Navigation – Plan du site

Les ressorts de la flexibilité instrumentale, elle-même support de l’interdisciplinarité

Vincent Simoulin
p. 67-92

Résumés

L’interdisciplinarité est de plus en plus recherchée et repose sur des dispositifs tels que les laboratoires, les colloques ou des instruments flexibles. Certains instruments sont si complexes que leur flexibilité suppose cependant un continuel travail d’organisation. La présente étude analyse un instrument scientifique, un synchrotron, qui permet le fonctionnement simultané de dizaines d’expériences et peut être utilisé par de nombreuses communautés. Parmi une quarantaine de laboratoires dans ce synchrotron, on peut distinguer quatre stratégies de recherches qui correspondent chacune à un type particulier de recherche, d’organisation et à un rapport avec l’environnement. La flexibilité qui autorise certaines formes d’interdisciplinarité est acquise par la continuelle évolution de chacun de ces laboratoires, par les échanges entre eux qui permettent des évolutions de chacun et des intercalages entre eux et par des échanges au sein des communautés d’utilisateurs et avec d’autres synchrotrons.

Haut de page

Texte intégral

1La Commission européenne, le CNRS, et bien d’autres financeurs et utilisateurs de la recherche scientifique prônent le développement de l’interdisciplinarité. Ils recommandent une coopération plus approfondie et plus fréquente entre les sciences humaines et sociales et les sciences « dures », tout comme au sein de ces deux grands ensembles. Cette insistance sur les vertus de l’interdisciplinarité qu’il faudrait développer signale pourtant également les difficultés de celle-ci et les limites qu’elle rencontre. Les plus citées sont « un manque de langage commun entre les disciplines, les prétendus risques de superficialité ou d’éclectisme des programmes interdisciplinaires et l’impossibilité de contrôle de la qualité de la recherche selon la procédure de peer-review… » (Origgi, Darbellay., 2010, p. 11). L’interdisciplinarité peut être cosmétique lorsqu’il s’agit d’une simple rhétorique destinée à obtenir des crédits, décevante lorsque les résultats ne paraissent pas atteindre les canons de qualité disciplinaires ou lorsque les membres d’une discipline cherchent à imposer leur point de vue aux autres. La seule façon de faire reconnaître un travail interdisciplinaire pourrait finalement être de le traduire en autant de versions qu’il y a de disciplines, en le mettant à chaque fois en perspective par rapport à la littérature et aux recherches de chaque discipline (Sperber, 2010, p. 20-23).

2Surmonter ces difficultés est d’autant plus important que l’interdisciplinarité est vue comme un moyen de surmonter des « cloisonnementeshebittaires div>ps einÀ » Darbell, Paulisser, 0810, p.)re ee comme ua prcceuhes quvaes «au-delt s div>e simpljuxtaomposition ur poisnt de vu disciplinair, (s q)le mis eœuvrear la le laboration ee l’intégrationnêtre les disciplin soopcntifiquui au sur d’à je ee cousers danunn perspectiv de a pducsition des conraistans »e

communautés scientifiqu s différdin seil sjustssur leunquui aux autresIlde quafibls ds «s intercalag , les prcceuhedestéercalaun et es rtr ralaunnêtr, lerupratuhes qunsiqutun entre les différdin populalutions dphysi scis (trchto scis,é instrumentnsiqr, , expérimentnsiqr11)C commr cee foipopulalution dectineut pasuie-mêmrythme,uuninnovratioerczml d’unn de ae tradeut pan déaisiutpemenimmcréattpemenerczmlquui arques. es sonr les échanges au sein des laboratoires quv soni permetrt e chacun d, lesnteevona e eseil sl ydaptssut plus omomanefacieupemene erctebreuonmentSidoisee analystéenaruacuniciog vus i tr disciplinaion, on peul d’étervue aus échanges entre les disciplin.

1. Des usages différenciés

1a gntroussuienconinairs div>eoopcnonalpper suc Certains usagtsetenoncus dns hrn usmr d’autres,es quly suouvrear limpossibilité ds dapeuypper sur leutilisateurs qu’snprivilatégnt3).

h2

1.1. Les usages « novices »

mpuin daar raiits qu eut arei(, pe foiiconme)er bansir,un d, ledasares ou deona e comntds évoeee uaigmsme r sue unizabsuiinagnesIlde permet égalemen dsaeona e comntdà je einagndant riti itradt,nn poquoi isnde dx gdere ee comn e, on peus limires osteloppec Cettt dx gdization. Parmeeles recherches dequn tyon, on peucarssun deexpérienceomniseset par der cs peasateurniserlstanThis suraui misposisior d unizabsuis dMane e(Krug, Dike Frcceeian dOs ronis suraunratuar der cosmétiqsre utilissve par lesgyptscis s de-miell dantvutannoêtrèher(Mstart Ceo,e2001)uousenfsein des rechercheomniseset par de, lat sooiog vsedUne e veipaysos surauitractdure dfmposlesedee auee 580 mieitires dibonnquu(Chene h2

1.2. Les usages des cristallographes

1.3. Les usages liés au vivant

eoopcnonalltésf d uthoes au synchrotrl qle-mênt).

mpuonassrlqee fsceau. Pu sulqu mm desaalelson, on ln peuntioe plurotp i aulatilrger cn typdesa gntreterechercot s multiissur lestexpériences seilis esnimpossmplr dtrc"Télrssur et>mpuon lanserchpcbre.t x pos,e les usage prlaomntdn peisonlul importaneener-ssas vei :).

bnBlo"#queul>

physiriqueeut pae poeiv>bociolne3 Enabociolnees, les pto luésontrt plucngson, on ln peut paéteniunsehumaici ere arr. (Anagndaostdoc)).

>bnBlo"#queul> h2

1.4. Les usages expérimentaux

2. Une différenciation des lignes

Motspan>edcip clasp> ">
  • 2
  • ">
  • 2
  • ">

    s qui correspondent à lmquise es alulicatit ee quatre stratégieimpossmpsve poes resporblt à la flexibilitfleganes, pac Cettvinalilité sns usagon. Lrffe pariation des lignas de lESRFs seloe lel tysnesta>Résumeonassrlqenizabsuit suivan> >

    n.tabr" idT.tab1"ut r="ll "

    tdre yitlelabdss-left:1pxds lid #000000;labdss--orht:none;labdss-top:1pxds lid #000000;labdss-bottom:1pxds lid #000000;"ut r="ll "/a>tdli> "> tdre yitlelabdss-left:1pxds lid #000000;labdss--orht:none;labdss-top:1pxds lid #000000;labdss-bottom:1pxds lid #000000;"ut r="ll "/i> ">

    s à configurations multiples >tdli> "> tdre yitlelabdss-left:1pxds lid #000000;labdss--orht:none;labdss-top:1pxds lid #000000;labdss-bottom:1pxds lid #000000;"ut r="ll "/i> ">

    s communautaires >tdli> "> tdre yitlelabdss-left:1pxds lid #000000;labdss--orht:none;labdss-top:1pxds lid #000000;labdss-bottom:1pxds lid #000000;"ut r="ll "/i> ">

    s à publics multiples >tdli> "> tdre yitlelabdss:1pxds lid #000000;"ut r="ll "/i> ">

    s rationalisées >tdli> "> >trli> "> trli> "> tdre yitlelabdss-left:1pxds lid #000000;labdss--orht:none;labdss-top:1pxds lid #000000;labdss-bottom:1pxds lid #000000;"ut r="ll "/i> ">

    >tdli> "> tdre yitlelabdss-left:1pxds lid #000000;labdss--orht:none;labdss-top:1pxds lid #000000;labdss-bottom:1pxds lid #000000;"ut r="ll "/i> ">

    tdre yitlelabdss-left:1pxds lid #000000;labdss--orht:none;labdss-top:1pxds lid #000000;labdss-bottom:1pxds lid #000000;"ut r="ll "/i> ">

    tdre yitlelabdss-left:1pxds lid #000000;labdss--orht:none;labdss-top:1pxds lid #000000;labdss-bottom:1pxds lid #000000;"ut r="ll "/i> ">

    >tdli> "> tdre yitlelabdss:1pxds lid #000000;"ut r="ll "/i> ">

    >trli> >t.tabiv> h2

    2.1. Les lignes à configurations multiples

    e emns :).

    bnBlo"#queul>

    >bnBlo"#queul>

    1Lbtionuvosellité dtouhes esn seres qsure eibientrésuivs que les différevs t dumstHaus sone un pareegommcrusesL suaostdocsus soneter-mêpemenimimportaiss seildesea présenn el divbtenir uraui mommunaut,uunn pareeimimportatre les développemeés de l’instrumeoration eus enei prie ani avec ueutilisateurstexpérteu. Pu sulqu génicteren elnchno scis,eaie-mêmpopoeeeles scientifiqu s membreseul d’éioppdesa gnt,dr cn typdese stratégesea présenauneoubl denconinrdiesIldr ur>fauent d’unp panclaurlieunurapporvninrumenx otitiss,lau jnteuesassrl duvgqur tseten d’autnn pans intvbteni paszert icuèherumenlovein dereurmousages di la gnt.).

    2eoopcnonalper sur les recherchempsvelumes ifféaistteh, soittr© uc cre s deut l Lalctrt d’u. Ceraune échannt paa seupemens soststHa,humseauposmsi un dure dfmfonctionrume tde see lalutiont avec lstexpérte.

    2.2. Les lignes communautaires

    >bnBlo"#queul>

    3.1. Les lignes à publics multiples

    1c miaraaleles que permed"L’analyrdiaui misposisioren l qle-,erv>a façon, eil sests rsumnepopoee uemposle),dant riti ç oepopoee unizabsuiousssoefcsrs huma)es oleleeeuelisenssta.).

    1a façogénxpégaon, on peuditrs ert plu d utilisatees es novi,rt plu d’éiopns di la gntodoitt être nombreu.).

    bnBlo"#queul>

    >bnBlo"#queul>

    coopératisut avec ls environneme s scientifiqup prhe.).

    bnBlo"#queul>

    communautéer-ssvinaliir3s. leg nt-lt nees conraiineut pan déaisiutpemenleea synchrotron, paexesimplmpsve lat sooiog vsonsoncuel festbsvopemene nufi d’s qulyseidsan de dbuent à lflnesDoncueleaerechercodyseidsson europénesde poefifinaeger len peisons,humseauposmeleaerechercodyseenleèg vses quv peunaufaduirdeles recherchet avenouh,nt s un e veiautaih,nt s rechercteuesu CNRS,as de lINSERM, i ees échlauisnsomnsme unui upé ehumaé. Ilotan abduntin sesa d enenst cabdni avec sue ef ree lans seiliane nufi d’dpno coéttux qui pesteenssucagesuje sen ee qualite veir dESRF3sEttilee peut pfarssun d’dffansirume»c par dc.mpuon ommat eestee quatre foinurxpérteua oc.mpuon disnexib1)(S scientifiq)3).

    >bnBlo"#queul>

    1e sera e l’instrume, e comntdnesoctinenseLa prseprut lele utilisitroi et les limirdmmccelle-.

    aspeonhd du serviut e lepopfan snt utôenrique erechercot s ddéveloppee comorgnesnnêtsne da rechercht usei aue nesre ee cimptu3).

    h2

    4.1. Les lignes rationalisées

    Euro)La nr rensembmenleet plut possmpls eeles qui cern de leus intfctrine peisiriqueeut povs quealeannpulaluti y soitraut plusisimpls possmpesL erurappors ds échutltrusenemstandaiannedgtssuienconinairs div>t pp pans leautres lign,€is esraturx qu’el i elr itradrenunpièr ea oeerni vumonement

    Motspan>edcip clasp> ">
  • 1
  • ">

    coopératisue nombreus x ei importapri avec ueinduresteln,enpe particulier lefiteqsnphapeiie tifiquess que yssent poeeffdleufidicteueexpériencs à lESRFreEllgneamènents dnonombrx s échutltroolovein d’unmannpulaluti, c ueermetteneouhel ee fsceauec ueisutpr-ssl leautree poesegardssur ur>etractduretire assest avec uephotos. Àae l’e différetra relavaon de utiliscteues qucepe r lee coopératisit usedétcateh, s dj toeotoncus égalemene eee certaila emissire comrcnone tanesn dee lalutiont avec lefiteqsnphapeiie tifiquex qu’el fesvcuelcot s ne pateeeonaesL sus éioprdmDes lignel travalssent poegagnppls couird oc.mpuorls cridenn deeobotsncchaliés dtesirue eeeins m ertails ds échutltroot à lsadtess dans intvbtluti s humaen> >

    Motspan>edcip clasp> ">
  • 1
  • ">

    2a>oeentouh,n utilisateu,ur ligneetes scientifiquessontrt plus omomanei intechla.tabs. EnsrevasynenecLes ligneontrt pludeus diffullitt développeun onctalits scientifiq. D dan leesaturùà ur>c mommunautrpl’ixps isrt ptsuer synchrotr,€is ess diffilqunta>e scientifiqu sdrp pubcodysepartr leuhd du ufaduiruntr prputrmi, oe sue l’instrumeoratios di la gnt,ns ol sulqu novratiurs qu’snl qu son rappoliir3sIhyuasn sedffi upmalaunnêtrl dtrnctalits scientifiqoeent lu serviui xe utiliscteues qun d es s peablper suauhacee autna gnt,ne-mêmeusur les lignas à publics multipl3).

    >
    h1

    chno sci,usoits qu’iapiaraalstrrecoednonoviletrx qu’el i ellu e perr,usoitsuienconinairx qu’esoitosme exptrx qu’eiarvissnemt Àfvoer s suraua prseparisioeenr lrt quasciation deexpérienc.

    >bnBlo"#queul>

    eopoeametipdrilaautu jelectss qu es l qur de développementeà lESRFr

    ">Motspan>edcip clasp> ">

  • 2
  • ">

    c mommunautsU uenjeufimimportams esamaniuseeso rrncren>2a>mcuxle-s que us ytionneme s synchrotrln d estaludchlarrtxne poeu deeeiisdureseuvalctee ouele je seratuu. Mumserent plus importa est biesûrseul ur>steliriqr e comntddLeonchnoriqé nitigalemendéveloisenepopoeu d’autres sciencei pvementêtradaptnnquut e enouvne auusalag;n, paexesimple comntdunexpérienurecfauer, poeiv>gat iolin afined"Ls rudiepar dem txpiauxoninxpé eux eorgannfieuetassrlqebuen,es r itradutar shistonairs div>t anètpee peut pfarssut l La lat sooiogia eioperormbaneul d’tHdtre lefmposlese, par d’usaértri-dimimsutionllisU eeonchnoriqurecoediauepeonron-rtoesa uoescrienuX, nitigalemene utiliser, poes rudiepaiaui misposisioresoninxpé e,ui pestuposmss ler e comntdlese,igpemeéperden er lelecoseuteuhea d e-à-ditre comntduntonleeeeuelitre ee cpemenihe peuraua prr seer. Àacecrisdt,ni lorstrelles membreseusiscltioneoier-ssdidifférdqr odent à laoiusi mi quie l’ixpt en de l’instrumeueontps quis pl’ipirernr d usagiautrex eelLesuteuheildes sonpt supopoee dimennsiscltionutoté s «trncta  r Ihs esperoisededn nsnit quaipirernt cecelle-biesautanc tanttraopns di lence vgqur eonuperfaue,mccelrùà nes diratigesqu esimennsiscltionutoté slr itradsemens dfafaçoenle txpéga,dl dposmimplt Àunenêts qusrt ptsuscrptiembud urucc-s3).

    >
    >Hauen,epusaestcratiasp> h2

    tcratias">Biemillograie>2

    > "> p>

    AKRICH Madeleine, 1989, « La construction d’un système socio-technique. Esquisse pour une anthropologie des techniques », Anthropologie et Sociétés, 13-2, p. 31-54.

    BLOOR David, 1976, Knowledge and social imagery, Londres, Routledge.

    BRAUER-KRISCH Elke (et al.), 2005, « New Irradiation Geometry for Microbeam Radiation Therapy (MRT) », Physical Medical Biology, 50-13, p. 3103-3111.

    CALLON Michel, 1986, « Éléments pour une sociologie de la traduction. La domestication des coquilles Saint-Jacques et des marins-pêcheurs dans la baie de Saint-Brieuc », L’Année sociologique, 36, p. 169-208.

    CHEN Jun-Yuan (et al.), 2006, « Phosphatized polar lobe-forming embryos from the Precambrian of Southwest China », Science, 312-5780, p. 1644-1646.

    COCHOY Franck (dir.), 2004, La Captation des publics. C’est pour mieux te séduire mon client…, Toulouse, Presses Universitaires du Mirail.

    CROZIER Michel, FRIEDBERG Erhard, 1977, L’Acteur et le Système, Paris, Seuil.

    DARBELLAY Frédéric, PAULSEN Therens (dir.), 2008, Le défi de l’inter-disciplinarité et transdisciplinarité. Concepts, méthodes et pratiques innovantes dans l’enseignement et la recherche, Lausanne, Presses polytechniques et universitaires romandes.

    FARGE Yves, 2012, « L’élaboration du projet ESRF, la coopération européenne dans le domaine du rayonnement synchrotron », Histoire de la recherche contemporaine, 1-1, p. 16-25.

    FRIEDBERG Erhard, 1993, Le Pouvoir et la Règle. Dynamiques de l’action organisée, Paris, Seuil.

    GALISON Peter, 1997, Image and Logic. A Material Culture of Microphysics, Chicago, University of Chicago Press.

    HAUSCHILD Annegret (et al.), 2005, « Molecular Distortions and Chemical Bonding of a Large ? Conjugated Molecule on a Metal Surface », Physical Review Letters, 94-3, article number 036106, p. 1-4.

    JEANTET Alain, TIGER Henri, VINCK Dominique, TICHKIEWITCH Serge (dir.), 2000, « La coordination par les objets dans les équipes intégrées de conception de produit », in Gilbert de Terssac, Erhard Friedberg (dir.), Coopération et conception, Toulouse, Octares, p. 87-100.

    KRUG Kris, DIK Joris (et al.), 2006. « Visualization of pigment distributions in paintings using synchrotron K-edge imaging », Applied Physics A, 83-2, p. 247-251.

    LATOUR Bruno, 1989, La Science en action, Paris, FhE)dUUoLe>, ?Ebliographie">GALISON Peter, 1997,v» nuIjans daniplims, rnesn action,89,Déc

    GAL/em>.)(dir.hancia Gilsgie et S ">Gre faem>Histoirour une son action,89,Déc

    et al.), 20Defat sLa cureibutmure odesarpaintingx-aintmure diffrence e imaging », Appliedl Review Letter89-15m>, 94-3, article1519m>.)0361063outledge.

    LasHistoirsic : K Des Preis et tion docioett a Physi», 83705-71 169-208.

    .), 20DiffLbeam Ra de lnropolosLas ;, « La conss pigcs-pcagméthodes et prépCs « et praut’eistoiroim ce e imagibutJean-Philippel Rse,a r,iMa 94n B eutinhoff>, abi euroCLD taz vynccotenk Ma 94naiMerzriedberg (dir89, abr et tpolosLasa Rs éq Lat distriapouodes et pecherche, Lausanne, Presses polytechniques et universitaires em>, 1-15-182169-208.

    DARBELLAY FrCH Serge (d10g (dirRepans rdéfi de lpigcansdisciplecherchGenèv LaS ckH M169-208.

    La BonRes,nach-Tes pdicalLarhmquetitechniibut, TIy EtzkowitzeryKnE «omynd LTrranet, lix Bonhicago, Un-Indugmel-Goagonn of Re ce es imagery, LP de l Octare5-91644-1646.

    GAL/emr.), 20FormasHistdivislaboraitvs dostif et tratiovEWIT>La de lgat Des aducte de la reses poco-i La all Surface hyst tfrençs etrerour une son actio41-m>, 50-42, 473outledge.

    GAL/e1em>ng Sur une sociuction="bnda d La ostif et adueptis a rds using syncrer syisun sgénCoop imageryne TeNS Édidistroutledge.

    ne (d10g , 200’quoite pans rdéfi de lpigcransdiscipl a produit ls, a OriggGERRBELLAY FrCDarbDesintH Serge (d10g (dirRepans rdéfi de lpigcansdisciplecherchGenèv LaS ckH Mem>, 1-9-3. 87-100.

    Tté  ce es” ortiB undisy Oar cts : Amatns-portiProfannistA ributBerkeleyfis M>, umLBonV inRbm>Ce Zoical, 19m7-39 imaging Sur on atudScienc-9-3>, 50-1es,42. 87-100.

    GAL/em3g (dir89,Thés, >Histoireipe ce eedge an>HistJean-">nie>Phyyuaud.,Débatméthodicnci É, Physin,89,Déc

    et k (dir.), 20 La curA Mortima’94- odp inby ma’94- hicstAos Metalgx-aintdiffrence eLaSTM,Mortima’9o-optPKerr effat Surface », PhysicalBem>et k 70-22m>, 94-3, article2244em>, 50-1- 169-208.

    Coopstif et adConment dist àtoirpr etduiomptropolopar les objets ddègle. Dyndge an>s Surface hyst tFrençs etrerour une son actioXCchem>, 833e5-41, p. 1-4.

    GAL/em>.), 2012, «s les borade la rur : éhmeroilogiees polytdaniait, /Vi>Lkp. 

    Haut de page

    Notes

    1 Les « objets-frontières » sont ceux qui permettent la coopération d’acteurs hétérogènes car ils coexistent dans plusieurs mondes sociaux et sont assez plastiques pour à la fois tolérer d’y être investis de significations différentes et imposer une certaine identité commune à travers les sites.

    2 Les auteurs de cette distinction désignent les objets « médiateurs » comme ceux qui permettent des opérations de conception et de coordination d’acteurs divers que ces objets n’enferment pas beaucoup car ils sont encore ouverts. Ils ont précisément pour vertu de permettre une coopération par leur flexibilité. Les objets « commissionnaires » sont ceux qui correspondent à la fermeture issue de la décision, ils sont prescriptifs pour les acteurs à venir et leur émergence correspond à la structuration progressive d’un champ d’action.

    3 Ce synchrotron financé à l’origine par une douzaine de pays européens l’a été sur une base purement intergouvernementale. Il a été construit à Grenoble entre 1986 et 1998. C’est un institut scientifique dont la mission est à la fois de conduire des expériences, de faire progresser l’instrumentation dans son domaine, ainsi que d’accueillir des chercheurs extérieurs et de les aider à réaliser leurs expériences sur place. Le lecteur intéressé par l’ESRF et l’histoire de sa construction en trouvera une présentation synthétique dans l’article de Farge (2012) et développée dans le livre que nous lui avons consacré (Simoulin, 2012) grâce à trois études menées sur une durée de quize ans. Cet article est basé sur l’enquête conduite au printemps 2005 à partir de 76 entretiens semi-directifs réalisés selon les méthodes de l’analyse stratégique (Crozier, Friedberg, 1977).

    4 Institut National de la Santé et de la Recherche Médicale.

    5 Centre Hospitalier Universitaire.

    6 Il va de soi que beaucoup de lignes représentent des situations intermédiaires, ne serait-ce que parce que ces types représentent aussi des stades d’évolution des lignes. Ces catégorisations sont bien sûr discutables pour un certain nombre de lignes qui sont plus ou moins assimilables à deux types. Chacun pourra se reporter au site internet de l’ESRF où chaque ligne est présentée, aussi bien en ce qui concerne les techniques qu’elle utilise que son équipe et ses publications, pour vérifier son accord (ou non) à la typologie que nous proposons, laquelle vaut dans l’absolu pour un moment (2005) et est en perpétuelle évolution quant au rattachement des lignes à un type.

    7 Chaque ligne est désignée par le terme ID (pour Insertion Device : élément d’insertion) suivi d’un numéro (qui désigne la position de la ligne dans l’anneau que représente le synchrotron).

    8 On retrouve ici des éléments déjà mis en lumière par d’autres études, notamment celle de Karin Knorr-Cetina (1999) qui avait également comparé la biologie moléculaire à une production industrielle.

    9 Les études classiques de sociologie des organisations avaient bien montré l’influence de l’environnement, et notamment de son degré de stabilité et de prévisibilité. On pourra consulter sur ce point L’Acteur et le Système de Michel Crozier et Erhard Friedberg (1977).

    10 http://www.esrf.eu/news/general/art-archaeology

    Haut de page

    Pour citer cet article

    Référence électronique

    Vincent Simoulin, « Les ressorts de la flexibilité instrumentale, elle-même support de l’interdisciplinarité », Revue européenne des sciences sociales [En ligne], 50-2 | 2012, mis en ligne le 01 janvier 2016, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/ress/2243 ; DOI : 10.4000/ress.2243

    Haut de page

    Auteur

    Vincent Simoulin

    Université de Toulouse – CERTOP
    vincent.simoulin"at"univ-tlse2.fr

    Haut de page

    Droits d’auteur

    © Librairie Droz

    Haut de page