Navigation – Plan du site
3. La précaution in vivo

Rationalité économique et logique de précaution : quelle compatibilité ?

Pascal van Griethuysen
p. 203-227

Texte intégral

Introduction

  • 1 Voir Griethuysen, « Pour une approche évolutive de la précaution », dans ce volume.

1Dans notre article précédent1, nous avons proposé de considérer les situations de précaution comme résultant d’interactions homme-nature particulières, caractéristiques de la civilisation industrielle avancée, où le développement technologique contemporain brouille toujours davantage les pistes tracées par l’évolution naturelle, entraînant l’homme toujours plus loin dans l’inédit, l’incertain et l’inconnu. En réponse à cette évolution technologique préoccupante, nous avons préconisé une action sociale reposant sur la prudence et la responsabilité, sélectionnant, parmi les multiples potentialités technologiques, celles qui privilégient le maintien des conditions écologiques et le renouvellement des potentialités humaines.

2Dans le cadre de cet article, nous soutenons pourtant que l’établissement d’un régime institutionnel ancré sur la précaution, aussi souhaitable soit-il, est confronté à de puissants obstacles institutionnels et technologiques, et que ces obstacles sont intimement liés aux fondements institutionnels de l’économie capitaliste, les titres de propriété. En effet, alors que la mise en œuvre d’une politique de précaution correspond à privilégier, dans la hiérarchie de valeurs d’une société, le maintien des conditions écologiques et le renouvellement de la société, la rationalité économique de l’économie de propriété consiste à reléguer à l’arrière plan les considérations écologiques et sociales, et d’orienter l’organisation sociétale, et tout particulièrement les potentialités technologiques, sur la base de critères d’évaluation monétaire et de rentabilité marchande.

  • 2 Au sein de la Biosphère, il n’existe pas de frontière absolue entre les processus qui s’y produisen (...)

3La prise en compte de la coexistence de deux hiérarchies de valeurs à priori contradictoires nous semble constituer une source d’interprétation intéressante de la divergence existant entre le type de réponse sociale requise par les situations de précaution (la « réponse sociale adaptée ») et les modalités des réponses effectivement entreprises par les sociétés contemporaines face à l’occurrence de situations de précaution (la « réponse sociale adoptée »). Pour évaluer le bien-fondé de cette proposition, nous allons étudier le type de réponse adoptée face aux situations de précaution (section 1) avant de présenter la hiérarchie de logique particulière d’une économie de propriété (section 2).

1. La réponse sociale adoptée face aux situations de précaution

4Inspiré par la philosophie pragmatique de Char