Navigation – Plan du site
Les symboles et les choses: une approche anthropologique

Éléments pour une anthropologie de la présence

Materials for an anthropology of presence
Francis Affergan
p. 17-49

Résumés

À partir des recherches ethnographiques sur certaines sociétés et cultures tout autour de la planète, je plaide pour la construction d’une anthropologie de la présence. Chez les Samoans, les habitants de la Lucanie d’Italie du Sud, les Runa d’Amazonie occidentale et les Korowaï de Papouasie Nouvelle Guinée, l’anthropologie travaille sur des choses et des objets dans leur manifestation même et selon les modalités de leur apparition. J’étudie certaines thématiques pour nourrir mes hypothèses : la quotidienneté et l’ordinaire de la vie, la spatialisation de la chair, la facticité des corps et des actions en l’absence d’un cadre symbolique, etc. Je m’emploie à expliquer si et comment une chose peut avoir un sens sans une intention symbolique. Qu’est-ce qu’un monde dans sa présence même sans un arrière-monde ? Comment la présence des choses confère une signification sans recours à la référence ? Cependant, ces sociétés nous apprennent aussi que la présence s’obtient par le déchirement et la division. C’est vers une anthropologie de l’entrelacement des regards et des corps, des sensations et des sentiments que nous tournerons notre attention scientifique.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

1. De la présence
2. La proximité du lointain
3. De la sensibilité
4. L’espace est le temps
5. Au-delà du symbolique

Aperçu du texte

Une anthropologie réaliste consisterait à étudier les choses et les objets sous l’angle de la présence de leur manifestation, selon les modalités de leur apparition sensible. Or toute présence d’un monde implique une fragilité existentielle, à savoir celle de la perte, de l’abandon et de l’angoisse. Nous partirons donc de l’hypothèse ontologique selon laquelle les choses sont ce qu’elles sont non seulement en raison de leur identité propre, mais aussi et surtout, parce qu’elles rendent visibles les autres choses, sans pour autant s’assimiler à elles, cependant toujours avec le risque d’une déroute liée à un brouillage de leur eccéité (c’est-à-dire le fait d’être là, posé dans le présent).

Les symptômes sociaux et culturels, ce sur quoi nous travaillons dans un monde visible, loin de n’être que les signes d’un autre monde, seraient à examiner comme la structure fondamentale de l’expérience existentielle elle-même. En cela la présence confère un sens (Sinn : sens intentionnel) sans avo...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Francis Affergan, « Éléments pour une anthropologie de la présence », Revue européenne des sciences sociales [En ligne], 53-2 | 2015, mis en ligne le 15 novembre 2018, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/ress/3222

Haut de page

Auteur

Francis Affergan

Université Paris Descartes, CANTHEL
nagreffa"at"aol.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Librairie Droz

Haut de page