Navigation – Plan du site

Introduction

Les recompositions des enjeux de « santé mentale » sur Internet
Baptiste Brossard, David L.J. Gerber et Cécile Méadel
Traduction(s) :
Introduction

Texte intégral

  • 1 Les auteurs remercient Samuel Coavoux et Sébastien François pour leurs commentaires lors de l’élabo (...)
  • 2 Par « santé mentale », nous entendons ici les comportements et affects socialement considérés comme (...)
  • 3 L’expression « psy » désigne la nébuleuse des disciplines et des spécialités médicales qui portent (...)
  • 4 Côté plaidoyer on lira Meyer (2005) ou Roudinesco (1999). Pour une analyse de la position de l’usag (...)
  • 5 Le Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders (DSM) est un manuel publié par l’Associati (...)

1Internet agit sur la manière dont les individus, les groupes et les institutions s’emparent des enjeux liés à la santé.1 Ces transformations suscitent un nombre croissant de travaux, émanant des chercheurs en sciences sociales, mais également des professionnels de la santé – comme l’illustre la publication du Journal of Medical Internet Research depuis 1999. Ce terrain d’enquête reste peu exploré en ce qui concerne la santé mentale2 malgré l’extension généralisée du domaine « psy »3 dans l’espace public depuis les années 1970 (Mehl, 2003) et la multiplication des controverses autour de ces sujets. La définition des troubles mentaux, les différentes prises en charge de ces troubles4, l’arrivée du DSM-V5 ou encore la diffusion du modèle de l’evidence based medicine au sein des approches psy donnent en effet lieu à une ample production sur le web.

2Afin de comprendre ces enjeux, débarrassons-nous d’abord d’un antagonisme qui structure une partie de la littérature. L’utilisation des nouvelles technologies est d’un côté suspectée de provoquer des troubles (de la supposée « cybercondrie » aux nombreuses formes d’addiction à internet ; voir Cash et al., 2012 ; Young, 1998 ; Valleur, 2009), de favoriser parmi les internautes des problèmes d’estime de soi, de dépression ou d’isolement social (Mohseni & Sohrabi 2007 ; Sanders et al., 2000), voire à l’extrême de conduire les « mauvais » utilisateurs à une « attitude schizophréno-autistique » (Jauréguiberry, 2000). D’un autre côté, certaines publications présentent l’utilisation d’Internet sous un jour positif, rejoignant le cercle plus large des positions que l’on pourrait qualifier de « techno-enthousiastes » (Selwyn, 2004). Cette utilisation s’avèrerait bénéfique pour la santé mentale des individus et réduirait même les risques de dépression (Pénard, Poussing & Suire, 2011 ; Ford & Ford, 2009).

3Le premier numéro de la revue RESET a montré qu’il fallait nuancer l’enthousiasme suscité par les nouvelles technologies, notamment les approches qui soutiennent que l’accès à Internet ferait disparaitre les inégalités de classe. Dans le domaine de la santé mentale, on retrouve une même opposition, passablement stérile, entre enthousiasme et pessimisme : pour la dépasser, ce second numéro préfère, à l’opposition du « pour » et du « contre », la question du « comment » et « sous quelles conditions » ; une telle problématisation apparaissant comme une condition de rupture avec nos prénotions. On se demandera comment Internet contribue à la production des catégories relatives à la santé mentale. Ou encore comment ces catégories se créent, puis sont réappropriées ou contestées par les individus et les groupes. On verra enfin comment Internet change les trajectoires de soin et les méthodes thérapeutiques et de quelles manières les outils de communication électronique sont utilisés par des groupes de patients.

4Ces questionnements s’inscrivent dans la continuité d’interrogations vivaces dans certaines traditions sociologiques, anthropologiques et historiques, au sein desquelles se positionnent les articles de ce numéro. Nous pensons en particulier au rapport des sciences sociales avec les disciplines psy, au rôle des processus d’étiquetage dans le développement des troubles et à la dimension socioculturelle de ces derniers. Dans un domaine conflictuel où, par conséquent, les conclusions sont sans cesse remises en cause, nous défendrons un point de vue fort : Internet constitue un nouveau terrain ayant le potentiel de renouveler des problématiques essentielles qui parcourent les recherches relatives à la santé mentale.

Sociologues, psychologues et internautes

5L’intérêt des sociologues pour les troubles mentaux est aussi vieux que la sociologie, ne serait-ce que par l’une de ses œuvres fondatrices, Le Suicide (Durkheim, 1897). Jusqu’aux années 1960, la plupart des travaux en sociologie de la santé mentale, souhaitant montrer que les troubles ne sont pas intra-individuels mais sociaux, identifient des variations sociologiques dans l’apparition des « maladies mentales » en vue de démontrer le rôle de la société dans leur production. Durkheim défend ainsi que l’intégration des individus au collectif, dont la situation matrimoniale est un indicateur, protège statistiquement du suicide. Aux états-Unis, on démontre au cours du vingtième siècle l’influence du lieu de résidence (Faris & Dunham, 1939) et du milieu social des patients (Hollingshead & Redlich, 1958) sur le taux et le type de pathologie diagnostiquée. C’est souvent en opposition à la psychiatrie et à la psychologie, en tant que disciplines individualisantes, que se sont structurées les sciences sociales de la santé mentale ; les premiers chapitres du Suicide suffisent à s’en rendre compte.

6Si ces questionnements paraissent en partie dépassés – notamment l’opposition psychologie individuelle / sociologie collective –, proposer une sociologie de la santé mentale revient encore aujourd’hui à construire une position de fait vis-à-vis des disciplines socialement légitimes à étudier cet objet, la psychiatrie et la psychologie (Darmon, 2005). Par extension, la remise en cause de l’individualisation des troubles mentaux implique de penser ces troubles à contre-courant du sens commun, tant les représentations issues des professionnels de la santé se sont diffusées dans le monde social en général. Il est à cet égard intéressant de constater que la plupart des articles présentés dans ce numéro abordent cette question plus ou moins directement. Patricia et Peter Adler montrent que si les blessures auto-infligées ont longtemps été pensées selon un modèle thérapeutique psychologique et donc individuel, Internet favorise la création d’une alternative collective dans cette perception de la thérapeutique. Sur ce point, Sarah Riley et Cara Williams les rejoignent quand elles soulignent le poids du collectif dans l’intégration aux forums traitant de l’anorexie et dans les représentations que doivent adopter leurs nouveaux membres pour s’y intégrer.

7Mais Internet n’est pas seulement un lieu d’expression collective des troubles individuels, à des fins plus ou moins thérapeutiques : Michael Dellwing et Nadine Jukshat décrivent avec leurs textes la pathologisation possible de son usage par le biais de « nouveaux troubles », respectivement la cyberaddiction et l’addiction aux jeux vidéo, dans une approche pragmatique qui appréhende ces catégories en tant que réponses des acteurs à des situations incertaines. À ce titre, ils s’inscrivent dans un autre type de pensée critique de la psychiatrie en relativisant le caractère purement psychologique des troubles au bénéfice de leurs dimensions sociales ethistoriques. Toutefois, complétant les approches habituellement historiques et/ou constructivistes (Voros, 2009 ; Valleur, 2009) de cette question, ils en proposent une optique qui reste attentive au niveau individuel. Michael Dellwing, montrant l’actualité possible de l’approche interactionniste et pragmatiste (d’où l’inscription de son article dans la rubrique « actualité des classiques ») dans le cas de l’addiction à Internet, redéfinit ce « trouble » comme une dérogation aux attentes de rôle lors de situations sociales. Nadine Jukschat accomplit un mouvement proche en reconstituant les trajectoires d’addiction au sein de la vie sociale de ses enquêtés.

  • 6 Voir le dossier de Santé publique, introduit par Kivits et al., 2009.

8Le développement d’Internet n’a pas seulement interpellé les sociologues. Les professionnels y cherchent aussi de nouvelles possibilités thérapeutiques. Les organismes de santé publique l’utilisent en particulier pour des interventions à visée préventive, jouant par exemple sur les réseaux sociaux pour encourager des comportements « vertueux »6. La « remédiation cognitive », la télépsychiatrie, les usages thérapeutiques des jeux vidéo (Leroux, 2008 ; Radillo, 2009 ; Zermatten et al., 2010) sont autant de potentialités suscitant dans le monde médical et psy de profonds débats déontologiques (Convert & Demailly, 2003), pratiques (Palazzolo, 2003) et des demandes d’évaluation des interfaces (Reavley & Jorm, 2011). Afin de traiter de cette problématique cruciale, ce numéro accueille un article de Jan Bergström, un praticien et chercheur en psychologie clinique qui passe en revue les méthodes de traitement par internet basées sur le self-help, et propose une réflexion sur les possibilités ouvertes par Internet dans le domaine des thérapies comportementales et cognitives. Il témoigne de la volonté de certains professionnels de se positionner dans le contexte socio-numérique et de promouvoir certaines innovations dans la prise en charge de leurs patients.

9En somme, l’apparition d’Internet réintroduit sous un jour nouveau une problématique historique dans la constitution des sciences sociales de la santé mentale : l’analyse des manières dont les troubles mentaux sont – et peuvent être – gérés dans nos sociétés éclaire en effet l’inscription des troubles (usuellement perçus comme individuels) dans le monde social et les savoirs pertinents pour en rendre compte.

Vers la liberté de s’étiqueter soi-même ?

  • 7 On peut faire l’hypothèse que le succès des théories de l’étiquetage aux Etats-Unis s’explique par (...)

10L’un des antidotes les plus efficaces face à l’individualisation des troubles par les professionnels a été de repenser ces troubles en termes de transgressions et de déviances. On connaît surtout la façon dont Howard Becker (1985) a réinterprété la prise de drogue en tant que déviance, donc en tant que pratique sociale relative à un ensemble de normes défendues par des entrepreneurs de morale. Cette approche résolument non-normative de l’ordre social a été prolongée par des travaux en sociologie de la santé mentale, essentiellement produits et connus aux Etats-Unis7, centrés autour de l’étude des processus d’étiquetage. Revenons sur l’émergence de cette tendance de recherche dans le domaine qui nous intéresse. En 1966 paraît Being Mentally Ill, un ouvrage de Thomas Scheff dans lequel est défendue la théorie selon laquelle le développement d’une maladie mentale doit être compris en relation avec les processus d’étiquetage auxquels sont soumis les individus dits « malades » (Scheff, 1966). L’étiquetage ne sanctionnerait pas seulement le trouble, il contribuerait à son apparition. C’est la labelling theory of mental disorders.

11Vingt ans après, plusieurs auteurs ont cherché à aménager cette théorie. D’après Peggy Thoits (1985), face à une « déviance émotionnelle » (c’est-à-dire une transgression intimement ressentie comme telle qui consiste notamment à ne pas avoir les émotions adéquates selon les situations), un individu va d’abord s’étiqueter lui-même, se demander s’il est « fou », avant d’aller consulter un professionnel pour être fixé sur cette catégorie. D’après Bruce Link et son équipe (1989), c’est plus l’anticipation de l’étiquetage qui est contraignant que l’étiquetage lui-même : une personne désignée ou auto-désignée comme « folle » ne va peut-être pas nécessairement subir de rejet. Elle va anticiper ce rejet et produire l’effet d’étiquetage comme s’il existait effectivement.

12Ces théorisations ont vu le jour avant la diffusion d’Internet, qui génère ce que l’on pourrait considérer comme une réserve d’étiquettes directement et potentiellement mobilisables par les individus. Le monopole des médecins et des psys dans le maniement des catégories nosologiques est interrogé par la capacité d’organisation, de diffusion, voire de production en ligne de connaissances par les groupes de patients et par leurs familles (voir par exemple Méadel, 2006). L’intervention sur les catégories de savoir via des formes de lobbying semble devenir plus aisée que lorsque ces vétérans du Vietnam avaient