Navigation – Plan du site
Varia

Enquête sur la jeunesse étudiante de Le Play

Apprentissage scolaire et imprégnation saint-simonienne (1824-1832)
The young student Le play : An inquiry on his academic training and his saint-simonian impregnation (1824-1832)
Antoine Savoye
p. 171-209

Résumés

Pierre Guillaume Frédéric Le Play (1806-1882), après une période d’oubli, a retrouvé sa place au panthéon des sciences sociales. L’originalité de sa méthode d’enquête, formalisée dans les monographies de familles ouvrières, est reconnue. Les applications de cette méthode, soit par Le Play, soit par ses élèves, ont donné lieu à des ré-évaluations critiques, ouvrant la voie à une actualisation possible. Dans l’attente d’une biographie générale à la mesure du personnage, des vues d’angle sur différents moments de son existence viennent nous éclairer sur les conditions et les circonstances qui ont présidé aux élaborations méthodologiques et théoriques de l’auteur des Ouvriers européens (1855). Dans une perspective de mise en contexte biographique de l’œuvre de Le Play, nous nous proposons ici de revenir sur sa formation intellectuelle initiale alors qu’il est encore étudiant à Paris à la veille de son entrée dans la carrière d’ingénieur. Il en ressort un portrait rectifié du jeune Le Play qui permet de mieux saisir comment il s’est confronté aux idées nouvelles, en particulier au saint-simonisme, sans jamais les adopter tout à fait, mûrissant une œuvre personnelle et originale.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

1. Au coeur du Quartier latin
1.1. Le collège royal Saint-Louis et la préparation à Polytechnique
1.2. Un rapport ambivalent à Polytechnique
2. Un élève-ingénieur à la découverte du monde social
2.1. L’École des mines et sa pédagogie active
2.2. Le Hartz, première expérience de terrain
2.3. Un accident providentiel ?
3. Un non-dit, les sympathies saint-simoniennes
3.1. Un engagement tardif
3.2. Chevalieriste plutôt qu’enfantiniste
3.3. Une imprégnation à longue portée
Conclusion : Le Play « déromancé » ?

Aperçu du texte

« La biographie d’Auguste Comte, c’est la vie de Comte romancée par Comte et déromancée par l’histoire »

Henri Gouhier, avant-propos, Vie d’Auguste Comte (1997, p. 15)

1. Au coeur du Quartier latin

Poursuivre des études supérieures après un baccalauréat obtenu à Rouen en 1822 signifie pour Le Play retrouver Paris qu’il avait connu enfant à la fin de l’Empire. L’ambiance n’y est plus la même, surtout pour un jeune homme – il va sur ses 18 ans – qui s’installe au Quartier latin. On y débat en permanence du régime politique et des systèmes philosophiques et religieux. Les libéraux, partisans de la charte, s’opposent aux représentants d’un pouvoir qui incline vers une monarchie de plus en plus autoritaire. La religion est moquée par une partie de la jeunesse qu’on dit voltairienne à l’instar de ses aînés. Les souvenirs de la Révolution et de l’Empire comme ceux de l’Ancien régime agitent les esprits (Caron, 1991 ; Goblot, 1995). C’est dans ce climat effervescent que se trouve plongé le jeu...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Antoine Savoye, « Enquête sur la jeunesse étudiante de Le Play », Revue européenne des sciences sociales [En ligne], 55-2 | 2017, mis en ligne le 15 décembre 2020, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/ress/3929 ; DOI : 10.4000/ress.3929

Haut de page

Auteur

Antoine Savoye

Université Paris-8 Vincennes-Saint-Denis, CIRCEFT
Asavoye"at"univ-paris8.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Librairie Droz

Haut de page