Navigation – Plan du site

Appel à contribution n° 7 : Formes et mouvements politiques à l’ère numérique

Date-limite d’envoi des propositions : 28 FÉVRIER 2017

Numéro coordonné par Célya Gruson-Daniel (UTC- Costech et USPC- Centre Virchow-Villermé) et Clément Mabi (UTC- Costech)

Progressivement, le « numérique » s’impose comme une ressource politique majeure. Mobilisé dans une grande variété de situations, il est devenu à la fois un élément incontournable dans la boîte à outils des acteurs de terrain, un passage obligé sur le plan des discours sur la « transformation » de la démocratie, et plus largement le numérique transforme les médias, les institutions et les organisations classiques des mondes politiques, comme les oppositions et les prises de parole alternatives. Cette omniprésence, quasi naturalisée car rarement discutée, n’est que rarement accompagnée d’une définition rigoureuse de ce qu’est le « numérique » et de ce qu’il permet de faire. Ce phénomène d’imposition est propice à effacer la diversité des projets politiques, sociaux et techniques qu’il recouvre. Constitué d’une série de « boîtes noires », il est bien souvent interrogé à partir des usages qu’il permet, sans qu’une réflexion rigoureuse sur le projet politique qu’il incarne ne soit proposée. C’est l’ambition de ce numéro de la revue RESET qui cherche à questionner la manière dont le « numérique », inséré dans différents contextes, produit de nouvelles formes de mobilisation et d’organisation politiques, ou en stabilise d’anciennes, tout en embarquant avec lui une série de valeurs et de principes qui contribuent en retour à les faire elles-mêmes évoluer.

Dans la littérature académique, de nombreux travaux se sont penchés sur le renouvellement des répertoires d’action collective et ont décrit les nouvelles formes de citoyenneté et d’activisme qu’il entraîne (Downing, 2000 ; Norris, 2001 ; Cardon & Granjon, 2013 ; Mabi & Theviot, 2014b). Ils prennent appui sur les recherches portant sur la « participation politique en ligne » (Monnoyer-Smith & Wojcik, 2014) qui ont progressivement dépassé la dichotomie entre les « cyber-optimistes » (Castells, 2012) et les « cyber-pessimistes » (Morozov, 2011) pour proposer une approche « différenciée », centrée sur le déplacement des modes d’action et des formes d’engagement engendré par l’usage des outils numériques pour « parler politique » (Monnoyer-Smith, 2011 ; Mossberger, Tolbert & McNeal, 2007). Cette perspective, qui insiste sur le lien entre les évolutions des pratiques culturelles et les logiques d’engagement politique, permet d’appréhender le poids de l’environnement sociotechnique dans le déploiement des formes de mobilisation citoyenne. En fonction des outils à leur disposition, les répertoires d’actions des acteurs évoluent et permettent diverses formes d’expression. Ainsi, les principes de « participation », de « collaboration », de « fonctionnement en réseau » ou encore de « commun », considérés comme constitutifs de la « culture numérique » (Jenkins, 2006a, 2006b) viennent influencer la manière dont les citoyens se projettent dans l’espace public et perçoivent leur citoyenneté. Les formes d’engagement autorisées viennent construire un rapport au politique particulier, ancré dans des moyens d’expression auto-organisés, dépassant les représentations traditionnelles (Cardon & Granjon, 2013). Progressivement, cette logique entraînerait un déplacement de la légitimité démocratique depuis le travail des institutions vers le produit des conversations citoyennes et à travers des formes plus ou moins créatives (Monnoyer-Smith, 2011 ; Cardon, 2015). Mais certains travaux suggèrent aussi que la participation en ligne reste inscrite dans des logiques sociales qui n’ont pas grand-chose à voir avec le numérique, telles que la taille des villes par exemple (Parasie & Cointet, 2012).

Analyser l’émergence des « civic tech », des mouvements comme « Nuit Debout », des formes de « hacking citoyen » ou encore la multiplication des tiers lieux paraît donc un point d’entrée fertile pour observer les reconfigurations de notre rapport au politique à l’aune des évolutions de notre environnement sociotechnique. Ainsi ce dossier souhaite s’appuyer sur des cas concrets pour interroger la portée politique et critique de ces formes d’organisation et leur capacité à expérimenter de nouvelles façons de « faire politique ». Dans cette logique, plusieurs questions peuvent être formulées : l’irruption des « multitudes » (Moulier Boutang et al, 2007) dans l’espace public contribue-t-elle à transformer, voir supplanter, l’engagement militant traditionnel, ancré dans des organisations ? Dans quelle mesure ces nouvelles formes d’engagement peuvent-elles être considérées comme de la « participation » et une activité politique ? Comment les concepts « d’auto-organisation », « d’émancipation collective » ou de « pouvoir d’agir » sont-ils mis à l’épreuve ? Aborder de cette manière les relations entre « numérique » et politique invite par ailleurs à considérer à nouveaux frais un certain nombre de questions politiques traditionnelles : dans quelle mesure les marges peuvent-elles peser sur un système sans investir son centre ? Le contrôle des institutions est-il un préalable indispensable à tout projet de transformation sociale ? Quelle est la place et le statut de la conversation en démocratie ?

Les articles composant ce dossier pourront s’inscrire dans ces débats en s’intéressant à la fois aux communautés mobilisées et aux acteurs qui les composent, aux relations avec les institutions qu’elles instaurent ainsi qu’au renouvellement des formes de la critique sociale et de la constitution des problèmes publics qu’elles autorisent. Pour y parvenir, nous souhaitons réunir des travaux issus d’une diversité de disciplines suffisante pour saisir la complexité du sujet (sciences politiques, sciences de l’information et de la communication, sciences de l’éducation, sociologie, anthropologie, histoire, géographie, économie, psychologie, etc.). La thématique même de cet appel pourra en effet intéresser des chercheurs-ses venant des sciences politiques, des sciences de l’information et de la communication, de la sociologie, etc. En plus de croiser les regards disciplinaires, la dimension internationale des recherches (Europe, Afrique, Amérique latine, Amérique du Nord, Asie) est vivement encouragée afin de faire ressortir l’ancrage même du contexte politique, social et culturel de ces formes politiques. Le cadrage que nous proposons invite également à articuler des approches qui cherchent à ouvrir la boîte noire des dispositifs afin d’analyser finement leur fonctionnement et leur conception, mais aussi à comprendre les significations que les acteurs portent à leur propre action pour ainsi saisir l’évolution des formes d’implication citoyenne.

Pistes de recherche

Nous proposons aux participants trois axes de recherche, au titre de pistes de réflexion indicatives de l’orientation du dossier.

L’équipement de la démocratie à l’ère de l’« open », du « hack » et du « tech »

Aujourd’hui, un ensemble d’actions collectives se regroupent sous un vocable propre aux univers numériques open, hack, tech, etc. Il nous semble qu’un travail même de définition (et de traduction) reste encore à accomplir autour de ces formes politiques (open data, open gov, civic tech, civic hacking). Ainsi, parmi ces initiatives les plus visibles, un certain nombre s’inscrivent sous l’étiquette de civic tech (pour civic technology) et proposent de mobiliser le numérique pour améliorer les processus démocratiques et la participation des citoyens (Kreiss, 2015). Dans cette perspective, les technologies numériques sont vues comme des moyens de transformer la démocratie et de faire une place aux citoyens actifs. Les « civic tech » multiplient les discours disruptifs et mettent en avant leur capacité à transformer radicalement la démocratie et la « hacker », c’est-à-dire transformer ses règles en s’appuyant sur les éléments qu’elle contient. Dans la même logique, le champ du civic hacking gagne en visibilité. Il est une illustration de cette culture hack qui cherche à élargir le bénéfice de ces initiatives de détournement au « bien-être » de la Cité et de ses citoyens (notamment des groupes défavorisés), en développant des applications (cartes, etc.) basées sur ces données ouvertes de santé, économiques, etc. à l’instar de ce que réalise l’association Code For America.

Comme ce fut le cas au début des années 2000 pour la participation en ligne (Wojcik, 2011), les discours d’accompagnement, largement positifs, se multiplient et annoncent une refonte de la démocratie représentative grâce à une implication renouvelée des citoyens. Ces derniers profiteraient des outils numériques pour impulser une nouvelle dynamique susceptible de changer les règles du jeu. Des contributions susceptibles de déconstruire ces discours sont attendues. Il s’agira de les réinscrire dans le temps long de l’histoire de la démocratie et de ses formes les plus participatives pour réellement circonscrire leur spécificité et entamer un nécessaire travail de définition pour caractériser l’usage de concepts employés dans des contextes parfois très différents. Il est également attendu d’interroger les effets de ces discours qui mettent bien souvent en avant la « solution technique » aux problèmes de la démocratie. Cet attrait pour la méthode interroge : dans quelle mesure les outils peuvent-ils à eux seuls incarner un processus démocratique ? Dans cette perspective, peut-on considérer la participation citoyenne comme « soluble » dans un processus de communication ? Lorsqu’elle repose sur des procédures outillées numériquement, la démocratie s’en contente-t-elle ou invente-t-elle de nouvelles « institutions » au sens sociologique ?

  • 1 L’expression est ici entendue au sens de Pierre Rosanvallon (2006) qui entend les contre-pouvoirs c (...)
  • 2 Voir sur ce point Blondiaux (2008).

Pour tenter d’éviter les travers d’un enthousiasme trop naïf, il est important de confronter les discours émis avec des enquêtes empiriques. Dans cette perspective, l’une des ambitions du dossier sera donc de donner de la visibilité à des travaux ouvrant la voie à une analyse sociologique fine de ces nouvelles configurations sociales et des trajectoires des acteurs qui les portent. Ainsi, le « changement démocratique » se trouve porté par des « entrepreneurs de causes », des acteurs qui mobilisent le numérique pour amener un renouvellement des formes de l’engagement citoyens. Qui sont-ils ? Quel est leur statut exact ? Quel rapport entretiennent-ils avec le monde marchand d’une part et les pouvoirs publics de l’autre ? Il est également attendu des travaux contribuant à inscrire ces initiatives dans une analyse sociopolitique qui interroge les valeurs qui les sous-tendent : Dans quelle mesure cherchent-elles à se constituer en « contre-pouvoirs »1 susceptibles de modifier l’organisation de la démocratie et les rapports de force qui la structure ? Comment se positionnent-elles par rapport aux objectifs de transformations sociales qui accompagnent l’implication des citoyens en démocratie 2 ?

Les mobilisations à l’ère du faire ensemble et des communs

Des mouvements sociaux et citoyens se sont structurés autour de pratiques collaboratives dans des domaines variés (écologie, biologie, médecine, économie, etc.) et des champs de mobilisations diverses. Issues notamment de la culture du make, du hack et de communautés regroupées autour des logiciels libres et de l’open source (FLOSS) (Bosqué, 2016 ; Broca, 2013 ; Coleman, 2014 ; Himanen, 2001 ; Turner, 2012), ces praxis collectives sont aujourd’hui un moyen pour ces groupes de s’organiser et d’inventer de nouveaux modes de coordination (Mabi & Theviot, 2014a). Le faire ensemble, souvent mis en avant dans cette « culture du collaboratif » semble imprégner la constitution même des identités de ces collectifs et peut se matérialiser également dans des espaces collectifs tels que des tiers-lieux (Antonioli, Bureau & Rouxel, 2016). Ces carrefours de rencontres, d’expérimentations, de formations, mais aussi de productions s’appuient notamment sur les technologies numériques sous des formats divers : autofabrication numérique dans des espaces tels que les FabLabs, les makerspaces ou les hackerspaces (Lhoste & Barbier, 2016), organisation et mobilisation sur les réseaux sociaux pour gagner en visibilité (Peretti et Micheletti, 2011),