Navigation – Plan du site
Varia

Cognition et formation académique

Les professeurs de science de la vie et de la terre face au « problème des éléphants »
Gérald Bronner
p. 139-161

Résumés

Certaines théories scientifiques ont du mal à s’imposer au sens commun, c’est notamment le cas pour la théorie de l’évolution de Darwin. Cette résistance varie en fonction des bassins culturels concernés (elle s’exprime différemment en France et aux États-Unis, par exemple), mais partout où elle se produit, elle est adossée à des raisonnements captieux plus ou moins implicites. Cet article est basé sur une expérience in vitro realisée avec 60 enseignants de science de la vie et de la terre et vise à donner une vision actualisée des croyances et des arguments qui font obstacle à la véritable diffusion de la théorie de Darwin.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

Introduction : la négligence de la taille de l’échantillon
1. Un problème d’éducation ou de cognition ?
2. Rappel des faits concernant la première enquête
3. Du côté des sciences de la vie et de la terre (SVT)
4. Concurrence intra-individuelle
5. Un coût mental
Conclusion : des enjeux pédagogiques

Aperçu du texte

Introduction : la négligence de la taille de l’échantillon

Une belle étude d’Andrew Shtulman et Joshua Valcarcel (2012) montre que certaines propositions scientifiques sont plus mal acceptées que d’autres. Leur expérience consistait à soumettre des individus à 200 questions couvrant dix domaines scientifiques (astronomie, génétique, thermodynamique, etc.), et à leur demander de répondre « vrai » ou « faux » à des énoncés du type : « la Lune produit de la lumière » ; « 1/13 est plus grand qu’1/30 » ; « les atomes sont principalement composés de vide ». Les sujets de l’expérience avaient tous rencontré, à un moment ou à un autre de leur parcours intellectuel, les réponses à ces questions et auraient dû savoir plutôt que croire. Les résultats de l’étude montrent que l’erreur n’est jamais si grande que lorsque il y a un conflit entre nos idées spontanées sur le monde et les propositions de la science. Ils montrent aussi que même lorsque les sujets ne se trompent pas, ils mettent, quoiqu’...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gérald Bronner, « Cognition et formation académique », Revue européenne des sciences sociales [En ligne], 52-1 | 2014, mis en ligne le 12 mai 2014, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/ress/2698

Haut de page

Auteur

Gérald Bronner

Université Paris-Diderot – LIED
gerald.bronner"at"univ-paris-diderot.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Librairie Droz

Haut de page