Navigation – Plan du site
Les élections européennes de 2014: élections de crise, élections en crise

Les attitudes européennes ont-elles enfin joué un rôle dans les élections au Parlement européen ?

Have European attitudes at last played a role at the European Parliament elections ?
Céline Belot et Virginie Van Ingelgom
p. 49-78

Résumés

Longtemps les élections européennes ont été désignées comme des élections nationales de second ordre où partis et électeurs ne se positionnaient pas sur les questions européennes mais uniquement sur des enjeux nationaux. Ces dernières années, un certain nombre de travaux tendent à montrer que ce n’est plus le cas. Cet article teste l’hypothèse d’un choix électoral proprement « européen », dépendant des attitudes des citoyens à l’égard de l’intégration européenne, à partir de données collectées lors des élections européennes de 2014 dans cinq pays : l’Allemagne, l’Autriche, l’Espagne, la France et l’Italie. Plus précisément, il vise à faire ressortir les logiques plurielles à l’œuvre dans les liens opérant entre attitudes et vote en se focalisant sur deux dimensions particulières du scrutin de 2014 : l’abstention électorale proprement européenne et le vote divergent – à savoir le vote pour un parti différent de celui pour lequel on déclare une proximité partisane.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

Introduction
1. Vote aux élections européennes et attitudes à l’égard de l’intégration européenne 
2. Comparative Electoral Dynamics in the European Union in 2014 : présentation des données et des variables
3. Comment l’enjeu européen a-t-il pesé sur l’abstention et le choix électoral ? Analyses et résultats
Conclusion

Aperçu du texte

Introduction

Depuis 1979 et l’article fondateur de Karlheinz Reif et Hermann Schmitt (1980), les élections européennes sont analysées comme des « élections nationales de second ordre ». « De second ordre » car elles sont perçues par les partis, les médias et les électeurs comme étant des élections de faible importance permettant d’évaluer l’état des forces en présence au niveau national, en particulier quand elles se situent à mi-mandat par rapport aux principales élections nationales et notamment les élections législatives. « Nationales » car non seulement ces élections sont organisées au niveau national – bien que le cadre européen se soit fait un peu plus contraignant ces quinze dernières années –, mais elles opposent des partis nationaux – même si les principaux sont rattachés à des fédérations de partis au niveau européen – sur des enjeux pour l’essentiel nationaux. De fait, la plupart des travaux ces quarante dernières années ont montré que les électeurs ne s’y trompaient pas e...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Céline Belot et Virginie Van Ingelgom, « Les attitudes européennes ont-elles enfin joué un rôle dans les élections au Parlement européen ? », Revue européenne des sciences sociales [En ligne], 53-1 | 2015, mis en ligne le 01 janvier 2019, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/ress/2991

Haut de page

Auteurs

Céline Belot

Sciences Po Grenoble, PACTE
celine.belot"at"sciencespo-grenoble.fr

Virginie Van Ingelgom

FNRS – Université catholique de Louvain
virginie.vaningelgom"at"uclouvain.be

Haut de page

Droits d’auteur

© Librairie Droz

Haut de page