la manière d’être du sujet » (FCar, p. 104).

13Il est ensuite caractérisé par sa construction et, parfois, par son caractère essentiel :
– « Il est relié au sujet par un verbe d’état : être, paraitre, devenir, sembler, demeurer, rester. » (OpF, p. 30).
– « Il est essentiel et ne peut être ni déplacé ni supprimé […]. L’attribut est relié au sujet par un verbe d’état (être, sembler, paraitre, demeurer, devenir, rester, avoir l’air…) » (FCar p. 104).

14Il est envisagé à travers ses réalisations possibles :
– « L’attribut du sujet est le plus souvent un adjectif qualificatif, un nom commun, un nom propre, ou un groupe nominal » (OpF, p. 30).
– « L’attribut est le plus souvent un adjectif, un nom ou un groupe nominal » (FCar, p. 104).

15Enfin, et surtout, il est identifié par son accord avec le sujet
« L’attribut du sujet s’accorde en genre et en nombre avec le sujet. » (OpF, p. 30).

Ses yeux
Sujet
m.pl.
devinrent
 
 
humides
AS
m.pl.

16« Il s’accorde en genre et en nombre avec le sujet. » (FCar, p. 104).
Elsa est grande
Il est boulanger
Nous sommes des écureuils roux…

17La fiche G10 d’Interlignes adopte une présentation plus « heuristique » en se servant d’une devinette :

Je suis un mammifère carnivore. Je suis asiatique. Petit, j’ai l’air d’un chat. Adulte, je deviens solitaire. Dans l’obscurité, ma vue est excellente. Mon pelage est rayé, parfois blanc. En latin, je me nomme panthera. Qui suis-je ?

18Les questions posées doivent amener les élèves à repérer le fait que l’attribut n’est pas supprimable, qu’il est introduit par certains verbes et qu’il s’accorde avec le sujet. Dans un coin de la page, figure sous la rubrique « Un petit coup de pouce » l’encadré suivant :

Ils sont à l’école
Elle est à l’école
Ils sont délégués de classe
Elle est déléguée de classe

Analyse des manuels

19L’attribut du sujet est présenté comme une construction liée à un certain type de verbes (les verbes dits d’état) mais le rôle de ces verbes est seulement de « relier » le sujet et son attribut : ce sont des verbes copules, donc pas de véritables verbes, ce qui justifie le traitement séparé de l’attribut, outre le fait que ces verbes sont régulièrement suivis d’adjectifs. L’étude de la fonction attribut dans le cursus scolaire poursuit un objectif clairement orthographique, comme l’énonce A. Chervel (1973, p. 91-92) : « Ce qui caractérise les fonctions syntaxiques de la GT (grammaire traditionnelle), c’est leur focalisation sur l’accord. Cette syntaxe est une syntaxe de l’accord et rien de plus ». Le critère de l’accord conduit à restreindre l’attribut à ses réalisations adjectivale ou nominale, au détriment des formes invariables. Ainsi, on en vient à opposer la construction nominale (être déléguée de classe) à la construction prépositionnelle (être à l’école) dont l’identification syntaxique, dès lors, importe peu. Il est permis de se demander si l’introduction, au niveau primaire, de la fonction attribut est vraiment indispensable, surtout quand elle est restreinte à la réalisation adjectivale. Pour le traitement de l’accord des attributs adjectivaux au primaire, la formule ancienne « l’adjectif s’accorde en genre et en nombre avec le GN auquel il se rapporte » a l’avantage d’être simple et de convenir aussi bien à l’adjectif épithète, attribut ou apposé, comme l’observe également Leeman (1996, p. 230).

1.3. L’attribut à l’agrégation de Lettres modernes

20L’agrégation est un des trois concours de recrutement des professeurs en France, réputé le plus difficile. L’épreuve intitulée « Étude grammaticale d’un texte de français moderne postérieur à 1500 » représente ainsi l’aboutissement de la formation des professeurs du secondaire en matière de grammaire et le niveau le plus avancé de compétences attendues. Les rapports que publie chaque année le jury sont présentés comme la référence à laquelle les étudiants et les professeurs chargés de la préparation à ce concours doivent se conformer. Ils peuvent donc être considérés comme équivalents à des extraits de manuel de niveau universitaire. L’épreuve 2012 ayant précisément porté sur l’attribut à partir d’un extrait de Saint-Simon, nous nous intéresserons au traitement de deux occurrences qui figurent à la section 1.4. sous le titre « L’attribut est un syntagme prépositionnel ». Le rapporteur, Madame Fabienne Boissiéras, présente (p. 57-60), au nom de l’équipe des correcteurs, la fonction attribut comme une construction des verbes dits attributifs (« Ces verbes établissent une relation prédicative soit entre le sujet et un deuxième constituant du syntagme verbal appelé attribut du sujet, soit entre le complément d’objet direct et un troisième constituant du SV appelé attribut du COD »). La fonction attribut est abordée à travers ses deux réalisations typiques, le syntagme adjectival et le syntagme nominal (« L’attribut peut prendre des formes très diverses, que l’on peut regrouper en deux grands ensembles : l’adjectif et ses équivalents [participe, groupe prépositionnel, proposition relative, adverbe], le nom et ses équivalents [pronom, infinitif, subordonnée conjonctive ou relative substantivée] »). Sur le plan sémantique, l’attribut est défini par la caractérisation, par opposition à la localisation, mais sans que la coréférence soit considérée comme un critère indispensable (« Contrairement aux idées reçues, l’attribut n’est donc pas nécessairement coréférent avec son sujet ou son objet et peut n’en énoncer qu’une propriété : la relation d’identité entre l’attribut et son sujet ou son objet n’est donc qu’un cas limite de la relation qu’ils entretiennent l’un à l’autre »).

21Le syntagme prépositionnel (SP) de la première occurrence (Le remerciement fut d’un froid à glacer) est considéré comme équivalent à une construction adjectivale (glaciale) et ne pose pas de difficulté pour être analysée comme attribut. Le SP de la seconde occurrence (Ses affaires sont dans un désordre étrange) est plus délicat à analyser : il est susceptible d’être remplacé par un adjectif mais « la préposition dans peut faire hésiter entre des lectures circonstancielle, locative et attributive de ce même SP ». L’hypothèse locative est éliminée sur la base d’arguments syntaxiques, du fait de la difficulté à pronominaliser ce SP en y et de le déplacer en tête de phrase (*Dans un étrange désordre, ses affaires sont ; *Ses affaires y sont). Comme ce SP n’est pas effaçable, la fonction complément circonstanciel est aussi écartée. Les rédacteurs concluent donc que ce syntagme est un attribut du sujet puisqu’il joue un rôle syntaxique essentiel et que sa valeur locative est plutôt métaphorique.

1.4. Conclusion

22Sans nier la nécessité de mettre la grammaire au service de l’orthographe, bien d’autres finalités peuvent lui être dévolues (Ehrsam, 2013). L’analyse grammaticale doit aussi permettre d’analyser le fonctionnement de la langue, de déterminer des niveaux d’analyse et d’établir des comparaisons entre des constructions (Chiss, 2013), soit à l’intérieur d’une même langue, soit entre langues différentes. Prôner une grammaire réflexive pour permettre un rapport distancié au langage et développer des compétences épilinguistiques demande que le modèle de transposition soit cohérent, pertinent sur la plan didactique et adéquat sur la plan descriptif, comme le dit Boivin (2012, p. 193). Selon Boivin et Pinsonneault (2008, p. 33), la cohérence « se caractérise par l’absence de contradiction entre les éléments du système, le degré de généralisation et le maintien des choix didactiques à travers le système ». Le traitement des séquences prépositionnelles du verbe être et de ses équivalents ne répond pas à cette exigence et demande des aménagements : telles seront mes propositions dans la suite de l’article.

2. L’attribut : brève histoire terminologique

2.1. De l’attribut « logique » à sa définition linguistique

23C’est un fait bien connu que le terme attribut est apparu dans le cadre de la grammaire générale comme un équivalent du terme prédicat restreint à « l’attribution d’une propriété (au sens logique du terme) à une entité susceptible de vérifier ou non cette propriété » (Creissels, 2006, p. 343). L’équivalence est explicite dans La Logique (1662, p. 105) : « il est aisé de voir qu’elle [la proposition] doit avoir deux termes : l’un, de qui l’on affirme, ou de qui l’on nie, lequel on appelle sujet, et l’autre que l’on affirme, ou que l’on nie, lequel s’appelle attribut, ou praedicatum ». La Grammaire générale et raisonnée (1660) va imposer le schéma ternaire de la proposition qui conduira à paraphraser tout verbe en verbe substantif (est) suivi d’un attribut : ainsi le Cogito cartésien se paraphrase Je suis pensant donc je suis étant. Dans ce cadre, attribut désigne tout ce qui peut être prédiqué à propos d’un sujet logique, indépendamment de la construction syntaxique et des formes de réalisations. On sait que les propriétés assignées généralement par les copules sont l’identification, la catégorisation, la caractérisation et la localisation. Néanmoins, parmi ces propriétés, c’est la caractérisation qui apparait comme le prédicat prototypique, comme le montre l’exemple-phare La terre est ronde. Rien d’étonnant à cela si l’on admet que « dans l’usage des linguistes, propriété est implicitement restreint au type de propriétés que les langues tendent à encoder par des lexèmes adjectivaux » (Creissels, 2006, p. 39, note 1).

  • 3 Voir Bouard (2007) pour la mise au point la plus récente.

24Si l’on ajoute à cela que chez Beauzée (cf. article Verbe dans l’Encyclopédie), tout prédicat verbal est appelé verbe adjectif, on comprend comment l’attribut logique s’est rapidement confondu avec la partie du discours appelée adjectif. Comme de nombreux travaux l’ont bien établi3, c’est la suprématie de ce schéma ternaire, hérité de la Grammaire générale, qui explique la lente et difficile émergence de la notion de complément dans la grammaire scolaire française. Mais l’attribut a toujours résisté à l’envahissement du champ disciplinaire grammatical par le complément. Il devient ainsi une fonction de la grammaire scolaire qui sert à enseigner l’opposition épithète / attribut et la distinction attribut / complément d’objet, mais sans réussir à s’émanciper totalement du modèle logique initial. Ce faisant, l’attribut est une fois encore cantonné à deux de ses réalisations, comme le rappelle Riegel (1985, p. 17) : « lorsque les grammaires traditionnelles opposent la fonction “attribut” aux fonctions “épithètes” et “complément d’objet direct”, elles entendent surtout distinguer deux constructions de l’adjectif (le chien est fidèle ≠ le chien fidèle) et du nom (Le président est mon voisin ≠ Le président hait mon voisin). Il suffit que la notion d’attribut soit assimilée à cette double fonction discriminatoire pour qu’elle se trouve ipso facto cantonnée dans le domaine des expressions adjectivales et nominales ».

25En conclusion, la progressive assimilation de la notion d’attribut à l’adjectif et la restriction de la notion d’attribution de propriété à la caractérisation ont conduit à ce qu’on néglige le fait qu’il existe bel et bien des attributs prépositionnels (être en forme), adverbiaux (être bien) ou à l’infinitif (souffler n’est pas jouer), qui sont, qui plus est, invariables. Or, il convient de considérer l’attribut pour ce qu’il est vraiment, une construction prédicative « être X » dont la particularité est d’exprimer un prédicat statif susceptible d’exprimer divers rapports attributifs selon son type de réalisation syntaxique (assignation d’une propriété, d’un état, d’un type, équivalence référentielle, localisation spatiale et temporelle) (Riegel, 1985, p. 210).

2.2. L’attribut : une exception francophone ?

  • 4 « Predicative adjectives most often occur as complement to the verb be, but be allows such a wide r (...)

26La définition linguistique de l’attribut, qui en fait un prédicat, est conforme à la pratique d’autres traditions grammaticales européennes. En anglais, l’élément qui suit la copule est appelé, en fonction de sa réalisation syntaxique, adjectival/nominal/adverbial predicate4. De même, en allemand, on parle de Prädikativ. La grammaire de Helbig et Buscha (1991, p. 540) donne les exemples suivants, selon que le Prädikativ se réalise par :
– un substantif au nominatif : Er ist Student – Der Lehrer wird ein guter Schuldirektor (Il est étudiant – Le professeur sera un bon directeur d’établissement)
– un adjectif ou un participe : Der Bastler ist geschickt – Der Patient wird nach der Operation bald gesund (Le bricoleur est adroit – Le patient se remet vite de l’opération [littéralement redevient vite en bonne santé après l’opération])
– un groupe prépositionnel : Diese Frage ist von Bedeutung – Diese Zeitung ist von heute (Cette question est importante [est de sens] – Ce journal est d’aujourd’hui)
– un adverbe : Der Lehrer ist dort – Sein Versuch war vergebens / anders (Le professeur est là – Son essai était vain / différent)

27Cette construction exprime divers rapports sémantiques qui pourraient apparaitre aussi bien à l’intérieur du groupe nominal, ce qu’expriment les auteurs de la façon suivante « Das Prädikativ bei sein kann in ein Attribut transformiert werden (le prédicatif avec être peut être transformé en épithète) :
(1) Hans ist Studentder Student Hans (Hans est étudiant – l’étudiant Hans)
(2) Der Lehrer ist begabtder begabte Lehrer (Le professeur est compétent – le professeur compétent)
(3) Das Problem ist von Bedeutungdas Problem von Bedeutung (le problème est important – le problème important)
(4) Die Zeitung ist von heutedie Zeitung von heute (Le journal est d’aujourd’hui – le journal d’aujourd’hui) » (Helbig, p. 540).

  • 5 En anglais (cf. Quirk, 1985), on trouve le terme de subjective complement qui s’oppose au terme de (...)

28Ce que les Allemands appellent attribut correspond, en français, aux divers rapports de détermination appelés respectivement épithète quand ils sont réalisés par un adjectif ou un nom ou complément du nom quand ils sont réalisés par un groupe prépositionnel. Ce n’est pas tant le fait que le terme hérité du latin attributus soit utilisé de façon radicalement opposée dans la tradition francophone d’une part, et dans le reste de l’Europe d’autre part, qui importe ici : la triade attribut – épithète – complément du nom n’est que le signe d’un autre vestige de notre tradition grammaticale, celui qui consiste à opposer syntaxe de régime et syntaxe de concordance » (Donzé, 1967 ; Bouard, 2007). Si l’on admet que la notion de complément a progressivement supplanté celle de régime, il n’en reste pas moins vrai que, dans la tradition scolaire française, par définition, les compléments ne s’accordent pas. C’est sans doute la raison pour laquelle la tradition française se révèle hostile à l’utilisation du terme de complément pour désigner la séquence d’un verbe copule5. Mais qu’en est-il dans les autres traditions scolaires francophones, en Belgique, au Québec ou en Suisse ?

  • 6 La version consultée parle cependant de GN avec ou sans préposition.

29Le Plan d’études romand (2009) organise l’enseignement de la grammaire de phrase à partir d’un schéma de Phrase de base défini en termes fonctionnels (Sujet / Prédicat) et à partir de propriétés syntaxiques (Sujet-Prédicat : constituants obligatoires / Compléments de phrase : constituants facultatifs). Dans ce cadre, on identifie différentes fonctions : sujet, attribut du sujet, complément du verbe, complément de phrase, complément de nom (sous forme de GA, de GP ou de Phrase subordonnée relative), attribut du complément de verbe, modificateur (de l’adjectif, du verbe ou de l’adverbe), complément de l’adjectif. Les groupes syntaxiques sont le GN, le GP6, le GV, le GA et le GAdv. On observe que l’attribut est distinct des compléments du verbe mais que la fonction complément du nom regroupe indifféremment la réalisation adjectivale (accord), le syntagme prépositionnel (pas d’accord) et la construction phrastique. À noter que Genevay (1994, p. 69) traite le GP dans Anne est dans sa chambre comme un complément indirect, tandis qu’il analyse comme un attribut du sujet le GP dans Ces cours sont d’un grand intérêt.

  • 7 Planification pour l’enseignement du GP (S. Chartrand, superviseur), p. 19.

30Au Québec, la grammaire scolaire est également organisée à partir d’un modèle de phrase de base de type déclaratif et de formes positive, active, personnelle et neutre qui est un modèle abstrait qui met en jeu les deux constituants obligatoires, le GNs et le GV (dans cet ordre), de même qu’un ou plusieurs constituants facultatifs et mobiles, les groupes compléments de phrase (Chartrand et al., 1999 ; Nadeau et Fisher, 2006). La terminologie de cette grammaire scolaire propose la liste de fonctions suivante : sujet, prédicat, complément direct, complément indirect, complément d’agent, complément du verbe impersonnel, attribut du sujet, attribut du complément direct, complément de phrase, complément du nom (qui subsume épithète, apposition et complément déterminatif), complément du pronom, complément de l’adjectif, complément de l’adverbe, complément du présentatif, modificateur. Nous relevons que l’attribut jouit également d’un traitement séparé, mais que la fonction complément du nom subsume notre fonction épithète et celle de complément déterminatif. De plus l’attribut n’est pas limité aux groupes adjectivaux : il peut se réaliser sous des formes syntaxiques diverses (GA, GN, GP, GAdv). Les documents pédagogiques proposés sur le portail de l’université Laval7, inspirés des travaux de Chartrand et al. (1999), donnent des critères clairs pour l’identification de la fonction attribut (suite de verbe attributif, non effaçable, non déplaçable, pronominalisable par le) et acceptent les réalisations par le GAdv (Ils sont ensemble) et le GP (Le fils du roi fut toujours auprès d’elle).

31Le référentiel belge intitulé Le Sens grammatical (Van Raemdonck, 2011) est beaucoup plus radical dans sa démarche. Constatant les apories de l’approche fonctionnelle traditionnelle (p. 24), Van Raemdonck et son équipe proposent un modèle original construit sur la dyade support-apport. Dans ce cadre, la fonction traditionnellement appelée attribut (Lili a toujours été malicieuse) est une des réalisations possibles de la fonction déterminant du verbe (p. 194-195), au même titre que l’ancien complément (objet) direct (Lora chante un air de Verdi), l’ancien complément (objet) indirect (Mathieu rit de sa sœur), l’ancien complément circonstanciel (Pierre va à la mer), l’adjectif adverbialisé (Pierre mange japonais / parle net) ou le complément du verbe impersonnel (il pleut des cordes). Le choix de considérer l’attribut comme un complément du verbe copule plutôt que comme un prédicat du sujet est explicité dans la note 100 p. 175 : « La question de savoir si l’attribut traditionnel est un prédicat sur le noyau GP1 (i.e. le sujet) ou est un déterminant du verbe divise les linguistes. Nous optons pour la deuxième solution par souci de cohérence avec notre système. L’attribut se pronominalise au neutre, avec une forme proche de celle du pronom déterminant du verbe. Ce qui gêne la tradition grammaticale, c’est de dire que l’adjectif puisse être déterminant du verbe, alors que ce rôle était jusqu’ici dévolu à l’adverbe. […] Si l’on considère l’attribut comme un prédicat du noyau GP1, il faut tracer une frontière nette entre les deux fonctions attribut et déterminant du verbe, ce que rendent malaisé les exemples ci-dessus. Nous considèrerons dès lors l’attribut comme un déterminant du verbe copule. Sa base normale est adjectivale, mais il peut être pris en charge par, notamment, un nom (ou GDN) ».

32Si nous laissons de côté la terminologie spécifique à la Belgique, nous pouvons dire que, dans le référentiel belge à l’usage des enseignants, l’attribut est un complément du verbe copule et que ses réalisations syntaxiques prototypiques sont, d’une part, le syntagme adjectival (prototype), d’autre part le syntagme nominal (avec ou sans déterminant, au sens linguistique courant du terme).

33Pour résumer ce tour d’horizon des constructions du verbe être, dans son emploi attributif ou locatif, je propose le tableau suivant :

V+att GA V+att GN V-att GP(locatif) V+att GP
Prim Attribut Attribut Ct Circ V (lieu) Ct Circ V
France Second Attribut Attribut Ct Circ lieu Ct lieu? / Attribut (si sens figuré)
Univ Attribut Attribut Ct locatif Attribut
Suisse Attribut Attribut Ct ind /? Attribut/?
Québec/Canada Attribut Attribut Attribut /? Attribut
Belgique Det Vcop Det Vcop Det V Det Vcop
Pays germanoph Prédicat adjectival Prédicat nominal Complément Prédicat prépositionnel
Pays anglophones Prédicat adjectival (Subjective complement) Prédicat nominal Complément Prédicat prépositionnel

3. L’attribut : un complément (pas) comme les autres ?

34Que l’attribut soit un constituant essentiel, non effaçable, du groupe verbal dit attributif, est un fait qui semble faire consensus – malgré les programmes 2008 – puisque les manuels scolaires insistent sur le fait qu’il n’est pas supprimable. Il est même un constituant beaucoup plus nécessaire à la grammaticalité de la phrase que le complément d’objet, comme le rappelle Melis (2006, p. 240) : on peut dire je mange, je songe, je coupe mais pas *je suis, *je semble, *j’ai l’air. La Grammaire méthodique du français (2009, p. 420) n’hésite pas à affirmer qu’« il occupe la même position structurale qu’un c.o.d ». Cette grammaire rejoint la position de Marcello-Nizia (1996, p. 97) pour qui « l’attribut est […] à placer dans le même paradigme que l’objet » (p. 97).

35Dès lors, pourquoi n’est-il pas appelé complément ? Peut-on, sans commettre une hérésie, dire que ce qu’on appelle attribut n’est que le complément (essentiel) du verbe être ? De plus en plus d’auteurs considèrent que le verbe être et les autres verbes copules sont des verbes à part entière qui sous-catégorisent des compléments, avec chacun des restrictions particulières. Ainsi pour Goes (1999, p. 127) : « nous considérons l’attribut comme un complément de être, une fonction donc, et qui porte le poids sémantique de la prédication logique ». Creissels (2006, p. 347), tout en soulignant la complexité des phénomènes syntaxiques et sémantiques induits par les constructions copulatives, n’hésite pas à parler de « complément du verbe être », et même de « noms et adjectifs compléments du verbe être ». Le terme de complément se justifie dans le cadre d’une présentation unifiée des fonctions, dans la mesure où complément désigne les éléments sous-catégorisés par une tête lexicale, par opposition à la fonction sujet d’une part, et par opposition aux fonctions modifieurs ou incidents. « La fonction sujet est unique, il s’agit du sujet de la phrase ; les autres noms de fonction, compléments, modifieurs, incidents, recouvrent une diversité de formes, et une diversité de relations à des constituants particuliers. […] Les compléments sont sous-catégorisés. Les modifieurs sont facultatifs. Les incidents n’appartiennent pas à la sémantique référentielle de la phrase » (Delaveau 2001, p. 58).

3.1. Des arguments inattendus… dans la Grammaire générale

36La parenté en matière de prédication entre l’attribut et le complément avait déjà été entrevue par deux auteurs du XVIIIe siècle, à la pensée originale et indépendante, le père Claude Buffier et l’abbé Gabriel Girard. Tout d’abord, le père Buffier (1709), subsume l’opération d’attribution et d’affirmation sous-jacente à l’attribut logique et assimile ce dernier au verbe, de même qu’il assimile le « sujet » au nom : « Le mot qui sert à exprimer le sujet dont on parle ; je l’appelle nom : le mot qui sert à exprimer ce que l’on attribue au sujet ou ce qu’on en afirme (car ces expressions ne signifient ici que la même chose) je l’appelle verbe. » (ibid, p. 49, § 67). Pour Buffier, la phrase comporte donc nécessairement ces deux constituants, chacun pouvant recevoir des éléments accessoires appelés indifféremment « modificatifs », comme dans l’exemple suivant « Le zèle sans prudence agit témérairement » (ibid., § 70). Il distingue en outre un autre type de fonction, celle qui consiste à réaliser une opération de particularisation et qu’il désigne du nom traditionnel de régime. Le régime du verbe est aussi bien ses brebis dans « Le pasteur connait ses brebis », (ibid. § 102) que savant dans « Vous êtes savant », exemple accompagné de ce commentaire : « savant sera le régime parce que savant particularise ici le verbe être ».

37Chez l’abbé Girard (1747), on trouve une description originale de la construction de la phrase qui repose sur la mise en relation d’un maximum de sept « parties constructives » : le subjectif, l’attributif, l’objectif, le terminatif, le circonstanciel, conjonctif et adjonctif. Ces sept fonctions sont illustrées dans l’exemple suivant : « monsieur (adjonctif) si (conjonctif) vous (subjectif) me (terminatif) faites (attributif) promptement (circonstanciel) réponse (objectif) » (p. 113). Le terme objectif désigne aussi bien ce que nous appelons le complément d’objet que ce que nous appelons l’attribut du sujet comme on le voit dans le commentaire qu’il fait (p. 108) à la phrase Hélas, madame, vôtre fils & vôtre fille sont & seront toujours sans inquiétude la cause de vos maux & la source de vos chagrins : « l’Objectif renferme deux objets, « la cause de vos maux » et « la source de vos chagrins ».

  • 8 On peut entendre en français québécois populaire Elle sent bonne, ce qui confirme l’analyse.

38Ainsi, ces deux grammairiens réunissent ce que la deuxième grammaire scolaire, dans son souci orthographique, va opposer, et qui va conduire à la typologie des verbes que nous connaissons aujourd’hui. Pourtant, la frontière entre verbes copules et verbes dits transitifs n’est pas toujours aussi nette qu’on voudrait le croire (Lauwers et Tobback, 2010). Melis (2006) a montré qu’il existe « entre verbes transitifs et copule, les verbes à quasi-compléments caractérisants », comme sentir bon8, ce qui invite à parler d’emploi ou construction transitive ou attributive. D’ailleurs, la question de la distinction entre attribut de l’objet et compléments de manière continue de faire débat (Venérin-Guenez, 2013).

3.2. Pour un complément-(attribut) du verbe être

39Si l’on admet que l’attribut est un complément essentiel du verbe être, reste la question de savoir s’il faut distinguer les constructions en fonction de leur réalisation syntaxique et/ou de données sémantiques. Vaguer (2004, p. 380) propose une solution unifiée pour toutes les constructions Vêtre + X en termes de « coïncidence du sujet avec ce qui suit le verbe », que ce soit un statut (« J’étais père et sujet, je suis amant et roi » [Racine]), un état (« Je suis amoureux, Je suis malade, Je suis en retard, Je suis au courant »), ou un lieu, qu’il soit concret (« Le train est en gare »), ou abstrait (« J’y suis ; Être sur une affaire »). Le Goffic(1993, p. 195) distingue, quant à lui, trois grands types de constructions possibles, correspondant à des prédications de sens différents :
– avec des adjectifs, pour attribuer à un sujet une qualité, permanente ou occasionnelle : Paul est content ;
– avec des GN, pour identifier le sujet et l’attribut : Paris est la capitale de la France ;
– avec des GP (essentiels, non suppressibles), pour localiser (au propre ou au figuré : Paul est au Venezuela ; Paul est de bonne humeur.

40L’analyse traditionnelle, celle qui domine nous l’avons vu, dans l’ensemble des systèmes scolaires francophones, consiste à opposer ce que j’appellerais dorénavant le complément-attribut et le complément de lieu (ou complément locatif). Ainsi, la Grammaire méthodique du français (2009) distingue nettement deux types constructions : celles dans lesquelles le prédicat « exprime une caractéristique (propriété, état ou catégorisation) du sujet : Pierre est gentil / d’une humeur exécrable / las d’attendre / en colère / commissaire aux comptes / un excellent bridgeur / le capitaine de l’équipe » (ibid., p. 419), par opposition à celles où le prédicat lui assigne une localisation (Pierre est dans la voiture / La réunion est à trois heures / Mon voisin est de Paris / Ce vase est en or, etc. (ibid., p. 429). De ce fait, les critères invoqués pour accepter comme attribut un groupe prépositionnel est qu’il soit pronominalisable par le (en colère, il l’est), intensifiable (très en colère) ou qu’il puisse être remplacé par un adjectif (être en colère / énervé). Les groupes prépositionnels qui se pronominalisent en y sont des prédicats locatifs, mais pas à proprement parler des attributs, pour ne pas « modifier profondément la définition classique de l’attribut » (ibid, p. 429), qui se restreint au rapport d’inhérence et à la co-substantialité du sujet et de l’attribut. Pour Riegel, auteur de L’adjectif attribut (1985) la fonction attribut est d’abord une fonction de l’adjectif. Pourtant, la frontière entre les expressions locatives concrètes et les expressions spatiales ou temporelles figurées est si ténue que l’on observe des possibilités de variantes dans les anaphores pronominales (Il est dans son bureau [ =y] ; dans une forme olympique [ =l’] ; dans l’expectative [ =y / l’] ; dans ses petits souliers [ =y / l’] ; dans la police [ =y / l’]). Il s’avère qu’il existe un continuum entre complément-attribut et complément locatif et qu’il s’agit toujours de complément du verbe être. Il est significatif que la distinction entre la valeur de caractérisation et celle de localisation pour une expression prédicative est moins problématique quand on a affaire à des attributs de l’objet : ainsi, dans Elle croit son mari à la maison, le syntagme prépositionnel de sens locatif, à la maison, est facilement identifié comme un prédicat second, c’est-à-dire un attribut du complément d’objet. Un autre exemple est fourni par Willems et Defranc (2000), dans une étude consacrée aux verbes de perception, où ils étudient en ce sens la construction voir X à la tête de Y.

41Je fais l’hypothèse que le choix assumé du terme complément pour subsumer les deux emplois (ou les deux sens, si l’on préfère) du verbe être, en parlant de complément-attribut et de complément de lieu (ou complément locatif), permet de résoudre l’aporie dans laquelle se trouve l’institution scolaire française. En effet, il est frappant de constater le non-dit des manuels, qui proposent des exercices dans lesquels il faut distinguer les groupes qui sont attributs de ceux qui ne sont pas attributs, mais dont on ne sait quel « nom » leur donner. Le choix des Programmes 2008 d’en revenir à l’étiquette de compléments circonstanciels de lieu crée une insécurité terminologique qui risque de compromettre la cohérence des enseignements, mais les professeurs de collège semblent craindre d’utiliser l’étiquette de « complément essentiel de lieu » prévue pour les verbes transitifs dans la Terminologie de 1997, mais absente des manuels quand il s’agit du verbe être.

3.3. Proposition de transposition didactique

42Si l’on fait l’hypothèse que le cadre pédagogique proposé aux enseignants de français soit élaboré à partir d’un schéma de phrase de base soit fonctionnel (Sujet – Prédicat verbal), soit mixte (Sujet – GV), il semble possible de proposer une présentation simplifiée des fonctions dans la phrase de base modulable pour l’enseignement primaire ou secondaire. Je reprendrai ici la position que j’ai défendue dans Quelle grammaire enseigner (2011, p. 53-56). Il est nécessaire de distinguer pour commencer deux fonctions : la fonction sujet et la fonction complément (de). Pour cette fonction, l’important « est de mettre en évidence l’orientation de la relation, autrement dit de percevoir ce qui complète un élément de la construction et qui est un apport nécessaire ou facultatif à cet élément » (p. 54).

43Je propose de modifier le schéma récapitulatif de la façon suivante :

44Ce schéma laisse de côté les compléments essentiels de prix, de poids, et de mesure qu’il semble plus simple de ranger dans les compléments d’objets (si l’on souhaite maintenir cette étiquette). Les critères pour la fonction complément essentiel sont : sélectionné par le sens du verbe, non effaçable, non déplaçable, pronominalisable. La distinction complément essentiel (ou sélectionné) / non essentiel reprend la Terminologie grammaticale de 1997, indépendamment du fait que cette propriété pourrait s’appliquer aux compléments de nom ou d’adjectif. La question de savoir s’il existe des compléments circonstanciels portant sur la prédication verbale nucléaire se pose dans le champ de la recherche syntaxique, mais n’est sans doute pas un contenu qui doit être transposé, surtout au niveau primaire et secondaire.

Conclusion

45Le terme d’attribut est un vestige de la tradition grammaticale française héritée de la Grammaire générale de Port-Royal. La Nomenclature grammaticale de 1910 a repris ce terme pour distinguer deux constructions verbales sur le critère morphosyntaxique de l’accord. Nombreux sont les travaux qui ont signalé le risque de maintenir cette terminologie dès lors que le cadre théorique avait radicalement changé (Arrivé, 1964 ; Chevalier, 1968 ; Chervel, 1977 et 2006 ; De Gaulmyn, 1991 ; Fournier, 1999 et 2000 ; Riegel, 1985). Après un siècle de pratiques pédagogiques, il est indéniable que l’on est parvenu à une certaine stabilisation du système qu’il parait délicat de bouleverser. Cependant, si l’on accepte que nous sommes entrés depuis les années soixante-dix dans une troisième grammaire scolaire, construite sur un modèle qui prend en compte – au moins partiellement – les propriétés des constituants syntaxiques, il parait nécessaire de minimiser l’écart entre la fonction attribut et la fonction complément d’objet en subsumant ces deux constructions sous l’étiquette commune de complément essentiel prévu par la grammaire scolaire. Ce faisant, on fournit aux maitres la possibilité de simplifier leur enseignement en déplaçant le point central de leur enseignement dans la distinction des compléments argumentaux, qui jouent un rôle fondamental pour la compétence lexicologique fine, et des compléments dits circonstanciels, qui jouent un rôle important dans l’enrichissement informationnel de l’énoncé.

46À l’heure où la France s’est dotée d’un Conseil Supérieur des Programmes dans lequel siègent d’éminents linguistes et didacticiens, il est permis d’espérer que les programmes à venir corrigeront les imperfections ici présentées.

Haut de page

Bibliographie

Manuels scolaires

À portée de mots. Français CM1 Cycle 3, niveau 2. (2007). Hachette Éducation.

Français. Livre unique. Collection Caribou. CM1 Cycle 3. (2009). Istra, Hachette.

Interlignes – Étude de la langue CM1 (2009). Éd. SED.

Outils pour le français (nouvelle édition). Cycle 3, CM2. (2008). Magnard.

Sites et documents en ligne :

Le sens grammatical. Référentiel à l’usage des enseignants (Belgique). Disponible sur Internet : <>.

Plan d’Étude Romand. Disponible sur Internet : <http://www.plandetudes.ch/>.

Planification pour l’enseignement du GP (S. Chartrand, superviseur). Disponible sur Internet : <http://www.enseignementdufrancais.fse.ulaval.ca/fichiers/site_ens_francais/modules/document_section_fichier/fichier__2bbc254d9ce8__Planification_GPrep.pdf>.

Portail pour l’amélioration du français au Québec. Disponible sur Internet : <http://www.ccdmd.qc.ca/fr/> (Fiche sur la fonction attribut : <http://www.ccdmd.qc.ca/media/allo_fonct_dis_075Allophones.pdf>)

Portail pour l’enseignement du français. Disponible sur Internet : <http://www.enseignementdufrancais.fse.ulaval.ca>.

Programme de français au collège (2008). Disponible sur Internet : <http://media.Éducation.gouv.fr/file/special_6/21/8/programme_francais_general_33218.pdf>.

Programmes de l’école primaire (BO n° 19 juin 2008 Hors-série). Disponible sur Internet : <http://www.ac-caen.fr/ia50/circo/cou/IMG/pdf/Programmes2008_hs3_19juin2008.pdf>.

Rapport du jury de l’agrégation de lettres modernes (session 2012). Disponible sur Internet : <http://cache.media.Education.gouv.fr/file/agreg_ext/80/1/letmod_240801.pdf>.

Terminologie grammaticale (1997) CNDP. Disponible sur Internet : <http://crdp.ac-bordeaux.fr/documentalistes/docadmin/grammaire.pdf>.

Articles et ouvrages

ARNAULD et LANCELOT (1660). Grammaire générale et raisonnée. Disponible sur Internet : <http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k25788r>.

ARRIVÉ M. (1964). « Attribut et complément d’objet en français moderne ». Le français moderne, n° 32, p. 241-258.

BERTRAND O. et SCHAFFNER I. (2013). Enseigner la grammaire. Palaiseau : Éditions de l’École polytechnique.

BOIVIN M.-C. (2012). « La pertinence didactique de la Phrase de base pour l’enseignement du français ». Revue canadienne de linguistique appliquée, n° 15-1, p. 190-214.

BOIVIN M.-C. et PINSONNEAULT R. (2008). « Description grammaticale et transposition didactique : le cas des infinitives et des participiales ». Enjeux, n° 71, p. 29-57.

BOUARD S. (2007). Structure de la proposition et construction verbale : régime, complément et transitivité dans les grammaires françaises, 1651-1863. Thèse de doctorat sous la direction de S. Auroux, Université Paris-7, Lille, ARDT.

BUFFIER (1709). Grammaire française sur un plan nouveau. Première Partie ou Principes de grammaire. Paris : Leclerc-Brunet-Leconte. Disponible sur Internet : <http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k84304s/f24.image.r=buffier%20grammaire.langFR>.

CHARTRAND S.-G., AUBIN D., BLAIN R. et SIMARD C. (1999). Grammaire pédagogique du français d’aujourd’hui. Boucherville (Québec) : Graficor.

CHEVALIER J.-C. (1968). Histoire de la syntaxe : naissance de la notion de complément dans la grammaire française, 1530-1750. Genève : Droz.

CHERVEL A. (1973). « La grammaire traditionnelle et l’orthographe ». Langue française, vol. 20, n° 1, p. 86-96.

CHERVEL A. (1977). Et il fallut apprendre à écrire à tous les petits Français. Paris : Payot.

CHERVEL A. (2006). Histoire de l’enseignement du français du XVIIe au XXe siècle. Paris : Ed. Retz, coll. « Les Usuels ».

COMBETTES B. (1998). « La nouvelle nomenclature grammaticale ». Pratiques, n° 97-98, p. 93-99.

COMBETTES B. et CHAROLLES M. (1993). « Grammaire de phrase, grammaire de texte ». Pratiques, n° 77, p. 43-57.

CREISSELS D. (2006). Syntaxe générale, une introduction typologique 1. Paris ; Hermes Science.

De GAULMYN M.-M. et RÉMI-GIRAUD S. (dir.) (1991). À la recherche de l’attribut. Lyon : Presses universitaires de Lyon.

DELAVEAU A. (2001). Syntaxe. La phrase et la subordination. Paris : A. Colin, coll. « Campus ».

DIDEROT et D’ALEMBERT. (1751-1772). Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers. Article « Verbe » (par N. Beauzée), Livre 17, p. 51-52. Disponible sur Internet : <http://encyclopedie.uchicago.edu/>.

DONZÉ R. (1967). La grammaire générale et raisonnée de Port-Royal. Contribution à l’histoire des idées grammaticales en France. Berne : Francke.

FOURNIER J.-M. (1999). « La phrase entre modernité et tradition ». In Collinot A. et Mazière F. (dir.) Le français à l’école : un enjeu historique et politique. Paris : Hatier, p. 226-268.

FOURNIER J.-M. (2000). « À propos de la syntaxe dans les grammaires scolaires à partir de 1910 : la théorie classique de la proposition et des compléments ». Études de linguistique appliquée, n° 118, p. 197-210.

GENEVAY É. (1994). Ouvrir la grammaire. Lausanne-Montréal ; LEP et La Chenelière.

GENEVAY É. (1996). « S’il-vous-plait… invente-moi une grammaire ». In Chartrand S.-G. (dir.) Pour un nouvel enseignement de la grammaire. Montréal : Éditions Logiques, p. 53-84.

GIRARD G. (abbé) (1747). Les vrais principes de la langue françoise ou La parole réduite en méthode conformément aux lois de l’usage. Disponible sur Internet : <http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k50629c.pdf>.

GOES J. (1997). « L’attribut : objet de “être” ». Travaux de linguistique, n° 34, p. 49-64.

GOES J. (1999). L’adjectif. Entre nom et verbe. Louvain : Duculot, coll. « Champs linguistiques ».

HELBIG G. et BUSCHA J. (1991). Deutsche Grammatik. Ein Handbuch für den Ausländerunterricht. Berlin – München – Wien : Langenscheidt.

KARABÉTIAN E.S. (2000). « La double crise de la grammaire scolaire (1968-1972 et 1985-1995) ». Études de linguistique appliquée, n° 118, p. 245-256.

LAUWERS P. et TOBBACK E. (2010). « Les verbes attributifs : inventaire(s) et statut(s) ». Langages, n° 179-180, p. 79-114.

LE GOFFIC P. (1993). Grammaire de la phrase française. Paris : Hachette supérieur.

MARCELLO-NIZIA C. (1996). « La place de l’attribut du sujet et son évolution aux XIIe et XIIIe siècles en français ». Langue française, vol. 111, n° 1, p. 97-108.

MELIS L. (1993). Les circonstants et la phrase. Étude sur la classification et la systématique des compléments circonstanciels en français moderne. Louvain : Presses universitaires de Louvain.

MELIS L. (2006). « Entre verbes transitifs et copules, les verbes à quasi-compléments caractérisants ». In Riegel M., Schnedecker C., Swiggers P. Aux carrefours du sens, Hommages offerts à G. Kleiber pour son soixantième anniversaire. Louvain : Peeters, coll. « Orbis Supplementa » 26, p. 233-251.

NADEAU M. et FISHER C. (2006). La grammaire nouvelle. La comprendre et l’enseigner. Montréal : Gaëtan Morin.

PELLAT J.-C. (2001). « Nomenclature / Terminologie grammaticale : 1975 / 1997 ». In Colombat B. et Savelli M. (éd.) Métalangage et terminologie linguistique. Actes du colloque international de Grenoble (Université Stendhal-Grenoble 3, 14-16 mai 1998). Louvain : Peeters, vol. 2, p. 655-671.

PELLAT J.-C. (éd.) (2011-2009). Quelle grammaire enseigner. Paris : Hatier.

Pratiques (1998). « La transposition didactique en français », n° 97-98.

QUIRK R. et al. (1985). A comprehensive grammar of the English language. London-New York : Longman.

RIEGEL M., PELLAT J.-C. et RIOUL R. (1994, 7e éd. 2009). Grammaire méthodique du français. Paris : PUF, coll. « Quadriges ».

RIEGEL M. (1985). L’adjectif attribut. Paris : PUF.

VAGUER C. (2004). Les constructions verbales « V dans GN ». Approches syntaxique, lexicale et sémantique. Thèse de l’université Paris X sous la direction de D. Leeman.

VAN RAEMDONCK D. et DÉTAILLE M. (2011). Le sens grammatical. Référentiel à l’usage des enseignants. Bruxelles ; Berne : PIE, Peter Lang.

VAN PETEGHEM M. (1991). Les phrases copulatives dans les langues romanes. Wilhelmsfeld : G. Egert Verlag.

VERGNAUD J. (1980). « La genèse de la nomenclature de 1910 et ses enseignements ». Langue française, n° 47, p. 48-75.

WILLEMS D. et DEFRANCQ B. (2000). « L’attribut de l’objet et les verbes de perception ». Langue française, vol. 127, n° 1, p. 6-20.

Haut de page

Notes

1 Van Raemdonck (éd.) (2011, note 108, p. 179).

2 Outils pour le français (nouvelle édition), Cycle 3, CM2 (2008) Magnard [ci après noté OpF].Français. Livre unique. Coll. Caribou, CM1, Cycle 3 (2009) ISTRA, Hachette [ci après noté FCar].Interlignes – Étude de la langue CM1 (2009) éd SED [ci après noté Interl].

3 Voir Bouard (2007) pour la mise au point la plus récente.

4 « Predicative adjectives most often occur as complement to the verb be, but be allows such a wide range of complements that its value as a diagnostic is quite limited. Much more useful from this point of view are the verbs become and make, and to a lesser extent seem, appear, feel, look, sound, which take a more restricted range of complements. » In Rodney Huddleston and Geoffrey K. Pullum, The Cambridge Grammar of the English Language. (2002). Cambridge Univ. Press.

5 En anglais (cf. Quirk, 1985), on trouve le terme de subjective complement qui s’oppose au terme de object pour désigner le complément des verbes transitifs. Mais le complement est aussi considéré comme predicative.

6 La version consultée parle cependant de GN avec ou sans préposition.

7 Planification pour l’enseignement du GP (S. Chartrand, superviseur), p. 19.

8 On peut entendre en français québécois populaire Elle sent bonne, ce qui confirme l’analyse.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/reperes/docannexe/image/683/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 178k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Corinne Delhay, « Pour un « complément-attribut » », Repères, 49 | 2014, 57-76.

Référence électronique

Corinne Delhay, « Pour un « complément-attribut » », Repères [En ligne], 49 | 2014, mis en ligne le 30 juin 2014, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/reperes/683 ; DOI : 10.4000/reperes.683

Haut de page

Auteur

Corinne Delhay

Université de Strasbourg, EA 1339 LiLPa, ER « Didactique des langues »

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Repères sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lyon
  • Logo ENS Lyon
  • Logo ENS Éditions
  • Logo Institut français de l’éducation
  • OpenEdition Journals