Navigation – Plan du site
Varia

Performativite et autorealisation : le cas de la finance

Performativity and self-fulfillment : the case of finance
Nicolas Brisset
p. 37-73

Résumés

On revient dans cet article sur l’importance potentielle du concept d’auto-réalisation dans le cadre des études relatives à la performativité des théories économiques. Considérer l’autoréalisation comme une condition nécessaire (mais non suffisante) pour qu’une théorie économique puisse participer à la construction du monde social permettrait en effet de penser avec plus d’acuité les échecs performatifs. On tentera d’attirer l’adhésion du lecteur par la force de l’exemple en revenant sur un cas emblématique de la sociologie performativiste : celui de l’influence sociale des équations de Fisher Black, Myron Scholes et Robert C. Merton (dit « modèle BSM ») sur la constitution de la bourse d’options de Chicago (Chicago Board Options Exchange). À rebours des idées reçues, on montrera alors que, dans ce cas précis, le modèle BSM ne s’est nullement autoréalisé.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

1. Pricing et performation des marchés financiers
2. Contre-performativité ?
3. Norme stochastique et résistance du phénomène financier
3.1. La construction d’une représentation : normalisation et « martingalisation »
3.2. Les justifications théoriques de la marche aléatoire
3.3. Une répartition gaussienne des fluctuations de cours
4. Phénomène leptokurtique et limite du pouvoir performatif du modèle BSM
4.1. Expliquer la leptokurticité, nuancer la performativité
4.2. Leptokurticité et lois α-stables : deux types de justification
4.3. Une explication endogène de la leptokurticité : la théorie des bulles rationnelles
4.4. Le spéculatif et le fondamental
5. BSM : un modèle performatif ?
Conclusion

Aperçu du texte

Les conventions sont, si l’on peut dire, des conventions par convention ou par décret, mais elles ne sont pas pour autant vraies simplement par convention ou par décret. (Bouveresse, 1987, p. 99)

Cet article fait partie d’un ensemble de travaux ayant pour ambition d’examiner la notion de performativité des théories économiques (Brisset, 2011 ; 2012a et 2012b ; 2013 ; 2014a, 2014b et 2014c ; 2015 ; 2016a et 2016b), notion prenant forme à partir de l’affirmation de Michel Callon : « La science économique, au sens large du terme, performe, modèle et formate la réalité, plutôt qu’elle n’observe la manière dont elle fonctionne » (Callon, 1998, p. 2).

Ces travaux ont été l’occasion de développer une théorie de la performativité principalement focalisée sur ses échecs potentiels. Empruntant la notion de performativité à la philosophie du langage de John Austin, cette grille d’analyse repose sur l’idée qu’un certain nombre de conditions doivent être remplies pour qu’une théorie modèle le mon...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicolas Brisset, « Performativite et autorealisation : le cas de la finance », Revue européenne des sciences sociales [En ligne], 54-1 | 2016, mis en ligne le 15 mai 2019, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/ress/3445

Haut de page

Auteur

Nicolas Brisset

Université de Nice Sophia Antipolis – GREDEG
nicolas.brisset"at"unice.fr

Articles du même auteur

  • Polanyi ou la science économique vue comme une institution influençant l’évolution des systèmes économiques
    Paru dans Revue européenne des sciences sociales, 50-1 | 2012
Haut de page

Droits d’auteur

© Librairie Droz

Haut de page