Navigation – Plan du site

La Fable des abeilles de Bernard Mandeville

L’exploitation de son prochain comme fondement de la civilisation
Hervé Mauroy
p. 83-110

Résumés

Dans les textes rassemblés dans la Fable des abeilles, Bernard Mandeville a proposé une théorie de l’évolution culturelle en s’inspirant des selfish systems of morals du xviie siècle (La Rochefoucauld, Esprit, Nicole, Bayle…). Il y explique que les gens poussés par les « plus méchants » ont mis sur pied une superstructure morale et juridique qui, en les poussant à collaborer entre eux, a créé et fait progresser la civilisation. Cet article vise d’abord à explorer spécifiquement le rôle joué par les « pires des hommes ». Mandeville a proposé pour ce faire une ingénieuse argumentation théorique à partir de l’idée selon laquelle la plupart des mandatés et mandataires ne cessent pas de chercher à se berner les uns les autres du fait de l’existence entre eux d’asymétries informationnelles.

Haut de page

Texte intégral

It is to no purpose that the proud and unfeeling landlord views his extensive fields, and without a thought for the wants of his brethren, in imagination consumes himself the whole harvest that grows upon them [...] They are led by an invisible hand. (Adam Smith, The theory of the moral sentiments.)

Il fallut, pour son avantage, se montrer autre que ce qu’on était en effet. Être et paraître devinrent deux choses tout-à-fait différentes; et de cette distinction sortirent le faste imposant, la ruse trompeuse. (Jean-Jacques Rousseau, Discours sur l’origine et les fondements de l’inégalité parmi les hommes.)

  • 1 Cet article s’appuie sur l’ensemble des textes relevant de La Fable des abeilles. La Fable des abe (...)

1Bernard Mandeville (1670-1733), « analyste» des motivations intérieures des actions humaines (psychiatre de profession) et amateur des raisonnements menés sur la base de Fables (ayant fait publier par exemple dans sa jeunesse ses traductions en anglais de La Fontaine), est célèbre aujourd’hui pour la tentative de démonstration réalisée dans son poème La ruche mécontente, ou les coquins devenus honnêtes et dans les textes additionnels intégrés ensuite dans la Fable des abeilles: le vice conduit les sociétés humaines à l’efficacité collective. Le poème décrit en particulier des abeilles dans une ruche qui ont désiré supprimer toute l’abjection présente en son sein et finissent par se rendre compte qu’en procédant ainsi, elles ont ruiné leur société: rendues prospères par leurs vices, elles sont devenues pauvres en tentant de devenir vertueuses. Devenu célèbre par ses provocations (voir, l’incorporation de son Essai sur la charité et les écoles de charité dans la Fable) après une longue période d’indifférence à son endroit, Mandeville1 a bénéficié ensuite d’une étrange postérité car, même si sa vision noire de la nature humaine n’a jamais cessé d’être décriée à juste titre, il s’est trouvé rapidement considéré comme un « théoricien» dans le cadre de courants de pensée divers (Carrive, 1980). Il présente notamment la particularité d’être appréhendé depuis Hayek (1966) comme le premier grand théoricien de la formation d’un ordre spontané en précédant alors David Hume (Némo, 1988, Le Jallé, 2003) après avoir été considéré comme ayant fourni paradoxalement les outils logiques ayant servi de base à l’utilitarisme (avant Hume et Helvétius selon Bentham).

  • 2 Le principe que Mandeville défend est, pour les premiers tenants de l’utilitarisme (en notant qu’i (...)

2Si Mandeville est considéré avec autant d’intérêt, c’est sans doute car sa vision des fondements de la civilisation n’a jamais cessé de « troubler». Derrière ses propos provocateurs, Mandeville s’est interrogé en effet avec causticité sur les mécanismes à l’origine de la formation de la superstructure morale et juridique que les hommes ont mis en place pour parvenir à « coopérer». Il a proposé dans ce cadre une première thèse, fort célèbre, suggérant que les hommes, grâce à leurs « défauts» (l’orgueil qui pousse à désirer être applaudi et la volonté de maximiser son utilité en particulier), sont parvenus à se réguler pour se comporter « comme il faut» et ainsi à « collaborer» entre eux dans un avantage soi-disant commun. Ce premier niveau de raisonnement, qui ne présentait en son temps rien de vraiment original, s’est avéré ensuite retourné par les Lumières (Hume et Helvétius au premier plan), puis par les utilitaristes2. Mais ce qui fait son véritable intérêt est qu’il a développé aussi de façon sous-jacente une seconde thèse bien plus féroce suggérant que ce processus d’autorégulation s’est fait en grande partie à l’instigation des « pires des hommes», ces derniers cherchant continuellement à se servir de la morale créée artificiellement pour pouvoir exploiter leur prochain et ayant pour cette raison participé grandement à son institution. Ce second aspect de la pensée mandevillienne, qui sera repris par Rousseau (la vision opposée qu’ils ont quant à la fonction de la pitié ne devant pas induire en erreur), combattu par Hume (ce qui constitue peut-être la clé de l’opposition farouche entre ces deux derniers) et qui ne peut pas être passé sous silence chez ceux qui veulent comprendre le concept de « main invisible» chez Adam Smith, est pourtant comme placé à l’index. Sa prise en compte nécessite en effet de comprendre que, dans la civilisation qu’il décrit, la plupart des hommes ne cessent pas de se berner les uns les autres du fait de l’existence entre mandatés et mandataires d’asymétries informationnelles (ce qui fait de Mandeville une sorte de précédent à ceux qui examinent aujourd’hui la relation principal-agent) et qu’il raisonne sur cette base sur les mêmes sortes de fables que celles retenues aujourd’hui par les théoriciens des jeux. Cet article vise à partir de ce constat à présenter le rôle des « plus méchants» dans la théorie de l’évolution culturelle dressée par Mandeville pour préciser quels sont pour lui les fondements cachés de la formation de la civilisation.

La distinction du « vil» et du « noble» comme principe de régulation sociale

  • 3 Pour créer leurs propres systèmes, les théoriciens français des Lumières tels qu’Helvétius se sont (...)

3Pour apprécier le système de Mandeville, il est d’abord impératif de garder à l’esprit que le courant du pessimisme augustinien dont il relève avec par exemple La Rochefoucauld3, Esprit, Nicole… ne cessait pas au xviie siècle sur un mode religieux ou moqueur (Lafond, 1990) d’expliquer que les hommes « déchus» pouvaient quand même se comporter d’eux-mêmes apparemment « comme il faut» en étant portés en vérité par un amour-propre « régulé», donc par la volonté de maximiser leur utilité à long terme et le désir d’être estimés pour cela, ainsi que le dessein d’exploiter leur prochain:

Ce que nous prenons pour des vertus n’est souvent qu’un assemblage d’intérêt que la fortune ou notre industrie savent arranger. (La Rochefoucauld, Maxime 1, p.75)

  • 4 Le terme intérêt a ici deux sens potentiels (d’une part intérêt matériel, d’autre part intérêt de (...)

Ce que les hommes ont nommé amitié n’est qu’une société, qu’unménagement réciproques d’intérêts4, et qu’un échange de bons offices; ce n’est enfin qu’un commerce où l’amour-propre propose toujours quelque chose à gagner. (La Rochefoucauld, Maxime 83, p.90)

Depuis que l’amour-propre s’est rendu le maître et le tyran de l’homme, il ne souffre en lui aucune vertu ni aucune action vertueuse qui ne lui soit utile, et qu’il les emploie toutes à faire réussir ses différentes prétentions […] Ainsi, ils ne s’acquittent ordinairement de tous ces devoirs que par le mouvement de l’’amour propre et pour procurer l’exécution de ses desseins. (Esprit, La fausseté des vertus humaines, Préface)

Quoiqu’il n’y ait rien de si opposé à la charité qui rapporte tout à Dieu, que l’amour-propre qui rapporte tout à soi, il n’y a rien néanmoins de si semblable aux effets de la charité que ceux de l’amour-propre. Car il marche tellement par les mêmes voies, qu’on ne saurait presque mieux marquer celles où la charité nous doit porter, qu’en découvrant celles que prend un amour-propre éclairé, qui sait connaître ses vrais intérêts; et qui tend par raison à la fin qu’il se propose. (Nicole, De la charité et de l’amour-propre, p.381)

4Bayle, qui peut être appréhendé comme un préalable « oublié» des théoriciens de la formation d’un ordre moral et juridique spontané, expliquait à la même époque sur un mode différent qu’une civilisation composée d’athées ne différerait pas sur le plan des actions civiles et morales d’une société de chrétiens grâce notamment au sens de l’honneur:

On voit à cette heure combien il est apparent qu’une société d’Athées pratiquerait les actions civiles et morales aussi bien que les pratiquent les autres sociétés, pourvu qu’elle fit sévèrement punir les crimes, et qu’elle attachât de l’honneur et de l’infamie à certaines choses... (Bayle, Pensées diverses écrites à un docteur de Sorbonne à l’occasion de la Comète qui parut au mois de décembre 1680, Pensée 172, CLXXII, p.48-52)

  • 5 Sur les deux camps en présence au début du xviiie siècle, voir Hutcheson (1728), grand détracteur (...)
  • 6 Hume, qui se situe entre le camp « égoïste » allant de Hobbes à Mandeville et celui « bienveillant (...)

5Imprégné par ces divers selfish systems of morals, Mandeville a tenté alors d’expliquer dans les textes associés à son célèbre poème comment les hommes ont pu créer de proche en proche une civilisation aussi noire que celle décrite par La Rochefoucauld et Esprit tout en s’avérant performante sur le plan de l’efficacité collective et a créé de cette façon une véritable théorie de l’évolution culturelle. L’auteur de la Fable des abeilles était motivé alors expressément en ce début du xviiie siècle par la volonté de se moquer des premières Lumières « sentimentales5», en particulier Shaftesbury (1671-1713) qui faisait de la « sympathie» (définie alors comme une sorte d’amour de l’humanité6) le fondement de la tendance des hommes à collaborer entre eux et de cette façon de la civilisation, sachant qu’il raillait aussi le « sens du devoir» dont parlait Cicéron quand il se référait à la philosophie antique et à tous ceux qui s’en sont inspirés.

6Pour construire sa théorie, Mandeville part de l’idée commune en son temps et qui sera reprise par l’utilitarisme selon laquelle les gens apprennent par leur éducation et leur formation à réguler leur orgueil pour parvenir à se comporter « comme il faut» dans l’intérêt collectif. Dans ses Recherches sur l’origine de la vertu morale que l’on peut appréhender comme le texte clé pour aborder sa logique, l’homme est présenté ainsi de prime abord comme un animal d’un égoïsme et d’une obstination, aussi bien que d’une ruse extraordinaires, mais qui peut dompter ses appétits, sachant qu’il est impossible par la violence seule de le rendre traitable. Il y explique que les gens à leur état naturel (avant la civilisation) aimaient trop le présent par rapport au futur et avaient ainsi une tendance à la non coopération systématique car ils n’étaient pas dotés en plus d’un orgueil éclairé: les « hommes sauvages» n’étaient pas vraiment capables de collaborer entre eux par intérêt car ils étaient obnubilés par la volonté de maximiser leur utilité à court terme. Les individus ont senti alors que le principal obstacle à la coopération dans leurs interactions était cette trop grande préférence pour le présent si bien qu’ils ont créé spontanément une superstructure morale et juridique poussant à dresser des collaborations durables entre eux.

  • 7 La distinction entre abject, low minded people et high-spirited creatures a été reprise (Carrive,  (...)

7Pour Mandeville, les gens en se servant des « lawgivers and other wise men » (qui sont l’émanation des hommes eux-mêmes en précisant aussitôt qu’ils sont poussés en grande partie par les « plus méchants» pour signer l’existence d’un second niveau de raisonnement) ont décomposé ainsi dans la nuit des temps l’humanité en deux sortes d’individus pour rendre les hommes utiles les uns aux autres aussi bien que dociles. Ces deux types sont d’une part les gens « vils» (abject, low minded people) uniquement préoccupés par la volonté de maximiser leur utilité à court terme et qui vont servir de repoussoir, d’autre part les gens « nobles» (high-spirited creatures)7 capables de freiner leur envie de maximiser leur utilité à court terme dans les domaines considérés comme bien en vertu de la superstructure morale mise justement en place par les « lawgivers and other wise men »:

L’une [classe] consistait en gens vils [souligné par nous], aux préoccupations basses qui, toujours à la recherche de jouissances immédiates, étaient totalement incapables d’abnégation, et qui, dénués de considération pour le bien d’autrui, n’avaient pas de but plus noble que leur avantage particulier. Ces gens-là, esclaves de la volupté, s’abandonnaient sans résistance à tous les désirs grossiers et ne faisaient usage de leurs facultés rationnelles que pour accroitre leur plaisir sensuel. Ces hommes-là sont le rebut de leur espèce.

Mais l’autre classe était faite de créatures nobles [souligné par nous], à l’esprit élevé, qui, exemptes d’un égoïsme sordide, voyaient dans la culture de l’esprit la plus belle possession et qui, connaissant leur vraie valeur, ne trouvaient de délices qu’à orner la partie d’eux-mêmes en quoi consiste leur excellence. Ces gens-là, méprisant tout daéfauts»-là, ostep"ens-u/a>.ostep"ens-u/a>.ostep"dansonncproevé,sonnencesias ctr">idl’orig tend par rion dancle exsot termeesprile partr les cssiers eque poartie d’e"ltr dr cetterchant c…] Ainsvs et ne form’y airien n délice froreration poume="prie antittequçonexploiteput pas le ptentiClvétiuhommes», cest tout d[place paentgislpos prt au uent leommes ]sonnediv ent oplacaçon une sm> a qui nees fondet ruie="pe, lde le,et à tous urd">Mode, vque leury /em leurà adre une l’autssi noire-cice qu’oire-ait àeconde ce p smbvenus brempl. (span>Pour Ma Dans ses Recherches sur l’origine de la vertu m, p.45381)

iraleDocrc…] Asqui socg’abanussiepiolenceux i d les céviqu, ns n’esbeauilipns euoitelhepose tis qumêchosuts»-g>1 [souligné entre eux.

qu’une set. Êes ené les pt dnecdéchus» ceuxmpêas dedceux qu sièmréuécédennd aspc’autsupations ibqujoue daéfauts qumêliontrouuxier le raisotérêt car ilstsPour Ma Dans ses Recherches sur l’origine de la vertu m, p.46-47381)

. Magueil qui and même se cet de cet but potsant auct

Pour Ma Dans ses Recherches sur l’origine de la vertu m, p.49 Préface)

5lbien con>5 b die d’,u devoir» dont parlai,cunes euoicavaienpar lrepoustemps l’con ir="ltr>Mais ine degulatipar préci1713) qu"ltr le pmque prrticulier S sociétcendrevaienpatammententinecdrcheee les gm>poe conAthées donna qui pcitig en véritmble dploitan> Le pririginaturglon as (span>Pour Ma DanC «on dtur2e des ii381)

pumberCr-proprp>7Pour ntanraleuratiosn systlLa faust que lee Mfdist appatiqu, ne trouDieu, que l’amo(gul appatiqu, ne tpe. L’ne désir i ne tendahelle. L’as prt s à lt de cns tur et avaiobnédgens pousserme et lsé pour dploiten(1671-aoià arut atse à orner lntes; et de cette die créée aristinctnction du «l» et du ’honneur:

.ostep"enein qu funese cos raie d’,u noire de noble l, se a pent àn (Ceovonsé="ltconstitue p b de b deropi s traxcomptpar leourr-proprcecint àeb defdistten prom pour stictebd’abnur stffte l’e mafau">Modeies ap cans uns ,l ensant i noiaeb dellefonsangroso denomfi court tea eur deopin civilltr">CeovonsL’nb die d’s (span>Pour Ma DanC «on dtures no Dan3e des ii113 Préface)

5381)

  • 6(...)

Ce que l’onSolle alorséveloppécréer de proche enion dmorale et adpte texte cppuyerures)erchesisernt i n (ce qui es; etrenipe de r la veen »:

Ibral rbnnt tabledamour qherde se bne sulttraxcomptpasa chariti d itionsfditioncution Ce que ltentiDeméprisant mtr">iothedes n lreilePour Ma DanC «on dtures no6 ii381)

La raison cachée de la formation de l’ordre moral et juridique : pouvoir exploiter son prociale

  • Vsiècl court par lecole, /em leuroen en vecupati sur lachire de la naturtu m, ut41, p.LXXII, p.225.>(...)
  • pumber Frs equeu51988l il relmatsane une dmmes-l="ens un ices; commes ont misnomie des ntlle raisspan>earrive,  (...)

1edrch appatiqu: le vsce notn pouintérêt cdir="théorie, Mnun ices; cavt néuécdn aussi e comment les hnt à st pnd, 1rtie d’e"ltucier le syeur vrcoes (ay orgpables de freiner leur envie de maximiser leur utilité à co(/a>.or et avaient roche une civan de le)oopéreaherte a pece d’un second, 1990) leur éntsanefeste, suggérant que ce procsancf) leur en vertu de la superstructuur prr le et uresL’exploitation de soourt trvant des « lawgivers and other wise me qu’ils sont poessitelitarithéorie, Mandepe bn des « pires l ensant i nommes», cesuction u dter us rmise julaborer x dans undeourdspan> La dinction duLXXII, p./LXXII, p.l» et du «andees pa> jun »:

Igul aursers qur». Il s place par/ des « lawgivers and otheduLu morae ruchalaéfursét cablirenda>qu’une sures6indees Mais snce es de quo/em>) unotn pores no Danme="pr,qujouedusià ctqr) qui frec (llièmanfen e uhalaéfua charité ebles d’ap cans uns ,lel’y ancet nuit, le désir esprid’qujllont llespe ne palprit qsolibrprar rion dmpter ses app bles [souligné ;] Asqui qumrds denttexte cppeter VICEméprisant ,n onna ratt llesgarde eux par me="prsa logique, noterttexte ode sfnirntula fosee mpter sesamposé ano; etni aucu> que lobnns u’à spril une est qu’unelconrimes, et s gmoitatielle. Lion nrien nes hols les uns oop Asqui qumrds denttexte qs’llonoseeVERTUésista etni aucuurt teae selon yran de lïste cherrlle parmpule si salution t origiffonsan sé pourdotn pous les uns ,roen eninatcr. Derrie sulttr véri aamb l’facultés r le désir tcendrevaienist a(span>Pour Ma Dans ses Recherches sur l’origine de la vertu m, p.43-47381)

  • 4 dans la le, il dans uasymétries infoscette basrs que l le(nce earrive,  (...)

6) le  rais en vertu de la superstructuur prr le et ignerade, voyaient dans la civileintérêt, cn est sexte od, 1990) d’ raisosexiem>, sachanas diversociés à son célèbon poème La ruche mécontente, ou les coquins devenus honnoopéthren, cécessite proposé dansur signer l’existenmte une créée artificl’orer cstance àsuel. CFable de,n oufri amino>De la( raépriermeespri devenuedceux laborer), rs coem>, sach eux es sont che qui dennlarité d êtr t Cicérori qsn nlppath alo la formrenexpliqu si le «n pouintérêt (ève avec paexte tenme decinvaienist coig, rbnexte tenapropotrouvaif gm>poqui irer eexte tenG (172elvdique le désir tcendrevae dÉ cl eexte tenju formrenexpliqu si le théorie ne ne sexte tenailye. L’ pourdtentff et ma, c
 pourdceux lartr il relpoussoir,soiouour pouvoir sbocodats e cns ctheder Esst l’i p smbille,t tout ginueurexte tenres faenein qttur il relit qugrit,)collect fourant i mel’yx dannspan>Pour sisla bs der sigvec pns s ront sentxistenenlunissatiêt l’ordsrisant tout eimposant tout eigner rdtentires d’asymétries informaturt terme’hui lns durabe que aui, conorie neeur ap capaerratsressém Hume (c quitue eleuraune adie natassemtencet cere sMandeville inspirés.

, sact artcérorinceux q qurist ie touteoop Aussantn ront seollaborer eente, lcollabpes sonunent quarr dge post bles quesatide,e époeportés en raiso (rori, la ron)exploce mat8l ) dmmes-as ioorte de rliledr) quelleeratidus ioput ’aun »:

. Mas; ce umremanteus ere u la,nassoc, iliesgarde s par lase mrati-telaro ve(span>Pour Ma DanLe Pdans rtu m, p.LXXII, p.3381)

tftn2sidenotes"> trsidenotes"> td, p. td, p. td,ussumbe="2", p.

/trsidenotes"> trsidenotes"> td, p. td, p. td, p.

td, p.

/trsidenotes"> trsidenotes"> td, p.

td, p.

td, p.

(DA*, DB*381)

/tdsidenotes"> td, p.

(-QA, SB381)

/tdsidenotes"> /trsidenotes"> trsidenotes"> td, p. td, p.

td, p.

(SA, -QB381)

/tdsidenotes"> td, p.

(α.FA, dir="ltr">α.FBxvispan>381)

/tdsidenotes"> /trsidenotes"> /tftn2sidenotes"> /ts la

régB)nt au ser lartrr espèce.

en dan="citation" SA, SB:crd daMarégA ( < p.LXXII, p. régB)nt aurdsatt (ci’exploiA ( < p.LXXII, p.loiB381)

en dan="citation" -QA, -QB:"iommjudipréférA ( < p.LXXII, p. régB)nessastrouvaif à la foB ( < p.LXXII, p.loiA381)

en dan="citation" FA, FB: gleurloiA ( < p.LXXII, p.loiB)nsi e comment l lssantn ri neunn r lartrr(l relα < 1 t 200no; ee rai/span>381)

en dan="citation" et: SA > DA > FA > -QA entSB > DB > FB > -QBhonneur:

»:

une vte lumbcing="0"

tftn2sidenotes"> trsidenotes"> td, p. td, p. td,ussumbe="2", p.

/trsidenotes"> trsidenotes"> td, p. td, p. td, p.

td, p.

/trsidenotes"> trsidenotes"> td, p.

td, p.

td, p.

(8A*, 8B*381)

/tdsidenotes"> td, p.

(-2A, 10B381)

/tdsidenotes"> /trsidenotes"> trsidenotes"> td, p. td, p.

td, p.

(10A, -2B381)

/tdsidenotes"> td, p.

(α.2A, dir="ltr">α.2Bxvispan>381)

/tdsidenotes"> /trsidenotes"> /tftn2sidenotes"> /ts la

  • C à tousvofauts»-Dnt acl comant une dutucier leait à la et ine’hui lil relmatéritable tsu euearrive,  (...)

, ataclser des colaboratiooefarouche me decinmaet.spiveic et m si mel’ynt misicicécessite ensant i nhaertnsd, 1rt s»inchmnist hant qumu us rmise ft pacoûtdennd trahiesgard>Mais (icicrouvait (c nl letts e nottr a r’)t Cicécien meluellem po« eet ceaturt td il masamptuhui lnsnoblpres nogesmes-ltadennlaact l la civun »:

en dan="citation" 8A + 8A/(1+r) + 8A/(1+r) iiαanumber.2A/(1+r) ii381)

en dan="citation" 8B + 8B/(1+r) + 8B/(1+r) iiαanumber.2B/(1+r) + dir="ltr">αanumber.2B/(1+r) ii381)

en dan="citation" l re: dir="ltr">α < 1 t 200no; ee ra   lffias deaden secl vrco Cicéciate,mticce a prop, et s ser des colaralexvispan>381)

ntérêtaur cemposant tout eigner rtanément une superstruct,our croe mate crsorutsaantm est appatiqutr larta vours coig, roqui irerront sentxist dnecssach eux es ise jusadist appa toujouias ssant tout dvqu’ilque tse à vour crni av’in entre eux.

Pour d diverst amspropoions baftinaunmsescidennué en vour croe mate,ssantn rollaborer eentx lartr isec 2tr i(y orgpoutesprdi egde se bêtret de cntugmt à paur ceur crr coqui) ft paarr duoicrlachire de nd aiduscle à la coonltcons i ne ité dvouéeen »:

) le neinusci se ces tr qunsulttraap capamentde qe poeux-maté tentiretard estvaienbnes cmoème coêtret de y orgstaas dednb secxns dtruiro ve(span>Pour Ma DanLe Pdans rtu m, p.LXXII, p.30-3381)

une vte lumbcing="0"

tftn2sidenotes"> trsidenotes"> td, p. td, p. td,ussumbe="2", p.

/trsidenotes"> trsidenotes"> td, p. td, p. td, p.

td, p.

/trsidenotes"> trsidenotes"> td, p.

td, p.

td, p.

(8A*, 8B*381)

/tdsidenotes"> td, p.

(-2A, 10B381)

/tdsidenotes"> /trsidenotes"> trsidenotes"> td, p. td, p.

td, p.

(10A, -2B381)

/tdsidenotes"> td, p.

(α.2A, dir="ltr">α.2Bxvispan>381)

/tdsidenotes"> /trsidenotes"> /tftn2sidenotes"> /ts la

»:

) unfeurloiprme lgde se buias se charitessé ve(span>Pour Ma DanLe Pdans rtu m, p.LXXII, p.32-33)r espèce.

une vte lumbcing="0"

tftn2sidenotes"> trsidenotes"> td, p. td, p. td,ussumbe="2", p.

/trsidenotes"> trsidenotes"> td, p. td, p. td, p.

td, p.

trsidenotes"> td, p.

td, p.

td, p.

(8A*, 8B*381)

/tdsidenotes"> td, p.

(-2A, 10B381)

/tdsidenotes"> /trsidenotes"> trsidenotes"> td, p. td, p.

LXXII, p.xvispan>381)

/tdsidenotes"> td, p.

(10A, -2B381)

/tdsidenotes"> td, p.

(α.2A, dir="ltr">α.2Bxvispan>381)

/tdsidenotes"> /trsidenotes"> /tftn2sidenotes"> /ts la

Le commes», ces(ève avec p,] Asqui rqann rollaborer r orgnd aui biendyee cfrez),méprieoogesmese qui dens pouri nie ur orgai iefaroprenr crs devenusen »:

Pour Ma DanLe Pdans rtu m, p.LXXII, p.30381)

une vte lumbcing="0"

tftn2sidenotes"> trsidenotes"> td, p. td, p. td,ussumbe="2", p.

/trsidenotes"> trsidenotes"> td, p. td, p. td, p.

td, p.

/trsidenotes"> trsidenotes"> td, p.

td, p.

td, p.

(8A*, 8B*381)

/tdsidenotes"> td, p.

(-2A, 10B381)

/tdsidenotes"> /trsidenotes"> trsidenotes"> td, p. td, p.

td, p.

(10A, -2B381)

/tdsidenotes"> td, p.

(α.2A, dir="ltr">α.2Bxvispan>381)

/tdsidenotes"> /trsidenotes"> /tftn2sidenote> /ts la

Mais «selead mnixn u be. reve(span>Pour Ma DanLe Pdans rtu m, p.LXXII, p.32381)

une vte lumbcing="0"

tftn2sidenotes"> trsidenotes"> td, p. td, p. td,ussumbe="2", p.

/trsidenotes"> trsidenotes"> td, p. td, p. td, p.

td, p.

trsidenotes"> td, p.

td, p.

td, p.

(8A*, 8B*381)

/tdsidenotes"> td, p.

(-2A, 10B381)

/tdsidenotes"> /trsidenotes"> trsidenotes"> td, p. td, p.

td, p.

(10A, -2B381)

/tdsidenotes"> td, p.

(α.2A, dir="ltr">α.2Bxvispan>381)

/tdsidenotes"> /trsidenotes"> /tftn2sidenote> /ts la

p), deu uges (d pa ité immlitaux), deudrchepluse(d pa ité d,somment ld pa tat), d parilye. so(nd gchosrnmaur arg, ns devenue rai, d pamment ld paaff et m (nd réslisse ces aff et m s ctuias r)ten seeet che d«senle «nist ussa àf véeiculémhrlabocomp Danlawgiv cesicécts dewien menres no»texte irerré a rce àsoir,somment lntugmt à pur crrias ssas. Sirsa-ment une supernarduissdistpai,tt cnsi e coe quetousgesbliantn rddsmapide dsl relrerrne crsor ne tpaopt i neatsedividusaalaéfulonttcompohmmrrilaftit»texte rer, neatcompscélà lae mnd gchosrr ne tpaoptitahe d pasrg, n. Pxte span>Pour Masa-ment une superstructngrodrr t et necssacsêtpaoptur ces) umien ynt mis ensant i e comembrrse end serspèsanhu nate.spnt udiantn re coe quetousrn ciantn ragiridxpliqusenle «nist ussa àf. Ctérêtaus cemposant toue arientmntuxtcompespri a asan e mdecssacsnriasircherchant continécetle">Le sohoitchs nraap cassacsné enirgstajo cr irerrt i e cosoir,s. Prcht i e coine pri tructàsoir,so et nre de masa char danu urid et ">m orgaie chmmod’ine end sergner de odnbmbrrr pamment leluelachin comp leu  pacomp emormir mldsmapiscret de douchà l reltousm orgaisPour Mashe me decinm,nspropoi,t uges,udrcheplus,orilye. s, mment ld paaff et mten nem h1

L pur cr nnda et m :iqus enfuneer rommsarvétuxtndevenuefdis iarrd dseloeve, cetn1">(h1blockquote>

Pouriécetamate.sur ceuaumien uirpiede ’rte civil la ci où nombrrr ey nndaine, la ronpur cr nnda et mel ceoinesae «fdist end sergner de od paasyms deatseformla cine masa llaborer. Pxte span>Pour Mas,somment ldei, lmene charitoeve, ce tr pontn ra mniorideàmenceserst poehoitpte saennsét. Dxplirt ioem une mien ymptuhui l,aspan>Pour etle et ineessited paslé t i nhaertnseri, lup, ce t’rte mencetarm de t néto etdist del nrp) umaximalldei,pre (qui,rm de)’honneur:

L pua s cgoan e menlée,as psfartaemm encrirtnmembrr ym’eefuorutve(span>Pour Ma DanLe Pdans rtu m, p.LXXII, p.3381)

lve="lmtruc exte le dobligif de apid pour dploinvble t fuir (nd épri pouri orgst à p enlan savblee cpamroet tm), atacler

rpPour rqui,rqésd aui uelloneive nn) le:] rtle et chmnist hant qu etsui liolfdist xplics eue eyndevenue671-lon rddstinésruellervf p enchs f de aanci exlartielleead mnfersnd aidusclmmunsoieuretrt iAsqui v uneroe aur cecons- ité saaft iésruelt tm ad mnfersnd stanc(cant iyrevfauts deore rte ftisruelmoqusrnmantosta cine) le neiShaftesburyrcae rte civil la ci pqésd uelinvoyse ces eun,somment ls pourm">m orgaisPour Mat iyfdisttr"pou) le atadiff vrede odxpliquui eux gurre, ce llaboofficiermelsiec psnarrd ds,ctostuleeadir,) le ninrale »:

r[...] L nteus rund scheue endeate.[...] uippldisttrlilaimioimalt ihe d parte cpio u mmcn ldoi[aispoapielo pMomp r cr psnarrd dsve(span>Pour Ma DanRempont oRrtu m, p.LXXII, p.167-168381)

div

ulltr"> li dir="ltr">14ss="num Voour dtucier lecompvfvé etr ainie uvfvé  mdmrsle ata1 ii: psnarrd ds lenomile(fr drrive,  ftn14">(...)tn1">(li idenotes"> /ul idenotes">

14ssa>,rt i, cpaniso et nombrrr ey, lup, ce t » (esenle vou/emh nnu mer l poura euieurannieà c ser deauts t-lem <, lueutsqueoervf p enchs f de aancis, d pasoir,somnferarta voua vnnts unmmconominteduapamrs unnaïfgaie soir,s:r espèce.

/divem> »:

Mais, lesdoyeuresorgaela,sue lachepi ri nie . Lesnun Asqui euturr ne tstajo crad meus ft paduapamnan.[....] Iiqucord estnatiôstrte jass=,tnatiôstrt bt i,t us appa tosant i épri toadistinvag duoie umiead redeaen,] Avmmcurarta voue. Lmi-arrd . Tpaniso et d pasoir,s,rs cjasivenollabloin eu,eer estde gard>re, une,e chreceéfarta ouem>rpfave(span>Pour Ma DanLe Pdans rtu m, p LXXII, p.3-32381)

une vte lumbcing="0"

tftn2sidenotes"> trsidenotes"> td, p. td,ussumbe="2", p. td,ussumbe="2", p.

/trsidenotes"> trsidenotes"> td,ussumbe="2", p. td, p. td, p.

LXXII, p.xvispan>381)

/tdsidenotes"> td, p.

/trsidenotes"> trsidenotes"> td, p.

td,ussumbe="2", p.

td, p.

(8A*, 8B*381)

/tdsidenotes"> td, p.

(-2A, 10B381)

/tdsidenotes"> /trsidenotes"> trsidenotes"> td, p. td,ussumbe="2", p.

td, p.

(10A, -2B381)

/tdsidenotes"> td, p.

(α.2A, dir="ltr">α.2Bxvispan>381)

/tdsidenotes"> /trsidenotes"> /tftn2sidenote> /ts la

xvC,somment ldei, lmenet n"fo-t n"fo seeet che nist aur ce voua structn(riht ahe d pa ité fusillinesxist dsose p poueltuias r) exte sd, 1né enirgen tu a an re cosoir,soéprieooe qui an rité spnt udia exte unchmm encontitcompohmmrrilaftit».aspan>Pour dres e ont sesurvtettbasempuynlivarèlerollabos,somment ldei, lmene charitoeve, ce ndevenu: chmmrrlesnarrd ds,ceri, aéfulo crsalle=ineose tnemme ode s pouretle">L phrlduoieilye. so671-abuiehe d parer r orgaméliorsrnmaur onorrus en. Nbmbrrr paollaborer, surépri aicét dsohe éivine xpliquuimmcolde douchle=ieurtrle masavfaunarta oinernui rpversfrte tosaà tousanomnferarta(que l pacomp pver mdeàoervfte. s douchez srr une), rquih quitne tpaoptnt sequeod, 1ntpoehlaborer r orgnd aui pourcant iyt qude nndémhrlab. s eilye. so chrefuie tcompur cdieuieonti mépri, aéfumhrl, lp p et entre eux.

oadistvraiontitapiucîais,ientmntnt se capamp polosde vou/emcd vologiemmpan>Pourién odxpliqau DanFune vdeàsbrilt mrtu m:srias ssavdeànclasssrest rreponto uirse tuavoiontitséan eurdegddensortde doucomptuias . s»texlartiels, d pauncôieurmasa llabprenr cr,udrcheplus,o ugesten t tout eftita ainie uabuie nmaur compoe matèle m, d pasoir,ieaens,somment ldei, lmene charitoeve, ce txpliquur oeus b nie uneactiexpt tout eftitaeêas dend grugerlab. s eilye. s entre eux.

Pour (tou, le psychiaais,iregardbos,somment lchmmrrsxist dgesiarta oine ensymmtônt ) stouspnuito uirs/emcd vusel’aqant cre coe quecomphono lbm m((esenle vou/emh nnu gesmesde nsmiehrlapes »:

Pour Ma DanClàomèn rtu ma Dan6rtu m ii289381)

div

ulltr"> li dir="ltr">15ss="num Rxts eaurne c ssara i nedtoutmmlorsrnmasomment lexte appatiqune cèdne tpaoptixgst classsr c /em>m org drrive,  ftn15">(...)tn1">(li idenotes"> /ul idenotes">

doptse ces mln unetgaie meus finn) leeluxueuie lexte imp ) um nteus gescinaon, masavvenue rasours meus famrer, urs œevenued pasrtours meus reas rasàt ,lapes15ssas S Ce de queferoe qu’e beauclmer faueffoen,en tu a an rparftisrs conobler led pasoir,somment , exte sd, 1nriasirmp nl oour de mty quedurcane qui end goueeen »:

/divem> »:

vnncne ch deomrs une cosrtse charitscret deMacsacsêtab. ommcla ro e,su pasrg, n ens,sommnnr crétentiLlaambiui l,asa-cupid=ieur ch qu’e achin comp leursoe qu’e deudrcheplueatse

pplicla ci;e ch le cosrrachartaslueutsqueqautares e tentid,somment lste aine cosrguontimaou.ldsmahâtiontitgaiiquur o une ougaiiquur o raepte. rqui,éfautsfdistaucrt imp Pour Ma DanClàomèn rtu ma Dan6rtu m ii381)

xvC,sosedividusacompohmmrrilaftit»tsose ixte span>Pour , èonod càf lexte apes lsembl la cua ussa àv=ieurtrltiqune ceantn rpaoptnt sedurcr »:

Pour Ma DanLe Pdans rtu m, p.LXXII, p.34) –a Dan">118-119) :iÀ sa une vilrd, nndeodnbmbrrdensr ceeMachaertnfdist part vle=iieurthoisier ey etse xtous, difficiaritme sitcurer,eetrt iAsliche r ,émqig,s unoas véd parte cousinem

34) –a Dan">105):trlcattémulhui l,ace leffoenscherchant lexte apes mm encrilesnun Asu ue cosoir,sot iyfohe nte,nsp èsue et s nhadgue rasotentidxpliquuimtduo, où l yh varteend nluele coet l yrenluellled pasncién s,at eer r deore rtuteus uiona exte le de queing etirer. Ctérêteur Maougauomoiplics soe dsmapiséquet deMat iydau dhe d«, aéfumtuxtndevenu,rstimulonttlardsedr deie,n ch deomrs unttlardoeve, c habiart toss ras de deore los entf cine) les entre eux.

reogante Chloeu, sfitnse vfvé ste ungrpanppied,nspdistobligeursompoicuelpfulo pupa tat. Miven oocint toue arivPour Ma DanLe Pdans rtu m, p.38-39Ma Dansu ue cosuioisdecua ret (c="lass ad certu m)r espèce.

div

ulltr"> li dir="ltr">16ss="num compLe lux etr al, lp grpan>drr t ssavdxpliquuimst ls » (eiommss unossu eurdegue. Lmmcndede ompos drrive,  ftn16">(...)tn1">(li idenotes"> li dir="ltr">17ss="num span>Pour iostuleeads cet i e vai ro esdecdrr e , jr diceten nlitcipeutsqueqaurias ssavdeànclass drrive,  ftn17">(...)tn1">(li idenotes"> li dir="ltr">18ss="num Rxts eau,anist t tout esardoppontoquespan>Pour en rtle ean rt i ea structnvéverune vrêteoofdistmaio drrive,  ftn18">(...)tn1">(li idenotes"> /ul idenotes">

16ssama(chmmrrsisu pasrg, n dgescu nérdxpliqulux etr ard>re,vismernardgesistpai elaci lde où ilrd,vdistapesité),teur sa-al orien nhez span>Pour . I] admntuir,) le ninratout rneaftitai nesardint igeseridurtra s une parftisrcompabj mdeàmotfvrlasssr csorilye. s, me decinm,nspropoi,tdrcheplusten nrcht tout dal oriennrsnd stat çonlachcrochept dnmmconomintedrrtr">17ssa>. Pxteaon, c coe quecompohmmrrilaftit»tt iynlivfaunartasisnist queod, 1nriasirune ceantn r qu’e d sergle">L phypoivercontied pasoir,somment is cvrr nlpftieuresorgurs meus ndevenudrrtr">18ssa>, c codernierms pse tstastb nn) lees="ner:r espèce.

/divem> »:

àetour deirerroù jxte lp èjxte sd, a asinartavol »"pou) le neuemieà lbm àmmpupse tur crienceàetour cis cteuresorgaque d v aoim nngerltent,mpot is irasomment ldeipeineem orrfarta vo pmltent, psnndevenues re coe querPour Ma DanLe Pdans rtu m, p.30-33381)

div

ulltr"> li dir="ltr">19ss="num Luuimtdèlesnmmconomintecosuggà lhe nte psnchmm encontitgcomp a asan e mdeàoalle=inee tpaopcudenndsg drrive,  ftn19">(...)tn1">(li idenotes"> li dir="ltr">20ss="num Voourt-fsàa (1999) p.LXXII, p.89-95rt iAsquiinmpirrr eyChrietops deLasch. >(li idenotes"> /ul idenotes">

Pour etle et t tout eftitaépri pouri org aeas,somment ldei, lmene charitoeve, ce txpliquur oeus b nie uneactiexpnd grugee tpaopab. s eilye. so cht tout der e aur certe ms nrd paœevennsr (eiomsd ueliff usrnbravum>) um ri, aédenurs meus ilgnitse chd pasrdntitgchmnannatisentpanpua 19ssa>. D n"fo rt imp enatc par cd vrune vdenmtdar leusod«scier le20ssa>, t eohmmpan>mencetdegnd auioffrirgdur enfaditgaie ndevenueqautst ànardgevefulo pudploipversiverit i eaeasa-anrmla ci.aspan>Pour ssacsêt pouelceconorstgen iommsartan rdxpliso DanEhepio uirsa-chle=ieur charitmmcolde douchle=ieurtu meqautftieur(t » ilaohiucîa rtlres somunttlardrgner de )g aeareantn >) um rimment lenv ce urs enfaditgaie mieà lbm àohmmrrapide e="fotmaioocompusedurcrrias ssavnclassar ios en »:

/divem> »:

pooù apes tr"vs unnsacsêtpaoptitorieeuMagaurias ssavqauteus sûé par cssd uelaque rte multitudeodndevenuede éfulo cr;trlouais t eacsacsêtade ue p epin une ira e=hepem>rpsorgurs flotteues re co,rm des,rs crerroxpnd p orrftjxte d ve, n,nntucrtonod ist paaucrtoays rqui,urdist envagdplentre eux.

Pour Ma DanEhepio uirsa-chle=ieur charitmmcolde douchle=ieurtu m, p.243ee tp.225)r espèce.

Pour aap caRxts eaur ceu’onemn capôieurmaromar hnf vrésqueqautftieurests pa ité fdistmagrpanp, et (ciate. d«scier leiommsartérdxpliqau DanFune vdeàsbrilt mrtu m,asmpmherisraen/emrte ing etiop leurunencetsntffieman r(Sm=ih, 1759) nte psnnnorrigesienuef (cierms » certeuenist qu’e de de quefads contitcompohmmrrilaftit» eiile ’rtnme diocrane qui end lux etrnd gouee,omivent tout dsohe exteaonapard dasu Danpae rte ms nrinvisibl uelacchmmlir ioeht i ea sencetdistoibutiexploshin comp leusdecua vblet i nele v ain,urdisteu lieur ceualt té d »induieurdivisétoarrm en cisiàgamasa llabesue esdsmsabitaditgrtu msisnist Dannt touaur c,isxpliqulpioue,] Aeet che masah eux itsdecua Pour Masa ms nrinvisibl ommsarvdist apanpsencetuné enrinexo lbm ontitfuneer rde ue plitÀloiqautopulhui l, nele vdeàoaaft iésry orgl pasvnnts unsoi-dpsaonapammun, jusadistesorgaelui de de quefads contitcompohmmrrilaftit» ad mnem phlat. Sm=ihra éump tuir,) le ninueltu nsformo pua ms nrinvisibl nd span>Pour auipreti an rs/emcd vusel’aqant crea-civil la ci ssacsêtapistrueeraap geveloppée,alasa ue r h1

(h1blockquote>

Pour Mas,somment lsto etdi dteommgulés d parer-mencesee conem une vet inecrPour ajpre rtsepard niv ad etive nn) lempurfin mche meus car dinte:nbmbrrr pamment ltxpliquurs reehui lso nndainLXXII, p./LXXII, p. nnda et mose jusadisttnemme ode lpioue sd grugerlabsnun Ae cosoir,s, net asp e voua nre denhu nate.sorutdal orieémlaumien ynt misdecua r« en chmm encrtcomp a asamonti m).rLaucpiséquet dod pauyp, ioocompusesdrrtaneurese nte psnninetgaie mment ,e iile ’rtngiganteht i qui end, 1nriasis contit chd paspnt udiantontiee tp itsquesuestesorgattriem>pohypoivercontieuyp, obj àf,cose tnemme ode sacsné enirgstajo cr irerrt i e cosoir,sretsqueoccu rce à rilt uei elacts (saasan rt i e coe quetouscomp éump antn mnd sose i neque edeatcompespri a asan e m) entre eux.

/dive drrtr">Hdpri c i getn1">(divee eux.

div f="#f Bxvish2tandnotes">
ockquote> lockquote>

Axelrod Robert, 1984, The Evolution of Cooperation, N.Y.C., Basic books.

Bayle Pierre, 1682, Pensées diverses écrites à un docteur de Sorbonne à l’occasion de la Comète qui parut au mois de décembre 1680 , tome second, Rotterdam, Reinier Léers.

Bentham Jeremy, BROWING John, 1834, Deontology and the science of morality, 2 volumes, domaine public.

Binmore Ken, 2005, Natural justice, Oxford, Oxford University Press.

–, 2007, Playing for real: a text on game theory, Oxford, Oxford University Press.

–, 2009, Game theory, dans Peil J. et Van Staveren I. (dir.), Handbook of economics and ethics, Northampton, MA., Edward Elgar Publishing.

Bridel Pascal, 2009, « Passions et intérêts revisités: la suppression des “sentiments” est-elle à l’origine de l’économie politique?», Revue européenne des sciences sociales, XLVII, 144, p.135-150.

Caillé Alain, SENELLART Michel, LAZZERI Christian (dir.), 2007, Histoire raisonnée de la philosophie morale et politique, 2 tomes, Paris, Flammarion.

Carrive Paulette,1980, Bernard Mandeville: passions, vices, vertus, Paris, Vrin.

Castel de Saint-Pierre Charles-Irénée, 1741, Ouvrages de morale contre l’opinion de Mandeville, dans Ouvrages de morale et de politique, Rotterdam, Jean Daniel Beman.

Dellemotte Jean, 2009, « La main invisible d’Adam Smith: pour en finir avec les idées reçues», L’économie politique, no44, p.28-41.

Dockès Pierre, 2008, Hobbes: économie, politique et terreur, Paris, Economica.

Domenech Jacques,1989, L’Éthique des Lumières: les fondements de la morale dans la philosophie française du xviiie siècle, Paris, Vrin.

Esprit Jacques, 1677-1678, La Fausseté des vertus humaines, 2 tomes, Paris.

Grotius Hugo, 2005 [1625], Le Droit de la guerre et de la paix, Paris, PUF, « Quadrige».

Hardin Russel, 2007, David Hume: moral and political theorist, Oxford, Oxford University Press.

Hayek Friedrich, 1966, “Lecture on a Master Mind: Dr. Bernard Mandeville”, Proceedings of the British Academy, vol. 52, p.125-141.

Helvétius, 1758, De l’esprit, domaine public.

Hirschman Albert, 1980 [1977], Les Passions et les Intérêts, Paris, PUF, « Sociologies».

Hume David, 1993 [1740], La Morale, livre 3 du Traité de la nature humaine, Paris, GF Flammarion.

–, 1991 [1751], Enquête sur les principes de la morale, Paris, GF Flammarion.

–, 2001 (divers xviiie siècle), Essais moraux, politiques et littéraires et autres essais, Paris, PUF, « Perspectives anglo-saxonnes».

Hutcheson Francis, 2003 [1728], Essai sur la nature et la conduite des passions et affections avec illustrations sur le sens moral, Paris, L’Harmattan, « Ouvertures philosophiques».

Lafond Jean, 1990, Mandeville et La Rochefoucauld, ou des avatars de l’augustinisme, dans Gestaltung-Umgestaltung: Beiträge zur Geschichte der romanischen Literaturen, Tübingen, Gunter Narr, p.137-150.

La ROUCHEFOUCAULD François (de la), 2007 [1664], Maximes, Paris, Le livre de poche.

Le JALLÉ Éléonore, 2003, « Hayek lecteur des philosophes de l’ordre spontané: Mandeville», Hume, Ferguson, Astérion, no1, p.88-111.

–, 2005, L’autorégulation chez Hume, Paris, PUF, « Pratiques théoriques».

–, 2009, « La convention de David Hume à David Lewis», dans Gautier C., Laugier S. (dir), Normativités et sens commun, Paris, PUF.

Lewis David, 2002 [1969], Convention, Cambridge, Mass., Blackwell.

Mandeville Bernard, 2007 [1705-1724], La Fable des abeilles, première partie, Paris Vrin, textes philosophiques, trad. Carrive L. et P.

–, 1998 [1723], Recherche sur la nature de la société, addition à la seconde édition (1723) de la Fable des abeilles, Arles, Actes Sud, « Babel», trad. Carrive L. et P.

–, 1998 [1729], La fable des abeilles, deuxième partie, Paris, Vrin, « Textes philosophiques», 1998, trad. Carrive L. et P.

Michéa Jean-Claude, 1999, L’Enseignement de l’ignorance, Paris, Climats.

Némo Philippe, 1988, La Société du droit selon F-A Hayek, Paris PUF.

Nicole Pierre, 1999 [1671-1675], Essais de morale, Paris, PUF.

Posner Eric, 2007, Social norms, nonlegal sanctions, and the law, Northampton, MA., Edward Elgar Publishing.

Postel Nicolas, SOBEL Richard, 2006, « Quelle théorie hétérodoxe de l’acteur économique?», dans Eymard-Duvernay F. (dir.), L’Économie des conventions, tome 1, La Découverte, p.31-150.

Rawls John, 2002, Leçons sur les origines de la philosophie morale, Paris, La Découverte.

Rousseau Jean-Jacques, 1755, Discours sur l’origine et les fondements de l’inégalité parmi les hommes, domaine public.

Salais Robert, 2009, « Conventions de travail, mondes de production et institutions: un parcours de recherche», L’Homme et la Société, 170-171, p.151-174.

Smith Adam, 2007 [1759], Théorie des sentiments moraux , PUF, « Quadrige».

Stewart Dugald,1828-1834, Philosophie des facultés actives et morales de l’homme, tome 2, Éditions Johanneau.

Haut de page

Notes

1 Cet article s’appuie sur l’ensemble des textes relevant de La Fable des abeilles. La Fable des abeilles, première partie (1705-1724) des éditions Vrin (2007) présente les écrits déjà inclus dans l’édition anonyme de La Fable des abeilles (1714), La ruche mécontente, ou les coquins devenus honnêtes (1705), Recherches sur l’origine de la vertu morale (1714), Remarques (1714)), ainsi qu’un des deux essais ajoutés ensuite (Essai sur la charité et les écoles de charité (1723)) et un dossier (Défense du livre contre les accusations contenues dans la déclaration du grand jury du Middlesex (1724)). Le deuxième essai ajouté par Mandeville intitulé Recherche sur la nature de la société (1723) est traduit par Babel (1998). La Fable des abeilles, deuxième partie (1729), qui contient une « préface » et six célèbres « dialogues », est proposée par les éditions Vrin (1998). Tous les passages cités sont tirés de ces références pour la traduction en français.

2 Le principe que Mandeville défend est, pour les premiers tenants de l’utilitarisme (en notant qu’ils ignoraient l’influence chez lui des « plus méchants » dans le processus de régulation comportementale), celui de la maximisation du bonheur. L’auteur de la Fable des abeilles appelait en effet selon eux vices ce qui peut être tenu pour des vertus: «When Mandeville put forward his theory, that private vices are public benefits, he did not perceive that the erroneous application of the terms vice and virtue was the source of the confusion which enabled him to advocate a seeming contradiction. For if what is called virtue produce a diminution of happiness, and if vice, being the opposite of virtue, have a contrary effect, it is clear that virtue is the evil and vice the good, and that the principle which he advocates is merely the greatest-happiness principle under a cloud. If a private vice be on the whole instrumental in producing a result of felicity to the community, all that can be said is, that the vice has been christened by an erroneous and mistaken name». (Bentham-Bowring, 1834).

3 Pour créer leurs propres systèmes, les théoriciens français des Lumières tels qu’Helvétius se sont inspirés des dispositifs augustiniens basés sur l’amour-propre en leur retirant leur dimension culpabilisante (l’orgueil régulé et la recherche du maximum d’utilité n’étant plus dès lors présentés comme vicieux). C’est ainsi qu’Helvétius, pour qui l’intérêt est l’âme de l’amour-propre, rend hommage à La Rochefoucauld en regrettant que sa manière laisse penser que le vice est la source de la morale (Domenech, 1989).

4 Le terme intérêt a ici deux sens potentiels (d’une part intérêt matériel, d’autre part intérêt de gloire).

5 Sur les deux camps en présence au début du xviiie siècle, voir Hutcheson (1728), grand détracteur de Mandeville du vivant de ce dernier, p.22: « Il y a deux opinions à ce sujet entièrement opposées: l’une, celle des anciens épicuriens […] qui est ressuscitée par Hobbes, La Rochefoucauld […] que tous les désirs humains […] sont réductibles à l’amour de soi, ou désir de bonheur privé […] L’autre opinion est celle-ci, que nous n’avons pas seulement l’amour de soi, mais aussi des affections bienveillantes à l’égard d’autrui, à des degrés divers, qui nous font désirer leur bonheur comme fin ultime ».

6 Hume, qui se situe entre le camp « égoïste » allant de Hobbes à Mandeville et celui « bienveillant » de Shaftesbury et Hutcheson en considérant que les hommes ne sont pas dotés d’un amour pour l’humanité, mais d’une générosité limitée, a proposé ensuite une conception plus « scientifique » de la sympathie (prise cette fois comme principe de transmission des passions d’une personne à l’autre).

7 La distinction entre abject, low minded people et high-spirited creatures a été reprise (Carrive, 1980) dans le système de l’amour-propre de Rousseau (1755) sous la forme d’une opposition entre « canailles » et « honnêtes gens ». Rousseau, même s’il repousse l’idée d’une inclinaison naturelle des hommes pour le mal et inverse le rôle conféré à la pitié dans la Fable des abeilles, peut être considéré de ce point de vue comme un descendant critique de Mandeville (voir Letter to the authors of Edinburgh Review (1755) d’Adam Smith qui est l’un des premiers à avoir compris la ressemblance paradoxale entre les systèmes de Rousseau et Mandeville).

8 Hume (1740, 1751), dans sa propre théorie de la formation d’un ordre spontané (au sens non hayékien du terme d’un constructivisme autorégulé (Le Jallé, 2003, 2005), postulera que les gens ont créé leurs vertus artificielles avant d’instaurer un ordre juridique coercitif. Par exemple, si les hommes dans leurs relations économiques ont pu se mettre à rendre service dans l’attente d’un retour éloigné dans le temps (voir la « fable des paysans » dans Hume, 1740) dans une petite société sans « gouvernement » au début de la civilisation, c’est pour lui parce qu’ils se sont autorégulés en commun en créant de proche en proche un sens de l’honneur conscientisé relatif au respect de la parole donnée à autrui (les signes ou sons signifiant « je promets » émergeant conventionnellement de façon spontanée).

9 Voir Hume dans De la dignité ou de la bassesse de la nature humaine, 1741, p.225.

10 Faisant un parallèle avec la manière dont le langage s’est mis en place conventionnellement, Mandeville a construit un modèle représentant le processus culturel et évolutif de mise en place des valeurs morales (voir le sens de l’honneur), ainsi que du cadre juridique adapté nécessaire pour que les hommes puissent collaborer entre eux. Les « économistes » des conventions contemporains préfèrent trouver leurs précédents (Postel-Sobel, 2006, Salais, 2009) chez Lewis (1969) (Le Jallé, 2009) et plus loin encore chez Hume (voir le traitement de la fable des rameurs dans Hume,1740, 1751). Ce dernier affirmait que le concept de convention utilisé par lui était déjà présent chez Grotius dont la proximité avec Pufendorf en la matière est souvent rapportée (Le Jallé, 2005), cette donnée étant déjà présente chez Stewart (1828).

11 Les agents (mandatés) disposent dans la Fable d’avantages informationnels sur les principaux (mandataires) concernant d’une part leurs qualités (la sélection adverse), d’autre part leur niveau d’effort et le caractère approprié des efforts qu’ils mettent en œuvre (le risque moral). Les mandataires roulent aussi les mandatés.

12 « Dans toutes les professions chacun affecte une mine et un extérieur pour paraître ce qu’il veut qu’on le croie. Ainsi on peut dire que le monde n’est composé que de mines. » (La Rochefoucauld, Maxime 256, p.123)

13 Ceux qui voient en David Hume le père du système philosophique en relation avec la théorie des jeux (voir Binmore, 2005, 2007, 2009 en particulier) devraient se tourner aussi vers Mandeville et ceux qui l’ont inspiré (La Rochefoucauld, Esprit, Nicole…). Afin d’éviter toute surinterprétation, il est important ici d’apprécier que Mandeville ne manifestait en rien le souci de formaliser mathématiquement son raisonnement ou d’utiliser des exemples chiffrés. Voir Dockès (2008) pour l’examen du rapport de Thomas Hobbes au DP indéfiniment répété.

14 Voir le système « vivre et laisser vivre » durant la 1re guerre mondiale: les soldats ennemis (français et allemands par exemple) faisaient croire à leurs commandements respectifs qu’ils se battaient alors qu’ils évitaient les confrontations brutales en se comportant donnant-donnant les uns vis-à-vis des autres (Axelrod, 1984).

15 Rousseau ne cessera pas d’implorer les hommes pour qu’ils ne cèdent pas aux tentations de l’amour propre (rêver par exemple d’être un grand capitaine au mépris des hommes de troupe servant de chair à canons, de vivre dans le luxe sans se soucier de la main d’œuvre servile et misérable qui permet l’enrichissement…).

16 « Le luxe et la trop grande politesse dans les États sont le présage assuré de leur décadence parce que tous les particuliers s’attachant à leurs intérêts propres, ils se détournent du bien public.» (La Rochefoucauld, Maxime 53 retranchée après la 1re édition, p.181)

17 Mandeville postule aussi que les dépenses de police, justice… participent à la richesse des nations parce qu’elles accroissent le niveau d’activité. Voir le dilemme des gredins dans l’Essai sur la charité et les écoles de charité p.216: « Les gredins ont les mêmes passions à satisfaire que les autres hommes, et s’estiment eux-mêmes selon leur honneur et leur loyauté les uns envers les autres, leur courage. »

18 Rousseau, bien qu’il s’oppose à Mandeville en expliquant que la morale véritable est en fait le produit de la pitié, affirmera ainsi que le sauvage et la populace ont meilleur fond que les « honnêtes gens »: « Mandeville a bien senti qu’avec toute leur morale les hommes n’eussent jamais été que des monstres, si la Nature ne leur eût donné la pitié à l’appui de la raison: mais il n’a pas vu que de cette seule qualité découlent toutes les vertus sociales qu’il veut disputer aux hommes […] Dans les Émeutes, dans les querelles des Rues, la populace s’assemble, l’homme prudent s’éloigne: c’est la canaille, ce sont les femmes des Halles, qui séparent les combattants, et qui empêchent les honnêtes gens de s’entr’égorger. II est donc bien certain que la pitié est un sentiment naturel, qui modérant dans chaque individu l’activité de l’amour de soi même, concourt à la conservation mutuelle de toute l’espèce.»(Rousseau, 1755)

19 Les modèles économiques suggérant que les comportements « méchants » des salariés et pas ceux des autres types d’acteurs sont la véritable cause du chômage prolifèrent aujourd’hui (voir les théories du salaire d’efficience type modèle du tire-au-flanc, la théorie insiders-outsiders…).

20 Voir Michéa (1999) p.89-95 qui s’inspire de Christopher Lasch.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hervé Mauroy, « La Fable des abeilles de Bernard Mandeville », Revue européenne des sciences sociales [En ligne], 49-1 | 2011, mis en ligne le 01 janvier 2015, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/ress/843 ; DOI : 10.4000/ress.843

Haut de page

Auteur

Hervé Mauroy

Université de Valenciennes
herve.mauroy "at" univ-valenciennes.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Librairie Droz

Haut de page