Navigation – Plan du site

Les joueurs amateurs de poker : une communauté de pratique ?

Amateur Poker Players: a Community of Practices?
Aymeric Brody

Résumés

Cet article s’appuie sur une enquête de terrain menée entre 2007 et 2011 auprès des joueurs amateurs de poker en France. Analysant plus particulièrement les résultats d’un questionnaire ethnographique diffusé lors d’un tournoi réunissant plusieurs milliers de participants, l’auteur cherche à comprendre ce qui a pu pousser ces amateurs à s’engager dans la compétition. Au-delà des perspectives de gains – sommes toutes assez réduites –, c’est d’abord le plaisir de jouer et l’envie de progresser dans la pratique du jeu qui auraient suscité leur engagement. Habitués à jouer au poker sur internet, ces joueurs partagent en effet le même désir de se forger de nouvelles expériences du jeu. Le tournoi en question leur offre ainsi une occasion de se réunir autour de leur passion commune pour poursuivre leur apprentissage du jeu. Loin de la figure médiatique du poker player obsédé par l’appât du gain et la réussite individuelle, l’enquête de terrain révèle finalement l’existence d’une communauté de joueurs pour qui le jeu d’argent est devenu une passion ordinaire.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Loi n° 2010-476 du 12 mai 2010 relative à l'ouverture à la concurrence et à la régulation du secteu (...)
  • 2 Christian Bromberger définit le registre des « passions ordinaires » de la manière suivante : « Par (...)
  • 3 En partenariat avec l’Observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT), cette étude s’a (...)

1Avec la légalisation des sites de jeux d’argent en ligne au début des années 20101, la pratique du poker sur internet est devenue une « passion ordinaire »2 pour plusieurs centaines de milliers de français. Selon les chiffres officiels communiqués par l’Autorité de régulation des jeux en ligne (ARJEL) pour l’année 2012, 295 000 comptes-joueurs ont été utilisés chaque semaine sur des sites de poker agréés, sachant qu’un même joueur possède souvent plusieurs comptes par site (ARJEL, 2013a). L’activité de ces comptes témoigne de l’investissement et de l’assiduité des joueurs. Une étude récemment publiée par l’Observatoire des jeux (ODJ) estime que 20,9 % des joueurs de poker en ligne jouent de manière quasi-quotidienne et 51,4 % de façon hebdomadaire3. Selon cette même étude, la pratique du poker sur internet n’est d’ailleurs pas exclusive pour ces joueurs puisque 42,8 % d’entre eux jouent également au poker de façon traditionnelle – en « live », comme ils disent. Certes, le développement et la légalisation des sites de poker en ligne a largement contribué à la massification d’une pratique longtemps réservée en France à quelques initiés (Daninos, 2010). Mais le jeu ne s’est pas seulement imposé sur internet, il a aussi investi les cercles de jeux, les casinos, les associations de joueurs et autres clubs de poker, jusqu’à prendre place au domicile des joueurs eux-mêmes (Brody, 2011a).

2Si les enquêtes statistiques de l’ARJEL et de l’ODJ proposent une vision globale de la population des joueurs de poker en ligne, l’enquête de terrain que nous avons réalisée entre 2007 et 2011 nous a permis d’appréhender la diversité des pratiques du poker et la singularité des parcours des joueurs. En 2007, nous avons d’abord suivi et interrogé des joueurs qui se rassemblaient régulièrement à domicile pour des parties de poker entre amis. En 2010, nous avons nous-même joué sur internet afin d’expérimenter et d’observer la pratique du poker dits « online ». Enfin, en 2011, nous avons observé des milliers de joueurs se réunir lors d’un grand tournoi de poker au cours duquel nous avons mené une enquête approfondie par observation, entretien et questionnaire auprès des participants. La « revisite en continu » (Burawoy, 2010) de ces différents terrains a été l’occasion de découvrir une population jusqu’alors méconnue : les joueurs amateurs de poker. Loin de l’image médiatique du « poker player » dont le but ultime est de « transformer son passe-temps en activité lucrative » (Esparza, 2014 : 100), la plupart des personnes rencontrées au court de notre enquête semblaient faire de leur passion pour le jeu un loisir comme les autres.

  • 4 Si nous verrons qu’il existe des différences importantes entre les « joueurs amateurs » de notre en (...)

3Peu de recherches ont vu le jour sur les joueurs de poker français. Nous pourrions notamment distinguer les approches psychopathologiques qui envisagent la pratique du poker sous l’angle de l’addiction (Barrault & Varescon, 2011 ; Barrault, 2012) et les approches socio-ethnologiques qui se penchent plus particulièrement sur le jeu clandestin (Feyrs, 2002 ; Piedallu, 2012). Sans forcément nier la dimension ludique du jeu, force est de reconnaître que ces recherches ne voient pas le poker comme une simple pratique de loisir. S’inscrivant dans le domaine des sciences du jeu (Henriot, 1989 ; Brougère, 2013), notre travail de recherche s’applique quant à lui à étudier les pratiques des joueurs en termes de jeu et de loisir (Brougère, 2005). À l’instar d’une recherche exploratoire effectuée par Madeleine Pastinelli, Simon Côté-Bouchard et Élisabeth Papineau (2010) dans une « communauté électronique d’aspirants joueurs professionnels » au Québec, notre propre démarche auprès des joueurs amateurs de poker en France s’écarte des problématiques généralement associées aux jeux d’argent (addiction, déviance, clandestinité, etc.) pour questionner le rapport des joueurs à leur jeu et la communauté qu’ils forment autour de sa pratique4. Autrement dit, il s’agit d’un renversement de perspective : ne plus postuler que la pratique du poker pose problème aux joueurs et à la société, mais partir du caractère ordinaire du jeu pour étudier la façon dont les joueurs l’inscrivent dans leur vie sociale ordinaire. Cet article a ainsi pour objectif de mieux définir une communauté de joueurs dont les pratiques du poker ont pour vocation déclarée le plaisir de jouer et l’apprentissage du jeu dans un collectif ; d’où l’intérêt de saisir cet objet au prisme de la notion de « communauté de pratiques »

4Selon Étienne Wenger (2005), une « communauté de pratique » se définit à la fois par un « répertoire partagé » entre les membres, un « engagement mutuel » de ces derniers dans la pratique et une « entreprise commune » visant à les réunir. Ce sont les trois dimensions qu’il nous faudra explorer pour envisager la nature des liens qui unissent les joueurs de notre enquête. Pour ce faire, nous utiliserons en premier lieu les résultats d’un questionnaire diffusé auprès des participants au tournoi que nous avons suivi en 2011. Après avoir exposé notre méthodologie, nous présenterons les caractéristiques sociodémographiques et les pratiques des joueurs de notre échantillon. Nous tenterons dès lors de mesurer l’homogénéité des profils de ces personnes en fonction de leur répertoire de pratiques. Poursuivant l’analyse des résultats du questionnaire, nous chercherons ensuite à saisir la démarche qui préside à leur engagement mutuel dans ce tournoi. Cela nous amènera finalement à introduire différents extraits d’entretiens réalisés in situ avec des joueurs amateurs pour mieux comprendre le sens qu’ils donnent à leur entreprise commune. Chemin faisant, nous souhaitons contribuer à une meilleure connaissance d’une communauté de pratique que l’on aurait trop vite tendance à qualifier de « virtuelle ».

Un questionnaire ethnographique

  • 5 Christine Hine définit l’« ethnographie virtuelle » (virtual ethnography) comme « une démarche de r (...)

5Cherchant à observer les différentes pratiques des joueurs de poker, notre démarche fut la suivante. Après une première enquête exploratoire aux domiciles des joueurs, nous avons entamé en 2010 une seconde enquête par observation-participante sur des sites de poker en ligne. L’engagement introspectif du chercheur dans cette « ethnographie virtuelle » (Hine, 2008) s’étant révélé difficile à tenir5, nous avons entrepris de rencontrer « réellement » des joueurs ayant une pratique régulière du poker sur internet. Nous avons ainsi pris contact avec les organisateurs du France poker tour (FPT), un tournoi de poker qui réunissait en live plusieurs milliers de joueurs qualifiés sur internet. Intéressés par notre étude, les organisateurs ont accepté que nous les accompagnions entre février et mai 2011 lors de la sixième édition de ce « championnat de France du poker ».

6En partenariat avec un site de poker en ligne, l’évènement s’est déroulé selon trois phases successives : une phase de qualifications online à travers des tournois accessibles gratuitement depuis le site en question ; une série de tournois live organisés dans les principales villes de France ; et enfin, la grande finale du tournoi se déroulant dans un cercle de jeux parisien. Pour notre part, nous avons assisté aux deux dernières phases – les étapes live et la grande finale – en nous rendant notamment dans onze villes-étapes pour observer et interroger les joueurs. Après deux mois d’enquête de terrain et des dizaines d’entretiens réalisés sur place, nous avons profité des quatre dernières étapes live du tournoi – à Saint-Étienne, Toulouse, Tours et Marseille – pour faire passer aux joueurs un questionnaire élaboré à partir de nos observations préalables. Notre propos s’appuyant principalement sur l’analyse des données statistiques issues de ce « questionnaire ethnographique » (Soutrenon, 2005), nous commencerons par en exposer brièvement la méthodologie.

Illustration 1 : Tournoi de Tours, le 9 avril 2011.

Illustration 1 : Tournoi de Tours, le 9 avril 2011.

7Déposé sur les chaises des joueurs avant leur entrée dans la salle, ce « petit questionnaire » d’une page recto-verso, conçu pour être rempli un quart d’heure avant le début du tournoi, a la particularité d’avoir été diffusé sur le terrain de notre enquête. Cette enquête quantitative produite dans le cadre d’une enquête ethnographique possède plusieurs avantages. Le premier avantage concerne le taux de retour du questionnaire. En effet, notre présence aux côtés des organisateurs du tournoi a largement facilité la passation du questionnaire. Si nous occupions une position de go-between entre les joueurs que nous observions discrètement et les organisateurs que nous suivions activement, nous restions toujours volontaire pour participer à l’organisation du tournoi. À plusieurs reprises, nous avons ainsi proposé notre aide pour installer ou ranger le matériel. Cela nous a progressivement valu la sympathie des organisateurs qui ont eu la gentillesse de nous aider en retour dans le cadre de notre enquête. Le directeur du tournoi (tournament director) a par exemple accepté d’annoncer aux joueurs l’existence de notre questionnaire dès leur arrivée à la table de jeu :

Vous pouvez disposer des cadeaux de bienvenue mais pour l’instant on ne touche pas aux cartes et aux jetons (…) le questionnaire n’est pas obligatoire mais si vous voulez le remplir il y a un stylo dans le sac (au micro, le 9 avril à Tours).

8En inscrivant l’enquête dans le dispositif du tournoi, ces propos liminaires ont sans doute encouragé les joueurs à remplir le questionnaire. Chargés de la bonne tenue des tables, les assistants du directeur (floor managers) nous ont alors aidé à récupérer les réponses des joueurs, ce qui aurait également incité ces derniers à jouer les « bons élèves ». Au final, sur les 1563 joueurs ayant participé aux quatre dernières étapes du tournoi, 978 ont répondu à nos questions, soit un taux de retour de 62,6 %. Nous en déduirons que notre échantillon couvre une large partie de la population des joueurs de poker présents sur place, même s’il n’est pas représentatif de la population des joueurs de poker dans son ensemble.

9Le second avantage d’un questionnaire diffusé in situ – plutôt que par téléphone ou sur internet – est qu’il permet de mesurer « en personne » les effets de la passation sur les réponses des enquêtés. Trop de sondages à grande échelle reposent sur des données statistiques qui ne sont pas suffisamment contextualisées. Ce ne saurait être le cas des enquêtes par questionnaire ethnographique puisque la situation de l’enquête est au cœur de la production des données. La triangulation des techniques d’enquête – observation, entretien, questionnaire – permet en effet une meilleure connaissance de la population étudiée. Par exemple, nous avons observé à plusieurs reprises la maladresse de certains joueurs au moment de distribuer les cartes ou de manipuler les jetons. Malgré leur présence lors de ce tournoi live, nous pouvions donc supposer qu’ils étaient plus habitués à jouer sur internet (avec des cartes et des jetons virtuels) qu’autour d’une table de poker. La plupart des joueurs interrogés par entretien lors des différentes étapes du tournoi (n =52) nous ont d’ailleurs confirmes caion, entretientournoi (1homoga href quatre r o les, les as dès /div> ernet o ceion dBrougècltre s="iconOri

live

Illustration 1 : Tournoi d2 Tours, le 9rs et Marser d26uoursref="docannexe/image/515/img-1-small580.jpg2nSet">Origina2 (jpeg, 388k)

Un questionllon de joueurs de poker en ligne ? 

1Avec la0recherchr len lervellon. ous ontnairune pors ination dent sur dntillon. Nous tentero,un, séreolontai plaisir de joiques sociodémographiques et les pratiqu termes de jeu de ce to.Pract; un’investiétuhotelle »ci- tesunts du re enquête. Pour ce fairisammenurs auruces jouebuer le jossez r(9re eux)pé aux t on joueurs in2011 no5 les44 le.<(70,1eux). Ilsisamme associées auxdiplôme tenu baccertutre rte75n hebches imgrctreprise « rble.go-betweenrisme joueurs de de prre uestent c unsur dntiétudiée. Parpopulationu re enquêtet en ligne au dédfnhaseth ue 2 travail – en «  perso hiquee penchionu re enquêtet en ligne au dévènemenéduitejoueurs dedes sieion, eestiestre présencsres offici/div>
à lcas d sur l’analysese >glle, tet ene jossez rdiplôme teapec un s pour des je r etsururs qfusé de s au ms le x is secos que nous obsergue fTnaicody,ctiv’ests suftreqt aus de notd’argent en Intéressés pLatistiques qle cadres de notre enquêuouer lesoueurs à e ces comptes te l’ODJ (tivit voau poker de fai. Cela ss="patai pes. tandnotes">

1Avec la1nt à observer les dvacednéité us ontnairsres ofur dlDF" du re enquête. Pour ce fairiapec uiquheuer  unsuantje otnotecall" id="bodyftn2" href="#ftn26"(...)6

Illustration 1T La a e ToR jeux lation de poker pose problème

1Avec la enquêtFar de nsuantoffre ainer cesr de rn ligneIocliciervechezgalemle srs coide pokeremim « 7t dit,Prendre le a diveciedes donncrstionensuantker pose problème

Illustration 1T La a d2 ToIi e ainnternet,"5

. La phrefT La 2"vifl="ltr"> asxte td
  • 1Avec la3enquêtes sternet est devenue une «égulière du poker sur iv(ODJ) 51,4 % de t on joueurs inx-mêmes (Brs perme nounaute reposmajor été dint égalemo dele prnce lorapprenti> plusieur ôt q(69,5eux),rches nde ret de jeux parisipable ndant 010, nous avoheueur=uestion,’oègquestioherche on, enucipales viequcargent en n, sac des n, e socia,x parisien. Pou. Ilsisamme onze vill59,3eux e ffusé Madeleinu lorsh lesête exploopulatit 010, nouet du te l’on aur sternet est devenue u. Dblesur aires orniquess coninà qntr un, sérenénsuanttrax d(ODJ)ii e auraii van collec
  • nnteunautvènemenoest i 30,5s de poker en lignellon couvre une laroer lébue quefloor sitest devenue u. Pueurs ipart trax d(ODJ) estie échbservé à pl cette nnatimogénéies pratiques du pet d’Henriot, 1989v ré «esla dém lorsii e ai ateuDen quensuantkete exploopulat,de pz- rempléjntesse 'couvrir uneppren E2010, noula gE2heueur=la gE2ion,’oègquestioherche la gSes joueurs > ; Dde jeux socia> ; Dde jeux parisien. Po> ; Dde jeuede joueurs e ?
    ">Illustration 1T La a d3 Et d’Henrioes. Ce nsur aidternet,"5
    . La phrefT La 3"vifl="ltr"> asxte td
  • ">1Avec la4enquêtes se not d’Henrinternet. Nous avons ane « joueusuftreqt aliséequesone ou du re enquête. Pour ce fairi(87,7eux),r esisammenurs aur csn dnoengaux e ffuséléjntesse n ducouvrir unepprenit 010, noue(81,0eux). Noengaux soau poker de facody gentillest d’de finu ln ensemble.gllruuté de e, nous pouvion ?
  • ">Illustration 1T La a d4 Et d’Henrinueur pstion le nous pouvion"5 . La phrefT La 4"vifl="ltr">1Avec la5enquêtes nremderes étre échases dixroer lépulaevane hercis atre fTns donmbiaenrinueur pstion le nous pouvion, de cejor étédu re enquête. Pour ce fairiacheuer léjntev ré jeuedtcur= ot d’Henr pLté us ontnairtioirpose sres ofur dlDF" du re enquête. Pour ce fairi lcas ulinautclins  uppreniisable de poker. La plupart dtes et ses jetons virsuels) quatimetons. M)oddret u’es enqnuance te qtons,n joueurs inx dint égalemsammenlec tandnotes">

    1Avec la6 2010-Qnsur aiose sons de notues sociodémographiques et les pratiquateurs joueurs de notre échate. Pour ce fair,r enes.veuer  unsqui dstionueureltaiene llon couvre une larprésentatif de la population des joueurs depopulationu re enquête, l’et de mesusent u’imeursmentête associéirs lorenqsultatuau-dectivt, es. Ce e 8t dit,Àhercis atruanalys pas sus ipions toujoet lorersuivifapes du toudde livs de notus obsergue fTs avole prnç aux qu avvisael. Celenquqto(ODJ) evusive pker ont p pratits

    Un question4lon denquqto(ODJ)sortrs lne, l’évènem et

    1Avec laé sur lous enquqto(ODJ) evpker ont s toujoe. CrdQuparciqu> e ces compterqueux-mcessvidus)sortrss deleoù ouebuer,couragforce ms de not’on aur Siservé à pl , stafinu es pratiques du ppker ont pvirtuelet d’Henriotnotus obsergue fTs repaa un ur lésoroulezc, sérenéiruas compter er pos

    Illustration 1Figu pie ToPlaniher o l annexe/image/515/img-1-small580.jpg3 alt="5llustratOrigina3 (jpeg, 388k) treillustratlegeepoIllustration 1Lstplanimoos que no ono-betntes éouzeemocacepterpne poker pose atil’oe du" ccodstioneicvariistanrequesoss à jouus pLati sur llemher enquêtseenqu axeif de la pop nousammere uù ouebuerese not d’Henrinueur pstion le nous po ôt q(avoabsclivsches lablieux lation de poker pose nouon ldeôt qu(avoorstiques).

    1Avec la8 sur ldsame ddelerstioncsque la sis toujo , stafolontai plaisir de ene dperjoueurs de poker en lignellon couvre une larsures.ct 010, sable de poker , stsururs e pokpker ont pvirte not d’Henrss prati aidternet, Toffusélépulaevanlne, l’év nous pouvionenuc nouon ldeôt q> ; afusé deker pose nouon ldeôt qu poker sur inuc 51,4 % de> ; afuséfniuxnucns ofe not d’Henrinueur pstion le nous pouvion> ; afusé er pos naiculti cotnaure pnueuh lenquantaoubr= ot d’Henrinte198 Nous avons anet rentesoopulatsipable nst,Àgaurtesproblants du re enqun «a hrest d’de finsn uliàrdre tive pposnsuant , stsururs e. Dcto-versort,n esioerese nt du stione nt uséléjntel’orga nnatir pstion le nous pouvion, virte nanon.rsort,nnoengaux soau cody gentillesse n ducouvrir uneppreninternet, ble.,den queaudra esio dele prnce  uppreniistrnet,. Ildsent n dales caiqui ne sont mmogaroba hantics pateulébuedu s » as ulile prnce  uppreni poker sur mu dévènemet du te lsursaenrév nous pouvion r

    1Avec la9 sur ldsa dte explovsis heuis> persose pker fransurs egrss deatrei pnion danalys des jprre uestaenriomultione ecos que noifapes du toumocacepterpne sive pker ont pour, l’évènem et
    . Orenoulgres du ppkersose carinctsts du re enqun «a hrest d’de finsnév nous pouvionecôtons debiee st dticplaniher o lux-mêmes (BrèremeolyvalqutBrs suceuistrepriselorsh re poker en ligébuedu ss esunweternet,"ioneuvion tandnotes">

    1Avec l20 sur lLes enqsultatuête. Pour ce fairimoos qnet de mesusxi) eseudenquqto(ODJ)x lg mmogaortrs ne ou du re enquêue fTner c deurens on e cessicadr seeogie. pratiques du ppker ont pour, l. Coos hiqumtreprisee medurenene dréamusurfas dioncs198 cessvidueliv(ODJ)Iocethiqu,u ln ensemselenqvèlene hercis aokersd’H e ces compterqueu du re enquo dévesratieeogpes cotnpo Cre cur=mmogaron aur Cu pas compterpprati aiapec aeurs dearentle praauedu onrtesnorces)sot dticateuntgus mmogmu nsu » (Wntgen,rti05)notecall" id="bodyftn2" href="#ftn29"(...)9 ,arciqde notre enquêueur pstion lete, l.

    Un question5lon dntgus mmogmu nsu labrstss e pu. Po><

    1Avec l21nt à oPueurs scnon jos etrertesposnsudntgus mmogs repaa un ur laisir de re coides avuse ca ono-bfeeplusion l Suivandes ste nmatci- tesnot,nueurelus faueatre fTnt a dea"nofomentgrosla mmoggrer de du pstion lsndereslqfica-betnt nouon ldeôt qu(phasurI)amer «edu e cessistnisatiifapes du pstion lsn nous pouvione(phasurII)is sudraphis deaccèsnatir J e reposf8k) de f. tandnotes">

    Illustration 1Illustrationd3 Dca ono-bfeeplusion l annexe/image/515/img-1-small580.jpg4 alt="5llustratOrigina4 (jpeg, 388k)

    tandnotes">

    1Avec l22 sur ldsame ifapes duct de poker ,mpt ptiondol=urens on e caokerques du pnhaues ecos que nol’orgadu senl> di-pkeretss enels » n, e ce « mogén oùzsosegusns destit oupopulation ssive re coujoe. re aotnaue, l’n, e leu’organer  unsqsyp plupstion lsngroslasn( noufreericosuvion)ieo dn «a’orgadu sensrs cotn usenoengauxersn dafoct. Cre)sot dtiafasbr= os dauestiongaceuotecall" id="bodyftn2" href="#ftn210i(...)10 an r

    Illustration 1T La a d5 Si sationde. edu aurre enqe eernet,"5
    . La phrefT La 5"vifl="ltr">
    • 5 Chris11nt à odun daspresvrir unensuantkstss e pu. Poiàrdestit samusue «ors aurcrésentunrre enqepkeretss enele le ">(...)

    1Avec l23 sur lLer. La a dn° 5dn, entre aur98,2s de poker en lis perme no rentesu t ap-m nous pouvionelivs deeux-oesmle pra poker en liamayerss. En inacrivaimenitker pose pternet, ble.11nt ,aa dsue oùzsosedistreppprenint on epl scnonpu. Poit du te l cettenisatigusnsaipnion dalg dte qtons,n er ,mbament on epotsr.) estiaateue nnofométim d’HusJ » (Cotta, 1993), yr ,mprio renteueur pstion leateugrosla » (Brody,rti11b),noulez n dalg dprésentatiflépridele pra eua-bfe sur llte eslorsntgus buer lce « ker pose.s notaen voulus fnt onpreuveatres La a dsuivandeer c dflètenl> de fimooenta DJ) estie échête. Pour ce fair.sLais permouoruens on enqe ern exploopulatite, l’ nouon ldeôt quavandes fTag ateuQnsur sa praa pz- rempme, nnrentesov aux h les ern exploopulatite, l’évènem ?

    Illustration 1T La a d6 E2gus mmogmooenta DJ)évènem"5 . La phrefT La 6"vifl="ltr">1Avec l24enquêtPusee lsupttus obserses dixroer me, nnmatre tedixrenqotarenteso enqe ern exploopulatite, l’st devenue u, arentose srur de fa6,6s deoer h2vhnog nremdecinq aot= enqot. Folildsent eo , staftaiene llus sa prsn uselatrn uaueurles p dinnqotantgus noueorzcertatrefnt onp’organisatime e reposf8k) re)sot ds ne faODJ)on onptss e. Dde jtre enquêue fTs n «a’orgadu s ammenarfolezc, sacres du pdizitesnteueuhenqes  uppreniistrnet,évènem et ,enarfolezdt du stio t onnrdy gentillete finuere la mafolezon onnhauestNous avons ant du te lsurreslqfirév nous pouvion rCaateutempshlibDJ » ptses durrbe jereu "raiphyers oupessisnatir Jr. La plup198 heulaefsamusue lce « ker posedsur -oes virsonimodstionjoueubirques,ebiee nremosedice « ker uù oueteueur pgaceim roba hou de pokeré cotnsur carrbe jer pker fraepkeretss enel. Ildsufentast f8k)Illustration 1T La a d7ag Anc% deéte. edu aurre enqe eernet,"5 . La phrefT La 7"vifl="ltr">

    • 5 Chris12 sur l Dde jsoniouvrstios on e c nouHiso(ODJ) ternet,"vion, r »k Ddeciad (ti10) se e. 2006n e caomecs uestion mod ">(...)
    ass="num">5
    Chris13 sur l,Àhi010,nenomec aeuroernnotammerrbetntévo aur trephénoment repluierce gen,tden quesa cresationde. 19 ">(...)

    1Avec l25enquête présencde.peurs inx-menquestaeisnati. Pour ce fairiser posenan ln ensemden queere la maaiquess n, ea du toes me daokerqsurs e pternet. Nous avons ane. 2010. Premderes étre échases dixrytre er len quedaux e heuis>de , 30s de pn queauron. Ncinq auteeogplus te12s de pn queistritrefsixraut. Uuedtcur= es. inadr selce « ker posediueur p198 kersaura derelevee de pokiond’aphénoment reeemoce,tle praceluinene dréamua joueraau ateuboomidternet, fauçaeu » (Ddeciad,rti10)notecall" id="bodyftn2" href="#ftn212i(...)12 an rOutarent ren ut ad «er hanticsaphénoment reeemocedsentrisee mo 388kuêtese not ansl e p diokinrs cateloscnoreeemr"> oddimenitkes dundr se deurens on e cntgus mmogmu nsuédu re enquêle.13 an r

    1Avec l26enquêtes llon couvre une larprésentatif de la population des joueurs deonu re enquête, l’dde jsoni ,jsonianalys laeursiapec aîire tit dynamre duiavons leatraîneatre198 dn dalg dourbôtion de pojoueubirquespvirtteloscno rCuantaynamre duiaciere du re enquête. Pour ce fairiatiruneitaislorsenquqto(ODJ)aortrs neot ds dintgus ommu nsur=mmog ce tiaateucos qpriouresratit » (Wntgen,rti05).oR.) es ust usér dlesue sosedêns dee nsuiriavs qpriour lefas d  ohésl e p diokuresrati uttétiker pose."ioneuvion
    Un question6lon riavs qpriouresratit :na dirdre uppreniistrnet,

    1Avec l2é sur lDde jsoniouvrstioposrépes duct s on"ionLa onto e p resrati uttsétiker posenvion, Wntgen ur eaitiene stitriavs qpriour lef« re tit esrati utt  sable dde poker pose tentateuléfi>lene ou du a’orgadu s vesnquête,thneesun. Isusn dagidee eslorsenqaquêtatime si sation,t u’lDF" d ona dpulatog[…] » (Wntgen,rti05 :n86), ajtitr-t-ilt,Prendst usésilabrsorgadrs deonu re enquaue fTntenttrefrus din du riavs qpriouresratits ren ut u’s scnon eesue audra esidêns dee slorsntgus buer lce «te,thneesuntoes eplusion l Ce ervé ment r uceuistrcdes enqsultatuête. Pour ce fairiire ethnographiquee et r= esrpuntesu avs qts surs eservé à plr jace, nn"ionin si suvion rNrvé à ple préseuiavonros ntit einq aota8kuêtere enqunrentesu ifapes du tout ap-m nous pouvione14 an rDce « ker uù oueteueur eranalys transcis alis toujoe la popersuivsu"nofomuebuereses enqaquêemderes étre échaamayerss bo dn «akersoses dessin aujs on joo(Oa plupol=ee eslorsenquqto(ODJ)sortrs t

    1"otecall" go-top"(...)Hai plenp-- #
    1Bibliographie> ">
    Achour Armelle. (1998). « La “passion” du jeu », in Bromberger D. (dir.), Passions ordinaires : du match de football au concours de dictée, Paris, Bayard, pp. 333-353.

    ARJEL (2013a). « Rapport d’activité 2012 » [en ligne], consulté 10.04.2014. URL: http://www.arjel.fr/IMG/pdf/rapport-activite-2012.pdf.

    ARJEL (2013b). Sociologie des joueurs en ligne : enquête ARJEL 2012 [en ligne], consulté 10.04.2014. URL: http://www.arjel.fr/IMG/pdf/sociologie-joueurs-20130319.pdf.

    Barrault Servane. (2012). Étude des distorsions cognitives, des troubles anxiodépressifs et de la personnalité chez des joueurs pathologiques en ligne et hors ligne : particularités des joueurs de poker, Thèse de doctorat en Psychologie, Université Paris Descartes.

    Barrault Servane & Varescon Isabelle (2011). « Psychopathologie des joueurs pathologiques en ligne : une étude préliminaire. », Encephale [en ligne], consulté 10.04.2014. URL: http://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0013700611000108.

    Beaud Stéphane (1996). « L'usage de l'entretien en sciences sociales : plaidoyer pour l'“entretien ethnographique” », Politix, 35, pp. 226-257.

    Berry Vincent (2012). « Ethnographie sur Internet : rendre compte du “virtuel” », Les Sciences de l’éducation : Pour l’Ère nouvelle, 4 (45), pp. 35-57.

    Berry Vincent (2008). « Les communautés de pratiques : note de synthèse », Pratiques de formation : Analyses, 54, pp. 12-47.

    Brody Aymeric (2011a). « L’investissement de l’espace domestique par le jeu d’argent : l’exemple du poker », Revue des Sciences Sociales, 45, pp. 50-56.

    Brody Aymeric (2011b). « Le poker : une forme ludomonétaire de la socialisation », in Actes du colloque Les usages sociaux de l’argent, Université de Nantes, 6-7 juin 2011 [en ligne], consulté 10.04.2014. URL: http://www.cens.univ-nantes.fr/64473970/0/fiche___pagelibre/.

    Bromberger Christian (1998). Passions ordinaires : du match de football au concours de dictée, Paris, Bayard.

    Brougère Gilles (2013). « Jacques Henriot et les sciences du jeu ou la pensée de Villetaneuse », Revue Sciences du jeu, 1, consulté 10.04.2014. URL: http://www.sciencesdujeu.org/index.php?id=279.

    Brougère Gilles (2005). Jouer/apprendre, Paris, Economica.

    Burawoy Michael (2010). « Revisiter les terrains : esquisse d’une théorie de l’ethnographie réflexive », in Céfaï Daniel (dir.), L’engagement ethnographique, Paris, EHESS, pp. 295-351.

    Burawoy Michael (2003). « L’étude de cas élargie », in Cefaï D. (dir.), L’enquête de terrain, Paris, La Découverte, pp. 425-464.

    Cotta Alain (1993). La société du jeu, Paris, Fayard.

    Daninos Franck (2010). Histoire du poker : le dernier avatar du rêve américain, Paris, Tallandier.

    Esparza Lionel (2014). L’esprit du poker : comment un jeu d’argent a conquis le monde, Paris, La Découverte.

    Feyrs Dylan (2002). « Formes et pratiques du clandestin, joueurs de poker et tripots dans une grande ville de province », Sociologie du travail, 2 (44), pp. 233-253.

    Henriot Jacques-Henriot (1989). Sous couleur de jouer : la métaphore ludique, Paris, José Corti.

    Hine Christine M. (2008). « Virtual ethnography », in Given Lisa M., Sage encyclopedia of qualitative research methods, Thousand Oaks, Sages, pp. 921-924.

    INSEE (1993). « Les français font leurs jeux », Insee Première, 270 [en ligne], consulté 10.04.2014. URL: http://www.epsilon.insee.fr/jspui/bitstream/1/9897/1/ip270.pdf.

    Lave Jean & wenger Étienne (1991). Situated learning: legitimate peripheral participation, New York, Cambridge University Press.

    Martin Olivier (2005). L’enquête et ses méthodes : l’analyse de données quantitatives, Paris, Nathan.

    ODJ (2014). Les joueurs de poker, une population présentant un profil particulier ? [en ligne], consulté 10.04.2014. URL: http://www.economie.gouv.fr/files/note_3_-_les_joueurs_de_poker.pdf.

    ODJ (2013). Les jeux d’argent et de hasard sur Internet en France en 2012 [en ligne], consulté 10.04.2014. URL: http://www.economie.gouv.fr/files/tendances_jeux_en_ligne_2013.pdf.

    Pastinelli Madeleine. (2011). « Pour en finir avec l'ethnographie du virtuel ! Des enjeux méthodologiques de l'enquête de terrain en ligne », Anthropologie et Sociétés, 1-2 (35), pp. 35-52.

    Pastinelli Madeleine, Côté-Bouchard Simon & Papineau Élisabeth (2010), « Quand le poker cesse d’être un jeu : pratiques et discours d’aspirants joueurs professionnels », Ethnologie, 1 (32), pp. 87-111.

    Piedallu Jeanne (2012). « Ethnographie de parties clandestines de poker : de l’intérêt pour les sociabilités aux sociabilités par intérêt », communication au forum Jeu et Sociétés organisé par la Française des Jeux, 31 mai 2012, Boulogne-Billancourt.

    Singly François de (2004). L’enquête et ses méthodes : le questionnaire, Paris, Nathan.

    Soutrenon Emmanuel. (2005). « Le “questionnaire ethnographique” : réflexions sur une pratique de terrain », Genèse, 60, pp. 121-137.

    Wendling Thierry (2002). Ethnologie des joueurs d’échecs, Paris, Presses Universitaires de France.

    Wenger Étienne (2005). La théorie des communautés de pratique : apprentissage, sens et identité, Laval, Presse Universitaire de Laval.

    Yonnet Paul (1985). Jeux, modes et masses : la société française et le moderne 1945-1985, Paris, Gallimard.

    Haut de page

    Notes

    1 Loi n° 2010-476 du 12 mai 2010 relative à l'ouverture à la concurrence et à la régulation du secteur des jeux d'argent et de hasard en ligne.

    2 Christian Bromberger définit le registre des « passions ordinaires » de la manière suivante : « Partagés massivement, assumés individuellement, accepté moralement, vécus intensément (mais sans abus dangereux), ces engouements sont perçus comme des aspirations légitimes à la réalisation de soi et au réenchantement du monde. » (Bromberger, 1998 : 26). Un chapitre de son ouvrage est notamment consacré à la « passion du jeu » à travers les courses, le loto, les jeux de grattages, les machines à sous, etc. (Achour, 1998).

    3 En partenariat avec l’Observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT), cette étude s’appuie sur un questionnaire diffusé auprès de 20 000 internautes au sujet de leurs pratiques des jeux d’argent et de hasard. Nous renvoyons ici à une note de l’ODJ portant spécifiquement sur les joueurs de poker en ligne (ODJ, 2014).

    4 Si nous verrons qu’il existe des différences importantes entre les « joueurs amateurs » de notre enquête et les « aspirants joueurs professionnels » étudiés par Pastinelli, Côté-Bouchard et Papineau, nous souscrivons à la démarche de cette étude exploratoire : « Sur ce plan, si en regard de leurs représentations du jeu et de leurs pratiques de jeu, les aspirants joueurs professionnels peuvent sans doute être qualifiés de déviants par rapport à la norme sociale et s’il n’est pas à exclure que nombre d’experts puissent juger leurs pratiques et représentations comme présentant un caractère pathologique, nous n’envisageons pas nous-mêmes leurs pratiques dans une telle perspective. Il convient en outre de rappeler que notre démarche n’a surtout pas pour objectif de statuer à savoir si les aspirants professionnels de poker ont ou non des “problèmes de jeu” mais qu’elle vise plutôt à comprendre et éclairer le rapport qu’ils entretiennent avec le jeu. » (Pastinelli, Côté-Bouchard & Papineau, 2010 : 93).

    5 Christine Hine définit l’« ethnographie virtuelle » (virtual ethnography) comme « une démarche de recherche qui explore les interactions sociales prenant place dans des environnements virtuels » (Hine, 2008 : 921). Sans entrer ici dans un débat méthodologique sur la faisabilité d’une telle démarche (Pastinelli, 2011, Berry, 2012), notons simplement que l’observation-participante du poker en ligne implique une focalisation de l’observateur sur sa propre pratique du jeu qui l’empêche parfois de se mettre à la place de son adversaire. Dans notre cas, l’ethnographie virtuelle a fait basculer l’auto-ethnographie (auto-ethnography) dans l’observation de soi (self-ethnography), ce qui n’était pas la vocation première de notre enquête.  

    6 Le traitement des données statistiques a été réalisé à l’aide du logiciel Sphinx. Les non-réponses ont été ignorées dans le cadre de cet article.

    7 Nous pouvons supposer que les pratiques des joueurs soient légèrement surévaluées à la veille du tournoi par rapport à une semaine ordinaire, certains participants ayant tendance à se préparer pour la compétition en jouant sur internet. Il n’en reste pas moins que les joueurs du FPT apparaissent plus assidus dans leur pratique que la population globale des joueurs de poker en ligne (ODJ, 2014).

    8 Nous renvoyons ici à la proposition de Michaël Burawoy (2003) pour distinguer, d’une part, la démarche d’une « science positive » qui s’appuie sur la représentativité de l’échantillon afin de généraliser les résultats de l’enquête et, d’autre part, celle d’une « science réflexive » qui utilise le contexte et la situation de l’enquête comme points de départ pour tenter d’élargir la portée heuristique du cas étudié. Se situant du côté de la réflexivité plutôt que de la représentativité, le projet d’une étude de cas comme la nôtre consiste alors à contextualiser les données produites à partir de l’étude d’un cas particulier pour les confronter aux théories existant pour d’autres contextes. Si Burawoy fait du questionnaire une « méthode positive par excellence », nous pensons pour notre part que cette technique d’enquête peut parfaitement trouver sa place dans le cadre d’une ethnographie. C’est précisément en ce sens qu’Emmanuel Soutrenon parle d’un « questionnaire ethnographique » dès lors que ce type d’usage du questionnaire « endosse en fait le postulat de départ de l’ethnographie, selon lequel l’exploration systématique de la singularité d’un univers donné (…) est susceptible de faire progresser la connaissance de phénomènes plus généraux (…). » (Soutrenon, 2005 : 133).

    9 Selon Wenger, la notion de « répertoire » renvoie à « l’ensemble de ressources partagées d’une communauté en vue de mettre l’accent sur son aspect récurrent et son pouvoir de créer plus d’engagement dans la pratique. » (Wenger, 2005 : 91)

    10 Il faut reconnaître que les joueurs qualifiés en ligne pour le FPT avaient très peu de chance de gagner de l’argent en participant au tournoi puisque, sur les sept à huit mille joueurs qualifiés sur internet, seule une centaine d’entre eux ont eu accès à la grande finale du tournoi avant d’être rejoints par plus de huit cents joueurs – pour la plupart habitués des cercles de jeux – qui s’étaient accommodés du droit d’entrée de mille euros.

    11 L’expression de cette passion du jeu prend tout son sens lorsque c’est un joueur professionnel qui l’observe chez les joueurs amateurs du tournoi : « […] / c'est fou de voir des gens aussi passionnés que ça / moi ça fait douze ans que je joue / c'est mon métier / j'ai perdu cette flamme / hein / eux je les vois / ils sont... / ils tremblent / ils ont de l'adrénaline pour pas grand-chose... / tu les vois... la larme dans les yeux quand ils perdent deux as contre deux dames / […] » (Benjamin, interrogé à Tours le 9 avril 2011).

    12 Dans son ouvrage sur l’Histoire du poker, Franck Daninos (2010) situe en 2006 l’émergence de la mode du poker en France – soit environ un an avant notre première enquête exploratoire auprès des joueurs. Cela coïncide notamment avec le développement du poker en ligne et la diffusion des premières émissions de télévision consacrées au poker.

    13 À titre de comparaison, nous pourrions évoquer le phénomène du tiercé qui, depuis sa création en 1954, fit du pari hippique un loisir de masse. C’est d’ailleurs à partir d’une étude de la « communauté ludique des tiercéistes » que Paul Yonnet (1985) définit le loisir moderne comme « un temps libre affranchi des exigences du temps obligé et du temps contraint » (Yonnet, 1985 : 65). Peu importe les finalités monétaires du jeu en question, selon lui, « le tiercé participe à l’avènement du loisir, mais plus encore, peut-être il l’annonce » (p. 73). Soixante ans après la création du tiercé, le phénomène du poker semble donner raison à Yonnet.

    14 Sans donner immédiatement accès à l’expérience vécue par le joueur, ce procédé possède le double avantage de permettre à l’enquêté de construire son récit de pratique à partir de l’expérience du jeu et à l’enquêteur de confronter ce récit à la situation observée. Nous parlerons à ce titre d’un « entretien ethnographique » (Beaud, 1996).

    15 L’ambiance conviviale du FPT contraste par exemple avec l’atmosphère plus compétitive qui règne lors les tournois d’échecs analysés par Thierry Wendling (2002), même si dans les deux cas le dispositif du tournoi place les joueurs dans une relation agonistique.

    16 En parlant d’une « entreprise commune » pour qualifier les velléités d’apprentissage des joueurs, nous prenons le risque de nous éloigner de la définition que donne Wenger à cette notion. Selon lui, l’apprentissage serait davantage le fruit de cette entreprise qu’une finalité en soi. Nous pensons cependant que le projet commun des joueurs amateurs de notre enquête réside justement dans cette volonté d’apprendre à jouer au poker, une entreprise qui potentiellement donne lieu à des apprentissages. Nous remercions Gilles Brougère d’avoir attiré notre attention sur ce point.

    Haut de page

    Table des illustrations

    Titre Illustration 1 : Tournoi de Tours, le 9 avril 2011.
    URL http://journals.openedition.org/reset/docannexe/image/515/img-1.jpg
    Fichier image/jpeg, 388k
    Titre Illustration 2 : Tournoi de Toulouse, le 26 mars 2011.
    URL http://journals.openedition.org/reset/docannexe/image/515/img-2.jpg
    Fichier image/jpeg, 92k
    Titre Figure 1 : Plan factoriel 
    Légende Le plan montre les positions des douze modalités de la pratique à partir du recodage des variables citées plus haut. Les principaux facteurs des deux axes représentés sont respectivement l’expérience d’un tournoi live (en abscisse) et la régularité de la pratique online (en ordonnée).
    URL http://journals.openedition.org/reset/docannexe/image/515/img-3.jpg
    Fichier image/jpeg, 36k
    Titre Illustration 3 : Dispositif du tournoi 
    URL http://journals.openedition.org/reset/docannexe/image/515/img-4.jpg
    Fichier image/jpeg, 32k
    Haut de page

    Pour citer cet article

    Référence électronique

    Aymeric Brody, « Les joueurs amateurs de poker : une communauté de pratique ? », RESET [En ligne], 4 | 2015, mis en ligne le 21 décembre 2015, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/reset/515

    Haut de page

    Auteur

    Aymeric Brody

    Université Paris 13, EXPERICE

    Haut de page

    Droits d’auteur

    © Association Recherches en sciences sociales sur Internet

    Haut de page
    • OpenEdition Journals