Navigation – Plan du site
Les usages sociaux des sciences du vivant

Genèse et réception de la théorie de la dégénérescence

Contribution à l’analyse des conditions de succès d’une idéologie scientifique
Genesis and reception of the degeneration theory : a contribution to the analysis of the success conditions of a scientific ideology
Patrice Pinell
p. 183-200

Résumés

Avec sa théorie de la dégénérescence, l’aliéniste Bénédict Augustin Morel proposait un cadre théorique d’interprétation de la maladie mentale qui allait devenir, pendant trois quart de siècle, l’idéologie scientifique dominant la pensée sur les causes de la folie. Partant de l’hypothèse que le succès rencontré par cette théorie réside dans les solutions conceptuelles et dans les perspectives pratiques qu’elle propose pour résoudre la crise que connaît alors le monde de la psychiatrie, cet article explore deux lignes de recherche. La première s’attache à comprendre en quoi sa théorie renouvelle l’approche de la folie et pourquoi elle est reçue dans le champ médical comme une contribution de premier plan à la psychiatrie. La seconde s’intéresse à Morel en tant qu’agent producteur, pour identifier les propriétés sociales attachées à sa personne, susceptibles de lui conférer une autorité médicale telle que son discours soit reconnu comme une œuvre scientifique majeure.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

1. La théorie de la dégénérescence comme produit d’une trajectoire et d’un état du champ
2. Mettre de l’ordre dans le fouillis des causes
3. La prédisposition héréditaire comme principe organisateur
4. Un renouvellement de la pensée sur la folie et sur l’hérédité morbide

Aperçu du texte

Les débats qui animent, depuis un certain temps déjà, le sous-champ de la psychiatrie, semblent redonner un regain d’actualité à la théorie de la dégénérescence élaborée au milieu du xixe siècle par l’aliéniste Bénédict Augustin Morel. Celle-ci, exposée dans deux ouvrages complémentaires, le Traité des dégénérescences physiques, intellectuelles et morales de l’espèce humaine en 1857 (TD) et dans le Traité des maladies mentales en 1860 (TMM), développe une conception résolument organiciste de la folie et accorde un rôle central à la notion de transmission d’une prédisposition héréditaire. Elle inaugure une approche de la causalité qui, refusant l’opposition de l’inné et de l’acquis, fait de la folie la résultante d’un processus au cours duquel, causes physiques, causes morales et prédisposition héréditaire combinent leurs actions. La volonté qui anime Morel de « répondre dans la limite de mes forces, aux aspirations scientifiques de l’époque de progrès où nous vivons » et l’ambition ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Patrice Pinell, « Genèse et réception de la théorie de la dégénérescence », Revue européenne des sciences sociales [En ligne], 54-1 | 2016, mis en ligne le 15 mai 2019, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/ress/3507 ; DOI : 10.4000/ress.3507

Haut de page

Auteur

Patrice Pinell

CNRS, Paris / Université Paris 1– CESSP
patrice.pinell"at"cse.cnrs.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Librairie Droz

Haut de page