Navigation – Plan du site
Les élections européennes de 2014: élections de crise, élections en crise

The decision to vote or abstain in the 2014 European elections

André Blais et Filip Kostelka
p. 79-94

Résumés

Le présent article interroge la décision individuelle de voter ou de s’abstenir aux élections européennes de 2014 dans sept pays membres de l’UE. Nous nous focalisons sur le rôle des caractéristiques démographiques et des attitudes. L’analyse empirique s’appuie sur les données du Comparative European Union Election Dataset qui comporte 22 000 observations. Nous démontrons que les facteurs qui expliquent la participation aux élections européennes diffèrent à peine de ceux qui expliquent la participation aux élections nationales. Une différence tient à l’existence d’un écart entre hommes et femmes dans la participation aux européennes. Nous trouvons également que l’affirmation d’une identité européenne favorise la participation tandis que la performance de l’UE, telle que perçue par les répondants, n’a pas d’impact. Enfin, il n’y a pas de différences dans les déterminants du vote entre le « Nord » et le « Sud » ou entre les pays membres fondateurs et ceux qui ont adhéré plus récemment.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

1.Who votes?
2.Why not voting?
Conclusion

Aperçu du texte

The 2014 European elections were exceptional in at least three respects. It were the first to be held according to the rules laid down in the Lisbon Treaty, the first that followed the worst financial and economic crisis since 1929 and, finally, the first in which most major European political forces declared a candidate for the presidency of the European Commission (the Spitzenkandidat). Yet, those who hoped that this exceptionality would boost citizens’ electoral zeal and counter the long-term downwards turnout trend that had characterized the European elections since 1979 could be nothing but disappointed. The final turnout rate decreased by an additional 0.5 percentage point when compared to the previous election of 2009 and reached an all-time low of 42.5%, far below the voter turnout average in legislative elections held in established democracies (74%, see Blais, 2007, p.624). This low voting rate, combined with the supranational nature of the contest, raises questions about ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

André Blais et Filip Kostelka, « The decision to vote or abstain in the 2014 European elections », Revue européenne des sciences sociales [En ligne], 53-1 | 2015, mis en ligne le 01 janvier 2019, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/ress/2993 ; DOI : 10.4000/ress.2993

Haut de page

Auteurs

André Blais

University of Montréal
andre.blais"at"umontreal.ca

Filip Kostelka

Sciences Po Paris, CEE – College of Europe (Bruges)
filip.kostelka"at"sciencespo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Librairie Droz

Haut de page