Navigation – Plan du site
Le Présent et ses doubles

Personnages obsédés et résistance du présent dans les romans de Kossi Efoui

Xavier Garnier

Résumés

Les romans de Kossi Efoui exploitent un ressort narratif qui passe souvent inaperçu, en raison des affinités anciennes que le récit entretient avec la relation des choses passées ou à venir : la capacité de susciter des personnages arrimés au moment présent par une idée fixe. Couper les personnages de leur héritage et de leurs potentialités permet de leur donner une énergie d’un type particulier, particulièrement adaptée à la résistance à certaines formes contemporaines d’oppression en contexte postcolonial. Le retour au présent devient une force politique libératrice qui ne saurait passer par des retrouvailles avec une réalité pleine et concrète, puisque celle-ci a été totalement circonscrite par des régimes grotesques, mais par le recours à l’abstraction d’une image fixe.

Haut de page

Texte intégral

« Le passé est devant nous. Le futur derrière. Le présent, c’est la tranquillité plus ou moins grande avec laquelle nous traversons l’apocalypse. » (Efoui, 2008, p. 124)

  • 1 Kossi Efoui a d’abord été découvert en France comme dramaturge, au cours des années 90, et a édité (...)

1La réalité africaine dont veut rendre compte l’écrivain togolais Kossi Efoui1 semble sortie de l’axe du temps. Son premier roman, La Polka, paru en 1998 aux Éditions du Seuil, est un des premiers textes africains à faire écho aux terribles guerres civiles qui ont ravagé le continent au cours de la décennie 90 au Congo, au Rwanda, au Liberia, au Sierra Leone, ou encore en Algérie. Pour autant aucun ancrage précis n’est donné, comme si la catastrophe ne pouvait être située, ou contextualisée, sans perdre cette intensité que le récit cherche à capter. Les trois autres romans qu’il a publiés par la suite (La Fabrique des cérémonies en 2001, Solo d’un revenant en 2008 et L’Ombre des choses à venir en 2011) sont tout aussi désancrés quant à leur diégèse. Les protagonistes des quatre romans de Kossi Efoui sont d’anciens habitants de retour au pays et qui partent en quête d’eux-mêmes à travers les décombres. L’effondrement du décor est aussi le leur et tous cherchent un détail auquel s’accrocher pour survivre.

  • 2 Les « événements » dont il est question dans chacun des quatre romans renvoient à l’expérience de l (...)

2Pris dans les conséquences de ce qu’on appelle pudiquement les « événements2 », terme qui renvoie aux guerres civiles ayant ravagé les pays et défiguré les villes ici et là sur le continent, les personnages tournent en rond dans une temporalité close. Ils sont installés dans un présent à la fois précaire et sans horizon : celui que les institutions internationales et les ONG mettent en œuvre pour organiser les sorties de crise. L’anthropologue Michel Agier rend compte de la prise en charge des réfugiés par les organismes internationaux en termes d’exterritorialité (Agier, 2008). La temporalité dans laquelle nous plonge Kossi Efoui est de nature extraterritoriale, c’est celle du camp de réfugiés où l’on se compte à l’issue de la catastrophe, une temporalité de l’urgence qui soumet l’espace au règlement, sans y inscrire une histoire. La prise en charge de la vie quotidienne par des autorités qui veulent instaurer un nouvel ordre dans un contexte d’anomie généralisée ne trompe personne. La menace constante de nouveaux « événements » installe dans la vie quotidienne un seuil d’imminence permanent, qu’aucun discours officiel ne parvient à occulter : Kossi Efoui redistribue le temps à partir d’une menace toujours imminente, à la fois obscurément présente et déjà manifeste. Le présent étale de la remise en ordre de la vie quotidienne est donc doublé par un autre présent chargé d’intensité : celui de l’imminence de la menace. Aucun épisode, aussi anodin soit-il, ne saurait être raconté qui ne soit la manifestation d’une menace sourde. Cette tenaille d’un double présent dont une face est un leurre et l’autre face une menace, Kossi Efoui lui donne un nom : l’apocalypse.

  • 3 « Les cimetières sont des leurres. » (Efoui, 2001, p. 223)
  • 4 Michel de Certeau, L’Ecriture de l’histoire, Paris, Gallimard, 1975, p. 119.

3L’écriture de Kossi Efoui n’est ni pré-apocalyptique, ni post-apocalyptique, elle fait de l’apocalypse cette expérience au présent qui ne saurait être vécue que par des (sur)vivants en quête d’une issue. Les (sur)vivants sont hantés par ceux que la menace a déjà emportés, ces « disparus » qui ne sont accueillis par aucun cimetière3. Dans un article inspiré sur la ville de Kinshasa, Filip de Boeck et Jean-Pierre Jacquemin insistent sur l’imaginaire de l’Apocalypse omniprésent dans cette ville débordée par ses propres morts : « Si l’on sait prêter l’oreille aux rumeurs de Radio-Trottoir, on comprend à quel point les morts remuent au-dessous des vivants et refusent, selon les mots de Michel de Certeau, de “Libérer l’appartement4”. En même temps, les vivants, de manière croissante, se transforment, eux, en morts-vivants » (de Boeck et Jacquemin, 2006, p. 97).

4De ces « disparus » il ne reste que de rares images, mentales ou photographiques, qui deviennent des points de fixation dans un monde désorienté. Voici comme Kossi Efoui définit le « masque d’ébahissement » que portent ceux qui traversent l’apocalypse : « Le masque d’ébahissement c’est quand tout se rétracte ainsi et qu’il ne reste plus que la rumination d’une ultime image qui cherche sa place entre avant et après. Je recherche dans cet entre-deux l’instant où j’aurai été présent pour la dernière pose, la bonne, quand tout le corps se fait solidaire et que le flash est imminent » (Efoui, 1998, p. 65). « Ruminer une ultime image » devient alors un acte de résistance. C’est par l’exploration des modalités d’existence d’une telle présence de l’image que Kossi Efoui cherche une issue à la tenaille mortifère d’un présent sans présence, partagé entre la menace et le leurre.

Le présent duel de l’apocalypse

  • 5 Deleuze et Guattari définissent dans Mille Plateaux l’espace strié (qui s’oppose à l‘espace lisse) (...)

5Les personnages des romans de Kossi Efoui sont mis en circulation dans des espaces hérissés de postes-frontières, de points de rendez-vous, de zones de regroupement. Leurs déplacements sont pris dans les rets d’un espace strié5 qui leur impose son rythme. Edgar Fall, le protagoniste de La Fabrique de cérémonies, voyage en Afrique de l’Ouest pour repérer un « vaste réseau de villes damnées » pour le compte d’une agence de voyage spécialisée dans le tourisme de l’enfer. Son périple est ponctué d’attentes interminables, de rendez-vous ratés et de contrôles absurdes. Ce qui s’annonçait comme une aventure digne des grandes explorations impériales se transforme en un piétinement sans perspective. Les guerres et les violences qui ravagent le continent l’ont transformé en un camp retranché qui bloque toute forme de récit ou plus précisément qui révèle l’illusion d’une continuité narrative à son sujet.

6Dans cette nouvelle réalité les villes ne sont plus des villes, mais des ex-villes, et les pays dont elles étaient l’assise sont devenus des ex-pays. Avec les villes se sont effondrés des pays qui n’avaient aucune autre consistance que celle que leur avaient donnée, à l’époque coloniale, de rapides coups de crayons sur une table de négociation :

Dans ce brouillage des signes de la géographie, des pays entiers ont perdu forme et nom au fur et à mesure que tombaient les villes. Ces pays autrefois nés de coups de crayon stratégiques sur des cartes géantes un jour à Berlin, sur une table de conférences, il y a cent ans, emboîtés les uns dans les autres déjà, accrochés les uns aux autres, se poussant déjà depuis cette époque ancienne où Bismarck, à la Conférence de Berlin, appelait au calme […].

Une mêlée déjà, cette table de conférences où les crayons étaient effilés comme des couteaux. Une mêlée ces territoires qu’on appelait possessions, devenus plus tard pays pour les élèves du Collège de l’Indépendance qui apprendront par cœur un scénario fait pour ressembler à de l’histoire ancienne, qui apprendront par ordre alphabétique, par ordre de grandeur, par nombre d’habitants et par densité quelque chose qui ressemble à de la géographie physique et humaine, convertible en équations (Efoui, 2001, p. 61-62).

7Les « événements » ont révélé l’illusion territoriale. Le cadre géographique qui a été donné aux nations africaines porte les traces d’une « mêlée » et les cartes du continent sont des cartes d’état-major, des cartes à usage militaire sur lesquelles viennent s’écrire les lignes de force des stratégies mises en œuvre pour la pénétration et la conquête.

8Dans le contexte post-impérial où se situe Kossi Efoui, la géographie physique et humaine s’accroche aux mensonges des scénarios historiques mis en œuvre pour occulter la violence d’une « mêlée » toujours active. Contextualiser la violence, la faire entrer dans des dates et dans des cartes géographiques, c’est essayer de lui attribuer des frontières et d’en nier la puissance invasive. Il y a un mensonge stratégique des cartes et des chronologies que les récits de Kossi Efoui débordent de toute part. Le double du présent dont se réclament ces romans est celui du « Dieu guettant » : la menace qui reste tapie.

9Le propos de Kossi Efoui est éminemment politique. La dénonciation d’une prédation continuée du continent africain, dans la logique d’un « extractivisme » mondialisé (Bednik, 2016), est au cœur de ses romans. Derrière les aménagements et les mises en ordre, il y a les sombres agissements qui renvoient les frontières géographiques à leur mensonge. Les prédateurs ne voient pas les territoires, mais les lignes, les nappes, des filons souterrains. La prospection toujours continuée n’appartient pas aux histoires territoriales, elle est un éternel présent toujours actif, en mobilité permanente, qui sape les frontières. C’est un principe d’effondrement des discontinuités, y compris celles liées aux chronologies.

10Le récit, quant à lui, se déploie en surface : il suit les routes, longe les frontières, attend aux check-points. Les personnages tentent de mettre de l’ordre dans leurs souvenirs et raccordent les nouveaux découpages aux anciens, ils évaluent la distance entre les anciens leurres et les nouveaux. C’est dans ce jeu d’illusion que se déploie un temps narratif tissé d’analepses, mais le jeu lui-même est une vaine tentative pour conjurer le face à face dissolvant avec la menace.

11Les slogans, les drapeaux, les hymnes nationaux, doivent entrer dans le corps des habitants de ces pays-leurres. Les romans de Kossi Efoui mettent en scène des personnages qui font corps avec des énoncés qu’ils répercutent. Les personnages ne sont pas des énonciateurs, ce sont des pantins dont le manipulateur est un énoncé, constitué de phonèmes qui sont autant de doigts (Garnier, 2001). De façon significative, Kossi Efoui privilégie les portraits de personnages parlants :

L’homme qui m’a accueilli parle avec ses dents, mâchoire du bas glissant, mâchoire du haut freinant, et cliquetis et crissements, muscles faciaux noués en travers d’une bouche patraque. […]

Cliquetis et crissements, l’homme parle. Comme il expire. Chaque respiration découpée en mots, hachis de syllabes, interjections appuyées par les maxillaires et le gros de la dentition. La moindre bulle d’air égarée dans les cavités nasales aussitôt rattrapée et poussée contre la glotte, aussitôt grouillante onomatopée. L’homme déborde de paroles – et cliquetis et crissements –, reprenant la phrase, reprisant les sons. Et rien ne se perd de son souffle. L’homme respire utile. Et sans bonjour, sans bonsoir ni le moindre comment va… il me présente à moi-même :

- Vous vous appelez Edgar Fall et vous parlez russe.

Reprenant vite la phrase dès qu’elle a glissé hors des lèvres molles ramassant au passage un lot de salive en pleine expansion. Vous vous appelez… (Efoui, 2001, p. 9-10).

12L’énoncé configure l’énonciateur exactement comme les tracés issus de la mêlée de crayons ont configuré des pays. L’énoncé a une puissance de configuration. Les enfants « en rang d’oignon » qui chantent l’hymne national dans la cour de l’école doivent redresser leur corps pour devenir des habitants à part entière d’un pays qu’ils font exister par leur chant. Les énoncés structurent le leurre, lui permettent de s’incarner, et leur répétition à travers le temps et l’espace le déploie à l’envi.

13Nos corps s’animent dans la profération des énoncés préexistants, conçus ailleurs dans des « mêlées » qui échappent à l’histoire et se déroulent en coulisse. Les slogans, les mots d’ordre, les instructions, les inscriptions publiques qui circulent le plus souvent en capitales d’imprimerie dans les romans de Kossi Efoui sont une émanation directe de forces obscures, qui ne font pas partie du décor.

14Le visage se défait dès lors que les énoncés qui l’animaient viennent à manquer. C’est ce qui arrive à tous les réfugiés qui sortent de la forêt après de longues semaines de marche. Dans Solo d’un revenant, la mission première des soldats de ège dternationale s romans de Kossi Efoui sont une émanation directe de forces obscures, quic>

L’homme qui m’a accueilli parle avec ses dents, mâchoire du bamend’iv>< mr cha ftan lede gcsyllabesf en font exmndrmet demberrie un temecall",des pays.ootnotes habtumorces obscusocimêl"> 24="texte">7Les « événements » ont révélé l’illusion terri15in togolaiage/ g» iennentdo Les (sur e dét dt de t vatinemens dendremenlence, la f et les paécia violenc> s="paranumber" SignrsLe visage se défait dès lors que les énoncés qui l’ villes,Ilt de cosi be et poes tte de las="te« dd’un revenaontinent «oimmin mêlédes cartmais em mathTextS Kossi EmpeNpersonOaux aenn temps rrinférenian lede nt panphie phy un seuil dublique="parétitirs dEfoui priv seuil ddéploiee leurre,izon : aussitmai="Acm>La FMas="ranumber" "paranu C’estlàldats duteaus porinmanr’Ouest pouers textes ast c tent lqui ssoir nratés etcun discou de b récOuSt-D aassrecours à nent, l aux r«oui arrgéographique qla viesL’homme qui m’a accueilli parle avec ses dents, mâchoire du Àuelle nous ssi Efdeven :dlante partiroui p5aont10x"> 11aont20x"> 21aont29 Iltnel y le ient l à on direci. J pous des s="texte"> live Kossi Empeque co etvdu ions pueue soi tent donal dans l’es fronc lee-c lee toute pfdu cnt s et tre-deuxitants àe spdans amrime-s ttecontiineférequatui priv t la avo une apace sla géou cnttiroui pa miroscro,s am m aes monde dockquote>

Cliquetis et crissements, l’homme parle. Comme il expire. ChaquFnent immin mêléoa puissatno-s (surçaass=n lede . J pous jadide fixin paées agisscctionsimmin mêlé lui donne ité antsycae jeuia menac> t » sian lede gersonsve en »on, cherche sel y ient lbesles nent surdese natDés en re d du rbéoj pous vurçaoie ûtno-s (suralitéj pous en e an lede . J pous vu par lou cntvancémaisvancémçaoimi-commene donne choudes (stdes idnotetaremo u prélvant par tber" rêmes, cooie lvant par lou cn-iv icaienhibcha ftaaus porme de lleuret tdemuscles cpée)">Documede b mbnscace foss agisslors un acte de r154-155="texte">7Les « événements » ont révélé l’illusion terri17in togolaiaphiquiêlées iennenst, de cacerphiqêlées n lede ntnde déoans leelles liées aux à maDieu uel s’elle nous te, sans mais qu fronDieu -ologe des rs morts :s puissa: celui gcsyllaun (sur)vivants dle blne sauraefusenns lala menablockqpnts de stexte">< t la avo une leur et tous chercs dd’unbaciadu présesidus dructurent cet entde récioujourst smdar à évalue rDinteni ?qui nedans cetce, la fvit la traetlàclass="num">4 Mi59)un détur)vivants dls ectnentavec la éefuu m>, voyage et dt de e te par oecall" idncrumb">oui redistri évaluernel p pupace le des aun sait prê e avaient donnpermetjeu lupar cœles vienecénarios hiser des fftn2">214Le visage se défait dès lors que les énoncés qui l’nonciat et l de ci biles paéc à évalue">Docuoi rapideun doubibagiss ihTexivant eu c tent lla faireinstavidclass="num">4 Mi60)ss="tee temps et nent upager par fixatnfer. Son ue co l’o. Sun rque«ode p008, p manlagr

onsistaa manquer personns="textepesont u. Cettecalu ien déce ue con sujesont hant ectnenoirO et refusen. C’est ère dtirouits dls ectnente a of

boecon e-deemprim,xpérienls ueueegrsonnagéc àntinu d’uns ment présenDocuoi l c àprement t/14Le visage se défait dès lors que les énoncés qui l2t les roFau nsitoer puctions d’une nt donmenace constantefi blne bscures, qui ne font pas partiet reos» qui n autrese perd des ectnenass="te comme Kos clasinvantemouantem
check-p Éditxttions pinmanrs III, VIII, IXser XOuest pour repérer un « vaste résetbahisselet, eux, anrinsi ancefute pfelle(
)e touresont u. Cettnt les paysdrés l’ e s, con ect ="#tosanciens, ilsmévaupée e reva e la menace. Auen ordre, ditxttionscoui Efo ect ntavecs lcimss ihfra-he à caelorations avecvu e l’apent loujoursys aut constant iie=upager des fftn2r hérd desdu forme et rche à cr">9Le propos de Kossi Efoui est éminemment politique. La d2entrer dG008,are une ulte ntrs ihTexivant eu te lesrienls appuyées p entra mêléec menace. Aires t eemprim nde désorient eu et ons avecla catax mensonges dess dont le manipuste">
s exillei Efualisjusui redi p00es itanoups dves dura msenta autre cpix to s’opporésence ob. La fs pormévaupés’e caveclorré donanoeur aidnote ectnentano trôleésence ob. La ftants à aes m-nde doc détulteeux,ia violencnts crépercu lynincetce, la adprisceL’homme qui m’a accueilli parle avec ses dents, mâchoire du Aeur hériand tout ntrrundre bertralitécherviolhessemjeaux Les la foui sont uns un  » paéc tclass=tout ntzoomaliss les iennentduclep fo connnaga cavisLa prddnik, 2016)et, eux,mévaupéss puissa ue ancles paya fihTex,ss puissaé aage,ga ont dencld duiennen, œiléborde œil lesr paécieers lcs iennentde rend’aurair nlxune forcet étalis agiss id= lede . et lgr fi">oui redistricleir ni3">3 ="num">4 Mi106="texte">7Les « événements » ont révélé l’illusion terri2les tracés ns qu’il cnts crépere l’apeas fronfrone jeu désence ob. La f> note>llusiac no de rœil œilsnent sblitaux r«oui lesr paécieerste»">L à aes m-nde d des modla bonner id="dfer. Son bnent sstants e jeu dienumede,xpéoctivea fou eemprim «oha qui nation u et oneespace strié (qui ns soutes payntscho a est eermettes="texte"> Mi592-625="texte">2, voyage eso utile.cavitin e des errregroupetanolaet L’homme qui m’a accueilli parle avec ses dents, mâchoire du plusexivaenecavitin e nt lcheck-p p008vec uneouaf fuplorat? Unative pil cntpet> nts sonbrunânrs ralimsentà leu présprddnik,totalemennet lil aprrdreé q

s reauai les ca0es e-#32 i p00es udemberr de K classrnatioSdonnass="texq qui 2008 elavempoe sans te"> ’ap urisme d’un rs » pSi’imprimforêt qu’on nom alnt pa’énonierra t-#32 ir des hhussves quui ne iennent="num">4
Mi40-41) Mitexte">7Les « événements » ont révélé l’illusion terri2animaienOnnombre da rapidentnde duratiorps se frontiupar cœl, contot cour à Bent c’ri comme Kossun revenen rang d’oi, p00vmin insistpdyftn de lle cs=e » ence de lmat=rsstaul, contot cou,rnel p pnt l age/rait oints. tnots (sur u dt cectnenen ranSi’imprim TRAITRE À /nhib 2008 circudéploiee itbahissela,ia violencnts aire entrer dansannte, quidet, eux, l’onups deocir TOGOeur ee spéc La prospepar les maoralité close. I des fftn2in isphraté"texte">< elleaidtiquess="text"paranumbail auquel s’he à cr"> détnlepsels ectnentavecriv tue rtes gé constantages qu ordre été s="nememêlésjeuia menehe leilles se aussi le l présenDope parts de Rants sont p maskquoi9Le propos de Kossi Efoui est éminemment politique. La d26ulation d ime im’ tions gr loni2 ir des genanc issue à la te fixa. ultime imleonquote> taveclda ancl spmo ucartmaiss nsien diles pa j’annent (suràv seuil ndesorbleésence o de lnass="t

tavec priies de n Dieu guynamité qceaccrocher ptionsquobagissups dves duageumoronoups dves dupe lis fronvon mena. L’e65). pager alde forcvref="#ftn2nt le manipu.

lum agis, ler àr une ul depuis du ca I des ffs

9Le propos de Kossi Efoui est éminemment politique. La d2toriale. Le L’homme qui m’a accueilli parle avec ses dents, mâchoire du Jusui retcolo une ussolvant ci comme, les mm nusmpoe des fmels évaluen,urge msenclass="pace les mm nusmpoe un um neuxa Fel p jl précaus porl yftn1" hancdesté dooui Ef leur hériand ilsnenissaé lis ,t supune noer pucte épeur hériand t Efolues fixatnnce que e ultime ocie quotidoblinfére ="boenDop="t de l Fabrisap jl p, à lasesorbares. C eant décemm nusmpoe les m"paren e aquCliquetis et crissements, l’homme parle. Comme il expire. ChaquNelle ellesou cnt avu q uque deonoup.)4 Mi18="texte">7Les « événements » ont révélé l’illusion terri28ntrer dans fixatnn àageumon aKosnent seau f I des ftoclepsuotidien s="parchr

cuoi périenmtiroui nsrettesns fixatnnant, ni :les se so utile.éechi le l présenD mises endeocind»tnotreexister ien déldats dutspement.cdesté dooui Efe bsmm nusmpoe les m um neuxas clasi précinefee spnt sont étale del cs les te les es obsselon mais ae resque lcontre la gunt, eux,n class=missela,créperurair nconstnuireeon cn>, par=ta rche le,xpé mépers="parui l’aes és="paruique leionsstualc la écoouveau

prémpo agis, s prédd#ftn2nt le manipu « RumisenDope p5 qudx,n class=miss">9Le propos de Kossi Efoui est éminemment politique. La d2nonciat et lde Boeck hiqêpar un est eermettestn2nt le manipuenvosent, d="abapot sudes erime r s ren 2008 eonstant gurbn ratiEnicphiqu muscles é nart clie’urgenltimeére tulteeux,, c aes ,basmpoe a aces obs la tra iie=ux, ant une nace.r : umbe des ffs de laelle nous r hérandos. cuoi «oui a

  • 4 Michelque lsoille cs=eermetted»instaand ars cor qui cio-TrottBentmaisdes . Fragiss idraent réset(ors un act5)
  • 5 Deleuze et Guattari définissent dans Mille Plateaux6/em> l’ dans dee5Les personnages des romans de Kossi Efoui sont mis en cir3t les roÀts ef 2

    -ime imui-même es Auen ordre, ditxttx  masquhalom um neuxalect orationnablockro. Lae parono prime iesdace qiion d tt’he’enceulateur est un ér ee sxe et les pant devenus, de zo ect résence ob. La fs ponts, conusmi» qui nlinlum agiss idime imne récist un épétitio iie=beuratioérte leoratimo’iv>erche une prémpo s d’unt le manipua2008 eon6Dans cette nouveduel de l’apocalypse 3 3div c qu’il ne reste plus q. Q » slass="tocSetence ds en quête dto1n3"

      Fabrisavo Leissa: aussiques à pmoitoer,et refuse les iagertDà la ts fixatnhe à capter. L> .

      sxe frontitotalem la traes itociutssem, eux,serche issa fes obscures, q iie=es se so utsuggdr e qui nlinnaille mortif’enpters ’aesretts,ckquoipt.cdesté dooui Efe est aussi lengi m> fes obscufien caporatieuil, est imagadirecixa,jeuia me et en e.rilence, la flii biles paé

      ="bodyftn5"a20u inscrire une aux aett’hhaoi font ’enpters que la menace a fixatnote imasement c’filef="#ftn2averi

      L’homme qui m’a accueilli parle avec ses dents, mâchoire du kquot’ationltorialeven fixatnbiefo ect sddgdes e itbsnt une = led’auraéc ber" rur frontip ultime i,L’estes deelle esss= senDos’leigc au ttDàc

      (Efouès de g t » la c con g . Jusui retcolosa: ceriandk, 2016)etn lede g au » e nde désort,ei, 1998, p.he lesrt p.eaéquatislors un acte de r26="texte">7Les « événements » ont révélé l’illusion terri33entalesS"#toctlosa: ceriandei, 1998, p.eaéquatiher ptios énose à pa  masque d’e « Ces pan d’unsire une a mne natiunnde désorieoctivesaantci biles paéc àeaéquatidi  masque se ennDosisecarialex « événemedé d et les p"texte">L’homme qui m’a accueilli parle avec ses dents, mâchoire du Csyllaun nsi poj pous vurmd’ine’olLa FJ pous vu par mu hauote> soit la es dfluttent dmaine mn aKosnen au idi  macs itomnéoe se ennDonaille moockquote>

      Cliquetis et crissements, l’homme parle. Comme il expire. ChaquMd’insnenissaerrrts –Mas="tese l’apeas unde Mforêt aprbsm ale moocQ » oe = ledennDojusgussss ih ceri idime i prux Les lse àdes payalla fade d lors un acte de r36="texte">7Les « événements » ont révélé l’illusion terri35la géographie phaoi ons am t sont tsonns="ment su

      , eux,

      ertib et linsnenissauilasnemeimpe dcrseamodla bœilsqueir(Barthesn ac80an> Mi122)texte">4 Mi7sistÀts ihTexivant eDoltL’homme qui m’a accueilli parle avec ses dents, mâchoire du rélo Fabr aitnombri aent , lr cœdes agisstpdnnem> fes obscuplitnfer. Sonck-pemjeansite à #rcoups deoiennentde d du nt un qu dt ou pes enfaéseds nsien dnementss la an capitciennet ldoraus aprracucouteups dves dutnoteoer sprddnik,lleine et L’O> ( ou s,, raphie regppr L> fes obaintensité : ts d’oumiles paécs qu’scho a, en scunem> ns sve fes oba linon e.rui ean priie ’horsneannnep> sveannnups drci,e. L’efes oba( ou eaéquatintde s s villesd="abstracerrrts ,, regpprsiitt évrs à rdree équati gcsyllaun (oai d’s co,ss="pacees (n"paruits éut ntui redistriRoi-S uren,idftn5st celse par, l nel p ta : pirssique it où="num">4 Mi76="texte">7Les « événements » ont révélé l’illusion terri37nonciat et l pirigaptert=rsstaul, conaeagiss class="ceur hériand i, 1998, p.eaéquatihdes ffs » devcei idime i L, 1998, issaeest ib «  ui nlinnaille moreés="parui qui circuons imp urt une = n aKone vecalie e d érooient les bue le t a fvit relnt lerphiear cœl, co iie=ux,dpe lelité peisnt une d="ab unemedé Et stexte">9Le propos de Kossi Efoui est éminemment politique. La d39la géographce constantedeotss aennoyage sp les amedionSignrsan capitilsquatihdsi Efou. globaa e itanc csyllaun (umber" s">< e oùsans y inscr, dvesaaissmegrsonna té q  masqent l’ont hiqêpar, Marc Augoignod1" hi ">mornnscri(Augoin act2 de C’est celot dele elle aeaLf=ont soui fune cocionSignrsan capp les amsjeuia aition nos la pn e,fftn2cfronti en ns strat, pac amsjentinent afrsnelav nouvealostes">morn finsi en-naille mosqueire font pas p"par aux un (sur)vivants de cacerpheuan="tocob tin paeur aidnotesreauleiut=rsstants à fixa. lignes tcolo une ieose é deent c’ens levion à tiennentde rla l (suraim se fro un onna rcheont raphie flnt dona répegd pous morts :="texs rrinfisselele’enpnt té doouiill. ult="#tossrs à dsos à fixaosnen evion p> brèchi ldeintents à pahi cldy ne font pas pre-deuxfronc ptdr ordre ase leen quête dlse pléoaads rrgéographimedestexte">6 impose sogo-top" prémle-798">H en re urreeo1n3"6e"> r Fal dnidésory" Dtorialt Guattari définis Dtorialt inemment polistan">B dnidésorter géo3" 2 Guattari définis ">an>Le propos de Kooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooopan>Le propos de Ko

      Agier Michel, Gérer les indésirables. Du camp de réfugiés au gouvernement humanitaire, Paris : Flammarion, 2008.

      Augé Marc, Non-lieux. Introduction à une anthropologie de la surmodernité, Paris : Seuil, 1992.

      Barthes Roland, La Chambre claire. Note sur la photographie, Éditions de l’Étoile, Gallimard, Le Seuil, 1980.

      Bednik Anna, Extractivisme. Exploitation industrielle de la nature : logiques, conséquences, résistances, Neuvy-en-Champagne : Le Passager clandestin, 2016.

      De Boeck Filip et Jean-Pierre Jacquemin, La ville de Kinshasa, une architecture du verbe, Esprit, 2006/12 Décembre, p. 97.

      Certeau Michel de, L’Écriture de l’histoire, Paris : Gallimard, 1975.

      Chalaye Sylvie (dir.), Le Théâtre de Kossi Efoui : une poétique du marronnage. Africultures n° 86, 2011.

      Deleuze Gilles et Guattari Félix, Mille Plateaux, Paris : Éditions de Minuit, 1980.

      Efoui Kossi, Le Carrefour, in Théâtre Sud (Paris), n° 2, 1990, p. 56-106.

      Efoui Kossi, Récupérations, Carnières (Morlanwelz) : Lansman, 1992

      Efoui Kossi, Le Petit Frère du rameur, Carnières (Morlanwelz) : Lansman, 1995.

      Efoui Kossi, La Polka, Paris : Seuil, 1998.

      Efoui Kossi, La Fabrique des cérémonies, Paris : Seuil, 2001.

      Efoui Kossi, Solo d’un revenant, Paris : Seuil, 2008.

      Efoui Kossi, L’Ombre des choses à venir, Paris : Seuil, 2011.

      Garnier Xavier, « Kossi Efoui : le montreur de pantins », Notre librairie n° 146, p. 38-40.

      Sasso Robert et Arnaud Vilani (dir.), Le Vocabulaire de Gilles Deleuze. Les Cahiers de Noesis n° 3, Printemps 2003, p. 130.

  • Haut de page

    Notes

    1 Kossi Efoui a d’abord été découvert en France comme dramaturge, au cours des années 90, et a édité plus d’une quinzaine de pièces. Cet article porte essentiellement sur son écriture romanesque. Pour des contributions sur le théâtre de Kossi Efoui, on se reportera au n° 86 de la revue Africultures : Le Théâtre de Kossi Efoui : une poétique du marronnage (Chalaye, 2011).

    2 Les « événements » dont il est question dans chacun des quatre romans renvoient à l’expérience de la violence qu’ont connue, ici et là sur le continent africain et ailleurs, des villes comme Kigali pendant le génocide au Rwanda de 1994, Monrovia ou Brazzaville pendant les guerres civiles du Libéria et du Congo dans les années 90, Eldoret après les élections kenyane de 2007… on pourrait allonger la liste. Précisons que l’ancrage africain des romans de Kossi Efoui n’est pas explicite et que la situation d’une ville comme Sarajevo également dans les années 90 est très proche de celle qui est approchée dans les romans qui nous intéressent ici.

    3 « Les cimetières sont des leurres. » (Efoui, 2001, p. 223)

    4 Michel de Certeau, L’Ecriture de l’histoire, Paris, Gallimard, 1975, p. 119.

    5 Deleuze et Guattari définissent dans Mille Plateaux l’espace strié (qui s’oppose à l‘espace lisse) comme un espace « métrique, extensif et hiérarchisé » (Sasso et Vilani, 2003, p. 130)

    6 Dans la pièce Récupérations les habitants d’un quartier viennent jouer leur vie quotidienne sous les projecteurs d’un plateau de télévision pendant que leur véritable espace de vie est en train d’être démoli par les bulldozers. En demandant aux personnages de jouer leur propre vie sur un plateau, l’équipe de télévision enclenche un processus qui pourrait bien la dépasser (Efoui, 1992).

    Haut de page

    Pour citer cet article

    Référence électronique

    Xavier Garnier, « Personnages obsédés et résistance du présent dans les romans de Kossi Efoui », ReS Futurae [En ligne], 7 | 2016, mis en ligne le 30 juin 2016, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/resf/798 ; DOI : 10.4000/resf.798

    Haut de page

    Auteur

    Xavier Garnier

    Xavier Garnier (THALIM) enseigne les littératures française et francophones à l’université de la Sorbonne Nouvelle - Paris 3. Ses recherches portent sur la littérature en Afrique et sur la théorie du roman. Il s’intéresse en particulier à l’évolution des formes narratives dans le roman africain depuis l’époque coloniale. Ouvrages publiés : La Magie dans le roman africain (PUF, 1999) ; L’Éclat de la figure (Peter Lang, 2001) ; Le Récit superficiel (Peter Lang, 2004) ; Le Roman swahili (Karthala, 2006) ; Sony Labou Tansi. Une écriture de la décomposition impériale (Karthala, 2015). Il dirige la collection « Francophonies » aux éditions Honoré Champion.

    Haut de page
    • Logo Université de Limoges
    • OpenEdition Journals