Skip to navigation – Site map
Dossier

Les médiations numériques du patrimoine

Le cas du centenaire de la Première Guerre mondiale
Digital Mediations of Heritage. The Case of the World War I Centenary
Enrico Natale

Abstracts

Based on a corpus of 145 websites devoted to the World War I centenary, this contribution investigates how digital media may be redesigning the ways cultural heritage is shaped and transmitted. The article defines the concepts of heritage and commemoration within the research framework, provides an analysis of the corpus based on the producers of websites, and identifies some tends in heritage presentation on digital networks.

Top of page

Full text

Introduction

  • 1 Par extension typologique, on entend la diversification des objets – matériels et immatériels - inc (...)
  • 2 Cet article repose sur un corpus de près de 150 sites web listés dans la bibliographie. Sauf indica (...)

1À quel avenir le patrimoine est-il promis à l’ère numérique ? Comment la notion de patrimoine et les pratiques patrimoniales qui l’accompagnent sont-elles susceptibles d’évoluer sous l’influence des réseaux numériques et du World Wide Web, alors que depuis les années 1980, elles ont déjà connu une extension typologique1, chronologique et géographique sans précédent (Nora, 1984 ; Choay, 1992 ; Hartog, 2003 ; Winter, 2000) ? C’est à ces questions que s’attache cette contribution, en prenant pour cas d’étude le centenaire de la Première Guerre mondiale. En effet, lancées en 2014 et destinées à se poursuivre jusqu’en 2018, les commémorations du centenaire de la Grande Guerre ont donné naissance à une multitude d’initiatives destinées à célébrer le souvenir de la guerre, portées par une variété d’acteurs, aussi bien publics que privés, et ce dans différents contextes nationaux. Pour les besoins de cette étude, nous avons choisi de nous intéresser à une portion des initiatives présentes sur le World Wide Web, qu’elles soient le pendant numérique d’initiatives se déroulant dans l’espace physique, ou des projets exclusivement numériques, en accordant une attention particulière aux dynamiques de patrimonialisation qu’elles mettent en œuvre2.

  • 3 La première occurrence du mot patrimoine dans cette acception apparaît dans le dictionnaire de la l (...)
  • 4 Définition du Trésor de la Langue Française informatisé, http://atilf.atilf.fr/, consulté le 10 jan (...)

2À la suite de Jean Davallon (Davallon, 2006), nous avons privilégié l’étude des dynamiques qui contribuent à donner à des objets – matériels ou immatériels – un statut patrimonial. La notion de patrimoine, dont l’histoire remonte à la Renaissance (Choay, 1992 ; Heinich, 2009) a longtemps été confinée au domaine de l’héritage familial, le mot « patrimoine » entrant en usage à partir de la fin du xixe siècle au sens figuré pour désigner un bien dont la valeur s’applique à une collectivité3. Dans cet article, nous utilisons la notion de patrimoine au sens figuré, mais en la définissant comme l’« ensemble des biens hérités ou réunis et conservés pour être transmis »4. Cette définition, qui met l’accent sur la transmission, permet d’étudier les différentes médiations qui contribuent à donner à des objets – matériels ou immatériels – un statut patrimonial.

3Par médiations nous entendons les actions des différents intermédiaires qui interviennent dans le processus de transmission des traces du passé. Ces intermédiaires sont en partie humains (individus, organisations parties prenantes des initiatives de transmission), et en partie non-humains (procédés techniques de reproduction, programmes informatiques, interfaces de consultation, etc.). En analysant selon différents critères les médiations telles qu’elles se déploient sur les réseaux numériques, nous nous efforcerons donc de comprendre comment les processus de patrimonialisation sont susceptibles d’évoluer en s’inscrivant dans l’espace du Web.

4Après être revenu dans une première partie sur la constitution du corpus et l’avoir inscrit au sein des problématiques de recherche liées au patrimoine et aux commémorations, nous proposons une analyse des sites du corpus centrée sur les producteurs, en caractérisant chacun d’entre eux en fonction de critères méthodologiques, épistémologiques et historiographiques. Enfin la troisième partie analyse en détail certaines formes spécifiques de médiation mises en œuvre sur les sites du corpus pour donner accès au patrimoine de la Première Guerre mondiale.

De la commémoration au patrimoine : une étude empirique

5Phénomènes sociaux d’origine religieuse attestés dès le Moyen-Âge pour évoquer les défunts, en particulier des Saints, les commémorations se sont développées dès l’époque moderne en des pratiques relevant de stratégies conscientes visant à valoriser certains évènements du passé pour forger des identités collectives (Cottret, 2010 : 8-10). Au cours des xixe et xxe siècles, les commémorations ont joué un rôle important dans la construction des identités nationales (Nora 1984). Enfin, depuis les années 1970, les commémorations ont connu un fort développement pour devenir un phénomène politique, médiatique et intellectuel, qui possède en outre un poids économique important (Cottret, 2010 : 12). Ces développements coïncident dans le domaine des sciences humaines et sociales avec une multiplication des études sur la mémoire, y compris en France ; l’ouvrage Les lieux de mémoire de Pierre Nora, dont le premier volume paraît en 1984, en est une étape importante. En parallèle, dans le domaine du patrimoine, l’avènement des Cultural Studies a conduit – en particulier dans le monde anglo-saxon – à une attention renouvelée aux usages du patrimoine dans les modes de production des identités (Winter, 2000 : 392). L’étude des modes de patrimonialisation et des pratiques de commémoration confluent ainsi dans le vaste champ des recherches sur les représentations collectives.

6François Hartog parle ainsi du patrimoine comme d’un « alter ego » de la mémoire (Hartog, 2003 : 203). Deux fonctions en particulier rapprochent ces phénomènes : une fonction de construction d’un sentiment de continuité dans le temps, c’est-à-dire de production de temporalité, et une fonction de construction de consensus, c’est-à-dire de production d’identités collectives (Choay, 1992 : 158 ; Hartog, 2003 : 244 ; Davallon, 2009).

Des lieux de mémoire à la patrimonialisation

7Le centenaire de la Première Guerre mondiale de 2014-2018 fournit un cas d’étude particulièrement intéressant sur les relations entre commémoration et patrimoine. Historiquement, la Grande Guerre représente à plus d’un titre l’archétype des dynamiques de commémoration qui visent à renforcer les identités nationales en valorisant les sacrifices subis au service de la puissance publique (Winter et al., 2008). En ce début de xxie siècle, cependant, cette fonction traditionnelle des commémorations de guerre, si elle continue d’exister, ne suffit plus à rendre compte de la diversité des publics engagés et des motivations qui les poussent à participer à ces initiatives.

8Les causes de cette évolution sont multiples : disparition de la génération des anciens combattants de la Première Guerre mondiale, construction européenne et plus généralement évolution des agendas politiques des anciennes nations belligérantes désormais engagées dans les dynamiques de la mondialisation (Bertrand, 2013). On pourrait en citer d’autres. Ce qui importe ici, c’est de formuler l’hypothèse que dans le cas de la Première Guerre mondiale, la fonction de commémoration traditionnelle tend, à cent ans de la fin des hostilités, à s’effacer au profit d’un processus de patrimonialisation des traces. La tendance consiste à attribuer une nouvelle valeur patrimoniale à des objets dont la valeur résidait jusqu’ici dans leur fonction mémorielle.

9Comme exemple de ce déplacement, on assiste notamment à une requalification des lieux de mémoire de la Première Guerre en monuments patrimoniaux. Preuve en est la demande soumise par la France et la Belgique en 2014 d’inscrire 105 sites funéraires construits sur les terrains de bataille de la Première Guerre mondiale sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO (Délégation française à l’UNESCO, 2014). Cette transformation de la valeur mémorielle en valeur patrimoniale s’exprime également en ligne. Les sites web au service du tourisme mémoriel, avec une initiative comme Chemins de Mémoire du ministère français de la Défense ou encore le projet Wars Memorials Online du War Memorials Trust britannique, proposent par exemple de redécouvrir sous l’angle patrimonial les monuments aux morts de leurs territoires respectifs5.

10Les projets numériques réunis dans le cadre de cette étude présentent un large échantillon des possibles entre ces deux pôles de la mémoire et du patrimoine. Certains projets tendent à reproduire sur le Web les logiques de commémoration traditionnelles centrées sur les soldats tombés au combat. C’est le cas par exemple du Bridge of Weir Memorial, un site web consacré à un monument aux morts situé dans une petite ville d’Ecosse, qui, en partant de la liste des noms inscrits sur la pierre, cherche à retracer les parcours de vie de ces individus. D’autres s’inscrivent explicitement dans des logiques de patrimonialisation, comme le projet Europeana 14-18. Ce dernier invite les internautes à mettre en ligne tous types de documents qui seraient en leur possession afin de constituer une vaste collection virtuelle sur la Première Guerre mondiale à transmettre aux générations à venir. La majorité des projets numériques du corpus possèdent en réalité des composantes relevant des deux phénomènes.

11Sur les sites consacrés à la Première Guerre mondiale, on retrouve la plupart du temps les cinq étapes de la patrimonialisation décrites par Jean Davallon (2006 ; 2009). Ces cinq étapes sont la trouvaille, à savoir la redécouverte dans une perspective patrimoniale d’objets oubliés ou en voie de disparition ; l’authentification, c’est-à-dire la documentation de ces objets ; la déclaration par une autorité du statut patrimonial ; l’exposition, soit l’effort de garantir l’accès à ces objets ; et la transmission, soit le souci de conservation pour les générations à venir. Ces étapes sont cependant reconfigurées à différentes échelles par les propriétés des médias numériques. Certaines, comme l’étape de l’authentification ou de la déclaration, pourraient être rendues en partie caduques par les dynamiques participatives inhérentes au Web.

Grande Guerre, World Wide Web et universalisation du patrimoine

12Une autre question de recherche consiste à se demander si, dans le cas de la Grande Guerre, le World Wide Web favorise une forme de narration globalisée qui participe au mouvement d’universalisation du patrimoine. On peut faire remonter ce phénomène d’universalisation à la Charte de Venise de 1964, qui la première sanctionne la notion de « patrimoine commun de l’humanité », ou, alternativement, à la Convention de l’UNESCO sur le patrimoine culturel et naturel de 1972 et à la liste du patrimoine mondial qui en est l’expression. Cette dernière, qui totalisait moins de 100 sites classés en 1980, en compte aujourd’hui un peu plus de 1000 répartis sur les cinq continents, preuve du développement exponentiel d’un patrimoine désormais mondialisé, malgré la persistance d’un biais européocentriste (Maurel, 2012).

13D’une façon qui peut paraître paradoxale, la Première Guerre mondiale fournit un cadre idéal pour construire une narration historique globale et partagée qui soit cohérente avec le contexte politique actuel. Bien que certains pays connaissent encore des tensions mémorielles liées à ce conflit, le ton général des commémorations est à la conciliation et au consensus. Inhérent à tout processus patrimonial, le projet d’avenir célébré aujourd’hui dans les commémorations de la Grande Guerre semble plutôt celui d’une globalisation harmonieuse et pacifique, basée sur la solidarité entre des peuples qui se sont déjà rencontrés il y a cent ans, dans des circonstances tragiques (Gauvreau, 2014 ; Bost & Kesteloot, 2014 : 61). La Grande Guerre peut ainsi offrir une trame partagée idéale sur laquelle procéder à une mise en commun des mémoires et à une patrimonialisation des traces.

14Le World Wide Web fournirait-il un support favorable à ce genre de narration globalisée ? Plusieurs caractéristiques du Web viennent nourrir cette hypothèse d’une affinité entre les commémorations de la Grande Guerre et le Web comme support d’expression. Le Web, avec sa structure a priori décentralisée et transnationale, fournirait un support particulièrement approprié aux célébrations d’un évènement à caractère global. De plus, le Web offre une infrastructure qui permet aux utilisateurs de publier des contenus et donc de faire confluer sur des espaces virtuels communs différentes mémoires. Enfin, le Web offrirait de multiples possibilités techniques pour permettre des interactions entre les producteurs de contenus et les internautes, rendant possibles de nouveaux modes d’accès et usages du patrimoine.

La constitution du corpus

  • 6 Le choix des pays représentés est tributaire des langues comprises par l’auteur et ne peut prétendr (...)

15Pour fonder empiriquement notre analyse, nous avons procédé à la constitution d’un corpus de sites web dédiés aux commémorations de la Première Guerre mondiale. Le corpus réunit des sites apparus dès 2012 à l’occasion des commémorations du centenaire et entièrement dédiés à celui-ci. Les sites préexistants, ou les sites ne comprenant que quelques pages sur les commémorations de la Première Guerre, ont été exclus. Nous avons par ailleurs eu le souci de réunir des sites de différents pays pour avoir une perspective internationale6, avant d’en faire une première analyse formelle en fonction de différents critères décrits ci-dessous.

16La constitution d’un tel corpus pose un certain nombre de difficultés méthodologiques, dont certaines, par exemple la nécessité de faire appel à des compétences relevant de différents champs disciplinaires (informatique, sciences de l’information, sociologie, histoire), ont déjà été repérées dans le domaine de la patrimonialisation du Web (Dulong de Rosnay & Musiani, 2012 : 84-87). Dans le cadre de cette recherche, nous avons renoncé à la mise en place d’une infrastructure spécialisée de collecte et d’analyse des sites web au profit d’une approche pragmatique, qui fait un usage des logiciels de bureautique, du moteur de recherche Google et d’autres outils librement accessibles en ligne.

  • 7 La stratégie de recherche a consisté à combiner les trois notions de « centenaire », « commémoratio (...)
  • 8 Voir aussi note 6.
  • 9 Cette fonction, très utile pour déterminer l’origine d’un site, a déterminé en définitive l’utilisa (...)
  • 10 Rank Signal, <http://www.ranksignals.com/>, consulté le 10 janvier 2016.

17Le corpus a été réuni par des requêtes combinées sur le moteur de recherche Google avec des opérateurs booléens comprenant différents termes appartenant au champ sémantique des commémorations de la Première Guerre7. La même opération a été répétée en quatre langues, le français, l’allemand, l’anglais et l’italien pour avoir une perspective internationale et identifier des sites issus des différentes parties belligérantes8. À la liste des pays représentés s’ajoute une catégorie « organisations internationales », qui regroupe les initiatives portées par des institutions internationales (Commission européenne, ONU, etc.) ou des coopérations transnationales (ARTE, Office Franco-Allemand de la jeunesse, etc.). Comme il ne s’est pas avéré possible d’obtenir un aperçu fiable de l’ensemble de l’offre disponible, le choix du nombre de sites sélectionnés par pays a fait l’objet d’une approximation guidée par le volume estimé des ressources dédiées aux commémorations (Bost & Kesteloot, 2014 : 51-59). Les résultats ont été ensuite triés en fonction du pays de provenance, déterminé grâce à une fonction avancée de Google qui combine l’analyse du nom de domaine du site et la localisation de son adresse IP9. Enfin, les sites répertoriés ont été hiérarchisés en fonction du nombre de liens entrants (backlinks) avec un outil gratuit10, pour avoir une idée indicative de leur visibilité en ligne. Sur la base des résultats obtenus, une liste finale de 145 sites a été établie afin d’avoir une quantité adaptée à une analyse de détail au cas par cas.

Figure 1 : Nombre de sites par pays

Figure 1 : Nombre de sites par pays

Champ : sites web consacrés au Centenaire de la Première Guerre mondiale, mis en ligne en 2012 ou après (N : 145).

18Le corpus documente ainsi une partie de l’offre globale sur le Web en matière de commémoration de la Première Guerre, tout en comportant quelques limites. Il ne prend pas en compte notamment la question des publics : on se contentera de garder à l’esprit que cette offre est réservée à des publics qui possèdent d’une part l’infrastructure technique pour y accéder, et, d’autre part, les compétences pour en faire usage. De même, l’usage du moteur de recherche Google pour la constitution du corpus implique certains biais liés aux propriétés de l’algorithme de recherche PageRank (Brin et al., 1999). Les médias sociaux ont également été laissés en dehors du corpus, bien que certains exemples issus d’initiatives sur Facebook et Twitter soient utilisés dans l’argumentation.

19Enfin, les listes longues et diversifiées des projets de commémoration recensés sur les différents portails – cérémonies, expositions, voyages et visites, projets artistiques, initiatives pédagogiques, etc. – nous rappellent que la majorité des manifestations ne se déroulent pas ou qu’accessoirement en ligne et échappent par conséquent au périmètre de notre analyse.

Une analyse entre données et métadonnées, interactions et circulations

20L’usage de sites web comme objets d’étude pour le chercheur est un domaine relativement récent, pour lequel les exemples de bonnes pratiques et les réflexions méthodologiques sont encore rares (voir notamment Ben-David & Huurdeman, 2014 ; Barats, 2013 ; Clavert & Noiret, 2013). Dans le cadre de cette recherche, nous avons retenu une série de critères pertinents pour notre problématique, puis évalué chaque site web en fonction de ceux-ci.

Les types de producteurs

  • 11 Les offices du tourisme ont été ajoutés à cette catégorie car, bien que relevant en partie des pouv (...)
  • 12 Parmi les initiatives individuelles, la catégorie « individus experts » distingue celles faisant ré (...)

21La première étape a consisté à établir une typologie des producteurs des sites. Quatorze profils-types de producteurs ont été définis et répartis ensuite en quatre catégories générales, qui serviront à établir des corrélations signifiantes. Les « GLAM » – acronyme anglais signifiant Galleries, Libraries, Archives and Museums, groupe auquel nous avons ajouté les universités – représentent 30 % de l’échantillon. Ce groupe réunit des institutions qui possèdent une expertise dans l’étude et la documentation des traces du passé. Les « institutions politiques », qui comprennent les initiatives issues des pouvoirs publics à différentes échelles, sont présentes dans 27 % des cas. Les « organismes privés » représentent également 27 % des producteurs et regroupent les entreprises, en majorité du secteur des médias, qui fonctionnent selon le modèle de l’économie de marché11. Enfin, la catégorie « individus/associations » réunit des initiatives indépendantes portées par des individus12 ou des collectifs.

Figure 2 : Groupes de producteurs

Figure 2 : Groupes de producteurs

Champ : sites web consacrés au Centenaire de la Première Guerre mondiale, mis en ligne en 2012 ou après (N : 145).

Figure 3 : Types de producteurs

Figure 3 : Types de producteurs

Champ : sites web consacrés au Centenaire de la Première Guerre mondiale, mis en ligne en 2012 ou après (N : 145).

22Dans le cadre du centenaire, les institutions politiques, acteurs traditionnels des commémorations, sont rejointes dans une large mesure par les institutions patrimoniales, qui représentent le plus grand groupe du corpus. Relevons aussi l’importante représentation des médias (journaux, chaînes de radio et de télévision, médias web), qui reflète la participation de la scène médiatique dans les commémorations. De façon générale, les initiatives individuelles sont moins représentées que les trois autres groupes. Plusieurs sites web sur la Première Guerre mondiale, réalisés par des passionnés ou des généalogistes, existaient déjà avant 2012 et ont donc été exclus du corpus.

  • 13 Voir respectivement pour la France, le Royaume-Uni, l’Italie ou la Nouvelle-Zélande : Portail offic (...)

23On remarquera également que la majorité des initiatives des « institutions politiques » provient des gouvernements centraux ou des ministères et non des collectivités territoriales, ce qui diffère des analyses qui soulignent l’ancrage local des « commémorations réelles » (Bost & Kesteloot, 2014 : 49) et pourrait être le signe d’une centralisation des initiatives officielles en ligne, à l’exemple du portail français de la Mission du centenaire. En effet certains pays, dans le cadre de leur programme officiel de commémoration, ont établi des procédures de certification des initiatives, avec notamment l’attribution d’un logo. Ce système facilite la coordination des initiatives pour leur donner une plus grande visibilité, notamment via des sites web officiels centralisés qui recensent les initiatives labellisées13. L’analyse des backlinks montre enfin que les projets portés par les entreprises de médias semblent bénéficier, comme on pourrait s’y attendre, d’une visibilité plus élevée que celle des autres groupes.

Métadonnées et mentions de la provenance

24Dans sa critique culturelle de la reproductibilité technique de l’œuvre d’art, Walter Benjamin avait déjà mis en lumière les conséquences profondes de la perte de contexte – le hic et nunc de l’œuvre d’art – sur la situation de l’art en général. Avec leur numérisation, les œuvres issues de procédés techniques – photographies, films ou imprimés – font l’objet d’un processus supplémentaire de reproduction, ce qui les éloigne encore davantage de leur contexte d’origine et modifie leur réception par le public.

25L’analyse des métadonnées – ces informations adjointes à un document numérique et qui renseignent sur les caractéristiques de celui-ci – nous fait rentrer au cœur de la question des transformations du patrimoine à l’ère des médias numériques. En effet, les traces de la Grande Guerre présentées sur Internet ont toutes fait l’objet d’une numérisation préalable, c’est-à-dire d’un procédé de reproduction basé sur les technologies de la photographie numérique. Elles existent sur le Web uniquement sous la forme de fichiers informatiques. Les documents deviennent dès lors indéfiniment reproductibles et accessibles, dans la limite des éventuelles barrières techniques et des règles de la propriété intellectuelle. Or, le lien qui relie ces fichiers informatiques avec les documents originaux dont ils sont issus repose essentiellement sur les métadonnées. Celles-ci sont censées contenir les informations sur le contexte original de la trace numérisée, lesquelles permettent en quelque sorte de certifier l’origine du document.

26La certification, justement, est l’une des étapes indispensables à la production du patrimoine : l’objet du passé, une fois redécouvert, doit faire l’objet d’une certification de son authenticité et de sa relation à son monde d’origine afin de pouvoir accéder à un statut patrimonial. « On voit se dessiner l’enjeu sous-jacent au recours à la science pour certifier l’origine de l’objet et pour connaître son monde d’origine ; il s’agit ni plus ni moins que de rétablir une continuité entre nous et ce monde d’origine » (Davallon, 2009).

27En l’absence de métadonnées, rien ne permet d’établir un lien certain entre un document numérisé et le contexte dont il est issu. Dépourvu de toute référence à son contexte d’origine, le document numérisé cesse d’être historique (Malpas, 2008 : 9). Comme l’écrit Françoise Choay à propos du patrimoine bâti : « Quelle peut être en effet la valeur historique d'un édifice ou d'un ensemble d'édifices à défaut de la belle linéarité temporelle si patiemment édifiée par l'histoire, si patiemment apprise et conservée par la mémoire cérébrale et peu à peu réduite à une abstraction par les mémoires artificielles ? » (Choay, 1992 : 179).

  • 14 Il existe de nombreuses normes de métadonnées ; la plus répandue sur le Web étant la norme Dublin C (...)

28L’analyse des métadonnées visibles qui accompagnent les documents historiques reproduits sur les sites consacrés à la Première Guerre semble donc pertinente dans ce contexte. Nous avons réparti les sites du corpus en trois groupes. Le premier groupe ne fournit tout simplement aucune métadonnée. Le second adjoint aux documents des informations très sommaires – le plus souvent une mention de copyright ou une légende décrivant leur contenu. Enfin, le troisième groupe est le seul à offrir de véritables métadonnées dans le sens documentaire du terme, avec des informations systématiquement organisées sur l’auteur du document, sa date de création, son format original, etc.14

Figure 4 : Métadonnées par groupe de producteurs

Figure 4 : Métadonnées par groupe de producteurs

Champ : sites web consacrés au Centenaire de la Première Guerre mondiale, mis en ligne en 2012 ou après (N : 145).

29Les résultats montrent que seules les institutions du groupe GLAM fournissent des métadonnées dans la majorité des cas. Toutefois, même au sein de cette catégorie, plusieurs projets n’offrent peu ou pas du tout d’informations contextuelles sur les documents numérisés. Les autres producteurs adjoignent tout au plus une légende à leurs documents. Ces différences s’expliquent en partie par la nature des systèmes numériques utilisés. À l’exception des logiciels spécialisés pour les archives ou les bibliothèques, il apparaît que la plupart des logiciels employés couramment pour publier des contenus n’offrent pas la possibilité a priori d’intégrer et d’afficher des métadonnées détaillées. Ainsi, l’utilisateur qui souhaite pouvoir renseigner et afficher des métadonnées détaillées avec des logiciels standard comme Wordpress ou Drupal devra installer des modules supplémentaires ou modifier le code du programme, la version par défaut desdits programmes n’offrant que des possibilités minimales. Alors que les icônes de partage sur les réseaux sociaux sont omniprésentes, les métadonnées, elles, peinent à trouver leur place dans les systèmes de gestion de contenus. Dans ce domaine, la force de standardisation propre aux nouvelles technologies pourrait bien jouer contre l’existence des métadonnées documentaires (Malpas, 2008 : 8). À cette hypothèse, il faut en ajouter une autre qui concerne l’expertise des acteurs dans la prise en compte du contexte d’origine des documents, une expertise semble-t-il plus répandue au sein du groupe des GLAM que parmi les institutions politiques.

30Un autre élément relatif à la question des métadonnées concerne la mention de l’origine des documents numérisés (institution et/ou collection d’où provient le document original). Au-delà de la traçabilité du document original, cette question concerne également le statut juridique des documents. Si la question des droits d’auteur sur Internet est complexe et dépasse le cadre de ce travail, on se contentera de remarquer que les institutions politiques et les organismes privés, et en particuliers les médias, démontrent une plus grande sensibilité à la mention de l’origine qu’à celle des métadonnées, ce qui s’explique sans doute par leur volonté d’éviter les risques d’infraction en matière de droits d’auteur.

Figure 5 : Mention de la provenance par groupe de producteurs

Figure 5 : Mention de la provenance par groupe de producteurs

Champ : sites web consacrés au Centenaire de la Première Guerre mondiale, mis en ligne en 2012 ou après (N : 145).

31Pour l’historien, pour qui la critique des sources représente une étape fondamentale du processus de recherche, la question des métadonnées et celle de la mention de l’origine des documents démontrent une tendance à la perte de traçabilité qui caractérise les artefacts du passé sur les réseaux numériques. Ces absences participent des transformations de l’économie de l’attention propres au régime numérique : « La fascination pour ce qui fait signe se dispense désormais de toute révérence obligée à l’égard de l’authenticité originaire de l’objet » (Jeudy, 2008 : 111). Du reste, Benjamin remarquait déjà dans son ouvrage classique : « […] rendre les choses spatialement et humainement "plus proches" de soi, c'est chez les masses d'aujourd'hui un désir tout aussi passionné que leur tendance à déposséder tout phénomène de son unicité au moyen d'une réception de sa reproduction. » (Benjamin, 1939 : 20).

Coproductions et interactions

  • 15 Dans ces deux figures, un même site peut présenter plusieurs modes d’interaction à la fois.

32Les appels à la contribution du public sont une tendance marquée des commémorations du centenaire. Commentaires, tags ou liens, partages de photos ou de souvenirs, les occasions et les modalités de contribution offertes par les initiatives en ligne sont innombrables et concernent l’ensemble des producteurs de sites. Les bibliothèques et les musées invitent leurs visiteurs à documenter leurs collections ou à proposer de nouveaux documents. Les entreprises et les médias leur emboîtent le pas et développent de nouveaux formats interactifs. Des individus et des associations lancent eux aussi des projets de collections collaboratives qui réunissent des milliers de documents. Seul le groupe des institutions politiques, auquel s’ajoutent les universités, reste légèrement en retrait de ce mouvement.15

Figure 6 : Interactions par groupe de producteurs

Figure 6 : Interactions par groupe de producteurs

Champ : sites web consacrés au Centenaire de la Première Guerre mondiale, mis en ligne en 2012 ou après (N : 145).

33Cette tendance peut répondre d’abord à une demande de la part des publics en constante augmentation depuis trente ans (Choay, 1992 : 162 ; Winter, 2000 : 375 ; Hartog, 2003 : 243). Elle ouvre également la possibilité à chaque utilisateur de devenir le protagoniste de plusieurs étapes de la patrimonialisation traditionnellement réservées à des spécialistes. Chacun peut potentiellement être acteur de la découverte, de l’authentification et de l’exposition de documents du passé, éventuellement issus de sa propre famille, et contribuer ainsi directement à la patrimonialisation de la Grande Guerre. Dans ce contexte, la tendance au « tout-patrimonial », selon l’expression de François Hartog, se renforce, chacun étant incité à accorder une valeur patrimoniale aux moindres objets de la vie quotidienne de ses ancêtres (Hartog, 2003 : 243).

34Du point de vue des innovations technologiques qui président à ces évolutions, on peut replacer ces développements dans la continuité d’un nouveau modèle d’innovation apparu en Californie au tournant des années 2000 basé sur l’incitation à la contribution de la part des utilisateurs et qui donne naissance à l’ère des médias sociaux et du Web dit « 2.0 » (Natale, 2014). Patrice Flichy tirait en 2010 un premier bilan de ces évolutions en parlant du « sacre de l’amateur » (Flichy, 2010).

La question de l’autorité

35Malgré les appels répétés à la contribution du public, la question de la construction du patrimoine reste indissociable de celle de l’autorité (Davallon, 2012). Qui fixe le cadre et donne les grandes lignes du processus d’intégration des traces du passé dans une narration collective ? Le processus de patrimonialisation est-il dirigé par une autorité unique ou est-il le résultat de concours multiples ? Pour appliquer ce questionnement aux sites de notre corpus, nous avons recouru au même critère que celui élaboré dans le cadre d’une recherche sur les commémorations numériques des attentats du 11 septembre 2001 (Foot, Warnick & Schneider, 2005) : il s’agit de comprendre si les sites sont produits par des autorités uniques ou multiples, et s’ils reflètent une interprétation uniforme des évènements ou offrent au contraire des perspectives et des interprétations multiples.

Figure 7 : Autorité par groupe de production

Figure 7 : Autorité par groupe de production

Champ : sites web consacrés au Centenaire de la Première Guerre mondiale, mis en ligne en 2012 ou après (N : 145).

36L’analyse du contenu des sites permet d’affirmer que les organes de presse sont l’exemple par excellence d’une autorité multiple. Ils intègrent dans la majorité des cas de multiples perspectives sur les évènements de la Première Guerre mondiale, donnant la parole à différents acteurs, aux avis parfois antagonistes. À l’opposé, les sites des institutions politiques tendent à offrir une perspective uniforme portée par une autorité unique. Les deux autres groupes se situent entre les deux, avec un clivage fort parmi les GLAM entre d’une part les bibliothèques et les universités, plus enclines à présenter des perspectives multiples et, d’autre part, les archives et les musées qui tendent à offrir des narrations plus uniformes.

La mondialisation en question

37Un autre trait marquant des commémorations du centenaire est leur caractère global. Les seize pays répartis sur cinq continents dans notre échantillon en sont un premier signe tangible. De plus, certaines initiatives ont une portée transnationale, en ce sens qu’elles incluent des documents ou des points de vue en provenance de plusieurs pays. La portée transnationale des commémorations est d’autant plus remarquable qu’elle représente une rupture avec la tradition fortement nationale et nationaliste des commémorations de la Première Guerre. En plus de confirmer la thèse du « memory boom » formulée par l’historien Jay Winter – à savoir une croissance exponentielle de la demande du public pour différents aspects reliés au thème des mémoires collectives et des commémorations parmi les classes moyennes occidentalisées depuis le dernier tiers du xxe siècle (Winter, 2000) – elle révèle deux autres développements des régimes de patrimonialisation : la mondialisation des pratiques patrimoniales et l’émergence d’une narration transnationale des évènements de la Grande Guerre.

38Pour se faire une idée de cette tendance, nous avons analysé, d’une part, la portée nationale ou transnationale des sites et, d’autre part, le nombre de langues utilisées sur ces derniers. Le premier critère prend en considération les contenus : les sujets traités et les documents présentés proviennent-ils tous du pays d’origine du producteur ou offrent-ils au contraire une perspective transnationale ? Le second critère procède au comptage du nombre de langues proposées par les interfaces des différents sites.

Figure 8 : Focus géographique par groupe de producteurs

Figure 8 : Focus géographique par groupe de producteurs

Champ : sites web consacrés au Centenaire de la Première Guerre mondiale, mis en ligne en 2012 ou après (N : 145).

Figure 14 : Nombre de langues par groupe de producteur

Figure 14 : Nombre de langues par groupe de producteur

Champ : sites web consacrés au Centenaire de la Première Guerre mondiale, mis en ligne en 2012 ou après (N : 145).

39Si tous les groupes ont adopté en partie une perspective transnationale, les organismes privés sont les plus avancés dans le domaine, suivis par les individus et les associations. Les institutions politiques restent quant à elles les plus attachées à leur cadre national. Dans une moindre mesure, le groupe des GLAM reste lui aussi ancré dans une optique nationale, ce qui peut s’expliquer par la nature des collections des institutions patrimoniales, rassemblées généralement sur une base territoriale.

40En affinant la perspective sur une base nationale, on remarque que certains pays – en particulier l’Autriche et les États-Unis, mais aussi la France, la Grande-Bretagne et l’Allemagne – ont mis un accent particulier sur la perspective transnationale. Outre la volonté politique des grandes puissances de se présenter comme des acteurs de la mondialisation, la volonté d’intégration des mémoires issues des anciennes colonies joue sans doute un rôle en ce qui concerne la France et la Grande-Bretagne (Prost, 2013). Pour l’Allemagne et l’Autriche, il pourrait s’agir plutôt de se libérer du rôle de vaincus en intégrant leur histoire à une narration paneuropéenne partagée.

Figure 10 : Focus géographique par pays

Figure 10 : Focus géographique par pays

Champ : sites web consacrés au Centenaire de la Première Guerre mondiale, mis en ligne en 2012 ou après (N : 145).

41L’analyse des langues proposées révèle que la pratique du plurilinguisme reste avant tout l’apanage des pays multilingues comme la Belgique, le Canada, ou la Suisse. Mais on notera les efforts fournis dans ce domaine par les institutions politiques et en particulier en France, dont près de la moitié des sites de l’échantillon font l’objet d’une traduction dans une ou plusieurs autres langues que le français, alors que les pays anglo-saxons se contentent en majorité uniquement de l’anglais.

Tableau 1 : Nombre de langues par pays

1 langue

2 langues

3 langues

>3 langues

Total

Algérie

3

0

0

0

3

Allemagne

14

0

2

0

16

Australie

5

0

0

0

5

Autriche

2

2

0

0

4

Belgique

4

1

3

6

14

Cameroun

2

0

0

0

2

Canada

4

6

0

0

10

États-Unis

4

0

0

1

5

France

12

2

5

2

21

Inde

3

1

0

0

4

Italie

12

2

2

0

16

Nouvelle Zélande

8

0

0

0

8

Organisations int.

2

5

0

3

10

Royaume-Unis

17

0

0

1

18

Sénégal

3

0

0

0

3

Suisse

3

1

0

2

6

145

Champ : sites web consacrés au Centenaire de la Première Guerre mondiale, mis en ligne en 2012 ou après (N : 145).

42Il faut tempérer les considérations sur la nature transnationale des commémorations par le constat du petit nombre d’initiatives portées par des acteurs eux-mêmes transnationaux, comme le sont par exemple la bibliothèque virtuelle européenne Europeana ou la chaîne de télévision franco-allemande ARTE. Ceux-ci ne représentent en effet qu’une petite partie de notre échantillon (10/150). Si la perspective transnationale semble bien ancrée dans les discours, elle peine encore à trouver sa place dans les structures organisationnelles. Le fait que l’Union Européenne ait renoncé à établir son propre programme de commémoration est à ce titre révélateur (Bost & Kesteloot, 2014 : 60).

Réflexivité critique et historiographie

43Enfin, nous avons voulu savoir dans quelle mesure les sites considérés intègrent une réflexion critique sur leurs propres activités de commémorations. Ce critère, plus que tout autre, fait l’objet d’une évaluation subjective et doit être considéré à titre indicatif. Comme premier élément, nous avons évalué le niveau de réflexivité des initiatives, en repérant les sites qui produisent une réflexion explicite sur les raisons qui ont déterminé leur initiative, ou sur le rôle des documents dans la restitution du passé, ou encore sur la construction des mémoires et du patrimoine. Comme second élément, nous nous sommes basés sur la présence ou l’absence de référence explicite à l’historiographie des commémorations ou de la Première Guerre mondiale.

Figure 11 : Connotation critique par groupe de producteurs

Figure 11 : Connotation critique par groupe de producteurs

Champ : sites web consacrés au Centenaire de la Première Guerre mondiale, mis en ligne en 2012 ou après (N : 145).

Figure 12 : Référence à l’historiographie par groupe de producteurs

Figure 12 : Référence à l’historiographie par groupe de producteurs

Champ : sites web consacrés au Centenaire de la Première Guerre mondiale, mis en ligne en 2012 ou après (N : 145).

44Les résultats montrent que les entreprises, en particulier médiatiques, sont les plus enclines à produire une réflexion critique sur les tenants et les aboutissants des commémorations, le plus souvent en invitant des historiens ou des hommes politiques à prendre position sur la question, ou en rapportant les polémiques entraînées par le centenaire dans tel ou tel pays. Quant aux références à l’historiographie, on les retrouve chez tous les groupes de producteurs : la longue tradition de commémoration de la Première Guerre favorise ces références historiographiques et des références aux précédentes commémorations ainsi qu’à leurs évolutions dans le temps sont présentes dans 40 à 50 % des cas des initiatives recensées.

Tendances des médiations patrimoniales sur le Web

45Notre troisième partie analyse différentes formes de médiations mises en œuvre par les sites du corpus pour donner accès au patrimoine de la Première Guerre mondiale. Sur la base d’une revue de détail des sites du corpus, elle thématise trois types de pratiques signifiantes liées à l’accès au patrimoine et aux modes de patrimonialisation dans les environnements numériques : les modes de navigation, l’individualisation du rapport au patrimoine, et la question de la fiction et du jeu.

Modes de navigation et accessibilité

46Dans son ouvrage consacré au patrimoine bâti, l’historienne de l’architecture Françoise Choay mentionnait le rôle toujours plus important de « l’ingénierie culturelle, vaste entreprise publique et privée au service de laquelle œuvre un peuple d’animateurs, communicationnistes, agents de développements, ingénieurs, médiateurs culturels », et constatait une tendance à « faciliter l’accès aux œuvres par des intermédiaires, humains ou non » (Choay, 1992 : 167).

47En appliquant cette observation à l'environnement numérique, on pourrait remarquer que les technologies mises à contribution sur les sites – et les sites web eux-mêmes – fonctionnent comme des "intermédiaires non-humains" dans le système d’"ingénierie culturelle" que sont les initiatives de commémorations de la Première Guerre. Ces nouveaux intermédiaires pourraient encourager la demande du public en matière de pratiques mémorielles, comme le remarque Jay Winter : « Developments in information technology also help explain why the memory boom has taken off over the last generation » (Winter, 2000 : 373).

48Une première remarque générale concerne la multiplication des modes de navigation. Un grand nombre de sites proposent en effet à l’utilisateur plusieurs manières de circuler parmi leurs contenus en fonction de ses intérêts. Par exemple, le site 1914-1918 Online, un projet encyclopédique international sur l’histoire de la Première Guerre porté par la Freie Universität de Berlin, propose à l’utilisateur quatre modes d’exploration des contenus : par thèmes, par régions, par chronologie ou par index alphabétique. Même esprit du côté du site italien La Grande Guerra 1914-1918, fruit d’une collaboration entre le groupe média L’Espresso et la fondation Archivio diaristico nazionale, qui publie des extraits de carnets de guerre. Le site offre trois index par thèmes, lieux et personnes, ainsi qu’une carte des lieux mentionnés dans les carnets. Der erste Weltkrieg, un site web sur l’empire austro-hongrois pendant la Première Guerre produit par le château de Schönbrunn, propriété du gouvernement autrichien, propose quant à lui six modes de navigation dans ses contenus. On retrouve les navigations par évènements, par lieux et par sujets, auxquelles s’ajoutent des navigations par documents publiés (coupures de presse, cartes postales, photographies), par souvenirs (lettres et documents personnels) et par « collage », une sorte de frise chronologique interactive donnant accès à tous les autres index.

49On pourrait multiplier les exemples. Cette tendance à la navigation multimodale s’explique essentiellement par les systèmes d’indexation des contenus et leur gestion dans des bases de données. Celles-ci font partie intégrante des systèmes d’information depuis les années 1960 (Gugerli, 2009) : elles permettent d’indexer un contenu selon différents critères afin de pouvoir facilement les combiner lors d’une recherche. L’analyse des sites du corpus permet de constater une réutilisation du praphies), par citats 1914-1uvres par des interménrt00;" dir="ltr"> mgratiotrre 12 : r-bottoeigatioe de latioindex.

49On pourrait multi50ier lesPctioncindividualisation du rdles s, sont les pluune petite phiesourraiersität,ftdu r

) commée par les emarquer qu 191 40 à à animat pes dtalac
, fnoefoclass="titreillustrationul sioeioefoclass="titreillustratioionli49On pomar https://d techne.googim.erc/ma / (... Figure 1ber">49On pourrait multi51rent queée par les et pes dtalac, un Worlds id empire ausulturelleest &ayes a ichienlargindexopului péranerli,d5,ale les sit des pigation. U un GoogimaMa aits de carflnitémits, com un peup (N : 1ologiq à tfaciv classst àion. Ucontenuhistorrs, médial’déenns, comuse blage triméranst & un peups de cob eux"ton>On pofootioefcallnavigabodyftn16"octo2n1#ftn16"> div class="textIcon"> class="texte">44Les résultats mo52rent que ustro-té par emiioeicu 191C (sele théMipeme a 1914-ti, l’hist pays. Qua,U un Guerrerm>,Pennauit d’une revu / aboratioodes de ieux mnnés dans à tous les’lagre Fnées pelles uvre pomme seté pas indede car’expe jPresune anné tfaciv cl un GoogimaMa aits vre te line, un projet encnnéees,oyadiscoou uiédique inroupe ear exeupe média viv clars (lettres rté par la Freie Uncoorartie iexatiu, sont les plioodes de dm>Eusatrim uritesnnés danpes de Prx mtiplicae iexatilee un peuple Googim,es pelles uvuti font pvu

Figure 12 : Référence à l’hi3ar gries), à tous les

Figur3 12 : Référence à l’hi3ar gries),  à tous les</p><a href=Zoom <3 rel="nofollow" class="iconOrig" href="docannexe/image/787/img-12.png">Original (png, 13k)3/a>

4

Champ : sites web consacrés au Centenaire de la Première Guerre mondiale, mis en ligne en 2012 ou après (N : 145).

44Les résultats mo53que génér multimoda des modeses sur le Web Davaecti r

). Etait le rô Hiesogalysear docnformatioQuee patrimonialis 40 o pérso du prt assolub’une rcarteta  et doiioeicu […]. Il sontlicite sartcdans yef="dola questqu'ogiquecrichien,decit pa'>L’ts pe avecdans 40 .

Hiesogt d3ar g207

48Une première rem54que générale concerne la mul des modeses fti fondonnant accèes "in atio un timelexiodiqu.

,enns, ,defin fots. Par exemple deiterdiv carl'e sitestè. Teurs : la longue tradition deots. Ptmuse b, avecdter l’accè ngé la me iexoe d>,a href="dait que lmvutive px par sil’tiocè: ss par dionslent par les sype dmindexationlenne ait eon dt présenin whccèesxoe ditique surs d’une eon un timelexiodiqu 50  asponib : laatuem>une spandiaen effes ntenaire 1 class="texte">Figure 12 : Référence à l’hi un Timelexiodiqu/p>Figur4 12 : Référence à l’hi     Timelexio</p><a href=Zoom <4 rel="nofollow" class="iconOrig" href="docannexe/image/787/img-12.png">Original (png, 13k)4/a>
2

Champ : sites web consacrés au Centenaire de la Première Guerre mondiale, mis en ligne en 2012 ou après (N : 145).

44Lee première rem5artie anus nou annases, eienu, ont lortancune spanlfondonnant ace xixrtie an up> érelort(Are de r, fruit due et le mondon une uerre pormres e monanuche iexionrs e momeigatiore Guerre portsposentsltiplicates sla Prs ague tbfaciique aes deomme d ichienlong 40 à la me iexatiu, s mts tae lat numrte références aux ,nc carar les sy Prx mlee undex. difti fondonnant accèes ane la Pnliqu,ssé, sa’une petiion. U(Pros 3

44Lee première rem5 prope mout auphe en r sude carc tît com undex. cGuer le éterminée peatiouecrmple es etnu comrture transndiscavecdan’à leurs évoludiale.

s="paranumber">44Lee première rem5e observAeux m franco-allemande ARTE. Ceutent ae Schönbinternatioe situ AR, un proj Dse plementn/p> aits de carasse, carranc ce joe ,m>L’Ejan pplu oût , spanogustro-hongdur lruct échrs (lettress, photogrà pune lépê du se, care% decimém sel100 es d ngétôte à carOrifacililases, e peit mméne de prop pas index paièle s="paranumber">44Lee première rem5rque géde dTwit e peatouecrmls les mtsgcorpumvsal prdhi 0Pratousaless cction mme le ress dta %oe dieux mdir élcore sur trimée

Der nets de joe d joe d guerre. Le sitejoe ent enimvmondialnels) edialnl’acc indi @FamreyLtionr et drpus srOrifade joe d joe dlo-tur hr’une eo pas inde @TréDayInWWI)iresmts t), core sur s sont lipant àrx mtiocèm/p> és susitre%oe dOrifadermin par sujets,sso pas inde @ Guerrerm>14_18 /d4mpi , eiMipeme iempi tirt00;" ialnl’ale
Tntliar exelibre

eformatioThee unxioipitye pare ddOrfroptoWinteenns rtie an(... Figure 1ber">49On pourrait multi5lier lesCns yef="domme le reOrièvondon une les u corpus po1914-1uvres parsistoroipitéraes daée par les et élément, noLaasistoroipité, ,definieter : elle, vaar iter riogiogrzts de d par dient nrents stelosujetsl nu sdu culcre Guune cartinn partirceueusommue sutioes, médiarphiesourra de prate Jationgrammetion, ter lrate Jatexemeorma"ton>On pofootioefcallnavigabodyftn17"octo2n1#ftn17"> e oau. up>ta  li vnt n e momeigales u corpus pocus avon1uvres pare par les noLaaancrgcorpuenns, coarsis ear exenction des anonialasponib : ta s, sont relé ARgu œuvrnterïncioeicutater Prxionppl1iv class="textIcon"> class="texte">44Les résultats mo60

,ess dsleta  nslm%oe dcormen foouvnirm>sihien, piques mt menderminères de cisutioes, médiarpde p/p> trantsdeestelqu omeiga d paiff ititécGuer le sutiod’infdermin anonial construaes dhiesoardia L’Ess d’exploratieation subjec/a> rasvocumériquedufderistmlles ans 40 àron unpjoe ,mr des historiensavig l’ sommWintneisatio indicroprp> e pei lle ntoe"ix par a question de la fic acrtiseieux mnnPratousales phe m fait férd’l ca fiesxoncrvig,ale sfrô nuve les ndividuale par les esluve les s en œuvrure oàion. h2v class="textIcon"> s="paranumber">44Lee première rem61nsacré au pses sur le Web (N : 1olss d’exploratieslilaistrulibre p "in), p pe à «t nren%oe d ancrtenur p "inetiotioeots pebinter1uvres nde ARnt accètics dta-à-de sutioatioacrtiteresnnés nanmllrenl ce n pérmpleatdonnéesnannases hibtsoes cannindic ARgitnn œ. Modes de1navigation et 1"sorpurt au patrimoine, et la question de la fic

46Dans son ouvrage 62rtie anus nou erne la munées ps pasctive et dotud coBelaccètiapport au patrimoine, et 1914-a construta  et multimodafe intest pays. Quae4 : 60).

49 énierie cundex. diupe earanalyseale ou la cxationlbiai;" ialnl uerre porfamre et d au paanim. nsna class="texte">(... Figure 1ber">49On pourrait multi63 . Elqu acilimme d % des casei lanne Fgine la Prà leurs évoludiale.

nter : «% decime ans 4xro-té pare de prpportscripmérique,a 19sintest de la fic t de constafulicatme seconarque Jayludiale.

<"ton>On pofootioefcallnavigabodyftn18"octo2n1#ftn18"> rqua>diÀ Pur h4sudeérumée< à aL’Eual sites du 4mpiHéférmls lele,m>, fruit dudiqua omeigad’inftécavon1uvres pé, saumé(lettressenu annélarger le tiore Gla panimaoire de la Prxnter : « a dembtion unemple, le nngs, agentents in informatio4mpicunh aumeum was aeé, of tlninguée danssoardia v, le sonfamreysoardia v, deeedoleigasonarproy wit piques mof sotsrnssoae dansitnintédiqu4[…]rtie an Ià uldherche. p/r sogia, otsr- r eigadnfamreysoardia v, dewith acau c psesatrifiWinteeuiatiof tntenewà étertie an.

: 38

class="texte">On pomar lier les V sitàrx mtiocèutentpee,sear exeCocannexees es à tous voluio diar l’h6. On pomar 20 (... On pomar 21nsacré Dse S , frtt, Prs (olau pdse Zeila PEte wolub sur ls, "tocto2n1http://d rs , frtd.at/1385168996426/Fs (o-au -"> Zei-">s-Ete wo-b sur ls">http://d rs , frtd.at/1385168996426/Fs (o

(... Figure 1ber">49On pourrait multi64que géde d web eux-me leurs éfs cction multimodant par riellpe dmindexationsaen effee, le es hévolutdrtssimoine et au’explorati les entioslec mtsgco fontr « collage », énierie uadrtpar des acteurs edeupe earal (N : 1"ton>On pofootioefcallnavigabodyftn19"octo2n1#ftn19 liea>diLases hiTE. bllleest ations de la Pa ichienlamatiom>, fruupe eara. marquer qu /em> ou la chaîne de télévis à carupe earruhis d piques mdeculer parmes /em> ou lut di 60  ntr « colTE. bll /em>, un ne de té ojet8aits rpus srernatiinter : 1918< la Pof tnteFirs Worlds ar l’utit au4mpiImconrmlsWp>sla PaleOn pofootioefcallnavigabodyftn20"octo2n1#ftn20">20 l (Nm>, fr-Bretsgnntionm>, un sS , frttOn pofootioefcallnavigabodyftn21"octo2n1#ftn21">21nsa>l (NA lui ude care es unéd mgratiotrparmères de cisutioc mtsgcrs (N : 14trparmar « co1iv class="textIcon"> class="texte">44Les résultats mo65clr lesorputt au patrimoine, et la questioxp anonialisation pomme seté pas indeeur (B omeigamme le êmd rpus sri leurs c corpuions de la brs enhccè 1918 deB lessh BroadcannngeCorpr thème(BBC) l’e es uet au’exploratitioes,copoeresmin anonialiale.

rtirse struct0 % d di roduclui. Etsit lcu omeig,«% natio4mpiGiplicathème14 l’utiit lcu Tde ARTE. Ceue es uetslTE. oratitioer :mérmupuresde laatrien orpuenmilcat%oe dOrstructurdannéct0aanmacc indi tn earteievnn eat, av culturoon exps deralysear docno fonale44Les résultats mo66que génér multimodastruce spans mts tgrent une résu atiosontmisesle.

, unonalmeprécédemots l’utitfranco-allemande ARTE. Ceutent mtiona scr suon dorze carte des lre positiofemn œuvrd propts pue danse ,le de a Pdonnni de ichiene on duituabsence ds intermtrparmjoe ent enimvx parweb-ar « cnns, m>, Apocalypsde10 Donnn l’ur lrsität
44Les résultats mo6e observNeurson du pvoludrtcdunparub
m/p> és lon diffau patts numériqée par les et élément, noLslTE. orat,ctive et prtt, ur (de sctomeigalesites – et les setosslTitre%xps deralgrurril’lage trimérêts. Par exemple, lratousavigs à l(en orpuenmilca, â b, pue danse i quEual emiioeicue etc.)mondiaae le site 1Lon subjecttitfraà leurs évot drpus prtt, ur (storiensune petisität<édentecitÙd au paanmrtirce inteur pltioter Talnl la ne moutiv> Modes de2navigation et 2"8On pomar 22 http://www.uerregam .erc (... Figure 1ber">49On pourrait multi6rque géOneceueu%xplongere d’initiateiapport au paton. Uton de la ficexatiu,les tenants eportant les polrmpleat ntrimoine, io mpleatludifation. UcGuer le ssationale

On pofootioefcallnavigabodyftn22"octo2n1#ftn22">22 < class="texte">On pomar 23 http://w

(... Figure 1ber">49On pourrait multi6lier lesQueeatio[l]ee patrimonia[sitr]oeots pune bt lcheateiapport web de guelffér.

Hiesogt d3ar g248)les disc et doiioeicux paien effee, le iner :rc odehöntel ou terende ARTE. Ces /em> ou la ine et auoccann. Uton pays. Quaommémotiocoe dsnvt pomm: 1r4ton>On pofootioefcallnavigabodyftn23"octo2n1#ftn23">23
diLastde ARTE. Ceusueograpseurs ien orpum>, Announe empit arme d % ehönbinvrle c exemp tde ARs t pérstes webne la Pont pvessenu senuune 1iv class="textIcon"> class="texte">On pomar 24que gé Ubisoft, St dprisulcrenus, <"tocto2n1http://dt dpriulcrenus.ubi.erc/">http://dt dpriulcrenus.ubi.erc/ >,ion ditité de10 jan ppluFigure 1ber">49On pourrait multi70nsacré au psepar"isu e on duituabe es, sines annistes,n. h2Etsit lcutiappovée au ser1918Ubisoftdiqua Schönb1918St dprisulcrenusempire au g <. On pofootioefcallnavigabodyftn24"octo2n1#ftn24 24qua>diÀ anaov914suntons par doct<édertizrécédepuzzll a pratiqueait eoit par le château de Se petis spans mts tgrent u1iv class="textIcon"> class="texte">On pomar 25 https://www.facibook.erc/leonune >,ion ditité de10 jan ppluOn pomar 2 https://www.facibook.erc/paulmaxune t en >,ion ditité de10 jan ppluOn pomar 2e observ Ru par AlsacutiC de de êorpuhotogr,2atioLa Ru par l lcu e detgeeFacibookUtur lrudale P les Amrheteur au "tocto2n1#ftn27">(... Figure 1ber">49On pourrait multi71rent queavon1uvres parlat ntrimoine, ad mgratioichieninves ptät<éaen effes tionaux,parlate par les x parwebar « cnns, m>, Apocalypsde10 Donnn l,tuitsits hiha,pOrstaciv a Pdonnni la ne mouvrd xlage tge rtirnann systoe uhijaratioexemeéraes daés t pé. Il s, vaduale e d %oe dpanon Vivsix m dlage tgeerpue inalur lexationlm>, Mumée< lele,m>, fruit dudiquton dyuvrMemple e de a P iterpôtei de ichiensuevie humains od za moidualeillppln de carte des spanFacibook4ton>On pofootioefcallnavigabodyftn25"octo2n1#ftn25 25 On pofootioefcallnavigabodyftn26"octo2n1#ftn26" 2 On pofootioefcallnavigabodyftn27"octo2n1#ftn27">27 4ass="titreillustrationble> ationbdarder-ribor"> left:none;bor"> right:none;bor"> top:none;bor"> bottom:1piouelid #000000; ationbdarder-ribor"> left:none;bor"> right:none;bor"> top:none;bor"> bottom:1piouelid #000000; > atioion">Figure 1ber">49Ébasés épue / class="texte"> ationbdarder-ribor"> left:none;bor"> right:none;bor"> top:none;bor"> bottom:1piouelid #000000; > atioion">Figure 1ber">49Saéflebasés épue / class="texte"> ationbdarder-ribor"> left:none;bor"> right:none;bor"> top:none;bor"> bottom:1piouelid #000000; > atioion">Figure 1ber">49Totalrentlesg> class="texte"> atn atnble> ationbdarder-ribor"> left:none;bor"> right:none;bor"> top:1piouelid #000000;bor"> bottom:none; > atioion">Figure 1ber">49Ale class="texte"> ationbdarder-ribor"> left:none;bor"> right:none;bor"> top:1piouelid #000000;bor"> bottom:none; > atioion">Figure 1ber">40 class="texte"> ationbdarder-ribor"> left:none;bor"> right:none;bor"> top:1piouelid #000000;bor"> bottom:none; > atioion">Figure 1ber">47 class="texte"> ationbdarder-ribor"> left:none;bor"> right:none;bor"> top:1piouelid #000000;bor"> bottom:none; > atioion">Figure 1ber">47 class="texte"> atn atnble> ationbdarder-ribor"> :none; > atioion">Figure 1ber">49Bopéenne class="texte"> ationbdarder-ribor"> :none; > atioion">Figure 1ber">41 class="texte"> ationbdarder-ribor"> :none; > atioion">Figure 1ber">410 class="texte"> ationbdarder-ribor"> :none; > atioion">Figure 1ber">411 class="texte"> atn atnble> ationbdarder-ribor"> :none; > atioion">Figure 1ber">49Muméesrentlesg> class="texte"> ationbdarder-ribor"> :none; > atioion">Figure 1ber">41 class="texte"> ationbdarder-ribor"> :none; > atioion">Figure 1ber">410 class="texte"> ationbdarder-ribor"> :none; > atioion">Figure 1ber">411 class="texte"> atn atnble> ationbdarder-ribor"> left:none;bor"> right:none;bor"> top:none;bor"> bottom:1piouelid #000000; > atioion">Figure 1ber">49n, proposesrentlesg> class="texte"> ationbdarder-ribor"> left:none;bor"> right:none;bor"> top:none;bor"> bottom:1piouelid #000000; > atioion">Figure 1ber">43 class="texte"> ationbdarder-ribor"> left:none;bor"> right:none;bor"> top:none;bor"> bottom:1piouelid #000000; > atioion">Figure 1ber">411 class="texte"> ationbdarder-ribor"> left:none;bor"> right:none;bor"> top:none;bor"> bottom:1piouelid #000000; > atioion">Figure 1ber">414 class="texte"> atn atnble> ationbdarder-ribor"> :none; > atioion">Figure 1ber">49Asuecrmla Porentlesg> class="texte"> ationbdarder-ribor"> :none; > atioion">Figure 1ber">40 class="texte"> ationbdarder-ribor"> :none; > atioion">Figure 1ber">413 class="texte"> ationbdarder-ribor"> :none; > atioion">Figure 1ber">413 class="texte"> atn atnble> ationbdarder-ribor"> :none; > atioion">Figure 1ber">49It au pa Excartrentlesg> class="texte"> ationbdarder-ribor"> :none; > atioion">Figure 1ber">40 class="texte"> ationbdarder-ribor"> :none; > atioion">Figure 1ber">44 class="texte"> ationbdarder-ribor"> :none; > atioion">Figure 1ber">44 class="texte"> atn atnble> ationbdarder-ribor"> left:none;bor"> right:none;bor"> top:none;bor"> bottom:1piouelid #000000; > atioion">Figure 1ber">49It au pa Non-Excartrentlesg> class="texte"> ationbdarder-ribor"> left:none;bor"> right:none;bor"> top:none;bor"> bottom:1piouelid #000000; > atioion">Figure 1ber">41 class="texte"> ationbdarder-ribor"> left:none;bor"> right:none;bor"> top:none;bor"> bottom:1piouelid #000000; > atioion">Figure 1ber">46 class="texte"> ationbdarder-ribor"> left:none;bor"> right:none;bor"> top:none;bor"> bottom:1piouelid #000000; > atioion">Figure 1ber">47 class="texte"> atn atnble> ationbdarder-ribor"> :none; > atioion">Figure 1ber">49Gopose quant/Mipeme chrentlesg> class="texte"> ationbdarder-ribor"> :none; > atioion">Figure 1ber">42 class="texte"> ationbdarder-ribor"> :none; > atioion">Figure 1ber">423 class="texte"> ationbdarder-ribor"> :none; > atioion">Figure 1ber">425 atn atnble> ationbdarder-ribor"> :none; > atioion">Figure 1ber">49Ru par / Landrentlesg> class="texte"> ationbdarder-ribor"> :none; > atioion">Figure 1ber">45 ationbdarder-ribor"> :none; > atioion">Figure 1ber">44 class="texte"> ationbdarder-ribor"> :none; > atioion">Figure 1ber">49 class="texte"> atn atnble> ationbdarder-ribor"> left:none;bor"> right:none;bor"> top:none;bor"> bottom:1piouelid #000000; > atioion">Figure 1ber">49Vilcat/iC de drentlesg> class="texte"> ationbdarder-ribor"> left:none;bor"> right:none;bor"> top:none;bor"> bottom:1piouelid #000000; > atioion">Figure 1ber">41 class="texte"> ationbdarder-ribor"> left:none;bor"> right:none;bor"> top:none;bor"> bottom:1piouelid #000000; > atioion">Figure 1ber">44 class="texte"> ationbdarder-ribor"> left:none;bor"> right:none;bor"> top:none;bor"> bottom:1piouelid #000000; > atioion">Figure 1ber">45 atn atnble> ationbdarder-ribor"> :none; > atioion">Figure 1ber">49Eée au serentlesg> class="texte"> ationbdarder-ribor"> :none; > atioion">Figure 1ber">42 class="texte"> ationbdarder-ribor"> :none; > atioion">Figure 1ber">43 class="texte"> ationbdarder-ribor"> :none; > atioion">Figure 1ber">45 atn atnble> ationbdarder-ribor"> :none; > atioion">Figure 1ber">49Mur lerentlesg> class="texte"> ationbdarder-ribor"> :none; > atioion">Figure 1ber">410 class="texte"> ationbdarder-ribor"> :none; > atioion">Figure 1ber">48 class="texte"> ationbdarder-ribor"> :none; > atioion">Figure 1ber">418 class="texte"> atn atnble> ationbdarder-ribor"> :none; > atioion">Figure 1ber">49Off u oe rteorentlesg> class="texte"> ationbdarder-ribor"> :none; > atioion">Figure 1ber">41 class="texte"> ationbdarder-ribor"> :none; > atioion">Figure 1ber">42 class="texte"> ationbdarder-ribor"> :none; > atioion">Figure 1ber">43 class="texte"> atn atnble> ationbdarder-ribor"> left:none;bor"> right:none;bor"> top:none;bor"> bottom:1piouelid #000000; > atioion">Figure 1ber">49Joe ent/Quotidues rentlesg> class="texte"> ationbdarder-ribor"> left:none;bor"> right:none;bor"> top:none;bor"> bottom:1piouelid #000000; > atioion">Figure 1ber">41 class="texte"> ationbdarder-ribor"> left:none;bor"> right:none;bor"> top:none;bor"> bottom:1piouelid #000000; > atioion">Figure 1ber">412 class="texte"> ationbdarder-ribor"> left:none;bor"> right:none;bor"> top:none;bor"> bottom:1piouelid #000000; > atioion">Figure 1ber">413 class="texte"> atn atnble> ationbdarder-ribor"> left:none;bor"> right:none;bor"> top:1piouelid #000000;bor"> bottom:none; n ationbdarder-ribor"> left:none;bor"> right:none;bor"> top:1piouelid #000000;bor"> bottom:none; n ationbdarder-ribor"> left:none;bor"> right:none;bor"> top:1piouelid #000000;bor"> bottom:none; n ationbdarder-ribor"> left:none;bor"> right:none;bor"> top:1piouelid #000000;bor"> bottom:none; > atioion">Figure 1ber">4145 atn n non">Champ : sites web consacrés au Centenaire de la Première Guerre mondiale, mis en ligne en 2012 ou après (N : 145).

Figure 1ber">49On pourrait multi72rtie anues ndividualvalorimoine, syseafft lch n s, sont relenou enl les e des tetioxp anonial constru, ss co docixoe drs dit matie par les esnfavorimoduit ptorioL’Eavecdtepiques mlargrapses blllle sf x paroage tgeerpue devndnéieux mnnear l’htiplicaeait care camodeses donnniupe earifssensune peti: «%patrimoniaté pas inde1i au poda yef="doe par les , e, asésu aurradox omeigatioun phe en r sude imoine, sab Figure 1ber">49On pourrait multi73 Ls par nieuoardia Withi mmmdafe m Pof hers egpuhotoetiion. , tntr éreou subjcte pe mtr ly becaugro may beounavailndis, but becaugrtntesubjctthasictasedasonbrtntefocalte fitGfe tntehers egpuexcarr rioge étt pretson. h2v ie an[…]rtie an o i Pa intoeicy muee dulesgly oriouregpd by tntenaiatiof newmea o selfapsimodanunh mea offse mm munh mor élninrm Pof alass= re fe mion. , engegpmÙhisnd ots estamts tmÙhrtie an.

Malonst d8: 7)h2v ie an Modes1n5navigation 1n5n>C lculerse

Figure 1ber">49On pourrait multi74que géAuninrme<éaen’Ea perme,dlo-cos ty mtiona doiioeicu pa proposecédemur le Web és lon d e properim les et élément, noQule tiornt les polrmpleav siter :mtsIire det sont lipamtiocèm/p> és susleta aiff icationny,ru ponrproperimstadexml:lang="en"cto2n1#ftn2pue 1#ft begletat par a tu don uneear va rtenu sns s à lui% naar Aipamtnalur la Prx s, vtrnstafulicala s srOrifadsites s enraeux mn spast aupsminde s, aönb1on detgludifaof newd c uritecss="texte">44Les résultats mo66que 75nues ndividre de la Pudale Psupe earas évos npadrre mondiale,oon muuit par tdvt pom m nded fflusIire d peatiouecrmpgatio 191 40 tal decfes tioe ARsl construaes dhi tendnéenexe/ion detss t)nial con meypar it mmbjecttien emp: ta d dal dhi tpetis es àgatio 191 ,ieux mti: «%psire dete de d ien oaœuvru dhe carion. , en91 4 acisseiene en mnnPratousales phe petis esbd au ubn91nt pest lcu%oe dpale scoprode de tl4ton>nromptoio réfs a P icoprode P is,uon mihashtsgmendenuncutitfrancoueuse la Pr. P-compations ou lagmul tl4ton>«% naorslec mtsg %as p/p> tu ce ie n d e cnns, m<édentecitmimmed netson ms, m/pi tpep coenl leolrmpleavoueusrOrhenis hihe% ncrs (% nateus la ncnns, m>, As="texte">44Les résultats mo66que 7énér sinn 1olss d’onial construnannéeux mti: «% et a, vaarmptoio htiplaio diar lliÙexpli Web , fruit dudiqufrôla nles esluve lfrôla nenur pemp tdsésuommue sundismusIi n vidre de la Putypecns eux m> tcrmpagiale. < ded astus> imoine, sab imoine, sab aée par s r phe gatio 191 ,iléesnannastetonnmonnelde la fic min , atioun All>nromptothasicsuuvoir  : lees uvaerproPar exemple, lrtiinter  t), coreimmeplnl’aan > imoine, sab <: t par lesrOrheni. UcGuer % naaroerelat drpus eux m>parut relenou mvrot-circuiguertereourraidynamn91 4arifsabo dewith laWs. PApiquar lndnéesUton de e ualaà le > imoine, sab <: aanieter on de eubjec/a> rasvocuse it mm>parua,pOsuevirogtsx ss="texte">44Les résultats mo6e obs7rv Ru paDr parmiscles uit dudiqutioeots p urefok.er,ues mrof mminde emp: ta d astus> rtenuonnmonneldh aar lajrs hihioeotmuuit par s pp coenl lesrcc s, eepeeoseerécé,trunannéee pa%apmérirdhiesdonnantgep h1> oeoit p% nPrx s, vtr syJes sistorlndnéesUton de e €uvrd xlaque enctionmoduit nl le914su eepeeoseerécé,trunniaté pas indeuit dudiqutar exemple, ncrsne mor=leite 1Lon », énieriatris mrof l (nse i quEuan">1 ,ill emiioeicue etc.)pue damondiaucluioe ende cisutioepoda dember",ooùcs cles tenuonnmonneldta-à-de sutioatiar lorpus po1914-1uvrenannés ditorgertizrsétetn detstaddorauommu- ARgitne/p> mé srOrifadi pee yef= sence ds inér.gn91 4a dr a thien, piq,a dr a oipitércus avatris osects, parWe="texte">44Les résultats mo6e obs7éOneceuLfaof newet intér,rvrd xlacrimoniaté paie aviracc Malont reletiu,execep tdser parmnt rel,pOsuevirogtsx acivstoun phee,dlo-cepoAaurrad-t-,a 19s nanmtom et élémenty pee,1> rasvoc,lanne Fotiduecluioe engrou sxpuioe enpaton. U,%xtion,otounineldmc ce u dsourra r va p "in), 145).

ar docy pérdfiatio? Ou%xps -npandet lesndedcr suj beglecune les ievnitit moniaté paperim lelie uadrtl’puiocitGtiur exence "taîtrd’l inteuur e ndeduj begl/p> trantsdeeninrrifr va rtenu sns s à lu,%xpslicalob luio? Qtirces P iterpstioxp ictiandeseiuneearraiexasur lemoniaté puio? Qtmoelrs P iterp ictis a ei tionaio? Qtmoelrs P iterpexse io? Leébinter1trunniaté paxenjou omeiga d paire d peatiouecrmpgatio 191 4,wet int du 4mpiH minter1tevro mgratiotrparm, placivenondeiappa%as oùcn laWs.p>ar favom, p laire d peaed astus> imoine, sab Topass=acibl1 "tex

Appendix

Liste des sources (consultées 01.10.2016)

Top p opagr18divea!-- #="anne --tr>
h2er> <

1ueDén critatiepourde lsanougardeldu patrimoinedimmatétkrlet de’UNESCOet d2003. n>

<

2ue

<

3uePremièroccurrenceldu mot patrimoineddansdcette acceptatieappcriît dansdeeadictatinaieret de llangue f>Frçaisret’EmieeaLittréet d1872-1877 avecde ldéfinitati suivacen : « Ce qui eirsconsidéréecomme unrpropriété patrimonialer Chagiqldécsnourte dansdees sciences eirsle patrimoinedde toutes ees nitatis. » Voir Dictatinaierset’aut hrois, a>oject.uchicago.eduue

<

918Frçaisreinformatisé, a>="http:atilf.atilf.a/rue

<

5ue="http://wwcheml_idememoier.gsno.a/rue//wwd-wmemstialsonlinerorg.uk/ue

<

6ue

<

7uePremière Guerre mondia » en l_cluaceepourdchacunrt’_ceah elles eeurs syt:nymes ees plus usitéi. P W exemple, en f>Frçais : (CommémsritatieOR Commémsrer) AND (C_centaiereOR "C_ce ans") AND ("">Premièrg Guerre mondia"eOR "Grgranre Guee"eOR "1 14-"eOR "1 19-4-19"eOR "1 19-48")n>

<

-ue

<

9ueovntances al_ii obentueseont été ensuite vétkfiées eorset de’analyseldu nocentuet slsites. Je rematciedici Jasmin Hügi (BCU Laus="an)et dm’avoir montréecette fonctatir Voir GoogeeaDevelopers < a>="htstp:developers.gsogee.com/custom-search/docs/xml_ersults#countryCollectatiiueGoogeeaDevelopers, XML API reference, <a>="htstp:developers.gsogee.com/custom-search/docs/xml_ersults#crspue

<

"0ue

<

11ue

<

12uer les sources utieinéesa n>

<

13ueFran, Al Royaume-UFi,de’Italr oudlasNsnouvel-Zéerlar : P=porileofficielet du_centaieret de l">Première Guerre mondia, a>="http:u_centaier.a.orue="http://wwe 19.a.orue="http://wwc_centarioe 1914-191itrue="http://wwanzacc_centary.gov.aurue

<

1918r le Web étaceee lnorme Dublin Coer. Dublin Coer Metadata Initaatav , a>="http:dublincoer.a.orue

<

15ue

<

16ue="htstp:developers.gsogee.com/maps/ue

<

17ue

<

"-uePremièrroislrectinue pardtous,eapporte unrréponsa eumainreeeuniversuvee àde’ineumanitéet de lg Guer » (Déeégitati f>Frçaisreàde’UNESCOe20w.).n>

<

19uejeeee lsectiti Coproductitieetdicenractitis etdea rigure 6.n>

<

20ueThe G ardian,aG ardian Witness, a>="htstp:/itnesswthna ardian.com/claignment/52751e38e4b01fc33230d4aaue

<

21ue="http:drrstacdard.atr1385168996426/Fotos-gui-ordeZeit-ors-E_Ersi-r_Weltkrisue

<

22ue,a<a>

<

23ue

<

2918

<

25ue="htstp://wwfac_book.com/leone 19ue

<

26ue="htstp://wwfac_book.com/p ulmaxe 194-19ue

<

27uesace, Communiquéet dt>Psse,d« La Régiti lFrande lt=gs Fac_booketédiéeeàdPieriaAmrhein, upajeunr">sacien dre" 14- »,d19 septemb>ee20w.a n>Top p opagr18divea!-- #notes --tr>

h2er> < h colthtd> h scope="row">Titianethtd> <>Figure 1 : Nombre dresites pardpays h scope="row">Captati18thtd> <>Champ : sites web consacrés au C_centaieret de l">Première Guerre mondia, mis en ligne en 20w2 oudaprèie(N : "45).n> h scope="row">URL18thtd> <>a> h scope="row">Fiianethtd> <>imagr/png,l50k h colthtd> h scope="row">Titianethtd> <>Figure 2 : Groupeiet dproducteurs h scope="row">Captati18thtd> <>Champ : sites web consacrés au C_centaieret de l">Première Guerre mondia, mis en ligne en 20w2 oudaprèie(N : "45).n> h scope="row">URL18thtd> <>a> h scope="row">Fiianethtd> <>imagr/png,l8.7k h colthtd> h scope="row">Titianethtd> <>Figure 3 : Typeiet dproducteurs h scope="row">Captati18thtd> <>Champ : sites web consacrés au C_centaieret de l">Première Guerre mondia, mis en ligne en 20w2 oudaprèie(N : "45).n> h scope="row">URL18thtd> <>a> h scope="row">Fiianethtd> <>imagr/png,l15k h colthtd> h scope="row">Titianethtd> <>Figure 4 : Métadtinées pardgroupeet dproducteurs h scope="row">Captati18thtd> <>Champ : sites web consacrés au C_centaieret de l">Première Guerre mondia, mis en ligne en 20w2 oudaprèie(N : "45).n> h scope="row">URL18thtd> <>a> h scope="row">Fiianethtd> <>imagr/png,l13k h colthtd> h scope="row">Titianethtd> <>Figure 5 : Mentatidt de lp>ovntance pardgroupeet dproducteurs h scope="row">Captati18thtd> <>Champ : sites web consacrés au C_centaieret de l">Première Guerre mondia, mis en ligne en 20w2 oudaprèie(N : "45).n> h scope="row">URL18thtd> <>a> h scope="row">Fiianethtd> <>imagr/png,l12k h colthtd> h scope="row">Titianethtd> <>Figure 6 : Icenractitis pardgroupeet dproducteurs h scope="row">Captati18thtd> <>Champ : sites web consacrés au C_centaieret de l">Première Guerre mondia, mis en ligne en 20w2 oudaprèie(N : "45).n> h scope="row">URL18thtd> <>a> h scope="row">Fiianethtd> <>imagr/png,l16k h colthtd> h scope="row">Titianethtd> <>Figure 7 : Auisrlté pardgroupeet dproductati18t/td> h scope="row">Captati18thtd> <>Champ : sites web consacrés au C_centaieret de l">Première Guerre mondia, mis en ligne en 20w2 oudaprèie(N : "45).n> h scope="row">URL18thtd> <>a> h scope="row">Fiianethtd> <>imagr/png,l12k h colthtd> h scope="row">Titianethtd> <>Figure 9 : Focus géographique pardgroupeet dproducteurs h scope="row">Captati18thtd> <>Champ : sites web consacrés au C_centaieret de l">Première Guerre mondia, mis en ligne en 20w2 oudaprèie(N : "45).n> h scope="row">URL18thtd> <>a> h scope="row">Fiianethtd> <>imagr/png,l12k h colthtd> h scope="row">Titianethtd> <>Figure 14 : Nombre drelanguesepardgroupeet dproducteur h scope="row">Captati18thtd> <>Champ : sites web consacrés au C_centaieret de l">Première Guerre mondia, mis en ligne en 20w2 oudaprèie(N : "45). h scope="row">URL18thtd> <>a> h scope="row">Fiianethtd> <>imagr/png,l15k h colthtd> h scope="row">Titianethtd> <>Figure 10 : Focus géographique pardpays h scope="row">Captati18thtd> <>Champ : sites web consacrés au C_centaieret de l">Première Guerre mondia, mis en ligne en 20w2 oudaprèie(N : "45).n> h scope="row">URL18thtd> <>a> h scope="row">Fiianethtd> <>imagr/png,l28k h colthtd> h scope="row">Titianethtd> <>Figure 11 : Connotitatiecrotigiq pardgroupeet dproducteurs h scope="row">Captati18thtd> <>Champ : sites web consacrés au C_centaieret de l">Première Guerre mondia, mis en ligne en 20w2 oudaprèie(N : "45).n> h scope="row">URL18thtd> <>a> h scope="row">Fiianethtd> <>imagr/png,l13k h colthtd> h scope="row">Titianethtd> <>Figure 12 : Réfétencelàde’e/hisrlographie pardgroupeet dproducteurs h scope="row">Captati18thtd> <>Champ : sites web consacrés au C_centaieret de l">Première Guerre mondia, mis en ligne en 20w2 oudaprèie(N : "45).n> h scope="row">URL18thtd> <>a> h scope="row">Fiianethtd> <>imagr/png,l13k h colthtd> h scope="row">Titianethtd> <>Figure 13 : Cart s l_enractives pardgroupeet dproducteurs h scope="row">Captati18thtd> <>Champ : sites web consacrés au C_centaieret de l">Première Guerre mondia, mis en ligne en 20w2 oudaprèie(N : "45).n> h scope="row">URL18thtd> <>a> h scope="row">Fiianethtd> <>imagr/png,l14k h colthtd> h scope="row">Titianethtd> <>Figure 14 : Timelinesepardgroupeet dproducteurs h scope="row">Captati18thtd> <>Champ : sites web consacrés au C_centaieret de l">Première Guerre mondia, mis en ligne en 20w2 oudaprèie(N : "45).n> h scope="row">URL18thtd> <>a> h scope="row">Fiianethtd> <>imagr/png,l12k < Top p opagr18divea!-- #illuinratatii --tr>
h2er>

Electronic referencen>h3er>

trong>Enrico ">>trong>,d« ">Les médiatatii numétkqu dedu patrimoineneRESETe[Online], 6 | 20w7, Online sl_ce 30 Octobsr 20w6,sconnectiti ti 14 Decembsr 20w7. URL : ="http:journals.openeditatigorg/>Psetr787 n>Top p opagr18divea!-- #quotitati --tr>

h2er>

a>Enrico ">h3er> infoclio.chueTop p opagr18divea!-- #authori --tr>
h2er> < >© Associatati Rechatchas en sciences sociales sur IcenrnetneTop p opagr18divea!-- #lic_cse --ta>divea!-- #docBody --tr>
- nePrevious document18 - neFran dansdees ainées 2000xeNext document18divea!-- .navEntatieser-bott --ta>divea!-- #main --ta>divea!-- #nocentt--tr>

Titre (URL)

Pays

Le parcours du combattant de la guerre 1914-1918

France

14-18

Suisse

25000 Algérien morts pour la France

Algérie

Première Guerre mondiale (1914-1918)

Canada

Bruxelles occupées 14-18

Belgique

Le Finistère dans la guerre

France

CH-BAR Collection First World War Switzerland

Suisse

1914 1918

Allemagne

- T_pabücherte dee_Ersn r_Weltkril18

Maarcne à reommterte danse tempes /1918

France

WW1 C_centnezi Network: America a/remenil the Greatld W18

Rileggiamo La Grgranre Guea. La histia indprima esperna18

WW1 -nt ntrons lGrgranre Guea18

Ta Pum. Sui S ntrniint ls lGrgranre Guea18

Our Boys, Y pouSistill18

WW100on First World WaC_centary18

OnlineaC_cotaph18

Belgique

W World WaOnrre

Belgique

BCUre 1914-19 | Commémstitati s du_centaieret de la guerrdrre 1914-19Le pde lB#biblthègiq Clerommt université18

France

France

">Première Guerre mondiare

Canada

Belgique

France

meroun, 8 aoûtre 1918 aoûtr20w.18

merounue

Première Guerre mondiale (1914-191 au CEGEP GARNEAU18

Canada

Belgique

Grgranre Guea w.archiont ls lremstia18

Première Guerre mondialen 18Belgique

Belgique

Prisonernil s de l">Première Guerre mondiaue

Suis / Org. Iceue

France

Allemagne

France

Discoverre 14-18

Canada

France

Gedenksjahrre 1918

P=portee deBune dw.arch zum e_Ersn r_Weltkriie

Allemagne

DDSre 1914-1918

Suisse

e_Ersr r_Weltkri18

Allemagne

Première Guerre mondiaue

France

Onwardl">oject18

Belgique

France

Giorniso;" trirana18

Derre_Ers r_Weltkri18

Allemagne

Allemag / Org. int.ne

">Première Guerre mondiaue

Canada

s lGrgranre Gueare 1914-1918

Livesop othe n First World Wue

" First World WaC_centary18

" First World W18

W World Wa1 in Africa18

Allemagne

C_centaieret de l">Première Guerre mondia. Toutes les infos18

Belgique

"00 ="ai Grgranre Gueaue

Mitrsn in Europa - Das Rheinerla ula derre_Ers r_Weltkri18

France

Débat brûlace surde ltarticipitatiet de'Algétil au 14 jui>Alt18

" 14-, s lGrgranre Guee18

Belgique

" 14-, Ledu_centaieret'unrg Guerre mondiaue

France

Lrre moe se souvilntue

C_centaieret de lGrgranre Guee e 1914-1918

merounue

France

Fry.typepad.com/ww1r">Picturing the Greatld W18

L lGrgranre Guee | Posotische Kulturgeschichte derrVorltkriszeitue

Honour100ue

Canada

Cheml_iet dMémsiee18

France

Mémsieeee dehommes18

France

BFraa dati perde lriceraa dei Caduti in e Gueaue

"418 Documenti e immagini dels lGrgranre Gueaue

New Zeaerla graathe n irst World W18

P=poril officiel s du_centaieret de l">Première Guerre mondiaue

France

Lrr">Cana etde l">Première Guerre mondiaue

Canada

Léon Vivilnue

France

Belgique

TerntinolGrgranre Gueaue

Wir bleiben dabei : Frieden schaffen ohneld ffen ! 18

Allemagne

NolGlsto in d Wa1 1914-1918

Suis etden Europaue

Suisse

"00 p>ojets pourde ltaixue

"00 0_Jah e_Ersr r_Weltkri18

Aluw-c_lebtee-tarer--M Fini/e-f>Fraais-KaordeArif-c_-23-aout_a77ex.htmlIgnoréeltar el Sénéeal, s lJournéeldu tirai>Aluw céeébréeltar ea M Fini/e f>Frçais Kaord Arif el 23 aoûtue

C_centario Primare GuearM mondia 20w./20w918

Frae-c_lebteer--r_centenai-de-la-a_gran-a guerr">Professati Voyages18

Canada

Expositati virtuuvee - ">r les cheml_iet ds lGrgranrn>e Guee18

Belgique

Canilns18

Canada

L lGrgranre Guea. "00 ="ai dopo18

sacees 14-18

France

France

" 14-ue

Belgique

Première Guerre mondia au Sénéealne

Pietri Grgranre Gueaue

Suisse

Allemagne

Wisn imre_rsn r_Weltkri18

e 1914-19L- unreffroyable bouchatil18

France

Allemagne

F-first World Wue

Canada

Fran://1-c_centaryxeWW1 C_centary18

Every MspaRemembered18

yonda1 19. The UFiversity p oSidney graathe Greatld W18

The C_centary p othe n first World Wue

The UFited Stat deW World W One C_centnial Commissatiue

n first World W C_centary Battr-lields tours p>ogramml18

L lGrgranre Guea + 100ue

">

Belgique

C_centaiere" 14-ue

France

Allemagne

"00 Years Legacies18

20w.-20w8 LelGrgra C_centaier18

Belgique

Themenp=porl E_Ersr r_Weltkri18

Allemagne

Allemagne