Navigation – Plan du site
Lectures

Mélanie Bost-Fievet et Sandra Provini (dir.), L’Antiquité dans l’imaginaire contemporain. Fantasy, science-fiction, fantastique (2014).

Cédric Chauvin
Référence(s) :

Mélanie Bost-Fievet et Sandra Provini (dir.), L’Antiquité dans l’imaginaire contemporain. Fantasy, science-fiction, fantastique, Paris, Classiques Garnier, « Rencontres », n° 88,

Texte intégral

  • 1 Signalons également l’heureuse publication sur le site fantasy.fr des vidéos des deux tables rondes (...)
  • 2 Ce terme, utilisé dans diverses langues d’Europe de l’Est, peut constituer une alternative à l’expr (...)

1Le volume intitulé L’Antiquité dans l’imaginaire contemporain. Fantasy, science-fiction, fantastique s’ouvre sur une Préface de Perrine Galland, qui témoigne de la tendance contemporaine au resserrement du public des études et de la culture classiques, et corollairement de l’ouverture nécessaire de ces dernières à la diachronie autant, sans doute, qu’aux études de réception. Or, comme l’indiquent dans leur introduction générale Mélanie Bost-Fievet et Sandra Provini, les deux éditrices, si ces dernières études se sont « largement développées ces vingt dernières années » (p. 17), elles n’avaient, jusqu’au colloque de 2012 dont le volume rassemble les contributions1, que peu été appliquées aux dites littératures de l’imaginaire, ou fantastika2, même dans le monde anglo-saxon. L’ensemble que proposent les deux éditrices s’ajoute en l’occurrence à plusieurs thèses et travaux de recension récents qu’elles mentionnent (par exemple, Aziza, 2008). Leur projet d’ensemble est donc d’envisager « comment les œuvres contemporaines [relevant des fantastika] s’approprient activement une Antiquité déjà transformée par de multiples médiations, et dont elles contribuent à leur tour largement à remodeler l’image » (p. 22).

2Dans leur « Introduction générale », les éditrices insistent ainsi d’emblée sur la valeur de renouvellement que la référence antique offre en particulier à une fantasy très marquée par la référence médiévale, tout en appuyant sur un élément qui constituera l’une des clés du volume – le double mouvement de « brassage des références culturelles » (p. 25), où l’Antiquité ne tient qu’une part, et de « labilité des mythes et récits antiques pris pour référence » (p. 30), que les auteurs ne connaissent souvent que de façon indirecte et qu’ils transforment de nombreuses manières. Plus généralement, c’est à revivre les « plaisirs complémentaires de la reconnaissance et de la surprise » (p. 31) que les éditrices invitent le lecteur du volume.

3L’ouvrage ne rassemble pas moins de vingt-neuf articles, répartis en quatre parties, chacune introduite par les éditrices, et qui relèvent de quatre types de référence à l’Antiquité occidentale : « des réécritures aux reprises de motifs mythologiques, des emprunts plus ponctuels participant à la création des mondes fictionnels aux détournements » (p. 31).

4La première partie, intitulée « Réécritures », est consacrée à la recomposition par des auteurs de fantasy ou de science-fiction de textes de l’Antiquité, épiques en particulier. L’introduction, synthétisant le propos des articles qui la suivent, insiste sur trois aspects principaux de la réécriture d’œuvres antiques dans les romans de l’imaginaire. D’une part, la transformation de l’univers fictionnel repris des textes antiques implique, en science-fiction davantage qu’en fantasy, la modification du cours des événements qui y étaient représentés. Si, comme le montre Sandra Provini, dans Lavinia, Ursula Le Guin suit très précisément le texte de l’Énéide de Virgile, Dan Simmons dans Ilium et Olympos (selon Arnaud Laimé) autant que les auteurs de la série Ulysse 31 (selon Hervé de la Haye), déplaçant les Dieux de l’Olympe dans l’espace, s’approprient en les modifiant les narrations respectives de l’Iliade et de l’Odyssée. Ensuite, le merveilleux mythologique est parfois adapté (ainsi les Dieux d’Ilium sont-ils des post-humains) et souvent effacé, en fantasy en particulier : dans Lavinia, Sandra Provini remarque « la disparition du merveilleux virgilien » (p. 89), à quelques « touches discrètes » près. Enfin, les personnages repris tendent à être dotés de psychologie complexe (pour Sandrine Cambou, la trilogie Troy de David Gemmel insiste ainsi sur la nature contradictoire du personnage d’Ulysse) ; ils représentent des systèmes axiologiques davantage contemporains, des personnages féminins passent régulièrement au premier plan, et les auteurs développent autant de points de vue narratifs originaux (celui du scholiaste chez Simmons, celui de Lavinia chez Le Guin) qu’ignorait la focalisation zéro des épopées. Ainsi, pour les éditrices, « ces réécritures contemporaines relancent les œuvres anciennes dans un nouveau circuit de sens, sans se contenter de les commémorer » (p. 46).

5La deuxième partie de l’ouvrage est consacrée à la reprise d’éléments mythologiques de l’Antiquité plutôt que de textes anciens précisément identifiables, la frontière étant parfois ténue entre les deux catégories. Cette partie, très savante, est constituée d’articles analysant les modalités de telles reprises, comme celles du mythe de Pygmalion dans la science-fiction de Chris Beckett ou de Jeffrey Ford (Tony Keen), les figures de catabase ou de nekuia chez Tolkien et Pullman (Annette Simonis), ou les phénomènes d’intertextualité interne chez George Lucas (Eric Del Chrol).

6La troisième partie commente quant à elle des textes contemporains qui, sans désigner de textes ni de mythes anciens de façon centrale ou clairement identifiée, fondent leurs univers sur des éléments relevant de l’Antiquité. Ces éléments peuvent être historiques, comme entre l’Anabase de Xénophon et Battlestar Galactica (Louis L’Allier) ; religieux, quand George R. R. Martin imagine dans A Song of Ice and Fire les trois religions des Sept Couronnes à partir de diverses représentations du paganisme et du christianisme romains (Maureen Attali) ; linguistiques, comme avec le pseudo-latin ludique ou terrifiant des sorts de Harry Potter (Isabelle Rachel-Casta) ; civilisationnels, comme dans le cas des jeux de gladiateurs, repris de Star Trek à Hunger Games, pour traiter d’enjeux tels que le contexte des Civil Rights et l’esclavage dans le premier cas, ou la téléréalité dans le second (Juliette Harrisson) ; ou enfin philosophiques, quand il s’agit de Philip K. Dick et des présocratiques (Florent Rouillé), ou des représentations épicuriennes ou pythagoriciennes de l’âme telles qu’elles réapparaissent, mêlées, chez Robin Hobb, Philip Pullman et Alain Damasio (Mélanie Bost-Fievet).

  • 3 Au sens défini par Francis Berthelot lui-même (Berthelot, 2005) et à distinguer de celui que Richar (...)

7La quatrième partie, intitulée « Hommages, clins d’œil, détournements », met enfin l’accent sur des cas particulièrement exemplaires de la tendance générale, observée tout au long du reste du volume ou presque, qui consiste à détourner, hybrider voire instrumentaliser des motifs antiques souvent ponctuels. Il s’agit ainsi de faire un usage distancé de la référence à l’Antiquité par l’humour chez Terry Pratchett (Nathalie Catellani-Dufrene), ou encore d’élaborer les motifs, dans diverses nouvelles de Lovecraft, soit d’une inquiétante étrangeté, soit au contraire d’une altérité minuscule par comparaison avec l’altérité radicale des civilisations immémoriales qu’imagine l’auteur (Jochen Walter). Alors qu’Otta Wenskus identifie divers contresens dans la référence à Babylone ou à la Grèce dans la série Babylon 5, Hélène Vial propose de dresser des liens entre figures ovidiennes et culture japonaise dans une œuvre cinématographique, celle d’Hayao Miyazaki, marquée par « l’idée d’un patrimoine universel qu’il faut protéger et transmettre » (p. 511). Pour Michel Briand enfin, en sus de dispositifs métalittéraires allégorisant les notions de fiction et de réalisme, voire d’interprétations queer de mythes de l’Antiquité, « la référence antique la plus marquante [dans les transfictions3 dont Francis Berthelot est l’auteur] se situe dans l’écriture même, profondément réflexive, hybride et mouvante, certes soutenue par la référence mythographique, onomastique, culturelle, générique » (p. 540).

8Néolatinistes, les éditrices ont choisi un découpage qui couvre de façon pertinente et efficace les diverses formes de la référence à l’Antiquité, leurs introductions se chargeant, avec finesse et érudition, de synthétiser le propos des articles autant que d’offrir des lignes de fuite. Naturellement, le choix d’un tel découpage ne rend pas aisément sensibles les éventuelles spécificités de traitement et surtout de sens de la référence antique dans chacun des trois genres envisagés, genres que la critique contemporaine permet de plus en plus de distinguer autant que de comparer de façon théorique, à l’occasion de travaux connus et cités, de façon toujours convaincante, par les éditrices autant que par la plupart des auteurs. Ainsi, parmi les ouvrages de référence les plus régulièrement cités, signalons ceux (français) d’Irène Langlet (Langlet, 2006) et d’Anne Besson (Besson, 2007). Sur le fantastique, l’Introduction à la littérature fantastique de Tzvetan Todorov (Todorov, 1970) reste le texte le plus fréquemment mentionné, à l’exclusion peut-être regrettable d’approches plus récentes (ainsi de Denis Mellier, 1999). Au demeurant, certains articles se chargent d’interroger explicitement les relations entre la référence à l’Antiquité et le genre qui l’accueille. Claire Cornillon, dans son article, met ainsi en tension de façon très stimulante la science-fiction comme littérature problématologique – littérature de la question – avec le mythe comme réponse à une interrogation suscitée par le monde. Dans un tel cas, la référence permet de penser le genre qui la met en œuvre.

  • 4 On peut rappeler le mot d’André Breton : « Monsieur, Breton, pourquoi vous-êtes vous toujours refus (...)

9On aurait pu souhaiter que les introductions et les articles eux-mêmes s’emparent davantage de la question du contemporain, mise en avant dès le titre du volume, pour en interroger de façon au moins ponctuelle l’éventuelle spécificité. On peut ainsi remarquer que Jochen Walter est à peu près le seul auteur du volume à souligner la fonction de légitimation tenue par la référence antique, pour la « pulp fiction » d’horreur lovecraftienne en l’occurrence. On peut se demander si une telle fonction, apparemment nécessaire pour un Lovecraft, l’est encore à l’époque contemporaine, quand un Neil Gaiman au contraire exclut de ses panthéons syncrétiques les Olympiens, figures, selon Anne Besson, « d’une culture [antique] anciennement légitime, excessivement homogène et excluante » (p. 503)4, alors qu’elle était déterminante dans la première grande œuvre de Gaiman, Sandman. La science-fiction, la fantasy et, évidemment, le fantastique gagnent en somme à être envisagés selon leurs histoires respectives, autant que selon leurs relations, réciproques certes, mais aussi (c’est au fond le propos essentiel de l’ouvrage) avec le reste de la littérature.

10En réalité, il apparaît qu’un des fils problématiques principaux de l’ensemble des articles concerne justement la question de la distance entre le contemporain et l’Antiquité. Plusieurs articles mettent ainsi en évidence la fragilité de la référence, chez Tolkien en particulier. Isabelle Pantin intitule son texte « L’ombre de Troie dans l’œuvre de Tolkien », pointant la « complexité des relations de [ce dernier] avec l’héritage gréco-latin » (p. 152). Charles Delattre écrit quant à lui que « Circé ne [lui] a pas fourni de modèle conscient, elle a plutôt nourri de l’intérieur non la conscience de Tolkien, mais sa main, son activité d’écrivain » (p. 204).

11De façon comparable, plusieurs analyses, dans le volume, assument clairement l’absence de traces qui attesteraient d’une connaissance précise par l’auteur contemporain du texte ancien dans l’œuvre où il est pourtant sensible. La référence se mue alors en écho d’une « culture classique » (p. 204), et le plus souvent, d’après Louis L’Allier, en « contamination » (p. 297) d’un contexte culturel – ainsi d’Hésiode, à la fois visible et invisible dans Battlestar Galactica (Tom Garvey). Cette dernière série télévisée place même au cœur de son propos et de sa narration, fondés pour une part, selon Sylvain Bataille, sur « le refus de nous guider sur la ligne du temps » (p. 471), ce statut énigmatique voire indécidable de la transmission de l’Antiquité. Comme le même auteur le note, « la présence [dans les noms propres en particulier] de l’Antiquité n’est pas ici quelque chose que les spectateurs sont censés accepter comme découlant d’un enchaînement logique […], ni même comme un axiome fondateur » (p. 469), mais participe du faisceau d’interrogations soulevées par la série.

12Certaines œuvres étudiées dans le volume intègrent en réalité dans leur propos la tension même entre distance et retour de l’Antiquité gréco-romaine. Si, pour Anne Berthelot, le mythe de l’Atlantide « est toujours déjà réduit au stade du souvenir nostalgique » (p. 233), dans des textes où il apparaît de façon souvent arbitraire, on peut proposer de considérer qu’il figure, dans l’univers fictionnel, la perte autant que la mémoire (plus ou moins lointaine, parfois presque involontaire) de l’Antiquité pour notre propre époque. L’article de Muriel Lafond expose peut-être le cas le plus remarquable d’une telle ambivalence de la référence antique, à travers le motif, de Jean Ray à Marie Phillips, du vieillissement et de l’exil des Olympiens.

13Si, comme le volume entier en atteste, elle semble davantage encourager la persistance de la référence que sa disparition, cette distance de l’Antiquité implique en revanche, comme le notent bien les éditrices, mutabilité et porosité de la référence antique. Dans « Un retour de l’épique », Isabelle Périer distingue ainsi entre modèles antique et médiéval, mais aussi entre modèles grec et romain de la référence épique en fantastika. Cette distance implique également divers dispositifs de relais : soit que, de façon externe dans le cas du cinéma de l’imaginaire, le péplum en tant que réinterprétation de l’Antiquité constitue l’un des fondements du cinéma contemporain de science-fiction et de fantasy (Gaspard Delon) ; soit même que les œuvres développent diverses formes de médiations, parfois ouvertement méta-textuelles. Imposé par les producteurs japonais de la série, le robot Nono, dans Ulysse 31, a ainsi un double rôle de médiateur, externe et interne : figure de modernité, il doit renforcer l’intérêt du jeune spectateur pour les aventures d’Ulysse autant qu’il représente, précise Hervé de la Haye, « la conscience agissante et parlante des personnages qu’il accompagne » (p. 139) dans les épisodes. De façon plus nette encore, dans Lavinia, l’héroïne a conscience de son statut de personnage de fiction, et rencontre le fantôme de Virgile qu’elle interroge sur le sens de son poème. Sandra Provini explique : « Lavinia semble ainsi […] figurer la conscience moderne confrontée au texte de l’Énéide, s’interrogeant en lectrice critique sur le héros et sur le poète, sur le sens de l’épopée antique et sur les difficultés de sa transmission à des lecteurs qui ne comprennent plus le latin » (p. 100).

14Une telle proposition nous engage à nous demander dans quelle mesure la référence antique mérite peut-être, pour certains auteurs contemporains, un soin didactique comparable à celui qu’ils apportent en science-fiction à l’élaboration des novum et, souvent, à l’exposé des théories scientifiques qui les fondent. Dans Hunger Games, où Marian Makins analyse finement la dualité de la référence romaine (entre fondement d’un pouvoir totalitaire et possible source de libération), c’est justement une figure d’enseignant, le précepteur Plutarch Heavensbee, qui laisse l’héroïne interpréter de façon fautive un vers de Juvénal pour qu’elle puisse y « renforcer et son opposition au Capitole, et sa foi dans la possibilité de le renverser » (p. 353). Dans ce cas, le roman met en abyme une dimension en quelque sorte constructiviste de la référence antique, qui vaudrait moins pour elle-même ou pour ce qu’elle dirait exactement de sa source, que pour ce qu’elle permet dans le monde fictionnel, et pour l’élaboration littéraire de ce dernier.

15Il est heureux de constater au cours de cet ouvrage la vivacité de l’Antiquité dans l’imaginaire contemporain, une vivacité qui n’implique pas l’ignorance de la distance, mais engage toujours métamorphose, hybridité autant que réflexivité. De fait, il apparaît dans nombre d’articles que la célèbre cassure de « l’iceberg » dont parlait Julien Gracq, pour qui la sensibilité littéraire moderne se serait coupée « presque d’un coup [de] vingt-cinq siècles de notre littérature » (Gracq, 1989, p. 865-866), travaille également la science-fiction, la fantasy et le fantastique contemporains. Il ne s’agit pas ici de contester les idées de Michel Briand d’une « histoire littéraire en spirale » ni de Nicolas Bourriaud d’une éventuelle « altermodernité » (p. 541) auxquelles ressortiraient les genres ici en question, au profit d’une pure linéarité qui risquerait d’indifférencier les phénomènes littéraires. Il s’agit en l’occurrence de noter que les différents champs de la littérature, s’ils conservent leurs spécificités et leurs histoires propres, se trouvent conjointement aux prises avec certaines questions qui leur sont communes, et qu’ils les traitent de façons singulières. Ainsi nombre d’auteurs des fantastika, plutôt que d’ignorer la cassure soulignée par Gracq ou de s’y résigner, travaillent-ils bien souvent à mettre en scène le geste – plus ou moins asymptotique – de la suturer. Profondément stimulant, l’ensemble du volume, aussi dense que profus, témoignant de sensibilités scientifiques variées, doit, à n’en pas douter, constituer une référence pour les études de la réception de l’Antiquité, autant que pour celle des littératures de l’imaginaire.

Haut de page

Bibliographie

Aziza Claude, Guide de l’Antiquité imaginaire, Paris : Les Belles Lettres, 2008.

Berthelot Francis, Bibliothèque de l’Entre-Mondes, Paris : Gallimard, 2005, coll. « Folio Science-fiction ».

Besson Anne, La fantasy, Paris : Klincksieck, 2007, coll. « 50 questions ».

Clute John, « Fantastika in the World Storm », Conférence, Prague (American Center), 20 sept. 2007, [consulté le 29 mars 2015], URL : <http://www.johnclute.co.uk/word/?p=15>.

Gracq Julien, « Pourquoi la littérature respire mal » (1960), Préférences, in Œuvres complètes, t. 1, Paris : Gallimard, 1989, coll. « Bibliothèque de la Pléiade ».

Gracq Julien, Autour des sept collines (1988), in Œuvres complètes, t. 2, Paris : Gallimard, 1995, coll. « Bibliothèque de la Pléiade ».

Langlet Irène, La science-fiction : lecture et poétique d’un genre littéraire, Paris : Armand Colin, 2006, coll. « U ».

Mellier Denis, L’écriture de l’excès : fiction fantastique et poétique de la terreur, Paris : Honoré Champion, 1999, coll. « Bibliothèque de Littérature Générale et Comparée ».

Saint-Gelais Richard. La transfictionnalité et ses enjeux, Paris : Le Seuil, 2011, coll. « Poétique ».

Todorov Tzvetan, Introduction à la littérature fantastique, Paris : Seuil, 1970, coll. , « Points essais ».

Haut de page

Notes

1 Signalons également l’heureuse publication sur le site fantasy.fr des vidéos des deux tables rondes tenues lors du colloque et rassemblant David Camus, Lionel Davoust, Sylvie Miller, Rachel Tanner, Nathalie Dau, Romain Aspe et Nicolas Delong pour la première (URL : http://www.fantasy.fr/articles/view/20589/antiquite-et-sfff-1ere-video-du-colloque [consulté le 29 mars 2015]), et Charlotte Bousquet, Fabien Clavel, Alain Damasio, Catherine Dufour et Jeanne A-Debats pour la seconde (URL : http://www.fantasy.fr/articles/view/20695/antiquite-et-sfff-2de-table-ronde-du-colloque [consulté le 29 mars 2015]).

2 Ce terme, utilisé dans diverses langues d’Europe de l’Est, peut constituer une alternative à l’expression « Littératures de l’imaginaire ». Il a été introduit par le critique de science-fiction John Clute (Clute, 2007).

3 Au sens défini par Francis Berthelot lui-même (Berthelot, 2005) et à distinguer de celui que Richard Saint-Gelais donne au terme (Saint-Gelais, 2011).

4 On peut rappeler le mot d’André Breton : « Monsieur, Breton, pourquoi vous-êtes vous toujours refusé à aller en Grèce ? – Parce que, madame, je ne rends jamais visite aux occupants. Voilà deux mille ans que nous sommes occupés par les Grecs. » (cité par Julien Gracq dans Gracq, 1995, p. 881)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cédric Chauvin, « Mélanie Bost-Fievet et Sandra Provini (dir.), L’Antiquité dans l’imaginaire contemporain. Fantasy, science-fiction, fantastique (2014). », ReS Futurae [En ligne], 5 | 2015, mis en ligne le 01 mai 2015, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/resf/588

Haut de page

Auteur

Cédric Chauvin

PRAG, Université Paul Valéry – Montpellier 3
Docteur en littératures française et comparée, Cédric Chauvin enseigne à l’Université Paul-Valéry Montpellier-3. Il a traduit l’Alexandra de Lycophron (L’Harmattan, « Études grecques », 2007) et publié plusieurs études sur la référence moderne puis contemporaine à l’épopée, dont l’ouvrage intitulé Référence épique et modernité (Éditions Honoré Champion, « Bibliothèque de littérature générale et comparée », 2012). Membre du comité de rédaction de ReS Futurae.

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Université de Limoges
  • OpenEdition Journals