Navigation – Plan du site

L’éblouissement de Naples1

Giovanni Busino
p. 97-100

Texte intégral

  • 1  Discours lu à l’occasion du 80e anniversaire d’Alain Dufour, le 12 juillet 2008, au cours de l’« A (...)

1A la mi-novembre de l’année 1955, deux Anglais, treize Italiens et deux Suisses nous retrouvâmes à Naples en tant que boursiers de l’Institut italien pour les études historiques. Logés dans des minuscules cellules, toutes contiguës, d’un pensionnat de l’Ordre de Malte situé dans le vieux quartier espagnol, nous formâmes assez vite une communauté de vie et de travail. Le récit des sept mois vécus ensemble, des matinées passées à travailler dans la Bibliothèque de Croce, des séminaires de l’après-midi dans le majestueux Palazzo Filomarino, des discussions poursuivies jusqu’aux heures les plus tardives, des concerts au Conservatoire de San Pietro a Maiella, des représentations aux théâtres San Carlo et San Ferdinando, des conférences à l’Institut français de culture et ailleurs, des excursions en fin de semaine, – ce récit a été rédigé par Renzo De Felice et Piero Melograni et se trouve dans le livre La scuola di Croce, paru à Bologne en 1992. Aux pages de ces deux éminents historiens ainsi qu’au témoignage (Studenti di Federico Chabod) que Melograni a publié en 2002 (dans Renzo De Felice. Studi e testimonianze, a cura di L. Goglia e R. Moro, Roma, Edizioni di storia e letteratura, 2002, pp. 101-108), je ne puis ajouter que quelques bribes de souvenirs personnels.

2Tous nos collègues, à l’époque, étaient des adeptes du matérialisme historique, certains aussi des militants communistes. Pour eux l’engagement politique était le seul moyen pour accélérer le passage du royaume de la nécessité à celui de la liberté, pour favoriser l’éclosion d’une société meilleure de celle capitaliste. Nos premières discussions furent rudes, hérissés, agressives. Au moment de la présentation des projets de recherche personnels, les quatre boursiers non marxistes fûmes critiqués sèchement. Pour les collègues, nos recherches étaient une apologie de la classe dominante et en plus elles dissimulaient la défense du système capitaliste. L’excès de nos réactions déchaina des ripostes virulentes, apaisées seulement en partie par la sérénité et le calme de la réplique d’Alain Dufour. Celui-ci expliqua que pendant la guerre de 1559-1593 entre la Maison de Savoie et la Seigneurie de Genève les structures économiques ou géographiques, symboliques ou sociales avaient été importantes. Cependant leur rôle avait varié dans le temps et selon les conjonctures. La causalité protéiforme oblige, par conséquent, l’historien à faire des choix et à établir des hiérarchies, à prendre acte qu’à l’origine d’un conflit de 34 ans, il y a eu des individus capables d’affronter les pesanteurs, de créer dans le flux du monde d’infinies bifurcations, de maîtriser ou de contourner des initiatives imprévisibles et inopinées, de modifier, de proche en proche, le cours des choses, de faire, en somme, de la politique. L’histoire ne change jamais d’elle-même, elle n’est pas déterminée par des lois ou des structures, elle est l’œuvre d’hommes, de leurs idées-forces.

3Le climat fortement idéologique pendant nos premières semaines napolitaines se décanta au fil des séminaires, des discussions et des rapports que nous établissions peu à peu entre nous. Les séminaires de Federico Chabod étaient, assurément, les moments forts de chaque semaine. Nous les suivions dans un silence absolu, subjugués par ses façons de décrire et d’argumenter, par la finesse et la complexité de ses analyses. Ses exposés, construits avec une maestria exemplaire, fondés sur une grande variété de documents, fournissaient en même temps l’état des questions et des interprétations. Chabod revenait régulièrement sur les questions de périodisation, de transition d’un type de société à un autre, sur le dilemme de la continuité ou de la rupture, sur la spécificité des contextes historiques. Il attachait beaucoup d’importance aux idéologies en tant que représentations ou reflets de la réalité économique et sociale, mais pour lui l’histoire véritable restait l’histoire politique. Sa conception du rôle de Maître lui empêchait d’établir des rapports familiers avec nous les disciples et pourtant il suivait de près la progression de nos travaux, valorisait, avec un doigté subtil, nos enthousiasmes et ambitions, s’intéressait à notre confort matériel, à nos soucis personnels. Pour lui toutes les occasions étaient bonnes pour nous rappeler, avec sa voix suave de baryton, que le travail du chercheur est harassant, qu’il faut le pratiquer avec rigueur, humilité et désintéressement, qu’il est impératif de se méfier des philosophies de l’histoire et de la politisation du travail historiographique. Il soulignait les bienfaits d’une historiographie désenchantée, non militante, éclectique, empirique, narrative, un peu moins dramatique de l’histoire éthico-politique de Benedetto Croce et totalement différente de celle partisane d’Antonio Gramsci.

4A la fin de chaque séminaire, les discussions s’enflammaient, les suggestions fusaient et les doutes sur nos certitudes d’autrefois jaillissaient. Giovanni Pugliese Carratelli et Alfred