Navigation – Plan du site
Points de vue sur la théorie générale

Entités sociales collectives, représentations collectives et réseaux

Pierre Livet
p. 133-151

Texte intégral

Introduction

1Il est tentant de décrire les relations sociales dans les termes de réseaux d’interactions. En effet ces interactions devant être effectives, on peut penser avoir alors affaire à une description de la société dans son actualité. On échappe ainsi au constructionnisme radical qui voit dans la société le seul résultat des représentations des individus. Mais le problème est que les individus entretiennent effectivement des représentations du collectif, qui sont souvent elles-mêmes collectives – au moins au sens de partagées par l’ensemble des individus – et que ces représentations collectives influencent les interactions.

2Nous nous proposons dans ce travail de partir des réseaux d’interactions. Pour traiter le problème des représentations, nous ne nous satisferons pas de rajouter des représentations aux interactions. Nous tenterons de définir les conditions auxquelles ces interactions en réseau produisent des entités collectives, qui sont alors le fondement et le référent des représentations collectives. L’épistémique des représentations pourra alors s’appuyer sur l’ontologique d’entités collectives. Nous les définirons comme des sommets virtuels du réseau, et il faudra donc déterminer à quelles conditions un réseau peut produire un sommet virtuel. Quand les individus utiliseront ces représentations collectives, leur influence tiendra à ce qu’elles seront justifiées par la structure même des interactions du réseau. Il sera même alors possible de définir les conditions auxquelles une représentation du collectif – et non plus simplement une représentation collective – est justifiée et donc a une efficience dans le réseau social.

  • 1 Un sommet d’un graphe devient un lieu de décision de transmission parce qu’il manque des liens (tro (...)

3Dans un premier temps le formalisme des réseaux peut apparaître décevant pour ce qui concerne notre problème des entités collectives et de leurs représentations. Notre déception est en rapport avec les espérances qu’ils suscitent. Ainsi, les transformations possibles sur leurs graphes peuvent révéler des classes (au sens mathématique), et diverses propriétés structurelles (équivalence structurale, équivalences régulières, etc.). Mais le problème est alors celui du rapport entre ces propriétés formelles et une interprétation dans des termes sociaux, comme identité de groupe, ou relation de pouvoir. On ne peut pas prétendre par exemple que pour chaque trou structural1 il y a relation de pouvoir (la notion structurelle n’est pas suffisante), ni que pour toute relation de pouvoir il y a trou structural, ou bien il faudrait montrer que cette notion structurelle est nécessaire à la notion de pouvoir, ce qui serait délicat, et même impossible. Cela tient à ce que les propriétés structurelles des réseaux ne sont pas forcément réinvesties dans les relations sociales actuelles, de manière à y être efficientes socialement. Elles peuvent rester formelles. Au contraire, les notions de groupe, de communauté, d’institution, etc. s’appuient bien sur des propriétés structurelles – qui elles-mêmes reposent sur des interactions actuelles –, mais elles ne restent pas formelles : on peut supposer qu’elles ont une efficace sur les interactions actuelles. Du coup, elles ne peuvent plus se réduire à des propriétés formelles tirées des interactions actuelles de base.

  • 2 Alain Degenne et Michel Forsé, Les réseaux sociaux, Armand Colin, 2004, p. 217. Nous pourrions auss (...)

4Il est alors difficile de garantir la continuité de sens entre l’interprétation d’une interaction prise pour une donnée et l’interprétation des propriétés structurelles que les transformations nous révèlent. Or cette continuité est cruciale pour notre problème des conditions d’émergence des « nous ». Cette difficulté, on la trouve par exemple chez Forsé. Pour nous introduire à l’analyse des cercles sociaux, il nous explique comment on peut construire des matrices qui ne se bornent pas à indiquer dans chaque case la présence ou l’absence d’interaction entre deux individus, mais qui peuvent indiquer le couplage entre un individu et un attribut, voire, via l’individu, entre deux attributs. Selon les répartitions des 1 et de 0 dans ces matrices, on peut distinguer des relations qui forment des cliques, ou encore des relations entre deux groupes différents, ou bien des relations qui vont de tout individu d’un groupe avec au moins un autre de l’autre groupe (blocs réguliers), ce qui peut correspondre au fait que les individus du premier groupe jouent un certain rôle pour les individus du second. Mais ensuite Forsé nous dit (à juste titre) que le concept de cercle social, qu’il veut tirer de ces relations matricielles, doit être fondé sur l’interreconnaissance des individus entre eux2. Or l’interreconnaissance est un concept qui n’a pas été entré en donnée, et dont on ne voit pas comment les découvertes structurelles que nous permettent les matrices pourraient nous le fournir en sortie. Il faut pour cela réinterpréter ces structures matricielles et admettre que l’interreconnaissance peut venir par exemple d’une combinaison de cohésion (cliques) et d’identité (possession d’un même attribut). Mais elle peut venir aussi bien d’une complémentarité de rôles (Forsé ne donne d’ailleurs pas de principe de clôture de la liste de ces conditions), et on ne voit pas en quoi ce complexe d’interprétations a été validé par la structure matricielle. Le problème est ici que les interactions sont des observables (même si cela passe par des réponses à des questionnaires, mais ces réponses sont elles-mêmes des interactions observables), que l’interreconnaissance est un partage de représentations, et que nous ne savons pas comment garantir que les représentations exprimées sont bien les représentations efficientes, celles qui guident les activités observables (en vertu du problème de la double intentionnalité : ainsi on peut accomplir une action pour tromper un adversaire, avec une intention seconde).

  • 3 La notion de common knowledge est en revanche très utile pour déterminer ce que peuvent être les in (...)

5On pourrait vouloir résoudre ces difficultés en faisant des notions de collectivités sociales de simples idées, ou encore le produit de représentations individuelles partagées. Ce serait leur interdire d’exercer des contraintes sur les interactions actuelles, sauf par le biais de la compréhension individuelle de ces représentations. Mais alors ce serait l’influence de chaque représentation individuelle qui aurait de l’effet, et ce ne serait pas l’existence des collectifs sociaux qui permettrait le développement d’interactions entre individus impossibles sans elles. Or il ne semble pas suffisant de considérer une institution ou une société comme une simple construction mentale qui dépende seulement de ce que des individus partagent un même ensemble de représentations. Supposer le collectif déjà réalisé par un « savoir mutuel » ou « common knowledge » revient à se donner le problème résolu3.

6Inversement se donner le tout de la société, à la fois comme environnement culturel qui définit les significations disponibles pour l’acteur social et comme facteur déterminant ses interactions possibles, c’est se rendre impossible l’analyse de ces déterminations, puisqu’elles devraient aussi déterminer les activités de catégorisation du sociologue qui tenterait de les distinguer, si bien que soit il ne ferait que répéter un consensus social et son travail n’aurait alors pas d’intérêt, soit il exprimerait le point de vue d’une partie de la société, et son travail serait plus politique que scientifique. Il semble souhaitable d’échapper à ces combinaisons caricaturales de l’individualisme et du constructionnisme, d’un côté, et du holisme et de la détermination en dernière instance, de l’autre.

  • 4 En suivant en cela Granger.
  • 5 Ce virtuel est donc en situation d’émergence par rapport à l’actuel, puisqu’il provient de l’actuel (...)
  • 6 Ce que Tuomela, Searle, Gilbert appellent un nous, un sujet pluriel qui soit une entité sui generis(...)

7Pour ce faire, nous proposons de voir dans les entités collectives, dans les « nous », des entités virtuelles, et de faire une place dans notre conception du réel au virtuel comme à l’actuel4, au lieu de confondre le virtuel avec de l’idéel ou de la simple représentation. Le virtuel en ce sens ne se réduit pas à du formel. Le formel s’extrait de l’actuel sans influer sur lui en retour. Le virtuel « ordinaire », qui est simplement un « inactuel » provient de l’actuel (ce qui est passé est maintenant virtuel, mais a été actuel, et il en est de même de ce qui sera), et il n’influe donc sur l’actuel proprement dit que dans la mesure où il a été ou sera actuel. Cependant le virtuel que nous visons ne doit pas pouvoir se réduire à de l’actuel, contrairement à l’inactuel, et il doit pouvoir avoir une influence sur l’actuel, contrairement au formel5. C’est ce statut ontologique que nous recherchons pour nos entités sociales. Nous retrouvons ici un vieux problème : comment définir un statut du collectif qui reconnaisse sa différence par rapport aux individus qui le composent6 sans pour autant créer une entité imaginaire ou formelle et qui soit sans effet sur ces individus; le danger opposé serait de se donner le collectif dans son irréductibilité, ce qui rend inversement difficile de comprendre comment il peut influer sur les individus, tant il leur est hétérogène. La notion de virtuel est une tentative pour reconnaître cette irréductibilité sans couper le lien avec l’actualité des activités individuelles. Le problème est d’arriver à définir les conditions de cette existence d’une manière qui soit plausible, sociologiquement et ontologiquement. Nous devrons pour cela recourir à l’idée de relation conditionnelle et donc de disposition. Mais nous nous appuierons sur des dispositions qui ont une efficace causale et qui sont donc reliées plus fermement à l’actualité que les simples représentations. Nous aurons aussi recours aux outils mêmes qui nous ont déçu dans un premier temps, les réseaux et leurs graphes, et cela pour pouvoir mieux déterminer les conditions auxquelles dans un graphe un sommet ou un lien virtuel peut se constituer.

8Nous allons donc tenter de déterminer des conditions concernant les interactions fournies comme données pour le graphe d’un réseau qui soient telles qu’elles nous permettent de contourner ce problème, parce qu’elles nous permettront de présupposer une entité collective même en l’absence de représentations de cette entité. Il nous faudra bien entendu ensuite préciser le rôle que peuvent avoir les représentations du collectif, mais ce ne sera pas notre point de départ.

9Dans un premier temps nous allons déterminer les conditions de constitution d’une entité virtuelle dans un réseau, et tester ces conditions à l’aune de nos intuitions sur les types de groupements qui méritent le nom d’entités sociales collectives. Dans un deuxième temps nous analyserons les relations entre les entités sociales collectives, les représentations sociales et les représentations des entités sociales collectives. Dans un troisième temps, pour mettre à l’épreuve les constructions et les catégories ainsi produites, nous réinterpréterons quelques positions sociologiques bien connues pour voir si nos catégories ont quelque fécondité interprétative. Le lecteur soucieux de raccorder nos concepts à des descriptions sociologiques peut donc passer directement de la première partie à la troisième, et revenir à la seconde pour considérer le rôle des représentations sociales.

Les conditions d’une entité collective virtuelle dans un réseau

  • 7 Nous donnons ici à « contrôler » un sens faible et pragmatique. Un premier individu contrôle l’acti (...)

10Partons d’un graphe très simple. Il nous permettra d’envisager diverses conditions pour l’existence d’un « nous », et de montrer à chaque fois en quoi elles sont insuffisantes, jusqu’à ce que leur ensemble nous paraisse satisfaisant. Supposons que nous ayons 5 éléments (des individus, mais ce pourrait être aussi des activités, un individu pouvant pratiquer différentes activités; nous pourrions par exemple avoir 3 individus et 5 activités). Supposons que ces activités forment une chaîne qui se boucle. Elles peuvent ainsi s’auto-entretenir les unes les autres collectivement. Nous avons là une base pour des interactions sociales. Nous ne nommerions pas « sociales »,