Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

Olivier BOMSEL (dir.), 2013, Protocoles éditoriaux. Qu’est-ce que publier ?, Paris, Armand Colin, 264 p.

Lisiane Lomazzi
p. 281-284

Texte intégral

1Dans Protocoles éditoriaux, Olivier Bomsel s’attelle à la difficile tâche de pénétrer l’envers du décor de l’édition façonné par l’éditeur. Il confronte le cadre qui a fait naître cette mythologie et sa pertinence à l’essor d’Internet et s’interroge sur la fonction symbolique, mais également économico-sociale, de l’éditeur au sein d’un marché des contenus en profonde mutation. Replacer les protocoles éditoriaux au centre d’un contexte numérique permet d’identifier les mutations de la fonction éditoriale et les nouvelles modalités de création de valeur ajoutée au sein de la chaîne de production de l’oeuvre par ce dernier. Tel est donc l’objet de l’ouvrage d’Olivier Bomsel bâti au fil des séances d’un séminaire réunissant des experts de l’édition – au sens de créateur de sens et « monstrateur » – mené à l’École des Mines. Il en ressort onze contributions, dont deux entretiens, interrogeant le protocole éditorial dans des domaines divers (la naissance de l’écriture, le théâtre, l’art de la conversation, l’information à l’ère numérique, la musique, la télévision, le cinéma, l’invention, le brevet industriel, le design, la copie) et qui constituent le cœur de l’ouvrage. Composé de quatorze chapitres en tout, l’ouvrage s’ouvre sur chapitre introductif suivi d’un aperçu programmatique, et se clôt sur un chapitre conclusif, tous les trois signés par Olivier Bomsel lui-même.

2En guise d’introduction, le premier chapitre « L’envers du décor » rappelle qu’Internet et la dématérialisation des supports troublent les relations et les frontières dans le champ de la communication. En effet, règne une confusion entre le fond (contenu du message) et la forme (contenant dudit message) renforcée par une atténuation des démarcations entre deux modalités de transmission du message : la correspondance (privée) et la publication (publique). Le protocole éditorial étant précisément ce passage du privé au public par création d’un effet de sens – cet « ajout d’un décor, d’une mise en scène, d’une mythification » (p. 11) – il se trouve donc redéfini dans le nouvel environnement numérique. Ceux sont ces adaptations qui font l’objet de l’examen tout au long des onze chapitres thématiques que le deuxième chapitre de l’ouvrage, « Protocole de ce livre », s’emploie à introduire.

3Le troisième chapitre « Montrer l’écriture – Premières institutions de l’écrit » ouvre la série de contributions thématiques à la faveur d’un texte de Jean-Jacques Glassner, assyriologue, sur l’invention de l’écriture, celle-ci pouvant être définie comme « un système technique [qui] sert à correspondre et à publier » (p. 34). En présentant les différentes fonctions de l’écriture privée (échange de lettres, contrats, etc.) fondée sur le secret et publique bâtie sur la monstration, ainsi que les protocoles y afférant, l’auteur rappelle les fondements oubliés de la distinction entre correspondance et publication.

4Dans le chapitre suivant « L’enjeu du théâtre – Le théâtre édite le théâtre », François Regnault souligne le caractère extrêmement récent du passage du théâtre en littérature puisqu’il le situe au