Navigation – Plan du site
Les symboles et les choses: une approche anthropologique

L’objet d’art africain contemporain  : présence et représentation

The African work of art : presence and representation
Thomas Fillitz
p. 99-117

Résumés

Tout objet d’art se présente d’abord dans son medium – peinture, installation, etc. – et c’est par celui-ci que nous percevons l’objet comme appartenant au domaine de l’art. Dans cet article, je me pencherai d’une part sur deux cycles de l’artiste ivoirien Théodore Koudougnon à travers leur combinaison particulière entre medium et image, et d’autre part sur le rôle du medium dans les productions culturelles de l’art africain contemporain avec l’exemple de l’institution de la Biennale de Dakar. J’argumenterai que c’est cette combinaison medium-image, et non leur séparation, qui permet d’élucider les entités spécifiquement artistiques.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

1. Ancrages théoriques
2. Théodore Koudougnon : les cycles « Signes allégoriques » (1996-1997) et « Expression bidonville » (1997)
3. L’institution Dak’Art et la production culturelle de « l’art africain contemporain »
3.1. Les comités de sélection et les statistiques d’artistes sélectionnés
3.2. Art africain contemporain : le médium et le symbolique
Conclusion

Aperçu du texte

Si nous parlons d’images en anthropologie, nous nous référons en général au domaine de l’anthropologie visuelle qui s’occupe par définition de questions de culture visuelle. Néanmoins l’anthropologie de l’art fut longtemps marginalisée au sein de l’anthropologie générale, fait que Howard Morphy et Marcus Banks (1999, p. 21) entendaient corriger en incluant celle-ci comme sous-discipline du domaine de l’anthropologie visuelle, et non la séparer comme une discipline indépendante.

Est-ce comme fait visuel général qu’il faut étudier l’œuvre d’art ? Ne risque-t-on pas d’en manquer sa spécificité ? Est-ce que la perception d’images du quotidien est équivalente à celle de l’image de l’objet d’art ?

En fait, plusieurs approches en anthropologie de l’art insistent sur la spécificité de la perception de l’objet d’art. L’anthropologie esthétique postule déjà la particularité de l’œuvre d’art, qu’elle voit dans les caractéristiques structurales de l’objet et non pas dans ses fonctions sociales ou...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thomas Fillitz, « L’objet d’art africain contemporain  : présence et représentation », Revue européenne des sciences sociales [En ligne], 53-2 | 2015, mis en ligne le 15 novembre 2018, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/ress/3302 ; DOI : 10.4000/ress.3302

Haut de page

Auteur

Thomas Fillitz

Université de Vienne
thomas.fillitz"at"univie.ac.at

Haut de page

Droits d’auteur

© Librairie Droz

Haut de page