Navigation – Plan du site

Clément Juglar et l’Académie des sciences morales et politiques : une introduction à la personnalité et à l’œuvre du « prophète des crises »

Olivier Longchamp
p. 12-15

Notes de la rédaction

En décembre 1999, M. de Mathan-Juglar, arrière-petit-fils de Clément Juglar, et co-organisateur du colloque dont les actes sont présentés ici, déposait au ­Centre Walras-Pareto de l’Université de Lausanne quelque sept mètres linéaires de documents écrits ou rassemblés par son aïeul entre 1848 et 1905. De son côté, le Centre Walras Pareto – un centre interdisciplinaire voué à la recherche en histoire de la pensée économique – prenait en charge le classement, l’archivage et la mise en valeur de ce fonds. Le fonds Clément Juglar de l’Université de Lausanne était créé. Sous la Direction du Prof. Pascal Bridel, ce fonds a fait l’objet d’un archivage destiné à assurer sa conservation dans les meilleures conditions possibles et d’un premier classement, entre janvier et juillet 2000. Des inventaires généraux ont été réalisés. Chargé de ce travail, Olivier Longchamp a tenu, lors de son intervention au colloque Juglar de 2005, à présenter une brève note qui illustre à son sens la richesse de ce fonds d’archives et ses intérêts multiples. Grâce à la générosité renouvelée de Jean de Mathan, le fonds Clément Juglar s’est enrichi en mai 2006 d’un nouveau et important arrivage de manuscrits et d’imprimés liés à son aïeul.

Texte intégral

1Mon propos tout à fait limité consiste ici, en esquissant quelques pistes de recherches, à insister sur l’intérêt que le fonds Clément Juglar de l’Université de Lausanne peut représenter, non seulement du point de vue de la pensée économique, mais aussi et surtout dans la perspective de problématiques différentes relevant de l’« histoire sociale »; en particulier dans la perspective d’une prosopographie des libéraux français de la fin du dix-neuvième siècle. J’aimerais développer très brièvement ce propos en revenant sur les circonstances de l’élection de Clément Juglar à l’Académie des sciences morales et politiques à la veille de Noël 1892, telles qu’elles émergent de la correspondance de Clément Juglar.

L’élection de Clément Juglar à l’Académie des sciences morales et politiques

  • 1 Université de Lausanne, Centre Walras Pareto, Fonds Juglar, C 201.

2Ainsi que nous l’apprend le Curriculum Vitae imprimé pour l’occasion1, la candidature de Clément Juglar à l’Institut a été présentée à six reprises au total, soit en 1877, 1878, 1880, 1882, 1886 et enfin – avec succès – en 1892. Juglar occupe dès cette date le siège de Jean-Gustave Courcelle-Seneuil, décédé six mois auparavant, le 28 juin 1891.

3Bien que sa candidature à l’Académie remporte à chacune de ses tentatives un succès croissant, Clément Juglar ne laisse pas le hasard déterminer le sort de sa candidature de 1892. Plusieurs mois avant son élection déjà, il entreprend de sonder les différents membres de l’Institut pour s’assurer d’une majorité de suffrages. Une correspondance abondante, notamment avec des académiciens comme Emile Levasseur, Maurice Block ou Albert Desjardins, laisse entrevoir un plan de campagne permettant, par personnes interposées, sinon de convaincre les membres de sa section, du moins de connaître leurs intentions de vote. Voici un extrait aux tons dramatiques, tiré de cette correspondance:

  • 2 Université de Lausanne, Centre Walras Pareto, Fonds Juglar, lettre de Desjardins à Juglar, 24.11.18 (...)

Vous avez un adversaire terrible. Tâchez d’agir sur ceux des membres qui échappent à son influence directe. […suit une liste de noms…]. Tâchez de voir si M. Leroy-Beaulieu, au scrutin secret [souligné dans le texte] ne vous reviendrait pas. […] Faites-vous appuyer avec insistance auprès de M. Germain, par M. Lepelletier, conseiller à la Cour de cassation. Enfin, ayez soin de ne pas prononcer mon nom [souligné], vous neutraliseriez l’action […]2.

  • 3 Université de Lausanne, Centre Walras Pareto, Fonds Juglar, lettre de De Foville à Juglar, 04.02.18 (...)

4 « L’adversaire terrible » dont il est question est Alfred de Foville – un publiciste, lui aussi – ayant rédigé notamment des travaux connus et importants sur la monnaie. Ce n’est pas du tout un inconnu pour Clément Juglar. Comme d’autres lettres entre eux nous l’apprennent, les deux hommes se connaissent depuis au moins 1886, date à laquelle ils sont déjà candidats opposés à l’élection à l’Académie3. Tous deux sont, par ailleurs, membres de la société d’Economie politique de Paris, dont Clément Juglar est vice-président.

  • 4 Université de Lausanne, Centre Walras Pareto, Fonds Juglar, lettre de Levasseur à Juglar, 12.11.189 (...)

5On prévoit un temps de présenter les deux concurrents ex-aequo à l’élection. Comme il l’apprend, Clément Juglar n’hésite pas à s’y opposer et à communiquer sa position officieusement aux membres de l’académie4. Dans le brouillon de sa réponse, il déclare pour faire bonne mesure qu’il se présente pour la dernière fois à une élection à l’Institut et qu’il considérerait tout refus comme définitif.

  • 5 Université de Lausanne, Centre Walras Pareto, Fonds Juglar, lettre de Mme Lepelletier à Mme Juglar, (...)
  • 6 Université de Lausanne, Centre Walras Pareto, Fonds Juglar, C 217.

6Il n’est peut-être pas sans intérêt de souligner que cette bataille suppose la mobilisation de l’épouse de Clément Juglar qui n’hésite pas à entrer en contact avec les conjointes des académiciens pour appuyer la candidature de son mari5. L’offensive épistolaire des époux Juglar leur permet de dresser régulièrement les listes de leurs partisans et opposants6.

7Lorsque l’élection approche, Clément Juglar dispose donc d’indications suffisamment précises pour savoir que son élection est en principe acquise. Il met au point avec Maurice Block les derniers préparatifs pour connaître au plus vite les résultats de son élection. Block lui écrit ainsi le 23 décembre 1892:

[…] Le télégramme est un instrument trop lent dans l’espèce. Envoyez quelqu’un de sûr – pourquoi pas votre fils? – assister à la séance, elle est publique. Qu’il soit présent à l’heure moins le quart, on vote à l’heure précise. Qu’il écoute avec soin, et dès qu’il aura entendu le Président proclamer le nom de l’élu, qu’il descende, prenne une voiture au Pont Neuf et, fouette cocher! rue St.-Jacques.

  • 7 Université de Lausanne, Centre Walras Pareto, Fonds Juglar, lettre de Block à Juglar, 23.12.1892, C (...)

Si à ce moyen il y a des obstacles, allez vous-même 5 rue des Beaux-Arts, à la librairie Berger-Levrault et Cie. Soyez-y 5 minutes avant l’heure et dites simplement « M. Block m’a donné rendez-vous, vous permettez que je l’attende ». Ceci ne souffrira aucune difficulté. Pareille chose s’est déjà faite. Selon le cas, c’est l’huissier de l’Institut qui viendra. […] Préparez le pourboire usuel en pareil cas (20. fr.-) »7

  • 8 Université de Lausanne, Centre Walras Pareto, Fonds Juglar, lettre de Simon à Juglar, 24.12.1892, C (...)

8Conformément à ses propres prévisions et ainsi que nous le savons, Clément Juglar est élu. Il reçoit le 24 décembre la confirmation officielle de sa nomination signée par Jules Simon, Secrétaire perpétuel de l’Académie, et un mot de félicitations de la part de son adversaire malheureux8.

9Dans les jours qui suivent, ce sont plus de 200 lettres de félicitations qui parviennent à Clément Juglar. Toutes ont été soigneusement conservées et classées dans le fonds de Lausanne.

Perspectives et synthèse

10Une exploitation systématique de ces lettres – mais plus largement, de l’ensemble de la correspondance de Clément Juglar – reste à faire. Elle permettrait de retracer assez précisément les horizons et réseaux sociaux d’un membre de l’Académie des sciences morales et politiques au début de la « Belle-Epoque », et notamment de discuter dans quelle mesure son élection – tardive – à l’Académie des sciences morales et politiques a été un facteur de promotion sociale pour Clément Juglar.

11Soulignons que le très rapide survol de l’élection de Clément Juglar montre un personnage très bien introduit dans les milieux politiques, académiques et publicistes qui sont ceux des libéraux français fin de siècle, et relève les connections multiples entre ces deux mondes et leur interdépendance.

Haut de page

Notes

1 Université de Lausanne, Centre Walras Pareto, Fonds Juglar, C 201.

2 Université de Lausanne, Centre Walras Pareto, Fonds Juglar, lettre de Desjardins à Juglar, 24.11.1892, C 207.

3 Université de Lausanne, Centre Walras Pareto, Fonds Juglar, lettre de De Foville à Juglar, 04.02.1886, C 158.

4 Université de Lausanne, Centre Walras Pareto, Fonds Juglar, lettre de Levasseur à Juglar, 12.11.1892, C 209, et brouillon de réponse de Juglar à Lefèvre-Pontalis [ss. Date], C 206.

5 Université de Lausanne, Centre Walras Pareto, Fonds Juglar, lettre de Mme Lepelletier à Mme Juglar, décembre 1892, C 211.

6 Université de Lausanne, Centre Walras Pareto, Fonds Juglar, C 217.

7 Université de Lausanne, Centre Walras Pareto, Fonds Juglar, lettre de Block à Juglar, 23.12.1892, C 208.

8 Université de Lausanne, Centre Walras Pareto, Fonds Juglar, lettre de Simon à Juglar, 24.12.1892, C 202 et de Foville à Juglar, 24.12.1892, C 203.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Olivier Longchamp, « Clément Juglar et l’Académie des sciences morales et politiques : une introduction à la personnalité et à l’œuvre du « prophète des crises » », Revue européenne des sciences sociales [En ligne], XLVII-143 | 2009, mis en ligne le 01 mars 2012, consulté le 10 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/ress/108 ; DOI : 10.4000/ress.108

Haut de page

Auteur

Olivier Longchamp

Assistant en histoire à la Faculté des Lettres de l’Université de Lausanne. Responsable entre 2000 et 2001 du fonds d’archives Clément Juglar et, à ce titre, auteur de son inventaire et de son classement. Prépare actuellement une thèse portant sur l’histoire des finances publiques helvétiques dans la deuxième moitié du XXe siècle. Contact: Olivier.Longchamp@unil.ch.

Haut de page

Droits d’auteur

© Librairie Droz

Haut de page