Skip to navigation – Site map
The Meaning of Crises: Causes, Remedies and Paradoxes

Augmentation de la pauvreté en Angleterre depuis 2010 : crise ou idéologie ?

The Increase in poverty in England since 2010: crisis or ideology?
Raphaële Espiet-Kilty

Abstracts

In the aftermath of the financial crisis of 2008 the Conservative leader of the Opposition – David Cameron – delivered a speech in Cheltenham revolving around the theme of rupture: between the neoliberal Conservatism of the Thatcherite right-wing of the Party and his own more compassionate brand of Conservatism; rupture of the cycle of growth caused by the crisis and by the supposedly irresponsible policies of the New Labour government. To give credence to his compassionate Conservatism Cameron proposed to tackle poverty by building a Big Society in “The Age of Austerity” which, according to him, was the sensible response to the crisis and to the public deficit which was increasing under Brown. In the summer 2014, the Trussel Trust published a controversial report claiming that the number of people living in food poverty had increased from 346,992 in 2012-2013 to 913,138 a year later. Was this increase the consequence of the crisis or of the austerity policies introduced by the coalition government elected in May 2010? The aim of this paper is two-fold: first to demonstrate that in spite of the Department for Work and Pensions (DWP)’s rebuttals, the increase in the number of people living in food poverty reflects an increase in absolute poverty caused in part by the coalition government’s austerity; second, that the crisis was a pretext for the introduction of welfare cuts. The coalition government would have reformed the welfare state regardless, in accordance with fundamental conservative and neoliberal principals.

Top of page

Full text

Introduction

  • 1 Voir Raphaële Espielt-Kilty, « David Cameron and the Big Society: a new deal for the new citizen » (...)
  • 2 Ibid.

1En 2005, après trois défaites consécutives (1997, 2001, 2005) et une traversée du désert pratiquement sans précédent dans son histoire contemporaine, le Parti conservateur n’a plus vraiment le choix. S’il veut renouer avec la victoire, il lui faut conquérir un nouvel électorat, i.e. celui des trentenaires et quadragénaires qui se montrent souvent critiques du thatchérisme et de l’individualisme revendiqué qui le caractérise. Un thatchérisme qu’ils accusent d’avoir creusé les inégalités sociales et d’avoir affaibli le secteur public, notamment le National Health Service (NHS) qu’une majorité souhaite voir maintenu dans le giron de l’État1. Une partie de cet électorat semble s’être laissée convaincre par la synthèse entre modernité économique et tradition sociale proposée par Tony Blair et Gordon Brown avec la « troisième voie ». La bataille se joue au centre, auprès de la classe moyenne, souvent urbaine, dont les priorités semblent avoir changé, qui se préoccupe des questions environnementales et s’inquiète du devenir des institutions nationales publiques perçues comme essentielles que sont l’éducation et la santé2.

  • 3 « Votez Bleu, Passez au Vert ».
  • 4 Il s’agit de la période du New Labour (1997-2010), expression utilisée pour la première fois en 199 (...)
  • 5 « We have strengthened our liberalism and rediscovered our Conservatism building a movement that is (...)
  • 6 Expression utilisée pour la première fois par Theresa May alors présidente du parti lors d’un disco (...)
  • 7 Voir Tim Bale, The Conservative Party from Thatcher to Cameron, Cambridge, Polity Press, 2010 ; Rap (...)

2Quelques jours après son élection à la tête du Parti conservateur en décembre 2005, David Cameron entreprend de convaincre l’électorat que la page du thatchérisme est tournée. Il se montre allant au travail en vélo, l’un des slogans du parti pour les élections locales de 2005 est d’ailleurs : « Vote Blue, Go Green »3. Il axe ses discours autour de questions telles que la parité pour reconquérir le vote des femmes qui se sont en partie tournées vers le Parti travailliste4, la diversité, l’équilibre entre vie de famille et travail, le bien-être, les loisirs et l’éducation. Il condamne le consumérisme omnipotent, met en avant sa vie de famille pour montrer à tous qu’en tant que père d’un enfant handicapé, il est conscient de l’importance de maintenir un système de santé publique humain et efficace. Il présente son nouveau Parti dans des termes qui marquent clairement une volonté de rupture : « Nous avons renforcé notre libéralisme et redécouvert notre conservatisme en construisant un mouvement qui ne se consacre pas uniquement à l’individu mais tient compte de la communauté, qui ne tourne pas juste autour du “moi” mais pense au “nous”, qui n’est pas simplement le parti du marché mais celui de la société également »5. Son objectif est de défaire le Parti conservateur de son image de « the nasty party »6 dans le domaine social, i.e. le parti accusé d’avoir creusé les inégalités, qui ne se préoccupe pas de la pauvreté et qui voudrait privatiser le NHS7.

3C’est ainsi que le leader du Parti conservateur envahit le terrain du Parti travailliste en reprenant des thèmes qui sont traditionnellement associés au centre-gauche et non au bagage théorique du Parti conservateur. Il parle de justice sociale, de progressisme et, comme Benjamin Disraeli dont il se dit l’héritier, il condamne les inégalités entre riches et pauvres. Afin d’accompagner ce discours compatissant, sur les conseils de son directeur de campagne Steve Hilton, il se dote, à partir de 2008, d’un outil politique qui va lui permettre de mettre en place cette société plus juste à laquelle il dit aspirer. Il s’agit de la « Big Society » qui devient son programme de campagne phare et lui permet d’asseoir sa politique sociale.

  • 8 La mesure utilisée aujourd’hui dans l’ensemble des documents officiels, à commencer par ceux qui ém (...)
  • 9 Ibid.
  • 10 Cette expression fut utilisée pour la première fois par David Cameron en décembre 2005 puis reprise (...)
  • 11 « I’m going to be as radical a social reformer as Mrs Thatcher was an economic reformer, and radica (...)

4Avec la « Big Society », Cameron s’empare d’un autre terrain traditionnellement travailliste : celui de la pauvreté. Blair, en 1997, avait fait campagne en promettant de réduire la pauvreté, notamment celle des enfants. Selon Cameron, le bilan du gouvernement dans ce domaine est incomplet car malgré une baisse de 13 % de la pauvreté absolue8 que ce soit avant ou après les dépenses pour le logement entre 1997 et 2010, la pauvreté relative a, elle, baissé moins nettement (d’environ 3 %) et elle remonte même légèrement à partir de 20079. Pour les conservateurs, ce serait la preuve qu’injecter de l’argent ne suffit pas. Cameron accuse en effet le gouvernement Blair d’avoir dépensé beaucoup d’argent pour peu de résultats car à aucun moment les gouvernements Blair et Brown ne se seraient attaqués aux causes de la pauvreté qui se trouveraient toutes dans la société dite brisée : « broken society »10. Contrairement à Blair, Cameron ne propose pas de dépenser plus mais de transformer la société. Il l’avait d’ailleurs déjà annoncé en août 2008 en pleine crise financière : « Je serai un réformateur social aussi radical que Mme Thatcher fut un réformateur économique, et des réformes sociales radicales sont ce dont le pays a vraiment besoin immédiatement (…) pour réparer la société brisée »11.

  • 12 « The age of irresponsibility », David Cameron, The Age of Austerity, 2009.
  • 13 « The highest borrowing in peacetime history », ibid.
  • 14 « Labour’s Debt Crisis », ibid.
  • 15 « We risk becoming once again the sick man of Europe », ibid.
  • 16 « There’s no responsibility left in Labour », ibid.
  • 17 « The age of irresponsibility is giving way to the age of austerity », ibid.
  • 18 « Deliver more for less », ibid.
  • 19 « There is no way this country will prosper in the twenty-first century, let alone deal with the de (...)

5La crise de 2008 donne au candidat Cameron l’occasion de parler de son projet économique, ce qu’il s’était gardé de faire, choisissant de faire campagne essentiellement sur les terrains de l’environnement et du social. Le bilan du gouvernement néo-travailliste est fustigé et les onze dernières années décrites comme : « l’âge de l’irresponsabilité »12 qui aurait amené le gouvernement Brown à emprunter « la somme la plus importante qu’un gouvernement ait jamais emprunté en temps de paix »13 créant ce que le leader de l’Opposition appelle une « crise de la dette des travaillistes »14 qui menacerait le Royaume-Uni de « redevenir l’homme malade de l’Europe »15. Cameron promet des années difficiles : « Nous entrons dans l’âge de l’austérité », dit-il et il n’y a plus de place pour un Parti travailliste qui « a perdu tout sens des responsabilités »16. Le futur gouvernement devra faire des économies draconiennes17. Mais celles-ci ne doivent pas empêcher la société, la Big Society de prospérer car le gouvernement s’engage à « faire plus avec moins »18. Le leader du Parti conservateur justifie ainsi un programme d’austérité essentiellement axé, dans le domaine social, sur des réductions des aides gouvernementales soumises à condition de ressources (welfare cuts) : « Ce pays ne pourra pas prospérer au 21ème siècle, et encore moins régler la crise de la dette, si nous continuons à demander aux contribuables de payer la note de 100 milliards de livres pour la société brisée »19.

  • 20 La terminologie utilisée ici welfare dependents est tirée des enquêtes étudiées pour cet article. C (...)

6L’annonce de réductions drastiques dans le domaine social essentiellement fait dire à de nombreux chercheurs, dès 2009, que la « Big Society », qui a vocation à remplacer l’État-providence, n’est ni plus ni moins qu’un écran de fumée, une façon de faire avaler la pilule de l’austérité aux Britanniques. Sans nécessairement abonder dans ce sens, nous pouvons dire que la mise en place d’un budget d’austérité dans les semaines qui ont suivi la formation du gouvernement de coalition en mai 2010 pose nécessairement la question de la place de la « Big Society » et du devenir des personnes dépendant des aides de l’État : les « welfare dependents »20. Nous sommes aujourd’hui en mesure de dresser un premier bilan des politiques d’austérité présentées comme la conséquence de la crise de 2008. La première hypothèse est que l’augmentation régulière de la pauvreté absolue pendant les cinq années du gouvernement de coalition est davantage le résultat des politiques d’austérité que celui de la crise. La seconde hypothèse est que les politiques d’austérité visant à réduire le poids financier de l’État-providence auraient été mises en place qu’il y ait eu crise ou pas. En effet, à bien des égards la « Big Society » est réellement un projet qui entre dans le cadre de « l’idéologie conservatrice ». Il s’agit donc, dans un deuxième temps, de démontrer que ces réductions s’inscrivent dans le projet social traditionnel des conservateurs, a fortiori dans celui qui est suivi depuis 1979. Ainsi, la crise ne serait pas tant une cause qu’un prétexte.

Augmentation de la pauvreté au Royaume-Uni entre 2010 et 2015

  • 21 Une association caritative dite « chrétienne » pilotée par l’Église d’Angleterre. Le Trussel Trust (...)
  • 22 Pourcentages calculés par l’auteur.
  • 23 Jane Perry, Martin Williams, Tom Sefton & Moussa Haddad, Emergency Use Only. Understanding and redu (...)

7Le 8 décembre 2014, alors que le gouvernement et son dirigeant sont en campagne pour les élections du 7 mai 2015, Oxfam, le Trussel Trust21 et l’Église d’Angleterre publient un rapport conjoint qui fait grand bruit dans la presse de qualité comme dans les tabloïds et alerte le gouvernement, forçant le Premier ministre et son ministre du Travail et des Retraites, Iain Duncan Smith, à se justifier. Le rapport fait état d’une augmentation brutale voire dramatique des besoins en dons alimentaires d’urgence, signalant un problème que les statistiques gouvernementales peuvent difficilement nier : une augmentation de la pauvreté absolue depuis 2010. Selon ce rapport, 25 899 personnes auraient bénéficié d’une aide alimentaire d’urgence en 2008-2009, 61 468 en 2010-2011 et 913 138 en 2013-2014. Cela représente une augmentation moyenne de 110 % par an sur 6 ans et de 163 % entre 2012-2013 et 2013-201422. Le nombre de repas fournis entre 2008 et 2014 a été multiplié par 3523. Oxfam et Church Action Poverty ont calculé que pour la seule année 2013-2014, 20 247 042 repas ont été délivrés par les trois principales banques alimentaires au Royaume-Uni (Trussel Trust, Fareshare et Food Cycle), soit une augmentation de 54 % par rapport à 2012-2013.

8Il convient, avant toute conclusion, de nuancer ces chiffres étant donné qu’à leur lecture, il est impossible de dire combien de personnes ont bénéficié d’une aide alimentaire d’urgence. Effectivement, chaque individu peut être envoyé à une banque alimentaire jusqu’à trois fois sur une période de six mois. Un bénéficiaire peut même bénéficier de repas supplémentaires après enquête, si justifié. Toute personne s’adressant à une banque alimentaire au Royaume-Uni ne peut le faire que munie d’un coupon délivré par une agence accréditée travaillant dans le domaine de la santé, du social ou bien par un centre de placement des chômeurs (job centre). Il ne peut donc guère y avoir d’abus. S’il est peu judicieux de se baser sur ces chiffres pour véritablement calculer la pauvreté, par contre, la hausse qu’ils révèlent est suffisamment importante pour conclure que la pauvreté alimentaire a augmenté de façon significative durant les années au pouvoir du gouvernement de coalition. Or, les chiffres fournis par l’Office of National Statistics (ONS) et le DWP, bien que beaucoup moins dramatiques, vont dans le sens d’une augmentation de la pauvreté absolue.

  • 24 DWP, HBAI, 2014, p. 40.

9Le pourcentage de foyers vivant dans la pauvreté absolue était de 20 % en 2006-2007, 22 % en 2011-2012 et 23 % en 2012-2013 après dépenses pour le logement24, soit en augmentation constante.

  • 25 Ibid.
  • 26 La pauvreté relative est recalculée chaque année. Ce n’est donc pas un outil approprié pour étudier (...)
  • 27 Ibid., p. 123
  • 28 Ibid., p. 127.

10Au contraire, la pauvreté relative après les dépenses pour le logement a baissé de 1 % entre 2006-2007 et 2011-201325 et donne une impression de stabilité sur les dix dernières années, malgré la crise de 200826. Cependant, le revenu médian était de 460 livres par semaine en 2007-2008, de 467 livres en 2009-2010 et de 440 livres en 2012-201327. Le revenu des 20 % de la population les moins riches est passé de 237 livres en 2009-2010 à 227 livres en 2012-2013, une baisse d’environ 5 % en trois ans. De même, le nombre de personnes avec 60 % ou moins du revenu médian avant dépenses pour le logement a augmenté de 1,3 million d’individus entre 2010-2011 et 2013-2014 et de 2,8 millions par rapport à 2006-200728.

11Les statistiques officielles semblent confirmer l’image donnée par les associations caritatives : la pauvreté a augmenté mais à l’évidence, après une crise telle que celle de 2008, une telle augmentation peut paraître inévitable car la conséquence d’une augmentation du chômage, du coût de la vie et d’une baisse des revenus du travail. La question est de savoir si des facteurs, autres que simplement conjoncturels, peuvent expliquer cette augmentation.

  • 29 Office of National Statistics, Statistical Bulletin, Labour Market Statistics, (juin 2014), p. 4, <(...)
  • 30 Ibid.
  • 31 Ibid., p. 24.

12Si le chômage a effectivement augmenté après la crise, pour atteindre 8,4 % de la population active à l’automne 2011, il n’a cessé de baisser depuis29. Le taux de chômage en février 2014 est de 6,6 % de la population active30. Le chômage de longue durée est lui aussi en baisse, y compris pour les personnes au chômage depuis plus de deux ans. Le nombre d’inactifs est de 8,82 millions de personnes, le nombre le plus bas depuis 1990. Le taux d’emploi est quant à lui pratiquement aussi élevé que ceux de 1974 et 2005 (deux années record) avec 73,1 %31.

13En résumé, si le chômage ne peut bien sûr pas être totalement exclu comme facteur expliquant la pauvreté, il ne suffit pas à lui seul à expliquer l’augmentation de la pauvreté absolue entre 2010 et 2015, puisque celle-ci a progressé alors que le chômage diminuait. Le coût de la vie pourrait être l’une des explications.

14Dans l’ensemble, l’inflation des prix à la consommation32 (Consumer Price Index) ne semble pas être le facteur le plus déterminant pour expliquer l’augmentation de la pauvreté absolue, le taux annuel de celle-ci approchant plus ou moins le taux cible de 2 % sur les dix dernières années. Celui-ci a toutefois été dépassé pendant et après la crise : 2008-2009 avec 3,8 % ; 2010-2011 avec 3,5 % ; 2011-2012 avec 4,3 % et 2012-2013 avec 2,6 %33. L’une des explications est l’augmentation du prix du baril en 2010-2011. L’autre est l’augmentation de la TVA qui, après avoir été abaissée après la crise pour relancer la consommation, est revenue à 17,5 % en 2010 puis est passée à 20 % en 2011. Les effets de cette augmentation ont toutefois vite été absorbés puisque l’inflation est à nouveau proche des 0 % depuis 201534.

15Si les prix à la consommation n’ont pas augmenté de façon significative, par contre, le prix du logement – que ce soit à l’achat ou à la location – n’a cessé de croître depuis 2007 à l’exception de l’année 2008. L’inflation annuelle des prix du logement était de 9,4 % en 2015 en Angleterre et de 11,2 % à Londres, 11,4 % dans l’est et 11,2 % dans le sud-est35. Cette hausse est d’autant plus significative que le montant des aides au logement (housing benefit), qui permettaient d’absorber les augmentations dans les prix du parc locatif, a été plafonné par le gouvernement dès son arrivée au pouvoir. Autre élément ayant fragilisé les revenus faibles, les locataires sociaux bénéficiant d’aides de l’État doivent, depuis 2012, s’acquitter de la council tax au même titre que les non-bénéficiaires. De même, l’introduction depuis avril 2013 d’un nouvel « impôt », appelé bedroom tax36 par le grand public (Spare Room Subsidy), a elle aussi contribué à une baisse supplémentaire de revenus. La facture énergétique a, quant à elle, connu une augmentation constante. La facture de gaz annuelle moyenne pour un consommateur lambda en Grande-Bretagne était de 589 livres en 2006 et respectivement de 729 et 890 livres en 2008 et 201337.

16L’augmentation du coût de la vie nous oblige à considérer un autre facteur important, à savoir le niveau d’endettement des revenus faibles. L’hebdomadaire The Economist, s’appuyant sur des statistiques publiées par la Banque d’Angleterre, fait état en janvier 2016 d’un endettement des particuliers s’élevant à 1,5 mille milliards de livres en novembre 2015, un montant qualifié d’historique38. La Money Charity, citant l’Office for Budget Responsibility (un organisme indépendant), annonce à peu près le même niveau d’endettement (1, 474 mille milliards de livres) pour le mois de mars 2016 et prédit une augmentation atteignant un montant de 2, 555 mille milliards de livres pour le début de l’année 202139, faisant craindre une crise du même type que la bulle à l’origine de la crise des subprimes de 200840. En outre, la multiplication des organismes de prêts – certains à peine légaux, voire totalement illégaux – fait qu’il est impossible de rendre précisément compte de la situation. Dans tous les cas, il semble judicieux de suggérer que le surendettement de certains foyers est effectivement une des causes aggravantes de la pauvreté.

  • 41 Il s’agit d’un type de contrat non contraignant qui n’oblige pas l’employeur à fournir un nombre d’ (...)
  • 42 Eileen Herden, Anne Power et Bert Provan, Is Welfare Reform Working ? Impact on working age tenants (...)

17Concernant les revenus, l’image globale est celle d’une baisse générale affectant les revenus du travail comme les revenus complémentaires et de « substitution » découlant des aides de l’État. La multiplication des contrats précaires, à temps partiel, voire sans garantie de temps comme les « zero-hour contracts »41, a tiré les salaires vers le bas à un moment où le chômage post-crise permettait aux employeurs de réduire leur masse salariale en baissant les salaires. Or, cette baisse globale n’est pas uniquement le fait de la crise et d’une reprise lente. Tout d’abord, les politiques du gouvernement qui consistent à légiférer en faveur d’une flexibilisation du marché du travail, notamment en légalisant les « zero-hour contracts » en parallèle avec la mise en place de sanctions pour inciter les demandeurs d’emploi à retrouver rapidement un travail, quel qu’il soit, a contribué à précariser un marché du travail déjà fragile. Au total, alors que le chômage a baissé, le nombre de travailleurs dits pauvres a augmenté depuis la reprise, à tel point que le nombre de bénéficiaires d’aides de l’État, typiquement des crédits d’impôt pour les bas salaires ou des compléments de revenus, a lui aussi augmenté42.

  • 43 DWP, HBAI, 2014, p. 123.

18L’austérité passe également par une contribution plus importante des revenus élevés par le biais de l’impôt et, pour les faibles revenus, des réductions dans le nombre et le montant de leurs revenus complémentaires (parfois appelés « revenus de substitution » pour les chômeurs et certains inactifs). L’augmentation des impôts pour les 20 % les plus riches et la suppression du caractère universel des allocations familiales, désormais réservées aux foyers dont le revenu est égal ou inférieur à 50 000 livres/an pour tout enfant de 16 ans et moins, ont affecté la tranche supérieure (5ème quintile) qui a perdu, en moyenne 28 livres/semaine de 2010-2011 à 2012-201343. Enfin, la suppression ou baisse du niveau de certaines allocations a nécessairement entraîné une baisse de revenu des personnes dépendant de celles-ci. Bien que certaines allocations aient été maintenues, même augmentées pour suivre l’inflation durant les deux premières années du mandat du gouvernement de coalition, d’autres ont été supprimées dès 2010 comme l’allocation de maintien des études (Education Maintenance Allowance (EMA)) ou plafonnées comme l’allocation chômage (Jobseeker’s Allowance (JSA)) et les aides au logement (housing benefit). La plupart des autres allocations, et en particulier tous les crédits d’impôt, ont été diminués ; certains dès le début du mandat (liés au logement), les autres à partir de 2012-2013. Les tests pour bénéficier des allocations soumises à condition de ressources ont été renforcés et assorties de sanctions, notamment pour les bénéficiaires de la prestation d’invalidité (disability benefit) et les chômeurs. L’objectif du gouvernement est de remettre les inactifs et chômeurs sur le marché du travail au plus vite en les privant dudit revenu de substitution représenté par les aides de l’État et, en règle générale, de réduire ou plafonner les allocations pour rendre les revenus du travail plus attractif.

19Même s’il est, pour l’heure, difficile d’estimer l’impact réel des politiques de restrictions budgétaires dans le domaine du welfare sur les seules années 2010-2013 - étant donné que l’essentiel des mesures de restriction budgétaire ont été votées dans la loi de finances de janvier 2012 - certaines études révèlent indirectement que celles-ci ont d’ores et déjà affecté les bénéficiaires d’aides de l’État, comme par exemple celles constatant une augmentation du nombre d’individus ayant recours à l’aide alimentaire d’urgence fournie par l’ensemble des banques alimentaires du Royaume-Uni.

  • 44 Jane Perry et al., Emergency Use Only, 2014, p. 7-11.
  • 45 « The crisis was linked to the operation of the benefits system », ibid., p. 7.
  • 46  Il s’agit d’une allocation unique mensuelle votée dans le Welfare Act de 2012 et mise en place gra (...)
  • 47 Voir témoignages, p. 7-11, ibid.
  • 48 Ibid., p. 9.

20Les auteurs du rapport Emergency Use Only- Understanding and reducing the use of food banks in the UK, afin de tenter de comprendre cette augmentation brutale des cinq dernières années du nombre de personnes ayant besoin d’une aide alimentaire d’urgence, ont mené des enquêtes de terrain, se livrant à des entretiens44 (40 dans plusieurs banques alimentaires du Royaume-Uni). Pratiquement 70 % des personnes interrogées disent avoir eu recours à l’aide alimentaire d’urgence suite à des problèmes affectant le paiement de leurs allocations »45. Ceux-ci peuvent être causés par des sanctions (JSA, disability benefit), des erreurs au niveau du traitement du dossier ou des retards causés par la mise en place progressive du Universal Credit46 dont les effets peuvent être importants pour les faibles revenus puisqu’il est versé de façon mensuelle, alors que les allocations qu’il remplace étaient versées de façon hebdomadaire. Suite à des changements dans leur situation (par exemple un bénéficiaire de l’allocation pour parent isolé dont l’enfant a atteint l’âge de 16 ans ou de l’allocation pour personne dans l’incapacité de travailler qui, après enquête, est déclarée apte) 15 % des sondés disent avoir eu recours à l’aide alimentaire d’urgence47. À cause de leurs faibles revenus (inactifs ou travailleurs pauvres), 22 % déclarent avoir eu besoin de cette aide. Cela représente une augmentation de 6 % par rapport à la même période un an plus tôt. Le chômage est invoqué par 4 % des sondés. Une minorité, 3 %, se déclare sans-abris, mais ce pourcentage est très certainement une sous-estimation étant donné que beaucoup de sans-abris ne s’adressent pas aux autorités pour obtenir un coupon et n’ont donc pas accès à l’aide alimentaire d’urgence48. On le voit, même si l’échantillon de personnes interrogées reste faible par rapport au nombre de repas délivrés, la majorité des personnes ayant eu recours à l’aide alimentaire d’urgence délivrée par l’une des banques du Trussel Trust l’ont fait suite à une perte de revenu causée par un problème d’allocations.

21En résumé, la baisse des revenus due à la précarisation du marché du travail et à la baisse des aides de l’État, et la hausse des prix du logement ont fragilisé des ménages souvent très endettés qu’ils soient constitués d’inactifs, de chômeurs ou d’actifs. La politique d’austérité qui a amené le gouvernement à pratiquer des réductions pour la plupart des allocations soumises à condition de ressources semble avoir joué un rôle prépondérant. Or, ces restrictions budgétaires ne sont pas une conséquence de la crise.

Réductions des aides soumises à condition de ressources : un choix idéologique

  • 49 « There is such a thing as society, it’s just not the same thing as the state », David Cameron, dis (...)
  • 50 « There is no such thing as society », Entretien du 23 septembre 1987 pour : Women’s Own. Une trans (...)
  • 51 « I believe that if you trust people and give them more power and control over their lives, they be (...)
  • 52 David Cameron, « A New Politics », The Guardian, 25 mai 2009.
  • 53 « We will stand up for the victims of state failure and ensure that social justice and economic opp (...)

22En décembre 2005, lors de son premier discours en tant que leader du Parti conservateur, David Cameron expose brièvement sa vision de la société qu’il dit « brisée ». La société, dit-il, « existe mais ce n’est simplement pas la même chose que l’État »49. Hormis le jeu de mots sur lequel cette image repose puisque l’existence d’une société nie nécessairement l’absence de société50 de Margaret Thatcher, peu de choses distinguent véritablement ces deux formes. Dans les deux cas, l’objectif est de démontrer que chaque individu est responsable de lui-même et de ses actes. Pourtant, et c’est bien là que le conservatisme de Cameron prend ces distances avec celui celui de Thatcher, le leader du parti en 2005 croit en une société organique dans laquelle chaque individu responsable dépend de son voisin, de sa communauté, de son pays pour exister et la société compte sur l’ensemble de ses constituants pour être forte (vision développée par Edmund Burke, père du conservatisme moderne). Mais pour qu’une telle société organique fonctionne, il faut nécessairement que celle-ci s’entraide et pour cela, il est impératif que chaque citoyen puisse contrôler sa vie, ait le pouvoir d’agir et en soit responsable51. Le conservatisme compassionnel que Cameron dit incarner, tout comme le conservatisme néo-libéral de Thatcher, entend réduire le rôle et le pouvoir de l’État, qui serait un « ennemi »52. Toutefois, à la différence de Thatcher, qui ne compte que sur les individus, Cameron entend redonner ce pouvoir à la « grande » société (« ‘Big’ Society »), celle qui se préoccupe de tous53.

  • 54 Jesse Norman et Janan Ganesh, Compassionate Conservatism. What it is. Why we need it, Londres, Poli (...)
  • 55 Et en règle générale de tous les gouvernements de gauche comme de droite entre 1945 et la seconde m (...)
  • 56 Ibid., p. 23.

23Le retour du conservatisme compassionnel, semble être une nécessité électorale après huit années dans l’opposition. Développé par Jesse Norman et son Think Tank, Policy Exchange, il s’appuie sur une description de la société brisée par six grands maux : la désaffection politique, l’abus de drogue, la multiplication du nombre de foyers monoparentaux, l’existence de poches de pauvreté persistantes dans les centres-villes (inner cities), des revenus trop faibles pour l’épargne et le malaise racial et religieux54. Or, dans chacun de ces cas, la responsabilité de l’État est invoquée puisque celui-ci a privé la nation des valeurs qui seules auraient pu empêcher ce déclin sociétal. C’est la vision travailliste et néo-travailliste55 d’une justice sociale qui serait essentiellement une justice dite redistributive (distributive justice) de l’impôt vers les plus démunis (tax and spend policies) qui est ici visée. Les plus démunis ne seraient pas les seuls à se tourner vers l’État au moindre problème. La société entière aurait perdu le sens des responsabilités56 et la société civile se serait effacée derrière l’État en général et l’État-providence en particulier. L’objectif du conservatisme compassionnel serait ainsi de revitaliser la société civile en lui redonnant la liberté d’agir pour réparer cette « société brisée ». Or c’est bien la société civile qui sera au cœur du projet de « Big Society » de Cameron exposé trois ans plus tard.

  • 57 Jesse Norman, Député aux communes, et l’un des artisans du projet de Big Society, voit les idées de (...)
  • 58 « If the drivers of poverty are not addressed, an ever-growing underclass will be created. Whether (...)
  • 59 « The problem with nets – even safety nets – is that people get tangled up in them. The longer one (...)
  • 60 « Means-testing (…) is steadily eroding the opportunities that should come with hard work, self-imp (...)

24Il est possible de retrouver cette vision d’une société organique reposant sur la bonne volonté des individus ou bénévoles qui la constituent et œuvrent pour le bien commun dans le cadre d’associations caritatives, de clubs, etc. dans toutes les formes du conservatisme. Elle est très développée chez Burke (avec ses « little platoons »57), ainsi que dans le « One-nation Conservatism » de Disraeli, reprise et transformée car dépouillée de sa fibre paternaliste par Jesse Norman avec son conservatisme compassionnel. Cette vision est en germe dans la vision idéalisée du 19ème siècle, l’âge d’or de la société civile selon Thatcher qui affirme que chaque individu, chaque chrétien, a le devoir moral d’aider son voisin. L’établissement d’une justice sociale dépend de la société, et non de l’État. Cette croyance est d’autant plus impérative que, selon Duncan Smith, l’État, en redistribuant les richesses par le biais des allocations, a créé des inégalités ainsi qu’une forme d’exclusion sociale : celle de ce que certains conservateurs appellent l’« underclass »58. L’État doit cesser d’aider les plus démunis et par État, c’est bien État-providence qui est entendu puisqu’en créant un filet de protection, il a piégé les individus dans la dépendance59. Les individus doivent en premier lieu pratiquer le « self-help »60. Dès 2006, avant la crise, le projet conservateur se dessine déjà clairement.

25Deux événements concomitants permettent au candidat Cameron de présenter son projet social aux citoyens britanniques. Le scandale des notes de frais révèle que certains Députés aux communes se sont servis de leur position privilégiée pour s’enrichir personnellement au détriment du contribuable au moment même où le second événement, la crise financière du printemps 2008, expose le fossé entre le monde de la finance et la société. Cameron exploite alors la situation de malaise ambiant pour fustiger le trop de gouvernement, ce gouvernement qui serait devenu « l’ennemi » de la société :

  • 61 « We should start by trying to understand what’s gone wrong. Of course, the immediate trigger of an (...)

Nous devrions commencer par essayer de comprendre d’où vient le problème. Bien sûr, l’événement qui a déclenché la colère de tous est le scandale des notes de frais des députés et la révélation que certains d’entre eux avaient volé le contribuable. Mais la cause fondamentale est différente selon moi. C’est, je crois, la raison pour laquelle les gens sont si furieux contre les banquiers qui se sont enrichis alors même qu’ils étaient en train de mettre l’économie à genoux. […] C’est la même raison qui fait que tant de gens ont de plus en plus l’impression que l’État est leur ennemi plus que leur allié. […] C’est la lente mais inévitable prise de conscience du fait qu’ils n’ont pratiquement aucun contrôle sur le monde qui les entoure61.

  • 62 « Our philosophy of progressive Conservatism – the pursuit of progressive goals through Conservativ (...)
  • 63 « This is the post-bureaucratic age », Cameron, The Age of Austerity, 2009.
  • 64 David Cameron, « The Big Society », 10 novembre 2009, <http://conservativespeeches.sayit.mysociety. (...)
  • 65 Les moyens affectés à ces deux programmes ainsi que leur fonctionnement sont toutefois assez différ (...)

26La solution serait un conservatisme capable d’« inverser la tendance » en dessaisissant « les élites politiques et bureaucratiques du pouvoir », ce pouvoir qu’elles ont « vampirisé », vidant les citoyens de toute « responsabilité personnelle »62. « Nous entrons dans l’âge post-bureaucratique »63, dit Cameron. Il convient de redonner le pouvoir aux citoyens et à la société civile. C’est l’objectif de la « Big Society ». Il s’agit de « re »-donner aux citoyens l’envie et les moyens de participer activement à la vie collective64. En filigrane, la « Big Society » permet également au candidat Cameron de prendre ses distances avec le thatchérisme puisqu’en affirmant que la société existe, qu’elle est même grande, il se joue bien sûr d’une citation devenue emblématique du thatchérisme. L’accent mis sur la société civile est également un moyen de contrer le Parti travailliste sur son propre terrain : celui du « empowerment », thème phare du programme de Civic Renewal de Tony Blair et David Blunkett entre 1998 et 2003. Dans les deux cas, l’objectif est le même. Il s’agit de limiter les pouvoirs du gouvernement central et d’augmenter ceux de la société civile65.

27L’une des hypothèses avancées pour justifier la « Big Society » est que le citoyen est mieux à même de connaître ses besoins qu’une machine étatique hautement centralisée. Il est le seul à pouvoir réparer la « société brisée », d’autant plus que, selon les conservateurs, la principale raison pour laquelle celle-ci est brisée est que l’État, en intervenant de plus en plus dans le domaine social par le biais des mesures sociales (welfare policies) aurait déresponsabilisé les individus, les précipitant ainsi dans le piège de la dépendance, du crime, du chômage, de la pauvreté. C’est ce que Thatcher appelait « la culture de la dépendance » et que Cameron et Duncan Smith appellent l’assistanat, symptôme de la « broken society ». Cette hypothèse permet au gouvernement de justifier son désengagement progressif du domaine social en général et des politiques du welfare en particulier puisque celles-ci seraient totalement contre-productives. À échéance, la société civile est censée prendre le pas sur l’État-providence et trouver seule les moyens de réparer ses propres maux.

  • 66 « But in 2010 we inherited an economy which had entered the worst recession in living memory, with (...)
  • 67 « So today, I want to show you that we would have wanted to reform the welfare state, even if we ha (...)
  • 68 « As Conservatives, we should hate the idea of people with unfulfilled potential languishing on wel (...)
  • 69 « Welfare reform is fundamentally about opportunity and life change… cutting the cost of social fai (...)

28La crise ne fait que confirmer un projet déjà inscrit et qui repose sur une vision conservatrice traditionnelle de la relation entre l’État et la société civile. D’ailleurs, lors d’un discours en janvier 2014 au Centre de la justice sociale (Centre for Social Justice) qu’il a lui-même contribué à créer, Duncan Smith réaffirme que si la crise a nécessairement eu un impact sur les politiques budgétaires du gouvernement66, ce n’est pas ce qui explique les réformes de l’État-providence67. Ce qui explique ces réformes est le fait même d’être conservateur68. Il y a donc bien là un motif idéologique. La meilleure façon d’aider les personnes qui dépendent de l’État est de les obliger à changer de vie en réduisant leurs aides, en supprimant leurs revenus de substitution69. Afin d’appuyer son message, le gouvernement peut compter sur les médias. Pour faire le pendant à la série « Broken Britain » du Sun, un programme proposé par ITV Channel 4, et intitulé « Benefit Street », montre les effets délétères d’une vie passée aux crochets de l’État.

Conclusion

29La crise qui a secoué l’économie mondiale a nécessairement joué un rôle dans l’augmentation de la pauvreté constatée après 2008, de même qu’elle a eu des répercussions sur les choix stratégiques d’un parti à la recherche d’une identité, lui permettant ainsi de renouer avec la victoire après trois défaites électorales consécutives. L’austérité, annoncée au lendemain de la crise, a permis au Parti conservateur de se redonner l’image du seul parti capable de renouer avec la croissance face à un Parti travailliste de dépenser l’argent du contribuable de façon irresponsable. Si l’on ne peut guère ignorer le caractère purement électoraliste et opportuniste de la cure d’austérité prônée par David Cameron et son futur Chancelier de l’Échiquier, George Osborne, au vu de l’ampleur de la dette publique, faire des économies semblait toutefois être une nécessité. Pour réaliser ces économies, l’un des choix fait par le Parti conservateur en campagne, puis mis en œuvre par le gouvernement de coalition au printemps 2010, a été de pratiquer des coupes claires dans le budget de l’État affecté au paiement des allocations soumises à condition de ressources, ces mêmes aides décrites depuis 1979 comme favorisant, voire créant, l’assistanat ou la dépendance à l’État. S’il découlait effectivement de la nécessité de réduire les dépenses de l’État, ce choix restait fondamentalement idéologique. La cible principale de ces réductions avait été identifiée bien avant 2008. C’était la « underclass » de Thatcher au lendemain des émeutes de Brixton, dans une certaine mesure également la cible des politiques de Welfare to Work de Blair et, bien sûr, ce sont actuellement les citoyens chômeurs et inactifs qui doivent retrouver le sens des responsabilités aidés par la « Big Society » de Cameron. S’agissant donc de la diminution, voir suppression, des aides de l’État en direction des revenus dits de substitution, la crise peut difficilement être vue comme autre chose qu’un prétexte. Réduire le rôle de l’État dans le domaine social, ce qui passe nécessairement par un affaiblissement de l’État-providence, est un leitmotiv du Parti conservateur depuis 1979.

  • 70 Plus de quatre cinquième des actifs locataires de logements sociaux interrogés bénéficient d’aides (...)

30Le caractère punitif de la politique sociale du gouvernement de coalition a peut-être joué un rôle dans la réduction du taux de chômage en Grande-Bretagne alors que tous les autres pays de l’Union européenne, à commencer par la France, voyaient et voient toujours leur courbe du chômage augmenter, mais la pauvreté, qu’elle soit héritée des années précédentes ou nouvelle, a augmenté régulièrement entre 2010 et 2015. Les faibles revenus des personnes se trouvant dans le premier quintile ont continué à baisser à mesure que les aides de l’État se réduisaient et alors même que les prix de l’immobilier augmentaient considérablement, non sans incitation de la part du gouvernement qui voyait là une façon de favoriser la mobilité. Poussés par le gouvernement à retrouver du travail, les chômeurs ont nourri les rangs des nouveaux travailleurs pauvres, acceptant des contrats sans garantie de travail, à temps partiel, soit par manque de qualifications ou par manque d’emplois qualifiés dans leur lieu de résidence, ou encore pour pouvoir continuer à subsister. Les salaires, déjà tirés à la baisse par la crise, ont continué à se réduire, si bien que la baisse du chômage n’a pas abouti à une réduction du nombre de bénéficiaires d’aides de l’État, ce que confirment les résultats d’une étude menée par la London School of Economics70. Les économies attendues n’ont pas été réalisées. L’annonce par Cameron, après les élections de mai 2015, que le Parti conservateur poursuivrait dans sa volonté de réduire les dépenses publiques notamment en contractant davantage les allocations au bénéfice des personnes souffrant d’un handicap (disability benefit) peut être lue comme la confirmation que l’austérité est un outil permettant à une partie du Parti conservateur de continuer à démanteler l’État providence au profit d’une société civile censée le remplacer.

31Raphaële Espiet-Kilty est Maître de Conférences en civilisation britannique. Spécialisée en histoire politique contemporaine, ses recherches l’ont amenée à s’interroger sur la place du citoyen dans les politiques sociales des gouvernements conservateurs depuis 1979. Elle a récemment dirigé un numéro de l’Observatoire de la société britannique sur l’héritage du thatchérisme (The Thatcher Legacy) paru en novembre 2015.

Top of page

Bibliography

Bochel Hugh (dir.), The Conservative Party and social policy, Bristol, The Policy Press, 2011.

Bolton Paul, House of Commons, Energy Prices, 31 janvier 2014, <www.parliament.uk/briefing-papers/sn04153.pdf>.

Cameron David, « A New Politics », The Guardian, 25 mai 2009.

Cameron David, Leadership acceptance speech, 2005, <http://www.britishpoliticalspeech.org/speech-archive.htm?speech=315>.

Cameron David, The Age of Austerity, Tory Spring Conference, Cheltenham, 26-27 avril 2009, <http://www.politics.co.uk/comment-analysis/2009/04/27/tory-spring-conference-speeches-in-full>.

Cameron David, The Big Society, 10 novembre 2009, <http://conservative-speeches.sayit.mysociety.org/speech/601246>.

Cooper Niall, Purcell Sarah & Jackson Ruth, Below the Breadline. The Relentless Rise of Food Poverty in Britain, juin 2014, <http://policy-practice.oxfam.org.uk/publications/below-the-breadline-the-relentless-rise-of-food-poverty-in-britain-317730>.

Department for Work and Pensions, Households Below Average Income (HBAI), An analysis of the income distribution 1994/95-2012/13 UK, juillet 2014, <https://www.gov.uk/government/statistics/households-below-average-income-19941995-to-20132014>.

Duncan Smith Iain, Breakdown Britain. Interim report on the state of the nation, London, Social Justice Policy Group, décembre 2006.

Espiet-Kilty Raphaële, « David Cameron and the Big Society: a new deal for the new citizen » in Philippe Fons (dir), Observatoire de la société britannique, n° 12, 2012, p. 49-68.

Espiet-Kilty Raphaële, « The legacy of Thatcherism in question: an introduction » in Raphaële Espiet-Kilty (dir.), Observatoire de la société britannique, n° 17, novembre 2015, p. 11-32.

Herden Eileen, Power Anne & Provan Bert, Is Welfare Reform Working ? Impact on working age tenants. A study for SW HAILO, CASE report 90, Londres, LES, mars 2015, <http://sticerd.lse.ac.uk/dps/case/cr/casereport90.pdf >.

HM Government, Social Justice : transforming Lives, Cm. 8314, mars 2012, <https://www.gov.uk/government/uploads/system/uploads/attachment_data/file/49515/social-justice-transforming-lives.pdf>.

Jones Dylan & Cameron David, Cameron on Cameron: Conversations with Dylan Jones, Londres, Fourth Estate, 17 août 2008.

NatCen, British Social Attitudes Surveys, <http://www.bsa.natcen.ac.uk>.

Norman Jesse & Ganesh Janan, Compassionate Conservatism. What it is. Why we need it, Londres, Policy Exchange, 2006.

Office of National Statistics, Statistical Bulletin, Labour Market Statistics, juin 2014, <http://webarchive.nationalarchives.gov.uk/20160105160709/http://www.ons.gov.uk/ons/rel/lms/labour-market-statistics/june-2014/statistical-bulletin.html>.

Office of National Statistics, Contracts that do not guarantee a minimum number of hours: March 2016, <https://www.ons.gov.uk/employmentandlabourmarket/peopleinwork/earningsandworkinghours/articles/contractsthatdonotguaranteeaminimumnumberofhours/march2016>.

Office of National Statistics, Persistent Poverty in the UK and EU, 2008-2013, mai 2015, <http://webarchive.nationalarchives.gov.uk/20160105160709/http://www.ons.gov.uk/ons/rel/household-income/persistent-poverty-in-the-uk-and-eu/2008-2013/persistent-poverty-in-the-uk-and-eu--2008-2013.html>.

Office of National Statistics, Statistical bulletin. Consumer Price Inflation : April 2015, 19 mai 2015, <http://www.ons.gov.uk/economy/inflationandpriceindices/bulletins/consumerpriceinflation/2015-05-19>.

Office of National Statistics, Statistical bulletin. House Price Index : March 2015, 19 mai 2015, <http://www.ons.gov.uk/economy/inflationandpriceindices/bulletins/housepriceindex/2015-05-19>.

Perry Jane, Williams Martin, Sefton Tom & Haddad Moussa, Emergency Use Only. Understanding and reducing the use of food banks in the UK, The Child Poverty Action Group, Church of England, Oxfam GB and the Trussel Trust, novembre 2014.

Social Mobility & Child Poverty Commission, State of the Nation 2014:Social Mobility and Child Poverty in GB. Report Summary, octobre 2014, <https://www.gov.uk/government/uploads/system/uploads/attachment_data/file/367461/State_of_the_Nation_-_summary_document.pdf>.

Social Justice Policy Group, Breakdown Britain. Interim report on the state of the nation, London, SJPG, décembre 2006, <http://www.centreforsocialjustice.org.uk/UserStorage/pdf/Pdf%20Exec%20summaries/Breakdown%20Britain.pdf>.

Thatcher Margaret, Entretien du 23 septembre 1987 pour : Women’s Own. Transcription présentée par la Thatcher Foundation, < https://www.margaretthatcher.org/document/106689>.

Top of page

Notes

1 Voir Raphaële Espielt-Kilty, « David Cameron and the Big Society: a new deal for the new citizen » in Philippe Fons (dir.), l’Observatoire de la société britannique, n° 12, 2012, p. 49-68; Raphaële Espielt-Kilty, « The legacy of Thatcherism in question: an introduction » in Raphaële Espielt-Kilty (dir.), l’Observatoire de la société britannique, n° 17, 2015, p. 11-32 ; Hugh Bochel (dir.), The Conservative Party and Social Policy, Bristol, The Policy Press, 2011 ; voir les enquêtes de NatCen sur l’attitude sociale des Britanniques (British Social Attitudes Survey), <http://www.bsa.natcen.ac.uk>

2 Ibid.

3 « Votez Bleu, Passez au Vert ».

4 Il s’agit de la période du New Labour (1997-2010), expression utilisée pour la première fois en 1996 dans le manifeste du parti pour les élections de 1997.

5 « We have strengthened our liberalism and rediscovered our Conservatism building a movement that isn’t just about the individual, but about the community not just about the ‘me’, but the ‘we’ not just about the market, but about society too », David Cameron, The Age of Austerity, Cheltenham, 26 avril 2009, <http://www.politics.co.uk/comment-analysis/2009/04/27/tory-spring-conference-speeches-in-full>.

6 Expression utilisée pour la première fois par Theresa May alors présidente du parti lors d’un discours en octobre 2002.

7 Voir Tim Bale, The Conservative Party from Thatcher to Cameron, Cambridge, Polity Press, 2010 ; Raphaële Espielt-Kilty, « The legacy of Thatcherism in question: an introduction » in Raphaële Espielt-Kilty (dir.), l’Observatoire de la société britannique, n° 17, 2015, p. 11-32 ;

8 La mesure utilisée aujourd’hui dans l’ensemble des documents officiels, à commencer par ceux qui émanent de l’Office of National Statistics, est essentiellement monétaire. Elle évalue le nombre de foyers vivant en dessous d’un revenu médian (Household Below Average Income). Les mesures sont faites à partir d’un échantillon de 20 000 foyers dits « représentatifs ». Elles sont fournies par le Family Resources Survey. Elles sont données en termes réels (indexés sur l’inflation des prix à la consommation pour l’année référence 2013-14) et ajustées en fonction de la composition du foyer. La pauvreté relative est estimée à 60 % et moins du revenu médian sur une année, la pauvreté absolue à 60 % et moins du revenu médian par rapport à une année référence, ici 2010-11. Les pourcentages donnés sont divisés en deux catégories : avant et après les dépenses pour le logement. Tous les pourcentages sont arrondis et étant donné qu’ils sont déduits d’un échantillon, ils ne peuvent pas être considérés comme exacts. Source : Department for Work & Pensions, Households Below Average Income (HBAI), An analysis of the income distribution 1994/95-2012/13 UK, July 2014, p. 4, 34, 35, 40, 41. <https://www.gov.uk/government/statistics/households-below-average-income-19941995-to-20132014>.

9 Ibid.

10 Cette expression fut utilisée pour la première fois par David Cameron en décembre 2005 puis reprise par le Sun à partir de 2007 dans une série d’articles illustrant ce que serait la Grande-Bretagne brisée ou Broken Britain.

11 « I’m going to be as radical a social reformer as Mrs Thatcher was an economic reformer, and radical social reform is what this country needs right now », David Cameron in Dylan Jones et David Cameron, Cameron on Cameron: Conversations with Dylan Jones, Fourth Estate, 17 août 2008.

12 « The age of irresponsibility », David Cameron, The Age of Austerity, 2009.

13 « The highest borrowing in peacetime history », ibid.

14 « Labour’s Debt Crisis », ibid.

15 « We risk becoming once again the sick man of Europe », ibid.

16 « There’s no responsibility left in Labour », ibid.

17 « The age of irresponsibility is giving way to the age of austerity », ibid.

18 « Deliver more for less », ibid.

19 « There is no way this country will prosper in the twenty-first century, let alone deal with the debt crisis if we keep asking taxpayers to foot the £100 billion a year bill for the broken society », ibid.

20 La terminologie utilisée ici welfare dependents est tirée des enquêtes étudiées pour cet article. C’est, en outre, l’expression qui est utilisée dans le recensement de 2011. Il s’agit des individus qui touchent des allocations soumises à condition de ressources.

21 Une association caritative dite « chrétienne » pilotée par l’Église d’Angleterre. Le Trussel Trust est la plus importante association à but non lucratif en charge de la gestion des banques alimentaires au Royaume-Uni.

22 Pourcentages calculés par l’auteur.

23 Jane Perry, Martin Williams, Tom Sefton & Moussa Haddad, Emergency Use Only. Understanding and reducing the use of food banks in the UK, (The Child Poverty Action Group, Church of England, Oxfam GB and the Trussel Trust, novembre 2014), p. 15.

24 DWP, HBAI, 2014, p. 40.

25 Ibid.

26 La pauvreté relative est recalculée chaque année. Ce n’est donc pas un outil approprié pour étudier des variations à court terme. De même, un foyer peut sortir de la pauvreté relative sur une année si le revenu médian a baissé alors même que le revenu du foyer en question a lui aussi baissé. L’impression générale peut alors être que la pauvreté relative n’augmente pas alors que, mais également parce que, les revenus baissent.

27 Ibid., p. 123

28 Ibid., p. 127.

29 Office of National Statistics, Statistical Bulletin, Labour Market Statistics, (juin 2014), p. 4, <http://webarchive.nationalarchives.gov.uk/20160105160709/http://www.ons.gov.uk/ons/rel/lms/labour-market-statistics/june-2014/statistical-bulletin.html>.

30 Ibid.

31 Ibid., p. 24.

32 Il s’agit du prix d’un panier de biens de consommation et de services communément achetés par les ménages.

33 DWP, HBAI, 2014, p. 31.

34 ONS, Consumer Price Inflation:April 2015, p. 1, <http://www.ons.gov.uk/economy/inflationandpriceindices/bulletins/consumerpriceinflation/2015-05-19>.

35 ONS, House Price Index : March 2015, p. 1, <http://www.ons.gov.uk/economy/inflationandpriceindices/bulletins/housepriceindex/2015-05-19>.

36 Votée dans le Welfare Reform Act de 2012, avec le spare room subsidy l’objectif du gouvernement est d’obliger les locataires de logements sociaux à occuper des logements appropriés à la taille de leur foyer dans un contexte de crise du logement public. Toute chambre non-occupée doit être « louée » au gouvernement pour l’aider à participer (subsidy) à la rénovation et/ou au renouvellement du parc immobilier public. En définitive, les allocations logements touchées par les locataires de logements sociaux sont amputées du montant de la location de la chambre mais les détracteurs de cette réforme arguent qu’étant donné le nombre limité de logements sociaux, les locataires n’ont d’autre choix que de rester là où ils sont et plutôt qu’une participation, cette contribution deviendrait donc impôt obligatoire (bedroom tax).

37 Paul Bolton, House of Commons, Energy Prices, 31 janvier 2014, <www.parliament.uk/briefing-papers/sn04153.pdf> consulté le 28 août 2015, p. 15.

38 <http://www.economist.com/news/britain/21685499-worries-about-rising-british-household-debt-are-overblown-down-earth>.

39 <http://themoneycharity.org.uk/money-statistics/>.

40 Durant le premier trimestre 2016, la plupart des quotidiens, de droite comme de gauche, alertent leurs lecteurs sur un désastre possible (« Is the UK facing a debt disaster ? » The Independent 12 janvier 2016 ; « Household debt at highest for five years » BBC News 8 janvier 2016 ; « Househeld debt binge has no end in sight » Telegraph 17 mars 2016 ; « Average UK household to be £10,000 in debt by the end of 2016 » The Guardian 22 mars 2016.

41 Il s’agit d’un type de contrat non contraignant qui n’oblige pas l’employeur à fournir un nombre d’heures travaillées minimum à son employé. L’objectif est de flexibiliser le marché du travail.

42 Eileen Herden, Anne Power et Bert Provan, Is Welfare Reform Working ? Impact on working age tenants. A study for SW HAILO, CASE report 90, Londres, LES, mars 2015, <http://sticerd.lse.ac.uk/dps/case/cr/casereport90.pdf >, p. 14.

43 DWP, HBAI, 2014, p. 123.

44 Jane Perry et al., Emergency Use Only, 2014, p. 7-11.

45 « The crisis was linked to the operation of the benefits system », ibid., p. 7.

46  Il s’agit d’une allocation unique mensuelle votée dans le Welfare Act de 2012 et mise en place graduellement. L’allocation unique doit remplacer six allocations soumises à condition de ressources dont le versement est hebdomadaire.

47 Voir témoignages, p. 7-11, ibid.

48 Ibid., p. 9.

49 « There is such a thing as society, it’s just not the same thing as the state », David Cameron, discours au lendemain de la victoire aux élections du chef du Parti conservateur, 6 décembre 2005, <http://www.britishpoliticalspeech.org/speech-archive.htm?speech=315>.

50 « There is no such thing as society », Entretien du 23 septembre 1987 pour : Women’s Own. Une transcription de l’entretien est présentée par la Thatcher Foundation. Elle diffère légèrement de la version originale, <www.margaretthatcher.org/document/106689>.

51 « I believe that if you trust people and give them more power and control over their lives, they become stronger, and society becomes stronger too, and I believe profoundly that we are all in this together », David Cameron, décembre 2005.

52 David Cameron, « A New Politics », The Guardian, 25 mai 2009.

53 « We will stand up for the victims of state failure and ensure that social justice and economic opportunity are achieved by empowering people and communities », Ibid.

54 Jesse Norman et Janan Ganesh, Compassionate Conservatism. What it is. Why we need it, Londres, Policy exchange, 2006, p. 2.

55 Et en règle générale de tous les gouvernements de gauche comme de droite entre 1945 et la seconde moitié des années soixante-dix.

56 Ibid., p. 23.

57 Jesse Norman, Député aux communes, et l’un des artisans du projet de Big Society, voit les idées de Burke comme le remède à tous les maux de la société britannique contemporaine, à son égoïsme et à son arrogance. David Cameron cite également Burke, dont l’expression « little platoon » tirée des Reflections of the Revolution in France publiées en 1790 : « To be attached to the subdivision, to love the little platoon we belong to in society is the first principle (the germ as it were) of public affections. It is the first link in the series by which we proceed towards a love to our country and to mankind ». Les petites patrouilles seraient, pour utiliser une terminologie actuelle, les communautés dans le sens britannique du terme, à savoir, en premier lieu, les gens vivant ensemble dans une même localité. A l’époque de Burke (et plus tard de Disraeli), chaque communauté vivait séparée des autres, chacune représentant un groupe social spécifique. L’injonction ici donnée par Burke est de rester à sa place, dans sa communauté et donc son groupe social. Elle est essentiellement destinée aux élites qui ont soutenu les révolutionnaires en France, ce qu’il désapprouve. Leur rôle, en tant qu’élite sociale, éduquée, est de préserver l’ordre, l’autorité, et de se faire « aimer » en garantissant cet ordre dont toute société a besoin pour vivre harmonieusement. L’une des façons de se faire aimer, et de préserver l’harmonie sociale par la même occasion, est d’aider les membres les plus faibles de la société (les pauvres) par le biais d’actions caritatives. C’est ce même esprit que Cameron tente d’insuffler à la société britannique du 21ème siècle avec la Big Society, l’aspect paternaliste en moins. Les aristocrates ne sont effectivement plus les « pères » qui ont le devoir de s’occuper de leurs “pauvres” enfants. Chaque membre de la communauté est un acteur responsable de son propre bien-être et de celui de sa communauté aujourd’hui plus mixte qu’elle ne l’était au 19 ème siècle.

58 « If the drivers of poverty are not addressed, an ever-growing underclass will be created. Whether a person is working or in receipt of benefits matters, for the absence of work and subsequent benefit dependency are themselves a form of social exclusion », Iain Duncan Smith, Breakdown Britain. Interim report on the state of the Nation, Londres, Social Justice Policy Group, décembre 2006, p. 13.

59 « The problem with nets – even safety nets – is that people get tangled up in them. The longer one stays in dependency, the less chance one has of escaping from it », Ibid., p. 22.

60 « Means-testing (…) is steadily eroding the opportunities that should come with hard work, self-improvement and personal responsibility », Ibid., p. 19.

61 « We should start by trying to understand what’s gone wrong. Of course, the immediate trigger of anger over expenses is the realisation of what some MPs have been doing with taxpayers’ money. But the fundamental cause is, I believe, different. It is in fact the same thing that made people so angry about the bankers who got rich while they were bringing the economy to its knees. (…). It’s the reason (…) why so many people increasingly feel that the state is their enemy, not their ally. (…) It’s people’s slow but sure realisation that they have very little control over the world around them (…) », David Cameron, « A New Politics », 2009.

62 « Our philosophy of progressive Conservatism – the pursuit of progressive goals through Conservative means – aims to reverse the collapse in personal responsibility that inevitably follows this leeching of control away from the individual and the community in to the hands of political and bureaucratic elites », Ibid.

63 « This is the post-bureaucratic age », Cameron, The Age of Austerity, 2009.

64 David Cameron, « The Big Society », 10 novembre 2009, <http://conservativespeeches.sayit.mysociety.org/speech/601246>.

65 Les moyens affectés à ces deux programmes ainsi que leur fonctionnement sont toutefois assez différents. À l’instar du programme de Civic Renewal, le citoyen de la Big Society doit retrouver les moyens de prendre le contrôle de sa vie et le gouvernement doit faciliter son action au sein de la communauté. Les moyens mis en œuvre par le Gouvernement Blair dans le cadre du programme de Civi Renewal sont cependant différents ne serait-ce que de par leur ampleur. Il ne s’agit pas juste d’inciter le monde associatif à prendre le pas sur l’État. Le gouvernement Blair intervenait sous forme de projets (ou partenariats) en fournissant aide logistique et fonds (voir discours de David Blunkett en mars 2002 : <http://www.ukpol.co.uk/2016/01/30/david-blunkett-2002-speech-on-social-capital/>). La meilleure illustration de cette politique est la mise en place en 1998 du programme Sure Start financé par le gouvernement à hauteur de 540 millions de livres entre 1999 et 2002.

66 « But in 2010 we inherited an economy which had entered the worst recession in living memory, with the deficit rising, costs spiralling, and GDP shrinking. (…) It was vital that we immediately set out a long-term economic plan to put this right and secure Britain’s future – at the heart of which was the need to cut the deficit », Iain Duncan Smith, Discours devant le Centre for Social Justice, 23 janvier 2014.

67 « So today, I want to show you that we would have wanted to reform the welfare state, even if we had no deficit », Ibid.

68 « As Conservatives, we should hate the idea of people with unfulfilled potential languishing on welfare », Ibid.

69 « Welfare reform is fundamentally about opportunity and life change… cutting the cost of social failure by transforming the life chances and outcomes of those on benefits », Ibid.

70 Plus de quatre cinquième des actifs locataires de logements sociaux interrogés bénéficient d’aides de l’État dont ils disent avoir besoin pour vivre, leur salaire ne couvrant pas leurs besoins. De même, il y avait plus de locataires sociaux ayant un emploi en 2014 qu’en 2013 et, malgré cela, plus de bénéficiaires d’allocations (les 200 personnes interrogées étant les mêmes en 2013 et 2014), Eileen Herden, et al., Is Welfare Reform Working ? 2015, <sticerd.lse.ac.uk/dps/case/cr/casereport90.pdf>, p. 13, 14 et 16.

Top of page

References

Electronic reference

Raphaële Espiet-Kilty, « Augmentation de la pauvreté en Angleterre depuis 2010 : crise ou idéologie ? », Revue Française de Civilisation Britannique [Online], XXI-2 | 2016, Online since 11 September 2016, connection on 17 December 2017. URL : http://journals.openedition.org/rfcb/1060 ; DOI : 10.4000/rfcb.1060

Top of page

About the author

Raphaële Espiet-Kilty

Université Blaise Pascal Clermont II

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Revue française de civilisation britannique est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo Crecib
  • OpenEdition Journals