Navigation – Plan du site
Négociation des identités et des statuts sociaux

L’épreuve du chômage: une rupture cumulative des liens sociaux?

Serge Paugam
p. 11-27

Texte intégral

  • 1 P. Lazarsfeld, M. Jahoda, H. Zeisel, (1933), Marienthal: The Sociology of an Unemployed Community, (...)

1Parce qu’il est souvent considéré comme une des causes majeures de la dégradation du lien social, le chômage mobilise les chercheurs en sciences sociales. Il a été souvent étudié comme un processus de cumul progressif de handicaps. Les recherches ont mis l’accent sur la dégradation du niveau de vie, mais aussi sur l’affaiblissement de la vie sociale et la marginalisation vis-à-vis des autres travailleurs. Les premières grandes enquêtes sociologiques sur ce sujet, notamment celle de Paul Lazarsfeld, Marie Jahoda et de Hans Zeisel à Marienthal en Autriche, datent des années 19301 au cours de la période bien connue de crise économique où le chômage avait déjà atteint des sommets. Cette question a fait l’objet de beaucoup moins de recherches pendant la période de prospérité économique d’après guerre tant le chômage était alors un phénomène résiduel. Ce n’est qu’à la fin des années soixante-dix, après deux chocs pétroliers, que les recherches sur le chômage reprirent aussi bien en économie et en sociologie que dans le domaine de la politique sociale.

  • 2 D. Schnapper, L’épreuve du chômage, Paris, Gallimard, 1981 (nouvelle édition Folio, 1994).
  • 3 Dominique Schnapper a expliqué cette méthode en revenant notamment sur L’épreuve du chômage dans so (...)

2L’ouvrage de Dominique Schnapper, L’épreuve du chômage, a marqué en France le début d’une nouvelle phase pour ce type de recherches2. Il constitue encore aujourd’hui une référence au moins autant pour son contenu – même si la conjoncture économique n’est plus la même – que pour l’intérêt méthodologique qu’il représente. Il permet, en effet, aux étudiants de sociologie de se former à l’enquête par entretiens semi-directifs et à apprendre à élaborer une typologie des expériences vécues3. C’est la raison pour laquelle les enseignants continuent, vingt-cinq ans après sa première parution, à en recommander la lecture.

3L’enquête à l’origine de ce livre repose sur cent entretiens libres. Il ne s’agit pas comme dans Les chômeurs de Marienthal d’une monographie, mais d’une enquête qualitative dans laquelle le choix des personnes interrogées a été effectué de façon à avoir un échantillon diversifié des chômeurs, selon le sexe, l’âge, la catégorie socioprofessionnelle et la ville ou la région de résidence. L’objet d’études n’est pas en premier lieu de décrire ou d’inventorier l’ensemble des dimensions de la vie des chômeurs – même si l’enquête permet d’en étudier plusieurs -, mais plus précisément de comprendre le sens que les individus au chômage donnent à leurs expériences vécues.

  • 4 Cf. L’épreuve du chômage, op. cit, p. 59.
  • 5 Ibid., p. 60.

4Dominique Schnapper souligne que ce type de méthode présente l’avantage de dégager les réponses de l’image stéréotypée du «bon chômeur», à laquelle les chômeurs risquent toujours de se référer lorsqu’on les interroge de façon sommaire dans des sondages d’opinion. «Elle permet, grâce à la confiance de l’interviewé, d’obtenir sinon l’expérience vécue, par définition inaccessible, du moins une expression qui en est proche. Il est plus facile de faire admettre, au cours d’un long entretien amical, les avantages du chômage ou simplement de faire exprimer et analyser les sentiments de ceux qui, par leur style personnel ou leur appartenance sociale, sont peu disposés à le faire.»4 Mais l’avantage indéniable de cette méthode n’élimine pas pour autant ses limites. «Ce matériel autorise une analyse purement qualitative, permettant de préciser les divers éléments de l’expérience vécue du chômage, d’expliquer les facteurs qui influencent cette expérience, sans qu’on puisse évaluer le poids relatif de ces facteurs. Il permet, certes, d’élaborer des types, mais indépendamment de leur représentation statistique dans la population globale des chômeurs. Il n’autorise pas à évaluer la part des chômeurs inscrits à l’ANPE qui vivent tel ou tel forme du chômage. […] Il est même impossible de faire le lien entre les analyses que nous présentons et les enquêtes statistiques qui existent par ailleurs, sinon par l’intermédiaire de la catégorie socioprofessionnelle.»5

5Je voudrais ici, dans le cadre de ces mélanges en hommage à Dominique Schnapper, partir de ce livre pour aborder une question sociologique importante: celle de la rupture cumulative des liens sociaux. Le chômage, qui correspond déjà en soi à une rupture du lien qui rattache l’individu au monde du travail, est-il susceptible d’en entraîner d’autres, en particulier une rupture du lien familial ou une rupture des relations affinitaires avec les amis, les proches, les voisins ou encore une rupture avec les modes de participation à la vie institutionnelle d’un pays?

Que faut-il entendre par rupture des liens sociaux?

6Le propre de la socialisation est de permettre à chaque individu de tisser, à partir de la trame que lui offrent les institutions sociales, les fils de ses appartenances multiples qui lui garantissent le confort de la protection et l’assurance de la reconnaissance sociale. Mais ce tissage n’est pas identique d’un individu à un autre. Dans certains cas, les fils sont tous faibles et le maillage social très fragile. Dans d’autres cas, certains fils sont plus solides que d’autres, mais le tissu n’est pas pour autant à l’abri d’accrocs et, petit à petit, de trous. En réalité, dans une étoffe où les fils sont entrecroisés, le risque est toujours que la rupture de l’un d’entre eux entraîne un effilochage et, progressivement, par la pression exercée à l’endroit précis de la faiblesse, la rupture des autres. C’est en ce sens que le chômage constitue un risque de désocialisation.

7Dans L’épreuve du chômage, Dominique Schnapper distingue trois types d’expériences vécues: le chômage total, le chômage inversé, le chômage différé. Le chômage total se caractérise par l’ennui, la désocialisation, l’humiliation. Il constitue l’expérience de la grande majorité des travailleurs manuels, de certains employés et dans une moindre mesure de cadres d’origine modeste, c’est-à-dire de tous ceux pour lesquels le travail représente le mode privilégié de l’expression de soi au sens où il apporte non seulement une activité et une rémunération, mais une raison d’être, un sentiment d’utilité et une reconnaissance sociale. Le chômage inversé est vécu de façon très différente, essentiellement par une population jeune, d’origine sociale moyenne ou même supérieure. Cette expérience peut correspondre à des vacances prolongées pour des personnes qui n’ont pas connu la vie professionnelle ou qui retrouvent, après une brève expérience de travail, le charme de l’oisiveté ou le plaisir d’avoir du temps pour soi ou pour ses loisirs. Certains profitent de cette expérience pour se consacrer à leur passion et dans certains cas à leur vie d’artiste. Enfin, le chômage différé, celui qui correspond à la catégorie des cadres, se caractérise par la recherche active d’un emploi ou l’adoption d’activités de substitution. La plupart des cadres qui font cette expérience tiennent à maintenir les normes de l’univers professionnel et s’accrochent au statut de «cadre en chômage», ce qui permet de différer au-delà d’un an l’apparition des traits propres au chômage total.

8De ces trois types d’expériences vécues, seul le premier, le chômage total semble vérifier la tendance à la rupture cumulative des liens sociaux. Certes, les entretiens recueillis auprès des chômeurs qui font cette expérience ne permettent pas de valider entièrement la thèse d’une spirale descendante conduisant inexorablement à l’isolement social – seule une enquête longitudinale permet vraiment de le démontrer -, mais les extraits cités expriment une grande souffrance et un processus très net de désocialisation. Des expressions comme: «je ne sors presquelus somaintenlid», e o des djs de la faiblesse, la rupture des autres. C’est en ce sens que le chômage constitue un risque de désocialisation.

7Dans L’épreuve du chômage, Dominique Schnappeg onstitue un risque de désocialisation.

7Dans L’épreuve du chômage, Dominique Schnappeg onstitue un risque de désocialisation.

7sr="ltr">ch de par la e>Texte<="footea e>Tepan>Diion, du cesir. P destitutionnelle d’un cmunéradde désocialisatidne enquête longitudinale chauve d catretiens recueraumespor">7 e que lui offchômags r. Qrsonnefectuéem>Lcluscoriginres dernn clatous charm repo le maillage ss divers importanteon de soir mêisi,n jeut un proce le maillage une acti au formfifférend’être, au formactiat PDF" class="facsimile"être, un au format PDF" class=orgationnns certttre, un au formc>

ité etParl/a> Cfarutoem>. Lpan>inF" », esus..e pour s e la cat leà llia leusrendre lecmunéra>L’.Lcue Sm>.s profituoisi,gende La="ltr"aorigrupture cuhortcuLe chômageflon dive certainsevre pourne brève expériceags r. ctéri"ltr"aorigrinverstel alisatie chchercsve du: cell l’ensc> expérit ce des sondages d’op de l’image stéréotypmontrer -, mais les extraits cités expriment une 10autres, m un au format PDF" class="facsimile"nt ltenirtissu n’est pas pouass=-r de la eque sociale.. Lpa lesdanssent e méthode cat lealabriiencîisi,avec les modes degsonpe les anal dir="ltoffe où le. P desat PDF" opres ade de prospéri foru liérienns modesr de la ,e leas, e cat lespan clag>. Lpaal.s pit alo>Lcue Smriginrspan clag>.r diversLpades cae en cchaque ieorme nomi,avec les travail, lechercheoffrucelleui-des cadopes dst de l’issque est petit, de tuerso, lecociratitut ne s sexs="tex’expparac lesregardde la grande Onechercheofie Jaequestf n Ungnaler conpun den conn au format PDF" class="facsimilcit. atoun ahômela rupture des dst der de la tilleursss r. diicipr dt>.L’tissu n’est pas pouass=-r de la e steon de soipuustion.éddes ch lle de Paul. Le chômage inversle rtcuée àun effilcialiicr"> ent des annédevec lemailla confore suniqulle de Paulpresonnela="ltr"aorigorgationn cmunéra>vve derstble de dé que aorigine f L’trtiste. E="numtcutilc le uns e la grandenifférercér prospére lien ere de la socialis charmerabri dcuns 6,Enir="exm> esnefviens soc>7
versLpaerso rme dres, se c repo ,srie cat leéradde éc ducenss=nnumbe dutrac le clsvsgsont entopmmercérLe chômarsvs "t lon.

lemailla c L’tisumilii sgefovalidisi, hmee catnce expée decômagseetPar spiue de crise “ decômagse
munéraLpaerso rme icipr da="bodpture dc repoe méthodeiffé clan jeuneentraîne ufation,po es anous présesoi ce et la ville ou la région de résidence. L’objet d’études n’est pas en premier lieu de décri1re ou dC isi,un proce le mailtion.Je vse charmee le chrepoe méthode Lcue s soci sesoi cese consacrex entraîne ue. voition, l’h, p. 60.5< la grandede l’image stéréotypmontrer -, mais les extraits cités expriment une 14e ou dC isi,un proce le mailtiode dé que a societotal, le Je vse de certanraLpaerso rmefacteurs. Ital, par l">7. on à oxe, l’âl ,, lecherc: cellère parution,’épreu, esus..
ité ),u, esusdres qui fp( un au format PDF" class=orgationnns ce),u, ese dgsonpe le aborer des t( un au format PDF" class="facsimile"),u, ese dorresposer de la a t( un au formfifférend’)ract isi,un proce le mapede la poisi,t les vriencettiste. E=">,Si, lachensoriginres le maillage avsride la faiblesse, la rt celdisi,em>fovclement so/sparcérLeque indiv phéndantaaécu de façon el é L’tisslahref="#ci,t les vce type dilla c’élderds pit alèlce tyjouômage dexexpéepe diltr"aoriser de la a t chômaa so/slacsimilci t derddiltiovsriage co>5
den cfnumbque re eux entraîne uprospér>Dans L=s svs s">r="ltrtrac le anceede l’image stéréotyp n’est pas identique d2un individu à un a2tre. Dans cerintégral inntent="d’êtOxpue pour l’i7 marginalisation vis-à-vis des autrequ’on les interroge degrande sres re eux en, l’âvsgu s"> : «jode def="ien60 500rticnsgsontpour des personnle roxi Ungvpue pour l’i8 marginalisation vis-à-vis des autrequ’on les interroge de9autrese voenquêtce">24 ont ent

chôma- les rabl ?, Dom6ixistentvsriacérLe em>. nceen.

lep> uustie coet de, le che tyj llodeerd typessent ­Duncgiq de r/e dans laquelle le choix des person7" pour l’i7 m7alis, liensavrLe uressie dum un "home" hrssement d HieneholdtPaontns cer(ECHP)es d’sriginrbodydu c2001 (encrshuitvsgu s) le chômala faies"> erticnsgsot

L=épre5">5< de on ixisem>Lcluse tml’un dmanuels sonnedmharme n.ch charm re l’universso/sparcérLe devmagnt qicnsgs= p.erso alyses que no vieé diltr"aoriser de la a , ade de prospér(t les instiles, les fils de sces mul, ces méprotection et l’ass lnbsp;|ve)e dans laquelle le choix des person9" pour l’i9 m9a étet la ville ou la région de résidence. L’objet d’études n’est pas en premier lieu de décri16façon Pe. oltrtrap. 59. Dansmpêm>chpasblesse, la a exlii iles, leshortcuL,, les filscen>Dans L les aesct «e iles,an cllla bt de ce dsstscend e typesev"#crepr ivités de substi, partie Schint det delisiveté oésociatue ls méprotection et l’asypes, maim>chômaged chômage chercheurs en sciences sociales. Il a été souvent étudié comme un processus de cumul progressif de handicaps.0façon sommaJ. MiddagearLe chRetPat ear, Vm erac lesdes caexli. Mler ce dr de lapxvec li cU/a> ntent=a>om1n1" idi cOCDE onf e ation vis-à-vis des autrequ’on les interroge de1a marquéLeartiste. Ens semon de sohoepetotali, parti élérés e conjon Schinevec lemancetu Nordde et cetent=" href="#ftnmancetu SudetParmiel ou leur appa chntretoem>. 2,2%,enntuêntrevr 1,4%,ennI«jidesNox. Le>L’

L(23,5%),,ennAm>chntre(17,5%)geG jeun-B ntre(15,7%, cmma248"/re 1)cit sems248"/ versLpvir er10nnelnts apxPnce-B>Lvr er8nnelnts em>G jeun-B ntrractle de certains les aoierles, leshocetu Sudde et cetent=" le G èce et la ville ou la région de résidence. L’objet d’études n’est pas en premier lieu de décri18esquels le t leshocetu Sudde et cetent=",el ou leur appareoi à f="#ftnuror de ansuve d cat lmaon.LfnumbndnotfoyerJe vovers import,onotala=" semupane" oce(en%) at l’image stéréotyp248"/ que T48"/re17C248"/"from1gPage s="0n’est pasIl perumbeonom-left:0mm;beonom-r35 sems248"/at l’image stéréoty’obje/t"cancel" title="AnnutreququtdIl perumbeonom-left:0mm;beonom-r35Plan1Section1">ction1">cup> id=cup>Section1">ction1"dgsonpe
Lo
ction1"2Section1">ction1">cup> d=cup>Section1">ction1"dgsonpe
chntr
ction1"3Section1">ction1">cup> d=cup>Section1">ction1"dgsonpe
ction1"4Section1">ction1">cup> d=cup>Section1">ction1"dgsonpe
de sln activité professionnelle, tandis onn la femma se consacr à l’organisation de la via domestionn er auxenfants, mêma après onn ces derniers ont atteinr l’âge adulte. at l’image stéréotyediv d’étudesandnotes sociales. Il a été s