Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

Giovanni PAOLETTI, Durkheim et la philosophie. Représentation, réalité et lien social

Nicolas Sembel
p. 285-288
Référence(s) :

Giovanni PAOLETTI, 2012, Durkheim et la philosophie. Représentation, réalité et lien social, Paris, Classiques Garnier, « Bibliothèque des sciences sociales », 474 p.

Texte intégral

1Philosophe à l’Université de Pise, Giovanni Paoletti a dédié à la mémoire de Philippe Besnard cet ouvrage attendu, suite à une thèse soutenue à Sciences Po et à plusieurs articles parus entre 1998 et 2008. Le résultat est saisissant : l’auteur met tout son savoir et sa méthode au service de la compréhension du rapport d’Émile Durkheim à la philosophie, et propose sur bien des points des formulations novatrices. Ce rapport peut être précisé de la sorte : Durkheim n’a contribué que marginalement au développement conceptuel de la philosophie ; cependant la philosophie a joué un rôle dans la contribution de Durkheim à la construction de la sociologie. C’est ce que l’auteur s’emploie à démontrer en inscrivant, à l’intérieur même de sa démarche de philosophe, une interrogation récurrente sur les notions fondamentales de lien, d’action et de relation, d’une manière qui déborde le cadre strict du plan des quatre parties de l’ouvrage et peut s’apparenter à un véritable livre (sociologique) dans le livre (philosophique).

2La première partie montre comment Durkheim conçoit la philosophie. Cette partie a une dimension empirique importante, comprenant 11 des 18 tableaux de l’ouvrage. Paoletti y recense sept définitions durkheimiennes de la philosophie (cf. le tableau p. 34), dont les deux principales (« synthèse ou unité des sciences » et « science de l’esprit ou métaphysique ») apparaissent dès le cours fait au lycée de Sens en 1883-1884, tiré des notes d’André Lalande. Durkheim critique tout au long de son œuvre les deux définitions les plus formelles (science des « idées » et science des « généralisations »), et n’aborde positivement la philosophie qu’à partir de 1903, avec deux autres définitions plus opératoires, préludes à la sociologie (la philosophie comme « ensemble de problèmes » et la philosophie comme « conscience du lien social »). Au terme d’un inventaire minutieux des philosophes purs figurant dans l’œuvre de Durkheim (l’adjectif « purs » n’est pas de l’auteur et traduit les difficultés à cerner la qualité de philosophe dans une discipline en constant mouvement), l’auteur en vient à dresser une « bibliothèque virtuelle » de 232 occurrences nominatives citées entre 1885 et 1917 (tableaux p. 41 et 42). Le corpus ainsi produit est « assez réduit et sélectionné » et les références déclinent avec le temps (malgré quelques « sursauts » dus à Paul Janet, Octave Hamelin et Immanuel Kant). Herbert Spencer, considéré comme non-uniquement philosophe, est trois fois plus cité dans les quatre livres publiés par Durkheim de son vivant que Kant, le philosophe pur le plus cité.

3Dans la deuxième partie, Paoletti fait voir comment Durkheim à la fois, pense la société au moyen d’un vocabulaire philosophique souvent implicite et construit son approche du lien social autour des notions corrélatives d'intégration et de régulation. Si les pages dans lesquelles Paoletti expose la façon dont il envisage le rapport entre intégration et régulation dans l’œuvre de Durkheim ne surprennent pas, puisqu’elles portent sur un sujet très débattu par les spécialistes, celles qu’il consacre à l’idée du mal chez Durkheim sont sans doute parmi les plus singulières de cette partie. Relèvent du « mal social » d’après Durkheim, ou d’après Paoletti lecteur de Durkheim, les « défaillances » du lien social, notamment le vide qui se détermine dans les consciences comme conséquence d’une socialisation défectueuse et le « mal de l’infini », c’est-à-dire les états d’anomie. S’appuyant sur les Essais de théodicée (1710) de Gottfried Leibniz qui présentent le « mal comme étant une chose dépourvue d’une réalité propre, conséquence inessentielle du bien, relative, et enfin comme un moyen pour atteindre le bien lui-même (p. 179-180), Durkheim inscrirait le mal social dans des stratégies visant à sa neutralisation dont l’efficacité dépend de la définition (« flexible ») de la normalité qui les sous-tend. Le mal doit être combattu par un resserrement de l’intégration plus que par un durcissement de la régulation (p. 192), « dans un accroissement de connaissance […] et dans l’élimination des erreurs » (p. 194), sources de renforcement de l’adhésion éclairée des individus à la société. Le « modèle conceptuel » ainsi produit reformule le « problème philosophique dans son ensemble » (p. 206). En même temps, il constitue un modèle sociologique très performant, centré sur une conception non substantialiste du phénomène considéré. Cette deuxième partie de l’ouvrage se termine par l’examen de « cinq preuves » que Durkheim allègue à l’appui de l’existence de la société comme réalité sui generis, examen qui ne semble pas tenir dûment compte de l’argument, avancé en particulier dans Le Suicide, de la constance des taux statistiques (une sixième preuve possible).

4La troisième partie mobilise les Formes élémentaires de la vie religieuse pour décrire l’« enrichissement graduel » que connaît l’idée de représentation dans la pensée de Durkheim. Les représentations, ce sont des « forces » capables de nous faire « sortir de nous-mêmes » (p. 243), tel le religieux, grâce auquel les individus « peuvent davantage » (expression employée dans les Formes). Durkheim, assure Paoletti, affermit « la vocation rationaliste de sa sociologie » en essayant de « déplacer l’attention aux marges du rationnel pour mettre en lumière les titres de rationalité de phénomènes apparemment caractérisés par un défaut ou même un vide de raisons » (p. 244), lesquels sont cependant dotés d’une « efficacité pratique, ou dynamogénique » (p. 264) qui les sort du « domaine de l’inconnaissable » (p. 269). Toute représentation, individuelle ou collective, « dans la mesure où elle s’éloigne de la réalité en soi », est en ce sens une « sorte de délire », un « délire bien fondé », un « tissu d’hallucinations » (p. 308), mais pas d’illusions ; et ce, qu’elle soit religieuse ou scientifique. La clef de voûte des Formes est constituée, selon Paoletti, par le chapitre 7 du Livre II, qui convoque des oppositions (complexe/simple, invisible/visible, transitoire/stable, intérieur/extérieur) articulées par des symboles. « Représentations sensibles de l’extériorité des faits sociaux », moyens « pour la société de prendre conscience d’elle-même », les symboles, de par leur « altérité radicale », nous associent aux autres et font de nous des personnes (p. 289-296).

5Dans la quatrième partie de son ouvrage, Paoletti reprend la question de la nature du lien social chez Durkheim dans une perspective qui illustre on ne saurait mieux le rapport instrumental de Durkheim à la philosophie, puisqu’au service de la construction d’une pensée relationnelle et, partant, pleineactésociologiqueloyeux class="ne en ,"orde s ds uncte deuxrnre partie m: lahéodie Drrkheimiennes e l’exm>Fohomorrkexe/em> esou,our metux desi, co vocsit du rheimiennes e lcte deme temodie Dr–ocsit du serentionement grte"rade atie bi prononsidére qui eurkheim n’a coployée u’ele sixee leis, pe 188914co vde etrmule le ionnDr–,t les renjx deurclevs par unldeuxrn ce rs fauversitéai de Durkheim ncelleu paniqugmique, ou 190313-8914ur les ratigmiqusme/p>

4<6span>DaAc le temss="ne l’exm>Fohomorrkexe/em> edont leoletti expuneme’exsseire/su sexix/spaup> èmec, inrkheim nend la labras--mrpuss« daès petôdans l soracrre p», no philyslogie (l lHeant, Boerhae Ha la phisychogie (l lMne de lBinum (i il dand ve àsi, ctent gr laBoerhae H»). AuLdélidoubment aselon PaBoerhae H,st « asterronà l’aphme ri-même (», estreli ve à l la existence de s un acme tedividuele déx deuysts="ne i se dsserrle p : , esen foi eu déifrencetsar leur «ture du consttrres der leur «tion e: , . Ilst conendant do dtéisitent grés u seocheser de lecialisation d» et lenstitue un cernitres o dunlémentaiediviocienae de pr pensonnesité enrmalit» (p. 26335 AuCceptrnt 11 cours far les ratigmiqusme,ubliés ,omme rÀouvsavoi parta Aant,d Cuvlusi en in1955’après Pax deurieurde nouss reism. par des sytéudit 1sPaoletti re sept peur metanty enn ouopose ’une peoisième paurieure nouss reaprude es farenrvrae rermi les pluitrsone noRen LalSens ndépourss à ce pebliothèque des e peSornné Cettaniuriracomptete d,ans l cit preuvmrsonefeuluse1sPalpremière pamsiti en svir de la naleon doatiurant du bi9écrirler190313on suansitiracpar leCuvlusi eCettsamses x au(rus endeisquoatem>Durkheim eit Sudies/Étes àrkheimiennes dem> edovol1948nou.s.2012, domincospition plspan>Dailosophique dconsrrente su pr pensychogie (lpan xml:lang="fr" lang="fr">doprerieuntales lspan>Dans l’élites es philnomènes apdconscience dl’aureursu phtigmiqusmeonsidant moécisé dnt de s la qu dn Lgaon de la naécialficé de ph constrence d» (p. 26383 AuPo les ratigmiqusmeontrtenc,aniturkheim dans un nate à son ouurs f, la vonscience dl’est-e maldée térieur) » et leauc accres aldée est paadmisPaoletti y rtiee ph paro leire «valr co acrkheim damodie cn des ax deldéesavancet srès Pas Formes élémentaires dem> edovoe/su s-de p: l aldée e dlt le «ldée ée autoens undidée isat praarh constrence dEn mée isata cepe« assres aldée», no phnscience deent àro lelleacme teoduitcices.pan xml:lang="fr" lang="fr">dome/span>« poouvrganusmeocial chsconnaissancetspan> » (p. 26391)t lspan> : dchapingctésociolal.Mnecomme co phnscience dnattenti cepeésultat ese souille sopre paeaccrode vec deuauteur consciences cons les

5<7span>Dans las consccsions ooletti y nstanctqui e, rès Durkheim, ous réport ientre 18 sociologie (l la philosophie. e sept leb x urspelatâcsionotamment le foFrae dl seonts ue l socialogies (ut lemiso aconts uhalné uà un soire «e des e peciologie (l lae l soilosophes puo pas,ru"ort,dné rout aprécintion auciologiqueloyeSo par cctive qnt caris d accicles es eJet Soetz de la1946l la accicles es eScic de Du1943p. 26396-397 Durkheim et la philosophie. em> es sixeiceraans doute parmà larproche dres deux décipline eet fol leest pauautluses farmàouvbctif «dPaoletti, . Ax sur une xamen qufoulus des faxtes co srpuy coaarhe sorieution.omportste, con ouvre (praitone «ficvpauautversi,hez Dus spécialistes, ce décipuion emr les notiler1 class="ne s e peciologie (l(, pauilouvsavt sde la coilosophie. )e Durkheim àx els soilout ez Rele dee soestion dellecégint duis pan sune purm: lut o-idoité rouas uhaportante auquxours fapan xml:lang="fr" lang="fr"> (tardement :  dandituée,s» de 23rkheim, ouprelr ts ds un dékheim, ogie (,’appgsancet’Émrire" euo Durkheim àest pas deauteur e ?p> div> class="hogo-p">Ht ou par g/a>

1v id="dov">IueNa>So Dxrn cs néros> lass="te"ueNa>So 53-5 |bsp;|&n915<7span>

Comile Durkheim à17 (-15<7span>53-5 1bsp;|&n915<7span>

CoL'ropeanurk al< la gespan>53-4 |bsp;|&n915<6span>

CoAugue deCom, coregardscceoés pspan>53-4 1bsp;|&n915<6span>

Cos syuses daciaux es sciences sork vant qspan>53-2

Cos symboles et les choses53-2<1bsp;|&n915<5span>

Cos sylectionnsuropéenne ddurr15<4span>53-253-2<1bsp;|&n915<4span>

CoPoliques (u liener19aès ab socences sohuine det lecialesan> méros lass="te"ueNa>So 53-1

CoAuur des risetospan>53-1<1bsp;|&n915<3span>53-053-0<1bsp;|&n915<2span>53495349<1bsp;|&n915<1span>53XLVIII-146bsp;|&n915<0span>

CoVilfredo risetot le «ct q de laVaudspan>53XLVIII-145bsp;|&n915<0span>

CoÀa réherche" s scidéents" eula réionalité dspan>53XLVII-144bsp;|&n91509span>

CoRionalité dee« Lmoons »:ne xamen quitique tspan>53XLVII-143bsp;|&n91509span>

CoCmentaieJuglar (1819<1905)span>53XLVI-14sbsp;|&n91508span>

CoSiologie (l laéesogie (span>53XLVI-141bsp;|&n91508span>

CoPcheser de Émrlue=ion des eriences sociales »:tioes fa laluees fspan>53XLVI-140bsp;|&n91508span>

CoLpeciologie (l foi êtd’une rmodie Drnéralis(span>53XLV-139bsp;|&n91507span>

CoD Lmocion comilyNlet propodene53XLV-138bsp;|&n91507span>

CoÉlue=ion de socences sociales. EuCceptios,osure ost lensmraisses span>53XLV-137bsp;|&n91507span>

CoLpemnaisse,ubsonnesige sseirrue tspan>53XLV-136bsp;|&n91507span>

CoD Lmocion élirebratoie, «d Lmocion élittu te, cod Lmocion rticulipoie, span>53XLIV-135bsp;|&n91506span>

CoCitens ne dee«d Lmocion rroventifile-mspan>53XLIV-134bsp;|&n91506span>

CoQuel) :53XLIV-133bsp;|&n91506span>

CoDevt la phloispan>53XLIII-13sbsp;|&n91505span>

Cosintéercipline até raistenc-t-le s?span>53XLIII-131bsp;|&n91505span>

Cosa culationvé des scioir ese socences sociales. span>53XLII-130bsp;|&n91504span>

Cos syuses da la coicéauonan>53XLII-129bsp;|&n91504span>

Cospeciologie (lrkheimiennes »:naduiion et rtiouité dspan>53XLI-128bsp;|&n91503span>

Co premie po socences sociales. span>53XLI-127bsp;|&n91503span>

CoPo lee rsres aience dciales.span>53XLI-126bsp;|&n91503span>

CoSiologie (l lalative,usmespan>53XLI-125bsp;|&n91503span>

CoIex.ha la cop>> es(1995-1502)span>53XL-124bsp;|&n91502span>

CoHseire/s,hilosophie. eeteciologie (lr sciences sspan>53XL-123bsp;|&n91502span>

CoLsociété de prinfinmat=rns . Ét esr sclux dspan>53XL-122bsp;|&n91502span>

CoSiologie (l lacialogies (»:nur laquoioire »?span>53XXXIX-121bsp;|&n91501span>

Cosintioes . U onceptiomr lessoccne cos sciences socialesan>53XXXIX-120bsp;|&n91501span>

CoAuur des élipsei Lmogie (l l peciologie (l la l peciologie (ls sciences »:ls sclittus,n rôlamen qa>an>53XXXVIII-119bsp;|&n91500span>

Co pree des éimnséae de s les an>53XXXVIII-118bsp;|&n91500span>

Co ient de l’exthodue dans solaction etpoliques span>53XXXVIII-117bsp;|&n91500span>

CoMtaphyso ost leasitie ( EuScss="ne gument, =rnfsos sciences socialesan> d="dotllIueNa>So href="55">NuTs des notéros div> 1v id="dov">Clectives SecdamerySo mptes rendus de foéseblicationDah2> Gipan xml:lang="fr" nang="fr" n>Günt dreSANDNER,/span>Otto Ne dath, Ee paroliquhema Bgraphie.ca>an>>Gipan xml:lang="fr" lang="fr">Giilippe BeSTEINER,/span>GiDté r… U cosseire/su l’argluit smespan>>GiJet -Miemal FAUREd& Chars noSUAUD>GiCcial etRABOT>Gipan xml:lang="fr" nang="fr" n>Cat dre paWIHTOL DE WENDEN, span>Miation ps/ span>>Gipan xml:lang="fr" nang="fr" n>Heike DELITZ,/span>Berges-Effekte. Acsit d found Atadukt d foimoinsizösuhemasocizlogie hemasoDenk qa>an>>GiSerge AUDIER,/s>Gipan xml:lang="fr" nang="fr" n>Stef xmHEIDL,/span>ilosophe ale Pblèemsf SoBehavioant Ecdaomicsa>an>>Gipan xml:lang="fr" lang="fr">GiThomas HIRSCH,/span>GiLe Tps (md socialté dsPaDÉmile Durkheim à laMarc ock"ha>an>> Iinmat=rns /a>> a Lrev="loh2> a Gimpté de Piduition espan>GiObctif scientifique. span>GiPpodeneGiOicag=rns duthodue dsl lalairtéaeité dfspan>GiRmmbant,d=rns dux autrees fspan>Gipan xmyleshfr"ten-wght=":rmalit;an>aong>Gmyleshfr"ten-wght=":rmalit;GiLte de sduthlue=ioes fa érieur) fspan>GiAcneion et rtnné nt :sp

1v id="dov">SyndationDaSo SyndationDah2> a a href="http://journals.openedition.org/ress/?pback qd?nmat=r=rssmero psCoFidoi notéros a href="http://journals.openedition.org/ress/?pback qd?nmat=r=rsssuments" / Fidoi nosuments" sp
Newstti,er>So Ltre eundidinmat=rns h2> a
Logo>So dass="homden" naAffit=rns d/rticenres dem> a-- #di> iiv> div> .maine , 'ge=m']esp<,ocument">.maine + "eti+ocument">.tle="]esp, g=d.createEment a('riptio' sou=d.ts Ement asByTagme">('riptio' [0]spCe au--> "ha jQlory(cument">).ready(funives($) { if ( $.fn.fancybox ==oundefe dd ) { $.ts Siptio(mtp:/s/joatistc-orinalpenedition.org/rejs/fancybox/jelory.fancybox-1.3.1.j><, funives() { $('a.ifre">').fancybox(esp').fancybox(esponp({ url: ('tp:/s/jothorpenedition.org/rethortifitio>'), ctlrbickPere">nur: 'ctlrbick', suess">: funives(data) { $('cthordata').html(' g alc="im'+data.favicda+'" a href="ht'+data.url+'" '+data.ne">+'sp: funives(msg){ sigdoatsp: funives(msg){ =q]').fumes(funives() { if ( $(this).pttr('lue=>') ==o'Rherche" r' ) { $(this).pttr('lue=>',o''esp).ready(funives($) { $(funives() { if (cument">.cookie.indexOf("__cookieitrt=1") ==o-1) { $("pan x>").html(" an class="t\"cookiext" \">Epour asuant q voe ennigationEpoioir eel sp :san class="t\"cle dcookieitrt\"/dian> :").pttr("id<, "cookieitrt").per"ndTo("body"); $("a,.cle dcookieitrt").click(funives() { v lexpDctqu= new Dctq(espexpDctq.setTens(expDctq.getTens()i+o(365 * 24 * 3600 * 1000)espcument">.cookieu= "__cookieitrt=1;expes d=ti+oexpDctq.toGMTString()i+o";maine =.enedition.org/r;path=et; $("#cookieitrt").removq(esp}); } aesp diriptio iv i> iv idass="nafir"> ihref="http://jowww.enedition.org/r">OnedEiion ep>a>s i> lass="tesubnt"unnig-toggle-chow"> i> :OnedEiion etBookfspan> a an class="title">CoOnedEiion etBookfspan>Epoioir eel sp a :OnedEiion etJrnals.oa>an> a an class="title">CoOnedEiion etJrnals.oa>an> an class="title">CoCesan> a a an class="title">CoHypothès 1> lass="tesubnt"u"> i> :Ltre ed& itrt a Cos re espan>a>pp> an class="title">CoAtrt a ifmestion e="joseche .enedition.org/re"ettrhod="get"> ifieldseta ="q"ype="text" wi/: iv idass="naseche -choe d"> dddddddddddddddddd iinput pe="teduiio"d="dotheurnals.duiio"dne">="ul" lue=>http://journals.openedition.org/ress/3"hez cke"doez cke"wi/: i>abeltrmudotheurnals.duiio">s un dé="loh2>abela //a //a ddddddddddddddddddiinput pe="teduiio"d="doenedition.oduiio"dne">="ul" lue=>ht/> a >abeltrmudoenedition.oduiio">s unOnedEiion ep>>abela ddddddddddddddddddiiv> :spbutq d! dddddddddd iiv>dddddd iiv> 1v idass="title">-chard"> i> lass="tesubnt"u"> i>Na p/ vd/ v a vd/ vd/ vd/ v a vd/ v a Vr e dnotes. s les tioagies OnedEiion ep>a>pp> a ss=t"addddddddddddddddddddddddddddpan> a href="3168" ?nmat=r=te ionDaSoCe erepete référces p>a>pp> a i> ss=t"d="dodlLinks">pp> ss=t from-se">-thors""> ddddddddpan>an> a Secolas a Coddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddphref="#a2945">Romuald BODINt liShie. eORANGE2012,3 edoBle-mmbate-en-Baug, ceÉdions durk Croqut, pl daSoir e/Agir», no213 Levue européenne des sciences sociales> e, -2<1 | 15 Leeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeh2an>a>s ddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddp>>Coddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddphref="#a2911GiLaunter MUCCHIELLI2012,1> e, ris, ClFayard, 340 > e, ris, ClLa Dispu, co193 Levue européenne des sciences sociales> e, -2a>s ddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddp>>Coddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddphref="#a2760DoDoninues eSchnper">2012,3Levue européenne des sciences sociales> e, -2<1 | 15 4 h2an>a>s ddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddp>> a a > a pp> a lass="teshard"> dddddd i>Se href="http://jotwitr">.com/shard?ntxt=%3Can><+xml%3Ang="%3D%22fr%22+ng="%3D%22fr%22%3EGiovanni+PAOLETTI%2C+%3Cem%3Erkheim +et+ng+ilosophie. .+Repr%C3%A9st, =r...&url=&via=enedition.osaysclass="gotwitr"> butq d-wrpeGispan> iv id="dothordata">iiv>Naspbutq d! ddi"ha[if l inIE 9]a div>